Causeries août 2013


janvier février  mars   avril   mai   juin  juillet  août  septembre octobre novembre décembre

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31                



Le 1er aout 2013

CAUSERIE

J'ai finalement opté pour une actualisation minimale du portail en supprimant la totalité des rubriques. Il reste le bandeau ou les liens qui y renvoient.

On a terminé le mois de juillet avec 11.800 connections et 25.355 téléchargements. Sans retour depuis des années, il est inutile d'insister. Vous avez été 7 à répondre au formulaire que j'avais mis en ligne, j'en ai pris acte. Vous n'aurez qu'à vous tourner vers les médias ou les dirigeants du mouvement ouvrier qui n'ont de cesse de nous trahir pour vous informer ou vous fournir de précisieuses analyses.

Vous possédez les adresses des portails où je m'approvisionnais en articles, et bien vous n'aurez qu'à faire comme moi désormais, et si vous n'en avez pas le temps, c'est votre problème, moi je n'ai pas davantage de temps à vous consacrer, c'est ainsi. Vous n'avez pas voulu m'aider à faire vivre ce portail, vous n'avez même pas voulu m'envoyer le moindre courriel, c'est votre droit, c'est le mien de faire ce que je veux de mon côté. Je ne supporte pas ce genre de relations de merde, ne vous étonnez pas du monde dans lequel vous vivez, ne vous en plaignez surtout pas. Je suis parfaitement lucide et je ne me fais absolument aucune illusion, c'est un tort peut-être, surtout de le dire, je n'en ai rien à foutre.

Peut-être comme les marxistes j'ai surestimé la capacité du prolétariat à oeuvrer à sa libération, la faillite politique complète de ses dirigeants en témoigne, eux, les marxistes pas nos dirigeants, ils se sont sacrifiés pour notre cause, moi j'ai décidé de cesser de me sacrifier pour notre idéal, bien que je continerai à oeuvrer pour le faire triompher, à un autre rythme et d'une autre manière.

Voilà. Je vous souhaite une bonne continuation.

Suite sur le mondialisme et le système financier

Il s'agit d'un courriel que j'ai reçu il y a trois jours auquel je réponds, en fait j'avais déjà rédigé une grande partie de cette réponse avant de rédiger l'article d'hier qui traitait le même sujet. Demain, je publierai un complément assez long à l'article d'hier.

- "La guerre et le parasitisme financier deviennent désormais les formes permanentes d’un système d’exploitation capitaliste en pleine crise de décomposition, qui ne parvient plus à survivre que par la destruction massive des forces productives, au premier rang desquelles : la destruction de la force de travail, et cela, alors que l’ensemble du système de domination politique de l’impérialisme est totalement ébranlé."

Quand on parle de "parasitisme financier", il faudrait dire de quoi on parle exactement, préciser ce qu'on entend par là, à quel niveau et à quelle échelle il s'est développé, quels sont les mécanismes et surtout les lois qui le régissent, or il s'avère que ces lois ne correspondent pas à celles du système capitaliste. Je vais donner un exemple tout simple pour le comprendre.

Hier, jusqu'en 1971, vous disposiez chez vous de l'imprimante permettant de fabriquer des dollars, vous pouviez en créer autant que vous vouliez à condition de posséder l'équivalent en or disponible dans votre coffre fort, au cas où les détenteurs de dollars voudraient vous les échanger contre de l'or.

Aujourd'hui, vous disposez chez vous de la même imprimante permettant de fabriquer des dollars, vous pouvez en créer autant que vous voulez sans avoir à remplir la condition énoncée précédemment, sans posséder le moindre équivalent ou la moindre once d'or, et personne ne viendra vous réclamer d'échanger ses dollars contre quoi que soit, vous pouvez en fabriquer en quantité illimitée.

Hier, le dollar s'échangeait contre de l'or, mais qu'est-ce que c'est l'or, une marchandise qui est soumise aux mêmes lois et rapports capitalistes que n'importe quelle marchandise qui renferme une certaine quantité de force de travail...

Aujourd'hui, le dollar s'est émancipé de cette loi et de ces rapports (capitalistes), sa valeur réelle correspond au prix du papier, de l'encre et de la force de travail socialement nécessaire pour le produire autrement dit trois fois rien, un billet de cent dollars doit valoir un ou deux cents (1 ou 2 centièmes de dollar).

On pourrait dire que c'est jouer sur les mots d'opposer le "parasitisme financier" à la traduction que j'ai donnée du développement du système financier ou qu'ils sont équivalents. Or ce n'est pas le cas comme on vient de le voir. Ce serait le cas si la fabrication du dollar trouvait une équivalence dans le système capitaliste, autrefois sa quote-part en or, sauf que dorénavant ceux qui détiennent la planche à billets s'en sont totalement affranchis, la seule loi à laquelle répond sa production il faut la chercher uniquement dans le cerveau de ces banquiers, elle n'a pas d'autre équivalent que leur volonté d'en faire ce que bon leur semble, ils ont acquis ce pouvoir extraordinaire qui dépasse l'entendement, qui n'a pas d'équivalent, que l'on ne peut pas retranscrire sous forme de règle ou de principe car il ne répond à aucune norme objective ou matérielle existante, il est du domaine du subjectif. Plus tard dans un autre article on verra quelle influence peut avoir la mise en circulation de ces sommes gigantesques dans l'économie.

Quant au "système de domination politique de l’impérialisme", effectivement il est en crise, mais en y regardant de plus près on s'aperçoit qu'il ne se porte pas si mal que cela puisqu'il n'existe ni parti révolutionnaire ni Internationale ouvrière, aucune alternative au capitalisme. Dans mon article (il y a 5 jours) j'ai cité le cas de la crise politique en Grèce et Italie qu'ils sont parvenus à surmonter, celle qui a ressurgi en Italie lors des élections élections législatives n'est déjà plus qu'un mauvais souvenir, au Portugal ou en Espagne, mais aussi en Belgique, en Grande-Bretagne ou en France ou encore en Allemagne, dans la totalité de l'UE en fait tous les partis institutionnels s'entendent comme larrons en foire pour assurer la stabilité des régimes en place et apparemment cela ne fonctionne pas trop mal. Ils ont le soutien des dirigeants de tous les syndicats également.

Dans les pays comme la Tunisie, l'Egypte, la Turquie, soit les masses se rangent derrière ou font appel à l'armée, soit elles en appellent à différents impérialistes, à l'UE, à l'ONU pour leur venir en aide, généralement elles adoptent les deux attitudes, on pourrait ajouter quand de larges couches ne soutiennent pas des partis islamistes instrumentalisés et financés par les différents impérialistes ou leurs valets du Golfe.

- "Plus que jamais, nous sommes dans la période historique des guerres et des révolutions, annoncée et décrite par Lénine et Trotsky; une nouvelle vague révolutionnaire mondiale se développe depuis le processus révolutionnaire tunisien en 2011; le parasitisme financier ( masse de capitaux parasitaires équivalent à 700000 milliards de dollars contre un PIB mondial d'environ 50000 milliards de dollars dont une bonne proportion de forces destructives, militaires et para-militaires.....) exprime la contradiction inextricable de ce capitalisme agonisant confronté au manque de rentabilité de l'économie réelle et donc à la baisse tendancielle du taux de profit qui s'imposent aux capitalistes eux-mêmes et qui n'ont donc comme solution que la barbarie croissante et la préparation d'une nouvelle guerre mondiale dont la réalité s'exprime déjà par les plus de 100 guerres "locales" à travers toute la planète!"

Ce que vous ne voulez pas comprendre et cela je m'y attendais, c'est qu'ils sont parvenus a développé les moyens pour surmonter "la contradiction inextricable de ce capitalisme" et contrairement à ce que vous pensez, cela fonctionne à merveille, non sans obstacles comme chacun peut l'observer, observez ce qui se passe aux Etats-Unis, la dette fédérale atteint 10.000 milliards de dollars, une somme colossale qui aurait dû plus qu''ébranler" l'économie américaine, la faire s'effondrer, pensez-vous, ils ont appuyé sur le bouton de leur imprimante et les voilà passer à 17.000 milliards de dollars et la machine infernale tient le coup. Certains ont échaffaudé des théories selon lesquelles ils pourraient décider un jour de remettre les compteurs à zéro, de passer de 17.000 milliards de dollars à zéro ni plus ni moins, soit par le jeu d'un exercice comptable dont ils auraient le secret ou en créant une monnaie qui leur serait réservée dont la valeur serait tellement élevée, par exemple un billet ou une obligation vaudrait 1.000 milliards de dollars, de telle sorte que cette dette n'équivaudrait plus qu'à 17 dollars, ou encore, rendre à nouveau convertible le dollar en or après avoir augmenté leur stock et avoir multiplié par 10 ou davantage la valeur de l'once d'or. Tout cela n'est pas très sérieux et totalement inutile.

Parfois on entend une rumeur selon laquelle le dollar pourrait s'effondrer, comment le pourrait-il quand il ne vaut déjà plus rien ! Si vous partez non pas du PIB mais du profit net total des Etats-Unis et que vous le divisez par la masse de capitaux qu'ils ont créés pour arroser le marché, le résultat vous donnera à peu près la valeur du dollar, à tous les coups il sera négatif, ce qui signifie qu'ils n'en ont vraiment plus rien à foutre du "manque de rentabilité de l'économie réelle" et "de la baisse tendancielle du taux de profit", tout du moins aux Etats-Unis, dans le reste du monde c'est une autre affaire. Et quand ils auront réalisé le marché transatlantique et fondu le dollar et l'euro dans une monnaie unique, ils appliqueront la même méthode et le tour sera joué, sur les points précis que vous avez relevés la lecture du Capital ne vous servira plus à rien.

Quant à la barbarie et aux guerres, ils font partie de leur plan, comme une étape obligée et le pire reste à venir. Lisez l'article sur le Sida, c'est terrifiant, lisez celui sur les souris, c'est édifiant, ils travaillent sur des programmes pour créer des virus, agir sur le cerveau de la population qui relève de la lobotomie, à côté leurs guerres relèvent de la guerre des boutons ! Ce qui est difficile à admettre c'est qu'elles sont à la fois le produit des contradictions du capitalisme et qu'ils les programment dans un but qui demeure inavoué, donc qu'on rejette quand on nous en parle, on se dit que c'est encore sorti du cerveau déséquilibré de fanatiques de la théorie du complot, on ne veut pas le croire.

On veut bien admettre que la financiarisation de l'économie soit le produit de l'évolution du capitalisme, mais on refuse d'admettre qu'à un moment donné elle peut échapper à son contrôle, c'est un peu comme si on admettait qu'on peut se livrer à des excès de vitesse en conservant la maîtrise de la situation, et qu'on refusait d'admettre qu'un jour on pourrait devenir fou au point d'en perdre le contrôle. Si la maîtrise de la situation relève de la conscience et la folie de l'inconscience, la financiarisation de l'économie incarnait la maîtrise de l'évolution du capitalisme et relevait de la conscience, mais pas son développement qui demeure inconscient puisque l'immense masse de l'humanité en ignore totalement le fonctionnement, le passage à une économie basée uniquement sur la finance incarne l'impossibilité de maîtriser cette évolution et relève de l'inconscience ou de la folie de leurs concepteurs, mais qui en sont parfaitement conscients, c'est à devenir fou penserez-vous peut-être, en effet, il vaut mieux l'être ou se mettre dans la tête d'un fou pour comprendre comment il fonctionne.

Aussi sûrement que la conscience et l'inconscience se cotoient en chaque individu, il faut concevoir que les guerres correspondent à ces deux états, qu'elles soient inévitables dans le cadre de l'économie capitaliste classique en décomposition et qu'elles répondent à un plan déterminé qui sort de ce cadre. A quoi cela nous avance-t-il de savoir qu'elles sont programmées pourrait-on se dire puisque cela revient au même ? Pas tout à fait, car une guerre ne sert pas uniquement à surmonter (provisoirement) un obstacle, elle sert à créer les conditions politiques qui serviront à faire disparaître à terme les contradictions qui en étaient à l'origine, ils n'ont pas créer l'ONU pour en finir avec les guerres comme on peut l'observer mais pour mieux asservir tous les peuples.

De même qu'ils n'ont pas créé le FMI et la Banque mondiale à la même époque au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour éviter les crises économiques, mais pour préparer les conditions qui leur permettront de les contrôler dans un premier temps, ensuite les faire disparaître une fois mis en place un système économique qui ne reposerait plus sur les rapports entre les classes. Le FMI et la Banque mondiale ne sont pas seulement le produit de la crise des années 30, mais la volonté délibérée de parvenir par n'importe quel moyen à les surmonter autrement qu'en recourant à une nouvelle guerre mondiale, ce qui nécessite de liquider à la fois les rapports socaux de production qui en sont à l'origine et la lutte des classes, dimension du combat de notre ennemi que l'on ne peut saisir qu'en admettant que la transformation de la quantité en qualité s'applique aussi à l'économie et à la politique.

Maintenant le prolétariat mondial et le mouvement ouvrier n'ont pas dit leur dernier mot, effectivement le léninisme, dont Trotsky disait que ce qui le résumait le mieux c'était le parti, demeure valable, mais le parti sans une statégie révolutionnaire qui englobe la totalité de la situation ne sera jamais le parti de Lénine ou dont parlait Trotsky et les "déductions léninistes" demeureront lettre morte.

- "Il n'y a pas 2 capitalismes parallèles mais un seul dont l'ampleur du parasitisme financier et de l'économie d'armement ( sans parler du chômage de masse et de la précarité galopante) ne font qu'illustrer la pertinence de l'analyse marxiste et des déductions léninistes."

Je suis désolé, à partir du moment ou le cartel des banquiers de la Fed dispose d'un moyen de se soustraire aux lois du capitalisme, capitalisme qui n'a pas disparu pour autant je vous rassure, on ne peut pas inclure dans le capitalisme un facteur qui ne répond pas à ces lois, on est obligé d'admettre qu'ils fonctionnent selon d'autres lois qui débouchent sur un nouveau système économique. Il est vrai maintenant comme je l'ai dit dans mon premier article, que ce nouveau système économique n'a pas supplanté l'ancien du jour au lendemain en 1971 ni au cours des décennies qui ont suivi, c'est par pans et par étapes qu'il parvient à s'imposer, je ne vais pas reprendre ici toutes les mesures qui ont été prises dans ce sens depuis 1971, tous les instruments financiers qu'ils ont créés à cet effet.

Quant à "la pertinence de l'analyse marxiste" et aux "déductions léninistes", on se demandera ce qu'en ont fait leurs "héritiers", sinon produire des généralités dont ils semblent se contenter, qui au regard de leur bilan politique servirait plutôt à détourner les travailleurs du marxisme et du léninisme.

A ma connaissance, mais vous me corrigerez si je me trompe, la méthode du marxisme consistait à prendre en compte la totalité des facteurs et des rapports existant pour analyser la situation et déterminer une stratégie politique, ce à quoi vous vous refusez obstinément. Et ce n'est pas le seul puisque vous n'accordez aucune importance aux structures ou aux institutions que l'oligarchie financière a créées depuis plus d'un demi-siècle, mieux, pour vous elles n'existent pas, ainsi vous niez la théorie du mondialisme qui est à l'origine de leur stratégie politique, qui certes prend appui sur la mondialisation, pour mieux l'orienter dans une direction précise diamétralement opposée à la nôtre.

Mais vous avez sans doute raison, il est "pertinent" que les masses n'en sachent rien, moins elles en sauront et mieux elles pourront mener leur combat pour s'émanciper du capitalisme, c'est une façon de concevoir le combat politique que de leur cacher une partie de la vérité, le sort que l'oligarchie leur a concocté, désolé, ce n'est pas la mienne.


Le 2 août 2013

CAUSERIE

Les causeries de juillet ont été formatées en pdf (Acrobat Reader), le lien se trouve dans le bandeau en haut.

Suite sur le mondialisme et le système financier

La suite de l'article d'avant-hier qui faisait suite à celui du 28 juillet. Il se peut que j'en écrive un autre aujourd’hui ou demain à moins qu'on arrête là pour le moment. Non, finalement je réserverai demain une petite surprise à mes advervaires qui ne veulent pas reprendre mes arguments, ce sera mon hommage à Trotsky assassiné le 20 août 1940 sur ordre de Staline.

La méthode de mon contradicteur est très facile à repérer, elle consiste à interpréter mon analyse pour ensuite prétendre qu'elle est erronée, alors que celle qu'il nous livre ne correspond pas à la mienne puisqu'à aucun moment il n'évoquera le fait sur lequel elle repose essentiellement, c'est un procédé malhonnête, mais on a déjà vu pire. Il est incapable de réfuter mon argumentation, alors il recourt à cette méthode qui lui fait honneur.

C'est le sale type qui me harcèle depuis des années qui en est l'auteur, le dénommé Coquéma, en quatre jours il m'a envoyé trois courriels. Demain nous aborderons son dernier courriel, il nous récite sa leçon que nous connaissons par coeur, mais qui semble fort incomplète au regard de la situation dans laquelle se trouve plonger le mouvement ouvrier et particulièrement son avant-garde ou ce qu'on ose encore appeler ainsi.

Nous avons commis le crime impardonnable d'avoir l'audace de prétendre que certains facteurs et rapports au sein du capitalisme auraient évolué depuis un siècle ou un demi-siècle, ce qui ne surprendrait aucun esprit équilibré, ce n'est pas son cas et il est loin d'être le seul et nous allons voir immédiatement pourquoi. Notez bien que si cela avait été un de ses chers dirigeants qui avait commis cette analyse à ma place, il aurait applaudi des deux mains, cela en dit long sur sa personnalité ou plutôt son absence de personnalité, un trait partagé par de nombreux cadres ou dirigeants d'ailleurs.

Dans son courriel du 30 janvier que j'ai trouvé dans la boîte au lettre le 31 au matin (décalage horaire), il écrivait notamment à propos des banquiers de la Fed :

- "Pourquoi d'ailleurs prendre des risques et ne pas créer suffisamment d'argent pour tous ( un peu plus bien sûr pour les capitalistes eux-mêmes!) et ainsi éviter toute révolution , la période historique ne serait plus celle des guerres et des révolutions mais celle du communisme (tous les besoins satisfaits grâce aux planches à billets) sous direction des capitalistes eux-mêmes!!! Pourquoi n'y pensent-ils donc pas ? "

Question très instructive, car elle démontre que son auteur ignore tout simplement sur quoi repose le pouvoir des capitalistes en général (et celui de l'oligarchie financière). Je vous fais remarquer une nouvelle fois que contrairement à mon détracteur je pars de ce qu'il a écrit et non de l'interprétation que j'en ferais, c'est aussi ce qu'on appelle partir des faits.

Ils ne peuvent pas distribuer de l'argent à tout le monde sans modifier du même coup les rapports entre les classes sur lesquels repose leur pouvoir auquel ils tiennent plus que tout, c'est d'ailleurs parce qu'ils savent qu'il est menacé qu'ils ont développé ce système financier, c'est tout bête n'est-ce pas. Développons. Leur objectif n'est pas de conserver les classes telles qu'elles existent mais de les liquider, car ils savent que ce rapport entre les classes est instable, repose sur un fragile équilibre que les contradictions du capitalisme mettent à mal lors de crises de plus en plus gigantesque et dont le contrôle risque de leur échapper à tout moment. Car la lutte des classes se poursuit, les poursuit, c'est leur bête noire, il leur faut donc par tous les moyens s'en émanciper, la liquider, en supprimer l'origine pour que leur pouvoir ne puisse plus être menacé, donc les classes et les rapports qui vont avec. C'est le scénario et la stratégie qu'ils ont conçus, ce n'est pas moi qui les ai inventés, je n'ai pas assez d'imagination pour cela, je ne fais qu'observer de quelle manière ils procèdent et vers quoi tend leur politique, l'établissement d'un gouvernement mondial, d'un nouvel ordre mondial, une dictature mondial, ils n'ont cessé de démontrer qu'ils avançaient dans cette voie depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il fallait être aveugle ou d'une mauvaise foi sans fondpour ne pas s'en être aperçu plus tôt. Ce fut le cas de nos dirigeants notamment.

Chacun connaît l'issue de la lutte des classes, la suppression des classes pour le meilleur ou pour le pire selon la classe qui la réaiserait. Marx et Engels l'avaient théorisée, alors dites-moi pourquoi notre ennemi n'en aurait-il pas fait de même en poursuivant un objectif diamétralement opposé au nôtre ? Et de quoi découlait-elle cette suppression des classes ? Du développement historique du capitalisme conduisant à terme au socialisme ou à la barbarie qui depuis porte un nom, le nouvel ordre mondial, sorte de monarchie absolue qu'incarnerait l'oligarchie financière flanquée d'une élite intellectuelle partageant son idéologie néolibérale. Je conçois qu'il soit contrariant ou déstabilisant de se retrouver face à une analyse où l'on met précisant un nom derrière chaque rapport ou développement. Notre argumentation et démonstration sont parfaitement structurées et cohérentes, et elles ont l'inconvénient j'en conviens volontiers quand on veut les démolir à tout prix de reposer sur des faits.

Nous sommes très loin de la suppression des classes (et du socialisme) telle que l'avaient envisagée Marx et Engels, et de leur côté les oligarques sont très loin de l'avoir réalisée également, donc ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit une fois de plus.

A vous entendre le fait d'énoncer cette réalité suffirait à reléguer le socialisme aux oubliettes, tel n'a jamais été mon propos, mais cela pourrait se produire si certaines conditions étaient réunies. Vous allez me répondre : vous voyez que vous dites que cela pourrait arriver, effectivement, vous avouez que notre combat est foutu d'avance, non mais nous pourrions être vaincus. Je crois que c'était Lénine qui disait que le marxisme était avant tout réaliste et qu'il ne fallait pas le confondre avec l'optimisme béat de l'opportunisme. Désolé je n'ai jamais prétendu que nous avions perdu la guerre de classe, vous devez confondre avec quelqu'un de votre entourage. Souvenez-vous ce que disait Lénine et Trotsky des Etats-Unis d'Europe ? Impossible, sauf si le mouvement ouvrier était vaincu. Tout stratège se doit d'envisager la victoire et la défaite de son armée pour organiser la retraite de ses troupes en bon ordre pour éviter de gaspiller inutilement des soldats, bien que sa stratégie s'inscrive dans la perspective d'une victoire dès lors que les conditions semblent réunies pour avoir une chance de l'emporter. Soyons lucide, réaliste au lieu de nous leurrer ou de nous raconter des histoires, procédé employé par les révisionnistes pour justifier leur politique opportuniste.

Passons au second point que je voulais aborder et qui est relié au précédent.

Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, apparemment non, nous assistons à une course contre la montre entre l'oligarchie financière et le prolétariat mondial pour détruire le capitalisme, car l'un et l'autre savent qu'à terme il est condamné, et seul l'un des deux protagonistes détiendra le pouvoir. La destruction de nos droits sociaux et politiques en est l'un des aspects les plus visibles, mais qu'on refuse d'inscrire dans une telle perspective. On préfère se réfugier derrière l'analyse marxiste des contradictions du capitalisme que l'on déforme au passage en lui faisant dire que mécaniquement les mêmes causes produiraient toujours les mêmes effets, ce qui peut se concevoir quand c'est réellement le cas, mais sera infirmé quand un nouveau facteur entrera en ligne de compte ou qu'un facteur ou un rapport aura évolué de telle sorte qu'il pourrait se traduire autrement ou contribuer à modifier les rapports précédemment observés qui se traduiraient par des effets nouveaux ou des conséquences inattendues, on appelle cela la dialectique appliquée aux faits ou le matérialisme dialectique avec lequel mon contradicteur est fâché ou n'a rien compris.

Reprenons, cette course contre la montre à laquelle se livrent nos deux classes en présence à pour objet le pouvoir, le pouvoir d'une minorité d'asservir l'humanité indéfiniment ou le pouvoir de l'humanité de conquérir sa liberté une fois débarrassée de l'exploitation de l'homme par l'homme à l'origine de la servitude humaine.

Pouvoir qui ne se réaliserait pas dans des termes symétriques puisque si nous l'emportions les classes disparaîtraient et donc les oligarques aussi, alors que si c'était eux qui l'emportaient, ils deviendraient les maîtres du monde et nous continuerions d'exister à l'état d'esclaves pour les servir dépouillés de tout droit pour contester leur pouvoir absolu. Quand on dit que l'un et l'autre le savent, il faudrait plutôt dire qu'ils en ont parfaitement conscience, tandis que de notre côté on peine à en prendre conscience, c'est une litote, la preuve vous ne l'admettez même pas ou pour être plus précis, car cela vous ne le contestez pas forcément, vous refusez d'admettre qu'ils ont élaboré une stratégie pour mener cette guerre, or pour mener à bien une guerre, vaut mieux connaître la stratégie de notre ennemi, c'est d'ailleurs l'unique objet de tous ces articles, à moins de vouloir être vaincu à tout prix, ce qui en prendrait le chemin si on vous écoutait ou vos amis.

En fermant les yeux sur un aspect essentiel de la réalité, vous empêchez les masses d'en prendre conscience, donc de s'armer pour combattre notre ennemi.

Je sais que vous méprisez cet aspect du combat politique qui selon vous correspond à une conception de la lutte des classes purement mécanique, la lutte, la lutte, la lutte, par le seul fait de connaître une expérience les masses en mesureraient obligatoirement la portée, s'élèveraient automatiquementà un niveau de conscience supérieur par une opération du saint esprit dont vous seul avez le secret, car en réalité les choses ne se passent pas ainsi, hélas !

D'ailleurs c'est bien simple, là où nous reconnaissons un fait dans l'élévation de la conscience politique des masses, vous, vous n'y voyez qu'un phénomène subjectif ; selon nous, la situation serait (aussi) le produit de leur ignorance, dont un fait en produirait un autre, la situation et l'ignorance des masses étant considérées tous deux comme des faits dans un rapport de cause à effet, mais lorsqu'on évoque la nécessité d'élever le niveau de conscience des masses pour que la situation puisse évoluer favorablement, là vous déclarez forfait, l'élévation de leur niveau de conscience n'aurait aucun effet sur la situation donc inutile de s'y attarder, peu importe ce qu'elles ont dans la tête quand elles se mobilisent, à quel degré de conscience elles sont parvenues au début de leur combat, par miracle le plus arriéré des ouvrier va assimiler le socialisme d'un coup de baguette magique.

Vous comprendrez mieux pourquoi nous rejetons votre conception de la lutte des classes qu'incarne parfaitement le rejet de la théorie que je développe, qui en l'occurrence ici consiste à assimiler les facteurs subjectifs à des faits, car ils ont une double nature subjective et objective, pas seulement quand je le décrète mais en permanence puisque seule la réalité m'intéresse. Maintenant, que le rapport ou la combinaison qui existe entre facteur subjectif et objectif demeure obscure aux esprits bornés ou dogmatiques n'a rien d'étonnant, il est en grand partie responsable de la situation dans laquelle se trouve le mouvement ouvrier.

Notre ennemi sait parfaitement à quel défi il va être confronté à court terme avec une population de plus de 7 milliards d'habitants. Il connaît sur le bout des doigts tout ce que vous avez débité sur la baisse tendancielle du taux de profit et je ne sais quoi encore, il possède à ce sujet des données que nous n'avons même pas. Ce que vous ne voulez pas admettre, c'est qu'il se sert des instruments à sa disposition pour détruire le capitalisme, dont le système financier sur lequel il compte pour le dépasser, s'en affranchir, se libérer de la lutte des classes. Vous avez raison, il dispose d'un pouvoir illimité en ayant le monopole de la création monétaire et le contrôle de la masse monétaire en circulation et il pourrait en user pour résoudre toutes les difficultés qu'il rencontre, sauf que c'est impossible, et pourquoi c'est impossible, parce que la liquidation du système capitaliste n'est pas une fin en soi pour lui, mais uniquement le moyen pour détenir le pouvoir politique absolu, ce qu'il vise ce n'est pas le pouvoir économique, il s'en fout, c'est le pouvoir politique qu'il vise, c'est son objectif final.

On disait plus haut qu'ils sont lancé dans une course contre la montre avec nous, ils se sont donnés deux ans pour conclure l'accord sur le marché unique transatlantique EU-UE, deux ans, ils n'arrêtent pas de le marteler, cela urge apparemment, tout comme l'union bancaire européenne et Bâle III qui serviront à liquider et fusionner des centaines de banques en Europe pour mieux contrôler ce secteur clé de l'économie, Goldman Sachs et Cie y travaillent jour et nuit pendant qu'on est en train de se chamailler entre nous.

Nous savons que le capitalisme ne disparaîtra pas de lui-même, dès lors, soit ce sont eux qui s'en chargeront, soit ce sera nous, ce qui est nouveau dans la théorie que je défends, c'est que je prétends qu'ils sont en lice pour réaliser cet objectif, en me basant sur un facteur concret et non une hypothèse ou une vague idée, répétons-le à des fins diamétralement opposées aux nôtres.

Je vais vous dire un dernier truc. Ce qui défrise mes adversaires, c'est que ma théorie part des contradictions du capitalisme, elles y figurent du début à la fin, vous en êtes témoins dans chacun de mes articles je n'ai cessé de justifier le recours à ce système financier par l'oligarchie financière parce qu'elle sait pertinemment que le capitalisme court à sa perte et qu'ils veulent l'éviter à tout prix, pas pour le sauver, il est condamné, mais pour le liquider et asseoir définitivement leur pouvoir politique, j'ai intégré dans mon analyse celle de Marx, elle y figure en toutes lettres, j'ai simplement ajouter un facteur nouveau qui n'existait pas à son époque et qui permet de préciser de quelle manière va se dérouler la luttes classes et dans quelle direction peut évoluer le monde, la barbarie ou nouvel ordre mondial ou le socialisme.

Avouons au passage que notre ennemi à un coup d'avance, au moins. Je pourrais citer Engels à propos de l'embourgeoisement du prolétariat, la pourriture qui avait gangrené le mouvement ouvrier britannique, entre nous il ne s'en est jamais relevé, c'était à la fin du XIXe siècle, corrompu et nationaliste disait-il, en Allemagne c'est par le biais du parlementarisme et du syndicalisme que la social-démocratie a pourri sur place, à la même époque, je ne fais que citer Engels, jamais vous ne trouverez pareille citation chez mes adversaires, chez aucun, à croire qu'elle les viserait ou qu'elle les concernait quelque part, pareil, le prolétariat et le mouvement ouvrier allemand ne s'en remettront jamais et pire encore, idem en Italie, en Espagne, au Portugal et en Grèce, sans oublier la France et son empire colonial... On a appris il y a quelques jours que le gouvernement américain avait déboursé 10 millions de dollars pour soudoyer des policiers syriens... En France les dirigeants syndicaux sont recyclés dans des missions ministérielles, des think-tanks, des conseils d'administration ou encore au Conseil économique et social et environnemental, corrompus jusqu'à la moelle, cela fait partie de la stratégie de notre ennemi, nos dirigeants s'en accommodent ou font l'autruche, l'Etat finance grâcement les syndicats, les achète en réalité, là encore personne ne trouve rien à y redire, ailleurs notre ennemi place ses hommes à la tête d'une banque centrale, d'un Etat, un candidat compte parmi ses proches des banquiers, quoi de plus naturel en somme, un parti compte des banquiers parmi ses dirigeants, quoi de plus naturel n'est-ce pas, et puisque ce parti se dit socialiste, on appelle à voter pour ses candidats, on le soutien, on va même jusqu'à leur demander de se conduire en socialistes quand ils sont élus ou deviennent ministres... On imagine le fou rire des oligarques qui doivent se dire : on a réussi à pourrir leur mouvement, ils sont complètement paumés, leur stratégie est viciée, mieux, ils n'en ont aucune, cela va nous faciliter la tâche et on en aura bien besoin car le plus gros reste à faire...

Ah heureusement quand même qu'il y a les crève-la-faim pour sauver la bonne conscience à nos dirigeants ou leur sauver la mise, n'est-ce pas monsieur Coquéma, oui vous ne devez pas en faire partie, hélas on aurait envie de dire, moi non plus, sauf que je ne me comporte pas en hypocrite. Ils vont se soulever et vous allez tous les voir scander : vive la révolution ! qu'ils avaient enterrée vivante pendant des décennies et des décennies, quelle honte ! Eh oui, comme notre cher vieux Karl, on compte sur eux pour régénérer le socialisme dont vous êtes indigne!

Cela va être dur, très difficile, parfois on n'ose même pas y penser et puis on se dit qu'il était prévu d'en passer par bien des sacrifices, en vies humaines bien sûr, sacrifices qui auraient pu être évités en partie si nous nous y étions pris autrement, car on est vraiment au ras du caniveau aujourd'hui sur le plan théorique et politique, l'état du mouvement ouvrier est misérable. Mais il y en a qui croient encore aux miracles, non cela ne nous fait pas marrer du tout, car c'est là-dessus que nos dirigeants ont bâti leur stratégie, et puis si les masses étaient défaites, ce serait la faute à pas de chance, ce jour-là il pleuvait... Dans tous les cas de figure, ils ont raison et ils auront toujours raison. Tenez, un miracle tout frais d'hier.

En Tunisie les partis de gauche viennent de demander à l'armée d'intervenir comme en Egypte pour dégager le gouvernement, parce qu'ils sont incapables de mobiliser les masses, de leur inspirer confiance, ils se sont trop longtemps fourvoyés avec le régime en place, celui de Ben Ali, et ils ne proposent aucune issue politique vraiment révolutionnaire ou socialiste aux masses...

Sans rire du tout encore une fois car la situation ne s'y prête pas vraiment, le même charlatan m'a envoyé un nouveau courriel qu'il termine ainsi : "A la Quatrième Internationale et à ses partis de savoir répondre présents!, ne perdez pas votre temps à les chercher vous ne les trouverez pas, entre nous, voilà qui fait une belle jambe à nos camarades tunisiens et égyptiens, je pense qu'avec une telle déclaration ils vont pouvoir se lancer à l'assaut du ciel (Marx lors de la Commune) et vaincre, il s'en remet à un fantôme, un ectoplasme, une organisation sclérosée, fossilisée, inexistante, une Internationale morte et enterrée le 20 août 1940. Vous pouvez commander votre cercueil avec ces gens-là.


Le 3 août 2013

CAUSERIE

Depuis avant-hier, la vermine qui me poursuit de ses courriels vénimeux m'en a encore envoyé trois autres, dont deux vendredi, un à 14h33, l'autre à 17h47, je vous les communiquerai et vous pourrez juger par vous-même que mes propos demeurent modérés. Il a manifestement pété un plomb. Apparemment pour lui et ses petits camarades je suis leur cauchemar.

Celui du vendredi 2 août 2013 de 14h33 commençais ainsi : "Tardieu, ou la planche à conneries illimitée! On comprend mieux pourquoi il n'a eu que 7 réponses à ses sollicitations! (le formulaire que j'avais mis en ligne et que seulement 7 militants m'avaient retournés - ndlr) La réponse à ses délires il l'a, mais il a encore besoin qu'on lui coupe le sifflet ! je crois qu'il est sur la bonne voie!", il voulait dire par là que j'étais en train de saborder notre portail et que j'allais ainsi disparaître, pas de bol, c'était une ruse pour qu'il nous montre qui il était réellement et les bonnes intentions qui l'animaient, c'est réussi au-delà de mes espérances ! J'ai dû mettre le paquet pour que cela marche, vous m'en excuserez.

Dans les jours qui viennent je vais finir le boulot, le broyer littéralement, ensuite on reprendra tranquillement notre travail, peut-être à un rythme moins soutenu, je dois préserver ma santé, ce que vous comprendrez très bien. Je mettrai ce soir en ligne de nouveaux articles, car au cours des derniers jours, de mon côté j'ai continué à bosser normalement.

Je vous souhaite un bon week-end ou bonnes vacances.

Suite sur les rapports entre mondialisation et mondialisme.

Je vous propose trois citations de Trotsky de la fin des années 30 issues du recueil de textes Défense du marxisme (en ligne dans le portail, page 16). Elles figuraient dans le même texte et je les présente par ordre chronologique. Mon bref commentaire figure à la suite de chacune d'entre elles.

1- "Si l'on considère, au contraire, que la guerre actuelle (Seconde Guerre mondiale - Ndlr) provoquera non point la révolution mais la déchéance du prolétariat, il n'existe alors qu'une autre issue à l'alternative: la décomposition ultérieure du capitalisme monopoliste, sa fusion ultérieure avec l'Etat et la disparition de la démocratie, là où elle s'est encore maintenue, au profit d'un régime totalitaire. L'incapacité du prolétariat à prendre en mains la direction de la société pourrait effectivement dans ces conditions mener à l'émergence d'une nouvelle classe exploiteuse issue de la bureaucratie bonapartiste et fasciste. Ce serait, selon toute vraisemblance, un régime de décadence, qui signifierait le crépuscule de la civilisation."

La réalité telle qu'on a pu l'observer au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ne s'est pas traduite exactement de cette manière là. Il serait erronée de situer ce passage exclusivement dans le cadre de l'URSS de l'époque, peu importe, ce qui nous intéresse c'est de constater que Trotsky envisageait l'existence de conditions qui pourraient conduire à la "déchéance du prolétariat", à la "disparition de la démocratie", à l'établissement d'un "régime totalitaire" à l'échelle de l'humanité qui finalement coïnciderait avec le "crépuscule de la civilisation", ce que pour notre part nous avons envisagé, mais que l'enragé Coquema refuse d'admettre, sans doute que lui et ses amis politiques nous en toucheront deux mots lorsque la situation sera devenue irréversible.

La décadence de la civilisation humaine, en 2013 on y est, sauf que c'est l'oligarchie financière qui en est le maître d'oeuvre.

2- "Même si les divers gouvernements fascistes réussissaient à établir chez eux un système d'économie planifiée, alors, à part l'éventualité, à la longue, d'inévitables mouvements révolutionnaires du prolétariat qu'aucun plan ne saurait prévoir, la lutte entre les Etats totalitaires pour la domination mondiale continuerait et même s'intensifierait de façon erronée. Des guerres dévoreraient les fruits de l'économie planifiée et détruiraient les fondements de la civilisation. Bertrand Russel croit, il est vrai, qu'un Etat victorieux pourrait, en conclusion de la guerre, unifier le monde entier dans un étau totalitaire. Mais même si une telle hypothèse se vérifiait, ce qui est plus que douteux, une "unification" militaire ne serait pas plus stable que la paix de Versailles. Les soulèvements nationaux et les pacifications qui s'ensuivraient déboucheraient sur une nouvelle guerre mondiale, qui pourrait creuser le tombeau de la civilisation. Ce ne sont pas nos voeux subjectifs, mais la réalité objective qui indique que la seule issue pour l'humanité est la révolution socialiste mondiale. L'alternative, c'est la rechute dans la barbarie."

Voilà une citation qui va faire jouir cet hystérique qui me poursuit de son fiel haineux, elle est conforme à ce que j'ai affirmé par ailleurs, y compris la dernière hypothèse "la rechute dans la barbarie" qui m'intéresse plus que son antithèse, à savoir "la révolution socialiste mondiale", pour la bonne raison que les masses n'en ont absolument aucune idée, ensuite parce que pour qu'il y ait révolution socialiste mondiale faudrait-il qu'il existe une Internationale construite sur les bases du marxisme et dont ce serait le programme, sauf qu'il n'existe à ce jour aucun section de cette internationale dans le monde, dans le cas contraire qu'on nous fournisse la liste de ces partis, leur nombre de militants, les actions qu'ils ont menées au nom de leur Internationale au cours des années ou des décennies précédentes.

3- "Si le prolétariat mondial apparaissait effectivement incapable de remplir la mission que le cours du développement place sur ses épaules, il ne resterait alors rien d'autre à faire que de reconnaître ouvertement que le programme socialiste, construit sur les contradictions internes de la société capitaliste, s'est avéré une pure utopie. Il faudrait alors, évidemment, élaborer un nouveau programme "minimum" pour défendre les intérêts des esclaves de la société bureaucratique totalitaire."

Il nous faut admettre que le prolétariat mondial a été incapable jusqu'à nos jours de "remplir la mission que le cours du développement place sur ses épaules", ce que nos adversaires ne peuvent admettre car il leur faudrait du même coup admettre leur propre faillite politique. Ils prétendent incarner le proéltariat mondial et cette "mission", et tels des jésuitres dès lors cela leur suffit ou des imbéciles heureux, un luxe qu'ils peuvent se permettre, mais qui pour notre part se situe au-dessus de nos moyens !

Mon cher Léon, si tu me permets de poursuivre ta réflexion 75 ans plus tard et je pense que si tu étais parmi nous tu n'y verrais aucun inconvénient, bien au contraire, quitte à me corriger par la suite si nécessaire, nous ne sommes pas obligés non plus d'être d'accord sur tout, tu en conviendras aisément contrairement à mes procureurs ou dictateurs en herbe, il faudrait se poser la question de savoir pourquoi le prolétariat mondial n'a-t-il pas été capable de remplir sa mission historique, qu'est-ce qui a manqué, qui a fait défaut, ou nous nous sommes trompés, car nous avons une bonne part de responsabilité dans cette affaire 75 ans plus tard, ce serait la moindre des choses de le reconnaître et de se poser cette question que tout marxiste se poserait.

Maintenant tu émets une hypothèse terrible ou terrifiante en admettant que notre programme pourrait s'avérer utopique parce qu'il avait été "construit sur les contradictions internes de la société capitaliste", qu'est-ce à dire que notre programme était erronée ou plutôt que nous n'avons pas été capable de mesurer au fil du temp comment évoluaient les contradictions du capitalisme et que nous les aurions intégrées dans notre programme sans en tenir compte, à la manière des dogmatiques en quelque sorte, que nous serions passés à côté de quelque chose d'essentiel qui avait rendu notre programme caduc alors qu'il demeurait parfaitement valable par ailleurs, aurions-nous omis un ou des facteurs, des rapports qui au sein du capitalisme auraient à un moment donné évoluer d'une autre manière que ce que nous connaissions jusqu'alore ou que nous avions pris en considération ? C'est la thèse que je défend.

Pour finir, vous remarquerez que Trotsky une nouvelle fois envisageait bien la défaite du prolétariat mondial et l'établissement d'une dictature mondiale, il la concevait sous la forme d'une bureaucratie sur le modèle du stalinisme, sur le modèle du néolibéralisme le résultat sera le même, un régime totalitaire est un régime totalitaire, adapté à notre époque il porte un nom : le nouvel ordre mondial qui se met en place.

Je sais que vous ne partagerez peut-être pas mon analyse, maintenant, si vous observez bien ce qui s'est passé depuis 1945 en Europe et en France en particulier, méticuleusement le mouvement ouvrier et particulièrement son avant-garde ont préparé les conditions de cette défaite finale, c'est ce que je n'ai cessé de vouloir mettre en lumière au cours de ces dernières années, en vain puisque tout le monde semblait satisfait de son sort ou de l'amélioration de la condition ouvrière qui avait eu lieu depuis 1945. Nos dirigeants ont endormi les travailleurs, ils les ont anesthésiés pour ainsi dire... et quand les Grecs se sont réveillés totalement désarmés, ils ont pratiquement perdu tous leurs acquis en moins de temps qu'il en fallait pour le dire ou s'en apercevoir, les Irlandais sont déjà passés par là en partie, les Portugais et les Espagnols aussi... La suite viendra.

C'était bien joué, avouons-le, un coup de maître. Qu'il nous soit permis de penser qu'il avait été préparé de longue date. Mais non, mais non, affirmerons nos adversaires, ils ont tout improvisé, ben voyons ! qui peut croire pareille baliverne, avouez plutôt que vous n'avez rien vu venir, soyez honnêtes pour une fois. On a tendance à confondre la lutte des classes telle qu'elle se déroule et qui englobe des facteurs qui n'apparaissent pas forcément sur le devant de la scène mais qui ont toute leur importance dans les décisions politiques qui sont prises par ceux qui nous gouvernent, avec l'interprétation qu'en font certains qui n'est qu'une version édulcorée ou déformée de la réalité car elle correspond à leur conception de la lutte des classes et les besoins de leur appareil. Pendant 70 ans ils n'ont cessé de voir des révolutions partout, des révolutions politiques surtout, ils ont forcé le trait au point de défigurer la réalité et de la rendre incompréhensible, leurs interprétations du mouvement révolutionnaire de 1956 en Hongrie, du Printemps de Prague en Tchécolovaquie en 1968 et bien d'autres événements du même genre ne reflétaient pas les rapports réels qui existaient et exprimèrent au contraire un optimisme béat qui n'avait rien à voir avec le réalisme du marxisme. On en était venu à défendre des militants emprisonnés en URSS ou dans ses satellites qui étaient en réalité des pro impérialiste, des anticommunistes, ce que personnellement je ne découvrirai que bien plus tard. Aujourdhui ce sont les Américains qui ont pris la relève, et on ne devrait pas se poser de questions sur les manipulations dont nous furent l'objet ? Vaclav Havel un grand révolutionnaire, lisez donc ses déclarations et observez son parcours politique et vous aurez compris à quoi je fais référence ici, je n'invente rien hélas !

Pendant ce temps-là, pendant qu'on se gargarisait de réformes et autres acquis, notre ennemi oeuvrait à sa stratégie, il avançait tranquillement ses pions, construisait patiemment le monde infernal dans lequel il allait nous enfermer plus tard, des premières réunions sur l'avenir de l'Europe en 1948 au traité de Maastricht en 1992 il s'est écoulé 45 ans pendant lesquels on n'entendit pratiquement pas parler de l'Union européenne ou si peu, une entreprise totalitaire, tout le monde en convient depuis, mais un peu tard, trop tard, trop tard peut-être je n'en sais rien. Je n'ai absolument aucun souvenir d'avoir combattu sur ce thème quand je militais à l'OCI entre 1978 et 1981, comme j'ignorerai ce que signifiait la loi ou le décret instituant l'indépendance de la Banque de France en 1973, tiens, deux ans à peine après la fin de la convertibilité du dollar en or et un an après la création de la Commission Trilatérale, par qui déjà, un certain Rockeffeler.

Simple coïncidence que tout cela, à quoi bon s'en soucier n'est-ce pas, on n'a cessé de vivre dans cette insouciance de tout un pan du capitalisme que nos dirigeants avaient décrété insignifiant ou secondaire, sauf qu'en réalité il allait être déterminant pour la suite de la lutte des classes, on le découvrira en 1992, et encore bon gré mal gré, en ne dépassant pas la superficialité des choses, les masses évidemment furent prises à dépourvu, pas du tout préparées politiquement à aborder cette question, les uns et les autres jetèrent toutes leurs forces dans la bataille pour que le non l'emporte et ils furent vaincus, ils le justifièrent en mettant cette défaite sur le dos de la formidable machine à propagande du gouvernement Mitterrand et des médias, ils ne voulurent surtout pas y voir le signe annonciateur des défaites à venir tout aussi cuisantes que le prolétariat allait subir, ils n'en tirèrent absolument aucune leçon.

Voilà ce que je dénonce à travers ma théorie, dites-moi franchement, je ne devrais pas, ce serait un crime de dire la vérité aux militants et aux travailleurs, que ces dirigeants sont en train de creuser notre tombe ?

En guise d'épilogue.

Ce sont les mêmes banquiers anglo-saxons qui ont initié à un demi-siècle de distance le Traité de Rome et les "négociations" en vue d'un traité de marché unique transatlantique, les mêmes qui contrôlent la Fed depuis un siècle et qui possèdent la planche à dollars depuis 42 ans, qui ont créé le FMI, la Banque Mondiale, l'ONU, le groupe Bilderberg, la Commission Trilatérale, le CFR, qui dictent la politique de l'OTAN, du Pentagone, de la CIA, du NSA, qui sont à la tête des plus importantes multinationales du monde dans tous les secteurs d'activité économique, des universités, des centres de recherche et des laboratoires (aux Etats-Unis), etc. Goldman Sachs dispose de 700 milliards de dollars, deux fois le budget de la France, sans même actionner la planche à billets ils ont plus de pouvoir que le cinquième ou sixième pays le plus riche du monde en terme de PIB, une paille, un détail, c'est secondaire, on s'en tape camarade, tu nous emmerdes avec ces histoires...

O.K. pas de problèmes, les travailleurs vont comprendre comment fonctionne la société et le monde en observant le jeu institutionnel qui ressemble de plus en plus à une mauvaise farce, ce qu'en disent les uns et les autres, comment ils se disposent les uns par rapport aux autres, contentons-nous des apparences, de l'immédiat, de ce qui tombe sous le sens, au-delà il faudrait réfléchir, il faudrait saisir des rapports qui semblent tellement éloignés de la réalité que vivent les travailleurs au quotidien qu'ils n'y comprendraient rien, vaut mieux s'en tenir au discours officiel et le commenté en guise d'analyse politique cela fera l'affaire...

Coquema a écrit dans son courriel fielleux d'hier à 14h33 : "Tardieu, tout comme les capitalistes, méprise le peuple, les fonctionnaires embourgeoisés, la défense des acquis, les syndicats, les trotskystes, la Quatrième Internationale", d'après vous, qui méprise qui, celui qui estime que les militants et les travailleurs les plus avancés sont capables de saisir ce que j'explique dans notre portail ou les dirigeants des partis qui estiment qu'ils n'en sont pas capables et qu'il vaut mieux leur cacher la vérité, qui prend qui pour des demeurés et n'oeuvre pas pour que tous ensemble nous évoluons ?

N'oubliez jamais que tout flatteur vit au dépend de celui qui l'écoute, c'est le principe dont se servent nos dirigeants pour tromper travailleurs et militants ou conserver leur pouvoir sur ces derniers, désolé de ne pas y recourir, relisez ce que disait Engels du prolétariat et du mouvement ouvrier britannique ou encore Lénine, j'ai repris la même méthode, c'est cela qui les indispose, car ils en sont incapables. Pourquoi ? Parce qu'ils devraient revoir leur analyse et leur stratégie et ils n'y tiennent pas, ils en vivent très bien et cela leur suffit. Si ce que j'écris vous indispose, un conseil, brûlez les oeuvres des marxismes car ils sont en grande partie la source de mon inspiration, à chaque pas vous y retrouverez ma démarche si vous les lisez attentivement.


Le 4 août 2013

CAUSERIE

J'actualiserai demain matin la rubrique Article de presse et d'autres articles que j'ai sous le coude viendront.

Quelques vidéos

1- José del Prado - L’ONU envisage l’utilisation de compagnies privées de mercenaires. - mondialisation.ca 02.08
http://www.youtube.com/watch?v=_zPVOAafbVg

- Le 31 juillet dernier, l’ONU débutait une session d’étude sur l’emploi de mercenaires. José L. Gómez del Prado, ancien président du Groupe de travail de l’ONU sur les mercenaires, explique comment les sociétés militaires et de sécurité privées ont créé le Code de conduite international des entreprises de sécurité privées, une association cherchant à contrer les mécanismes de réglementation suggérés par son groupe de travail et à trouver une certaine légitimité auprès de l’ONU. Certaines entreprises membres de cette association ont commis de graves violations des droits humains.

- Pour plus de renseignements sur cette association (International Code of Conduct for Private Security Service Providers (ICoC)), voir leur site web : http://www.icoc-psp.org/

- Le Code de conduite international des entreprises de sécurité privées est disponible en français à l’adresse suivante:http://www.icoc-psp.org/uploads/INTER…

- Rapport du Groupe de travail sur l’utilisation des mercenaires comme moyen de violer les droits de l’homme et d’empêcher l’exercice du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes:http://www2.ohchr.org/french/issues/m…(mondialisation.ca 02.08)

2- L'inégalité du partage des richesses mondiales - Publiée le 17 juil. 2013
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=L4YFNuv0CFM#at=37

- Voici une vidéo qui traite de la (très équitable) répartition des richesses au niveau mondiale. Dans un monde où 1% des plus riches possèdent 43% des richesses mondiales pendant que 80% des plus pauvres en possèdent 6%, il est nécessaire de comprendre comment ce système fonctionne pour analyser ses conséquences. Ces deux petites vidéos nous ouvre la voix sur ce problème qui bien souvent est sous évalué par nous tous.

La première vidéo traite le problème à l’échelle mondiale tandis que la deuxième concerne l’inégalité du partage des richesses aux Etats-Unis.

3- Répartition de la Richesse - Publiée le 21 mars 2013
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=8di4o9coRUs

Les inégalités ne cessant d’augmenter. En 2013, alors même que plus de 880 millions de personnes vivent dans la pauvreté absolue avec moins de 1 dollar par jour, le monde n’a jamais compté autant de milliardaires en dollars. Ils sont 1.426 aujourd’hui contre 140 il y a 25 ans… (http://4emesinge.com)

4- Océans poubelles [documentaire complet] - Publiée le 29 avril 2013
http://www.youtube.com/watch?v=XANm9QASfrU

- Immerger des fûts de matières irradiées en pleine mer semble aujourd'hui scandaleux, mais cette technique a été par le passé considérée comme une forme de stockage scientifiquement justifiée : la radioactivité des déchets déposés à plus de 4 500 mètres de profondeur était censée s'éliminer par dilution. Il est désormais admis qu'elle ne fait que se répandre de manière incontrôlée. Dans quel état sont aujourd'hui ces barils, dont même les autorités ne connaissent pas la localisation exacte.

5- Tous Cobayes? - Sme len pokusné morcatá? - Publiée le 15 juil. 2013
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=L4YFNuv0CFM#at=37

Sommes-nous tous des cobayes ?

- Comment se fait-il que les OGM agricoles soient dans les champs et dans les assiettes alors qu’ils n’ont été testés que pendant trois mois sur des rats ? Comment se fait-il que l’énergie nucléaire soit toujours l’énergie du futur alors que les hommes ont vécu Tchernobyl et Fukushima ? Les conclusions seraient-elles accablantes? Pour son troisième film, Jean-Paul Jaud a donné la parole aux agriculteurs japonais de Fukushima, Sénégalais ou Français, aux scientifiques, aux politiques ou aux militants. Autant de personnes qui s’expriment librement sur ces deux problématiques majeures, les OGM et le nucléaire. (http://4emesinge.com)

Parole d'internaute.

A propos de la mise en examen pour corruption du maire PS de Clamart.

- "Et oui la gauche peut se permettre de donner des leçons à la droite, car on voit que depuis que la gauche est au pouvoir la justice est beaucoup plus indépendante, que peut importe de savoir si la personne est de droite ou de gauche ou du fn ou autres si il a fait un délit il devra passer devant la justice comme tout le monde. Alors que lorsque c'était la droite les affaires étaient étouffées lorsque celui qui était incriminé était de droite."

Votre soi-disant gauche constituée uniquement d'affairistes est de passage. Elle a un statut d'intérimaire ou de suppléant, elle fait le sale boulot de la droite, mieux qu'elle d'ailleurs, elle n'a pas le statut de parti officiel de l'ordre, aussi elle a moins d'influence sur les magistrats ou les juges, cela donne à ces derniers l'occasion de satisfaire leur bonne conscience et de faire croire aux naïfs que nous serions dans une démocratie, bref, la droite comme la soi-disant gauche en sortent gagnants, la preuve, c'est que vous vous leurrez sur la nature réelle de la gauche.

Et la notion de droit, de justice ?

Vous vous demandez peut-être pourquoi je me suis intéressé à cette affaire, c'est parce que je pensais qu'il était utile de voir comment les uns et les autres la traitaient et quelle valeur ils accordent encore au principe de la justice. Ceux qui défendent le conducteur du train qui est selon nous indéfendable, il a commis une terrible faute professionnelle, sont les mêmes qui défendent les islamistes radicaux en France ou en Syrie ou qui ont défendu le mariage homosexuel, ceux qui gardent le silence sont à mettre dans le même paniers de crabes. Quand le principe du droit ou de la justice est bafouée, cela signifie que celui de la démocratie aussi. Vous ne voudriez tout de même pas qu'on en soit ?

- Accident de train en Espagne : le contrôleur ne se sent pas coupable - Le Nouvel Observateur

Le chauffeur du train qui a déraillé le 24 juillet à Saint-Jacques de Compostelle assure qu'il n'arrive pas à expliquer comment l'accident qui a fait 79 victimes a pu se produire, affirmant qu'il «n'a eu le temps de rien».

«Sincèrement (...) je ne suis pas assez fou pour ne pas avoir freiné». Lors de son interrogatoire dimanche par le juge Luis Alaez, dont le site du quotidien El Pais a publié un extrait, le chauffeur du train qui a déraillé à Saint-Jacques de Compostelle, a raconté «ne pas comprendre» pourquoi il n'avait pu freiner à temps et empêcher la catastrophe qui a fait 79 morts.

«Avez-vous activé le frein à un moment quelconque?» , lui a demandé le juge. «Quand c'était déjà inévitable», a répondu Francisco José Garzon Amo. «Avant que le train ne se renverse, j'avais tout activé et je vois que non, que non, que ça ne passe pas». «Je n'ai eu le temps de rien», «je ne le comprends toujours pas», a-t-il ajouté quand le juge lui demandait pourquoi il n'avait pas réduit plus tôt la vitesse du train.

Le Tribunal supérieur de justice de Galice a par ailleurs indiqué mercredi que le conducteur avait reçu avant l'accident un appel du «contrôleur de Renfe», la compagnie espagnole des chemins de fer, «qui était à bord du train».

Les enregistrements des boîtes noires ont déjà révélé mardi que le conducteur du train parlait au téléphone avec un collègue et semblait consulter un plan au moment de l'accident. On a également appris que le train roulait à 192 kilomètres heure quelques kilomètres avant le lieu de l'accident, puis qu'il avait freiné avant de dérailler à 153 km/h dans un virage limité à 80 km/h. lefigaro.fr et AFP 31.07

L'accident est survenu à 20 heures 41 minutes 06 secondes, 11 secondes plus tôt, le conducteur avait raccroché après avoir parlé au téléphone, pendant une minute et 40 secondes, avec le contrôleur qui se trouvait dans le train. Le Nouvel Observateur 02.08

- Le chauffeur du train espagnol accidenté avait reçu des signaux - Reuters 02.08

Le conducteur du train avait reçu trois signaux d'avertissement peu avant l'accident, a révélé vendredi l'examen de la boîte noire.

Le contrôleur Antonio Martin, qui se trouvait à bord du même train, avait téléphoné au conducteur, Francisco Garzon, pour savoir à quel quai s'arrêterait le train à une gare sur la ligne.

"A aucun moment, je ne me suis considéré coupable"

Le contrôleur, en appelant la cabine de pilotage, souhaitait indiquer à son collègue sur quelle voie s'arrêter dans la gare de Pontedeume, située en fin de parcours, au-delà de Saint-Jacques, afin de faire descendre une famille.

Un appel non urgent donc, mais qui selon le juge ne rend pas le contrôleur responsable de l'accident.

Garzon a pris l'appel à 20h39 locales, alors que le train roulait à 199 km/h, selon les données renfermées dans la "boîte noire" et examinées vendredi. L'appel a duré moins de deux minutes et a pris fin 11 secondes avant que le train ne déraille dans un virage, toujours selon la boîte noire.

Le chauffeur a freiné à 20h40 alors que le train roulait à 195 km/h sur un tronçon où la vitesse était limitée à 80 km/h, mais il était déjà trop tard.

Des signaux d'avertissement ont retenti à 20h39, 20h40 et 20h41, mais les données de la "boîte noire" ne permettent pas de dire si ces signaux voulaient dire au chauffeur que sa vitesse était excessive. La télévision nationale espagnole a rapporté vendredi que le premier signal indiquait un feu vert sur la voie.

Le juge d'instruction a déclaré jeudi qu'il était malheureux que l'appel ait été passé à ce moment-là, mais que cela n'était pas pour autant un élément suffisant pour inculper le contrôleur. Reuters et AFP 02.08

Au lieu de se concentrer sur son travail, il prend un coup de fil et oublie de freiner, mais il n'est ni coupable ni responsable, c'est la faute à pas de chance, il racontera cela aux familles des victimes qui exigeront que justice soit rendue, cela va être difficile.




RAPPORTS ENTRE MONDIALISATION ET MONDIALISME, suite.

Ces articles ou extraits d'articles ne font que confirmer mon analyse et la stratégie adoptée par les maîtres du monde ou qui postulent à le devenir. On y reviendra plus tard.

Trois petits tours, un chèque et puis s'en vont...

- Tourre, ex-trader de Goldman, reconnu responsable de fraude - Reuters

Fabrice Tourre, l'ancien trader de Goldman Sachs jugé à New York, a été reconnu responsable de fraude pour le rôle qu'il a joué dans la conception d'un produit hypothécaire qui a coûté un milliard de dollars aux investisseurs.

"Nous sommes satisfaits par la décision du jury", a commenté Andrew Ceresney, codirecteur du service des contentieux de la SEC (Securities and Exchange Commission), le gendarme de Wall Street. "Nous continuerons à poursuivre énergiquement ceux qui commettent des fraudes à Wall Street afin de les tenir pour comptables (de leurs actes) et les traduire devant la justice si nécessaire", a-t-il ajouté.

La juge Katherine Forrest a demandé aux deux parties de présenter leurs propositions d'ici au 23 août pour fixer "les prochaines étapes" de la procédure, selon ses termes.

La magistrate déterminera la nature d'éventuelles sanctions financières contre Tourre dans ce procès civil.

Fabrice Tourre dément avoir commis des malversations. Son ancien employeur Goldman Sachs, initialement poursuivi pour les mêmes charges, a accepté de payer 550 millions de dollars en 2010 pour solder les poursuites à son encontre, sans reconnaître ou démentir les accusations.

Tourre a quitté Goldman Sachs en 2012 mais la banque a assuré les frais de sa défense.

"En tant que société, nous continuons de concentrer nos efforts afin d'être plus transparent, plus responsable et plus réactif aux besoins de nos clients", a déclaré un porte-parole de GS. Reuters 01.08

Ils sont juge et partie, donc pas de problèmes...

Eugénisme et dictature font bon ménage

- Monsanto achète les services de Blackwater, la plus grande armée mercenaire du monde - Mondialisation.ca, 02 août 2013

S’il manquait quelque chose à la néfaste société Monsanto, c’était une armée officielle d’assassins payés. C’est fait :

Monsanto est la société « parapluie » de Resident Evil mais dans le monde réel. Elle contrôle la distribution des aliments, partage des financiers avec l’industrie pharmaceutique et fabrique des armes nucléaires et bactériologiques.

C’est ce que révèle un article de Jeremy Scahill pour le journal « The Nation » dans lequel il informe que la plus grande armée mercenaire de la planète, le « service » criminel d’intelligence Blackwater (connue sous le nom de Xe services et plus récemment sous celui d’Academi), a été vendu à la société transnationale Monsanto.

C’est quand il était directeur de Total Intelligence Service en 2008, que Cofer Black (qui s’était fait connaitre par sa brutalité en tant que directeur de la CIA), contacta Monsanto. Monsanto s’offrit ses services pour espionner et infiltrer des organisations de droits de l’homme, des droits des animaux et des organisations ayant des activités anti transgéniques, en plus d’exercer un contrôle sur d’autres sociétés biotechnologiques et pharmaceutiques.

La société Monsanto n’assassine pas seulement des personnes avec ses produits chimiques mais aussi par balles et au moyen d’ « accidents ». Ses victimes sont des journalistes, des activistes politiques, et tous ceux qui peuvent être un obstacle potentiel à ses plans d’expansion. Contacté par Scahill, le directeur de Monsanto, Kevin Wilson refusa de faire des commentaires ; toutefois, il fut confirmé plus tard à « The Nation » que Monsanto avait passé un contrat avec Total Intelligence en 2008 et 2009 mais, selon Monsanto , c’était seulement « pour faire un suivi d’information publique de ses opposants».. Le directeur de Monsanto crut bon de préciser que Total Intelligence était une société « totalement séparée de Blackwater ».

Mais Scahill possède des copies de courriers électroniques de Cofer Black envoyés après la réunion avec Kevin Wilson de Monsanto, ou il explique à d’autres ex agents de la CIA, que cette réunion avait mis en évidence le fait que Total Intelligence était devenu « le bras d’intelligence de Monsanto » pour espionner les activistes et faire d’autres actions comme par exemple intégrer légalement ces groupes.

Monsanto a payé 127.000 dollars à Blackwater en 2008, et 105.000 en 2009.

Il n’est pas surprenant qu’une entreprise amplement dédiée à la science de la mort, comme Monsanto, qui dès le début s’est consacrée à produire des poisons toxiques comme l’Agent Orange, les PCB (biphényles chlorés, des pesticides, des hormones, des graines génétiquement modifiées, et même la bombe atomique, s’associe avec une organisation d’assassins et de mercenaires.

Presqu’en même temps que la publication de cet article dans « The Nation », l’organisation des agriculteurs organiques Via Campesina, signala que la fondation Bill et Melinda Gates avait acheté 500.000 actions de Monsanto, au prix de plus de 23 millions de dollars faisant ainsi tomber leur masque de philanthropes. C’est encore une association de criminels qui n’a rien de surprenant.

Bill Gates contrôle plus de 90% du marché des licences dans le monde de l’informatique, en plus de promotionner des campagnes de vaccination pour les laboratoires génocidaires, tout en étant responsable d’expérimentation illégale de médicaments dans des pays sous-développés ; pendant que Monsanto contrôle 90% du marché mondial des graines transgéniques et des graines commerciales au niveau mondial, et a fondé « Pharmacia » qui appartient aujourd’hui à Pfizer.

En d’autres termes, il n’existe pas de pires monopoles dans le secteur industriel, ni d’aussi immenses. L’existence même de ces sociétés implique que la terre est sous le joug d’un régime financier totalitaire qui nie le principe de « compétitivité de libre commerce ». Bill Gates aussi bien que Monsanto sont extrêmement agressifs quand il s’agit de défendre leurs monopoles mal acquis.

Exécutant les ordres de la famille Rothschild, Bill Gates et Monsanto se consacrent à détruire l’agriculture organique dans le monde entier, ce quidébuta avec la création de l' « Alliance pour une révolution verte en Afrique » (AGRA) qui oeuvra comme un cheval de Troie pour enlever les graines traditionnelles aux pays Africains pauvres et les remplacer par des graines transgéniques. Pour cela, la fondation engagea Robert Horsch en 2006, qui était alors directeur de Monsanto. Maintenant Gates obtient de grands bénéfices en se soumettant aux politiques de dépeuplement mises en oeuvre par la banque sioniste mondiale. Mondialisation.ca, 02.08

Il y en a encore qui ne verront pas le lien entre les deux entreprises ou plutôt qui refuseront de le voir parce que cela ne coïncide pas avec leur analyse...

Les crises ont "explosé depuis 1971"

- Liste des crises monétaires et financières - http://fr.wikipedia.org

L'avant-propos au tableau qui figure dans ce fichier se passe de commentaire, notez bien l'année, 1971.

- Voici, ci-dessous, un ensemble de tableaux récapitulant les crises ayant durablement atteint le monde économique ou financier. On peut constater que leur nombre a explosé depuis 1971, année considérée comme le point de départ d'un ensemble d'évènements qui va engendrer la période d'instabilité financière mondiale que nous connaissons aujourd'hui. Cette instabilité est due à un nombre réduit de facteurs qui a contribué à bouleverser l'économie mondiale entre 1971 et les années 90. http://fr.wikipedia.org

Encore une fâcheuse coïncidence ! Bon, quand est-ce qu'on réécrit cette histoire, hein ? Comment ? On la fait passer à la trappe ? Pourquoi pas...

Heureusement que la Fed et sa planche à billets étaient là !"

- Attentats du 11 septembre 2001 - http://fr.wikipedia.org

Non seulement un certain nombre d'établissements financiers de première importance avaient des services divers dans les tours du World Trade Center et aux alentours, mais plusieurs noeuds de communication vitaux pour les systèmes de paiement et de compensation des marchés financiers furent touchés par l'attaque.

La banque centrale américaine, la Fed, a réagi avec une grande promptitude et une vigueur impressionnante. Elle a injecté immédiatement sans limite toutes les liquidités demandées par les banques qui étaient victimes d'une asymétrie dans leurs règlements, c'est-à-dire qui avaient des règlements à effectuer mais n'avaient pas encore été créditées par leurs autres contreparties.

L'injection fut si massive que le taux au jour-le-jour du marché interbancaire domestique américain, dit taux des Fed Funds, tomba à zéro pendant plusieurs jours. La Fed continua pendant plus d'une semaine à fournir à volonté les liquidités demandées par les banques, préférant ne pas jouer avec le risque systémique.

De son côté, la Banque centrale européenne (BCE) accorda 130 milliards d'euros de liquidités supplémentaires aux banques européennes. Enfin, il y eut une baisse surprise concertée des taux directeurs de la Fed, de la BCE et de la Banque d'Angleterre. http://fr.wikipedia.org

Quelle coïcidence, quelle surprise !

De vrais magiciens ces banquiers, nous, nous sommes comme des gosses qui s'émerveillent devant un tel numéro d'illusionnisme, alors que mes contradicteurs sont des gens vieux, aigris, haineux, sans imagination et cela leur joue un bien vilan tour...

Secrètement !

- Pourquoi faut-il que les Etats payent 600 fois plus que les banques ? - minuit-1.blogspot.in - 03/01/2012

Ce sont des chiffres incroyables. On savait déjà que, fin 2008, George Bush et Henry Paulson avaient mis sur la table 700 milliards de dollars (540 milliards d'euros) pour sauver les banques américaines. Une somme colossale. Mais un juge américain a récemment donné raison aux journalistes de Bloomberg qui demandaient à leur banque centrale d'être transparente sur l'aide qu'elle avait apportée elle-même au système bancaire.

Après avoir épluché 20 000 pages de documents divers, Bloomberg montre que la Réserve fédérale a secrètement prêté aux banques en difficulté la somme de 1 200 milliards au taux incroyablement bas de 0,01 %.

Au même moment, dans de nombreux pays, les peuples souffrent des plans d'austérité imposés par des gouvernements auxquels les marchés financiers n'acceptent plus de prêter quelques milliards à des taux d'intérêt inférieurs à 6, 7 ou 9 % ! Asphyxiés par de tels taux d'intérêt, les gouvernements sont "obligés" de bloquer les retraites, les allocations familiales ou les salaires des fonctionnaires et de couper dans les investissements, ce qui accroît le chômage et va nous faire plonger bientôt dans une récession très grave.

Est-il normal que, en cas de crise, les banques privées, qui se financent habituellement à 1 % auprès des banques centrales, puissent bénéficier de taux à 0,01 %, mais que, en cas de crise, certains Etats soient obligés au contraire de payer des taux 600 ou 800 fois plus élevés ? "Etre gouverné par l'argent organisé est aussi dangereux que par le crime organisé", affirmait Roosevelt. Il avait raison. Nous sommes en train de vivre une crise du capitalisme dérégulé qui peut être suicidaire pour notre civilisation. (http://minuit-1.blogspot.in)

La formule "argent organisé" est bien en-deça de la réalité depuis, donc les agissement des banquiers de la Fed sont bien pire encore que "le crime organisé". Tout le monde s'en fout monsieur Roosevelt, d'ailleurs tout le monde l'ignore ou presque et c'est bien ainsi comme cela, vaut mieux que les gens ne sachent pas qui fait leur malheur au quotidien ou les guerres, ils mourront un jour aussi ignorante que lorsqu'ils sont venus au monde et voilà.

Et tant pis pour toute cette misère inhumaine, ces innocentes victimes que l'on comptent par centaines de millions au fil des décennies, si elles permettent à certains de vivre bien ou de soulager leur conscience pourquoi pas... C'est horriblement sordide ! Assurément et c'est bien ce que nous dénonçons et contre quoi nous nous battons. Vous savez, quand on vous " l'humain d'abord", on ne vous dit pas si c'est les pieds devant et qui joue le rôle de bourreau et de croque-mort ni même celui de la vermine qui profitera de ses restes. Ah il y a du monde intéressés !

A croire que tout est parti de là !

- 1971-2012: La crise continue - republiquesouveraine.com 29.10.2012

Une année charnière : 1971

Le 15 Août 1971, Richard Nixon annonce au monde qu’il suspend la convertibilité du dollar en or : cette décision marque le début d’une révolution dans le système monétaire international.

La politique monétaire représente le cœur de l’économie, la monnaie en elle-même est plus qu’une unité de compte, elle est la matérialisation concrète de la richesse des nations. Et durant des siècles, l’or a été la principale richesse du monde ; dollar, livre-sterling, franc, toutes ces devises en papiers s’échangeaient notamment contre ce précieux métal. Mais deux guerres mondiales ont vidé les coffres des banques centrales des puissances belligérantes. Aussi, en 1944, les deux tiers des réserves d’or -autant dire les deux tiers de la richesse mondiale- étaient possédés par les États-Unis, ceux-ci ayant largement prospéré en vendant des armes.

Ce système traditionnel d’indexation de la monnaie papier sur l’or, l’étalon-or, ne pouvait donc plus perdurer. Étant les seuls en mesure de relancer l’économie mondiale, les Américains et leurs alliés vont réformer le système monétaire avant même que la guerre ne s’achève : ces accords seront ceux de Bretton Woods.

Le dollar devient dès cet instant la seule monnaie convertible en or. Les autres pays seront donc contraints de posséder, non plus de l’or, mais des dollars dans leurs coffres afin de donner une valeur réelle à leur devise nationale. Le taux de change entre les monnaies est fixé et ajusté par des accords entre nations ; ainsi, toutes devront acheter du dollar pour acquérir de l’or.

Néanmoins, les États-Unis, qui ne désirent pas que leur réserve fédérale se vide de ses lingots en cas de demande de leurs partenaires, vont proposer à ceux désirant échanger leurs dollars non pas des lingots, mais plutôt des bons du trésor américain, lesquels donnent droit à des intérêts. Ainsi, les pays qui possèdent du dollar possèdent, s’ils veulent l’utiliser, un pouvoir de créance sur le Trésor américain. Cela revient donc à faire du prêt avec intérêt aux États-Unis, pays qui émet la monnaie demandée et qui saura donc toujours satisfaire aux demandes de ses créanciers, sans pour autant toucher à ses réserves d’or.

Ce système est celui des Trente-Glorieuses, celui de la prospérité et du redressement d’après-guerre. Il fonctionne notamment car la stabilité économique du monde, la prospérité à l’Ouest, et la puissance des Américains sont de puissants dissuasifs pour tout allié désirant remettre en cause les accords monétaires. Mais cela ne va pas durer.

Cet étalon-or réformé, baptisé étalon change-or ou gold exchange standard, ne repose que sur la confiance que l’on accorde à un pays qui est alors au sommet de sa puissance, et qui plus est, meneur de la guerre froide qui oppose le bloc occidental au bloc soviétique ; et c’est précisément de là que viendront les outrances qui mettront fin à Bretton Woods.

La règle implicite du système exige que les États-Unis mènent une politique monétaire réaliste afin de préserver la valeur réelle du dollar ; toutefois, dans les années 60, la conquête de l’espace et la guerre du Vietnam vont requérir des sommes faramineuses.

Les USA émettent toujours plus de dollars, de l’argent dont on sait pertinemment qu’il excède les réserves d’or américaines et qui se déverse sur le monde, notamment sur les partenaires commerciaux de l’Amérique. Le taux de change étant fixe et à l’avantage des États-Unis, les pays amis qui reçoivent les capitaux américains, principalement l’Allemagne de l’Ouest, sont contraints d’avaler ces dollars et d’émettre de la devise nationale dans des proportions telles, que la politique inflationniste des Américains est finalement payée par ses alliés.

Ayant eux-mêmes rompu le lien de confiance, les États-Unis voient affluer sur eux les réclamations des Européens, lesquels exigent que leurs dollars ne soient plus échangés contre des bons du Trésor, mais bel et bien contre de l’or. À Washington, les dirigeants sont contraints de s’exécuter, jusqu’à ce que les réserves du pays atteignent leur seuil stratégique et que la conversion du dollar en or soit suspendue.

Le rideau se baisse sur le métal jaune qui perd définitivement son rôle dans le système monétaire international. Quant au dollar, il reste la monnaie de référence, tant pour le commerce international que pour les réserves de change des banques centrales du monde entier.

Mais l’énorme déficit commercial du pays oblige le gouvernement américain à dévaluer nettement sa monnaie. Cette politique a des conséquences profondes sur les échanges, notamment sur le prix du baril de pétrole qui se négocie toujours en billets verts. S’ajoute à cela le soutien américain à Israël alors que la guerre du Kippour vient d’éclater (1973). Tous les ingrédients sont ainsi réunis pour que commence la grande crise économique mondiale. (http://republiquesouveraine.com

Dites-donc, je m'adresse ici à mes adversaires, vous ne trouvez pas que cela fait beaucoup de gens d'horizons divers et avec lesquels je ne me suis pas concerté qui partagent la même analyse que moi, car ce que vous venez de lire n'est rien d'autre que ce que j'ai écrit ces derniers jours, j'ai été plus loin dans mon analyse je vous l'accorde et j'en ai tiré des conclusions qu'ils ne partageront pas, mais cela n'infirme en rien les faits rapportés ici et leur extraordinaire influence sur le cours de l'économie mondiale, non, vous n'êtes pas d'accord, vous ne voulez toujours pas en convenir, alors c'est incurable. Je vais ajouter d'autres articles que j'ai dégotés hier sur le Net. Je continue mes recherches.




ACTUALITE EN TITRES

Justice et politique.

- La grâce accordée à un pédophile fait scandale au Maroc - Liberation.fr

- France.Trois malfaiteurs relâchés par manque de places en prison - Liberation.fr

- Italie. Les partisans de Berlusconi menacent la coalition au pouvoir - Liberation.fr

- Chili: la justice classe une plainte des 33 mineurs de l'Atacama - AFP

Les travailleurs espagnols à l'ANI.

- Madrid doit stimuler l'emploi et la croissance, préconise le FMI - Reuters 02.08

L'obtension de son visa n'était-il pas conditionné à son silence ?

- NSA : un nouveau programme secret révélé par Snowden - Le Nouvel Observateur

La Russie a accordé un asile temporaire à M. Snowden, qui a quitté jeudi l'aéroport de Moscou où il était bloqué depuis plus d'un mois et se trouve désormais dans un lieu "sûr", mais inconnu. AFP 01.08

Comment ils pourrissent notre planète

- Les nappes phréatiques de Fukushima risquent de déborder - LeMonde.fr

- Le PDG d'Axa plaide pour le gaz de schiste et l'allégement des impôts - LeMonde.fr

- En RDC, le plus ancien parc naturel d'Afrique menacé par l'exploitation pétrolière - LeMonde.fr

Faux débat.

- Voile intégral : une loi difficilement applicable - LeMonde.fr

Loi ou pas loi, toute personne faisant l'objet d'un contrôle d'identité doit prouver que la photo qui figure sur ses papiers d'identtité correspond bien à son visage. Avec cette loi ils ont stigamisé les islamistes radicaux qui se posent en victimes innocentes et bons musulmans pour mieux légitimer leurs coutumes barbares. Les tiers-mondistes et autres gauchistes prennent leur défense




ACTUALITÉ DU JOUR

Psychose. Conditionnement mondial ou coup de bluff. La CIA annonce qu'elle va passer à l'action. Heureusement que la NSA fait son travail !

- Al-Qaïda: Etats-Unis et Europe redoublent de vigilance - AFP

Alerte d'Interpol, fermeture des ambassades américaines dans les pays musulmans, Paris, Berlin et Londres qui en font de même au Yémen: les pays occidentaux redoutaient samedi des attentats d'Al-Qaïda, redoublant de prudence au Moyen-Orient et en Afrique AFP 02.08

- Les Etats-Unis alertent sur un risque d'attentat en août au Moyen-Orient et en Afrique du Nord - 20minutes.fr

Au lendemain de l'annonce de la fermeture pour raisons de sécurité d'une vingtaine d'ambassades dimanche, les Etats-Unis ont mis en garde vendredi contre des menaces d'attentats qu'Al-Qaïda pourrait perpétrer en août, en particulier au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Le département d'Etat a diffusé vendredi un avis de prudence à l'attention de tous ses ressortissants dans le monde: des attentats sont possibles "particulièrement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord", et Washington insiste également sur "la péninsule arabique".

Cette mise en garde a été lancée sur la base d'informations "spécifiques et crédibles", a précisé un responsable américain sous couvert d'anonymat.

"Les Etats-Unis sont visés au quotidien par des menaces, mais cela atteint un nouveau seuil", a ajouté Jason Chaffetz, un républicain qui a notamment critiqué l'administration Obama pour sa gestion de la sécurité dans ses ambassades.

"Il y a une vraie menace au niveau mondial, nous devons prendre ces menaces très au sérieux", a encore estimé M. Chaffetz, soulignant plus que jamais dans ces circonstances l'importance des programmes de surveillance antiterroriste. 20minutes.fr 02.08

Quand on a à l'esprit qu'Al-Qaïda est une création de la CIA et que la NSA a les moyens de contrôler les communications des dirigeants d'Al-Qaïda qui passent forcément par un serveur relié à un satellite occidental, on ne peut s'empêcher de penser qu'il s'agit d'une manipulation qui va précéder une nouvelle offensive militaire américaine ou de déstabilisation quelque part dans le monde... A suivre.

Vaut mieux ne pas être de gauche.

- La situation économique s'aggrave selon sept Français sur dix - AFP

Sept français sur dix estiment que la situation économique s'aggrave, selon l'opinion exprimée dans un sondage CSA (pour l'Institut Montaigne et les Echos) qui tranche avec l'optimisme affichée par François Hollande.

70% des Français ont "personnellement le sentiment que la situation économique en France est plutôt en train de s'aggraver" tandis que 25% considère qu'elle est "plutôt stable" et seulement 4% qu'elle est "plutôt en train de s'améliorer".

Sans surprise, cette perception "varie en revanche selon la proximité politique des Français", les sympathisants de gauche se montrant moins pessimistes que les autres. Une proportion importante de ces derniers (46%) estime en effet que la situation est +plutôt stable+ (contre 44% voyant une dégradation) tandis que le pessimisme est largement majoritaire dans toutes les autres familles politiques : extrême-gauche (83%), MoDem (72%), droite (82%) et enfin Front national (92%). AFP 01.08

Il est dit que les "sympathisants de gauche se (montreraient) moins pessimistes", normal ils ne sont pas les plus mal lotis et se foutent bien que le reste de la classe le soit, leur niveau de conscience politique ne s'élève pas jusqu'à ce niveau-là...

- Hamon rappelle que les "congés payés", c'est la gauche - AFP

Le ministre de l'Economie sociale et solidaire, Benoît Hamon, s'est déclaré vendredi "pas mécontent de partir en vacances", rappelant que c'est "la gauche qui a milité historiquement pour les congés payés".

"Comme tout le monde, je ne suis pas mécontent de partir en vacances", a confié M. Hamon, avant le dernier conseil des ministre avant les vacances.

"C'est quand même la gauche qui a milité historiquement pour les congés payés pour une raison assez simple: on a tous besoin à un moment de se reposer et de penser à autre chose que le travail", a-t-il poursuivi. AFP 02.08

Les chômeurs qui sont victimes de la politique du gouvernement apprécieront ainsi que les millions de travailleurs et leurs familles qui n'ont pas les moyens de se payer des vacances.

Quant aux congés payés, ce sont les travailleurs par leur mobilisation qui l'ont imposé en 36, ils ne doivent rien au PS qui les a trahi et qui dans la foulée les a envoyés à la boucherie de la Seconde Guerre mondiale, un acquis du PS qui s'ajoutais à celui de la Première. Il est toujours bon de remettre les choses à leurs places.

La champ libre...

- OGM: le FN veut plus de marge de manoeuvre vis-à-vis de Bruxelles -AFP

Marine Le Pen, présidente du Front national, a dénoncé jeudi la décision du Conseil d'État d'annuler l'interdiction de cultiver en France le maïs transgénique MON 810 de Monsanto, y voyant un nouveau signe de l'absence de marge de manoeuvre par rapport à l'UE.

Après l'annonce de cette décision, pour non conformité au droit européen, les ministres de l'Agriculture et de l'Écologie, Stéphane Le Foll et Philippe Martin, ont rappelé "l'engagement du gouvernement (de) maintenir le moratoire sur la mise en culture de semences OGM". AFP 01.08

Hollande l'a confirmé depuis. De retour au pouvoir l'UMP n'aura plus qu'à s'appuyer sur la décision du Conseil d'État pour réintroduire en France le maïs transgénique MON 810 de Monsanto, à moins que des agriculteurs passent outre le moratoire décidé par le gouvernement...

Manipulation électorale.

- Delaunay (PS) : les personnes âgées, "la clé" des municipales de mars -AFP

Michèle Delaunay, ministre chargée des Personnes âgées, a estimé jeudi que les personnes âgées, qui "jusqu'alors ont fait rempart au Front national", seront "la clé" des élections municipales de mars 2014.

La ministre a indiqué sur i-télé avoir "des inquiétudes" sur la place du FN. Mais, a-t-elle dit, "j'ai la conviction que les âgés, les personnes âgées, les 15 millions de ressortissants de mon ministère sont la clé de ces élections municipales".

Constatant que "jusqu'alors, ils ont fait rempart au Front national", elle a dit "espérer et croire qu'ils ne cèderont pas aux sirènes du FN".

Evoquant la canicule et la nécessaire vigilance auprès des personnes âgées, Mme Delaunay a plaidé pour le développement de la télé-assistance, "plutôt plus importante" que les télé-alarmes pour protéger les maisons. "Il vaut mieux protéger la grand-mère que l'argenterie de la grand-mère", a-t-elle lancé. AFP 01.08

Les racketteurs du PS se chargent de "l'argenterie de la grand-mère" ou de taxer les retraités...

- Hollande annonce "un plan de rattrapage" pour les petites retraites des agriculteurs - AFP 02.08

François Hollande a annoncé vendredi lors d'une visite en Dordogne "un plan de rattrapage" pour les petites retraites des agriculteurs, pour lesquels sera désormais assurée une pension "qui atteindra au moins 75% du SMIC".

"La situation des retraites agricoles n'est pas satisfaisante, il y aura donc un plan de rattrapage", a déclaré le chef de l'Etat.

Selon la FNSEA, le syndicat majoritaire, plus d'1,2 million de retraités de l'agriculture ont une retraite moyenne de 722 euros par mois après une carrière complète.

Les trois-quarts du SMIC brut représenteraient une somme de 1.072,66 euros selon les calculs de l'AFP.

Le président de la FNSEA Xavier Beulin a salué cette mesure, sur BFM Business.

"C'est une promesse du candidat Hollande, il la met en oeuvre, nous en sommes satisfaits", a-t-il réagi. AFP 02.08

Dans un autre article de Reuters du 1er juillet on pouvait lire :

- Autre sujet sensible, il n'y aura pas d'alignement du mode de calcul des pensions de la fonction publique (sur la base des six derniers mois de carrière) sur celui du secteur privé (basé sur les 25 meilleures années).

Récapitulons : ils soignent les vieillards, les agriculteurs, les fonctionnaires, qui restent-ils à saigner ? Les patrons ? Diable, vous n'y pensez pas !

- L'idée d'un basculement sur la CSG ou la TVA d'une part de cotisations sociales - plutôt celles de la branche famille - en contrepartie d'une augmentation des cotisations retraite "est en train de percer", dit-on ainsi de source gouvernementale.

Cela éviterait de peser sur le coût du travail et la compétitivité des entreprises, ce que les organisations patronales, Medef en tête, veulent à tout prix éviter - une position que n'est pas loin de partager une partie au moins du gouvernement et de la majorité.

Un haut responsable gouvernemental salue d'ailleurs une "ouverture" dans les récentes déclarations du Medef envisageant une hausse "limitée" des cotisations de retraite en échange d'un basculement des cotisations familiales sur la CSG ou la TVA. Reuters 01.08

Réponse : tous les autres salariés, leur objectif étant de financiarisé toujours plus les retraites tout en s'assurant de la stabilité du régime en doudoyant certaines couches, la classe et les couches moyennes étant les principales visées, l'ensemble des travailleurs et des retraités imposables.

PS aux ordres de l'UE. Pire qu'une plaie purulente.

Mardi, la Commission européenne a imposé à la France de remettre sur le marché le traitement anti-acné Diane 35, largement prescrit comme pilule contraceptive avant son retrait en mai au vu des risques de thrombose.

La ministre de la Santé Marisol Touraine a mis en avant jeudi "la sécurité renforcée" autour du médicament Diane 35, un temps retiré du marché français au vu des risques de thrombose mais qui va y revenir sur décision de Bruxelles. "Le volontarisme et l'initiative française (de saisir les instances européennes) a permis d'apporter une sécurité renforcée pour l'ensemble des citoyens européens", a jugé la ministre sur RTL.

"L'agence européenne a considéré que des restrictions devaient être apportées à la prescription de Diane 35 (...) que ce médicament présente un intérêt pour certaines formes d'acné, mais qu'il ne peut en aucun cas être prescrit systématiquement comme c'était le cas auparavant", a-t-elle poursuivi.

"La Diane 35 pourra être prescrite mais seulement en 2e intention, c'est-à-dire une fois qu'on aura essayé d'autres traitements", a expliqué Marisol Touraine.

Par ailleurs, "il devra y avoir une information sur les risques (...) avec notamment sur la boîte un logo indiquant que ce n'est pas un médicament comme un autre".

Parce que voyez-vous, chaque médicament ne serait pas médicament différent des autres... Serait-ce à dire qu'on ferait croire le contraire aux patients moyennant un surcoût injustifié ?

En prévision d'une révolution ou d'une guerre civile

- Les forces spéciales, troupes d'élites, une priorité de la Défense - AFP

Les forces spéciales, troupes d'élites de l'armée française, se voient renforcées par le projet de loi de programmation militaire (2014-2019) présentée vendredi en Conseil des ministres, échappant aux nouvelles suppressions d'emploi (23.500).

Avec 1.000 hommes supplémentaires, en effet, leurs moyens sont accrus, après qu'elles ont t montré leur efficacité lors des opérations en Afghanistan, en Libye ou plus récemment au Mali, en termes "de renseignement, d'éclairage aux autorités politiques, d'intervention rapide et de capacité de surprendre", devenant ainsi "une priorité de la loi", selon un conseiller du ministre Jean-Yves Le Drian.

Actuellement ces forces regroupent environ 3.000 hommes surentraînés des trois armées, parachutistes, nageurs de combat, pilotes d'hélicoptères, capables d'intervenir sur tous les théâtres de guerre (terrestre, naval, aérien), ce qui en fait une force redoutable.

Selon l'universitaire Pascal Le Pautremat, moins d'une dizaine de pays (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Russie, Israël, notamment) possèdent des forces spéciales du niveau du contingent français. AFP 02.08

Quand les amis de monsieur Mélenchon ne sont pas frétentables, l'est-il ?

- Allemagne : Die Linke défend les services secrets - Mondialisation.ca, - 02.08

Extrait. Le parti Die Linke (“La gauche”) est monté au créneau pour défendre les services secrets qui sont de plus en plus en difficulté suite aux révélations sur leur implication dans la surveillance de masse. Leur défense de l’Etat allemand et des services secrets dans diverses commissions parlementaires et institutions publiques montre le caractère réactionnaire de la politique deDie Linke.

Dans cette situation, Die Linke se rapproche de l’appareil d’Etat et a entrepris de couvrir la BND et les services d’espionnages intérieurs. De temps en temps, Die Linke lance une critique ponctuelle contre les services secrets et demande qu’ils soient mieux réglementés. De cette manière, ils cherchent à créer l’illusion que les services de renseignement peuvent être contrôlés et réformés par des moyens parlementaires. En fait, le parti travaille en étroite collaboration avec les services de renseignement.

Die Linke était et est toujours impliqué dans divers organes de l’Etat et est donc directement responsable de la gestion de diverses branches des services de renseignement. Leur membre Steffen Bockhahn siège à la Commission parlementaire de contrôle (PKG) à l’échelon fédéral. La PKG fournit une couverture pseudo-démocratique aux agences de renseignement allemandes. Ses membres peuvent visiter toutes les installations des services secrets, demander des inspections des fichiers et interroger le personnel ; cependant, ils sont tenus à une stricte confidentialité. En d’autres termes, la PKG est utilisée pour intégrer les députés dans les activités des agences de renseignement.

Bockhahn participe régulièrement aux réunions de la PKG et a dû par conséquent être informé à l’avance des intrigues des services secrets allemands. Contrairement à Edward Snowden, il adhère strictement aux protocoles de confidentialité. Dans un entretien figurant sur son site web, Bockhahn dit que quand cela concerne « des informations vraiment sensibles, » il faut accepter la confidentialité.

Bockhahn est un carriériste et un parvenu typique de Die Linke. Dans sa jeunesse, il était attiré par le mal nommé Parti du socialisme démocratique (PDS), qui avait succédé au parti d’Etat stalinien officiel de l’ancienne Allemagne de l’Est. Derrière sa rhétorique sur la démocratie et la liberté, le PDS prônait la restauration de l’économie de marché capitaliste. Il avait adhéré au PDS au lycée à 16 ans et avait longtemps été dans l’équipe du responsable fédéral du PDS, Dietmar Bartsch avant de prendre la direction de la section de Mecklembourg-Poméranie occidentale du parti.

Le représentant de Die Linke à la commission G10, Ulrich Maurer, a été encore plus clair à propos du travail des services secrets. Fin juin, s’exprimant à la radio Deutschlandfunk, il a dit qu’il supposait que les services secrets allemands opéraient dans le respect de la loi, et qu’ils fourniraient par conséquent les informations appropriées à la commission G10. « C’est-à-dire, leurs demandes pour surveiller une personne doivent être bien fondées et présentées individuellement, et ensuite elles seront approuvées ou non. » En examinant les demandes, la commission G10 n’« opère pas sur la base de la méfiance, » a-t-il affirmé.

La Commission G10 est plus petite que le PKG, et est nommée par celle-ci pour examiner les demandes des trois agences de renseignement pour surveiller les télécommunications et la poste. De cette manière, la participation de Maurer à cette institution directement et « en confiance » l’implique dans le travail des agences de renseignement. Mondialisation.ca - 02.08

Vive la gauche Syriza, Die Linke et le Front de gauche !

Hier, missionnaires et mercenaires, aujourd'hui humanitaires et agents de renseignement.

Travailleur humanitaire au XXIe siècle, un métier en danger? - AFP

En 2011, 308 travailleurs humanitaires ont été tués, enlevés ou blessés, un record, selon les dernières statistiques de Humanitarian Outcomes, un groupe de chercheurs basé aux Etats-Unis et dont les données sont suivies par l'ONU. La plupart des attaques ont lieu dans un petit nombre de pays: Afghanistan, Somalie, Soudan du Sud, Pakistan et Soudan.

Après un repli en 2010, le nombre total d'incidents contre les travailleurs humanitaires a repris du terrain, confirmant une tendance enregistrée depuis 2005, en particulier en ce qui concerne les enlèvements.

Selon les Nations unies, les enlèvements sont le type d'atteinte à la sécurité des agents qui connaît l'augmentation la plus rapide. Il y a eu ainsi 87 travailleurs humanitaires enlevés en 2012 contre 24 en 2002, selon Humanitarian Outcomes.

"Nous étions pris dans des feux croisés il y a 10 ou 20 ans, maintenant nous sommes pris pour cible", explique le patron du département des situations d'urgence au Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), Amin Awad.

Au HCR, les délégués envoyés dans les situations d'urgence participent aussi à des jeux de rôle -- en Allemagne, Suède et Norvège. Prise d'otage, enlèvements, stress, tout est fait pour qu'ils soient "prêts au pire", explique M. Awad.

Pour sa part, l'ONU augmente aussi les préparatifs et a lancé en novembre 2011 une version révisée du cours de formation en ligne "Sécurité de base en mission". Et depuis cinq ans, le personnel envoyé sur les urgences reçoit en plus une formation spécifique, explique un porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), Jens Laerke.

A l'ONU, la formation pour le terrain "s'est professionnalisée ces 4/5 ans, mais il y a encore du travail à faire", reconnaît-il.

D'autres soulignent l'importance de défendre la neutralité des ONG afin de garantir leur sécurité. Mais, "quand vous avez 10.000 ONG, les gens ne savent plus" qui vous êtes, explique Philippe Ruscassier, en charge de la formation chez Médecins sans frontière (MSF) et qui a organisé des jeux de rôle pour l'institut de formation pour les métiers de l'humanitaire Bioforce à Lyon en France.

Mais malgré les dangers, le nombre d'ONG travaillant dans l'humanitaire n'a jamais été aussi élevé. On les trouve désormais presque partout sur la planète, et donc toujours plus exposées aux risques. AFP 01.08

Quand ils ne servent pas de vitrine à la CIA ou au MI6, ils servent à justifier des opérations militaires pour les délivrer d'organisations dites terroristes qui sont financées par les mêmes généreux donateurs, qui financent par ailleurs le Forum social mondial ou les altermondialistes...




INFOS EN BREF

POLITIQUE

1- Tunisie

- L'UGTT donne une semaine au gouvernement tunisien pour partir - Reuters

L'Union générale tunisienne du travail (UGTT) a adressé vendredi un ultimatum au gouvernement dirigé par les islamistes modérés du parti Ennahda, lui donnant une semaine pour former un cabinet de techniciens face à la contestation qui sévit en Tunisie.

L'UGTT, qui compte quelque 600.000 membres, affirme qu'en cas de refus, elle sera "obligée d'envisager" d'autres options après avoir échoué à jouer un rôle de médiation entre le pouvoir islamiste et l'opposition laïque.

Les opposants tunisiens exigent une démission du gouvernement et une dissolution de l'Assemblée nationale constituante (ANC) alors que quelques semaines supplémentaires sont nécessaires pour rédiger la nouvelle loi fondamentale du pays.

L'UGTT, considérée comme proche de l'opposition, propose au pouvoir un compromis en instaurant un gouvernement technocratique tout en conservant l'ANC dont le calendrier de travail serait accéléré afin de doter la Tunisie d'une Constitution et d'un nouveau code électoral.

"Nous allons poursuivre les négociations et si nos demandes de changement de gouvernement et d'application d'un calendrier par l'Assemblée constituante ne sont pas prises en compte, alors nous serons obligés d'envisager d'autres options", a dit le secrétaire général adjoint Bou Ali Mbarki à la chaîne locale Nesma TV.

L'UGTT est l'une des forces politiques et économiques les plus puissantes de Tunisie.

Malgré la tentative de médiation, gouvernement et opposition ont paru durcir leurs positions jeudi, chaque camp appelant à une manifestation capable de rassembler un million de personnes cette fin de semaine.

Ennahda refuse de changer de Premier ministre et les opposants se montrent réticents à renoncer à leur demande de dissolution de l'ANC. Reuters 02.08

2- Iran

- Qu'a vraiment dit le président iranien sur Israël ? - Francetv info

Hassan Rohani a été accusé d'avoir comparé Israël à "une blessure" qui "doit être éliminée" lors d'un rassemblement pro-palestinien, mais ses paroles auraient été mal rapportées.

Le nouveau président iranien, Hassan Rohani, n'aurait pas appelé à l'élimination d'Israël, vendredi 2 août, comme annoncé plus tôt dans la journée. Les propos du président élu le 15 juin auraient été mal rapportés par certains médias locaux, comme le montrent des images diffusées par la télévision d'Etat.

Acte 1 : le départ de la polémique

Le nouveau président modéré iranien s'exprimait lors de la Journée de Jérusalem, un rassemblement pro-palestinien à Téhéran (Iran). Des médias locaux rapportent alors les déclarations du président iranien envers Israël : "Le régime sioniste est une blessure infligée depuis des années au corps du monde musulman, et cette blessure doit être éliminée." Plusieurs quotidiens israéliens dont Haaretz (en anglais) se font l'écho de cette information.

Acte 2 : l'émoi israélien

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, réagit immédiatement à ces propos prêtés à Hassan Rohani, estimant qu'il montre "son vrai visage plus tôt que prévu". "Ces déclarations du président iranien devraient sortir une partie du monde de l'illusion dans laquelle il est plongé depuis l'élection en Iran", ajoute Netanyahu.

"Le président a changé en Iran, mais pas le but du régime, [qui est] de fabriquer l'arme nucléaire afin de menacer Israël, le Proche-Orient, et la paix et la sécurité du monde entier", enchaîne le Premier ministre israélien. En juin, le monde avait salué en la personne de Hassan Rohani, l'élection d'un homme considéré comme modéré à la tête de l'Iran après les années de pouvoir de Mahmoud Ahmadinejad.

Acte 3 : la véritable déclaration

Selon des images diffusées par la télévision d'Etat, vendredi dans la journée, Hassan Rohani a en réalité affirmé : "Dans notre région, une blessure a été créée depuis des années dans le corps du monde islamique sous l'ombre de l'occupation de la terre sacrée de Palestine et de notre cher Qods (Jérusalem)" par Israël.

Deux agences de presse iraniennes (Mehr et Isna) avaient ajouté dans leur version du matin que le président Rohani avait aussi déclaré : "Et cette blessure doit disparaître." Dans l'après-midi, Isna a corrigé sa version en supprimant la mention "doit disparaître". Quant à Mehr, sa dépêche a été modifiée sans que l'agence donne d'explications. Francetv info avec AFP 02.08

Thierry Meyssan a sans doute raison de dire que ce sont les sionistes qui mènent la barque du monsialisme ou du néolibéralisme et qui décident en grande partie de la politique de Washingtion...

J'ai lu dans un article publié il y a trois jours que le ministre du Foreign Office britannique se disait prêt à reprendre des négociations directes avec Téhéran


SOCIAL

France

Des membres du comité de soutien des urgences de l'Hôtel-Dieu à Paris ont bloqué vendredi matin une tentative de déménagement d'une vingtaine de lits d'un autre service, celui de médecine interne, a-t-on appris auprès de la CGT.

"Les membres du comité de soutien se sont rassemblés aux portes de l'hôpital pour empêcher le déménagement prévu en catimini de 17 lits du service de médecine interne, un des services d'aval des urgences", a indiqué le syndicat CGT de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) dans un SMS envoyé à la presse.

"Nous avons décidé de bloquer cette opération de démantèlement afin que l'hôpital du centre de Paris continue à soigner en toute sécurité", ont indiqué par ailleurs dans un communiqué quelques membres du personnel soignant, dont le Dr Gérald Kierzek, l'urgentiste qui mène la résistance contre la fermeture des urgences du plus vieil hôpital parisien.

La direction de l'AP-HP et les responsables de la communauté médicale, qui ont un projet de reconversion de l'Hôtel-Dieu en "Hôpital universitaire de santé publique", dépourvu de lits, ont fait procéder depuis quelques mois à un déménagement progressif de plusieurs services de l'établissement.

Ils avaient décidé de fermer en dernier le service d'accueil des urgences le 4 novembre prochain. Mais la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a décidé, le mois dernier, de repousser la date de fermeture à une date indéterminée, que l'on suppose postérieure aux élections municipales de mars 2014, ce conflit prenant un tour très politique.

La CGT et le Dr Kierzek ont interprété cette décision comme une prise en compte de leurs arguments pour conserver à l'Hôtel-Dieu une part d'hospitalisation classique.

Jeudi, la plus haute autorité médicale de l'AP-HP, le Pr Loïc Capron, président de la Commission médicale d'établissement (CME), a adressé par communiqué une mise en garde contre le risque sanitaire qu'il y aurait à ne pas fermer ces urgences rapidement, étant donné qu'il n'y a pratiquement plus de services d'aval (pour soigner les patients après leur passage aux urgences), à l'exception du service de médecine interne.

Les opposants à la fermeture estiment au contraire qu'en cette période de canicule, "la nécessité du maintien des urgences avec ses lits d'hospitalisation à l'Hôtel-Dieu, apparaît plus que jamais comme essentielle". AFP 02.08


Le 5 août 2013

CAUSERIE

Mon épouse a annulé son voyage en Inde au dernier moment car elle n'est pas en état de voyager selon son nouveau médecin. Elle a subi plusieurs analyses les derniers jours et les résultats étaient mauvais apparemment, je n'en sais pas plus. Elle est hospitalisée à partir d'aujourd'hui à l'hôpital d'Aubagne. Au téléphone en pleurant elle m'a dit que les médecins lui mentaient et qu'elle voulait savoir la vérité, en me demandant de ne pas l'oublier même si elle devait partir, entendez par là mourir. Voilà une semaine qui commence très fort.

Demain je publierai d'autres documents économiques de 2010 à 2013.

Je vous ferais remarquer au passage que la théorie que j'ai dévéloppée, il est est d'ailleurs exagéré de parler de théorie, disons plutôt le complément que j'ai apporté à mon analyse de la situation ne servait qu'à légitimer ou justifier la stratégie que je défends depuis des années, sa conclusion n'avait pas changé, à savoir qu'il nous faut construire un parti sur le modèle du parti bolchevik et qu'il faut aider les masses à élever leur niveau de compréhension du fonctionnement de la société et du monde. En réalité, je n'ai fait qu'ajouter un facteur qui confirme les tâches que nous avons à accomplir dans la période actuelle.

On pourrait m'objecter que ce facteur contredit la théorie de l'effondrement du capitalisme de Marx. Or j'ai déjà précisé à plusieurs reprises que cet effondrement était déjà en train de se produire sous nos yeux (Irlande, Grèce, Portugal, Espagne, etc.), mais que jusqu'à présent il n'avait pas pris la forme qu'il avait emprunté lors des grandes crises du passé justement du fait de l'existence de ce facteur qui permettait d'en contrôler en grande partie le processus, le seul facteur demeurant inconnu ou incontrôlable demeurant le facteur social ou la réaction des masses qui comme chaque en sont les premières victimes, ce qui légitime le combat pour la révolution socialiste.

Hier j'ai lu plein d'articles économiques de 2010 à 2013, qui si les prédictions de leurs auteurs s'étaient réalisées nous serions déjà plongés dans une Troisième Guerre mondiale, je précise que ces auteurs étaient tous des économistes, des banquiers ou directeurs de grandes banques internationales, des experts en économie, des intellectuels de haut niveau. Vous vous souvenez sans doute que le journaliste économique Jovanovic nous prédisait la chute de l'économie mondiale chaque année depuis 2008... qui n'est jamais venue telle qu'il l'entendait avec fermeture des bourses et de banques, etc. Bref, tout cela n'est pas très sérieux, cela me fait étrange de le dire alors que je ne suis ni un intellectuel ni un économiste. Cela dit, je n'ai pas besoin de la reconnaissance d'une institution ou d'un statut particulier pour réfléchir librement à la situation, modestement à mon niveau, on se passera aussi de l'autorisation de qui que ce soit n'en déplaise à certains.

RAPPORTS ENTRE MONDIALISATION ET MONDIALISME, suite.

Le 29 octobre 2010 un économiste ou ce qui y ressemble dénommé Onubre Einz publiait un article intitulé La FED, les banques et la planche à billet aux USA : Réalité et fiction. Dans son article il allait s'employer à nous démontrer "l’irrationalité de l’expression planche à billet" ou que la FED ne possédait pas plus de pouvoir sur la planche à billet des Etats-Unis que vous en avez sur votre propre banquier, bref que tout cela était de la "fiction".

Je dois vous avouer que je n'étais pas fier à la lecture des première lignes de son article, ni même à la fin, je me suis dit : voilà tu t'es planté en beauté, bravo, se vautrer de la sorte il faut le faire quand même ! J'étais dépité mais pas vraiment surpris car j'ai l'esprit ouvert au point de reconnaître immédiatement mon erreur et de me corriger, après tout il s'agit d'économie, je ne suis ni intellectuel ni économiste donc je devais admettre que je pouvais me tromper, et puis il y avait bien quelque chose d'extravageant dans cette histoire de planche à billet, j'avais été sceptique au départ à le croire, je m'étais tenu le même raisonnement que monsieur Coquema sans réfléchir plus que lui d'ailleurs, bref, n'étant pas du genre à me laisser abattre, je me suis dit que je ne pouvais pas en rester là et qu'une nouvelle lecture attentive s'imposait, car j'avais cru discerner malgré tout quelques failles dans la démonstration de cet économiste, en fait j'allais le relire trois fois de suite entre minuit et une heure du matin.

Je vous ferais remarquer au passage que j'ai procédé de la manière habituelle, qui a consisté à émettre une hypothèse ou une idée contraire à mon analyse pour en vérifier la validité ou l'infirmer si nécessaire, ce qu'aurait dû faire mon détracteur ce dont il a été incapable, sa démarche consistant uniquement à nier le point de départ de mon analyse et à me dénigrer, partant du principe qu'il détenait la vérité, et que cette vérité se plaçait au-dessus de toute analyse ou critique conformément à la méthode de ses dirigeants.

Maintenant nous allons voir que monsieur Einz avait emprunté la même démarche que mon adversaire, c'est-à-dire, que convaincu des "illusions de la planche à billet." avant même toute analyse sérieuse ou refusant d'admettre qu'une hypothèse opposée pourrait être validée, il allait s'employer à nous en convaincre. Pour y parvenir ou confirmer la conclusion qu'il avait arrêtée avant toute analyse, il allait lui falloir tordre la réalité, la nier ou négliger volontairement certains faits qui invalidaient sa démonstration. Quand on veut réfléchir à une question dans la vie, vaut mieux le faire sans a priori, et en politique sans s'en remettre systématiquement à des principes élevés au rang de dogmes gravés dans le marbre.

On pourrait résumer en quatre points la méthode qu'il allait employer pour nous démontrer que la FED n'avait en réalité pour ainsi dire aucun pouvoir, et pour ne pas vous faire languir plus longtemps ou vous faire attendre la fin de cet article pour en connaître le dénouement, disons qu'il allait s'appliquer à absoudre la FED de tout péché car c'est pour lui une religion en lui reconnaissant des qualités extraordinaires, je n'exagère rien et vous pourrez en juger par vous-mêmes en lisant son article, nous avons à faire à un admirateur sans borne de la FED. Vous comprendrez mieux ainsi sa démarche et son aveuglement.

Commençons par ce qui serait faux d'après lui, rappelons pour situer notre affaire qu'elle concerne la crise née des subprimes aux Etats-Unis en 2008 et le traitement que la FED lui a accordé :

1- Le privilège d’émission monétaire de la FED lui permettrait de créer de la monnaie sans contrepartie est une vue de l'esprit, une invention.

2- Il n'y a pas eu explosion de la création monétaire.

3- Il n'y a pas eu augmentation de la masse monétaire en circulation.

4- La FED ne crée pas de monnaie, sauf quand la valeur de l'actif d'une banque à laquelle elle accorde des liquidités dépasse son passif, et cette valeur exédentaire aurait été insignifiante, donc elle n'a créé aucune monnaie.

5- Et pour finir, il n'y a pas d'inflation aux Etats-Unis (ou ailleurs créée par l'activité de la FED).

Les passages en italique correspondent au texte de monsieur Einz.

- "Elle (le FED -ndlr) injecte de la liquidité dans l’économie en achetant des titres de dettes des agences et/ou de l’Etat fédéral et peut comme tel créer de la monnaie."

Voilà l'origine de sa confusion en admettant qu'il ne soit pas de mauvase foi, c'est l'inverse, la FED a créé de l'argent en échange des "ressources des institutions bancaires" qu'elle a vampirisées.

- "Pour que les banques créent de la monnaie il faudrait que la somme de leurs actifs soit supérieure à la somme de leur passif.

La réponse est positive si l’on examine la différence du passif et de l’actif des institutions de dépôts.

La différence entre l’actif et le passif des institutions de dépôts fait en effet apparaître une création monétaire cumulée variant entre 1600 et 2000 Md de $ entre 2006 et le T-2 2010."

La différence est donc de 400 milliards de $, mais il va s'employer à la diviser par 10 !

- "Ces institutions appelées institutions de dépôts ont fourni des ressources à la FED excédant les montants légaux des réserves qu’elles doivent avoir en compte auprès d’elle. Ces réserves excédentaires ont été le moyen de financement de la FED qui a ainsi pu gonfler son bilan."

Bref, les institutions de dépôts sont pour les plus importantes d'entre elles celles qui dirigent la FED, elles ont fournis des montants erronés et la FED en aurait profité sans s'en apercevoir, elle n'y serait pour rien ! On se demandera au passage s'il veut nous prouver que la FED ne fabrique pas de la fausse monnaie ou s'il ne cherche pas plutôt à la disculper, la fin de notre article sera intéressante à ce titre.

- "Le couple FED- institutions de dépôts n’a donc pas engagé les USA dans un déséquilibre actif-passif ou une création monétaire."

A l'aide d'une tautologie ou d'un sophisme il en déduit logiquement qu'il n'y a pas eu création monétaire, alors que les actifs ont dépassé les passifs après nous avoir expliqué que si un tel cas de figure se présentait il y aurait bien création monétaire ! Il n'est donc pas à une contradiction près.

Une différence de 2.500 milliards de $ entre les actifs et les passifs, une bricole "ponctuelle".

Le premier graphique concernant l’actif total des institutions de dépôts et le passif total des institutions de dépôts montre une augmentation des actifs entre 2007 et 2010 d'environ 2.500 milliards de dollars, il en concluera par une "une augmentation ponctuelle des actifs totaux très nette en 2008" qui en réalité s'est poursuivie, dans la suite de son article il s'emploie à le nier.

Ensuite, il n'est pas à une approximation près non plus, il "paraît" que, il n'en est pas sûr, il n'en sert rien, mais il nous assène une vérité et on devrait le croire sur parole.

- "L’inscription des réserves excédentaires dans le total des actifs des institutions de dépôts paraît maîtrisée."

Qu'on se le dise. En réalité, elle sera fauduleuse ! Il minimise la "monétisation" par la FED au moyen d'un syllogisme : la monétarisation entraînerait de l'inflation, il n'y a pas eu monétarisation, donc il n'y a pas d'inflation. CQFD.

- "La décision de la FED de substituer des achats de bons du Trésor aux dettes et RMBS des GSE ne pose à ce titre aucun problème car le bilan de la FED ne sera pas changé : l’actif de la FED devra rester proche de son passif. Le financement de l’achat de bons du Trésor par monétisation n’implique donc nullement l’appel à une mystérieuse planche à billet. Cette monétisation, de surcroît limitée, ne pourra pas avoir en elle-même d’effet inflationniste que l’on prête habituellement à la planche à billet car les USA ne s’apprête pas à faire tourner une quelconque planche à billet."

4.000 milliards de $ une broutille en face desquels la FED affiche un point d'interrogation, ce qui confirme qu'elle n'a de compte à rendre à personne. Le voilà qui extrapole et n'ayant pas de réponses aux questions qu'il se pose, il affecte un airdésabusé. Excellent.

- "Nous serions fortement désireux de déterminer ce que recouvre la rubrique Autre. Mais la FED ne communique pas sur les 4000 Md de $ d’actifs des institutions de dépôts…Le quart des actifs des institutions de dépôts ne peut donc faire l’objet d’un commentaire. Il s’agit probablement de placements financiers spéculatifs et de crédits aux entreprises financières et non-financières. La FED s’est fait une particularité de ne pas identifier certaines classes d’actifs ou de patrimoine appartenant aux entreprises financières et non financières. Allez savoir pourquoi ?"

Ne faisons par le procès de la « monétisation » de l'économie, cela n'existe pas davantage que la planche à billet nous dit très sérieusement monsieur Einz, circulez il n'y a rien à voir! Sauf, car il doit sentir qu'il a été trop loin et que le lecteur va peut-être finir par douter de la crédibilité de son argumentation, du coup il émet benoitement un doute, je vous rassure, auquel il ne donnera pas suite évidemment.

- "Ou si la rubrique autre du passif des institutions de dépôts faisait apparaître une couverture dont la valeur est problématique. Mais il faudrait savoir ce qui se trouve exactement sous la rubrique autres."

Comme personne n'en saura rien, faisons comme si elle n'existait pas, après tout 4.000 milliards de $ qu'est-ce que c'est, hein ? davantage que le budget total des Etats européens par exemple.

La FED sauve les banques, mais son rôle n'aura été que "ponctuel", "modeste", elle serait intervenue "très brièvement", pas de quoi casser une patte à un canard, pourquoi s'y attarder franchement?

- "Le passif interbancaire fait d’abord apparaître le rôle central des emprunts à la FED pour faire face aux difficultés des banques. (...) ... c’est la partie saine des institutions de dépôts et les banques étrangères qui sont venues au secours des banques ; la FED n’a joué que le rôle de médiateur ponctuel dans l’opération. Elle a donc bien agi comme une banque permettant un transfert de fond via la formation des réserves qui l’ont alimenté.

Le développement rapide des Interbank liabilities montre que le gonflement du passif des institutions de dépôts n’aura fait que très brièvement appel aux capacités de la Réserve fédérale."

Les ressources des banques tombent soudain du ciel, quel monde merveilleux !

- "Les ressources des banques ont ensuite fait appel à l’augmentation des dépôts stimulés par la crise soit que l’on assiste à la reformation d’une épargne des ménages, soit que les acteurs économiques financiers et non-financiers en augmentent le volume en réduisant leurs investissements ou leurs transactions.

Dans les RPS, les fonds fédéraux sont marginaux et ne confère qu’un rôle modeste à la FED."

Il ne cesse de minimiser le rôle de la FED, c'est à croire qu'elle n'existerait pas que le capitalisme américain pourrait s'en passer et s'en sortir tout aussi bien. Tenez, monsieur Coquema, il faudrait l'inventer, Tardieu est très fort dans ce domaine avez-vous dit, pas bol, il y en a qui y ont pensé avant moi. Je vous cite, ne le prenez pas mal, vous allez devenir célèbre !

En examinant le dernier tableau qu'il fournit sur le passif des institutions de dépôts, on remarquera que les banques ont bénéficié de 972 milliards de $ de liquidités en 2008 (en jaune) pour assurer les transactions interbancaires et éviter une paralysie de l'économie ou son effondrement, qu'entre 2006 et 2010 les dépôts bancaires ont augmenté de 1.500 milliards de $, que les fonds hypothécaires ont bénéficié entre 2006 et 2010 de 1.000 milliards de $, et pour compléter le tableau, la ligne "others", autres crédit bancaires d'origine indéterminé a augmenté de 1.100 milliards de $ durant la même période, le tout pour ainsi dire par enchantement.

D'ailleurs, c'est avec désinvolture que l'auteur de cet article traîte ces 4 ou 5.000 milliards de $, admirez la formule qu'"il n’est pas nécessaire de pousser plus avant le commentaire de ce tableau après avoir minimisé le rôle de la FED.

Ce sont les économies des pays émergents et des pays qui financent la dette américaine ou dont les banques centrales possèdent un stock important de dollars qui font l'objet d'une forte inflation, ils sont même obligés d'acheter du dollar pour empêcher que leur monnaie soit réévaluée, mais cela il n'en parlera pas.

- "Si les USA faisaient tourner la planche à billet, leur économie devrait connaître un niveau d’inflation sensible depuis le début de la crise. Or il n’en est rien. "

Les Etats-Unis sont le seul pays au monde où les prix à la consommation n'augmentent pas, d'ailleurs c'est bien simple, il n'y a même pas de pauvres dans ce pays !

- "Les effets inflationnistes de telles progressions (actifs bancaires - ndlr) sont quasiment nuls, cette nullité est d’autant plus forte qu’une large partie de ces crédits n’ont pas d’impact direct sur le coût de la vie."

Il nous confie un tour de passe-passe dont il ne tiendra pas compte non plus, "la valeur des actifs immobiliers n’y est pas comptabilisée".

- "Les crédits à l’économie sont marqués par la baisse des crédits hypothécaires que vient compenser la montée des crédits à la consommation aux T-1 et T-2 2010. L’effet inflationniste de ces deux crédits est nul sur l’inflation car la valeur des actifs immobiliers n’y est pas comptabilisée.

Et d'en déduire tranquillement.

- "Le crédit distribué par les institutions de dépôts n’est pas inflationniste."

- "La politique de la FED n’a donc pas été inflationniste."

Cela ressemble à la méthode Coué !

L'inflation a une origine bien connu qu'il faut combattre, là on commence à voir le bout du nez des intentions iédologiques qui animaient cet économiste.

- "La seule inflation qui peut être faite est en dernière analyse causée par des dépenses publiques impactant fortement le pouvoir d’achat des ménages ou les investissements des administrations publiques. Les USA ne se sont pas placés jusqu’alors dans ce type de configuration. Ils pourraient être tentés de le faire en laissant filer l’inflation pour éviter la déflation des prix. Le déséquilibre des comptes de la FED ou des institutions de dépôts serait la traduction de ce revirement."

Dès lors sa conclusion ne vous étonnera pas, je vous l'avais fournie au début de l'article.

- "L’expression planche à billet, couramment utilisée pour désigner les achats de la réserve fédérale se révèle être une fausse expression. Les institutions de dépôts ont bien fourni des réserves à la banque fédérale mais sans faire de création monétaire. L’expression création monétaire est donc une expression fausse d’un strict point de vue comptable. La FED et les banques n’ont pas fait de création monétaire pour assurer les opérations extraordinaires de la FED depuis 2008.

Du point de vue de l’actif des banques, la crise a fait jouer un rôle important aux emprunts de la FED en 2008, mais depuis lors la stabilisation du bilan de la FED et la ventilation du total de ces actifs a évité une explosion du crédit et des investissements des institutions de dépôts. Loin d’être un facteur d’explosion du crédit, les besoins de la FED ont été remarquablement bien couverts par les aménagements des actifs entre investissements et crédit à l’économie. La crise générale du crédit à permis une absorption douce des besoins de la FED dès 2009."

Remarquable langue de bois, n'est-ce pas, en fait l'économie américaine au bord du gouffre s'est sauvée elle même grâce à un miracle, la FED y a contribué, mais si peu, si modestement que cela ne figurera dans aucun manuel scolaire ou d'économie. Et pour cause.

En réalité, la FED fait tourner la planche à billet à partir de rien, elle les fournit au Trésor qui va les transformer en obligations moyennant intérêts, le Trésor se charge de trouver des acquéreurs aux Etats-Unis et sur le marché mondial en échange de sa garantie, auxquels il paiera des intérêts et le tour est joué. C'est la dette américaine qui est à l'origine de la création monétaire et des intérêts que l'Etat verse aux banquiers, eux, ils ont juste eu à payer le papier et l'encre ! Quant au marché, la FED lui fournit des liquidités selon le même mécanisme à ceci près que des titres ou actifs remplacent les bons du Trésor. Et pour que le compte soit bon, les banquiers de la FED alimentent les propres banques qu'ils contrôlent et la boucle est bouclée.

J'ai gardé le meilleur pour la fin, la cerise sur le gâteau qui montre que l'article de monsieur Einz n'était qu'une pure construction destinée à nous induire en erreur et à camoufler le fonctionnement réel de la FED.

Pour conclure, il termine en nous dévoilant son penchant pour l'idéologique néolibérale qui transpirait tout au long de sa démonstration.

- "Au-delà le choix d’une forte inflation supposerait la fin du modèle de croissance financiarisée que les années Reagan ont mis en place. La dépression finirait par tout emporter, y compris la prudence financière des USA dont témoigne ce post."

Autrement dit la FED, et tous les présidents américians depuis Reagan ont fait du bon boulot, continuez !

- "Le risque réside toujours dans le financement de la dette souveraine par le marché et accessoirement par la FED. Un financement inflationniste supposerait d’une part de la création monétaire dans les conditions que nous avons précisées et d’autre part une fuite en avant dans le déficit public répondant aux exigences d’un redressement économique d’une économie en dépression. Faute de disposer des capacités financières nationales et du soutien mondial, cette forme de sortie de crise est peu probable. "

La Chine et le Japon sont les principaux acquéreurs des bons du Trésor américain à hauteur d'environ 4.000 milliards de $, ils ont commencé à s'en délester au profit de la Grande-Bretagne qui a pris le relais, quand aux 13.000 milliards de $ restant c'est en grande partie la FED qui les possède, donc la FED n'en possède pas "accessoirement", qu'ils soient dissimulés dans différentes institutions financières ou banques monsieur Einz n'ira pas fouiller jusque là, il voulait juste nous prouver que la FED ne crée pas de monnaie, ne contrôle pas la masse monétaire en circulation, d'ailleurs elle n'a jamais augmenté, c'est plutôt raté. Osons affirmer au regard de la vidéo qui suit, qu'on ne peut pas avoir aucune confiance dans les comptes de la FED.

Le lien vers l'article de monsieur Onubre Einz :

Le FED, les banques et la planche à billet aux USA : Réalité et fiction (criseusa.blog.lemonde.fr)(29.10.10)

Comme quoi le camouflage fonctionne bien, un internaute avait écrit le commentaire suivant, extrait :

- "Merci pour cette mise au point. Je fais partie de ceux qui ignoraient la réalité et pensaient que la Fed avait opté pour une inflation « masquée » afin d’éviter l’implosion du système économique américain."

Un autre s'était montré plutôt perplexe face à cette démonstration à l'emporte-pièce :

- "Il semblerait que vous ne teniez aucun compte des données financières réelles."

C'est un euphémisme !

Un troisième se voulait plus catégorique encore :

- "Le point de départ de votre raisonnement est pour le moins contestable: vous réduisez la création monétaire aux pièces et billets en circulation, soit à l’agrégat M1. Ce que je peux comprendre, puisque M3, un instrument autrement plus précis, n’est plus publié par la Fed vu son extraordinaire expansion ces dernières années. En réalité, les risques inflationnistes sont calculés à partir de l’évolution de M3."

On va tous les mettre d'accord on regardant la vidéo suivante, comme dirait l'autre il n'y a pas photo.

9000 milliards de dollars volatilisés à la FED - Mise en ligne le 12 août 2009

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Tpyot9UCCj8

Lors d'une commission du Congrès ou de la Chambre des Représentants, l'Inspecteur général de la FED dit qu'elle ne sait pas à qui a été distribué cet argent de poche et combien exactement, cette somme gigantesque figurait "hors bilan" selon un rapport de Bloomberg, elle dit "nous n'avons pas de juridiction pour faire sortir et vérifier les activités bancaires de la FED", le président de la commission lui pose à nouveau la question, elle répond qu'elle n'est pas en mesure de dire où sont passés ces 9.000 milliards de $, elle n'en sait fichtre rien, c'est extraordinaire, à voir absolument, elle est très courte.

Et monsieur Einz de nous assener ses certitudes qui n'engagent que lui, extravagantes ou ne correspondant manifestement pas à la réalité. Et voyez-vous monsieur Coquema, je n'ai pas divagué, je n'ai rien inventé. En fait j'aurais pu me contenter de cette vidéo mais j'aime bien réfléchir par moi-même, je sais que c'est un vilain défaut, je ne me contente pas du catéchisme selon saint Lambert ou Gluckstein qui nous ont menés là où nous en sommes, si vous me permettez de dire ce que je pense.

Du coup, je ne sais pas si cela vaut le coup de perdre mon temps à répondre à vos courriels.


Le 6 août 2013

CAUSERIE

J'ajouterai une quinzaine d'articles ce soir, plus un petit dossier sur le Moyen-Orient avec des articles du 27 juillet au 5 août.

Après correction des nombreuses fautes, j'ai mis en ligne au format pdf les 8 articles des derniers jours intitulés Une nouvelle stratégie de la lutte de classe liée à une nouvelle analyse du capitalisme.

Nous poursuivons ce matin.

Avant j'ai une question à vous poser :

En 2008, les conditions étaient réunies pour que l'économie américaine s'effondre et entraîne dans sa chute l'économise mondiale, nous sommes bien d'accord n'est-ce pas ? je parle au regard des autres crises semblables dans le passé, celle-ci était encore plus gigantesque en réalité.

Vous avez pu constater comme moi que finalement il n'en a rien été, les bourses et les banques n'ont pas fermé, etc. Ils ont donc trouver le moyen de juguler cette crise avant qu'elle ne se répande comme une traînée de poudre et emporte tout sur son passage, nous somme toujours d'accord n'est-ce pas ?

Ma question est la suivante : Doit-on en tirer des leçons, en tenir compte au niveau de notre stratégie ? Vous avouerez que ce n'est quand même pas un crime de se poser cette question élémentaire, non ? Doit-on faire comme si finalement il ne s'était rien passé, minimiser cette crise, il y en a qui reculent devant rien pour avoir toujours raison, doit-on ignorer le rôle de la FED, notamment, etc. ? Peut-on tenir le même discours, la même ligne politique et la même stratégie avant et après ? Si non, on aura compris pourquoi, si oui, pourquoi, que nos dirigeants s'expliquent, ce serait la moindre des choses, non ?

RAPPORTS ENTRE MONDIALISATION ET MONDIALISME, suite 9.

Un florilège des courriels de monsieur Coquema des derniers jours.

Notez bien les dates, je les fais figurer quand c'est nécessaire pour que le lecteur puisse suivre l'enchaînement de faits.

En comparant la manière dont il m'a traité le 2 août et ma réponse du lendemain dans le site et non par courriel, vous constaterez que j'ai encore fais preuve de mesure et d'indulgence envers ce type qui me harcèle depuis des années il faut le rappeler, il n'en était pas à son premier coup d'essai.

2 aout 14h33

- "Tardieu, ou la planche à conneries illimitée! "

- "Débilité quand tu nous tiens!"

- "La hargne antitrotskyste malgré les grandes proclamations pour avancer masqué! "

Il m'a traité de con illimité, de débile, d'antitrotkyste et pour finir de manipulateur. Et il voudrait que j'ouvre un forum !

Le lendemain, le 3 août, dans ma causerie j'ai écrit : "Depuis avant-hier, la vermine qui me poursuit de ses courriels vénimeux m'en a encore envoyé trois autres".

Le jour même à 14h13 il me répond dans un courriel :

- "L'impuissance mène à l'insulte, c'est bien connu ( "vermine", rien que ça!) Mais tu as l'excuse de l'isolement, propice au délire!"

Vous préférez peut-être le terme de parasite !

Son entreprise depuis des années consiste à tenter de saper mon moral et à me faire taire, car mes analyses l'indisposent, ils ne les supportent pas manifestement. Il avait cru réussir cette fois, pas de bol, c'était une fausse bonne surprise que j'avais concocté pour qu'il nous montre de quoi il était capable et on a été servi.

Le lendemain, ayant rétabli le site tel qu'il était la veille, il est dépité et veut nous faire croire qu'il l'apprécie, il fallait oser, il l'a fait. Jugez vous-mêmes.

2 aout 14h33

- "Il a encore besoin qu'on lui coupe le sifflet ! je crois qu'il est sur la bonne voie!

- "Il savourait son triomphe, enfin Tardieu va fermer sa grande gueule, ouf j'en suis venu à bout !

3 aout 14h13

- "Pour moi aussi, qui ne parle qu'en mon nom propre ( je le précise, car les militants n'ont sans doute pas de temps à perdre), c'était un piège afin que tu continues à nous fournir en informations diverses et variées....quel gain de temps, je t'en prie, ne t'arrête pas!"

Quel pauvre type, vous n'avez décidément aucune dignité ! Il se permet de me tutoyer, alors que je le vouvoie, mais cela n'a pas d'importance.

Je me demande à quoi peuvent bien lui servir les informations qui figurent dans mon site puisque il vient de nous démontrer qu'il était incapable d'évoluer, mais bon, il est bien connu qu'on ne se refait pas.

La NSA ou une autre agence de renseignement a pénétré le serveur (OVH) qui abrite le site, donc désormais ils possèdent votre nom, prénom, adresse, numéro de téléphone, etc. ils savent tout sur vous monsieur Coquema, nous non à part votre nom et franchement c'est suffisant.

- "Tardieu se comporte d'autre part en véritable délateur, n'hésitant pas à donner sur son site (public) les noms propres (Coquema et non pas Coquéma!), on voit la mentalité de quelqu'un qui n'est même pas capable de mener une discussion en face par face ( par exemple sur un forum)"

Poursuivons avant de répondre.

- "Tardieu, tout comme les capitalistes, méprise le peuple, les fonctionnaires embourgeoisés, la défense des acquis, les syndicats, les trotskystes, la Quatrième Internationale ( présente dans 50 pays)"

Depuis août 2008 j'ai fourni aux lecteurs dans mes causeries tellement d'informations sur moi-même qu'ils en connaissent autant sur moi que moi-même, donc vous pourrez raconter ce que vous voulez sur moi, personne ne vous croira, vous vous êtes vous-même totalement discrédité, personne ne vous accordera le moindre crédit.

Quant au forum, c'est de la merde et il faut avoir du temps à perdre pour le gérer, je ne participe à aucun forum, ma page Facebook que je n'ai pas réussi à effacer est vide et je n'ai pas de compte Twitter ou autres "réseaux sociaux". Au fait, vous devriez conseiller au POI d'en créer un...

Il y en a un qui un jour a multiplié les pains, un autre les divisent, à chacun sa croix !

3.000 visites (environ) en mai 2012.
10.367 visites en mai 2013. 20.381 téléchargements.
14.100 visites en juin 2013. 27.440 téléchargements.
11.800 visites en juillet 2013. 25.355 téléchargements.

- "Un cauchemar !!! Avec 7 adeptes en 5 ans! Il est beau le nouveau Marx!"

Vous devez confondre avec vos dirigeants qui se prennent pour ses héritiers... N'oubliez pas feu-Lambert.

Passons. Je ne répondrai plus à ces courriels, depuis quelque temps déjà ils apparaissaient dans les spams et je les balançaient sans les ouvrir, on va reprendre cette bonne habitude, comme m'a dit un jour Eyschen, tu ne feras pas boire un âne qui n'a pas soif, monsieur Coquema n'aura pas de mal à imaginer de qui il parlait la réponse figure plus haut.

Le donneur de leçon ou la crécelle.

- "Quand Tardieu aura compris que l'idéologie dominante est celle de la classe dominante, que seule une minorité construisant le parti révolutionnaire peut s'en émanciper (et pas totalement!) pour préparer, grâce au parti révolutionnaire ( quelques milliers de bolcheviks seulement en février 17) la fusion entre le programme révolutionnaire et l'irruption de la classe ouvrière dans un processus révolutionnaire."

Après l'écrasement sangant de la révolution de juin 1848, Marx et Engels en avaient conclu que le coup de force blanquiste appartenait au passé et qu'il fallait changer de stratégie et doter le prolétariat d'une solide organisation, un parti et une Internationale ouvrière.

La révolution russe de 1917 prouva que la méthode était la bonne. Puis vint le stalinisme, l'antithèse du socialisme mais qui se drappa du bolchevisme ou léninisme pour conquérir et conserver le pouvoir. Plus tard les Chinois et les Cubains allaient les imiter, les staliniens.

Trotsky est disparu avant de nous livrer le fond de sa réflexion après avoir affirmé à plusieurs reprises face à la faiblesse politique du prolétariat qui allait être une des causes des défaites de toutes les révolutions en Europe et du pourrissement du mouvement ouvrier internationale par le stalinisme les deux étant liés, qu'il serait beaucoup plus difficile pour le prolétariat dans l'avenir de vaincre, car il ne concevait pas le combat politique autrement que dans la perspective de la prise du pouvoir, objectif totalement abandonné par tous les partis depuis, et que pour y parvenir il faudrait impérativement élever la conscience des masses à un niveau supérieur à celle du prolétariat russe en1917.

Quelque part, et c'est l'interprétation personnelle que je fais de cette réflexion de Trotsky, cela revenait à dire que la méthode ou la stratégie adoptée en 1917 devait être modifiée si nous voulions avancer vers notre objectif, ce que le dévelopement des moyens de communication ou des médias n'a fait selon moi que confirmer, mais pas seulement, les modifications intervenues dans le mode de vie des travailleurs qui disposent de temps libre pour se distraire plus que pour se cultiver dans bien des cas, l'amélioration de leurs conditions d'existence qui allaient leur faire supporter un peu mieux le capitalisme et tendre à leur faire abandonner la perspective du socialisme, bref, plusieurs puissants facteurs allaient intervenir pour détourner les masses du combat pour le socialisme ou changer la société, et c'est effectivement ce qui s'est passé, certains pourront le nier, peu importe.

Du coup, le jour venu où le capital connaîtrait une nouvelle crise ou déciderait de siffler la fin de la récréation, personne ne comprendrait ce qui se passerait, voyez les Grecs qui ont tout perdu ou presque en un rien de temps, ils ont été incapables de d'organiser et de passer à l'offensive parce qu'ils n'y étaient pas préparés, ils ont tenté de résister, mais leur niveau de conscience politique était trop bas, tellement bas qu'ils n'ont pas réussi à se hisser au niveau des tâches politiques correspondantes à la situation. Après on peut nous raconter ce qu'on veut, ce sont les faits.

On va peut-être nous rétorquer que c'était inévitable que le cours de la situation emprunte cette direction, certes, à condition de ne pas la confondre avec l'interprétation qu'en feraient les masses et qui aurait pu être totalement diffférente si elles avaient eu un niveau de conscience plus élevé, on peut même avancer sans prendre un grand risque de se tromper, que le gouvernement n'aurait jamais pu poursuivre ses manipulations avec Goldman Sachs conduisant à l'effondrement de l'Etat grec si les masses avaient été en mesure de comprendre ce qui était en train de se produire, mais si maintenant on veut nous faire croire que du jour au lendemain on peut élever son niveau de compréhension à celui d'un militant conscient en partant de zéro ou presque, je m'incline.

Personnellement j'ai eu besoin de plusieurs années de travail acharné pour parvenr à mon niveau actuel, et voyez-vous je ne suis pas du tout persuadé que beaucoup de militants comprennent grand chose à la situation, je ne parle même pas de l'économie mondiale ou de la finance en particulier.

On peut se gargariser de formules apprises par coeur qui datent d'une époque déjà lointaine et qu'on répète sans cesse pour se convaincre qu'on a bien compris la situation ou qu'on a raison, d'ailleurs on se demandera ce qui l'emporte chez mes adversaires, réfléchir pour comprendre la situation ou trouver uniquement matière à justifier leur politique.

Je réaffirme la nécessité de construire un parti sur la base du léninisme, mais à côté il faudrait développer une structure qui permette d'accueillir des travailleurs qui ne sont pas prêts à assimiler le programme de la révolution socialiste, qui présentent des désaccords avec nous, qui ne veulent pas particulièrement rejoindre un parti ou se sentir lier à un parti, resterait à déterminer sur quelle base politique cette organisation ou association pourrait fonctionner en relation avec le parti tout en étant autonome, de manière à attirer des centaines de milliers de travailleurs et jeunes, véritable creuset pour construire pas à pas le parti, base politique qui incluerait la liquidation du capitalisme, on ne pourrait exiger moins, elle figure dans les statuts de plusieurs syndicats (à titre purement théorique évidemment), et sur le plan politique faire preuve de souplesse et s'en tenir à l'objectif qu'il faudrait un gouvernement et des institutions qui prendraient réellement en compte les droits et les besoins sociaux des travailleurs, leurs aspirations, puisqu'ils sont la majorité de la population. En procédant de la sorte on éviterait de les braquer sur les institutions de la Ve République, que de son côté le parti combattrait au quotidien dans la perspective de leur liquidation, on permettrait ainsi que la discussion demeure ouverte sur la participation ou non à ces institutions tout en les combattant, sachant que les travailleurs et les militants d'horizons divers ont des niveaux politiques différents ou n'interprètent pas les institutions de la même manière.

J'aurais tendance à dire que l'essentiel du fonctionnement de cette organisation ou de cette association qu'on pourrrait appeler quelque chose comme l'Association des sympathisants ou des amis du parti X ne serait pas tant dans son orientation politique ou les initiatives qu'elle serait amenée à prendre, que dans le programme de formation qui serait dispensée à ses membres selon le principe du volontariat, et les documents qui seraient produits et qui leur seraient destinés pour élever leur niveau de compréhension de la société. Limiter les contraintes ou ce qui peut passer pour une contrainte en rejoignant cette association pour libérer l'imagination des travailleurs et jeunes qui en feraient partie tout en les guidant ou en leur fournissant des points de repères pour qu'ils ne s'égarent pas, faire en sorte que chacun y participe à son niveau et échange ses expériences avec les autres membres de l'association, de manière à créer une dynamique qui donne à chacun envie de se rendre utile et d'aller de l'avant, quelque part il nous faudrait copier ce qui se fait dans le monde assiatif, en prendre le meilleur et rejeter le reste.

Développer la fraternité entre travailleurs et militants d'horizons divers qui ont en commun certaines valeurs ou règles, convictions, idées, certains principes, un profond respect de toutes les victimes du capitalisme mais aussi un attachement à l'Etat de droit, à la justice, ce qui ne veut évidemment pas dire soutenir l'Etat et la justice tels qu'ils existent bien que ce puisse être nécessaire contre ceux qui les bafouent mais à condition de s'attaquer à ceux qui sont responsables de cette situation-là.

On a besoin d'un parti qui soit un véritable bastion de la révolution socialiste, une véritable forteresse dans laquelle l'idéologie de la classe dominante n'ait aucune chance de s'implanter solidement, qu'elle puisse s'y infiltrer c'est inévitable puisqu'on recrute des travailleurs qui ont différent niveau de conscience politique, un parti composé des éléments les plus conscients, les plus avancés, les plus combatifs de toutes les couches du prolétariat et de la petite-bourgeoisie et même au-delà, qui adhère au programme de la révolution socialiste, aux statuts du parti, qui s'engagent librement à élever leur niveau de conscience politique car c'est le travail de toute une vie et le parti ne peut pas se permettre de comporter dans ses rangs des militants qui ne donneraient pas pour objectif de progresser, c'est à eux de montrer l'exemple aux travailleurs et aux autres militants.

On ne devient pas ou on ne forge pas un militant conscient en quelques jours, un haut niveau de conscience politique n'est pas inné, cela ne s'improvise pas, cela nécessite des efforts, de s'imposer une certaine discipline et de s'y tenir. L'objectif est de garder les militants qu'on a conquis au parti ou qui l'on rejoint d'eux-mêmes, d'en finir avec le parti passoire qui gagne des milliers de militants pour en perdre autant quelque temps plus tard, et si Trotsky estimait qu'il faudrait élever considérablement le niveau politique des masses pour espérer un jour prendre le pouvoir, il est évident que cette élévation de la conscience des travailleurs devait se traduire en terme de construction du parti, sinon à quoi bon ou alors il faudrait réviser ou abandonner le léninisme et revoir la place déterminante du parti dans la révolution et la prise du pouvoir, tel n'est pas notre propos.

C'est la combinaison du parti et de l'association de ses sympathisans qui répond le mieux à la situation et aux tâches que nous avons à accomplir, qui à un moment donné s'ils étaient suffisamment développés pourraient entraîner dans leur sillage des millions de travailleurs et préparer les conditions nécessaires au renverserment du régime en place, c'est cette stratégie que je défends. J'ai bien conscience que cette stratégie ne correspond à aucune autre jusqu'à présent, à ma connaissance, et qu'elle va faire l'objet d'une polémique acharnée, à peine voie-t-elle le jour qu'elle fait de l'ombre à celle des autres partis.

Quand on y regarde de plus près, cette stratégie est basée sur les enseignements de la révolution russe de 1917, monsieur Coquema et d'autres ne cessent de répéter que nous serions toujours dans l'époque des guerres et des révolutions, nous leur répondons, comme lors de la révolution russe de 1917, donc nous demeurons fidèles au léninisme, ce qui n'est pas le cas des autres partis qui ont abandonné la construction d'un parti de type bolchevik ou communiste ou encore sur la base des principes retenus par Lénine, LO en est une caricature ou une secte, et nous n'avons fait qu'ajouter un seul facteur à notre stratégie, la nécessité d'aider les masses à élever leur niveau de conscience en les organisant dans une association pérenne.

On pourrait ajouter à propos de cette association qu'on ne peut pas se contenter de décrire comment fonctionne la société, la nature de l'idéologie dominante, quels en sont les relais et comment ils sont reliés à la classe dominante, aux partis et aux institutions, etc. il faut que que cette compréhension s'ancre profondément dans le cerveau des travailleurs de façon à saper les bases du régime sur le plan idéologique mais aussi psychologique, parce que les représentants de la classe dominante se jouent des émotions des travailleurs pour mieux les manipuler. Il n'y a pas d'un côté des mesures économiques, de l'autre des mesures politiques, et d'un autre côté encore un vaste conditionnement psychologique des masses, les trois aspects sont reliés entre eux, liés au même objectif, leur politique est savamment orchestrée de façon à berner les travailleurs ou faire en sorte qu'ils n'y comprennent rien ou encore les décourager d'y comprendre quelque chose, c'est la raison pour laquelle il faut accompagner la réflexion critique que les travailleurs peuvent se faire de la société, la traduire en terme conscient tout en leur offrant un cadre organisé où ils peuvent constater qu'ils ne sont pas les seuls à penser ainsi et en parler entre eux, d'une certaine manière Internet en est l'antithèse, vous, anonymes qui me lisez vous en êtes le meilleur témoignage qui soit, c'est aussi un moyen de rompre avec leur isolement, de les aider à prendre conscience qu'ils appartiennent à une classe sociale distincte, conscience à développer, tranquillement mais sûrement, en fait il n'y a que les social-libéraux, les staliniens et les représentants du parti officiel de l'ordre et les religieux qui l'ont compris dans un objectif diamétralement opposé au notre, nous, nous en sommes encore à nous demander si une telle association aurait une utilité. Je n'ai fait ici que dégrossir ce sujet, il faudrait le développer.

Le saviez-vous ?

Qui avait pris la tête de la campagne en faveur du mariage gay aux Etats-Unis ?

Réponse : le PDG de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein (lemonde.fr 05.08)

- Sur le plan politique, Goldman vire à gauche toute. Blankfein, père de famille hétérosexuel, prend la tête de la campagne en faveur du mariage gay. lemonde.fr 05.08

Ceux qui ont soutenu le mariage homosexuel sont-ils aussi "à gauche" que le PDG de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein ?

Avouez que c'est une question qu'on est en droit de se poser. Tenez monsieur Coquema, une remarque qui va vous plaire, seuls les eunuques du POI n'ont pas pris position sur cette question qui a quand même fait l'actualité pendant 6 mois, les faits que voulez-vous, les faits.

Lloyd Blankfein, l'insubmersible PDG de Goldman Sachs - lemonde.fr

(http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/08/05/goldman-sachs-fabrice-tourre-condamne-lloyd-blankfein-insubmersible_3457449_3234.html#xtor=AL-32280515)

Le succès d'anciens de la maison - Mario Draghi à la Banque centrale européenne, Mark Carney à la Banque du Canada, Mario Monti a la présidence du gouvernement italien - fait oublier le rôle clé de l'établissement dans le scandale du trucage des comptes grecs.

Mieux encore, Goldman a échappé à la vague de scandales qui ont récemment déferlé sur l'industrie bancaire. Du Libor (Barclays) à la "baleine de Londres" (JP Morgan) en passant par les agissements d'un trader fou (UBS), la coupe est pleine. lemonde.fr 05.08




ACTUALITE EN TITRES

Mais il y a un "bémol".

- Zone euro: retour confirmé à la croissance de l'activité privée - AFP

Reste un bémol: "le marché du travail demeure la principale faiblesse de la zone euro, la hausse du chômage constituant un frein à la croissance et attisant les tensions politiques et sociales", souligne M. Dobson. AFP

On vous l'avait bien dit que c'était utile à votre sérieux ma bonne dame !

- Fermeture d'ambassades : "Le programme de la NSA prouve sa valeur" - LeMonde.fr

- États-Unis - Menaces d'attentats : la NSA redore son blason - LePoint.fr

Les merdias ne craignent pas le ridicule. Il faudrait les boycotter, c'est possible, vous avez pu constater qu'à partir de quelques portails indépendants, on obtient toutes les informations qu'ils traitent, on peut désormais vraiment s'en passer.

Ils sont aussi nombreux que cela aux FN ?

- Le FN réclame la création de 40.000 places de prison - AFP

Pardi, les rentiers de la finance !

- Retraites: qui financera la pénibilité du travail? - L'Expansion.com

Taxomanie.

- +12,7% pour la taxe Chirac sur les billets d'avion : y a-t-il encore des prélèvements que le gouvernement n'a pas augmentés ? - Atlantico.fr

Pardi !

- Le seul espoir pour l’Occident de rester puissant est-il... de créer l'Euramerique ? - Atlantico.fr

Le droit et la justice bafoués.

- Les représentants des services publics de plus en plus agressés - Liberation.fr

- Pompiers molestés à Toulouse: l'enquête s'annonce difficile - AFP

En Inde les policiers, les avocats et les juges sont corrompus. Un jour que je discutais avec un avocat, il me dit que j'avais le choix entre un bon et un mauvais avocat, en ajoutant sans attendre ma réponse que le bon n'était pas celui auquel je pensais. Pourquoi ? Parce que le bon c'est celui qui est corrompu, qui a corrompre le juge pour qu'il fasse pencher la balance de mon côté. Et si mon adversaire fait de même, il verra sa peine réduite et je serais partiellement satisfait. S'il verse au juge une somme beaucoup plus importante que moi, j'ai toute les chances d'être débouté de ma plainte ou de ne jamais obtenir réparation ou au mieux à la marge.

Pareil auprès de policiers, si vous ne les soudoyez pas, de victime vous pouvez vous transformer en coupable, cela m'est arrivé plusieurs fois face à des voyous.

En Inde l'Etat de droit n'existe que sur le papier tout comme la justice, les agresseurs ne craignent rien la plupart du temps, la plupart des gens ne portent même pas plainte puisque cela ne sert à rien, ou alors c'est le début des emmerdes... pour vous !

Laissez faire en France, c'est en arrivé à la même situation que dans un pays comme l'Inde, c'est la raison pour laquelle je suis particulièrement sensible à cette question du respect du droit et de la justice.

Au téléphone il y a quelques jours mon épouse m'a raconté qu'elle avait été agressée à Aubagne dans la rue, quelqu'un a essayé de lui arracher la cordelette qu'elle avait autour du cou qui était de la même couleur qu'une chaîne en or, au bout se trouve un petit pendentif que le mari offre à son épouse le jour du mariage, l'équivalent de la bague de mariage si vous voulez, on appelle cela un tali. Elle s'est mise à hurler et son agresseur a pris la fuite, ensuite elle est allée porter plainte. Elle ne m'en avait pas parlé pour ne pas m'inquiéter, elle me racontera son histoire plus tard quand elle sera en mesure de voyager, d'ici un mois si tout va bien.

Attaquer des pompiers, c'est intolérable, 7 millions de chômeurs, c'est intolérable, les 500 plus riches en France se mettent 300 milliards d'euros dans la poche en 2012, c'est intolérable...




ACTUALITÉ DU JOUR

Etaler les coups pour que les masses les supportent mieux.

- FMI : le gouvernement doit "réduire les dépenses plutôt que d’augmenter les impôts" - Atlantico.fr

Le FMI salue les réformes amorcées par le gouvernement pour améliorer la compétitivité de l'économie française. Mais là, il insiste sur la nécessité d'en accélérer le rythme.

Selon le Fonds, l'écart par rapport au programme de stabilité pourrait être "rattrapé par le maintien d'un rythme régulier d'ajustement structurel sur une période plus longue".

Surtout, il juge que, avec un niveau de fiscalité record, le gouvernement français ne peut se permettre d'entretenir de doute sur l'évolution des impôts et doit se fixer des objectifs plus explicites en matière d'évolution des dépenses.

Pour ne pas compromettre une éventuelle reprise, qualifiée d'"incertaine", le FMI suggère au gouvernement de renoncer à de nouvelles hausses d'impôts et de se contenter de limiter ses dépenses. Ce dernier point représente à lui seuil deux tiers de l'effort de 20 milliards d'euros, prévu par le gouvernement. Francetv info et Reuters 05.08

Pas de répit, les sionistes-francs-maçons repartent à l'attaque du voile !

- Un rapport officiel préconise l'interdiction du voile à l'université - LeFigaro.fr

- «On assiste à une montée des revendications religieuses» - LeFigaro.fr

- Interdiction du voile: les universités n'ont jamais eu besoin d'une loi - L'Express.fr

Jean-Pierre Obin, Igen, auteur en juin 2004 d'un rapport sur "Les signes et manifestations d'appartenance religieuse dans les établissements scolaires". "A l'époque, se souvient-il, le débat médiatique ne s'était pas porté sur les universités". "Les universitaires sont en effet très jaloux de cette autonomie, et très prudents sur les questions de laïcité. Le fait que des jeunes femmes voilées assistent à leurs cours ne les a jamais gênés. A la Sorbonne par exemple, qui dispose d'un département d'études islamiques, il était courant de croiser des jeunes femmes voilées dans les couloirs".

Comment dès lors expliquer que le sujet fasse, dix ans après la loi de 2004, l'objet d'un avis alarmant du HCI? Une partie de la réponse tient à la personnalité d'Alain Seyksig, son auteur, président de la commission laïcité du HCI. Cet inspecteur général, franc maçon, est un ardent défenseur d'une conception très stricte de la laïcité. Inspecteur de l'Education nationale à Pantin (Seine-Saint-Denis), il s'était opposé à l'encadrement de sorties scolaires par des mamans voilées, un sujet qui fait régulièrement débat dans l'Education nationale. L'Express.fr 06.08




INFOS EN BREF

POLITIQUE

1- Tunisie

Les détracteurs du gouvernement tunisien continuaient de manifester lundi et aucune issue négociée à la crise politique ne se dessinait, tandis que deux militaires tués lors de la traque d'un groupe "terroriste" ont été enterrés.

A Sidi-Bouzid, dans le centre-ouest du pays, la police a dispersé sans ménagement lundi quelques dizaines de manifestants qui ont tenté de pénétrer dans la préfecture régionale. Cette ville est le berceau de la révolution de janvier 2011, et le député Mohamed Brahmi, dont l'assassinat le 25 juillet a déclenché l'actuelle crise politique, en était originaire.

Une coalition hétéroclite d'opposition a organisé un nouveau rassemblement nocturne lundi à Tunis, comme tous les soirs depuis la mort de l'opposant attribuée à la mouvance jihadiste. Ils n'étaient que quelques centaines, alors que la semaine dernière ils étaient des milliers à se réunir.

Mais les opposants préparaient surtout une grande manifestation mardi pour réclamer la démission du gouvernement dirigé par les islamistes d'Ennahda et la dissolution de l'Assemblée nationale constituante (ANC), deux revendications rejetées par le pouvoir, alors que le pays n'a toujours pas de Constitution et que les groupes jihadistes ne cessent de le déstabiliser.

La manifestation doit marquer les six mois depuis l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd le 6 février dernier. Elle répond aussi à un rassemblement de dizaines de milliers de partisans du pro-pouvoir samedi.

La puissante centrale syndicale UGTT, favorable à la démission du gouvernement, a apporté son soutien au rassemblement qui devrait être la dernière grande action du ramadan. Le mois de jeûne s'achève le 7 août, date suivie de quatre jours chômés.

Ennahda, qui propose un gouvernement de coalition élargi et des élections en décembre, a pour sa part indiqué lundi renoncer à ses manifestations quotidiennes devant l'ANC.

Si des consultations organisées par le pouvoir ont lieu régulièrement, aucune négociation pour définir un plan consensuel de sortie de crise n'a eu lieu.

"Notre élite politique, qui a réussi le tour de force fantastique de scinder le peuple, n'a qu'un seul objectif: accaparer le pouvoir", a jugé l'hebdomadaire Tunis-Hebdo. AFP 05.08

2- Egypte

L'armée et le gouvernement égyptien mis en place après le renversement, le 3 juillet, du président islamiste Mohamed Morsi va faire une offre de compromis aux Frères musulmans prévoyant de libérer un certain nombre de membres de la confrérie, a-t-on appris lundi auprès d'une source militaire de haut rang.

Le pouvoir proposera en outre de débloquer les avoirs gelés de la confrérie et lui offrira trois postes au sein du gouvernement intérimaire dans le but de sortir de l'impasse politique persistante.

Les permanences "fréristes" fermées après le 3 juillet rouvriront et la confrérie pourrait légaliser sa situation de manière à pouvoir présenter des candidats aux nouvelles élections.

"L'initiative sera prise de manière à pouvoir mettre un terme à la crise et obtenir des Frères qu'ils cessent leurs sit-in de protestation", a expliqué cette source.

Une source politique familière de la question a confirmé les détails de cette future proposition.

Quant à la source militaire, elle a souligné que le gouvernement intérimaire et l'armée n'avaient pas encore arrêté de position quant au sort à réserver à Mohamed Morsi, détenu au secret au Caire depuis sa destitution.

"Nous souhaitons que le cours de la loi soit respecté tandis qu'au même moment, le gouvernement tente d'obtenir l'abandon de toutes les charges retenues contre lui", a poursuivi la source militaire. Reuters 05.08


ECONOMIE

1- Etats-Unis

Les conditions de crédit sont restées favorables aux Etats-Unis au deuxième trimestre malgré la hausse des taux d'intérêt sur le marché, selon une enquête trimestrielle de la Réserve fédérale auprès des gestionnaires de crédit des banques, publiée lundi.

Les banques ont assoupli les conditions de leurs prêts commerciaux et industriels et la demande de crédit des consommateurs américains a augmenté sur tous les segments du marché, y compris dans le secteur immobilier.

Une hausse des taux de crédit hypothécaires, provoquée en partie par l'annonce que la Fed pourrait bientôt commencer à réduire le montant de ses rachats d'actifs, avait fait craindre un coup d'arrêt au redressement du marché immobilier.

Le rendement des obligations à 10 ans du Trésor américain, taux de référence sur le marché du crédit aux Etats-Unis, oscille actuellement autour de 2,65%, en hausse d'un point de pourcentage en trois mois.

Mais selon l'enquête de la Fed publiée lundi, les prêts bancaires ne semblent pas être sérieusement affectés par cette hausse des rendements.

"Les banques nationales, dans l'ensemble, ont indiqué avoir assoupli leurs conditions de crédit et rencontré une demande plus forte pour la plupart des catégories de prêts au cours des trois derniers mois", rapporte la Fed dans son rapport.

De plus, selon la moitié environ des gestionnaires interrogés, la demande de crédits commerciaux dans le secteur immobilier a augmenté. Quelques grandes banques ont toutefois fait état d'une baisse de la demande de crédit des entreprises.

Le Fed continue à racheter chaque mois pour 85 milliards de dollars d'obligations afin de relancer la croissance et de réduire l'emploi, mais elle pourrait commencer à réduire ces rachats d'ici la fin de l'année. Reuters 05.08

2- Japon

Le FMI a pressé le Japon de mettre en oeuvre l'intégralité du plan de réformes économiques baptisé "Abenomics" pour que la croissance perdure, dans son évaluation annuelle de l'économie japonaise publiée lundi.

L'économie du Japon devrait afficher 2% de croissance en 2013, grâce aux mesures budgétaires et d'assouplissement monétaire, mais elle devrait ralentir à 1,2% en 2014, affirme le Fonds monétaire international.

Le FMI a souligné "les changements spectaculaires" et "le programme ambitieux" de la politique économique du Japon qui a permis "à la conjoncture de s'améliorer considérablement".

La croissance a grimpé à 4,1% en rythme annualisé au premier trimestre, a noté le chef de la mission du FMI au Japon Jerry Schiff, lors d'une conférence téléphonique lundi à Washington.

"Après des décennies de lente déflation, la Banque centrale japonaise (BOJ) est entrée dans un nouveau territoire en visant une inflation de 2%", souligne le FMI ajoutant que si la hausse des prix est encore à -0,3% sur un an en mai, elle est "en progrès constant depuis trois mois".

Le FMI prévoit une inflation remontant à 2,9% en 2014, notamment du fait de la hausse de la taxe sur la consommation.

Sans cet effet, l'inflation sous-jacente sera plutôt de 1,25%, dit le Fonds. Le yen apparaît très légèrement "sous-évalué" pour l'instant, ce qui "n'est pas problématique si les réformes économiques sont appliquées dans leur ensemble".

Le FMI enjoint ainsi le Japon de mettre en place les réformes structurelles et budgétaires prévues dans le troisième pan du programme à "trois flèches" des autorités nippones.

Les réformes "doivent être concrètes et de grande envergure", estime le FMI dans son avis, citant notamment une réforme du marché du travail ouvrant davantage l'emploi aux femmes.

"Si les progrès ne sont pas complets sur les réformes structurelles et budgétaires, cela pèsera sur la confiance et mettra en danger la réussite de la nouvelle politique (...) en comptant trop sur la politique monétaire", dit encore le FMI qui prévoit alors que "cela aura des conséquences négatives pour le Japon et l'économie globale".

L'institution assure en revanche que si "une dérèglementation des services intérieurs et de l'agriculture intervenaient, accompagnées par une amélioration des marchés de l'emploi et une plus grande offre du capital-risque, il y aura possibilité d'une croissance de 2% pendant une décennie".

En revanche, "sans plan crédible" d'assainissement budgétaire, en cas de "programme Abenomics incomplet", affirme un scénario du FMI, l'assouplissement de la politique monétaire "peut devenir un fardeau et affecter le reste du monde avec un yen trop faible". AFP 05.08

3- Sri Lanka

Le Sri Lanka a inauguré lundi son port le plus vaste, financé par la Chine, qui fait du pays une étape clé sur une route commerciale maritime majeure, et permet à Pékin d'assurer la bonne marche de ses navires.

Le président Mahinda Rajapakse a inauguré ce terminal géant de 500 millions de dollars (376,4 millions d'euros) en chargeant --symboliquement-- un conteneur sur le bateau M.V. CMA CGM Pegasus, une cérémonie retransmise en direct à la télévision.

L'Autorité des ports du Sri Lanka (SLPA), une agence publique, veut encore agrandir le port de Colombo, situé à mi-chemin sur la route commerciale entre l'Orient et l'Occident.

Le terminal international de conteneurs de Colombo (CICT) est détenu à 85% par l'entreprise publique chinoise China Merchant Holdings International, le reste étant aux mains de la SLPA. Le port a été conçu pour accueillir des porte-conteneurs géants, capables de transporter 18.000 conteneurs, une première au Sri Lanka.

En janvier, les autorités chinoises ont signé un accord pour acquérir le port pakistanais de Gwadar. Elles construisent par ailleurs un "port sec" (terminal pour les camions ou les trains) de 14 millions de dollars à Larcha, au Népal, près du Tibet.

Enfin, l'expertise et les financements chinois ont joué un large rôle dans la construction du port en eau profonde de Hambantota, dans le sud du Sri Lanka, qui a ouvert en 2012, un projet de 450 millions de dollars.

Les investissements chinois au Sri Lanka ont suscité quelques inquiétudes en Inde, le grand voisin de l'ancien Ceylan. Mais l'Autorité des ports srilankais estime que l'Inde devrait être un des grands bénéficiaires de l'ouverture de ce nouveau terminal.

Plusieurs cargos qui font escale à Colombo sont des navires indiens, a rappelé récemment Priyath Bandu Wickrama, le patron de la SLPA. Et les ports srilankais n'accueilleront pas de bâtiments militaires chinois, a-t-il ajouté. AFP 05.08


Le 8 août 2013

CAUSERIE

J'ai eu un problème informatique ces derniers jours, il faut dire qu'on a de nouveau des coupures de courant et à plusieurs reprises l'ordinateur s'est retrouvé éteint d'un seul coup, aussi j'ai constaté que des fichiers avaient disparu de mon disque dur, et comme je n'ai pas eu le temps d'y mettre de l'ordre depuis longtemps, j'ai du mal à m'y retrouver, il se peut que des fichiers aient disparu au moment où j'en chargeais dans le serveur du site, ce qui expliquerait que vous ne puissiez pas accéder à certains fichiers. Maintenant quand je réalise l'actualisation du site, je procède à un enregistrement toutes les minutes ou moins encore, et quand j'ai terminé, je mets une copie sur la clé USB, mieux je déconnecte cette clé quand je vais sur Internet pour que personne ne puisse y accéder. Mais c'est qu'ils vont nous rendre parano !

J'ai pris du retard en écrivant mes articles sur le mondialisme, je classerai les articles de juillet quand j'en trouverai le temps.

Allez, c'est le mois d'août, on a bossé comme un dingue toute l'année, on se détend, on se défoule !

Un peu de musique pour commencer, un guitariste génial dans la lignée de Joe Satriani ou Steve Vai, aussi talentueux, et un compositeur qui a de l'inspiration. Genre metal rock, à écouter très fort, oreilles sensibles s'abstenir. Hier en fin d'après-midi sur mon vélo d'intérieur situé mon bureau, le temps des deux premiers morceaux, j'ai parcouru 8 kilomètres en 15 minutes. Avant j'avais fait une petite sieste car je suis crevé. Tous les jours sur les coups de 17h je suis pris de vertiges et cela depuis des mois, malgré tout je continue de bosser très tard, mais je dois me calmer.

John Petrucci — Suspended Animation (2005) [Full Album] - YouTube
http://www.youtube.com/watch?v=IUj6nDs_Mqg

Une copine m'a fait connaître Linkin Park, un mélange de grunge (Nirvana) et de rap, pour mettre de l'ambiance c'est terrible, merci ma chérie :

Linkin Park - 08 - In The End (Live - MTV World Stage 2011) HD
http://www.youtube.com/watch?v=R79zGqZWQ8E

Linkin Park - Live In Texas - From The Inside [HQ]
http://www.youtube.com/watch?v=iflr2S12N5w

Quand j'avais 10 ans j'ai été pris par cette musique, le rock, je ne savais pas pourquoi, j'en ignorais tout, j'écoutais cela à la télé et cela me plaisait c'est tout, pour mes parents c'était du bruit, un truc désagréable. Je n'aimais pas cette musique pour me distinguer de mes parents, c'était naturel. J'ai découvert les Beatles, les Stones et Hendrix quand j'étais gosse, je pense maintenant qu'ils étaient tellement différents de mes parents que c'est un peu pour cela que je les ai tout de suite adoptés, mais c'était totalement inconsciemment. Au même moment je prenais des cours de chant (gratuit parce que j'étais pauvre) à l'Opéra de Paris à cent mètres de chez nous, j'en étais encore aux vocalises mais je maîtrisais déjà bien le solfège. J'étais destiné à être chanteur à l'Opéra de Paris, quel destin, hélas loupé puique mes parents refusèrent que j'en fasse mon métier ! Mais bon, la musique c'était le seul truc que j'avais dans ma vie de gosse pauvre, nous habitions sous les toits dans une chambre de bonne au 6ème étage sans ascenseur et sans confort évidemment.

C'était ma grand-mère qui connaissait ce professeur de chant de l'Opéra qui m'avait présenté à ce vieux monsieur très bon qui ne m'a jamais posé de questions sur mon mode de vie, j'étais traité comme ses autres élèves. Mon horizon, je n'en avais pas, mon avenir, il était tout tracé, aller gratter à l'usine ou sur un chantier comme mon père, enfermé au 6éme étage au bout d'un couloir sinistre avec des parents arriérés pas de quoi développer les facultés ou l'imagination d'un gamin, alors voir apparaître à l'écran de la télévision Hendrix et surtout l'entendre, cela produit forcément un choc dans l'oreille et la tête d'un gosse, depuis cela ne m'a jamais quitté, même si je suis devenu fan de Beethoven, dont la vie m'a bouleversée. Vous voyez monsieur Coquema, mes lecteurs savent tout sur moi, et puis, si je les indispose je ne les oblige pas à se connecter à ce portail, cela aussi je l'ai répété une multitude de fois.

Une rumeur qui n'en était pas une.

J'avais vaguement entendu parler d'une rumeur sur la possible éviction programmée de DSK du FMI par les Américains sans savoir pourquoi, je n'avais donc pas donné suite à l'époque. Quand j'ai lu avant-hier soir l'article qui suit qui repose sur un rapport officiel des autorités russes, j'ai voulu en savoir plus et là j'ai découvert des articles qui dataient de mars 2011 qui relataient la même information, apparemment elle a été réactivée par les Russes, c'est sur le portail de la radio francophone d'Etat iranienne que je l'ai lu.

Il y a quelques jour je rappelais que la petite-fille de Roosevelt avait questionné les autorités américaines en 1974 pour savoir où était passé l'or confisqué aux Américains dans les années 30 et qu'elle n'avait obtenu aucune réponse. Dans la vidéo américaine Les Maitres de la monnaie - Rothschild/Rockefeller. (1996) un intervenant expliquait que l'or de Fort Knox avait été transféré depuis belle lurette dans les coffres de Rockefeller en Grande-Bretagne ou ceux de la Banque d'Angleterre ce qui revenait au même.

Qui a ruiné DSK et pourquoi ?

Un nouveau rapport préparé pour le Premier ministre Poutine par le Service de sécurité fédéral ( FSB ) dit que l’ancien chef du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn a été inculpé et emprisonné aux États-Unis pour des crimes sexuels pour l’empécher de révéler sa découverte du 14 mai : l’ or des États-Unis situé au Bullion Depository à Fort Knox etait "manquant ou porté disparu ".

Selon ce rapport secret du FSB, M. Strauss-Kahn était devenu «de plus en plus génant» plus tôt dans le courant du mois les États-Unis ont commencé à retarder la livraison promis au FMI de 191,3 tonnes d’or convenu dans le deuxième amendement de l’accord signé par le Conseil exécutif en avril 1978 qui devaient être vendus pour financer ce qu’on appelle les droits de tirage spéciaux ( DTS ) comme une alternative aux monnaies de réserve. Ce nouveau rapport stipule Strauss-Kahn avait soulevé la question avec des fonctionnaires du gouvernement américain proche du président Obama, il a été “contacté par la CIA qui a apporté la preuve que tout l’or détenu par les États-Unis " avait disparu.

Strauss-Kahn reçoit la preuve de la CIA il prend donc des dispositions immédiates pour se rendre a Paris, mais lorsqu’il est contactépar les agents travaillant pour la France de la Direction générale de la sécurité extérieure ( DGSE ) et sachant que les autorités américaines étaient à sa recherche , il s’enfuit de New York vers l’aéroport JFK et les agents lui ordonnent de ne pas prendre son téléphone portable parce que la police des États-Unis pourrait suivre son emplacement exact.

Strauss-Kahn a été arrêté sur un vol Air France a destination de Paris, cependant, ce rapport dit qu’il a fait une «erreur fatale» en appelant l’hôtel à partir d’un téléphone dans l’avion et en leur demandant de lui faire parvenir sont téléphone portable qu’il avait oublié . Ainsi les agents américains ont été en mesure de repérer son appel et l’arrêter.

Durant la dernière quinzaine, le rapport stipule que, Strauss-Kahn a demande à son ami intime et banquier Mahmoud Abdel Salam Omar de récupérer aux États-Unis les éléments de preuve fournis par la CIA. Omar, cependant, et exactement comme Strauss-Kahn ,il a été accusé hier par les États-Unis pour délit sexuel envers une femme de chambre dans un hôtel de luxe, une accusation que les services du FSB a démenti . Omar est agé de 74-ans et est un fervent musulman.

Poutine , après la lecture de ce rapport secret a pris la défense de M. Strauss-Khan et devient le1er leader mondial à dire que le directeur du FMI a été victime d’un complot des Etats-Unis. Poutine a ajouté : “Il est difficile pour moi d’évaluer les politiques des motifs cachés mais je ne peux pas croire à la version des faits tels qu’ils ont été présentés."

Intéressant à noter à propos de tous ces événements est que l’un des premiers États-Unis du Congrès, et en 2012 candidat à la présidence, Ron Paul ] a longtemps affirmé sa conviction que le gouvernement américain a menti sur ses réserves d’or détenues à Fort Knox. et accuse la Réserve fédérale de cacher la vérité au sujet des réserves d’or américaines, il a présenté un projet de loi à la fin 2010 à la force une vérification d’entre eux , mais qui a été ensuite été battu par les forces du régime Obama.

Lorsque la question a été directement posée par des journalistes s’il croyait qu’il n’y avait pas d’or à Fort Knox Paul a donné la réponse incroyable, ” Je pense que c’est une possibilité. ” Il est également intéressant de noter qu’à peine 3 jours après l’arrestation de M. Strauss-Kahn, le député Paul a fait un nouvel appel aux États-Unis de vendre ses réserves d’or en disant : " Compte tenu du prix élevé et le problème de la dette énorme il faut par tous les moyens vendre au prix le plus haut. Cependant, des rapports des États-Unis diffusés en 2009 affirment qu’il n’y a pas d’or à vendre, en 2009 :

“ En Octobre 2009, la Chine a reçu une cargaison de lingots d’or. L’or régule les échanges entre les pays pour payer leur dettes et le soi-disant équilibre du commerce. La plupart de l’or est échangé et stocké dans des coffres sous la supervision d’un organisme spécial basé à Londres, le London Bullion Market Association (LBMA ). Lorsque l’envoi a été reçu, le gouvernement chinois a demandé que des tests spéciaux soient effectués pour garantir la pureté et le poids des lingots d’or. Quatre petits trous sont percés dans les lingots d’or et le métal est ensuite analysé.

Pour les effets pratiques sur l’économie mondiale devrait-il être prouvé que les États-Unis, en effet, a menti sur ses réserves d’or ? La Banque centrale de Russie hier a ordonné que le taux d’intérêt élevé de 0,25 à 3,5 pour cent et Poutine a ordonné l’interdiction d’exportation sur le blé et les céréales cultures a partir du 1er Juillet pour remplir les coffres du pays avec de l’argent qui, normalement, aurait du être versée aux États-Unis.

Les américains ont le droit de savoir que leur pays se prépare a un terrible effondrement économique de leur nation et ce sera plus tôt que prévu. french.irib.ir : source : http://nationalemancipe.blogspot.de

J'ignore pourquoi les Russes ressortent maintenant cette histoire ? Apparemment, Obama n'a pas apprécié !

Et ils ont la rancune tenace :

- Carlton: DSK accusé de proxénétisme par les magistrats de l'instruction - L'Express.fr 06.08

Sur les amis takfiris de Hollande-Fabius

Que font les takfiris en Syrie? (images sensibles)

CE QUE LES DJIHADISTES DE L’OTAN FONT VRAIMENT EN SYRIE
http://vimeo.com/71288625

Webmaster : Luc MICHEL

A partir de documents de la TV SYRIA, la chaîne d’état syrienne, de reportages des TV syriennes et de films videos saisis sur des terroristes de l'ASL et du JABHAT AL NUSRA, voici le véritable visage de la sale guerre menée par les affidés et les alliés des USA et de l’OTAN en Syrie : la pseudo ASL et les katibas et gangs djihadistes qui ont intégré ses rangs, dont le Front Al-Nusra (al-Qaida en Syrie). Une plongée souvent difficilement soutenable dans les crimes du terrorisme et les massacres du djihadisme !L’Occident nous parle de « combattants de la liberté », partis « aider les civils » (sic) et « bâtir la démocratie » (sic). Cà ce sont les médiamensonges des presstitutes de la propaganstaffel de l’OTAN, les milliers de petits Goebels chargés de vendre aux opinions publiques américaines et européennes la sale guerre de l’OTAN en Syrie.

La réalité est toute autre. Radicalement opposée !

C’est celle que vous révèle pour la première fois dans toute son horreur « Traveller to Syria ». Vous y découvrirez la trajectoire sanglante des djihadistes et des gangs terroristes en Syrie. Vous y verrez une video saisie sur un terroriste montrant un des laboratoires clandestins où les djihadistes de l’ASL fabriquent leurs armes chimique.

Et vous comprendrez pourquoi après deux ans de ce cauchemar les Syriens sont prêts à voter, dans des élections libres, à 70% pour Bachar Al Assad ... http://french.irib.ir 31.07

L’ASL ET SES DJIHADISTES : REBELLES OU TERRORISTES ?
http://vimeo.com/71332985

Webmaster : Luc MICHEL

ATTENTION !

Images dures. Déconseillé aux âmes sensibles et aux moins de 18 ans /Version Arabe/Français

A partir d’un films video saisi sur un terroristes de l'ASL et du JABHAT AL NUSRA, voici un document brut, d’une violence insoutenable, qui montre le véritable visage des affidés et des alliés des USA et de l’OTAN en Syrie … Le massacre systématique d’un village et de ses malheureux défenseurs par les djihadistes du Front al-Nusra, intégré aux katibas de la pseudo ASL. !

L’ASL : DES « REBELLES » ET DES « REVOLUTIONNAIRES » ?

Les gouvernements de l’OTAN, les médias stipendiés aux ordres - tous « embeded » dans leurs têtes comme sur leurs comptes en banque -, et tous les porteurs de valise de l’Occident, nous l’affirment en chœur : « les combattants de l’ASL sont des rebelles », qui se battent « pour défendre les civils syriens » et « établir la démocratie ».

Un exemple : le Père Paolo Dall’Oglio, un jésuite qui avait pris fait et cause pour la rébellion et avait dû quitter la Syrie en juin 2012, expulsé, donne la version made in NATO de la guerre en Syrie : « Le régime a essayé d’embarquer l’opinion publique internationale dans une interprétation de la révolution syrienne qui puisse démontrer qu’il ne s’agit pas d’une vraie révolution, mais d’une agression externe, masquée, sous couvert de révolution. Une révolution armée, islamiste, terroriste au service des intérêts de l’Occident pétrolier et de l’Etat sioniste. Cela, c’est le théorème du régime (…) Comprendre le mécanisme négationniste contre cette révolution me paraît très important ».

Cette propagande occidentale est une gangrène mentale qui corrompt les têtes jusqu’au plus haut niveau. Ainsi le porte-parole du Parquet fédéral belge, compétent en matière de terrorisme et en charge du dossier brûlant des « djihadistes belges », le plus fort contingent des islamistes venus de l’UE combattre en Syrie, ose déclarer ce qui suit (La Libre Belgique, 16 avril 2013) : « le parquet fédéral a souligné l'importance de s'attaquer aux structures et aux groupes qui permettent à des jeunes Belges de se rendre en Syrie. Il précise toutefois qu'il ne faut pas mettre tous les jeunes partis en Syrie dans le même panier, soulignant que certains cherchent à protéger la population civile (sic) et à renverser le régime en place pour le remplacer par un État démocratique (resic) ».

… OU DES TERRORISTES AUX MAINS SANGLANTES ???

Le gouvernement syrien lui parle de « terroristes » et de légitime défense face à une agression étrangère. Qui a raison ? Qui dit la vérité ? Les djihadistes – ceux du Jabhat al-Nusra (al-Qaida en Syrie) ou de l'Etat islamique d'Irak et du Levant -, qui composent en mai-juin 2013 plus de 70% des forces de l’ASL selon des rapports des services ou des médias occidentaux eux-mêmes, sont-ils des « révolutionnaires » qui « combattent pour la démocratie » ?

Ce Film, document brut, saisi sur un membre de l’ASL, vous donnera la réponse ! Une réponse sans ambiguïté ni questionnement. Qu’en pensent les presstitutes des médias occidentaux ? Les politiciens de l’OTAN ?? Le Parquet fédéral belge ???

Le Père Paolo, lui, ne vous répondra pas. Il a été enlevé – comme des milliers de syriens - par ses amis « révolutionnaires et démocrates », « des islamistes proches d'Al Qaïda », dans la ville syrienne de Rakka, en zone ASL, annonce l'agence Reuters ce 30 juillet 2013 …

Je n'ai pas eu le temps de jeter un oeil à ces vidéos, ma connexion est trop lente et se bloque...

RAPPORTS ENTRE MONDIALISATION ET MONDIALISME, suite 10.

1- Mais qui, pour quoi ?

Dans le numéro 263 d'Informations ouvrières figure un article dédié à la création de la FED le 23 décembre 1913, une sorte d'histoire romancée, car on y cherchera en vain le rapport entre la gestion de la crise de 1907 par JP Morgan qui en tirera profit, sans doute un don de la providence, une aubaine, un coup du sort qui a bien fait les choses, la crise permis d'éliminer ou d'affaiblir une bonne partie de ses concurrents, un pur coup du hasard encore une fois, JP Morgan était au bon moment au bon endroit, quelle chance, dites-donc il n'y a qu'à ces gens-là que cela arrive !

Autant nous rejetons les analyses qui ne prennent pas en compte la lutte des classes ou les contradictions du capitalisme, autant nous dénonçons les articles qui laissent à penser que les banquiers subiraient désoeuvrés la crise comme tout le monde ou en serait des victimes, sans avoir mis au point une stratégie pour en prendre le contrôle, l'alimenter si nécessaire, en tirer profit y compris sur le plan politique ou surtout sur le plan politique, et fait étrange mais qui là encore doit relever d'une pure coïncidence, ils en ressortent encore plus puissants. N'était-ce pas ce à quoi nous assistons depuis 2008 ?

Un exemple.

- "Le cuivre, très utilisé par ces secteurs, connut une intense spéculation. (Question spontanée: qui spécula ?) Mais la production, c’est-à-dire les possibilités de profit, ne suivit pas. Faute d’une demande suffisante, les cours du cuivre s’effondrèrent, entraînant des pertes colossales, voire la faillite de banques et de fonds d’investissement confrontés à des retraits massifs de capitaux et de dépôts, qui se répercuteront sur des secteurs industriels, comme la métallurgie, qui ne trouvèrent plus de sources de capitaux. (Question : qui fit faillite, qui racheta les banques et les fonds d’investissement qui firent faillite. Autre question : qui possédait des masses importantes de capitaux dans ces établissements, qui les retira ? Qui profita de la faillite d'entreprises de la métallurgie ? Carnegie, associé à J.P Morgan et Rockefeller. Et qui se présenta en sauveur suprême du système financier ainsi conduit au bord du gouffre : "John Pierpont Morgan, qui a donné son nom à sa banque, la J. P. Morgan". )"

Mais à part cela, cette crise fut uniquement le produit d'un déséquilibre entre l'offre et la demande, une contradiction du capitalisme nous dit l'auteur de cet article, un peu léger comme explication.

Les plus puissants banquiers devinrent incontournables à partir de cette crise de 1907, elle leur permit de renforcer leur pouvoir dans des secteurs clés de l'économie, la métallurgie, l'énergie et le transport ferroviaire, notamment. Sollicités par le pouvoir central pour remettre de l'ordre dans les finances et l'économie du pays alors qu'il n'existait plus de banque centrale, ils venaient de franchir une nouvelle étape vers la création de cette banque centrale dont ils prendraient la direction ou le contrôle, telle était leur stratégie politique. En 1910 ils se réunirent pour mettre au point les dernières touches à leur projet, et trois ans plus tard leur objectif était atteint.

Donc après qu'on ne vienne pas nous faire croire que tout ce qui se produit sur le plan économique ou politique découlerait uniquement des contradictions du capitalisme ou de la lutte des classes, on a là la preuve du contraire ou que cette explication est insuffisante, incomplète.

Lire plus loin comment J.P Morgan et Goldman Sachs sont en train d'évincer leurs concurrents dans le secteur de l'aluminium. Là on est le mercredi 7 août 2013.

Notre ennemi a développé une stratégie, il avance masqué pour atteindre son objectif, il se sert des contradictions du capitalisme pour y parvenir. Comment le combattre efficacement, comment définir une stratégie qui tient la route si nous n'en tenons pas compte, si les masses et les militants l'ignorent ? J'ai proposé d'introduire ce facteur dans notre conception de la lutte de classe, on m'a répondu que c'était un crime ! Je vais aller plus loin en prétendant que c'est la source de tous nos déboires, car de la sorte notre analyse de la situation se trouve faussée, donc tout ce qui suit l'est également, conception du parti, ligne politique, stratégie, programme, etc.

Vous vivez en France et vous êtes sur le terrain, ce qui n'est pas mon cas, vous devez avoir entendu dire des centaines de fois par des travailleurs que vous avez croisés qu'ils en avaient marre d'entendre parler de crise, qu'on se moquait d'eux, qu'ils n'y croyaient pas ou plus, qu'on les menait en bateau, qu'on ne leur disait pas la vérité, qu'on leur cachait quelque chose, que les riches se portaient bien, eux, sans qu'ils y comprennent grand chose, sans qu'ils saisissent l'origine de cette crise du capitalisme, mais à la limite sans être secondaire ce n'est pas l'essentiel, ils voient bien parallèlement que tout fout le camp, leurs acquis sociaux et politiques, leurs valeurs ou les principes auxquels ils tenaient jusqu'alors, qu'il y a de plus en plus de problèmes dans la société, de violences individuelles aveugles, de témoignages d'incivisme ou de manques de respect des autres, on les conduit à devenir angoissés, paranoïaques, schizophrènes, mais ils ne savent pas pourquoi la situation empire dans tous les domaines, ils ignorent qu'au-delà des effets de la crise du capitalisme cela correspond à une stratégie précise qui consiste à affaiblir leur capacité de résistance et leur faculté à se soulever contre cet ordre infâme, ils n'en ont même pas l'idée, si vous leur dites, ils vont sans doute vous répondre naïvement : d'où tenez-vous cela, vous me racontez des blagues pour me faire peur ou m'embobiner, vous croyez vraiment, oui madame ou monsieur, c'est une certitude, ceux qui détiennent le pouvoir, les banquiers les plus puissants du monde, l'oligarchie financière, ont concocté cette stratégie et vous ignorez totalement de quoi ils sont capables et ce qu'ils ont déjà réalisé dans le passé d'aussi terrifiant, cela dépasse tout ce que vous pouvez imaginer, c'est la raison pour laquelle vous ne me croyez pas, sauf que ce que je vous raconte ce sont des faits madame, monsieur, des faits certifiés, on peut vous en donner les preuves, ce n'est pas de la théorie, une doctrine ou une interprétation partisane ou je ne sais quoi encore, c'est la stricte réalité dont vous devez absolument prendre connaissance, et quand vous en aurez parfaitement conscience, vous jugerez librement si vous devez vous associer à notre combat politique pour les abattre et prendre le pouvoir ou les laisser atteindre leur objectif sachant qu'il vous promette ainsi qu'à vos enfants ou petits-enfants une vie infernale dans un monde horrible à côté duquel celui dans lequel nous vivons aujourd'hui pourrait ressembler au paradis, réfléchissez bien si cela vaut la peine de vous engager dans ce combat ou si vous préférez subir, faites attention car leur pouvoir va devenir si important qu'il arrivera un jour si on les laissait faire où tout retour en arrière s'avèrerait impossible, réfléchissez tranquillement, je ne veux pas vous influencer, on va se revoir, je vais mettre à votre disposition tous les éléments en notre possession qui prouvent ce que je viens de vous dire, ensuite vous pourrez prendre votre décision en connaissance de cause, en toute conscience.

Voilà le discours qu'il faut tenir aux travailleurs et plus particulièrement aux jeunes. Voilà sur quelle base je propose de les associer à notre combat pour le socialisme, soit dans un parti, soit dans une association de sympathisants du parti, le but étant un jour d'être suffisamment nombreux pour peser réellement sur le cours de la situation et entrevoir le moment où nous prendrons l'initiative de poser la question de mettre fin à ce régime. Cela ne remet pas en cause le combat en défense de tous nos acquis, c'est un complément, une orientation générale, un nouvel axe politique du combat contre le capitalisme et les institutions qui inclut la stratégie de notre ennemi pour mieux le combattre.

Comment combattre et surtout vaincre un ennemi dont on ignore la stratégie ? Quel général d'armée partirait au combat et entraînerait ses troupes dans une guerre sans s'être posé au préalable cette question et avoir tenté d'y apporter une réponse la plus précise ou satisfaisante possible pour avoir une chance de l'emporter ?

Connaître son ennemi, c'est une chose, connaître ses intentions en est une autre qu'on a trop longtemps négligées, de la même manière qu'on a négligé nos faiblesses, ce qui revient au même ici. Imaginez que du jour au lendemain votre chef ou votre patron vous harcèle, critique tout ce que vous faites, cherche la petite bête pour vous pourrir la vie au boulot, alors que jusqu'à présent vous n'aviez jamais été confronté à ce genre de situation. Il va vous pousser à démissionner, et si vous ne le faites pas, il va vous pousser à la faute pour vous virer. Vous vous demandez pourquoi, vous ne comprenez rien, il n'est pas question de supprimer votre poste de travail, vous ne coûtez pas trop cher à l'entreprise, bref, c'est incompréhensible. Puis un cadre qui est une de vos relations vous apprends qu'il aurait surpris une conversation au cours de laquelle il avait entendu dire votre chef ou votre patron qu'il cherchait à caser quelqu'un de sa famille qui est au chômage. Du coup tout s'explique, vous prenez conscience que vous êtes la victime d'un scénario monté de toutes pièces. Dès lors vous avez le choix entre demander un entretien à votre patron ou votre chef en présence d'un représentant du personnel qui sera votre témoin et informer immédiatement l'inspection du travail, donc vous battre pour tenter de garder votre emploi, ou ne rien faire et attendre de vous faire virer.

Qu'est-ce qui a déterminé que vous ayez soudainement ce choix ? Parce que vous avez eu connaissance du véritable objectif de votre chef ou patron, sa stratégie devient parfaitement clair pour vous, alors qu'hier encore vous n'y compreniez rien, vous n'aviez aucun moyen de la contrer puisque vous en ignoriez le contenu et le véritable objectif.

Et bien, la méthode et la stratégie que je préconise, cette modification que je propose à notre conception de la lutte de classe revient à porter à la connaissance des travailleurs et des militants la stratégie de notre ennemi pour la rendre insupportable à leurs yeux et qu'ils réagissent. Quand on se pose une question et qu'elle demeure sans réponse, on est comme paralysé, on ne bouge pas, on n'ose pas s'aventurer, on attend, parfois indéfiniment, il peut arriver qu'on cesse de se la poser et on supporte notre existence sans rien dire ou faire, puis vient qu'on se la repose, sans réponse on replonge dans notre état léthargique, on se laisse aller, on prend la vie comme elle vient, on se décompose au même rythme que la société, rien ne nous semble normal, mais on n'y comprend rien, alors du coup, normalisation, banalisation, fatalité deviennent vos points de repère, à ce stade vous êtes pour ainsi dire foutu, c'est ce sur quoi compte notre ennemi pour anéantir notre résistance.

2- La preuve, en 2013.

- Manipulation des prix de l'aluminium: les plaintes se multiplient - AFP

Une deuxième plainte en nom collectif a été déposée aux États-Unis, accusant le London Metal Exchange (LME), les banques Goldman Sachs et JPMorgan Chase et le négociant de matières premières Glencore Xstrata d'entente illégale dans le stockage d'aluminium, a indiqué mercredi la Bourse de Hong Kong (HKEx).

La Bourse de Hong Kong, qui a racheté le LME l'année dernière, avait déjà fait part dimanche d'une plainte similaire dirigée seulement contre la première bourse mondiale des métaux et Goldman Sachs.

Selon eux, les accusés font gonfler les prix de l'aluminium en créant artificiellement des files d'attente par le contournement des règles du LME - qui oblige à livrer un niveau minimum de métal chaque jour - en déplaçant l'aluminium d'un entrepôt à l'autre.

"La première évaluation de la direction du LME reste que les plaintes sont sans fondement et que le LME va les contester vigoureusement", a déclaré la Bourse de Hong Kong dans son communiqué de mercredi.

Goldman Sachs et JPMorgan, qui détiennent des entrepôts agréés par le LME, ont également fait savoir qu'ils jugeaient cette plainte "sans fondement".

"Il n'y a pas de queues dans nos entrepôts", a par ailleurs précisé mercredi JPMorgan, en référence à l'attente de plusieurs mois que doivent supporter actuellement ceux qui veulent récupérer leur métal.

La prime payée par ceux qui veulent leur aluminium immédiatement se répercute sur l'ensemble du marché, augmentant le coût réel de ce métal par rapport à son prix sur le LME (1.783,75 dollars la tonne lundi à 14H00 GMT).

Les prix de l'aluminium auraient ainsi été gonflés de 3 milliards de dollars l'année dernière au niveau mondial, selon le brasseur américain MillerCoors.

Face à l'actuelle levée de boucliers, le LME a annoncé le mois dernier qu'il comptait changer ses règlements de livraisons, accusés d'avoir largement contribué aux retards et au goulot d'étranglement.

La bourse par laquelle transitent 80% des échanges mondiaux de métaux de base propose d'obliger les entrepôts où les délais dépassent 100 jours à livrer deux fois plus de métal qu'ils n'en reçoivent chaque jour. AFP 07.08

JPMorgan et Goldman Sachs achètent une grande partie de la production mondiale d'aluminium ou s'arrangent pour obtenir un droit de préemption sur la production d'aluminium à venir, ainsi ils peuvent en faire monter le cours ou le manipuler en asséchant le marché, et ils peuvent livrer rapidement leurs clients mettant en difficulté ou évinçant leurs concurrents qui font attendre leurs clients "plusieurs mois", si vous voulez être livrés rapidement dans l'avenir passer par JPMorgan et Goldman Sachs, tel était le message.

La proposition de la bourse revient à ruiner leurs concurrents ou augmenter leurs coûts de gestion, réduire leurs profits s'ils doivent stocker deux fois plus d'aluminium, ils seront doublement pénalisés grâce aux magouilles de JPMorgan et Goldman Sachs. Pour qui roule la bourse, qui détient le pouvoir sur la bourse ? Vous avez la réponse.

C'est la même méthode qu'ils ont utilisée un siècle plus tôt avec le fer, sauf que dorénavant ils disposent d'un capital illimité pour se livrer à ces opérations financières qui ne font que renforcer leur monopole et leur pouvoir.

3- Et le pouvoir ils le détiennent déjà, mais ils n'en ont pas encore assez.

- Bank of America poursuivie pour avoir menti sur les subprimes - L'Expansion.com

Les autorités américaines viennent de se décider à poursuivre Bank of America (BofA) pour avoir "menti" à des investisseurs en leur vendant plus de 850 millions de dollars de dérivés de crédits hypothécaires risqués, ou "subprimes", à l'origine de la crise.

Le département américain de la Justice (DoJ) et la SEC, le gendarme américain de la Bourse, ont annoncé en parallèle leurs poursuites contre la banque de Charlotte, en Caroline du Nord. Elle est accusée "de ne pas avoir révélé des risques déterminants" liés à ces produits et d'avoir "mal représenté les prêts hypothécaires" sur lesquels ils reposaient.

Cette nouvelle plainte s'ajoute à une litanie d'autres poursuites contre Bank of America, liées aux activités douteuses avant la crise financière de 2008 de sa filiale Countrywide. "Bank of America a structuré, offert et vendu" des titres financiers adossés à des prêts hypothécaires octroyés à des emprunteurs insolvables, mais présentés aux investisseurs comme des prêts "sûrs", estime le DoJ.

Bank of America est accusée d'avoir "menti aux investisseurs sur le risque des prêts immobiliers auxquels étaient adossés" les titres financiers structurés qu'elle vendait, "d'avoir fait de fausses déclarations après n'avoir intentionnellement pas mené les recherches nécessaires sur la qualité de ces prêts, d'avoir placé des montants disproportionnés de prêts risqués émis par des organismes tiers dans ces produits structurés", détaille le DoJ. L'Expansion.com 07.08

Là ils ont truandé de riches investisseurs. Cela leur apprendra à vouloir s'enrichir : trop de riches nuisent au hyper riches ! Que risque ces banquiers ? Une pacotille, ils sont tous en liberté !

Une stratégie à long terme

- La vente de médicaments sur Internet fait encore peur - 20minutes.fr

- Samsung donne un premier aperçu de sa future montre connectée - L'Expansion.com

J'avais fourni dans des causeries différentes explications pour justifier la décision qu'ils avaient prise de mettre Internet à la disposition de la population, elles étaient insuffisantes ou incomplètes, il y manquait l'essentiel que voici.

Tous les réseaux sont connectés entre eux, moteurs de recherche (Google, Yahoo, YouTube, etc.), support, réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.), entreprises de commerce en ligne (Amazon, etc.), de paiement électronique, tous les géants américains de l'informatique (IBM, Apple, etc.), les entreprises de télécommunication qui assurent la transmission des appels téléphoniques, et la connection à Internet (courriels), tous les serveurs du monde entier sont reliés à des satellites.

En poussant la population à acquérir un ordinateur pour ceux qui n'en possédaient pas encore un, un téléphone portable aussi performant qu'un ordinateur pour effectuer une multitude d'opérations, leur objectif est d'une part de réduire l'argent en circulation en recourant de plus en plus au paiement par carte bancaire via Internet, d'autre part de parvenir à un contrôle de la population dans des proportions inégalées à nos jours.

Ils sauront absolument tout sur vous, pas seulement vos déplacements ou qui vous fréquentez, mais aussi vos idées, tendances ou goût en tous genres dans tous les domaines, en recoupant les informations qu'ils auront collectées via votre téléphone portable (même éteint !) , votre ordinateur (même éteint), demain votre montre connectée.

Ils pourront les utiliser par exemple pour neutraliser d'éventuels opposants politiques en cas de nécessité, vous ne pourrez pas nier les faits puisqu'ils sauront tout sur vous, pour ajuster leur propagande politique et commerciale, vous influencer, conditionnez encore mieux les masses, les faire adhérer à leur idéologie néolibérale liberticide ou esclavagiste.

Ce qu'ils visent c'est le contrôle total de la population, aussi total que possible pour mettre en place leur gouvernement mondial et imposer leur nouvel ordre mondial, une dictature mondiale, estimant que nous serons impuissants à lutter contre un tel régime tyrannique disposant d'un pouvoir tentaculaire, absolu. Cela concernera les générations à venir, nos petits-enfants et arrières-petits-enfants, c'est le monde qu'ils leur préparent, c'est leur stratégie et leur objectif.

Maintenant on peut fermer les yeux et se boucher les oreilles pour fuir la réalité, ce serait la pire des réactions à avoir, au contraire, il faut absolument faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que la population en prenne conscience et se prépare à renverser cet ordre dictatorial en marche.




ACTUALITE EN TITRES

Ouf, le capitalisme ne s'est pas écroulé s'écrient de joie dirigeants anticapitalistes, révolutionnaires, trotskystes...

- Hollande manifeste à nouveau son optimisme sur la croissance - AFP

- L'économie britannique multiplie les signes de reprise - Reuters

- Italie: la pire récession qu'ait connu le pays s'atténue - AFP

- Le FMI déconseille à l'Allemagne l'excès d'austérité budgétaire - Reuters

Oui, parce que nos dirigeants mènent en permanence un double langage.

D'un côté, ils affirment être fidèles au marxisme qui inclut l'effondrement du capitalisme dans son analyse et donc de terribles épreuves et souffrances pour les masses, d'un autre côté, ils font tout pour que les masses y échappent ou soient épargnées et puissent supporter le mieux possible l'existence du capitalisme qui de fait devrait se perpétuer, y compris en période de crise, or elles ne peuvent l'être épargnées que si le capitalisme ne s'effondre pas, autrement dit, ils nous font croire qu'ils sont anticapitalistes, socialistes, trotskystes et j'en passe alors qu'ils ne sont que des réformistes bourgeois social-démocrates, une espèce qu'on avait cru en voie de disparition depuis que le PS avait adopté le social-libéralisme, c'était mal connaître les ressources de la petite bourgeoisie qui défend ses privilèges en cultivant in vitro la cellule souche de la social-démocratie dégénérées pour son propre compte qui repose sur le maintien du régime en place

Enfumage mondial

- Prism : un patron du renseignement belge défend la NSA - LePoint.fr

- Londres et Washington évacuent leurs ambassades, Rome appelle à quitter le Yémen - Liberation.fr

- Washington a intercepté des messages de menaces d'Al-Qaeda - Liberation.fr

- Yémen: quatre membres présumés d'Al-Qaïda tués par un drone - AFP

- Italie: Levée de l'alerte à la bombe au consulat des Etats-Unis à Milan - 20minutes.fr

- Le Yémen dit avoir déjoué une tentative d'attentat - Reuters

Le capitalisme pour le meilleur et le pire

- Crise de l'oeuf: nouvelle action des producteurs à Carhaix AFP

Une vingtaine de producteurs d'oeufs a détruit mercredi soir "100.000 oeufs" devant le centre des impôts de Carhaix (Finistère), deuxième action de ce type en quelque 24 heures destinée à protester contre la faiblesse des cours.

"On est à bout, ces oeufs-là, on est prêt à les donner à des pays en voie de développement, mais il ne faut pas qu'ils restent sur le territoire français", a déclaré mercredi soir un porte-parole des manifestants, sous couvert d'anonymat.

Dans la matinée, Yves-Marie Beaudet, président de la section oeufs de l'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne et des Pays de Loire (UGPVB), qui représente 40% de la production française d'oeufs avec 20 millions de pondeuses, avait assuré que "le prix moyen payé aux producteurs est tombé à 75 centimes le kilo (4,57 centimes par oeuf, ndlr) alors que le prix de revient est de 95 centimes".

L'UGPVB avait souligné qu'elle ne s'associait pas aux opérations coup-de-poing.

Dans un communiqué publié mercredi matin, après la première action, un collectif informel de producteurs en colère avait demandé une application "au niveau national" de la réduction de 5% de la production, et la "mise à disposition par l'Etat d'un endroit pour détruire ces oeufs" avec "contrôle et suivi de la disposition". AFP 07.08

Ils étaient prêts à nous les donner, mais ils ont préféré les détruire, seule l'intention compte ! Je vais raconter cela à l'affamé du coin, ce n'est pas ce qui manquent ici, je doute qu'il témoignera de la sympathie pour la cause de ces éleveurs, qui produisent de la merde soit dit en passant dans des conditions infâmes.




ACTUALITÉ DU JOUR

Le dictateur Obama est mauvais joueur en plus

1- Obama renonce au sommet de Moscou, camouflet pour Poutine - AFP

La Russie s'est dite "déçue" de cette décision qu'elle a interprétée comme un refus de Washington de coopérer avec elle "sur un pied d'égalité", tout en se disant toujours prête à travailler avec les Etats-Unis.

Washington n'a pas non plus fermé la porte à la coopération avec Moscou, disant maintenir la rencontre prévue en fin de semaine dans la capitale fédérale entre les secrétaires d'Etat et à la Défense américains et leurs homologues russes.

En outre, "la décision décevante de la Russie d'accorder un asile temporaire à Edward Snowden a aussi été un élément que nous avons pris en considération pour évaluer l'état de nos relations", a remarqué le porte-parole américain.

Mardi, M. Obama avait reproché à la Russie de revenir parfois à "une mentalité de la Guerre froide".

"Ce que je dis en permanence (aux responsables russes), ce que je dis au président Poutine, c'est que c'est le passé et que nous devons penser à l'avenir. Et il n'y a pas de raison pour que nous ne puissions pas être en mesure de coopérer plus efficacement que nous ne le faisons", avait-il déclaré lors d'un entretien télévisé.

Pour Steven Pifer, spécialiste de la Russie à l'institut Brookings de Washington, l'annulation d'un sommet d'aussi haut niveau est pour le moins "inhabituelle", mais pas surprenante vu les désaccords persistants entre les deux capitales où l'affaire Snowden ne constituait selon lui qu'un "élément mineur".

Les Américains "ne voyaient pas l'intérêt d'un sommet qui n'aurait pas fait progresser les gros dossiers" comme la sécurité et le commerce, explique cet expert à l'AFP. AFP 07.08

2- Snowden, lois anti-gays : Obama fustige la Russie - LePoint.fr

2.1- En ayant pris connaissance de cette controverse et de l'instrumentalisation que fait Obama (comme Hollande) du mariage homosexuel, vous croyez que cela va mettre la puce à l'oreille de la gauche, de l'extrême gauche et des gauchistes ? Si c'était le cas j'en aurais déjà des démangeaisons !

Glenn Greenwald, le journaliste américain qui a révélé le programme d'espionnage du web mis en place par les Etats-Unis grâce à des documents transmis par Edward Snowden, dit prévoir de faire de nouvelles révélations "d'ici une dizaine de jours".

Basé à Rio de Janeiro, le chroniqueur travaille pour le quotidien britannique The Guardian. Il a expliqué aux élus brésiliens qu'il avait sollicité l'aide de spécialistes pour comprendre certains des 15.000 à 20.000 documents secrets de la National Security Agency (NSA), un des services de renseignement américains, qu'Edward Snowden, ancien consultant de ces services secrets, lui avait transmis. Certains, a expliqué le journaliste, sont "très longs et très complexes et prennent du temps à lire".

Après avoir rencontré Edward Snowden en juin à Hong Kong, Glenn Greenwald a fait paraître dans The Guardian le premier d'une série d'articles qui ont secoué le monde.

Selon Glenn Greenwald, Edward Snowden prévoit de rester à Moscou "aussi longtemps qu'il en aura besoin" pour sa sécurité.

Il a critiqué les gouvernements pour ne pas avoir aidé Edward Snowden quand il était en fuite et alors que parallèlement ils dénonçaient publiquement le programme d'espionnage de leurs concitoyens sur internet.

Washington, a-t-il ajouté, travaille actuellement par des moyens diplomatiques à persuader les gouvernements de cesser de se plaindre sur ces programmes de surveillance.

"Le gouvernement brésilien montre beaucoup plus d'irritation en public qu'il n'en montre dans ses discussions privées avec le gouvernement américain", affirmé Glenn Greenwald à la presse. "Tous les gouvernements font comme cela, même en Europe." Reuters 07.08

2.2- La Voix de la Russie tente d’élucider les causes profondes de ces démarches de la communauté internationale.

La formule par laquelle Washington a expliqué la suspension de l’activité de ses ambassades n’étonne pas. « Bien que les buts concrets des terroristes soient inconnus, leurs intentions sont parfaitement claires », a déclaré le général Martin Dempsey, président du Comité des chefs d’États-majors interarmées, à la chaîne ABC. Les portes de quatre ambassades sont déjà closes. Par ailleurs, la rapidité et la coordination avec laquelle les décisions de Londres, Ottawa, Paris et Oslo se sont succédé suscitent l’étonnement, fait remarquer Lev Korolkov, vétéran du Service du renseignement extérieur, expert des situations de crise.

« La raison pour laquelle certains pays se sont soudainement mis à fermer leurs ambassades est obscure. Par ailleurs, auparavant la situation n’était pas moins sérieuse, car les signes d’attentats terroristes sont nombreux et réguliers. Dans la réalité, les menaces se concrétisent à hauteur de moins d’un pourcent. Après les explosions aux Etats-Unis et au Kenya, les actes terroristes ne se sont pas répétés. »

« Les Américains veulent résoudre deux tâches. La première est purement administrative. Noircis dans le scandale de l’affaire Snowden, les services américains NSA et CIA tentent de justifier leur activité en général et l’existence du renseignement électronique en particulier », estime l’expert K. Bogdanov.

Entre temps, la campagne actuelle peut avoir un but complètement différent, qui reste inconnu. Selon M. Korolkov, malgré le retrait d’Afghanistan des troupes américaines annoncé par Washington, l’administration souhaite toujours maintenir sa présence au Proche-Orient. Pour y parvenir, les structures de force américaines sont parfaitement capables d’organiser une provocation de ce type. french.irib.ir 07.08

Mimétisme parfait du cartel des banquiers anglo-saxons.

1- Etats-Unis: la politique monétaire accommodante reste nécessaire - AFP

Une responsable de la Banque centrale américaine (Fed) a estimé mercredi que le chômage demeurait "préoccupant" aux Etats-Unis et qu'une politique monétaire ultra-accommodante restait "encore nécessaire".

La banque centrale américaine s'engage à maintenir son taux directeur entre 0 et 0,25% au moins tant que le taux de chômage restera au-dessus de 6,5% (il s'est établi en juillet à 7,4%).

2- GB: la BoE lie l'avenir de ses taux à la baisse du chômage - AFP

A peine plus d'un mois après son arrivée à la tête de la Banque d'Angleterre (BoE), Mark Carney n'a pas déçu les attentes en liant tout resserrement de sa politique monétaire ultra-accommodante à la baisse du chômage.

Très attendue par le marché, la BoE a ainsi annoncé mercredi qu'elle n'envisagerait pas de relever son principal taux d'intérêt, actuellement au niveau exceptionnellement bas de 0,50%, ni de réduire ses injections massives de liquidités, tant que le taux de chômage sera supérieur à 7% au Royaume-Uni.

Cela ne devrait pas arriver au moins avant la fin du deuxième trimestre 2016, date limite des projections publiées mercredi par la BoE. Selon les dernières statistiques, le chômage s'est inscrit à 7,8% en mai.

Si la reprise économique venait à avoir besoin d'un nouveau coup de pouce, la Banque d'Angleterre pourrait même "mettre en place de nouveaux rachats d'actifs".

Pour venir en aide à une économie alors en profonde récession, la banque centrale avait abaissé en mars 2009 son taux d'intérêt directeur au niveau historiquement bas de 0,50% et mis en place un programme de rachats d'actifs - dit d'"assouplissement quantitatif" - dont le montant total a été progressivement relevé pour atteindre 375 milliards de livres (433,6 milliards d'euros) en juillet 2012. AFP 07.08

Mark Carney vient de chez Golman Sachs et Golman Sachs contrôle aussi la FED avec leurs amis, dites-le à Pierre Cise (Informations ouvrières), cela l'aidera à comprendre ce qui se trame ici.

Quand les syndicats négocient la liquidation des acquis des travailleurs.

- Portugal: négociations pour réduire les retraites des fonctionnaires - AFP

Le gouvernement portugais envisage à partir de 2014 de baisser jusqu'à 10% le montant des retraites des fonctionnaires de plus de 600 euros et de repousser à 66 ans l'âge légal de départ à la retraite pour tous les salariés.

Ces propositions, qui font actuellement l'objet de négociations avec les syndicats, s'inscrivent dans le cadre d'une réforme de l'Etat que le Portugal s'est engagé à soumettre à ses créanciers pour permettre de réduire les dépenses publiques de 4,7 milliards d'euros.

Fin juillet, le parlement avait déjà approuvé l'allongement de l'horaire de travail des fonctionnaires, qui passe de 35 à 40 heures hebdomadaires.

Par ailleurs, le gouvernement doit lancer à partir de septembre un programme qui doit permettre de réduire d'environ 30.000 le nombre de fonctionnaires sur un total de près de 700.000. AFP 07.08

Etait-ce le mandat d'un syndicat de "négocier" la liquidation des acquis des travailleurs ? Comment appelle-t-on déjà de tels syndicats, traitres, c'est bien cela n'est-ce pas ? On s'emploie à vouloir nous faire croire qu'ils pourraient servir la cause des travailleurs, alors que la réalité démontre le contraire.

En Italie, ce sont "les trois confédérations syndicales ont signé le pacte pour la productivité, l’accord sur la représentativité et l’accord sur les contrats jeunes à 516 euros." (IO n°263 page 3, édito de D. Gluckstein)

En Grèce, ils ont finalement tout laisser passer. En Allemagne, ils ont accepté Hartz IV. En France l'ANI... Mais c'est l'internationale des syndicats réactionnaires !

Le secrétaire d'Etat portugais au Trésor, Joaquim Pais Jorge, a démissionné mercredi 7 août de son poste, alors qu'il est soupçonné d'être impliqué dans une ancienne affaire de tentative de maquillage des comptes de l'Etat.

M. Pais Jorge, nommé fin juillet secrétaire d'Etat au Trésor, avait été de 1990 à 2009 un haut responsable de la banque américaine Citibank au Portugal. A ce titre, selon de récentes révélations de l'hebdomadaire Visão, il a participé en 2005 à des discussions avec des responsables du gouvernement socialiste pour proposer des swaps, des des crédits croisés, qui auraient pu permettre à l'Etat de faire apparaître dans sa comptabilité un déficit public réduit de 370 millions d'euros en 2005 et de 450 millions d'euros en 2006. La banque Goldman Sachs avait signé au début des années 2000 des contrats de ce genre avec la Grèce pour l'aider à abaisser son niveau de déficit. Le Monde.fr 07.08

Tiens donc, encore Goldman Sachs, la pieuvre porte bien son nom, non ? Chut !




INFOS EN BREF

POLITIQUE

1- République Tchèque

- Le gouvernement tchèque n'obtient pas la confiance du Parlement - AFP

Le gouvernement d'experts tchèque de l'économiste Jiri Rusnok, proche allié du président de gauche Milos Zeman, a échoué mercredi à obtenir la confiance des députés, nouvelle étape de la crise politique tchèque qui peut déboucher à brève échéance sur des législatives anticipées. AFP 07.08

2- Tunisie

Les islamistes au pouvoir en Tunisie ont annoncé mercredi accepter la suspension de la Constituante et vouloir des pourparlers après une manifestation massive d'opposants et deux semaines d'une crise politique déclenchée par l'assassinat d'un député.

Le parti Ennahda a dit qu'il se soumettait à la décision du président de l'Assemblée nationale constituante, Mustapha Ben Jaafar, un allié laïque des islamistes, de geler les travaux de la Constituante jusqu'à l'ouverture de négociations avec les opposants au gouvernement.

"En dépit de nos réserves (...) sur cette initiative, nous espérons qu'elle servira de catalyseur pour que les adversaires politiques s'assoient à la table du dialogue", a annoncé le chef du mouvement, Rached Ghannouchi.

Le parti islamiste souhaite une "solution consensuelle en cette période sensible" et se dit favorable "à la formation d'un gouvernement d'union nationale comprenant toutes les forces politiques convaincues de la nécessité d'achever le processus démocratique".

Ennahda fixe aussi un calendrier de reprise des travaux de l'ANC, exprimant le voeu que la Constitution et la loi électorale soient adoptées "avant fin septembre 2013" et que des élections soient organisées "avant la fin de l'année".

Cette annonce intervient au lendemain d'une manifestation de dizaines de milliers de personnes réclamant la démission du gouvernement, jugé responsable de l'essor de la mouvance jihadiste accusée de l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd le 6 février et du député Mohamed Brahmi le 25 juillet.

La manifestation était organisée par une coalition hétéroclite d'opposition sans programme politique commun clair, allant de l'extrême gauche au centre droit et soutenue par les partenaires sociaux.

Les opposants ont refusé l'idée d'un gouvernement d'union dirigée par Ennahda et militent pour un cabinet de technocrates, mais il existe des désaccords. La puissante centrale syndicale UGTT et le patronat Utica ne veulent pas d'une dissolution de l'ANC.

La position qu'adoptera l'UGTT, qui compte un demi-million de membres capables de paralyser le pays, devrait être déterminante. M. Ben Jaafar a d'ailleurs fait du syndicat un arbitre en l'appelant à "réunir autour de la table du dialogue tous les partis".

Le secrétaire général de l'UGTT, Houcine Abassi, a dit à la radio Express-FM, que son syndicat se réunirait "la semaine prochaine pour adopter les mesures nécessaires à l'intérêt du pays".

La Tunisie entamait jeudi une période de quatre jours chômés à l'occasion de la fin du ramadan.

Plusieurs dirigeants de l'opposition ont jugé "positive" mais "insuffisante" la décision de suspendre l'ANC. Ils ont promis de poursuivre des actions quotidiennes de contestation.

A Washington, la porte-parole du département d'Etat Jennifer Psaki a plaidé pour le "dialogue" entre les Tunisiens et a "condamné le recours à la violence (...) qui n'a aucune place dans la transition démocratique de la Tunisie".

A Washington, la porte-parole du département d'Etat Jennifer Psaki a plaidé pour le "dialogue" entre les Tunisiens et a "condamné le recours à la violence (...) qui n'a aucune place dans la transition démocratique de la Tunisie".

Des experts estiment que les deux camps en Tunisie devront revoir leurs positions.

"La situation est grave mais elle bouge. Comme dans toutes les crises politiques, les deux camps arrivent avec des positions extrêmes antagonistes avant de trouver une solution (...). Ennahda a déjà commencé à changer sa position", note le politologue Slaheddine Jourchi.

D'autant qu'"aucun parti, Ennahda compris, ne peut ignorer la position de l'UGTT, qui est aussi celle de l'Utica. Ennahda ne peut pas continuer sans considérer que les forces (économiques et sociales) du pays ne sont pas d'accord avec lui", souligne l'expert. AFP 07.08

3- Egypte

L'Union européenne et les Etats-Unis mettent en garde contre le risque d'une "impasse dangereuse" en Egypte, dans un communiqué commun publié mercredi 7 août. Un peu plus tôt dans la journée, des discussions ont échouéentre pro et anti-Mohamed Morsi.

Cette médiation internationale, organisée entre les autorités de transition et les islamistes fidèles au président destituté, devait trouver une issue pacifique à la crise en Egypte. Sans succès. Le pouvoir en place a accusé les Frères musulmans d'être responsables de cet échec et des "événéments et développements ultérieurs qui pourraient résulter".

Le gouvernement égyptien a demandé mercredi aux partisans du président islamiste déposé par l'armée Mohamed Morsi de se disperser "rapidement" sur les deux places du Caire qu'ils occupent, menaçant de les déloger par la force après le ramadan qui prend fin dans la soirée.

L'UE et les Etats-Unis, de leur côté, ont prévenu le gouvernement égyptien qu'il avait une "responsabilité particulière dans la sécurité et le bien-être de tous les citoyens", et que la situation du pays ne pourrait progresser que par un "processus politique pacifique dans lequel tous les partis puissent rivaliser sur un pied d'égalité".

Alors que le secrétaire d'Etat John Kerry a surpris en assurant que l'armée avait "rétabli la démocratie" en évinçant M. Morsi, les sénateurs américains John McCain et Lindsey Graham ont toutefois utilisé le terme de coup d'Etat, déclenchant la fureur du gouvernement et de la presse égyptiens.

Après avoir rencontré le général Sissi et des islamistes, les deux sénateurs ont appelé à la libération de M. Morsi. Francetv info et AFP 07.08


ECONOMIE

Japon

Environ 300 tonnes d'eau contaminée se déversent chaque jour dans la mer depuis la centrale nucléaire accidentée de Fukushima. Ce chiffre a été donné par le gouvernement japonais, mercredi 7 août. Pire, l'exécutif est persuadé que les fuites durent depuis deux ans.

L'exploitant de la centrale, la compagnie d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco), se débat depuis mars 2011 pour faire face aux conséquences de l'accident qui s'est produit à sa centrale nucléaire Fukushima Daiichi, à 220 km au nord-est de Tokyo, endommagée par un séisme et un tsunami géant. Le problème le plus aigu qu'elle rencontre depuis plusieurs semaines consiste à empêcher de l'eau souterraine contaminée par la forte radioactivité du site de fuir dans l'océan Pacifique.

Mercredi, le chef du gouvernement s'est engagé à accentuer les efforts pour limiter ces fuites, et a ordonné au ministre de l'Industrie d'agir en urgence. Le pompage des eaux souterraines devrait débuter au plus tard en décembre, a indiqué un responsable du ministère de l'Industrie. Mais Tepco ne devrait toutefois pas atteindre son objectif à cette date et ne pourrait pomper que 240 tonnes d'eau sur les 300. Le nettoyage du site devrait prendre une quarantaine d'années et coûter plus de huit milliards d'euros. Francetv info 07.08

D'ici quelque temps les cas de cancers vont exploser au Japon... Evitez tous les restaurants japonais, les produits made in Japan


Le 9 août 2013

CAUSERIE

On ajoutera une quinzaine d'articles ce soir ou demain matin.

On a essuyé un gros orage une bonne partie de la nuit , le premier depuis un an, du coup plus d'électricté, des infiltrations d'eau dans plusieurs pièces de la maison, bref, j'ai très peu dormi. A 2h40 j'ai préparé la trame de l'article qui suit. Je me suis levé à 7h et j'ai terminé ce boulot à 15h52 sans déjeûner à midi, pas faim et pas le temps. Je suis claqué !

Bon week-end à tous.

RAPPORTS ENTRE MONDIALISATION ET MONDIALISME, suite 11.

Donc si on en croit mes adversaires, en réalité j'ai sur le dos la quasi-totalité du mouvement ouvrier à ma connaissance, les banquiers de la FED ou les plus puissants banquiers de la planète qui disposent d'une armée d'intellectuels à leur service aux Etats-Unis et à travers le monde, scientifiques, chercheurs, historiens, mathématiciens, économistes, bref, des universitaires bac + 7 ou 10, deux ou trois siècles selon les points de repères d'où l'on part après l'avènement du régime économique capitaliste, ces gens-là seraient des crétins finis qui n'auraient rien compris à son fonctionnement, son développement, son orientation, etc. tout cela leur échapperait encore au point qu'ils en seraient à bricoler en urgence une rustine quand la crise éclate ou refait surface.

Ils ont concentré une telle puissance qu'ils peuvent manipuler les cours de toutes les valeurs cotées en bourse, matières premières, monnaies, titres, obligations, etc., absolument rien n'échappe à leur contrôle, y compris la production dans tous les domaines tels, énergie, transport, communication, information, informatique, agroalimentaire, pharmaceuthique, etc., leur pouvoir est tentaculaire, mais voyez-vous ils ne s'en serviraient pas pour orienter le cours du capitalisme mondial, agir dans un sens précis sur les contradictions du capitalisme, ils les subiraient impuissants comme vous et moi, en fait le pouvoir extraordinaire qu'ils ont acquis ne leur servirait à rien ou si peu qu'il n'est pas besoin d'en parler, encore moins d'en tenir compte, voilà ce qu'on s'acharne à nous expliquer. Vous avouerez qu'une telle entreprise relève de la désinformation et qu'on ne puisse pas y adhérer.

En fait, tout ce qui s'est produit depuis un demi-siècle fut l'oeuvre des lois du capitalisme derrière lesquelles ne se tenait aucun acteur ou alors impotent, des marionnettes inconscientes qui ne pensaient qu'à profiter du système pour s'en mettre plein les poches sans se poser de questions ou penser plus loin. Finalement l'évolution du système économique capitaliste depuis le début ou le milieu du XIXe siècle n'aurait été que le produit de ces lois immuables qui fonctionneraient sur elles-mêmes sans que les modifications des rapports qui en découleraient ne se traduisent par une transformation des rapports entre les classes, absolument rien n'aurait changé depuis des siècles dans ces rapports, et si les banquiers anglo-saxons et leurs associés dictérent aux Etats leurs conditions au sortir de chaque guerre ou crise et renforcèrent leur pouvoir politique, ce fut le fruit d'un pur hasard dans lequel ils n'y étaient pour rien ou si peu, c'est le conte qui fait office d'analyse de la situation qu'on nous sort depuis 68 ans, qui a servi de trame au combat de l'avant-garde du mouvement ouvrier, et dont on en a encore eu un exemple hier.

Les banquiers n'auraient pas grand chose dans la tête, ils n'auraient surtout pas de suite dans les idées, aucune stratégie, ils gèreraient leurs affaires au jour le jour, tout ce qu'on peut vous présenter ici n'est que pure fiction ou pures coïncidences auxquelles il ne faut surtout attacher aucune importance. Attention, vous êtes en train de vous faire manipuler par l'auteur de ces ligne qui divague, il n'aime pas le peuple, les travailleurs, les fonctionnaires, le mouvement ouvrier, sa famille pas même son chien, il leur préfère les banquiers, n'est-ce pas monsieur Coquema ?

On continuera une autre fois après s'être posé quelques questions pour alimenter notre réflexion.

Les délocalisations qui ont commencé vers les pays d'Asie du Sud-Est au milieu des années 70, puis deux décennies plus tard vers la Chine furent décidées un beau matin sur un coup de tête, nos banquiers se dirent en essuyant une larme : il y en a marre de la baisse du taux de profit, on va prendre le taureau par les cornes et y remédier sur le champ. Eh hop, aussi vite dit aussi vite réalisé, le lendemain c'était fait... Pas vraiment, car entre le moment où une telle stratégie était imaginée, puis élaborée minutieusement et le moment où elle entrerait effectivement en application il s'était bien passé 10 ou 15 ans. D'ailleurs, il n'y a pas si longtemps, quand vous décidiez d'installer une usine dans un de ces pays, entre ce moment-là et la commercialisation des premières marchandises sorties des chaînes il s'écoulait généralement entre 3 et 5 ans, le temps d'acquérir les terrains, d'obtenir toutes les autorisations, les licences, de trouver le financement, de construire l'usine, d'installer les machines, recruter et former le personnel, etc.

C'est aussi du jour au lendemain, tenez encore sur un coup de tête que les banquiers de la FED décidérent que le dollar ne serait plus convertible en or, ils n'avaient pas du tout, mais alors pas du tout envisagé l'extraordinaire pouvoir qu'ils allaient pouvoir en tirer, un don du ciel qui fait parfois bien les choses.

Les attentats du 11 septembre 2001, ils les conçurent sur un coin de table dans un resort face à l'océan pacifique en admirant un superbe coucher de soleil, voilà ce qui les inspira soudainement, une boule de feu pareil à un boeing projeté sur une tour, comme quoi la nature fait bien les choses tout de même. Quant au discours de G.W. Bush qui s'en suivit immédiatement sur la lutte contre le terrorisme, il improvisa le bougre, il se demanda quel profit ses amis banquiers pourraient tirer d'un tel événement et il a inventé cette histoire à dormir debout. Le pire, c'est que l'histoire lui donna raison, le conditionnement des masses fonctionnant à merveille, hélas !

Tenez, un autre exemple en retournant en arrière, entre 1899 quand Théodore Herzl rédigea L'État des Juifs, puis quand vit le jour la déclaration de Balfour en 1918 dans laquelle la couronne britannique s'engageait à donner la Palestine aux Rothschild, et la création en 1948 de l'Etat d'Israël qui est la propriété des banquiers anglo-saxons sionistes de la FED à 50 ou 80% selon les sources, il s'était écoulé un demi-siècle. Ainsi ils étaient parvenus à leur fin, mais alors sans développer la moindre stratégie, encore un pur hasard.

Bref, depuis le début du XXe siècle on pourrait multiplier les exemples par centaines qu'on nous répondrait encore : mais non, mais non, qu'est-ce que vous allez imaginer là, ils n'ont rien planifié, rien programmé, rien orchestré, ils n'ont aucun moyen d'agir sur les lois ou les contradictions du capitalisme, ce sont des impuissants, ce sont des bricoleurs du dimanche. Au diable la dialectique !

Question : Quel crédit accorder à des gens qui vous tiennent un tel discours ? Combien êtes-vous à le partager encore ? Il serait peut-être temps de remettre les pendules à l'heure et de revoir sérieusement notre copie, vous ne trouvez pas ? Je me mets dans le lot évidemment, puisque pendant trop longtemps j'ai cru à leur fable.

Vous avez raison monsieur Coquema, je ne suis pas Marx ou Lénine et je n'ai jamais prétendu les égaler ni même leur arriver à la cheville, je me répète, je ne suis qu'un pauvre type exilé au bout du monde, d'accord je n'ai aucune légitimé si cela peut vous faire plaisir, mais dites-moi, les dirigeants qui nous ont induit en erreur pendant si longtemps en ont-ils une ? Je veux bien leur en accorder une, à condition qu'ils revoient leur copie immédiatement, je sais que cela paraîtra peut-être prétentieux, je vous dis le plus simplement possible ce que je pense, je vous accorde que je ne suis pas toujours très adroit dans ma manière de m'exprimer, mais les faits sont de mon côté alors je peux me le permettre. (A suivre)

Un complément tout chaud tout frais.

Là non plus, les banquiers ne savaient pas ce qu'ils faisaient en accordant des centaines de milliers ou davantage encore de crédits immobiliers à des clients à peine solvables, entre 250 et 500.000 dollars pour une maison.

Et quand ils titrisèrent ces titres pourris, là aussi ils ignoraient qu'un jour cela éclaterait à la figure de leurs clients. Ils s'en foutaient, cela leur aura permis de renforcer leur pouvoir en versant des milliers de milliards de liquidités sur le marché, sans s'oublier eux-mêmes au passage sinon à quoi bon, et cela continue depuis 5 ans !

Ceux qui sont parfaitement au courant sont d'ailleurs très inquiets des poursuites engagées contre JPMorgan par le ministère de la Justice du district Est de Californie, l'action JPMorgan cédait 0,09% après cette annonce, spectaculaire ! Les investisseurs savent qu'ils seront impunis, ils détiennent le pouvoir économique et politique.

- La banque JPMorgan visée par une enquête pénale sur les subprimes - AFP

La banque JPMorgan Chase, première banque américaine en termes d'actifs, fait l'objet d'une enquête criminelle aux Etats-Unis dans le cadre de ses ventes de produits hypothécaires risqués à des investisseurs avant la crise.

Dans un document boursier enregistré tard mercredi, elle explique qu'elle fait face à des "enquêtes à la fois civile et pénale du ministre de la Justice du district Est de Californie à propos de titres obligataires adossés à des prêts immobiliers titrisés et vendus par la firme et ses filiales".

En mai 2013, JPMorgan Chase "a reçu une notification de la part des bureaux d'enquête au civil indiquant qu'ils étaient parvenus à la conclusion préliminaire selon laquelle l'entreprise avait enfreint certaines lois boursières en relation avec des offres d'obligations adossées à des titres immobiliers risqués (subprime) entre 2005 et 2007".

En outre, la banque a également "reçu et répondu à un certain nombre de demandes d'informations et requêtes informelles d'autres institutions fédérales ou de certains Etats américains concernant des produits hypothécaires", précise-t-elle.

L'effondrement de la valeur des innombrables dérivés hypothécaires immobiliers qui avaient été vendus à travers le monde a secoué les marchés internationaux et s'est traduite par une profonde crise économique dans de nombreux pays entre 2007 et 2009.

Six ans après, les grandes banques américaines sont loin d'en avoir fini avec les poursuites liées à leurs pratiques d'avant la crise.

Dans son document boursier, JPMorgan cite notamment des poursuites engagées par Deutsche Bank "au nom de plusieurs fonds" d'investissement, ainsi que "d'autres actions qui en sont au stade préliminaire dans les tribunaux des Etats de New York et du Delaware" (est des Etats-Unis) et qui accusent la banque d'avoir trompé les investisseurs sur la qualité de produits hypothécaires. (Deutsche Bank (Allemagne)? C'est l'une des banques qui est un pilier du cartel des banquiers avec la BNParibas (France et PAys-Bas), Barclays (Garnde-Bretagne). L'Etat du Delaware, c'est un paradis fiscal, quelle farce ! -ndrl)

JPMorgan Chase avertit en outre qu'elle pourrait faire l'objet d'autres plaintes liées aux obligations dérivées de prêts immobiliers.

Elle fait aussi l'objet de nombreuses plaintes liées à ses pratiques de saisies immobilières, notamment de la part des Etats de New York et du Massachusetts.

Dans le domaine de l'électricité, elle vient de se voir infliger une amende de 410 millions de dollars pour mettre fin à des poursuites d'un régulateur fédéral pour manipulations de prix, et fait l'objet d'accusations similaires dans le stockage d'aluminium.

L'action de JPMorgan Chase réagissait peu à ces informations lors des échanges électroniques, elle cédait 0,09% à 55,25 dollars vers 13H25 GMT. AFP 08.08

Quand se produit une chute, c'est qu'elle était prévisible ou devait se produire un jour, autant l'orchestrer, pour d'une part s'en tirer à bon compte et d'autre part en tirer profit. Et quand il n'y a pas de chute, c'est tout simplement parce qu'on a fait ce qu'il fallait pour qu'elle ne se produise pas, CQFD.

Il faut vraiment être aveugle pour ne pas voir comment ils manipulent les contradictions du capitalisme, qu'il ne s'agit pas de nier évidemment.

JPMorgan Chase va s'en tirer avec une amende dont cette banque aura elle-même fixée le montant et la vie continuera comme avant, sauf pour les millions d'Américains qui ont perdu leur maison, quant aux investisseurs privés riches et moins riches qui y auront laissé des plumes, on évitera de les plaindre.

Qui a dit ?

Question : Qui a annoncé hier l'assassinat du président syrien qui aurait été pris pour cible par 17 roquettes tirées par le groupe de combattants Ahrar al Chaam?

Réponse : La chaîne de télévision saoudienne Al Arabiya (french.irib.ir 08.08)

Rectificatif

- Academi (ex-Blackwater) n’a pas été revendu (correctif) - Réseau Voltaire

Dans une brève datée du 26 juillet 2013, nous indiquions que, selon SouthWeb, Academi (ex-Blackwater) avait été racheté par Monsanto [1].

Or, SouthWeb est revenu sur cette information pour la démentir. Selon lui, Monsanto a bien eu recours aux services de la plus importante armée de mercenaires du monde, mais uniquement à des fins de renseignement, et ne l’a pas acquise. Le site ne précise pas l’origine de son erreur.

Academi n’a donc pas fait l’objet de rachat depuis 2010. Réseau Voltaire 07.08

DOSSIER MOYEN ET PROCHE ORIENT DU 27 JUILLET AU 8 AOUT

1- Syrie

1.1- Our Boys Got the Cannibal !

Nos garçons (braves soldats de l’armée arabe syrienne) ont eu le cannibale ! Ainsi va la vie d’un chien. Ils finissent tous de la même manière ces "résistants" de Fabius. Abou Sakkar a enfin été tué. C’est l’Elysée qui pleure.

Souvenez-vous, ce clown avait éviscéré un soldat syrien, avant de manger son coeur et ses poumons devant les caméras de ses complices et le monde entier via Youtube. Il accusait ce soldat d’avoir violé une femme et qu’il avait horreur de ça. Pire, il avait donné une interview en direct sur la BBC, après son acte "héroïque". Un vrai honneur perdu de la chaîne britannique…La Syrie est en train d’être nettoyée et, le monde entier doit remercier le président Bachar al-Assad et la vaillante armée arabe syrienne. L’armée arabe syrienne avait juré de venger son soldat. C’est fait. La même promesse a été tenue par elle, hier. En effet, elle a promis de venger ses soldats tombés en héros à Khan al-Assal où, les terroristes sont entrés pour éliminer toutes les preuves d’utilisation d’armes chimiques. Ils sont désormais encerclés par l’armée syrienne. Nous n’avons pas voulu mettre la photo de mort de ce criminel… http://french.irib.ir 31.07

1.2- L'Union du Kurdistan de Syrie a lancé un appel de mobilisation général pour combattre "les terroristes d'al Nosra" . dans un communiqué , l'union demande à "tous les jeunes kurdes de s'engager dans les combats contre Al Nosra et leurs alliés qaidistes en Syrie".

L'union confirme l'enlèvement de 100 kurdes par les terroristes, la torture infligée à ces derniers : " le front Al Nosra contrôlent toujours une grande partie des villes Tal Abyaz et Raas al Aïn sur les frontières avec la Turquie et il tente de lancer des assauts contre les régions kurdes de la Syrie. En ce sens nous demandons à tous les jeunes kurdes de prendre des armes et de bouter les terroristes de nos régions". Lundi de violents affrontemenst se poursuivaient pour la huitième journée consécutive entre les kurdes syriens et les terroristes dans la localité de Jabar Agha à Hassaka. http://french.irib.ir 30.07

1.3- Un centre américain de statistique vient de publier un bilan des terroristes arabes non syriens tués depuis 2011 dans des combats contre l'armée syrienne. le bilan est repris par le site syrien, Syria Al Aan. Voici les chiffres avancées par le centre: 1902 tunisiens, 1807 libyens, 1432 irakiens, 1002 palestiniens, 828 libanais ; 714 saoudiens ; 571 yéménites ; 412 marocains; 273 Algériens: 71 koweitiens ; 42 somaliens, 21 omanais 19 bahreinis ; 9 émiratis ; 8 qataris ; 3 soudanais ; un mauritanien .

Les takfiris tuniens occupent la tête de ce pelotons mortifère et ce au grand dam d'Ennahda, le parti au pouvoir qui a fait de la cause takfirie sa religion au risque de provoquer dans le pays des assassinats politiques comme celui de Brahmi qui vient de se produire. une autre remarque intéressant : les deux principaux pays arabes qui financent le terrorisme depuis 2011 en Syrie à savoir l'Arabie saoudite et le Qatar ne détient en fin du compte que le contingent le plus réduit: ils paient d'autres arabes pour aller se faire tuer. Une troisième et dernière remarque renvoie au nombre de takfiris libyens présent en Syrie. La guerre de l'Otan contre la Libye a fait de ce pays un stock d'armes grandeur nature pour tous les takfiris dui Moyen Orient et du nord de l'Afrique tout comme un caserne d'où sont exportés des combattants takfiris là où le besoin de l'Empire l'exige. http://french.irib.ir 29.07

1.4- Environ 100 terroristes se sont rendus à l'armée syrienne.

Selon le journal syrien Thawra, 53 terroristes se sont rendus à l'armée syrienne dans la province Deir Ezzor à l'Est de la Syrie et 53 autres se sont eux aussi soumis et cédé leurs armes à l'armée dans la province de Homs au centre du pays. De plus en plus de terroristes reviennent au peuple syrien ; 470 d'entre eux se sont rendus il y a quelque temps en deux étapes aux forces d'Etat à Damas et à Homs. Dans le même temps, le bureau local des affaires caritatives du Kurdistan irakien a annoncé dans un communiqué que 40 membres du groupe terroriste Front Al-Nosra qui s'étaient rendus en Syrie y avaient retourné. http://french.irib.ir 29.07

1.5- Le Pentagone et la CIA se démènent pour identifier les bons éléments parmi les rebelles mais leurs efforts se trouvent dans l'impasse, affirme le site israélien Israël Spy. Le site mentionne les propos d'un haut commandant de l'armée sioniste qui se dit inquiète de la situation prévalant en Syrie et affirme que "les Américains se sentent eux aussi empêtrés dans une impasse identique". Ce général sioniste est Aviv Kochavi, chef du renseignement de l'armée israélienne qui a confirmé mardi l'afflux des milliers de jihadistes vers la Syrie et le danger potentiel qu'ils représentent pour Israël. Il est possible que la Syrie se désintègre et qu'une grande partie de ce pays tombe entre les mains des groupes liés à Al Qaida". Israël Spy souligne les tracas militaires et sécuritaires que pourrait générer pour Israël la perspective d'une emprise qaidiste sur la Syrie. "Le scénario d'un Emirat islamique en Syrie ne va pas sans poser une menace à long terme à la sécurité des Etats Unis et de leurs alliés car à ce rythme Al Qaida parvient à trouver une nouvelle base d'entrainement et de présence ". "Bachar Assad et son père Hafez n'ont cessé de vouer aux gémonies Israël et ce depuis 1970. Bachar tout comme son père est un allié de choix de l'Iran. Ce sont eux qui ont crée le Hezbollah à coup de soutien militaire et financier et pourtant personne ne souhaite désormais qu'Assad tombe".

Le site évoque les rapports datant de 2011 selon lesquels les experts jugeaient très positif le renversement d'Assad car en l'absence de ce dernier, l'Iran " perdrait un allié de poids et que la Syrie serait trop occupée pour s'ingérer dans les affaires régionale", et le site d'ajouter " mais deux ans et demi plus tard, on s'aperçoit que la situation n'est pas aussi facile que cela et les analystes israéliens sont amenés à bien croire à ce proverbe " le diable connu est meilleur que le diable inconnu". Les israéliens connaissent au moins Assad et ses tactiques, le site fait écho aux inquiétudes du renseignement isarélien qui estime que "les violences en Syrie ne tarderont pas à s'étendre aux pays voisins. " Les propos de Kochavi ont été formulés alors que ce dernier venait de rentrer d'une visite à Washington, une visite consacrée à l'échange d'informations avec les americains au sujet de la Syrie entre autre. "Ses visions portent donc des traces des inquiétudes exprimées à Washington". http://french.irib.ir 28.07

1.6- Selon le journal Al Diyar citant les services du renseignement jordanien un projet d'attentat contre Bachar Assad , un autre vient d'être déjoué. car ces services e, ont rensiegné les services secrets syriens. " Le lundi 3 juin, les rebelles ont tenté d'attaquer l'avion présidentiel non loin de Lattaquié via un système de missiles anti aériens importés de Qatar" selon Al Diyar, deux employés de la'éroport de Al Maza près de Damas cherchaient à appliquer l'attentat alors que l'avion présidentiel en plein vol. Les assaillants armés étaient liés à Al Nosra et à un certain nombre d'officiers déserteurs et voulaient tirer en direction de l'appareil en phase d'attérissage et alors qu'il se trouvait à 150 mètres du sol. Certaines parties liées à ce projet d'assassinat évoquent l'existence d'un groupe composé de neuf personnes impliquées dans ce projet d'attentat visant à éliminer assad pendant le weekend alors qu'il se trouvait dans la ville d'Al Waghaa près de la Méditerranée. Al Diyar affirme que le projet d'attentat aurait été l'oeuvre des services secrets qataro-turcs. http://french.irib.ir 28.07

1.7- Les changements survenus à l’échelle régionale et internationale semblent changer la donne en Syrie depuis plusieurs mois, de sortee que certains analystes parent maintenant du renforcement de la position du président Assad face à un Occident affaibli.

« Des centaines d’individus rejoignent les rangs de l’armée syrienne pour se battre contre les terroristes et les rebelles liés aux groupes extrémistes qui sont proches d’al-Qaïda », rapporte la presse internationale. Selon les commentateurs, c’est un signe du changement radical de la donne en Syrie en faveur du gouvernement du président Bachar al-Assad et de son armée. En réalité, les rebelles armés et les terroristes perdent de plus en plus leur espoir quant à une victoire importante face au peuple syrien. De nombreux hommes quittent leurs rangs et rejoignent l’armée syrienne.

La presse britannique a confirmé la nouvelle. Plusieurs journaux ont écrit que l’armée syrienne s’approche d’une victoire décisive face aux rebelles armés. En outre, le Premier ministre britannique, David Cameron, a avoué que le gouvernement syrien et l’armée de ce pays ont gagné la guerre contre les rebelles et les terroristes soutenus par les puissances étrangères.

En effet, depuis plusieurs mois le gouvernement et l’armée de la Syrie ont réussi à isoler les terroristes et les rebelles armés dans la plupart des régions syriennes. Mais ce qui donne plus d’importance aux victoires de l’armée syrienne c’est la répercussion de cette nouvelle dans la région où plusieurs pays arabes ou non arabes avaient décidé de soutenir les terroristes et les groupes armés jusqu’au renversement du gouvernement du président Bachar al-Assad. Plusieurs facteurs ont contribué au changement de la situation en Syrie :

- Les groupes kurdes syriens ont mis fin finalement à leurs doutes et ont rejoint les rangs de l’armée syrienne pour combattre les terroristes. Après leurs longues hésitations, les groupes kurdes qui essayaient de se mettre à l’abri des hostilités, ont décidé finalement de nettoyer les régions à population kurdes, situées dans l’est du pays de la présence des terroristes et des membres des groupes extrémistes.

Dans la ville de Ras al-Ein, les groupes kurdes ont pris position contre les terroristes liés à al-Qaïda. Leurs leaders ont annoncé qu’ils préfèrent se mettre du côté du gouvernement et de l’armée syriens contre les rebelles armés. Cependant certains groupes kurdes qui entretiennent des relations plus proches avec le gouvernement d’Ankara ont annoncé qu’ils poursuivront à lutter contre le gouvernement de Damas aux côtés des rebelles. Néanmoins la plupart des groupes kurdes ont compris qu’ils auraient intérêt à rester loyaux au gouvernement de Damas face à un ennemi commun : l’extrémisme.

- Autre événement qui a contribué au changement de la donne en Syrie, ce sont les événements qui se sont produits en Egypte. L’affaiblissement des positions des Frères musulmans égyptiens a eu un impact direct sur les groupes rebelles à l’intérieur de la Syrie. Les Frères musulmans semblent perdre du terrain en Tunisie aussi. Les protestations intérieures en Turquie et l’affaiblissement de la position du gouvernement du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, semblent également renforcer la position du gouvernement et de l’armée syriens face aux rebelles armés qui étaient soutenus tant par les gouvernements arabes que le gouvernement d’Ankara. http://french.irib.ir 28.07

1.8- Le journal britannique Daily Telegraph conseille aux pays occidentaux de se préparer à une victoire militaire d'Assad. " Cette victoire ne marque pas seulement la défaite des opposants d'Assad mais celle des pays occidentaux anti Assad. c'est une victoire aussi de l'Iran et de la Russie ". Dans un article signé Kafflein, le journal souligne "la réddition des centaines de rebelles armés ces derniers jours, rebelles qui se font grâcier suivant l'armistice décrétée par Assad. Ce fait montre bien ce que j'ai prédit depuis des semaines, Assad est en train de gagner la guerre sanglante qui dure depuis plus de deux ans". " Les choses ont changé après la reprise de Qusseir sur les frontières du Liban . les circonstance sont tels qu'Assad ne cesse de prendre le dessus. L'opposition s'entre-déchire et l'ASL combat désormais Al Nosra et les Qaidistes et puis il y a l'Iran et la Russie qui ne cessent de renforcer leur soutien à Assad. " L'auteur souligne les propos de David Richards, ex-commandant de l'armée britannique qui avait dit : " il n'existe aucune oreille sensible pour prêter attention aux demandes de Cameron et de Hague d'armer les opposants."

Et puis l'idée d'établir une zone d'exclusion aérienne au dessus de la Syrie est un casus bellis adressé à Damas non obstant le fait que la livraison d'armements aux rebelles pourrait profiter surtout aux extrémistes. Ce qui a d'ailleurs dissuader les occidentaux de s'engager en ce sens. Mais quel en a été le résultat? Les opposants d'Assad nous traitent de traitres et nous, nos dirigeants comme Cameron ne cessons de confirmer la montée en puissance d'Assad. Tôt ou tard, Assad proclamera sa victoire et ce seront alors les opposants qui devront chercher comment consoler leurs maux. Sur cette base, je crois qu'il est grand temps que les dirigeants occidentaux mettent en marche leur sens de discernement collectif et songent à la victoire d'Assad et à ses conséquences. Cette victoire va affaiblir d'une part la place d'Obama et de Cameron en termes de crédit international puisqu'ils ont sans cesse chercher à renverser Assad et de l'autre renforce la position de la Russie et de l'Iran, les deux principaux soutiens d'Assad. Partant de là la victoire d'Assad ne sera pas seulement la défaite de ses opposants syriens". http://french.irib.ir 27.07

1.9 - Les Etats-Unis et l’Otan ont formé, dès le déclenchement de la crise en Syrie, des escadrons de la mort, sous la supervision d’ex-ambassadeur US à Damas, Robert Ford.

C’est le Global Research, cité par la chaîne syrienne Al-Akhbariya, qui l’a révélé, faisant état de l’application du même scénario qui a eu lieu en El-Salvador. La mission des escadrons de la mort en Syrie qui bénéficient du soutien des Etats-Unis et de l’Otan, consiste à massacrer les civils, pour ensuite faire endosser ce crime à l’armée syrienne, selon le Global Research. « L’objectif, ajoute le Global Research, imputer à l’armée syrienne ces massacres, était d’influer sur l’opinion publique et préparer ainsi le terrain à l’ingérence étrangères. » « Le massacre des civils dans la ville d’al-Houla, qui a été imputé à l’armée syrienne par les médias internationaux et que le secrétaire général de l’Onu avait dénoncé, était en réalité l’œuvre des escadrons de la mort, liés aux Etats-Unis et à l’Otan, a révélé le Global Research.

«Les escadrons de la mort ont commencé mi-mars 2011 leurs activités en Syrie, sous la supervision directe de Robert Ford, ex-ambassadeur de Washington à Damas, a indiqué le Global Research. (french.irib.ir 06.08)

Précision. Le Global Research ou le portail Mondialisation.ca.

2- Arabie Saoudite

Une petite devinette : dans quel grand pays, ami de tous les pays bien gentils, un citoyen peut-il être condamné à sept ans de prison et 600 coups de fouet pour avoir ouvert un site internet appelant au respect de la liberté d’expression, et au recul du religieux sur la vie sociale ? Allez, c’est facile : c’est bien entendu chez nos amis saoudiens.

L’Arabie Saoudite est une démocratie vertueuse, pas comme les vilains dictateurs des environs. Certes, elle refuse ratifier le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, et la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, mais c’est parce que le respect des libertés individuelles y est tellement merveilleux que signer ces textes serait redondant. De même, permettre le recours devant le Comité des Droits de l’Homme de l’ONU serait un luxe bien inutile, ce qui n’est pas le genre de la maison. Ce pays est d’ailleurs tellement passionné par la démocratie qu’il finance des groupes de combattants allant affronter l’armée nationale syrienne, pour reverser un très vilain dictateur.

Oui, mais voilà... On ne se fâche pas facilement avec ce pays d’accueil pour les bases militaires US, bourré de pétrole et d’argent. Les droits de l’homme apprécié selon la stratégie militaire…

L’Arabie saoudite vient de lancer un gigantesque projet de métro à Ryad, pour 22,5 milliards de dollars, et les grands groupes mondiaux se sont précipités. Le français Alstom a récupéré un lot de 1,2 milliard de dollars pour la maintenance de ce métro… utilisé par les femmes si elles ont accompagnées ! La responsabilité des entreprises pour refuser de s’impliquer dans des projets qui violent les droits fondamentaux, c’est presque fait.. Mais ils ne perdent rien pour attendre, car question dignité de la femme, la France ne rigole pas : on a même des lois spéciales-dignité, parfaitement exportables, non ?

Mais l’actualité saoudienne, c’est aussi la condamnation hier de Raef Badawi, 29 ans, père de trois enfants, co-fondateur du site « Réseau libéral saoudien » par un tribunal de Jeddah à sept ans de prison et 600 coups de fouet. Selon son avocat, Walid Abualkhair, les faits reprochés sont uniquement la publication des textes sur ce site, pendant sa brève existence, textes dénonçaient le poids du religieux dans le domaine public.

Raef Badawi avait été arrêté le 17 juin dernier à Jeddah. Déjà un an en prison. En décembre, il avait été inculpé pour apostasie, passible de peine de mort en Arabie Saoudite, mais cette charge a été abandonnée. La condamnation vise la création d’un site « portant atteinte à la sécurité publique ». Il avait contesté la Commission pour la Promotion de la Vertu et la Prévention du Vice, et avait publié des textes très critiques sur la Al-Imam Mohammad Ibn Saud Islamic University, décrite comme un « repère de terroristes ». http://french.irib.ir 31.07

3- Turquie

3.1 - Le Président turc, Abdullah Gül, a réduit les prérogatives de l’armée, dans ce pays.

Dans un projet de loi remis au parlement, l’année dernière, le rôle de l’armée a été diminué de manière drastique. En fait, le parlement turc, en modifiant une partie de la loi, qui pouvait aplanir le terrain à l’ingérence de l’armée dans la politique, a franchi un nouveau pas, pour restreindre l’influence politique de cet organe militaire. De l’avis des analystes, cette évolution n’est pas sans rapport avec la destitution de Morsi, par l’armée égytienne, et les hommes d’Etat turcs s’inquiètent de la répétition du scénario égyptien, dans leur pays. A ce propos, l’Associated Press a rapporté que les généraux de l’armée turque justifiaient, toujours, par ladite loi, leur ingérence, dans les affaires politiques concernant la protection de la laïcité par l’armée. Euronews, pour sa part, a rapporté, à ce propos, que l’armée turque, qui a renversé 4 gouvernements, au cours de ces 50 derniers années, a perdu son influence du passé, depuis l’avènement de l’AKP. Cette chaîne a ajouté que les milieux proches du gouvernement estiment que l’arrestation d’une autorité de haut rang de l’armée peut être considérée comme un progrès dans le domaine de l’établissement de la démocratie.

Atilla Sandiklin du Centre des Etudes stratégiques, «Bilgesam», a précisé que les réformes, dans le système judiciaire turc, simultanément au processus de son adhésion à l’Union Européenne, dans les dernières années de la décennie 1990 et au début de l’année 2000, ont été très importantes, pour renforcer le processus démocratique, en Turquie. Une source parlementaire turque a annoncé, vendredi dernier, que la nouvelle loi restreint le rôle de l’armée et la met sous le contrôle direct du ministère de la Défense. Cette source a ajouté qu’il y a un consensus entre les quatre groupes, qui sont chargés d’élaborer la nouvelle Constitution, d’autant plus que l’objectif est d’élaborer une Constitution civile et démocratique. L’état-major de l’Armée turque est sous le contrôle de la primature et le ministère de la Défense n’est pas en mesure de mettre en question les actes de l’armée. Le parti de la Justice et du Développement, (AKP), dirigé par le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, après sa venue au pouvoir, en 2012, a réussi à réduire l’influence politique des militaires, avec la révision de la Constitution et les enquêtes judiciaires, qui ont abouti à la mise en examen de centaines d’officiers, accusés de comploter contre le gouvernement. http://french.irib.ir 31.07

En résumé , l'Union européenne a soutenu le parti des Frères musulmans pour affaiblir la position de l'armée qui incarnait la laïcité, normal, elle a appelé à la libération de Morsi...

3.2 - La presse turque n'est plus trop tendre avec le premier ministre Erdogan qu'elle accuse de soutien aveugle aux Frères musulmans aussi bien en Syrie qu'en Egypte et ailleurs , ce qui a fini par "isoler la Turquie".

" La position de la Turquie envers l'Egypte n'est pas conforme aux réalités égyptiennes, affirme le journal Taraf, cité Al Alam. "Nous parlons d'un Etat qui pèse beaucoup plus lourd que la Turquie. Il faut reconnaitre que les positions internationales consistent à marginaliser les Frères musulmans et Erdogan avec son obcession pro Frère ne fait qu'isoler la Turquie. La Turquie devra faire un retour salutaire à la vérité et à la sagesse, affirme le journal. Un autre quotidien Yeni Chafagh traite de la question de la démocratie entre l'Occident et les arabes.

Le quotidien cite le haut conseiller d'Erdogan Ebrahim Ghalin qui critique les orientalistes occidentaux pour avoir accusé les musulmans d'être incapables d'accepter la démocratie. Or l'Egypte et la Tunisie ont bien montré que les musulmans et les Arabes savent se doter de la démocratie. la question est alors la suivante : est-ce que l'Occident a la capacité d'accepter la démocratie? Quand le hamas est arrivé au pouvoir l'occident l'a empêché de l'exercer, idem pour l'Egypte où l'Occident a provoqué le renversement de Morsi". Le conseiller d'Erdogan, toujours cité par le journal dénonce le coup d'état militaire et souligne que toutes les parties en pâtiront". Le journal Melliyat revient lui aussi sur les politiques d'Erdogan les qualifiant d'irréelles : " Comment se fait-il que la Turquie a tendu pour elle même des pièges ? La Turquie va-t-elle tomber dans son propre piège? s'interroge le journaliste Ghadri et de poursuivre : " les évolutions anti-Frères ont commencé depuis le double attentat de Reyhanli, s'est poursuivi au Qatar puis en Egypte et l'axe Turquie/Qatar/Arabie a fini par être brisé et maintenant les secousses arrivent au nord de la Syrie. Ces évolutions ont marginalisé plus qu'à tout autre moment la Turquie et cet isolement terrifiant est la conséquence directe des politiques de l'AKP" http://french.irib.ir 30.07

4- Iran

4.1 - American Enterprise a fait allusion, dans un article, à la présence puissante de la Marine iranienne dans la mer Méditerranée. L’institut a recommandé à l’administration américaine de rester vigilante face à la présence militaire et maritime des Iraniens en Méditerranée.

Selon un article, publié par American Enterprise, Institut de l'entreprise américaine pour la recherche sur les politiques, la RII a renforcé sa présence dans la mer Méditerranée. « Hossein Salami, commandant adjoint du Corps des Gardiens de la Révolution islamique, a déclaré que la présence de la Marine iranienne en Méditerranée cherchait à assurer la sécurité et les intérêts nationaux de l’Iran ». « Les agissements de l’administration américaine et du régime sioniste n’empêchent pas la présence de l’Iran en Méditerranée. En février 2011, les navires iraniens sont entrés en Méditerranée via le canal de Suez. Il s’agit de la première fois que les navires iraniens sont entrés dans cette zone depuis la victoire de la Révolution islamique », a déclaré le général Hossein Salami.

L’auteur de l’article a ensuite reconnu que la présence des forces maritimes iraniennes en Méditerranée lancerait un défi pour l’administration américaine. « La présence de l’Iran en Méditerranée représente un défi sécuritaire pour l’administration américaine car celle-ci craint ne plus pouvoir dominer les ressources gazières et pétrolières de la région. En plus, le régime sioniste craint que les relations entre la RII et le Hamas ne soit élargies via la Méditerranée », poursuit l’article. « La Marine et le Corps des Gardiens de la Révolution islamique ont renforcé leur présence dans la mer d’Oman, le Golfe d’Aden et la Mer Rouge. Entre autre, une base maritime soudanaise a permis aux navires iraniens d’entrer dans la mer Méditerranée pour ainsi se diriger vers la mer Rouge. C’est ainsi que les navires iraniens sont capables de circuler dans la mer Rouge», indique l’article. L’auteur de l’article a ensuite conseillé à la Maison Blanche de rester vigilante envers la puissante présence de la Marine iranienne en Méditerranée. « La Maison Blanche doit rester vigilante face au renforcement de la présence iranienne dans la zone méditerranéenne pendant la prochaine décennie. Au lieu de se focaliser sur la sécurité de ses forces maritimes, déployées dans le golfe Persique, l’administration américaine doit prendre compte de l’influence crescendo de la RII dans la zone méditerranéenne ». http://french.irib.ir 30.07

4.2 - « Israël est préoccupé par un éventuel accord entre l'Iran, l'Union européenne et les Etats-Unis » a écrit le quotidien israélien, Maariv. « Il y a quelques semaines, l'un des hauts responsables de l'organisation de renseignement et de sécurité d'Israël s'est déplacé, en Europe pour s'entretenir avec ses homologues européens de l'Iran » a précisé ce quotidien. Ce déplacement était motivé par des inquiétudes ressenties à Tel-Aviv, suite aux informations faisant état d'un un éventuel accord entre l'Iran et l'Europe avec le consentement des Etats-Unis » précise encore Maariv. « Ce responsable de renseignement israélien a entendu ses homologues européens lui dire qu'après l'élection de Hassan Rohani comme nouveau Président iranien, l'Union européenne, étant sous pression de son opinion publique, n'a d'autre choix que d'opter pour la solution douce et facile de la question du nucléaire de l'Iran », a ajouté ce quotidien.

Toujours selon ce quotidien, ce reponsale israélien a été informé de la position de l'administration US à cet égard. « Si le nouveau Président iranien, Hassan Rohani donne son accord à l'arrêt, ne serait-ce que pour quelques mois, de l'enrichissement de l'uranium à 20%, les Etats-Unis donneront leur aval à l'allègement des sanctions contre Téhéran » révèle ce quotidien. Les autorités du régime israélien ont, à maintes reprises, annoncé qu'elles étaient mécontentes de l'élection de Hassan Rohani comme nouveau Président iranien, tout en exprimant leurs inquiétudes de voir l'Iran et l'Europe, parvenir à un accord diplomatique pour résoudre la question du nucléaire iranien. http://french.irib.ir 30.07

5- Israël

5.1 - La chaîne de télévision israélienne, Canal 2, a rapporté que le chef des services de renseignements israéliens (Mossad), Tamir Bardo a effectué une visite secrète il y a quelques semaines aux Emirats-arabes-unis.

Selon l'expert des affaires arabes de Canal 2, Ehod Yaari, "la visite était officieuse" et "Bardo s'est réuni avec le prince héritier Mohamad ben Zayed alNahyan, ainsi qu’avec de haut responsables sécuritaires".

Au cours de cette réunion, il a été surtout question de la situation en Egypte avant le coup d’état militaire et de la coopération dans les questions militaire et sécuritaire.

Toujours selon la même source, Bardo s’est réuni avec le responsable palestinien Mohammad Dahlan qui réside à Dubaï.

Canal 2 a cité des rapports turcs selon lesquels Bardo s’est rendu récemment à Ankara pour renforcer les relations avec les renseignements turcs.

Selon le quotidien turc Heryatt, Bardo s’est réuni en secret avec son homologue turc Haqan Vidane pour discuter des évolutions en Syrie et en Iran. Le quotidien a indiqué que Bardo et Vidane se sont échangés des informations de renseignements liées à la Syrie et au rôle iranien là-bas. http://french.irib.ir 29.07

5.2 - Patrick Maisonnave sera le prochain ambassadeur de France en «Israël». Il succède à Christophe Bigot en poste à «Tel Aviv» depuis 2009.

Patrick Maisonnave est un diplomate expérimenté qui connaît parfaitement la réalité géopolitique de l'entité sioniste puisqu'il est, jusqu'à présent, Directeur des affaires stratégiques, de sécurité et du désarmement, au sein du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes. Il est un chaud partisan de la lutte contre la prolifération nucléaire, et à ce titre, il ne peut que plaire à ses nouveaux hôtes qui ont fait de la menace iranienne le principal défi des prochaines années. «Nous sommes très contents que le nouvel ambassadeur vienne de la Direction des affaires stratégiques du Quai d'Orsay, affirme un diplomate israélien au journal Le Figaro, car elle est très à l'écoute d'Israël», ajoute-t-il.

«Patrick Maisonnave travaille activement dans la lutte contre la prolifération nucléaire (TNP). Son discours sur l'Iran devrait particulièrement être apprécié des israéliens pour qui Téhéran est la principale menace. Patrick Maisonnave comprend cette position et estime aussi que l'Iran représente un danger, et pas uniquement pour Israël, pour le reste du monde également», rapporte le site d'informations israélien JSSNews.

Selon le JSSNews, «M. Maisonnave connaît également le monde politique israélien. Il a rencontré à plusieurs reprises des leaders locaux, dont Tzipi Livni avec qui il s'entend particulièrement bien.»

Patrick Maisonnave, grâce à sa carrière, «connaît parfaitement les enjeux géopolitiques d'Israël et du monde Arabe» ajoute le site. «Il est très impliqué, à plusieurs niveaux, dans des discussions avec l'Egypte par exemple. Mais son domaine de prédilection c'est plus des pays particulièrement instables, comme la Pakistan.»

Plus globalement, «Patrick Maisonnave va suivre la politique étrangère de la France, mais à titre personnel, il ne se fait pas tellement d'illusions sur la paix au Proche-Orient».

Patrick Maisonnave devrait présenter ses lettres de créances au président israélien Shimon Peres dans les prochaines semaines. Christophe Bigot devrait, de son côté, quitter ses fonctions d'ici la fin juillet. http://french.irib.ir 29.07

5.3 - En protestation contre la multiplication des cas de crimes et de violences, en Israël, (Palestine occupée), ces derniers jours, Tel-Aviv est le théâtre de manifestations de protestation.

"En guise de protestation contre l’augmentation de cas de crimes, des manifestations ont eu lieu, dans la localité de Herzlia, dans le Sud de Tel-Aviv, pour réclamer l’instauration de la sécurité", a écrit le quotidien sioniste, "Yediot Aharonot", dans son numéro d’aujourd’hui, dimanche. La multiplication des délits, des actes de corruption et des crimes, en Israël, suit, ces derniers temps, un processus accéléré. Ces délits, ces corruptions et ces crimes se sont propagés des instances et des politiciens israéliens au corps même de la société. La corruption financière et morale des autorités du régime sioniste tracasse, depuis longtemps, les tribunaux israéliens. L’ancien Chef du Mossad, Meir Dagan, a reconnu, ouvertement, il y a quelques temps, qu’Israël est au bord du gouffre et que ce qui le menace, actuellement, c’est son système politique. Ces dernières années, les autorités israéliennes occupant des postes-clés ont parlé de la mauvaise situation interne d’Israël et de son avenir sombre. Les mauvaises conditions politique et économique de ces dernières décennies se sont associées, avant de créer des crises sociales engendrant la pauvreté, la corruption, la prostitution et l’insécurité, dans la société hétérogène sioniste.

En 1948, en occupant la Palestine, ce régime s’est autoproclamé, alors qu’il était dépourvu des deux facteurs essentiels que sont le peuple et la patrie, pour former un Etat. C’est alors que les Sionistes, en occupant la Palestine et en massacrant et mettant en errance le peuple palestinien, ont, d’abord, usurpé leurs terres, avant de créer un peuple factice, pour ces territoires usurpés, en trompant des millions de Juifs, à travers le monde. La discrimination s’est, ainsi installée, dans une société malsaine, en mal d’identité, avec toute une série d’immigrants considérés comme des citoyens de seconde zone, ce malaise et ce mal-être conduisant, inexorablement, à décadence morale de la société. Selon les chiffres officiels de la police du régime sioniste, en raison de la multiplication, sans précédent, de la délinquance et des crimes, dans la société israélienne, le ministère de l’Intérieur du régime sioniste, en coopération avec la police, a déployé un maximum d’efforts, pour collecter les armes personnelles.

Le récent rapport de 2012 de l’Organisation "Transparency International" révèleque le régime sioniste occupe la 39ème place de l’indice de la corruption des responsables. L’augmentation des cas de prostitution, de toutes sortes de perversions morales et de corruption financière et sociale, ont transformé la Palestine occupée en une société, sans fondement éthique, dans la région, ce qui explique pourquoi la société est aux prises avec des maladies psychiques. Le chiffre élevé des cas de suicides et d’immolations par le feu, en Palestine occupée, met en exergue l’ampleur de l’immoralité qui règne dans la société sioniste. Le fait de reconnaître les anomalies, en Israël, veut dire que, sur la terre où coulent en abondance «le lait et le miel», promise aux immigrants sionistes, la sécurité est un cadeau précieux. Dans de telles conditions, une des autorités du régime sioniste a laissé entendre que «la société israélienne se dirige vers la barbarie et que le crime y est devenu un problème de fond». http://french.irib.ir 28.07




ACTUALITÉ DU JOUR

Dans la poubelle des agents de l'impérialisme américain et du néolibéralisme.

1- Florence Aubenas : « En Syrie, il y a une chasse aux journalistes » - Leparisen.fr

Ex-otage en Irak, Florence Aubenas copréside le comité de soutien aux deux journalistes d’Europe 1, Didier François et Edouard Elias, enlevés en Syrie il y a tout juste deux mois.

"... nous ne savons pas grand-chose, à part qu’ils ont été enlevés le 6 juin par des hommes cagoulés dans la région d’Alep. La grande difficulté avec la Syrie, contrairement à ce qui s’est passé dans d’autres pays, c’est que les deux parties en conflit peuvent détenir des otages. Soit la rébellion, soit les forces gouvernementales. Ce qui rend les recherches plus compliquées et l’approche politique de la situation différente." (Quand on ne sait, on la ferme ! - ndlr)

"... on s’est rendu compte qu’il y a une véritable chasse aux journalistes en Syrie." (Le gouvernement syrien aurait tout intérêt à faire la chasse aux journalistes dans votre genre, à sa place nous le ferions aussi. Lire plus loin qui est Aubenas et pour qui elle roule. - ndlr)

"Nous avons lancé une pétition qui vient de dépasser le cap des 5000 signatures (http://otagesensyrie.org). La France est un pays atypique en matière de prise d’otages. Il existe une réelle solidarité. Le comité prendra également une série d’initiatives, dont les plus spectaculaires auront lieu les 6 de chaque mois. En septembre, par exemple, on lancera une opération dans les mairies de France". Leparisen.fr 08.08 (Il faut associer la population à l'entreprise djihadiste du gouvernement français en Syrie, CQFD. - ndlr)

Il y a quelques mois, Aubenas envoyée spéciale en Syrie pour le journal Le Monde affirmait qu'il n'y avait pas de mercenaires djihadistes étrangers en Syrie (l'article de presse figure dans les archives du site, ainsi que la causerie que j'y avais consacrée.), alors qu'on disposait d'une multitude de témoignages qui prouvaient le contraire, on sait que leur nombre était évalué à plus de cent mille contras venant de plus de 50 pays différents, le Réseau Voltaire avance un chiffre beaucoup plus important.

Tenez, la preuve que madame Aubenas est une faussaire par ses amis américains, notez la date, 2011 :

- Un centre américain de statistique vient de publier un bilan des terroristes arabes non syriens tués depuis 2011 dans des combats contre l'armée syrienne. le bilan est repris par le site syrien, Syria Al Aan. Voici les chiffres avancées par le centre: 1902 tunisiens, 1807 libyens, 1432 irakiens, 1002 palestiniens, 828 libanais ; 714 saoudiens ; 571 yéménites ; 412 marocains; 273 Algériens: 71 koweitiens ; 42 somaliens, 21 omanais 19 bahreinis ; 9 émiratis ; 8 qataris ; 3 soudanais ; un mauritanien . http://french.irib.ir 29.07

Elle a adopté la position du gouvernement Hollande-Fabius sur la question syrienne et continue à ses côtés son combat impérialiste contre le peuple syrien, comment ? En laissant entendre que le gouvernement syrien aurait enlever des journalistes, ce qui ne pourrait que desservir sa cause, tout comme l'emploi d'armes chimiques, Assad est inconscient, c'est bien connu. La tiers-mondiste Aubenas est une professionnelle, non pas dans le domaine du journalisme indépendant, mais dans celui de la manipulation grossière pour le compte de la main qui flatte son ignorance et qui la nourrit, détestable et infréquentable !

2- Laissez Snowden tranquille, réclament 157 ONG à Obama - liberation.fr

- Pour les ONG, le gouvernement américain devrait au contraire le protéger, au nom de la liberté d'expression. «Les dernières révélations d’Edward Snowden ont déclenché un grand débat public, nécessaire et tardif, sur les limites acceptables de la surveillance exercée dans un Etat démocratique», explique le collectif, qui dénonce une «tendance obsessionnelle du gouvernement américain à contrôler l’information». liberation.fr 08.08

Là l'opération consiste à définir "les limites acceptables de la surveillance exercée dans un Etat démocratique", autrement dit justifier l'existence d'un système policier consistant à surveiller la population sous un régime capitaliste, ce qui serait rendu tout à fait acceptable à partir du moment où on aurait décrété que cette surveillance s'effectuerait dans le cadre d'un "Etat démocratique", ce qui signifie qu'un tel Etat ou les bases d'un tel Etat existerait malgré tout aux Etats-Unis, alors qu'en réalité depuis des lustres nous sommes en présence d'une dictature.

Mieux encore, sachant les contradictions qui secouent actuellement le sommet de l'administration américaine, cette initiative et plus particulièrement son orientation tend à accroître la pression sur son aile conservatrice que représente Obama, au profit de sa tendance néolibérale qui lui reproche ses hésitations sur la Syrie et son manque de fermeté envers l'Iran, ses coupes dans le budget du Pentagone.

C'est aussi ignorer que le gouvernement américain ou plus largement l'administration américaine sont en réalité un mélange de démocrates et de républicains, qui ont été mis en place par les commanditaires de la CIA et de la NSA, et qu'ils en sont les présentants et non ceux de la population américaine. Finalement cette opération revient à couvrir la véritable nature des institutions américaines, dont le gouvernement, de manière à entretenir l'ignorance des masses américaines, mieux les manipuler.

Qui cela dérange-t-il ?

- Université: 78% des Français contre le port du voile en cours - AFP

Je me souviens de ma grand-mère Marguerite dans les années 60-70 qui arrivait chez nous après avoir été à la messe le dimanche matin et qui avait oublié d'enlever le foulard qui recouvrait sa tête, parfois elle le portait uniquement pour sortir, quand elle était plus jeune les femmes portaient souvent des chapeaux ou un simple foulard.

J'ai retrouvé une photo où je posais avec ma mère qui portait un foulard, je devais avoir 5 ans, il y a donc 53 ans. Dans des films de la Nouvelle vague des années 60 qu'ils repassent régulièrement sur TV5Monde Asie, on peut encore voir les principales héroïnes porter un foulard dans la rue ou dans d'autres lieux publics.

Qu'est-ce qu'on en a à faire qu'une jeune fille ou une femme porte un foulard sur la tête quand elle est en classe ou fait la classe ? Tandis que d'autres portent des jupes si courtes qu'on peut voir leur culotte, quand elles en portent évidemment, ou des décoletés si larges qu'on voit une partie de leurs seins ou encore des vêtements si transparents qu'on peut discerner ce qu'ils recouvrent, ne m'accusez pas de voyeurisme car en Inde du Sud cela n'existe pas.

Les musulmans doivent être une masse invisible, disparaître, c'est déja bien généreux qu'on les tolère, et adopter le code de conduite des athées radicaux, une autre forme de fondamentalistes à côté desquels les bigots catholiques sont plus tolérants. C'est une nouvelle fois stigmatiser davantage une religion, l'islam, plutôt que les croyants qui ne doivent avoir comme point de repère que l'idéologie de la classe dominante, tout comme le reste de la population.

Et puis quelle hypocrisie, à l'école ou à l'université, les gosses ou les jeunes comme les profs savent qui est chrétien, juif, musulman ou athée, quand on aborde des textes contenant des questions de société les élèves s'expriment librement devant leurs petits camarades, j'ai fait des remplacements d'une semaine (ou plus) au lycée Français de Pondichéry et au bout du cinquième jour je les connaissais tous, il faut dire que j'employais la même méthode que dans le site en m'exprimant très librement, cela les poussait à s'exprimer et tout se passait très bien. Quand j'ai fait les études dirigées pendant un an et demi, j'avais les mêmes gamins une heure par jour durant toute l'année scolaire, j'étais davantage en contact avec eux que tous leurs profs, je les connaissais par coeur, j'avais eu accès à leur fichier scolaire, j'avais rencontré leurs parents, je ne pouvais pas ne pas savoir qui était chrétien et qui était musulman par exemple, je n'en parlais jamais avec mes élèves, et je me souviens que lors de ma première apparition dans une classe, je me présentais, immanquablement il y avait un gosse pour me demander quelle était ma religion ou si j'en avais une, généralement comme j'étais Français, ils s'imaginaient que j'étais chrétien, alors quand je leur répondais que j'étais athée, je regardais leur visage, ils étaient surpris et parfois me posaient des questions, monsieur pourquoi vous n'avez pas de religion, je leur répondais que je n'en avais pas eu besoin pour apprendre à lire, écrire et compter et que depuis je m'en passais très bien, et s'ils insistaient, car c'était un truc qui les intriguait, j'ajoutais que cela ne m'avait pas empêché non plus de respecter les autres.

Jamais je n'ai abordé avec mes élèves une discussion du genre : pourquoi tu es catholique, protestant, musulman ou hindou, et pour cause, je le savais, parce que leurs parents l'étaient. Quant à savoir qu'est-ce qu'ils avaient compris de leur religion ou qu'est-ce qu'elle leur apportait, je me suis refusé d'entrer dans ce genre de discussions qui portaient forcément à polémique avec des enfants ayant entre 11 et 14 ans. C'est une affaire personnelle qui n'a pas lieu de faire l'objet d'une discussion dans une salle de classe selon moi. On est tous des camarades de classe et on est là pour acquérir des connaissances et avancer fraternellement ensemble. De mon côté, aussi puisque j'ai tiré des enseignements de ces expériences.

Parfois ils se chamaillaient, j'écoutais d'un air distrait ce qui se disait, et à la première attaque personnelle c'était terminé, je disais : stop, s'il te plaît peux-tu me répéter ce que tu viens de dire, j'ai mal entendu, quoi, comment, les gens comme lui, cela signifie quoi les gens comme lui, tu peux préciser s'il te plaît, non monsieur, ce n'est pas ce que je voulais dire, d'accord, j'aime mieux cela, on ne juge pas les idées ou les actes d'une personne en fonction de son appartenance à une communauté, etc., parce que tu crois que tous les gens qui appartiennent à la tienne ou qui te ressemblent se comportent correctement, non monsieur, donc tu as dit une bêtise, oui monsieur je m'excuse, bravo n'en parlons plus, cela arrive à tout le monde... Voilà ce que j'ai vécu en classe.




ACTUALITE EN TITRES

Pourvu qu'ils réfléchissent longtemps...

- Le Royaume-Uni réfléchit sérieusement à exploiter le gaz de schiste - L'Expansion.com

L'isolant qui a assuré la stabilité du régime pendant 68 ans.

- Dati : le front républicain est un "voile intégral" qui "isole de la réalité" - Francetv info




INFOS EN BREF

SOCIAL

Grèce

Le taux de chômage en Grèce a poursuivi sa montée en mai, à 27,6% de la population active contre 26,9% en avril, touchant principalement les jeunes dont plus de trois sur cinq sont sans emploi, a annoncé jeudi le service des statistiques grecques Elstat.

Au total, le nombre de personnes à la recherche d'un emploi s'élevait en mai à 1,38 million, contre 1,33 million en avril. Les jeunes de moins de 24 ans sont les plus exposés, avec un taux de 64,9% en mai. AFP 08.08


Le 11 août 2013

CAUSERIE

Je n'ai pas eu le temps d'ajouter la quinzaine de nouveaux articles que j'ai chargés dans mon disque dur, ce sera dans la journée si l'électricité revient. Bon dimanche à tous.

RAPPORTS ENTRE MONDIALISATION ET MONDIALISME, suite 12.

Partie rédigé le 10 août.

Le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos, coopté à la dernière réunion de Bilderberg à Hertfordshire (Grande-Bretagne) début juin 2013 avait déjà participé à la réunion de Bilderberg de juin 2011, vient de procéder à l'achat du Washington Post.

Et le Blog international du Collectif « Indépendance des Chercheurs », en réalité un blog du Courrier international propriété du groupe Le Monde de se poser une question : "Mais que peuvent imposer aujourd'hui, au niveau mondial, les groupes et entités présents dans les rencontres de Bilderberg ?" Leur personnel, leur idéologie par exemple, leur stratégie de gouvernement mondial sous prétexte de vouloir mettre fin aux inégalités dans le monde et aux guerres, instaurer la démocratie...

La question était mal posée, car les participants à ces réunions ont été minutieusement sélectionnés en raison du pouvoir qu'ils concentrent entre leurs mains ou de la place qu'ils occupent dans un secteur économique, autant que leur orientation politique qui peut servir l'intérêt de ses organisateurs ou leur stratégie, à laquelle chacun des participants sera appelé à adhérer s'il souhaite poursuivre sa carrière ou la voir briser nette. L'ex-directeur du Monde, feu Erik Izraelewicz, y fut invité par exemple.

L'heureux élu sélectionné pour participer à cette réunion où il sera amené à côtoyer les personnages les plus puissants de la planète, sera recruté ou non en fonction des idées qu'il exposera et d'autres critères attenants plus personnels encore, autrement dit son degré d'adhésion à l'idéologie néolibérale s'il ne l'avait pas encore adoptée et l'usage auquel ses maîtres l'ont réservé, cela peut paraître vulgaire comme démarche, en réalité c'est uniquement cynique, soit il fait l'affaire et il est destiné à connaître une brillante carrière, soit ils l'ignoreront dans le futur ou le jettent parce qu'il ne répond pas à la définition de fonction qu'ils avaient arrêtée pour lui.

A ces réunions les participants n'ont pas le même statut. Il y a le groupe dirigeant constitué de banquiers, reines ou monarques, aristocrates, présidents de multinationales, ex-dirigeants politiques au plus haut niveau, puis vient ensuite le second cercle dans lequel on trouve des idéologues, des intellectuels, des patrons de presse ou de grandes entreprises, et pour finir le troisième cercle constitué des prétendants ou les pions dont la prestation sera jugée par les deux précédents et qu'ils propulseront ou non à la direction d'une institution ou d'un gouvernement en fonction de leurs besoins.

C'est une sorte de séance de recrutement au cours de laquelle les candidats sélectionnés vont passer un grand oral qui sera ensuite jugé par leurs pairs à huis clos hors de leur présence, ils connaîtront le résultat de leur délibération plus tard.

Fillon et Pécresse figurèrent dans la sélection de juin 2013 ce qui est assez surprenant à première vue, pourquoi ne pas avoir plutôt invité Sarkozy ? Parce qu'il a déjà été au pouvoir et conserve ce statut, lui faire passer cet oral aurait été le rabaisser ce qui aurait été une erreur. Et puis il ne faut pas oublier que l'art de gouverner, c'est l'art de savoir bien s'entourer, le choix d'un Premier ministre est primordial en France, apparemment ils ont voulu évaluer deux candidats pour savoir lequel ils soutiendraient plus tard ou imposeraient à Sarkozy s'il était élu en 2017. Pécresse pourrait-elle devenir la nouvelle Dame de Fer ? Quand ils ont recruté Thatcher, elle était inconnue, son grand oral les a convaincus et ils l'ont propulsée là où l'on sait. Schröder, Monti, Blair, Draghi et bien d'autres sont passé par là aussi, il n'y a pas si longtemps, et ce n'était pas pour taper une bavette entre gens biens sur le coin d'une table ou jouer au bridge.

Du coup la question posée au départ nous semblera bien naïve de la part de chercheurs qui se disent indépendants.

Mieux encore, cette question était complètement à côté de la plaque, car les banquiers et hommes d'affaires les plus puissants du monde qui sont animés par la même idéologie et luttent ensemble pour la même cause, n'envisagent pas de posséder le monde car ils savent très bien que c'est impossible, mais uniquement de le contrôler de façon à exercer leur pouvoir qui sera sans partage, absolue.

Aussi pour parvenir à cet objectif ils utilisent différents procédés qui vont de la dérégularisation financière qui leur permet de contourner les lois de l'économie capitaliste et d'exercer leur contrôle sur tous les secteurs clés de l'économie, à la mise en place d'institutions financières et politiques à la tête desquelles ils placent des hommes liges qui ont travaillé pour eux, qu'ils ont sélectionnés et formés, qui leur sont totalement dévoués, en passant par les Etats ou les gouvernements où ils pratiquent de même, un ministre des Finances, des Affaires étrangères ou de la Défense gagné à leur cause aura autant ou plus de valeur ou sera plus efficace parfois qu'un président ou un Premier ministre.

Il serait également erronée de présenter la réunion annuelle du groupe Bilderberg à laquelle assistent entre 120 et 130 convives comme un événement isolé, trois petits tours et puis s'en vont, les participants ont reçu leur feuille de route et bonne chance, non, cela ne fonctionne pas ainsi, en réalité, ils se réunissent en groupes plus restreints tous les trimestres et ils demeurent en contact tout au long de l'année à travers tout un ensemble d'institutions, d'organisations, comités, think-tanks auxquelles leurs membres participent ou qu'ils animent.

Il s'agit donc d'une organisation internationale (du capital) aux multiples ramifications dont l'existence ne se résume pas à ce qui peut transparaître ici ou là dans les médias, rarement d'ailleurs, ou sur Internet, elle a un fonctionnement permanent. C'est déjà une sorte de gouvernement mondial agissant dans l'ombre. Leur prêter de se conduire en dilettantes ou de n'être capables que de se livrer à de basses manoeuvres pour tenter d'orienter la marche du monde, serait sous-estimer ou méconnaître la nature de leur engagement, leurs réelles intentions et leur détermination à les imposer au reste du monde, à atteindre leurs objectifs politiques.

Je voudrais revenir sur l'info que nous avions évoquée le 5 août, à savoir :

9000 milliards de dollars volatilisés à la FED - Mise en ligne le 12 août 2009
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Tpyot9UCCj8

9.000 milliards de dollars est une somme colossale chacun l'admettra. Cette information est venue aux oreilles de congressistes américains, comme quoi il y a des failles ou des fuites dans leur système, du coup je me suis demandé combien d'autres milliers de milliards de dollars avaient connu le même destin sans que personne n'en sache rien.

Je rappelle pour ceux qui n'ont pas lu la causerie du 5 août, que lors d'une commission du Congrès ou de la Chambre des Représentants, l'Inspecteur général de la FED qui était interrogée avait dit qu'elle ne savait pas à qui avait été distribué cet argent de poche et combien exactement, cette somme gigantesque figurait "hors bilan" de la FED selon un rapport de Bloomberg, répondant "nous n'avons pas de juridiction pour faire sortir et vérifier les activités bancaires de la FED", le président de la commission lui posant à nouveau la question, elle répondit qu'elle n'était pas en mesure de dire où étaient passés ces 9.000 milliards de $, qui en avaient profité et à quelle hauteur, elle n'en savait fichtre rien (sic!), le tout avec une désinvolture qui ne laissait aucun doute sur le pouvoir extraordinaire acquis par ces banquiers et les conclusions des travaux de cette commission qui seront enterrées, comment pourrait-il en être autrement ?

On avait bien la preuve sous les yeux ou dans nos oreilles que la FED fabriquait bien des montagnes de dollars à partir de rien et que les mêmes banquiers se les distribuaient discrètement en toute impunité.

Avec une telle somme vous avez de quoi renverser l'Union européenne ou la sauver, idem pour n'importe quel Etat dans le monde, y compris les Etats-Unis.

Vous pouvez prendre le contrôle de n'importe quel secteur économique, faire chuter ou grimper les cours de n'importe quelle valeur sans que les contradictions du capitalisme ou la lutte des classes n'entrent en jeu, on est bien d'accord. C'est tout ce que je voulais dire monsieur le procureur.

S'ils agissent de la sorte c'est pour renforcer leur pouvoir, ils ne poursuivent pas d'autres objectifs, faire votre bonheur ou le mien ou celui du reste du monde ne fait manifestement pas partie de leurs objectifs, ce sont de dangereux psychopathes, des mégalomanes complètement détraqués qui préfèreraient encore faire tout péter que faire notre bonheur ou partager le leur, cela peut paraître absurde et cela l'est assurément, dément, ils le sont, mais c'est ainsi, ils ont montré dans le passé de quoi ils étaient capables en matière de cynisme destructeur à l'échelle du monde, puisque ce sont eux qui ont alimenté les usines d'armements des deux côtés pour que l'horrible carnage se prolonge, encore faut-il avoir connaissance des faits, les admettre pour comprendre à quoi nous avons à faire.

Vous ne voulez toujours pas admettre qu'ils sont en mesure d'agir sur les lois de fonctionnement du capitalisme ou ses contradictions alors qu'on a la preuve sous le nez. Lors de la Seconde guerre mondiale, il y avait une crise économique, les Etats étaient déjà endettés, ils allaient s'endetter en plus pour financer leur "effort de guerre", permettre que le carnage se poursuivent entraînant la destruction de gigantesques forces productives et moyens de production à travers tout l'Europe, la liquidation physique de dizaines de millions de producteurs, les banquiers anglo-saxons allaient fournir aux deux camps pétrole et matières premières, avec quel argent puisque leur richesse n'était pas illimitée, mais en procédant exactement de la même manière qu'aujourd'hui ou au milieu du XIXe siècle.

Pierre Cise précisait dans son article (IO n°263 page III) que : "Cette masse de monnaie était émise sans qu’en contrepartie la réserve en or qu’elle était censée représenter existât vraiment" quand il n'existait pas ou plus de banque centrale aux Etats-Unis, mais dites-moi, si au moyen d'un artifice ils peuvent alimenter une guerre, faire durer le plaisir (pour eux), là on sort des lois du fonctionnement du capitalisme, de ses contradictions, de la lutte des classes, on est en présence d'autre chose, s'ils peuvent manipuler le cours de l'histoire pour procéder à de gigantesques destructions pour s'enrichir, soumettre des Etats, accroître leur pouvoir économique et politique, non ? Si on était resté dans le cadre des lois du capitalisme, la guerre se serait arrêtée nette au bout de quelques mois faute de carburant, de fer, de cuivre, d'aluminium, etc. ou plutôt d'argent pour alimenter les usines d'armement, et payer la solde des soldats, non ? Mieux encore, si ces banquiers n'avaient pas financé la montée d'Hitler au pouvoir et son régime par la suite, il n'y aurait tout simplement pas eu de Seconde Guerre mondiale.

Les travailleurs et la plupart des militants ignorent ces faits, car il s'agit de faits prouvés et vérifiables et non une interprétation ou une théorie. Tout a été fait sciemment ou inconsciemment pour les maintenir jusqu'à présent dans l'ignorance du fonctionnement du monde, dès lors faut-il s'étonner qu'ils soient incapables de trouver la voie ou de renouer avec le socialisme ? (A suivre)

Un article pour alimenter notre réflexion.

- JPMorgan Chase: l'enquête se termine sur la "baleine" - AFP

L'enquête du régulateur boursier américain (SEC) touche à sa fin sur les pertes de 6 milliards de dollars subies l'an dernier par JPMorgan Chase, affaire dite de la "baleine" de Londres, affirment le Wall Street Journal et le New York Times jeudi.

La SEC devrait porter plainte au civil sur ces pertes monumentales, essuyées par le bureau londonien d'investissements en propre de la banque à cause de paris démesurés et ayant mal tourné dans les dérivés de crédits européens.

Selon le New York Times, citant des sources proches du dossier, la SEC devrait parvenir à un accord pour clore le litige cet automne avec la première banque américaine en termes d'actifs.

La SEC a enquêté pour savoir si des courtiers de Londres impliqués dans l'affaire de la "baleine", surnom donné au membre français de l'équipe Bruno Iksil, ont falsifié des données de courtage pour cacher les pertes enregistrées lorsque les paris sur les dérivés de crédit européens massifs ont mal tourné. La SEC pourrait en ce cas accuser la banque de contrôles laxistes et de négligence.

L'agence gouvernementale enquête depuis plus d'un an pour savoir si JPMorgan Chase a trompé les investisseurs entre la période où elle a pris connaissance de ces pertes et celle où elle en a révélé toute l'ampleur aux investisseurs.

Lorsque les premières informations sur ces pertes étaient sorties en avril 2012 dans la presse, le PDG Jamie Dimon les avait initialement minimisées en les qualifiant de "tempête dans un verre d'eau", avant de les révéler un mois plus tard. AFP 09.08

My dear, c'était juste une "négligence" ! Ou l'affaire de la "baleine" qui n'était pas plus grosse qu'un anchois !

Complément du 11 août.

- Banque: les Etats-Unis veulent arrêter 2 ex-employés de JPMorgan - AFP

Les autorités américaines veulent faire arrêter deux ex-employés de JPMorgan Chase liés aux pertes géantes de l'an dernier dans l'affaire dite de la "baleine de Londres", affirment vendredi deux quotidiens américains.

Ces deux hommes travaillaient dans le bureau londonien d'investissements en propre de JPMorgan, aux côtés de Bruno Iksil, le trader français surnommé "la baleine de Londres" pour les positions astronomiques qu'il avait prises dans les dérivés de crédits européens.

Le Wall Street Journal souligne pour sa part que Javier Martin-Artajo, qui supervisait la stratégie de trading, et Julien Grout, un trader, se trouvent probablement au Royaume-Uni ce qui nécessitera une collaboration avec les autorités britanniques ainsi qu'une procédure d'extradition.

M. Iksil lui-même ne devrait pas être inquiété, alors que certains de ses emails de l'époque semblent montrer qu'il a tenté de donner l'alarme sur le taille trop grande des positions prises sur le marché des dérivés. AFP 10.08

On est en droit penser que JPMorgan Chase leur a fourni les noms de deux lampistes qui feront l'affaire, le dernier paragraphe permet de comprendre pourquoi Iksil sera épargné.

Poursuivons.

Il n'y a pas d'électricité depuis plus de 12 heures donc je serai bref, ce qui suit devra être étayé par la suite, hier après-midi je me suis replongé dans le tome III du Capital de Marx d'où j'extraierai plus tard certains passages qui nous intéresse.

En gros, à l'époque de Marx et Engels les banquiers trichaient déjà en fabriquant parfois de la fausse monnaie, mais dans des proportions somme toute infimes ou limitées par rapport à ce qu'on peut observer de nos jours avec la FED notamment...

Les conséquences de ces "tripatouillages" (Marx) pour la classe ouvrière n'étaient pas du même ordre qu'aujourd'hui au point que ni Marx ni Engels ne se focalisèrent sur cette question, pas même Lénine plus tard si je ne dis pas de bêtises, et pour cause la condition ouvrière était tellement misérable à leur époque qu'un facteur l'aggravant à la marge n'était pas de nature à changer grand chose dans les rapports entre les classes ou la perception que pouvait en avoir la classe ouvrière, donc ce n'était pas un facteur suffisamment déterminant pour influencer leur conception de la lutte de classe ou la stratégie à adopter.

L'ouvrier travaillait 12 à 14 heures par jour toute l'année sans congés payés ni aucun droit social, il vivait dans un taudis ou il s'entassait dans une habitation sans confort, bref, on ne pouvait imaginer pire condition d'existence, alors les "tripatouillages" des banquiers ne pouvaient que s'ajouter à la haine qu'il en avait déjà, haine du patron, de l'aristocrate, du bourgeois, du riche, haine de l'exploiteur qui dans ces conditions était pour ainsi dire naturelle, un réflex spontané qui devait porter tout aussi naturellement la classe ouvrière vers le socialisme et c'est ce qui se produisit en effet....

Un siècle et demi ou deux plus tard on parle d'inégalités croissantes, d'esclavage, mais je crois qu'on ne s'imagine pas très bien ce que cela signifiait à l'époque de Marx et Engels, vous me direz que c'est normal que leur contenu ait évolué, certes et c'est normal même si leur signification est demeurée la même, cependant il faut essayer de se le représenter au XIXe siècle pour comprendre dans quelles conditions ce qu'on appelle le marxisme est né pour ne pas lui prêter ce qui n'y figurait pas ou le transposer littéralement à notre époque sans tenir compte des transformations qu' a connu la société, les classes, etc., or il semblerait que ce soit souvent le cas...

De nos jours, les banquiers centraux et particulièrement ceux de la FED ont les moyens d'influer sur le cours de l'évolution du capitalisme mondial, on ne peut même pas dire que les masses s'en foutraient parce qu'elles l'ignorent tout simplement. De plus, pour les trois-quarts au moins d'entre elles leurs conditions d'existence demeurent supportables ou ne se sont pas détériorées au point de ce poser ce genre de questions. En observant ce qui se passe en Grèce, on s'aperçoit que pour ne pas avoir été préparés à la situation qui les attendait, les masses sont incapables de retrouver le chemin du socialisme, elles ont encore les moyens de s'adapter à la nouvelle situation qui leur est imposée, qui est certes synonyme d'une importante régression sociale, de nombreuses privations ou frustration mais elles font avec...

Autrefois la prise de conscience des travailleurs et la nécessité du socialisme découlaient de leurs conditions d'existence épouvantables, changer la société était une nécessité absolue face au cauchemar qu'ils vivaient au quotidien. Aujourd'hui ce n'est pas ou plus le cas, ils supportent le capitalisme et ce qu'il leur impose comme sacrifices, ce sont d'autres travailleurs qu'eux dans le monde qui connaissent les horribles conditions d'exploitation et d'existence que leurs ancêtres ont vécues un ou deux siècles plus tôt, aussi pour trouver ou renouer avec la voie du socialisme c'est seulement par un effort intellectuel ou de réflexion qu'ils peuvent y parvenir.

Elever leur niveau de conscience politique ne vient plus du ventre comme autrefois pour la plupart des travailleurs, mais de la nécessité de conserver des conditions d'existence qui leur permettent de satisfaire leurs besoins qui se sont développés au cours du XXe siècles et de la lutte des classes, sans qu'ils se présentent avec autant d'acuité que les besoins élémentaires de survie pour lesquels les travailleurs luttaient un siècle et demi ou deux siècles auparavant.

Autrefois le travaillait éreinté à l'issue de sa journée de travail à rallonge rentrait chez lui, se lavait, mangeait ce qu'il y avait, puis il allait se coucher exténuer, la surexploitation dont il était l'objet ne lui fournissait aucune compensation, en dehors de ses besoins élémentaires il ne pouvait en satisfaire aucun autre ou si peu. De nos jours, le travailleur dispose de temps libre, de congés payés, il peut se distraire, on fait tout pour cela d'ailleurs pour qu'il ne pose pas de question sur sa condition réelle et la marche du capitalisme et de la société, il a une vie plus facile, bref, il n'est pas porté spontanément à vouloir changer le monde.

Je terminerai là car je ne sais pas quand le courant va revenir.

Il ressort de ce qui vient d'être dit que la nécessité de passer au socialisme ne viendra pas à l'esprit du travailleur naturellement ou (forcément) porté par la détérioration de ses conditions d'existence, sauf pour les couches les plus mal lotis du prolétariat qui n'intéressent personne, cherchez l'erreur, elle ne pourra venir comme disait Lénine que de l'extérieur, du parti qui combat pour la révolution socialiste qui doit l'aider à élever son niveau de compréhension de la société et du monde, car tôt ou tard il connaîtra lui aussi le sort que les capitalistes ont réservé aux travailleurs grecs... Ainsi, c'est le cours du capitalisme mondial qui justifie une fois de plus le léninisme. A suivre.

On verra par la suite si on peut exploiter UTILEMENT des passages du Capital de Marx et Engels et non pour uniquement justifier une quelconque théorie ou ligne politique et prouver qu'on aurait absolument raison. Le problème quand on aborde des questions économiques, c'est qu'on est en présence de tant de forces contraires que pour être clair il faut faire long, donc y consacrer beaucoup de temps, si c'est pour déboucher sur une nouvelle controverse inutile, autant s'abstenir, il y a déjà suffisamment de questions sur lesquelles nous sommes en désaccord pour ne pas en rajouter, non ?




ACTUALITÉ DU JOUR

Intox. Qui peut le croire ? Personne

1- Le président américain a promis davantage de transparence à ses concitoyens, notamment en réformant le Patriot Act qui prévoit la collecte des données téléphoniques. - Le Nouvel Observateur

Le président américain Barack Obama a annoncé vendredi 9 août une série de mesures visant à "davantage de transparence" mais démenti tout abus dans les programmes de surveillance de la NSA, après la polémique déclenchée par les révélations d'Edward Snowden.

"Je vais travailler avec le Congrès pour mettre en place des réformes appropriées" de la disposition du Patriot Act qui prévoit la collecte des métadonnées téléphoniques (durée des appels, numéros appelés) par la puissante agence de renseignement chargée des interceptions électroniques. Nous pouvons prendre des mesures pour mettre en place davantage de supervision, davantage de transparence et de garde-fous", a jugé Barack Obama lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche.

Le président a promis une "nouvelle ère" dans le renseignement avec une série de propositions pour garantir davantage de transparence. Parmi les mesures envisagées, le président américain a évoqué le renforcement de la supervision par la Cour de surveillance du renseignement étranger (la FISC), un tribunal secret de 11 juges qui autorise la NSA à réclamer auprès des opérateurs téléphoniques et internet les données de leurs clients. Jusqu'à maintenant les juges tranchaient sur des requêtes du gouvernement sans contradiction. Le président a dit qu'il envisageait d'instaurer une "voix indépendante" dans le dialogue avec la cour pour "assurer l'équilibre entre sécurité et vie privée".

Le programme de collecte des métadonnées téléphoniques est "un outil important dans nos efforts pour prévenir les complots terroristes", a rappelé Barack Obama, qui a réaffirmé que le gouvernement n'écoutait pas les appels téléphoniques des Américains. "Mais étant donné la taille de ce programme, je comprends les inquiétudes de ceux qui craignent des abus", a-t-il expliqué, assurant que les Etats-Unis ne souhaitaient pas espionner "les citoyens ordinaires".

Autre mesure, la divulgation "d'autant d'informations que possible sur ces programmes" de surveillance, a énuméré Barack Obama. "Nous avons déjà déclassifié un nombre d'informations à propos de la NSA sans précédent. Mais nous pouvons aller plus loin", a-t-il expliqué, évoquant notamment la justification juridique du programme de collecte des métadonnées. Enfin, la NSA (National Security Agency) nommera un responsable chargé de la vie privée et des libertés publiques tandis qu'un site internet qui "servira de plate-forme à davantage de transparence" sur "ce que font et ne font pas" les agences de renseignement, a annoncé le président. Le Nouvel Observateur avec AFP 09.08

Ah ben si c'est la NSA qui va nommer un "responsable chargé de la vie privée et des libertés publiques", les Américains peuvent être rassurer, vos libertés sont entre de bonnes mains, Obama s'en porte garant !

2- Les propriétaires des sites ont expliqué leur décision par des messages publiés sur leur site. - Francetv info

L'ex-consultant de l'Agence nationale de sécurité (NSA) Edward Snowden en aurait fait usage pendant sa fugue à Moscou (Russie). Deux services de messagerie cryptées, lavabit et Silent Circle, ont été fermés par leurs propriétaires, vendredi 9 août. Ils ont justifié cette décision dans d'énigmatiques communiqués, sous-entendant qu'ils souhaitaient ainsi éviter de répondre à l'avenir à d'éventuelles demandes du gouvernement américain.

"Ce genre de décision, fermer une activité légitime plutôt que de se conformer à une demande de renseignements de l'Etat, est très rare aux Etats-Unis, voire sans précédent", a réagi l'avocat de la Fondation pour la liberté électronique, Kurt Opsahl.

Lavabit, lancé depuis le Texas il y a près de dix ans, a été fermé jeudi par son propriétaire, Ladar Levison, sans explications précises.

"J'ai été contraint de prendre une décision difficile : devenir complice de crimes contre le peuple américain ou abandonner près de dix ans de dur labeur en fermant Lavabit", explique Ladar Levison dans un dernier message publié sur son site. "Après mûre réflexion, j'ai décidé de suspendre les opérations", ajoute-t-il.

Le propriétaire semble toutefois suggérer ne pas pouvoir donner plus de justifications concernant cette fermeture inopinée. "En l'état actuel des choses, je ne peux pas raconter ce qui m'est arrivé ces six dernières semaines, même si j'ai par deux fois fait les demandes nécessaires", écrit-il dans la lettre. Le département de la Justice n'a, de son côté, pas fait de commentaire.

Silent Circle : "nous n'avons pas reçu d'assignation"

Le lendemain, un second service de mails cryptés, Silent Circle, a pris la même décision : "Nous avons décidé qu'il est mieux pour nous de fermer Silent Mail maintenant. Nous n'avons pas reçu d'assignation, de mandat ou quoi que ce soit de la part d'aucun gouvernement et c'est pourquoi nous agissons maintenant", écrit Jon Callas, son dirigeant. "Vaut mieux prévenir que guérir", poursuit-il. Francetv info avec AFP et Reuters 09.08

3- La NSA va faire le ménage.

La National Security Agency (NSA), en difficulté après la divulgation de documents secrets par son ancien consultant Edward Snowden, a annoncé jeudi son intention de supprimer 90% de ses administrateurs systèmes dans le but de réduire le nombre de personnes ayant accès à des informations sensibles.

La NSA est le service d'espionnage américain chargé de surveiller les communications électroniques étrangères. Son directeur Keith Alexander a expliqué lors d'une conférence à New York sur la cybersécurité que le renforcement de la sécurité serait réalisé grâce à l'automatisation d'une grande partie du travail.

"Ce que nous sommes en train de faire -pas assez vite il est vrai- est de réduire nos administrateurs systèmes d'environ 90%", a-t-il déclaré.

En automatisant l'essentiel du travail effectué pour l'instant par des employés et des consultants extérieurs, les réseaux de la NSA seront "plus faciles à défendre et plus sûrs" tout en gagnait en rapidité, a assuré Keith Alexander, sans mentionner le nom de Snowden.

Keith Alexander envisage aussi de rendre obligatoire la présence de deux personnes pour l'accès à certaines données informatiques de la NSA. Reuters 09.08




INFOS EN BREF

POLITIQUE

Russie - Arabie saoudite

Vladimir Poutine n'a conclu aucun accord avec l'Arabie saoudite au sujet d'une éventuelle modération du soutien apporté par la Russie au président syrien Bachar al Assad, a déclaré vendredi le Kremlin.

Conseiller diplomatique du président russe, Iouri Ouchakov n'a toutefois pas formellement démenti le fait que l'Arabie saoudite avait présenté à Vladimir Poutine les grandes lignes d'un éventuel accord de ce type, qui inclurait notamment des contrats d'armement avec la Russie.

Evoquant une dépêche de Reuters selon laquelle le prince Bandar, chef du renseignement saoudien, avait exposé des propositions en ce sens lors d'une rencontre avec Vladimir Poutine la semaine dernière à Moscou, Iouri Ouchakov a dit qu'aucun accord n'avait été discuté en détails.

"Poutine n'a pas discuté d'un accord", a dit le conseiller diplomatique du chef du Kremlin. "Aucun point particulier sur un développement de la coopération militaire n'a été évoqué."

"Cela a été une rencontre très riche et intéressante, de caractère philosophique", a-t-il poursuivi, suggérant que les deux hommes n'étaient pas entrés dans les détails.

Selon des sources diplomatiques et proches de l'opposition syrienne, l'Arabie saoudite, qui soutient les insurgés cherchant à renverser Bachar al Assad, propose à la Russie de conclure un contrat d'armements majeur et de ne pas nuire à sa position de principal fournisseur de gaz naturel sur le marché européen.

En échange, elle demanderait à la Russie de réduire son soutien au régime syrien et de ne plus opposer son veto à un éventuel projet de résolution au Conseil de sécurité des Nations unies, où trois tentatives ont été mises en échec par la Russie depuis le début de la crise syrienne, en mars 2011 Reuters 09.08

"Cela a été une rencontre très riche et intéressante, de caractère philosophique", le prince d'Al-Qaida Bandar a dû beaucoup parler, trop, il est vrai que le régime wahabbite barbare est tout un poème sur le plan philosophique, d'où sans doute ce communiqué jésuitique du Russe.

Ces dégénérés prennent vraiment les Russes pour des abrutis pour leur proposer un tel deal, comme s'ils pouvaient leur accorder la moindre confiance.


ECONOMIE

1- Irak - Pétrole

PetroChina va s'associer à Exxon Mobil pour exploiter le gisement pétrolier géant West Qurna en Irak et est en négociations avec le russe Lukoil pour acquérir une part dans un deuxième projet sur place, apprend-on vendredi de sources industrielles.

La Chine est déjà le premier acteur dans l'exploitation de gisements pétroliers en Irak. Une présence dans West Qurna renforcerait sa domination et ferait de PetroChina, numéro un chinois du pétrole, le plus gros investisseur étranger dans les champs pétroliers irakiens.

West Qurna, situé dans le sud-est irakien, est au coeur de la stratégie de développement de l'Irak dans la production de pétrole, avec des réserves qui permettraient de pomper plus de cinq millions de baril par jour (bpj) et de rivaliser le gisement saoudien de Ghawar en Arabie saoudite, le plus riche au monde, une fois que les deux projets tourneront à plein régime.

"PetroChina va participer au développement du gisement", a déclaré vendredi une source industrielle proche de l'opération.

L'accord devrait être annoncé dans plusieurs semaines, a-t-on précisé de même source, sans plus de détail sur cet accord.

PetroChina est également en négociations avec Lukoil pour prendre une participation dans un autre projet d'exploitation du gisement, West Qurna-2, apprend-on d'une source proche du groupe pétrolier russe, qui n'a pas précisé le montant de la participation recherchée.

La Chine est le deuxième importateur mondial de pétrole après les Etats-Unis et la croissance de sa consommation de carburant tire le marché pétrolier depuis une dizaine d'années.

Confrontés à une baisse de la demande de pétrole importé par les Etats-Unis et l'Europe, les producteurs au Moyen-Orient, en Russie, en Afrique et en Amérique latine sont en concurrence active pour prendre une part du marché chinois en expansion.

West Qurna-2 devrait démarrer cette annéee et produire 500.000 bpj en 2014, via un investissement total de 30 milliards de dollars. Lukoil veut investir 5 milliards à lui seul en 2013. Reuters 09.08

Mais dites-moi, ils s'entendent comme larons en foire Chinois, Russes et Américains ?

2- Etats-Unis - Corée du Sud

La Commission américaine du commerce international (USITC) a interdit vendredi au groupe sud-coréen Samsung d'importer et de vendre aux Etats-Unis certains de ses appareils électroniques qui violent selon elle des brevets du rival Apple.

L'USITC a publié sur son site internet une décision "interdisant à Samsung Electronics America et Samsung Telecommunications America de continuer à importer, vendre, et distribuer des articles qui enfreignent" certains brevets du groupe informatique américain.

Ce dernier, qui avait saisi l'USITC en août 2011, n'a toutefois pas gagné sur toute la ligne: la Commission a estimé que seulement une partie des violations dont il accusait Samsung étaient avérées.

Pour quatre brevets, ses accusations ont été rejetées.

La décision ne prendra effet qu'après expiration du délai durant lequel le président Barack Obama peut y mettre son veto.

Ce droit est rarement utilisé, mais le gouvernement y a eu recours samedi dernier pour la première fois depuis 1987 afin d'annuler une autre décision de l'USITC. Celle-ci concernait aussi un conflit entre Apple et Samsung, sauf qu'il s'agissait d'appareils du groupe américain qui auraient été interdits à la vente car l'USITC jugeait qu'ils violaient des brevets du sud-coréen. AFP 09.08

On ne touche pas au marché américain, sauf si ce sont eux qui y ont intérêt et le décident.


Le 12 août 2013

CAUSERIE

Je n'ai pas eu le temps de traiter les infos d'hier, très peu en fait, ce sera pour demain.

D. Gluckstein a consacré son dernier éditorial (IO n°263) à la crise politique en Italie dont tout le monde se fout éperdument, non ? Cela vous intéresse-t-il ? Qui en parlent autour de vous? Personne. Question : Dans quel monde vit-il ? Institutionnel de toutes évidences.

De mon côté, vous ne pourrez pas dire que je me contente de balancer une idée en l'air en attendant de voir ce que cela va donner, pour produire un effet, et qu'on ne revient pas cent fois sur notre ouvrage, quitte parfois à devoir se corriger ou se contredire. On ne pense pas forcément à tout ce qu'on devrait spontanément quand on réfléchit à une question, qui plus est en étant obligé de penser ou de faire autre chose. Sans rire parfois il vaut mieux, la preuve, j'ai encore fait brûler la bouffe du chien car j'avais oublié que sa marmitte était sur le feu pendant que je bossais. Mais lui il est plus tolérant que vous monsieur Coquema, il a mangé son plat sans rechigner, il faut dire que j'avais pris la précaution de lui annoncer très hypocritement qu'en guise de menu il aurait le droit à une recette gastronomique : un gratin !

Allez souriez, décoincez-vous, c'est mauvais pour la santé de prendre la vie ainsi, surtout un lundi.

L'intermédiaire, le brocker en anglais, ou le métier de profiteur par excellence.

Nous dirions même plus. Les intermédiaires se sucrent des deux côtés ou doublement. Comment ? En bénéficiant d'un système décrété de droit divin qui légalise le racket ou l'imposture ou encore le vol des consciences des faibles d'esprit.

- "Dans le domaine économique, par exemple, financiers, gens de bourse, banquiers, négociants, marchands, etc., écrèment les affaires; en matière civile, l'avocat plume les parties sans les faire crier; en politique, le représentant l'emporte sur son commettant, le ministre sur le souverain, etc.; en religion, le médiateur éclipse Dieu pour être à son tour supplanté par les prêtres, intermédiaires obligés entre le bon pasteur et ses ouailles. " (K . Marx : Le Capital -Livre I – Section VIII)

RAPPORTS ENTRE MONDIALISATION ET MONDIALISME, suite 13.

Précisions à propos des articles intitulés Une nouvelle stratégie de la lutte de classe liée à une nouvelle analyse du capitalisme.

Tous ces articles ont été rédigés à main levée, sans brouillon, trame ou plan, aucun support, chaque jour j'avais réfléchi à un aspect de la question que j'avais décidé d'aborder sans savoir où il me mènerait. Je n'avais aucun objectif précis en tête avant de les écrire en dehors de quelques faits qui mis en relation pouvaient constituer la trame d'une nouvelle analyse de la situation et déboucher éventuellement sur des propositions pratiques dans la mesure où ils n'avaient jamais été intégrés dans notre stratégie politique.

Partant de la méthode de Marx, je n'avais rien à prouver ou à inventer de particulier, je me destinais uniquement à prendre en compte dans mon analyse un certain nombre de faits que selon moi nous avions ignorés ou sous-estimés, rien de plus.

A propos des banquiers.

Depuis l'Antiquité chacun sait que ce sont des filous, le rappeler m'a semblé inutile, Marx citera dans le volume III du Capital Josias Child "le père des banquiers modernes qui sévissait en 1669. Il n'était pas erroné de rappeler que si les banquiers étaient très forts pour "tripoter" leurs comptes ou créer de la monnaie au-delà des dépôts qui figuraient dans leurs coffres, pour autant ils méconnaissaient le fonctionnement du capitalisme, ce que Ricardo et Smith confirmèrent, c'est seulement Marx et Engels qui parvinrent à découvrir et expliciter sur quoi reposait véritablement le système économique capitaliste (la plus-value qui naît du capital dès lors qu'il passe entre les mains du travailleur) et les forces motrices qui sont à l'origine de la civilisation humaine, personne d'autres avant eux y était parvenu, pas même un banquier. Que ce dernier le comprit ou l'admit sur le champ est une autre affaire, rien ne permet de le prouver, sauf à leur faire trop d'honneur en prêtant aux banquiers en général de disposer d'une intelligence supérieure. Que depuis ce ne soit plus le cas, on veut bien l'admettre, bien que...

De vulgaires et limités "tripotages" (Marx) des banquiers, vous avouerez en lisant la suite plus loin qu'on est passé depuis à une échelle de grandeur incommensurablement supérieur.

- Tooke montre dans la phrase suivante comment les crises sont exploitées par les financiers : « En 1847 les métallurgistes du Warwickshire et du Staffordshire durent refuser quantité de commandes parce que l’escompte aurait dévoré plus que leur profit. » (N° 5451) (K. Marx : Le Capital – Livre III – Section IV)

- Voici de quelle façon ces moments-là sont exploités : « Un jour (1839), un vieux banquier de la Cité causant avec un de ses amis dans son cabinet, souleva le couvercle du pupitre devant lequel il était assis et se mit à déployer des rouleaux de billets de banque. En voilà, dit-il d’un air tout joyeux, pour cent mille livres sterling. Ils sont là en réserve pour tendre la situation monétaire (to make the money tight) et ils seront tous dehors à 3 heures, cet après-midi. » (The Theory of the Exchanges, the Bank Charter Art of 1844, London, 1864 p. 81.) )K . Marx : Le Capital -Livre I Section I)

- Le taux de l’intérêt général étant déterminé par le taux moyen du profit, il arrive très souvent que des tripotages sans nom se produisent lorsque l’intérêt est à un taux réduit. Tels furent en 1844 les tripotages sur les valeurs de chemins de fer. Ce ne fut que le 16 octobre 1844 que la Banque d’Angleterre éleva le taux de l’intérêt à 3 %. (K. Marx : Le Capital – Livre III – Section IV)

Cela dit, dès 1815-1817 le "monde des affaires" se lança dans des opérations (spéculatives) à crédit sur une vaste échelle qui allait déboucher sur la crise de 1925-26, lors de laquelle de nombreuses banques feront banqueroute et environ 3300 entreprises feront faillite. 1826 sera l'une des premières crises boursières de l'histoire. (wikipédia) Pas très fin nos banquiers, la FED a évité celle de 2008, disons qu'elle s'est donné les moyens de l'amortir, ce qui ne préjuge pas de la suite...

- The Currency Question Reviewed, etc., p. 61, 63 :

« Il est incontestable que les 1000 £ que je dépose aujourd’hui chez A seront mises en circulation demain et constitueront un dépôt chez B. Après-demain elles passeront à C, et ainsi de suite d’une manière indéfinie. Ces 1000 £ de monnaie peuvent donc, grâce à ces transferts successifs, représenter une somme indéterminable de dépôts, et c’est ainsi qu’il est possible que les neuf dixièmes des dépôts n’existent en Angleterre que dans les livres des banquiers, responsables chacun pour leur part... Il en est de même en Écosse où la monnaie en circulation (presqu’exclusivement en papier !) ne dépasse jamais 3 millions de £ alors que les dépôts s’élèvent à 27 millions. Aussi longtemps qu’il ne se produit pas une demande de restitution brusque et en masse des dépôts (a run on the banks), ces mêmes 1000 £ revenant sur leurs pas pourront avec la même facilité solder un nombre indéterminable de comptes. Je les donnerai aujourd’hui à un commerçant à qui je les dois ; celui-ci les emploiera demain pour payer la dette qu'il a à l’égard d’un troisième; ce dernier en fera usage après-demain pour se mettre en règle avec sa banque, et ainsi, passant de main en main et de banque en banque, ces 1000 £ solderont toute somme imaginable. »

[Nous avons vu que déjà en 1831, Gilbart savait que « tout ce qui facilite les affaires facilite la spéculation, les deux étant souvent si intimement liées qu’il est difficile de décider où finissent les affaires et où commence la spéculation. » Plus il est facile d’obtenir des avances d’argent sur des marchandises non vendues, plus de pareilles avances sont demandées, plus on est tenté, dans le seul but d’en obtenir, de fabriquer des marchandises ou d’en inonder des marchés éloignés. L’histoire du commerce anglais nous présente pendant la période allant de 1815 à 1817, un exemple frappant de la manière dont le monde des affaires d’un pays peut tout entier être pris d’un pareil vertige et de la fin qui attend des opérations de ce genre ; elle nous montre en même temps ce dont le crédit est capable. (K . Marx : Le Capital -Livre I – Section VIII)

Autre point à préciser.

Effectivement, je vous concède que ce fut une erreur de remettre en cause la défense de personnes injustement emprisonnées pour leurs idées, même si elles sont pro impérialistes, de droites ou réactionnaires, je n'emploie pas le mot "militants" car ce n'étaient pas forcément des militants, seulement des intellectuels qui avaient osé s'exprimer librement, ce que le régime stalinien ne pouvait pas supporter.

J'ai commis cette erreur, car en écrivant ce passage j'avais autre chose en tête, je pensais à l'exploitation qui en avait été faite et les véritables motivations de ces batailles qui n'avaient pas forcément été révélées aux militants qui y avaient participé. Cette erreur a dû sembler incompréhensible à bien des lecteurs habitués à me lire et qui ont pu constater que j'avais pris la défense de personnalités ou de militants emprisonnés ou injustement poursuivis et qui n'étaient pas spécialement de gauche, socialiste ou révolutionnaire, les derniers en date, Snowden, Assange ou Maning.

Dernier point.

J'ai encore reçu deux courriels du petit monsieur qui me harcèle depuis des années, j'y réponds partiellement ici d'ailleurs. Comme tous les procureurs de son espèce sa méthode consiste à faire ressortir les faiblesses de mon argumentation ou certaines approximations signalées comme telles aux lecteurs en les prenant au premier degré ou pour des vérités absolues, à défaut de partir des faits qui sont à la base de mon analyse et qu'il se refuse à examiner sérieusement.

Mes articles n'avaient pas pour ambition de me faire passer pour ce que je suis pas, d'ailleurs je l'ai signalé dans un de ces articles, j'avoue que le titre que je leur ai donné a pu sembler exagéré, il était fait avant tout pour choquer l'esprit des militants et susciter la réflexion, après coup je ne le renie pas, puisque je suis en désaccord avec les stratégies que nous proposent tous les partis qui nous ont conduits où nous en sommes.

J'ai simplement introduit un nouveau facteur ou mis l'accent sur un facteur qui avait pris une tournure ou une proportion inconnu à ce jour, sans équivalent dans le passé, à moins que quelqu'un puisse nous prouver qu'il a déjà existé une arnaque d'une telle ampleur semblable à celle des banquiers de la FED, à ce jour, en tenant compte uniquement des données parvenues à ma connaissance leur arnaque se monte à 20.000 milliards de dollars. Récapitulons.

9.000 milliards de dollars se volatilisent en 2008 (vidéo 2009 du Congrès américain, en ligne dans le site), 4.000 milliards de dollars ne correspondent à rien dans son bilan (article en ligne dans la rubrique Economie), on arrive donc à un sous total de 13.000 milliards de dollars que la FED auraient imprimés sans aucune contrepartie et que le cartel des banquiers se seraient répartis. Il faut y ajouter les 7.000 milliards de dollars (évoqué dans une précédente causerie) qu'ils ont avoué s'être distribués pour assurer leurs positions sur le marché européen sans autorisation du Congrès, faute avouée déjà pardonnée n'en parlons plus, on atteint 20.000 milliards de dollars dont on a la trace ou plutôt donc l'existence a été confirmée, on n'invente rien.

Quoi qu'il en soit, mes détracteurs ont décrété que c'était une somme dérisoire qui n'était pas à même d'influencer le cours de l'économie mondiale ou la lutte des classes par voie de conséquence, elle représente un tiers du PIB mondial, un élément à la marge selon eux, il en faut plus pour que la dialectique fonctionne dans la tête de mes adversaires, la quantité qui à un certain stade se transforme en qualité, ce n'est pas vraiment le fort des têtes trop pleines pour qu'il en sorte quelque chose, de qualité bien sûr.

Si vous avez lu le passage précédent sur les banquiers, ce qui m'interroge, c'est qu'en 2008 on aurait dû assister à un formidable krach boursier aux Etats-Unis et dans le monde qui n'a pas eu lieu. Ils ont réussi à l'éviter, ce ne devait pas être le bon moment...

En guise d'épilogue quelques extraits du Capital pour nourrir votre réflexion, des extraits qui ont un rapport avec notre sujet.

1 - Déjà dans Josias Child, le père des banquiers modernes, nous trouvons que « 100 £ placées à 10 %, intérêt composé, se transforment en 102.400 £ en 70 ans. » (Traité sur le commerce, etc., par J. Child, traduit, etc., Amsterdam et Berlin, 1754, p. 115. Écrit en 1669.)

De son côté, l’Economist, dans le passage suivant de son numéro du 19 juillet 1859, nous montre comment la conception du Dr Price s’est infiltrée pour ainsi dire naturellement dans l’économie politique moderne :

« Le capital économisé augmenté de ses intérêts composés représente une somme tellement forte que toute la richesse du monde dont dérive le revenu serait insuffisante pour payer l'intérêt de cette somme. La rente n'est plus que le paiement de l’intérêt du capital qui a été engagé antérieurement dans la terre. »

Par conséquent toute la richesse qui pourra encore être produite appartient de droit au capital comme intérêts qui lui sont dus, et tout ce qu’il a reçu jusqu’à présent n’est qu’un acompte sur ce qui lui est dû. A ce Moloch appartient tout le surtravail que l’humanité pourra encore produire. (K . Marx : Le Capital -Livre I – Section VIII)

2- La production capitaliste et, même avant le régime capitaliste, le commerce en général nécessitent l'accumulation sous forme de trésor d'une certaine quantité d'argent, qui dans l'organisation actuelle est constituée par la partie du capital tenue en réserve à l'état de monnaie, comme moyen de paiement et d'achat. (K . Marx : Le Capital -Livre I – Section VIII)

3- Alors que dans le procès de reproduction l’argent n’apparaît que transitoirement, il est la forme permanente du capital sur le marché financier. Le capital-argent devient également une marchandise, parce que la plus-value qu’il engendre naît en argent et comme une vertu qui lui est inhérente, de même qu’il est du propre des arbres de croître. (K . Marx : Le Capital -Livre I – Section VIII)

4- (Pourquoi l'enrichissement des banquiers est inintelligible à première vue ?)

- Le capital productif d’intérêts est donc le capital fétiche, engendrant automatiquement de la valeur, substituant plus d’argent à de l’argent, sans qu’aucune trace en révèle le secret de l’opération, faisant du rapport social le rapport d’un objet (l'argent) à lui-même. La transformation effective de l’argent en capital cesse d’être visible. L’argent devient une valeur d’usage ayant comme la force de travail la propriété de faire naître de la valeur, de rendre plus qu’il ne contient, et c’est parce, qu’il a cette vertu qu’il peut être prêté, ce qui est la forme de la vente pour cette marchandise d’une nature spéciale. Il produit de l’intérêt comme un poirier produit des poires; comme tel il est mis en vente et la projection au dehors de sa propriété caractéristique est si pénétrante que le capital réellement productif, appliqué dans l’industrie ou le commerce, semble produire de l’intérêt, non parce qu’il est capital fonctionnant, mais parce qu’il est capital en soi, parce qu’il est capital-argent. L’intérêt, bien qu’il ne soit qu’une fraction du profit, de la plus-value que le capitaliste prélève sur l’ouvrier, apparaît, ainsi comme le produit immédiat du capital, et le profit devenu profit d’entreprise ne semble plus être qu’un accessoire, un ingrédient introduit dans le procès de reproduction. La transformation du capital en fétiche est alors complète. Il est exprimé par la formule A-A’ qui en donne une expression inintelligible, qui dénature complètement le phénomène de production et qui montre le capital productif d’intérêts comme étant la forme la plus simple du capital, puisqu’il porte en lui-même les éléments du procès de reproduction, devenu inutile pour la mise en valeur de l’argent, c’est-à-dire de la marchandise. C’est la mystification capitaliste dans sa forme la plus brutale, sur laquelle les économistes vulgaires se sont jetés comme sur une proie, étant donné qu’elle fait perdre la trace de l’origine du profit et qu’elle rend celui-ci indépendant du procès de production, dont il est cependant le résultat. (K . Marx : Le Capital -Livre I – Section VIII)

5- (Pourquoi le capitalisme financier est l'idéal du capitaliste ou la forme idéale de l'exploitation capitaliste ?)

- Le capital productif d’intérêts est un objet et comme objet il est un capital. Il est prolifique ; à peine est-il donné en prêt ou engagé dans la production (il produit alors de l’intérêt et du profit d’entreprise), qu’il engendre de l’intérêt, soit qu’il dorme, soit qu’il veille, qu’il soit à la maison on en voyage, que ce soit la nuit ou le jour ; il est l’idéal du capitaliste thésauriseur. (K . Marx : Le Capital -Livre I – Section VIII)

6- (Une fois endetté, vous êtes la proie de l'usurier... à vie !)

- Le procès d’accumulation du capital peut être considéré comme une accumulation d’intérêts composés, étant donné que l’on peut désigner sous le nom d’intérêt la partie du profit (de la plus-value) qui est reconvertie en capital et qui sert à une nouvelle extorsion de plus-value. Cependant cette conception donne lieu aux observations suivantes :

1. Même quand on fait abstraction des troubles accidentels, on constate que pendant le procès de reproduction une grande partie du capital engagé est plus ou moins dépréciée, parce que la valeur des marchandises est déterminée, non par le temps de travail que leur production a coûté à l’origine, mais par le temps de travail que coûte leur reproduction, temps qui va en diminuant à mesure que grandit la productivité du travail social. C’est pour cette raison que lorsque la productivité sociale atteint un stade élevé de développement, le capital apparaît, non comme le résultat d’un long procès d’accumulation, mais comme le résultat d’un temps relativement court de reproduction.

2. Ainsi que nous l’avons démontré dans la troisième partie de ce volume, le taux du profit diminue à mesure qu’augmentent l’accumulation du capital et la productivité du travail social, c'est-à-dire que diminue le capital variable par rapport au capital constant. Pour que le taux du profit reste invariable lorsque le capital constant mis en oeuvre par un ouvrier se décuple, la durée du surtravail doit aussi devenir dix fois plus grande, si bien que les vingt-quatre heures de la journée finiraient par être insuffisantes.

7- (A l'origine de la FED et de la dette publique : la Banque d'Angleterre.)

- Le système du crédit public, c'est-à-dire des dettes publiques, dont Venise et Gênes avaient, au moyen âge, posé les premiers jalons, envahit l'Europe définitivement pendant l'époque manufacturière. Le régime colonial, avec son commerce maritime et ses guerres commerciales, lui servant de serre chaude, il s'installa d'abord en Hollande (vous vous demandiez peut-être pourquoi la monarchie hollandais est omniprésente au côté des banquiers anglo-saxons de la FED, pourquoi la reine, qui vient d'abdiquer, était présente aux réunions du groupe Bilderberg, avait initié le mariage homosexuel, etc. vous avez en partie la réponse ici. - ndlr) . La dette publique, en d'autres termes l'aliénation de l'État, qu'il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l'ère capitaliste.

La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c'est leur dette publique. Il n'y a donc pas à s'étonner de la doctrine moderne que plus un peuple s'endette, plus il s'enrichit. Le crédit public, voilà le credo du capital. Aussi le manque de foi en la dette publique vient-il, dès l'incubation de celle-ci, prendre la place du péché contre le Saint-Esprit, jadis le seul impardonnables .

La dette publique opère comme un des agents les plus énergiques de l'accumulation primitive. Par un coup de baguette, elle doue l'argent improductif de la vertu reproductive et le convertit ainsi en capital, sans qu'il ait pour cela à subir les risques, les troubles inséparables de son emploi industriel et même de l'usure privée. Les créditeurs publics, à vrai dire, ne donnent rien, car leur principal, métamorphosé en effets publics d'un transfert facile, continue à fonctionner entre leurs mains comme autant de numéraire. Mais, à part la classe de rentiers oisifs ainsi créée, à part la fortune improvisée des financiers intermédiaires entre le gouvernement et la nation - de même que celle des traitants, marchands, manufacturiers particuliers, auxquels une bonne partie de tout emprunt rend le service d'un capital tombé du ciel - la dette publique a donné le branle aux sociétés par actions, au commerce de toute sorte de papiers négociables, aux opérations aléatoires, à l'agiotage, en somme, aux jeux de bourse et à la bancocratie moderne.

Dès leur naissance les grandes banques, affublées de titres nationaux, n'étaient que des associations de spéculateurs privés s'établissant à côté des gouvernements et, grâce aux privilèges qu'ils en obtenaient, à même de leur prêter l'argent du public.

Aussi l'accumulation de la dette publique n'a-t-elle pas de gradimètre plus infaillible que la hausse successive des actions de ces banques, dont le développement intégral date de la fondation de la Banque d'Angleterre, en 1694. Celle-ci commença par prêter tout son capital argent au gouvernement à un intérêt de 8 %%, en même temps elle était autorisée par le Parlement à battre monnaie du même capital en le prêtant de nouveau au public sous forme de billets qu'on lui permit de jeter en circulation, en escomptant avec eux des billets d'échange, en les avançant sur des marchandises et en les employant à l'achat de métaux précieux. Bientôt après, cette monnaie de crédit de sa propre fabrique devint l'argent avec lequel la Banque d'Angleterre effectua ses prêts à l'État et paya pour lui les intérêts de la dette publique. Elle donnait d'une main, non seulement pour recevoir davantage, mais, tout en recevant, elle restait créancière de la nation à perpétuité, jusqu'à concurrence du dernier liard donné. Peu à peu elle devint nécessairement le réceptacle des trésors métalliques du pays et le grand centre autour duquel gravita dès lors le crédit commercial. Dans le même temps qu'on cessait en Angleterre de brûler les sorcières, on commença à y pendre les falsificateurs de billets de banque. Il faut avoir parcouru les écrits de ce temps-là, ceux de Bolingbroke, par exemple, pour comprendre tout l'effet que produisit sur les contemporains l'apparition soudaine de cette engeance de bancocrates, financiers, rentiers, courtiers, agents de change, brasseurs d'affaires et loups-cerviers.

Avec les dettes publiques naquit un système de crédit international qui cache souvent une des sources de l'accumulation primitive chez tel ou tel peuple. C'est ainsi, par exemple, que les rapines et les violences vénitiennes forment une des bases de la richesse en capital de la Hollande, à qui Venise en décadence prêtait des sommes considérables. A son tour, la Hollande, déchue vers la fin du XVII° siècle de sa suprématie industrielle et commerciale, se vit contrainte à faire valoir des capitaux énormes en les prêtant à l'étranger et, de 1701 à 1776, spécialement à l'Angleterre, sa rivale victorieuse. Et il en est de même à présent de l'Angleterre et des États-Unis. Maint capital qui fait aujourd'hui son apparition aux États-Unis sans extrait de naissance n'est que du sang d'enfants de fabrique capitalisé hier en Angleterre. K . Marx : Le Capital (Livre I – Section VIII)

En complément, une proposition.

Parole d'internaute

- "Les pays européens restent muets devant cette révélation car en fait ils sont étroitement liés aux USA par le pacte du libéralisme mondial. Ces gouvernements sont liés par un objectif unique : la disparition de l'identité des peuples dans une mondialisation qui les réduit à des consommateurs, s'ils leurs restent du pouvoir d'achat. Consommateur sans passé, sans mémoire et sans liberté, pays sans frontières qui deviennent que des fragments de grands marchés qui accroissent leurs richesses."

C'est à peu près ce qu'ils nous ont concocté, vous y êtes presque.

Sans liberté signifiera sans droits sociaux ou politiques, société ou monde impitoyable dans lequel nous serons atomisé, où régnera l'individualisme à l'extrême, ce qui explique pourquoi les gouvernements et les puissants flattent, mieux, financent les organisations ou associations dites humanitaires qui sont l'antithèse de droits collectifs, des services publics ou qui se nourrissent des victimes de cette politique en traitant leur cas individuellement sans qu'aucun retour en arrière ou amélioration ne soit envisagé sur le plan collectif, au contraire le nombre de ses victimes ne cesse d'augmenter pour le bonheur de ces vendeurs d'utopie ou d'illusions qui en vivent. Apparemment le cynisme de l'affaire leur échappe.

Les ONG et autres associations sont un des rouages de leur système conçu pour broyer tous nos droits, détourner les travailleurs et jeunes des partis ouvriers, du socialisme qui incarne la satisfaction des besoins sociaux élémentaires de l'ensemble de la population.

Pourquoi vouloir changer la société (capitaliste) quand celle-ci vous procure généreusement les moyens de panser les plaies qu'elle a elle-même produites, fortuitement ou par mégarde uniquement, soyez honnête nous dira le réactionnaire et admettez qu'elle est bien bonne et qu'elle a fait des progrès (humanistes) par rapport à autrefois où elle laissait crever ses innocentes victimes, qui par la fatalité du destin avaient eu la malchance de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment ou y avaient mis du leur pour en arriver à cette situation, il ne faudrait tout de même pas accabler à tort et à travers le système capitaliste de tous les maux dont souffre la société et le monde, si chacun y mettait du sien on n'en serait peut-être pas là.

C'est la bonne conscience ou le discours que cultivent ou dont se gargarisent les ongistes réactionnaires qui prolifèrent sur la misère du monde.

Autrefois, ce fut la situation misérable de la classe ouvrière qui alimenta la lutte de classe, obligea parfois le législateur à se fendre d'une loi instituant des droits sociaux collectifs. De nos jours nous assistons au mouvement inverse qui consiste à liquider tous les droits sociaux collectifs des travailleurs au profit de droits individuels précaires soumis aux lois du marché avec la complicité des dirigeants des syndicats et leurs pendants politiques, autrement dit à la marchandisation de tous les besoins sociaux dont seuls ceux qui en auront encore les moyens dans le futur en bénéficieront, au prix de lourds sacrifices, tandis que l'immense masse en sera privé et devra recourir à des expédients de fortune pour survivre.

Tous seront soumis à la même punition mais à des degrés divers en fonction de leur statut social, ce qui permettra à ce système de s'imposer petit à petit en dehors de toute issue politique ou alternative au capitalisme. En prendre conscience et renouer avec le socialisme est devenu une urgence absolue pour l'avenir de la civilisation humaine, expression qui ne méritait déjà pas son nom au regard de la barbarie qui n'a cessé d'accompagner son développement, mais qui sera devenu obsolète si un tel système finissait par s'imposer.

Chacun interprète la situation à sa manière, quand il pleut le touriste vomit le temps qu'il fait et l'agriculteur se réjouit (en Inde). Il en est de même de la survie du capitalisme et du passage au socialisme qui repose notamment sur l'ignorance des masses ou leur prise de conscience qu'il serait possible de vivre dans un monde meilleur et plus juste...

C'est assurément un des facteurs déterminants de la situation, le plus puissant qui permet au capitalisme de survivre, chacun en convient plus ou moins et en tirera des conclusions pratiques divergentes. Du coup on aurait pu imaginer que tous ceux, partis, syndicats, organisations ou associations à titres divers, intellectuels ou personnalités, etc qui sont favorables à la liquidation du système économique capitalisme rédigent un appel dans ce sens destiné à l'ensemble de la population, sans rien y faire figurer d'autres (à titre pratique) puisque ce serait à ce stade un élément de division qui interdirait à un tel appel de voir le jour.

Cette initiative pourrait être prise à l'échelle mondiale ou lancée dans un pays ou au niveau de l'Europe. Il s'agirait juste de faire le procès du régime capitaliste et de dire : stop, il faut trouver, il faut se donner les moyens de l'arrêter, tout de suite, le plus tôt possible...

Un manifeste pourrait voir le jour en soutien à cet appel qui devrait être forcément concis, un appel à tous les peuples à résister et à engager le combat contre le capitalisme et ses institutions dans chaque pays à l'échelle internationale.

Appel et manifeste qui comporteraient exclusivement des faits, des données chiffrées précis, qui seraient davantage économique et social que politique, puisque un profond désaccord existerait sur le plan politique sur la manière d'en finir avec le capitalisme... Il faudrait voir s'il serait possible d'y inclure la liquidation de toutes les institutions politiques qui servent les intérêts des capitalistes ou qui ont été créées à cet effet.

La question politique serait résolue ou tranchée au cours de la discussion ou de la réflexion qu'ils susciteraient ou alimenteraient dans toutes les couches et classes de la société, toutes les hypothèses, thèses, théories ou doctrines seraient à nouveau passés en revue, jusqu'à ce que la seule alternative cohérente et sérieuse au capitalisme émerge ou finisse par s'imposer, un peu comme ce fut le cas au cours de la seconde moitié du XIXe siècle.

Voilà une proposition qui me semble raisonnable et correspondre à la situation, à la tâche que nous avons à accomplir pour organiser les masses et élever leur niveau de conscience politique. Elle ne me semble pas extravagante ou coupée de la réalité, elle prend au contraire en compte la dislocation actuelle du mouvement ouvrier, son manque de repères politiques et ses profondes divisions sur ce plan-là.

La question que nous avons à résoudre est celle de la direction du mouvement ouvrier (international), son orientation et sa stratégie politique pour pouvoir poser le plus consciemment possible la question du pouvoir qui concentre toutes les autres à partir de la réalité sociale et politique.

On peut imaginer facilement le formidable écho politique qu'aurait un tel appel en direction des masses, des peuples du monde entier à se soulever contre le capitalisme, l'intérêt qu'il susciterait dans chaque foyer, chaque atelier, chantier, bureau, école, université, l'espoir immense qu'il pourrait faire renaître que changer la société est finalement possible si on décidait de prendre notre sort en mains, en d'autres termes que le socialisme serait à la portée de notre main si on le décidait. (A suivre)

Questions sur les rapports entre les Etats-Unis et Cuba

Guantanamo - Ce centre de détention est situé sur un terrain de 121 km2 (soit 30 000 acres), actuellement loué par le gouvernement des États-Unis au gouvernement de Cuba. Cette location est effective depuis le 23 février 1903, sous la présidence de Theodore Roosevelt, et est inaccessible sauf par consentement des deux parties. Un loyer de 4 085 dollars US est payé tous les ans par chèque. Le chef cubain Fidel Castro a toujours refusé d'encaisser ces paiements (sauf celui de la première année de la révolution en 1959), car il n'accepte pas que l'un de ses plus grands ennemis dispose d'une base militaire sur son territoire. (wikipédia)

Pourquoi Castro n'a-t-il pas annulé ce contrat ou traité en 1959 ?

Cuba est un nain géographique, économique et politique à côté des Etats-Unis situé à proximité de ses côtes et très loin de l'ex-URSS.

Pourquoi les Américains ne l'ont-ils pas éliminé et intégré dans les Etats-Unis comme ils l'ont fait avec Porto Rico par exemple, alors qu'ils en ont eu l'occasion à une multitude de reprises ?

N'était-ce pas pour continuer à diaboliser le communisme dont le castrisme est le fossoyeur ?

Pourquoi personne ne pose-t-il pas ces questions ? C'est si embarrassant que cela ?

Le problème en Turquie : c'est le capitalisme.

Extrait. Le problème de fond a toujours été le même, la solution aussi : l’anticapitalisme avec comme objectif la mise en place d’une alternative réellement démocratique et socialiste.

Ce but n’est pas atteignable sans une organisation large et profonde de la société, une organisation populaire. La coordination au niveau internationale, avec un abandon du repli nationaliste, est également nécessaire. Cela ne se fera pas du jour au lendemain, cependant nous devons faire attention à ne pas prendre des conséquences comme étant les causes des problèmes socio-économiques ou politiques. Le danger avec cette confusion est de tomber dans un réformisme illusoire qui ne fera que modifier la forme de ces problèmes, sans nous apporter la liberté pour laquelle nous nous battons. (La véritable cause du soulèvement populaire en Turquie? Le capitalisme- 07.0813 mondialisation.ca)

Commentaire.

"Une organisation large et profonde de la société, une organisation populaire" sur la base de la liquidation du capitalisme, c'est l'idée que j'ai avancée à plusieurs reprises, une véritable Internationale avec de véritables partis reposant sur le socialisme et non une entente internationale entre des gens qui ne combattent pas pour le même objectif politique.

Quand les politiques s’opposeront aux financiers - samedi 10 août 2013 - Le Grand Soir

Les liens qui existent entre le pouvoir politique et le pouvoir financier sont nombreux : dans chaque grande banque les énarques ont leur place, et les allers et retours entre le « public » et le « privé » sont devenus monnaie courante, à tel point qu’on leur a donné un nom : le pantouflage. Ces liens sont connus et forment aujourd’hui une véritable alliance malsaine et parfois illégale, comme nous le prouvent le grand nombre d‘affaires « politico-financières » dont on nous accable régulièrement.

Mais cette alliance va à l’encontre des principes du système capitaliste et s’apparente à de la corruption : elle en est à la fois la cause et la conséquence, car elle crée les conditions d’un conflit entre l’intérêt général prétendument défendu par le politique et son intérêt particulier – que lui confère sa proximité avec le monde de l’entreprise (c’est d’ailleurs bien à cela que servent les lobbies qui font les lois à Bruxelles)

Au départ, cette alliance s’est opérée par la nécessité pour les pays riches de voir perdurer leur prédominance économique sur le reste du monde et éviter, ou retarder l’émergence inévitable de ceux qu’on appelait il y a encore peu les pays « sous-développés », « en développement » puis « émergents », et pour certains déjà « émergés ». N’étant pas en mesure de s’aligner sur la compétitivité de ces derniers, les pays riches ont par cette alliance créé une communauté d’intérêts dans laquelle les riches obtiennent le pouvoir politique en offrant aux politiques une part de leur richesse : ils obtiennent ainsi le droit de modifier les Lois à leur avantage, tandis que les autres en bénéficient eux-mêmes en tant que riches. Ensemble ils modifient les règles de concurrence libre et non faussée pour en changer non pas la lettre mais leur esprit : à force de subventions, de règles particulières ou la création d’espaces « offshore », ils ont permis la conservation ou l’augmentation du niveau de vie de leurs populations tout en créant par la spéculation et le crédit une bulle financière scandaleusement explosive, si bien qu’aujourd’hui la totalité des avoirs représente je ne sais même plus combien de fois le PIB de la planète – nous vivons certes à crédit, assis sur du vent, mais notre pouvoir d’achat est toujours le plus élevé.

Et c’est bien ce que traduit le décalage entre l’économie réelle et les cours de la bourse : le chômage augmente partout, tandis que les grosses multinationales engrangent toujours plus de profits. Ce décalage provient de la corruption des règles « pures » du marché par le conflit d’intérêts que constitue l’alliance des pouvoirs politique et financier (aujourd’hui la concurrence n’est pas libre et elle est faussée), et conduit inévitablement à l’émergence d’une crise dont nous subissons actuellement les effets. Et ce n’est rien à côté de ce qui nous attend.

Car le fait est que cette alliance, en plus d’être immorale et même parfois illégale (le conflit d’intérêts est un délit), est contre nature (si toutefois on peut parler de la « nature » du capitalisme). Et c’est dans la résolution de cette crise que l’on constate à chaque fois, dans cette Histoire qui se répète (l’âme humaine semble d’ailleurs n’avoir à cette occasion pas subi les conséquences du conditionnement dont elle est pourtant assaillie), une rupture de la communauté d’intérêts qui finit par dégénérer nécessairement : quand les riches demandent plus de dérégulation le pouvoir politique se met le peuple à dos, et quand le peuple réclame plus de régulation ce sont les riches qui menacent de sanctions…

Les politiques se retrouvent donc coincés entre deux feux sans réussir jamais à contenter ni l’un ni l’autre, si bien qu’avec la perpétuation de cet « entre-deux » la situation continue de se dégrader jusqu’à un point de non-retour, point que nous avons déjà dépassé. Aujourd’hui nous en sommes au « sauve-qui-peut », et que l’on régule ou qu’on dérégule ne changera plus rien à l’affaire.

S’ensuivra une explosion finale qui seule permettra d’établir les bases d’un nouveau système, qu’il soit capitaliste ou pas : les riches réclameront un nouveau Bretton Woods, les politiques tenteront de nous vendre une bonne vieille dictature (à la Orwell ou à la Huxley), et les pauvres rêveront de la démocratie – encore.

Ce n’est qu’à l’occasion de cette explosion que les partisans de la démocratie auront une chance de se faire entendre, lorsque les tensions entre les deux « frères ennemis » de la politique et de la finance seront les plus fortes qu’ils pourront se faire une place dans l’opinion.

Et de ces trois options une seule l’emportera. Elle sera à l’origine de l’établissement d’une nouvelle société, d’un futur système dont les règles domineront le monde jusqu’à la fois suivante. Il faudra alors être prêts. Car ce moment approche.

Caleb Irri

Commentaire.

"Futur système" à la direction duquel se tiendra soit l'oligarchie financière triomphante instaurant enfin son nouvel ordre mondial ou dictature mondial, soit le prolétariat mondial vainqueur de la barbarie capitaliste instaurant son nouvel ordre mondial ou socialisme, puis communisme une fois éliminée l'exploitation de l'homme par l'homme, antichambre du règne enfin conquis de la liberté, du bien-être, de l'harmonie entre les peuples et la paix universelle.




ACTUALITE EN TITRES

Youpi !

- Les financières font leur come-back à Wall Street - Reuters

Tombé en disgrâce avec la crise de 2007-2008, le secteur financier est sur le point de retrouver les premiers rôles à Wall Street aux côtés des valeurs technologiques. Reuters 11.08

Lesquels, de droite ou de gauche ou les deux à la fois ?

- Interdire le foulard à l'université serait "pain bénit" pour les extrémistes - AFP

Pas seulement, n'oubliez pas le ministre de l'Intérieur...

Le ghetto et la roulette russe au programme de tours opérateurs.

- Des touristes dans les cités du 9-3 - AFP

- Meurtre d'un jeune à Pantin : un second suspect en garde à vue - LeParisien.fr

La queue en tête des médias...

- Haïti: des fiançailles d'homosexuels perturbées par des riverains en colère - L'Express.fr -

- Allemagne: l'Eglise protestante célèbre son premier mariage gay - L'Express.fr


Le 13 août 2013

CAUSERIE

Je mettrai en ligne ce soir une dizaine de nouveaux articles.

J'ai ressorti cette expression du Capital de Marx et Engels qu'il va falloir populariser, la bancocratie, la société ou le monde géré par les banquiers, tels qu'ils sont devenus, tels les conçoivent et que nous subissons quotidiennement.

RAPPORTS ENTRE MONDIALISATION ET MONDIALISME, suite 14.

La difficulté à laquelle nous sommes confrontés ou le défit que nous devons relever consiste à prendre en compte ou à intégrer dans la stratégie politique du combat du mouvement ouvrier pour le socialisme à la fois les contradictions du capitalisme à l'époque de l'impérialisme et la stratégie politique de l'oligarchie financière disons occidentale sous la houlette du cartel des banquiers anglo-saxons s'inscrivant dans la perspective d'un gouvernement mondial.

Sous-estimer ou nier l'un ou l'autre de ces facteurs nous conduirait à l'impuissance et à la défaite.

lI faut arriver à bien discerner ce qui tient de l'un ou de l'autre dans les politiques des gouvernements ou les mesures qu'ils prennent, sachant qu'une mesure économique peut répondre à un problème strictement économique, mais que toutes les mesures économiques ne s'inscrivent pas forcément sur ce plan-là, elles peuvent avoir une portée politique ou avoir été décidées pour atteindre un objectif politique qui n'apparaîtra pas forcément clairement ou qui ne prendra forme que plus tard, un peu comme des maillons d'une longue chaîne conduisant à un objectif final. De la même manière toutes les décisions politiques n'ont pas forcément un caractère strictement politique, rarement même ou il est inavoué, leur objectif est le plus souvent économique, on ne dira pas social mais antisocial.

Nous savons que leurs décisions concernent les deux plans économique et politique, il faut donc arriver à comprendre comment se combine leur stratégie sur ces deux plans pour mieux les expliquer aux travailleurs et aux militants et mieux les combattre.

L'objectif politique que s'est fixée l'oligarchie financière ne garantit pas qu'elle pourra l'atteindre, jusqu'à preuve du contraire la réalisation d'un gouvernement mondial demeure une utopie et cessera de l'être que lorsqu'iil sera réalisé ou sur le point de l'être, il en est de même du socialisme, il nous faut l'admettre si on ne veut pas se leurrer et faire naître des illusions dans la tête des militants et des travailleurs, trouver la voie qui permettra de remettre le mouvement ouvrier sur le chemin du socialisme, ou à l'opposé sombrer dans la théorie du complot ou pour faire plaisir à monsieur Coquema l'ultra-impérialisme cher à Kautsky (lire plus loin).

Pour que le gouvernement mondial ou le nouvel ordre mondial voie le jour il faudrait que les oligarchies financières américaines, européennes, russes et chinoises fusionnent, chacunes flanquées de leurs satellites régionaux, or ils en sont encore loin en admettant que cela soit possible, pour le moment ils n'ont fait que planter les jalons pour y parvenir, l'UE et demain le marché unique transatlantique, transpacifique, l'Asean, le Nafta (E-U, Canada, Mexique), la Commission Trilatériale, etc.

Donc ce qui prédomine toujours aujourd'hui à l'échelle mondiale ce sont les contradictions du système économique capitalisme et la lutte des classes, la lutte des différents impérialistes pour se tailler la plus grande part du gâteau, du marché mondial, même si les lois de fonctionnement du capitalisme sont faussées du fait du pouvoir acquis par le cartel des banquiers de la FED et leurs associés européens.

Nombreux sont ceux qui se gargarisent de formules appartenant à un lointain passé et devenues obsolètes et qu'ils sont incapables de replacer dans le contexte actuel en tenant compte des transformations qu'a connues le capitalisme et la société.

En 1916 Lénine écrivait que "la décomposition (était) momentanée du mouvement ouvrier" (en Grande-Bretagne, Allemagne, France notamment), apparemment elle a duré plus longtemps que prévu, ou encore que "l'opportunisme ne peut plus triompher aujourd'hui complètement au sein du mouvement ouvrier d'un seul pays pour des dizaines et des dizaines d'années", alors que cela fait un siècle que cela dure à l'échelle mondiale, le stalinisme étant passé par là pour renforcer le camp des opportunistes...

Voilà donc un facteur qu'il n'a pas pu prendre comme tel puisqu'il n'existait pas, ensuite on peut faire dire ce qu'on veut à Lénine ou m'imputer de souscrire à la thèse de l'ultra-impérialisme de Kautsky, alors que je ne partage ni son analyse qui nie les contradictions du capitalisme ni ses conclusions qui consistent à abandonner le combat pour le socialisme et s'inscrivent en totale contradiction avec les miennes.

Nous pourrions adopter ce passage de Lénine qui le confirme:

- "Est-il possible de modifier par des réformes les bases de l'impérialisme ? Faut-il aller de l'avant pour accentuer et approfondir les antagonismes qu'il engendre, ou on arrière pour les atténuer ? Telles sont les questions fondamentales de la critique de l'impérialisme. Les particularités politiques de l'impérialisme étant la réaction sur toute la ligne et le renforcement de l'oppression nationale, conséquence du joug de l'oligarchie financière et de l'élimination de la libre concurrence, l'impérialisme voit se dresser contre lui, dès le début du XXe siècle, une opposition démocratique petite-bourgeoise à peu près dans tous les pays impérialistes.

La rupture de Kautsky et du vaste courant international kautskiste avec le marxisme consiste précisément dans le fait que Kautsky, loin d'avoir voulu et su prendre le contre-pied de cette opposition petite-bourgeoise, réformiste, réactionnaire, quant au fond, sur le plan économique, a au contraire pratiquement fusionné avec elle."

- "... la "lutte" contre la politique des trusts et des banques, si elle ne touche pas aux bases de leur économie, se réduit à un réformisme et à un pacifisme bourgeois, à des souhaits pieux et inoffensifs. Eluder les contradictions existantes, oublier les plus essentielles, au lieu d'en dévoiler toute la profondeur, voilà à quoi revient la théorie de Kautsky, qui n'a rien de commun avec le marxisme. "

S'attaquer au système mafieux du cartel des banquiers de la FED qui est la conséquence des "contradictions existantes", aux institutions financières et politiques qu'ils ont mises en place, celles qui sont officielles et celles qui le sont moins ou dont le fonctionnement demeure opaque, ne serait-ce pas la politique que je défends, la stratégie que j'ai adoptée ?

A suivre.

Populisme. Cela nous avait échappé.

Le Parti de gauche est patriote, nationaliste, garant de l'Etat bourgeois, mieux, de son armée, il en fait ici une démonstration éclatante. Le FN est social-national, le PG est social-nationaliste, à croire qu'ils ne pourraient pas exister l'un sans l'autre, sans faire d'amalgame, ils sont assurément complémentaire.

Vous constaterez dans cet article que le "capitaine de pédalo Hollande est secondé par le moussaillon Mélenchon.

Le Parti de Gauche - Samedi 6 Juillet 2013.

- Alors que François Hollande et le gouvernement s’enlisent dans leur alignement avec les Etats-Unis (espionnage contre les intérêts de la France, affaire Snowden, Grand marché transatlantique) et offensent l’Amérique latine et le gouvernement progressiste de Bolivie, une nouvelle information vient enfoncer le clou de la honte.

(Honte qui ne risquera pas davantage d'atteindre les dirigeants du PG et du FdG ! - ndlr)

La French American Foundation, officine américaine dont l’objet est d’inculquer aux dirigeants français une orientation pro-atlantiste, a livré les noms de son cru 2013 des “Young Leaders” ( les "jeunes dirigeants").

C’est avec consternation que le Parti de Gauche constate la présence dans cette liste du Capitaine de frégate Philippe Naudet. Commandant du sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) “Améthyste” – et présenté comme tel –, Philippe Naudet deviendra sûrement commandant d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE), puis, peut-être un jour, chef d’état-major des armées. Les Étasuniens ne font par leurs choix au hasard.

(Le PG se permet de mêler son grain de sel parce qu'ils sont intégrés jusqu'au coup dans les institutions de la Ve République au point de se prendre pour le chef des armées, une armée impérialiste et colonialiste, ce qui ne les rebute pas vraiment. Réactionnaire le PG, mais non, mais non ! -ndlr)

Révéler le nom d’un commandant d’un SNA est en soi une faute grave qui montre la légèreté avec laquelle les Etats-Unis et les dirigeants français qui s’en sentent proches traitent nos informations confidentielles.

(Notez "nos informations confidentielles", ils confirment ainsi que c'est bien leur armée. - ndr)

Pire : alors que l’on découvre l’ampleur de l’espionnage pratiqué par les Etats-Unis, le capitaine de frégate Philippe Naudet sera associé dans la promotion 2013 à Anne Neuberger , assistante spéciale du directeur de la NSA et membre du USCYBERCOM. Un de nos futurs commandants de SNLE travaillerait donc en partenariat avec un membre influent de l’agence à l’origine de l’espionnage massif subi par la France et l’Europe.

(Avec le PG le capitalisme n'a qu'à bien se tenir, le voilà qui revendique "Un de nos futurs commandants", de quoi prendre ses jambes à son cou et fuir en courant ce parti et le Front de gauche, de gauche ce sont eux qui le disent, là ils prouvent le contraire. - Ndlr)

Sur la même liste, on trouve également Mme Vanessa Scherrer, directrice adjointe à Science Po en charge de l’Ecole des affaires internationales. Dans le contexte actuel, une des responsables de la formation de notre futur corps diplomatique ne saurait participer à un organisme dont fait partie un dirigeant de l’agence qui nous espionne.

(Ils récidivent pour la troisième fois, "notre futur corps diplomatique" nommé le Bonaparte de service pour représenter l'impérialisme français à travers le monde. Le PG entend défendre les intérêts de la France des capitalistes dans lequel il se reconnaît, vaut mieux que ce soit lui qui l'affirme, on ne pourra pas nous accuser de le calomnier. - Ndlr)

François Hollande doit immédiatement exiger le retrait de cette organisation du capitaine de frégate Philippe Naudet, ainsi que de Mme Vanessa Scherrer.

(Pourquoi pas le retrait des cinq ministres du gouvernement Holande-Ayrault qui en font partie ? Ah parce que le président en fait partie aussi ! Mais dites-nous, c'était pas monsieur Mélenchon qui se voyait Premier ministre de ce ce président Young Leaders ? Cela ne l'a pas gêné quand il a appelé à voter pour lui non plus.)

La sémantique employée dans cet article trahit les véritables intentions et la véritable nature politique des dirigeants du Parti de gauche et du Front de gauches qui sont affichées ici et qui sont franchement... réactionnaires.

Un complément pour mieux cerner qui sont les « Young Leaders ».

1- Washington sur Seine ? Ces ministres de François Hollande qui ont été formés par les Américains - Atlantico.fr 22.05.12

- Exit Alain Juppé, Valérie Pécresse, Nathalie Kosciusko-Morizet, Laurent Wauquiez, Jeannette Bougrab...

« Enfin des têtes nouvelles ! » entend-t-on ici ou là. Nouvelles ? Tout est relatif, quand on sait décrypter la liste ci-dessus : en fait, tous ces « Young Leaders » de l’UMP ont laissé la place à des « Young Leaders » du Parti socialiste. Car François Hollande et Pierre Moscovici depuis 1996, Marisol Touraine et Aquilino Morelle depuis 1998, Arnaud Montebourg depuis 2000 et Najat Vallaud-Belkacem depuis 2006, sont tous des « Young Leaders ».

Tous ont été minutieusement sélectionnés et « formés » par ce très élitiste réseau Franco-Américain, inconnu du grand public, sponsorisé entre autres par la banque Lazard. En d’autres termes, ils ont tous postulé et se sont fait parrainer pour être admis à suivre ce programme phare mis en place par la FAF, la French American Fondation.

La FAF est elle-même un organisme à cheval sur Paris et New-York, créée en 1976 conjointement par les présidents Ford et Giscard d’Estaing. A noter qu’entre 1997 et 2001, John Negroponte présida la FAF, avant de devenir entre 2005 et 2007, sous Georges Bush, le premier directeur coordonnant tous les services secrets américains (DNI), dirigeant l’US States Intelligence Community (qui regroupe une quinzaine de membres, dont le FBI et la CIA). Atlantico.fr 22.05.12

2- 1996, "Young Leaders" recrute François Hollande - alterinfo.net 24.10.12

- Le 18 mai 1976, à l'ambassade de France aux Etats-Unis, le président Valéry Giscard d'Estaing, le président Gerald Ford et le secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger, annoncent la création d’une fondation franco-américaine, la French-American Foundation (FAF) qui lancera le programme Young Leaders.

L’objectif, mettre en pratique les idées de l'économiste Milton Friedman de l'école de Chicago: baisse des déficits par le démantèlement des services publics au dépens de l’intérêt général... privatisation, déréglementation du droit du travail et réduction des dépenses sociales…pour le plus grand profit des multinationales.

Trois ans plus tôt, Henry Kissinger participait à l'organisation du coup d'état du 11 septembre 1973 au Chili, Augusto Pinochet étant chargé d’appliquer le programme de l'économiste Milton Friedman. alterinfo.net 24.10.12

Comme ils disent au PG pour en minimiser la nature, juste une "officine américaine" ayant "une orientation pro-atlantiste" ! Quelle escroquerie politique ce parti ! Populiste !




ACTUALITÉ DU JOUR

A quand l'explosion de la prochaine bulle financière ?

Une grille de lecture pour décrypter l'article suivant.

- Bruno Bertez : Malgré tout le respect que nous devons à Marc Faber, il enfonce un peu les portes ouvertes. Depuis la menace de faillite de LTCM en 1998, la doctrine des autorités monétaires se résume à ceci : toute crise peut être résolue par l’effondrement des taux d’intérêt et la création de liquidités. C’est ce que l’on a fait pour LTCM et cela a provoqué la crise de surévaluation du Nasdaq. Quand la crise des télécommunications a éclaté, le remède a été employé une nouvelle fois. On a effondré les taux d’intérêt et noyé les économies sous les liquidités. Cela a provoqué l’emballement immobilier, la bulle hypothécaire et cela a débouché sur l’insolvabilité connue sous le nom de crise des subprimes. Quand la crise des subprimes est arrivée en 2008, comme on pouvait s’y attendre, c’est toujours le même traitement qui a été appliqué, taux d’intérêt zéro, création de liquidités sous toutes les formes possibles et imaginables.

Comme vous le devinez, cet argent bon marché provoque de nouvelles distorsions et gonfle de nouvelles bulles : bulle des fonds d’Etat, bulle des emprunts de toutes sortes, y compris des emprunts à risque, bulle de tous les actifs financiers et, plus récemment aux Etats-Unis, regonflement d’une bulle des prix du logement.

La doctrine des autorités monétaires est bien établie : on ne s’oppose pas aux excès, on tente de nettoyer après les dégâts, lorsqu’ils se produisent. L’argent qui est créé par les Banques centrales, distribué quasi gratuitement, trouve d’abord le chemin des banques, puis celui du shadow banking system, puis celui de la grande communauté spéculative mondiale, les hedge funds, puis il se déverse sur les marchés. On comprend aisément que les bénéficiaires de cette manne sont, par définition et par construction, les personnes qui sont les plus proches à la fois du pouvoir politique et de la finance. Grâce à cet argent quasi gratuit, toute une classe de personnes peut acheter des actifs, spéculer, faire monter le prix des véhicules d’investissement. Par définition, ce sont les très riches, voire les ultra-riches, qui peuvent bénéficier de cette mécanique. Il faut être riche, solvable, près du pouvoir financier et du pouvoir politique, pour avoir la possibilité d’emprunter des montants importants.

La mécanique normale de transmission des politiques monétaires reste bloquée. Les banques ont pour objectif de réduire leur exposition, de limiter la taille de leurs bilans afin d’économiser leurs fonds propres ou afin de se mettre en conformité avec les ratios de Bâle. La mécanique traditionnelle de transmission permettait la croissance des prêts aux particuliers, c’est cette mécanique qui reste grippée. Les seules transmissions possibles des politiques monétaires sont le financement bon marché des dépenses publiques, la spéculation sur les marchés d’actifs avec son fameux corollaire, l’effet de richesse.

Toute la politique est conçue pour bénéficier au secteur financier. Afin que ceci soit acceptable socialement, on prétend que l’effet de richesse qui en résulte est favorable à la croissance et permet par conséquent de limiter le chômage. C’est un mensonge. Un dollar d’effet de richesse ne se traduit que par 0,02 dollar de demande. Chiffres fournis par les services de recherches économiques de la Fed elle-même. (...)

Bruno Bertez: Les effets de cette politique monétaire dissymétrique sont multiples, mais nous ne ferons que les évoquer.

D’abord, fabrication en séries de bulles d’actifs. On va de surévaluation en surévaluation, ce qui débouche sur des crises périodiques et de nouvelles phases de créations monétaires et taux zéro. C’est un cercle sans fin. Pour sortir des crises, on inflate le prix de telle ou telle catégorie d’actifs. Il vient un moment où la surévaluation devient évidente, tout le monde se rue vers la sortie. Le système se bloque. On injecte des liquidités et tout repart pour un nouveau tour de manège. La finance déconnectée de l’économie est comme un cercle qui serait devenu vicieux. Plus on le caresse, plus il devient vicieux.

Ensuite, le système est devenu fragile et instable. Il faut imaginer les capitaux un peu comme les passagers d’un paquebot. La communauté spéculative mondiale est moutonnière, elle recherche les mêmes actifs au même moment. Elle se place sur le même côté du bateau et le fait chavirer. Fragilité et instabilité sont les deux conséquences évidentes de ces injections massives de liquidités.

Enfin, les injections massives de liquidités à taux quasi nul faussent l’ensemble des mécanismes économiques de ce que l’on appelle l’allocation du capital. Allouer le capital, c’est le diriger là où il doit aller, là où il est le plus utile et le plus rentable dans une optique de long terme, le tout dans la stabilité. Il est évident qu’à partir du moment où c’est la communauté spéculative mondiale qui joue aux dés, l’allocation du capital ne peut être que délirante : recherche de profits à court terme, faciles. Le long terme est systématiquement négligé. Tous les calculs économiques sont faussés.

Il faut dire un mot des conséquences sociales, bien que l’on en parle très peu. Les politiques monétaires expansionnistes, l’argent facile en quelque sorte, profite aux ultra-riches. C’est la raison fondamentale de l’accroissement des inégalités constatée au cours des vingt dernières années. Le patrimoine des ultra-riches fait boule de neige. Pour rentabiliser les actifs financiers, il faut pressurer le facteur travail, augmenter la productivité, peser sur les salaires. L’écart ne cesse de s’aggraver.

Atlantico: Comment remédier à ce déséquilibre pour que la politique monétaire profite à l’économie réelle, les entreprises, l’emploi et la croissance et non au seul secteur financier ?

Il n’y a aucun moyen de remédier à ces déséquilibres. Quand le vin est tiré, il faut le boire. On a choisi d’aller dans la voie de la création monétaire, des injections de liquidités et de l’argent gratuit, le système est « accro ». Si on rompait la chaîne du bonheur, la pyramide financière globale s’effondrerait dans un premier temps sous l’effet d’une crise de liquidités, dans un second temps, sous l’effet complémentaire d’une crise de solvabilité. Liquidités et solvabilité sont en fait deux phénomènes inséparables.

Théoriquement, on peut imaginer que d’autres utilisations des politiques monétaires sont possibles. C’est le point de vue défendu par l’Allemand Axel Weber, ancien patron de la Bundesbank. Il soutient que l’on a intérêt à nettoyer, à détruire, tout ce qui est pourri dans le système plutôt que de continuer à le pourrir en profondeur. Il soutient que ce que l’on fait maintenant est au détriment des générations futures. Il a encore défendu cette thèse la semaine dernière à la London School of Economics devant son opposant américain Lawrence Summers. Pour notre part, nous ne croyons plus à cette possibilité du retour en arrière. La communauté mondiale a brûlé ses vaisseaux. Atlantico.fr 04.04.2013

A retenir :

- L’argent qui est créé par les Banques centrales, distribué quasi gratuitement, trouve d’abord le chemin des banques, puis celui du shadow banking system, puis celui de la grande communauté spéculative mondiale, les hedge funds, puis il se déverse sur les marchés. On comprend aisément que les bénéficiaires de cette manne sont, par définition et par construction, les personnes qui sont les plus proches à la fois du pouvoir politique et de la finance. Grâce à cet argent quasi gratuit, toute une classe de personnes peut acheter des actifs, spéculer, faire monter le prix des véhicules d’investissement. Par définition, ce sont les très riches, voire les ultra-riches, qui peuvent bénéficier de cette mécanique.

- Pour rentabiliser les actifs financiers, il faut pressurer le facteur travail, augmenter la productivité, peser sur les salaires.

- Les financières font leur come-back à Wall Street - Reuters 11.08

-Tombé en disgrâce avec la crise de 2007-2008, le secteur financier est sur le point de retrouver les premiers rôles à Wall Street aux côtés des valeurs technologiques.

A leur pic du 1er juin 2007, les valeurs de l'indice sectoriel de la finance du Standard & Poor's 500 avaient une capitalisation boursière cumulée de 2.900 milliards de dollars (2.175 milliards d'euros), soit 30% de plus que le deuxième groupe le plus important, celui des techs.

La crise des subprimes a fait chuter leur valeur boursière de 2.400 milliards de dollars, 83% au total -à comparer à un plongeon de 58% pour l'indice S&P-500- et le secteur technologique est devenue la première pondération du S&P en mai 2008.

A son plus bas en mars 2009, la capitalisation boursière du secteur financier n'était plus que de 510 milliards de dollars, l'équivalent de la valeur boursière combinée des seuls groupes JPMorgan Chase & Co. et Citigroup avant la crise. Son poids dans le S&P était alors tombé à 8,9%, au plus bas depuis 1991, à l'époque de la crise des caisses d'épargne américaines (Savings & Loan).

L'ampleur de la chute rend ce come-back d'autant plus remarquable. Aujourd'hui, le secteur financier a retrouvé un poids de 16,6% dans le S&P, soit un petit point de pourcentage de moins que le secteur technologique, montrent les données de S&P Dow Jones Indices. Au début de cette année, l'écart entre les deux était encore de 3,5 points.

"Le sentiment envers le secteur bancaire était tellement négatif que personne, à commencer par les grands gourous de la finance, n'a vu venir son redressement", observe Dick Bove, analyste bancaire chez Rafferty Capital Markets à Tampa en Florida. "Depuis quelques semaines, ils s'y sont enfin mis et tous saluent le grand retour en force des bancaires." Depuis le début de l'année, le compartiment financier a progressé de près de 25%, dépassé seulement par la santé et les biens de consommation.

Le mouvement est tiré pour l'essentiel par les grands noms du secteur. JPMorgan Chase, Citigroup et Bank of America ont gagné au moins 24% depuis le début de l'année ; Wells Fargo, devenue la première banque américaine par la capitalisation boursière, a pris pas loin de 27%, avec à la clé un record fin juillet.

Selon une enquête de StarMine, le secteur a encore un potentiel de hausse.

Cette filiale de Thomson Reuters a établi que le compartiment bancaire se traite à environ 76% de sa valeur intrinsèque, calculée à partir d'estimations des analystes et des prévisions des banques elles-mêmes. A cette aune, les valeurs technologiques sont au contraire survalorisées de 8%.

Des poids lourds du secteur comme Citigroup, Bank of America et AIG ont une valorisation plus attrayante que plus de 90% du marché. La valeur intrinsèque de Citigroup ressort ainsi à 88,57 dollars, soit 70% au-dessus de son cours actuel de 51,32 dollars. De même, StarMine a calculé une valeur intrinsèque de 25,62 dollars pour Bank of America, qui a clôturé vendredi à 14,45.

Traditionnellement, la bonne santé des valeurs financières à la Bourse est un signe encourageant pour l'économie, synonyme de hausse des prêts aux ménages et aux entreprises et donc de consommation, d'investissement et de création d'emplois.

Aujourd'hui cependant, leur retour en grâce s'opère dans un contexte réglementaire plus sévère, tandis que la justice continue d'enquêter sur les dérives à l'origine de la dernière crise avec, notamment, Bank of America et JPMorgan dans le collimateur.

Beaucoup d'analystes jugent néanmoins sain que le secteur financier retrouve les premiers rôles à Wall Street, à condition que sa valeur boursière n'enfle plus à des niveaux intenables.

"Le problème de la refinanciarisation de l'économie américaine est qu'elle augmente le risque d'une nouvelle crise financière", avertit Barry Ritholtz, directeur de recherche chez Fusion IQ à New York.

"La crise a lancé le processus de définanciarisation, et maintenant on en revient à une refinanciarisation."

Le précédent des technologiques reste dans tous les esprits. Juste avant l'éclatement de la bulle de la "nouvelle économie" en 2000, l'indice sectoriel des techs représentait 34,5% du S&P -un record qui n'a jamais été approché depuis, selon les données de S&P Dow Jones.

"Les financières et les technologiques ont à peu près le même niveau, c'est le signe que le marché est équilibré", se félicite Doug Cote, stratège chez ING U.S. Investment Management à New York. "Ce sont traditionnellement les deux plus gros secteurs de la cote." Reuters 11.08




INFOS EN BREF

POLITIQUE

1- Xénophobie, racisme et islamophobie.

1.1- Une juge fédérale américaine a estimé lundi contraire à la Constitution une pratique de la police new-yorkaise consistant à arrêter et fouiller un individu sur la base du soupçon.

La juge Shira Scheindlin a déclaré que la police de la ville avait transformé cette pratique en "contrôle au faciès indirect" en choisissant d'arrêter certains groupes raciaux.

Ce programme, lancé en 2002 et baptisé "stop-and-frisk" (littéralement arrêter et fouiller), a donné lieu à des arrestations disproportionnées et discriminatoires de Noirs et d'Hispaniques sur lesquelles les plus hautes autorités de la ville ont "fermé les yeux", a-t-elle dit.

Ce type de contrôle permet aux forces de l'ordre d'arrêter ceux qu'ils soupçonnent d'activités illégales et de fouiller ceux qu'ils suspectent de détenir une arme.

"Personne ne devrait vivre dans la peur de se faire arrêter n'importe quand lorsqu'il quitte son domicile pour effectuer des activités de la vie courante", a estimé la juge.

Le maire de la "Grande Pomme", Michael Bloomberg, a immédiatement annoncé son intention de faire appel. "La possibilité d'être contrôlé fait office de dissuasion", a-t-il expliqué. Reuters 12.08

1.2- Les familles musulmanes habituées à faire leurs emplettes dans un centre commercial de Houston, au Texas, n’en ont pas cru pas leurs yeux cette semaine, ... à la vue d’un panneau effarant qui, en guise de bienvenue, leur interdisait brutalement de ne pas se garer sur le parking réservé à la clientèle.

"Les musulmans ne doivent pas se garer dans le centre commercial Westview, sinon les voitures seront remorquées." Rappelant les heures sombres de la ségrégation et d’autres sinistres injonctions de la même veine, cette affiche discriminatoire l’affichait très mal et de manière très inattendue, provoquant stupeur et indignation chez les ménagères et fidèles clients musulmans de la grande surface qui en ont abandonné les caddies dans leur rangement.

"Je suis extrêmement choqué parce que nous vivons dans une société qui est censée être tolérante, et c'est ce que nous prêchons tous", a déclaré Yara Aboshady au micro de CNN.

Est-ce la proximité de la mosquée locale qui a inspiré au responsable du centre commercial, muré dans un silence qui en dit long, cette sommation qui fait froid dans le dos ? Pour l’heure, les non-dits sont assourdissants du côté des concepteurs de l’affiche qui usent et abusent de tous les faux-fuyants pour éviter de rendre des comptes, faisant pression sur leurs employés pour ne rien divulguer à la presse. Seul un ouvrier téméraire a affirmé avoir vu le propriétaire du supermarché, Steve Kwon, jouer les colleurs d'affiches.

Niant tout en bloc, hormis la présence de ces panneaux honteux qu’il a finalement retirés, Steve Kwon n’avouera pas ce qui l’a poussé à signer et à exposer ces affiches d’un autre âge, dégoulinant de haine refoulée… Quant à la communauté musulmane taraudée par les vraies motivations qui ont animé le directeur de leur supermarché favori, la blessure est à vif, certains jurant de ne plus y revenir. french.irib.ir 12.08

1.3- L’utilisation par les jeunes UDC lucernois de l’image d’une femme voilée menaçant un enfant sur une affiche pour parler du vote sur les langues à l’école soulève la polémique en Suisse alémanique.

La nouvelle affiche des jeunes UDC de Lucerne fait scandale en Suisse alémanique, selon la Neue Luzerner Zeitung de mercredi. On y voit une institutrice musulmane voilée à l’attitude menaçante envers un enfant et avec l’inscription: “Stop à la torture du bon allemand”.

De nombreuses voix dénoncent un amalgame scandaleux. En effet, cette affiche a trait à la votation du 22 septembre, quand les Lucernois se prononceront sur l’initiative des jeunes UDC, qui demande que l’on ne parle plus que le suisse allemand dans les écoles enfantines.

Tout en rappelant le cas de cette institutrice de Krienz qui enseignait à l’école enfantine avec le foulard et pas en suisse allemand.

Les opposants dénoncent une stratégie gratuite pour gagner des voix et faire parler de l’initiative.

La présidente de la commission fédérale contre le racisme, Martine Brunschwig Graf, dénonce elle une instrumentalisation “d’une femme qui porte le voile pour animer la peur de l’islam”. french.irib.ir 11.08

2- Syrie

2.1- Selon les sources syriennes, les allemands , koweitiens et saoudiens se trouvent parmi les terroristes tués dans la banlieue de Lattaquié.

La contre offensive de l'armée syrienne contre ce que les miliciens ont baptisé "bataille de la libération des côtes" se poursuit de plus bel et les soldats reprennent le contrôle des localités de cette région les unes après les autres. Abou Zeyd est l'un des terroristes allemands participant à la guerre contre l'armée syrienne qui a été tué ces derniers jours . Mansour al Anzi , le terroriste koweitien et des terroristes saoudiens Mohamad Al Obayd Al Ghasimi, Omar Fayez Mota'b, Jarallah al Sairi se trouvent également au nombre des tués. 11 syriens ont été tués au cours des raids aux roquettes menés par des terroristes contre la ville de Al Salmiyeh dans la province de Hama. 20 civils ont également été blessés. french.irib.ir 12.08

2.1- L'ancien premier ministre israélien, Ehud Barak a appelé à l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Syrie. Tout en prétendant que la situation actuelle en Syrie est dangereuse, il a demandé aux instances internationales à accélérer le processus de la création d'une zone d'exclusion aérienne au Nord et au Sud de la Syrie. « Il vaut mieux qu'au moment de l'annonce des zones d'exclusion aérienne au-dessus de la Syrie, nous devons, avant toute action, braquer nos yeux sur le Président russe, Vladimir Pouvoir et nous devons savoir qu'il réfléchit, vraiment, à quoi faire ». a souligné l'ancien Premier ministre israélien. french.irib.ir 12.08

2.1- L’OTAN déploie des batteries de missiles "Patriot", dans les régions frontalières de la Turquie avec la Syrie. Selon YJC, qui citait la chaîne CCTV, 5 experts américains se sont rendus, vendredi, en Turquie, pour s’entretenir, derrière des portes fermées, avec leurs homologues turcs. Ils se sont rendus, ensuite, à l’endroit du déploiement des batteries de missiles "Patriot". Outre le Etats-Unis, les Pays-Bas et l’Allemagne participent, également, au déploiement des batteries de missiles "Patriot", en Turquie. Selon cette dépêche, des centaines d’experts et de techniciens se rendront, en Turquie, dans les semaines à venir, pour superviser le processus du déploiement des batteries de missiles "Patriot". Les alliés de la Turquie à l’OTAN prétendent s’inquiéter du tir de missiles Scud et d’autres armes non-conventionnelles, dans la guerre, en Syrie. french.irib.ir 11.08

3- Bahreïn

Un porte-avions américain est arrivé vendredi à Bahreïn et les unités spéciales de la Grande Bretagne envisagent de s'installer dans le Golfe persique, selon les sources bien informées. Le porte-avions USU Nimitz est arrivé, vendredi à Bahreïn, peu avant la diminution des mesures de sécurité, mises en place par les Etats-Unis qui sont allés jusqu'à fermer leurs ambassades, dans plusieurs pays de la région. Dans le même temps, un quotidien britannique a fait état de la présence, dans un proche avenir, des unités spéciales de la Grande Bretagne dans la région du Golfe persique pour combattre al-Qaïda. french.irib.ir 12.08


SOCIAL

1- France

Le prix moyen des fruits a flambé cet été de 14% et celui des légumes de 17% sur un an, selon une étude de Familles Rurales à paraître mardi dans La Croix, qui relève que les produits étrangers sont de plus en plus nombreux.

Le prix moyen d'un kilo de fruits atteint 3,78 euros en 2013, et 2,21 euros pour les légumes, mais les tarifs varient bien sûr selon les points de vente.

Un panier composé d'un kilo de chacun des 8 fruits et 8 légumes du panel coûte 43,05 euros en hard-discount, 51,57 euros en hyper ou supermarché et 55,24 euros au marché. Ce panier revient donc 12 euros plus cher au marché que dans un hard-discount.

L'écart de prix entre les fruits et légumes conventionnels et les produits biologiques reste important (70% plus cher pour les fruits bio et 73% de plus pour les légumes bio).

Pour cette étude, l'association Familles Rurales a déployé 76 veilleurs qui ont relevé les prix de 8 fruits et 8 légumes à deux dans 37 départements français, pendant les semaines du 10 au 16 juin et du 8 au 14 juillet. AFP 12.08

2- Afrique du Sud

Une syndicaliste a encore été abattue lundi à la tristement célèbre mine de Marikana, dans le nord de l'Afrique du Sud, régulièrement endeuillée par un sanglant conflit syndical, un an après une fusillade policière qui y a fait 34 morts.

Tuée devant chez elle, Nbongile Madolo était une responsable du Syndicat national des mineurs (NUM), l'ancienne organisation majoritaire. Elle avait la charge de six enfants.

Le NUM, proche du pouvoir, est opposé à Amcu, une organisation radicale qui a organisé la grande grève de 2012 et est devenu le syndicat principal à Marikana. Leur bataille prend souvent des allures de guerre des gangs.

Un autre phénomène vient encore davantage endeuiller la région: la multiplication des suicides. L'AFP en a compté sept. Deux témoins convoqués par la commission Farlam et deux survivants déboussolés de la tuerie du 16 août ont notamment mis fin à leurs jours.

Amcu, insignifiant il y a encore un an, est devenu majoritaire dans la région minière où se situe Marikana. Il revendique maintenant 120.000 adhérents au niveau national, contre 270.000 au NUM.

Et dans les états-majors des syndicats ou de l'ANC -le parti au pouvoir, allié du NUM-, les discours restent guerriers.

"Des membres de l'ANC nous ont traités de cafards, disant que nous devions être éradiqués. (...) Je suis sûr que tout le monde se souvient de ce qui c'est passé au Rwanda, où des gens ont été appelés cafards et serpents. Un million de gens sont morts", a encore mis en garde vendredi le président d'Amcu Joseph Mathunjwa, cité dans la presse sud-africaine. AFP 12.08

Un amalgame pourri ! Les jaunes, c'est comme les collabos...


ECONOMIE

1- Bancocratie

Les banques ont fermé plus de 1.000 agences en France entre 2008 et 2012 et cette tendance ne devrait pas s'améliorer vu les nouveaux usages des clients et les plans d'économies annoncés.

Entre le début de la crise et la fin de l'année dernière, ce sont plus de 1.100 agences qui ont disparu dans l'Hexagone, indiquent les statistiques estivales de la Banque centrale européenne.

En outre, le réseau d'agences français est très dense comme le montre les statistiques de la BCE, qui place le pays à la première place de l'Union européenne en nombre d'agences (38.360).

Le dernier sondage de la Fédération bancaire française (FBF), réalisé en avril, montrait que seuls 17% des Français se rendaient plusieurs fois par mois en agence contre plus de la moitié (52%) il y a trois ans. Parallèlement, l'utilisation d'internet pour la gestion courante des comptes bancaires s'est banalisée.

Les syndicats du secteur s'inquiètent ainsi des conséquences pour l'emploi du redimensionnement du réseau, sachant que la banque emploie en France plus de 370.000 personnes, dont 80% dans la banque de détail.

Dans l'ensemble de l'Union européenne, les banques ont fermé près de 20.000 agences entre 2008 et 2013, dont environ 15.000 dans la zone euro, relève la BCE.

Rien que l'année dernière, ce sont 5.500 agences qui ont fermé leurs portes dans l'UE, dont plus de la moitié en Italie et en Espagne. Ce dernier pays qui comptait le réseau bancaire le plus dense d'Europe lors de l'éclatement de la crise en 2008 et qui a subi de plein fouet l'éclatement de la bulle immobilière, a ainsi perdu près de 8.000 agences en 4 ans. Au Danemark, le nombre d'agences bancaires a chuté d'un tiers en quatre ans et d'un quart aux Pays-Bas depuis le début de la crise.

A l'inverse de la tendance, trois pays européens ont vu le nombre de leurs agences progresser sur la période analysée par la BCE: l'Irlande, l'Autriche et surtout la Pologne (+2.000). AFP et Reuters 12.08

2- Italie

La banque d'Italie a annoncé que l'endettement italien s'est établi fin juin à 2.075 milliards d'euros, après un accroissement de 86,5 milliards d'euros sur les six premiers mois de l'année. Selon la banque centrale, cela reflète une hausse du déficit budgétaire du secteur public et une hausse des liquidités du Trésor. AFP 12.08

3- États-Unis

Le déficit budgétaire des États-Unis s'est nettement aggravé en juillet sur un an sous l'effet d'une poussée des dépenses bien supérieure aux rentrées fiscales, selon des données publiées lundi par le département du Trésor américain.

Il s'est établi à 97,6 milliards de dollars, en augmentation de 40,2% par rapport à juillet 2012.

Portée par des hausses d'impôts et des coupes dans les dépenses, la trajectoire des finances publiques américaines reste toutefois orientée à la baisse. Sur les dix premiers mois de l'exercice budgétaire, le déficit américain s'est élevé à 607,4 milliards, en baisse de 38% par rapport à la même période l'année précédente.

Le montant total des recettes budgétaires accumulées depuis le début de l'exercice budgétaire 2013 en octobre dernier (2.287 milliards) est même le plus haut jamais enregistré en juillet, a souligné le responsable de l'administration.

Pour l'ensemble de l'année, la Maison Blanche a abaissé ses prévisions et table sur un déficit de 759 milliards de dollars, 214 milliards de moins que sa première estimation qui était de 973 milliards de dollars. AFP 12.08

3- Iran

Téhéran et Moscou s'apprêtent à signer un accord portant sur la construction d'une nouvelle centrale nucléaire en Iran, rapporte dimanche l'agence Mehr citant le chef de la diplomatie iranienne Ali Akbar Salehi.

"Téhéran a mené des consultations avec la partie russe et s'apprête à signer prochainement un accord d'entente prévoyant la construction d'une nouvelle centrale nucléaire en Iran", indique l'agence. french.irib.ir 11.08

4- Inde

4.1- L'économie indienne traverse une mauvaise passe avec une production industrielle en baisse et une monnaie qui a touché des plus bas historiques, malgré les efforts du gouvernement pour redresser la situation.

La production industrielle indienne a reculé de manière inattendue de 2,2% en juin, selon des statistiques publiées lundi.

Malgré cette situation, la banque centrale indienne n'est pas en mesure de réduire les taux d'intérêt pour stimuler l'économie avec une monnaie, la roupie, qui frise des plus bas historiques.

Alors que les banques ont réduit les taux à long terme trois fois depuis début 2013, les coûts du crédit ont été renchéris récemment par les banques qui ont relevé les taux à court terme pour persuader les investisseurs de garder leur argent en Inde et juguler ainsi le déclin de la roupie.

Au vu de cette situation, les autorités indiennes ont décidé de réduire certaines importations pour réduire le déficit commercial, ce qui a alarmé les agences de notation et fait toucher le fond à la roupie.

Le ministre des Finances P. Chidambaram a souligné devant le Parlement que la banque centrale " a pris un certain nombre de mesures pour relever les taux d'intérêt à court terme et que celà a jugulé la dépréciation de la roupie dans une certaine mesure". "Nous devons faire davantage pour réduire la volatilité du marché des changes et stabiliser la roupie", a-t-il ajouté.

La banque centrale a indiqué quant à elle qu'elle ne pourra réduire les taux d'intérêt élevés pour stimuler l'économie que lorsque la roupie se sera stabilisée.

Selon le ministre, de nouvelles mesures pouraient être prises pour réduire les importations d'or, d'argent, de pétrole et de certains biens non essentiels.

L'or et le pétrole sont les deux matières qui grèvent le plus le déficit courant.

Le gouvernement pourrait aussi autoriser les sociétés d'Etat à lever des fonds à travers des obligations "quasi-souveraines".

Ces mesures permettraient de réduire le déficit à 70 milliards de dollars cette année, soit 3,7% du PIB contre un record de 4,8% du PIB l'année dernière.

Toujours selon M. Chidambaram, la croissance sera de tout juste 5,5% pour l'année fiscale.

Une note positive dans ce sombre tableau: les exportations ont augmenté de 11,6% en juillet aidées par une roupie dépréciée, celle-ci ayant perdu 5% de sa valeur le mois dernier. AFP 12.08

4.2- Les ventes d'automobiles ont de nouveau reculé en juillet, de plus de 7% sur un an, soit le 9è mois consécutif de baisse, selon les chiffres officiels publiés lundi, sur fond de ralentissement économique et de hausse du coût du crédit.

Les constructeurs ont vendu en juillet 131.163 véhicules, soit 7,4% moins qu'en juillet 2012, a indiqué la Société indienne des constructeurs automobiles (Siam).

Cette chute neuf mois d'affilée est sans précédent dans ce secteur, thermomètre de l'état de santé économique du pays.

"Il y a une morosité générale en raison du ralentissement économique, des taux d'intérêt élevés et de la cherté du carburant", a dit à l'AFP Sugato Sen, le vice-directeur de la Siam.

Les perspectives sont bien loin des taux de croissance compris entre 20 et 30% lors de la décennie précédent, un bond qui avait bénéficié aux nombreux géants mondiaux du secteur attirés par ce marché juteux providentiel au moment où stagnaient les ventes de véhicules en Europe et aux Etats-Unis.

Les ventes de bus et de camions ont chuté elles de 14,9% en juillet, à 55.301 unités. Alors que celles de motocyclettes étaient quasi-stables (-1,5%) à 809.312 unités. AFP 12.08

4.3- L'Inde a dévoilé lundi le premier porte-avions construit par ses soins, dans un effort de modernisation de son équipement militaire qui provient en partie de l'Union soviétique, face à l'autre puissance émergente d'Asie, la Chine.

L'INS Vikrant, un bâtiment de 40.000 tonnes, entrera en service en 2018 une fois une batterie de tests effectués. Il marque l'entrée de l'Inde dans le club restreint des pays qui conçoivent et construisent leurs porte-avions, avec les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la Russie et la France.

Le programme a coûté quelque 5 milliards de dollars et accumulé deux années de retard.

New Delhi investit des milliards de dollars dans la modernisation de son équipement militaire. Selon le cabinet KPMG, le pays va dépenser 112 milliards de dollars dans l'armement de 2010 à 2016.

Samedi, le gouvernement a annoncé que le premier sous-marin nucléaire bâti en Inde était prêt pour des essais.

Le pays possède actuellement un seul porte-avions, un vaisseau britannique de 60 ans, acquis en 1987 et rebaptisé INS Viraat, qui sera peu à peu abandonné au cours des prochaines années. AFP 12.08


Le 14 août 2013

CAUSERIE

Je ne sais pas si j'aurai le temps demain d'actualiser le site car ici ce sera day off, jour férié pour cause de commémoration de l'indépendance de l'Inde, le 15 août 1947. Il y aura quatre jours fériés en fait, dont ne profiteront que les fonctionnaires que le gouvernement choie. A cette occasion je me suis invité à midi chez mon beau-frère Kandavel.

Je l'aime bien lui, son épouse et leurs deux filles, lors de la rentrée scolaire je leur avais avancé 3.000 roupies pour acheter les manuels scolaires de Lombika et Kilomia, ils me les ont remboursés depuis, c'est le seul frère de mon épouse avec lequel nous avons encore des relations, les 4 autres encore en vie sont devenus de sales types infréquentables. Je compte questionner ma belle-soeur sur son boulot à l'usine. Je veux aussi vérifier que mes petites nièces connaissent par coeur God save the Queen, Commonwealth oblige !

Si les Indiens m'inspirent, en fait je les étudie à la manière d'un psychanalyste, la France déjà beaucoup moins. J'ai souhaité hier par téléphone un bon anniversaire à ma mère, 79 ans, elle m'a dit qu'en ce moment elle n'entendait parler que d'agressions et de meurtres au 20h, du coup c'est l'idée qu'elle se fait de la situation, génial, déprimant au possible, c'est voulu évidemment. Ici, je n'entends parler de rien, c'est préférable, je le sais, je me concentre sur notre affaire.

L'homme par nature est perfectible, ignorant, faible et pour faire bonne mesure hypocrite de préférence. Monsieur Coquema va en déduire que je déteste la terre entière, pas tout à fait je le rassure, ces derniers jours j'ai encore épargné deux belles araignées qui ne m'avaient rien fait, comme quoi.

Je ne sais plus qui a dit que la véritable connaissance commençait le jour où on prenait conscience qu'on ne savait rien, ceux qui parlent en notre nom feraient bien d'en prendre de la graine. Et n'allez pas croire que vous savez où commence l'intelligence, voilà qui permet de faire la liaison avec la suite.




ACTUALITÉ DU JOUR

Histoires de poubelles.

1- Leur vieux monde était destiné à y finir.

- Londres : des poubelles qui collectent les données des smartphones font scandale - Francetv info

Des poubelles "intelligentes" mais inquiétantes. Capables de recueillir des données de passants à partir de leurs smartphones, ces poubelles "intelligentes" provoquent un scandale à Londres, où elles sont installées.

Les poubelles, conçues pour résister à l'explosion d'une bombe, sont équipées d'un système wifi et d'écrans digitaux affichant des publicités ainsi que des informations financières et locales en temps réel, comme les perturbations dans le métro. Cet été, elles ont aussi été testées pour collecter les données des smartphones de passants. En l'espace d'une semaine en juin, elles ont enregistré plus d'un demi-million de téléphones.

Selon son fabricant, la société Renew, ces poubelles "fournissent une vision sans précédent (...) - les points d'entrée et de sortie, le temps passé dans un endroit, les centres d'intérêt" des utilisateurs de smartphones. Cette technologie pourrait, selon Renew, permettre de cibler des campagnes publicitaires en fonction par exemple du temps passé dans les commerces. Le client de tel café pourrait par exemple se voir proposer des publicités d'autres chaînes de boissons chaudes.

"Peu importe ce que peut faire la technologie, a rétorqué un porte-parole de la City of London. Tout ce qui se passe dans les rues doit être fait avec précaution et avec le soutien d'un public informé." Kaveh Memari a insisté sur le fait que l'utilisation éventuelle des informations collectées par ces poubelles devrait se faire en accord avec des groupes de protection des données.

"Les développements futurs [de ce dispositif] ne dépendront pas seulement de la technologie, mais surtout de la façon dont les gens réagissent vis-à-vis de cette technologie interactive", a-t-il affirmé. Renew, qui a installé ces poubelles très sophistiqués dans la capitale britannique pendant les jeux Olympiques de Londres en 2012, compte vendre ce produit dans d'autres villes comme New York, Dubaï et Rio. Francetv info avec AFP 13.08

Bien entendu cela n'a rien à voir avec ce que nous expliquons dans le portail, à savoir qu'ils veulent tout savoir de la population, contrôler tous ses faits et gestes et même au-delà ses penchants, ses goûts, ses idées, etc. dans le cadre ou la perspective d'un gouvernement mondial ou une dictature mondial qui est leur objectif politique final, ce serait de la démence d'émettre cette idée, mais se donner les moyens de contrôler ainsi la population ne le serait pas.

Ils ont installé ce système de contrôle des déplacements de la population digne d'une dictature en violation de la démocratie la plus élémentaire, c'est-à-dire sans que cela ait fait l'objet d'une information à la population ou d'un rapport au Parlement qui n'a pas eu à se prononcer sur l'aspect liberticide de ce sytème d'espionnage.

Kaveh Memari utilise le conditionnel quant à un "accord avec des groupes de protection des données" auxquels ils ne diront pas tout ou qui sont de toutes manières corrompus par l'idéologie de la classe dominante, comment cela ? Parce que la constitution de ces "groupes" repose sur l'acceptation du principe que des données peuvent être collectées à l'insu de la population par le gouvernement ou ses agences, MI6, etc. et dorénavant par des sociétés privées sponsorisées par les multinationales.

Ils n'ont pas vocation à s'y opposer, bien au contraire, mais de faire en sorte que la population y soit associée en exerçant un droit de regard sur la portée (supposée) d'un tel système par exemple, dont l'usage serait encadré, son interdiction n'étant pas à l'ordre du jour, il suffirait que la population en soit informée pour qu'il soit légitimé et le tour est joué.

C'est en procédant de la sorte qu'ils détournent et violent la démocratie qui voudrait que la population se prononce pour ou contre la mise en service d'un tel système, ce qui n'est pas le cas ici.

On conçoit très bien que la destruction ou la neutralisation de ces poubelles serait oeuvre salutaire pour la démocratie et la liberté qu'ils nous restent à conquérir.

Leur société au lieu de pouvoir nous les offrir car la démocratie et la liberté sont incompatibles avec le régime capitaliste, s'emploie à les violer en faisant croire à la population qu'elles seraient menacées par un agent invisible ou extérieur, alors que ce sont ses représentants qui représentent ce réel danger et en sont les pires ennemis.

Renverser l'ordre établi réactionnaire, prendre le pouvoir politique pour changer la société, tel est notre objectif pour que la démocratie et la liberté qui étouffent dans le carcan de leur régime puissent enfin s'épanouir.

2- Si vous avez de l'argent en trop à foutre à la poubelle versez-le au NPA, non, envoyez-le moi !

Nous ne verserons pas un centime à des partis qui soutiennent les institutions de la Ve Républiques ou celles de l'Union européenne ou encore l'ONU, et se présentent aux élections municipales et/ou européennes. Nous ne verserons pas un centime à des partis qui font signer des pétititions en direction des élus du PS, qui organisent des délégations à l'Elysée ou à Bruxelles ou dans différents ministères, il faut être conséquent jusqu'au bout et assumer pleinement ses positions politiques.

Sauf situation exceptionnelle, jamais nous ne soutiendrons un candidat du PS, du PCF ou du FdG, sauf à reproduire sans cesse la même erreur qui dure depuis 70 ans. Si nous combattons pour que le mouvement ouvrier se remette sur les rails du socialisme et pour la construction d'un nouveau parti communiste (léniniste), il faut impérativement rompre avec toutes les formes d'opportunisme qui se présentent à nous, il faut savoir ce qu'on veut dans la vie.

On ne peut pas d'un côté combattre sur la ligne du programme de la révolution socialiste et d'un autre côté maintenir des rapports avec des partis ou des institutions qui nous ont menés là où nous en sommes et en sont l'antithèse, à un moment donné il faut choisir.

Les militants et les travailleurs doivent avoir à l'esprit tout ce que nous savons sur le PS et le PCF ou l'essentiel en remontant au début du XXe siècle, pour comprendre notre position qui pourrait passer pour extrémiste, tranchée elle l'est et nous le revendiquons, conséquente ou cohérente serait plus juste et j'explique pourquoi.

Le bilan, le passé, l'histoire de ces partis parlent d'eux-mêmes, instruments de la réaction pour subordonner le prolétariat au capitalisme et assurer la survie du régime en place, les institutions dont ils sont des rouages ou des piliers indispensables au maintien de l'ordre établi. Le PS a rompu définitivement avec le socialisme il y 99 ans, quant au PCF il n'a jamais été réellement un parti communiste (Lénine-Trotsky), c'était donc pure escroquerie de les présenter autrement.

Ce fut pourtant le cas pendant de longues décennies sous prétexte que des centaines de milliers de travailleurs y étaient organisés, et donc bourrés d'illusions dans ces partis et leurs dirigeants, il fut admis à tort que pour les conquérir à un parti révolutionnaire il fallait ménager leur susceptibilité et mettre en oeuvre une politique de front unique en direction de leurs dirgeants, qui finalement ne pouvait que renforcer leurs illusions au lieu de les combattre, puisque dans le même temps leur véritable nature traitre était soigneusement escamotée. Politique menée en pure perte de temps et d'énergie puisque militants et travailleurs finissaient toujours par se rendre compte un jour qu'ils avaient été trompés et qu'ils ne cessaient de les trahir parce qu'ils avaient abandonné le combat pour le socialisme ou que changer la société n'était plus vraiment leur objectif.

Bien entendu pour avoir mis en oeuvre une telle politique opportuniste, il ne fallait pas compter en tirer profit pour construire le parti. On notera au passage que la lutte de classe menée sur le front du réformisme ou du trade-unionisme permettra d'engranger des succès qui profiteront à la fois au PS et au PCF, mais aussi aux différentes organisations trotskistes, ainsi c'est en subordonnant davantage les masses à ces partis contre-révolutionnaires et au régime capitaliste que ces organisations se renforceront, provisoirement, et que l'illusion que leur politique était correcte allait empêcher toute discussion sur leur véritable orientation, soutenant le PS et le PCF à chaque élection depuis 1958.

Le désastre de cette politique, on allait le découvrir et le vivre plus tard, maintenant, depuis le tournant néolibéral des années 80-90.

Imaginez que pour traverser une rivière en crue un sauveteur vous tienne solidement par le bras et qu'au beau milieu il vous lâche, c'est exactement ce qui est arrivé au mouvement ouvrier au début des années 80, et personne n'était assez fort pour le sauver du sort qui l'attendait puisque tout le monde avait misé sur ce sauveteur, le PS et le PCF.

Poursuivons notre explication. Il y a évidemment un élément dont on ne peut pas faire l'économie et qui nous interdit de soutenir ces partis ou de nous adresser à leurs dirigeants si l'on veut être crédible, à savoir que leur abominable passé rejaillit toujours, comme un cadavre en décomposition qui a rompu ses liens usés par le temps et qui remonte à la surface au détour d'une polémique, lors d'une commémoration, d'une nomination, leurs adversaires de droite s'employant aussi à nous rafraîchir la mémoire, sans oublier Internet de nos jours où l'on trouve une multitude de portails et d'articles critiques qui rappellent leurs tristes faits d'armes, du soutien au colonialisme, à la guerre, en passant par leur misogynie ou leur racisme, xénophobie.

De nombreux travailleurs et militants découvrent petit à petit leur véritable histoire, elle pousse certains à tourner le dos au mouvement ouvrier hélas, c'est parce que nous combattons ce phénomène qu'il nous est impossible d'accorder la moindre circonstance atténuante à ces partis et à leurs dirigeants, ce qui peut demeurer incompréhensible si on les juge sur les réformes auxquelles ils ont été associés, alors qu'en réalité elles leur ont toujours été imposées par la mobilisation des masses et le développement de la lutte des classes, tandis qu'ils s'employaient à préserver l'essentiel, le régime, jamais d'eux-mêmes ils n'ont pris une mesure sociale ou politique pouvant porter atteinte à l'intégrité du régime en place, jamais, c'est cela qu'il faut se graver dans le cerveau.

En réalité, c'est le combat de l'ensemble du mouvement ouvrier qui a été subordonné (corrompu) à ces objectifs immédiats de réformes, sans se soucier de la nature du régime qui les appliquaient, de tel sorte que l'objectif du socialisme fut brader et passa à la trappe. Si vous vous demandiez quand et comment il avait fait pour disparaître, vous avez la réponse. C'est cette politique qui nous a conduit où nous en sommes. En pure perte puisque tout fout le camp, on aura eu tout faux sur absolument toute la ligne, allez donc demander aux Grecs qui ont été logés à la même enseigne ce qu'ils en pensent, quelle bénéfice ils en ont tiré, ce qu'il leur en reste, rien et ils n'ont même pas l'ombre d'un parti révolutionnaire auquel se raccrocher, on pouvait guère envisager pire incurie politique.

Quand on sait réellement à quoi s'en tenir à propos de ces partis et leurs dirigeants, a-t-on le droit de colporter la moinde illusion envers eux ? Notre réponse est non. Bien entendu on a parfaitement conscience que la plupart des travailleurs et des militants n'abordent pas ces partis exactement ou pas du tout de la même manière que nous, et que notre discours pourra leur sembler incompréhensible, aussi nous devons expliquer et expliquer encore sur quoi il repose, qu'on ne peut pas combattre pour le socialisme ou changer la société et en même temps ne pas combattre ceux qui avancent masquée et en sont de farouches ennemis. Mais notre discours peut être saisi par les éléments les plus avancés ou conscients des masses. On ne doit pas craindre de se retouver à contre-courant des masses quand il s'agit de conserver intact l'essentiel ou de le défendre, le programme de la révolution socialiste, notre idéal d'une société débarrassée du capitalisme et du règne de l'exploitation. A ne pas confondre avec la volonté de se couper des masses pour refaire le monde à huis clos qui est la pire attitude à avoir, car c'est se priver des moyens pour atteindre notre objectif, cela revient à l'abandonner. Notre discours ne s'adresse pas à une couche particulière de travailleurs, mais à l'ensemble des masses exploitées en intégrant les tâches politiques qu'elles ont à accomplir en fonction de la situation en nous appuyant sur les couches les plus avancées et non l'inverse ou celles qui sont subordonnées au capitalisme et qui espèrent (encore) en tirer profit.

On pourrait nous le reprocher par la suite, nous assimiler à des complices de ces partis et leurs crimes, nous juger indignes de confiance pour avoir été en collusion avec eux. Cela me fait penser à un père qui aurait menti inutilement à sa fille, et qui le découvrant un jour déciderait de le juger sévèrement pour l'avoir ainsi trompée, je vous rassure tel n'a jamais été mon cas, je le précise car ma fille me lit !

Le NPA soutient la guerre impérialiste contre le peuple syrien au côté de Hollande, Fabius, Obama, Cameron, Netanyahou, etc. il a soutenu le mariage homosexuel initié par la reine Beatrix des Pays-Bas, il soutient le communautarisme islamique radical, le féminisme dégénérée en écrivant par exemple "militant(e)s", il soutient la version officielle du 11 septembre 2001, il refuse d'admettre que l'oligarchie financière s'est dotée d'une stratégie politique conduisant à l'établissement d'une dictature mondiale, il va jusqu'à occulter totalement l'existence des institutions qu'elle a mises en place pour avancer vers cet objectif, Poutou a affirmé, en marge du défilé du 1er mai à Bordeaux soutenir le vote en faveur de Hollande au second tour de la présidentielle en 2012 , 10 ans plus tôt la LCR s'était illustrée en appelant à voter Chirac au second tour de la présidentielle, le NPA appelle à faire "barrage à la droite" à chaque élection refusant d'admettre que le PS est de droite, il refuse systématiquement de s'associer aux campagnes unitaires initiées par le POI y préférant la compagnie de la Fondation Copernic, etc. etc. etc.

Pas un centime pour un tel parti ! (pour rire, à moitié seulement) Pas un centime pour le djihad en Syrie !

Un extrait de deux articles de presse d'hier.

- Le Nouveau Parti anticapitaliste a lancé une souscription et espère rassembler un peu plus de 1 million d'euros notamment pour présenter des candidats aux élections de 2014.

Visant "un peu plus de 1 million d'euros", le NPA "lance un appel au peuple de gauche", pour que "la voix anticapitaliste se fasse entendre". "On a besoin d'argent, ne serait-ce que pour se présenter aux municipales et aux européennes, un gros combat à mener", a fait valoir M. Poutou.

L'objectif — récolter un million d’euros — pourrait paraître prudent ; mais, rapporté aux quelque 2 500 adhérents recensés en février 2013, cela représente tout de même 400 euros par tête. (Ils sont apparemment encore moins nombreux que ce qu'on pensait, une organisation sclérosée composée de dogmatiques. - ndlr)

Selon Thibault Blondin, membre de la direction du parti, pour ces dernières, le seul matériel officiel (bulletins de vote, affiches et professions de foi) coûte 1,5 million d'euros. (Foutre autant d'argent en l'air, celui des travailleurs, c'est dingue ! Vaudrait mieux dépenser cette argent dans des tracts, des brochures, tenez, dans une radio... L'histoire selon laquelle il faudrait participer aux élections pour toucher les électeurs, c'est une supercherie de bras coupés, vous avez toute l'année pour faire connaître votre parti et votre programme, sur les marchés, à l'entrée des boîtes, des gares, des supermarchés, dans les HLM, etc., cet argument est bidon, foireux, il ne sert qu'à couvrir votre conception institutionnelle de la lutte de classes, le NPA n'est pas seul dans ce cas-là. - ndlr)

Ce membre de la direction du parti se veut optimiste : «Quand on voit que certains au PS ou au PC ont donné à l'UMP, on espère que des gens jugeront utile, [qu'ils soient ou non d'accord avec nous] que nous soyions là et qu'on puisse exister.» (Ah ben ça c'est la meilleure, voilà qu'ils en appellent à la générosité des électeurs de l'UMP, du PS et du PC, écrivez donc à leurs dirigeants, mendiez leur quelques sous, qui sait ? Ou alors à votre banquier ! - ndlr)

Avec un moindre écho médiatique, le NPA aura la tâche sans doute plus ardue. (Bon, Libération va vous faire un peu de pub, tous les médias se sont fendus hier d'un article pour relayer cette campagne financière du NPA, apparemment ils n'ont pas fait preuve de la même bonne intention envers le POI... - ndlr) Libération.fr et LeMonde.fr 13.08

Un titre trompeur, mensonger. Décryptage.

- Les Etats-Unis s'opposent à la fusion American Airlines-US Airways - AFP

Un article intéressant à lire en deux temps.

1- Le gouvernement américain a porté plainte mardi pour tenter d'empêcher la fusion entre les compagnies aériennes American Airlines et US Airways, car il craint des augmentations de prix pour les passagers.

"Nous ne pouvons simplement pas approuver une fusion qui se traduirait par des tarifs plus élevés pour les consommateurs américains, des frais plus élevés et moins de services", a résumé Bill Baer, un responsable de la division antitrust du département de la Justice (DoJ), lors d'une conférence de presse téléphonique.

Les Américains dépensent déjà plus de 70 milliards de dollars par an pour le transport aérien, et cette fusion, en réduisant la concurrence, risque d'entraîner "des centaines et des centaines de millions de dollars" de coûts supplémentaires, a-t-il prévenu.

AMR, maison mère en faillite d'American Airlines, et US Airways avaient annoncé en février leur intention de se marier pour donner naissance au premier transporteur américain et à un géant mondial du secteur. L'an dernier, elles avaient transporté à elles deux plus de 130 millions de passagers dans le monde et leur chiffre d'affaires cumulé dépassait 37 milliards de dollars.

Leur fusion s'avèrerait selon lui (le DoJ -ndlr) particulièrement problématique pour l'un des aéroports de la capitale, Washington Reagan National Airport: la nouvelle entité y contrôlerait 69% des créneaux d'atterrissage et de décollage, et aurait un monopole sur 63% des liaisons directes avec cet aéroport.

M. Baer a plus généralement évoqué "des inquiétudes multiples, au niveau national, local, des grandes villes, des petites et moyennes villes", soulignant, tarifs à l'appui, qu'US Airways concurrençait aujourd'hui souvent les vols directs des grandes compagnies avec des vols à correspondance bien moins chers.

Le DoJ fait aussi valoir que si la fusion a lieu, seulement quatre compagnies concentreront plus de 80% du transport aérien aux Etats-Unis, et pourront plus facilement se coordonner pour augmenter leurs prix ou introduire de nouveaux frais (sur les bagages enregistrés, les changements de vols...).

2- C'est foutu alors ? Pas vraiment, lisez la suite.

La plainte, à laquelle se sont associés six Etats américains, a été déposée devant un tribunal de Washington. C'est au juge que reviendra la décision finale. Les compagnies peuvent tenter de solder la procédure à l'amiable en proposant des aménagements à leur projet de fusion.

Pour Michael Sabino, professeur de droit à l'Université Peter Tobin College of Business, la plainte du gouvernement "ne fera pas dérailler la fusion ni la sortie de faillite d'American", mais vise surtout "à obtenir des concessions et des cessions" des deux compagnies. AFP 13.08

Si vous vous arrêtez de lire cet article à la fin de la première partie ou que vous ne retenez que cette partie, vous serez amené à vous dire : quelle grande démocratie l'Amérique, la division antitrust du département de la Justice a un sacré pouvoir, et si vous tenez compte de la suite vous arriverez à la conclusion exactement inverse, les grandes compagnies imposent leur loi et point de démocratie. Que l'AFP n'ait retenu que la seconde partie n'étonnera personne.




ACTUALITE EN TITRES

Allez, il faut savoir mettre de l'eau dans son vin...

- Risques de blanchiment d'argent dans les vignobles français - Reuters

Et c'est reparti ou plutôt ça continue...

Nous avions annoncé que leurs lois ne serviraient qu'à stigmatiser des minorités, que c'était leur objectif, qu'il s'agissait d'une vaste manipulation dans laquelle les uns et les autres étaient tombés, depuis on en a la preuve presque quotidiennement...

- Tweets homophobes : une plainte déposée contre Twitter - LeFigaro.fr

- Les gays prennent des risques - Liberation.fr

- Trappes : enquête sur l'agression présumée d'une adolescente voilée - LeParisien.fr

- Trappes: l'adolescent blessé à l'oeil mi-juillet porte plainte - AFP

- Projet d'attaque d'une mosquée : "Les musulmans ont peur aujourd'hui" - Le Nouvel Observateur

- Un homme interpellé à Avignon pour des tags islamophobes - Reuters

Pour Benoît Hamon, "la stigmatisation systématique de l'islam, les amalgames entre islam et terrorisme ainsi que la violence verbale ordinaire à l'encontre des musulmans, permettent à certains de se sentir autorisés à franchir le cap de la violence physique". Dans le communiqué, il rappelle "la détermination du gouvernement à poursuivre tout auteur d'acte antimusulman". AFP 13.08

Monsieur Hamon, c'est la politique de votre gouvernement favorable aux régimes dégénérés du Golfe (Qatar et Arabie saoudite notamment) qui en est la cause, qui légitime la prolifération en France de l'islamisme radical wahabbite, salafiste ou takfiris qui constitue une provocation ou une violation permanente des valeurs universelles de la République, des droits des femmes, des principes de la démocratie au nom du respect des droits d'une minorité ayant adhéré à une idéologie archaïque, moyennageuse, infâme, au point qu'elle puisse parfois déclencher une violence aveugle et nourrit au passage la haine, le racisme et la xénophobie qui sont les terrains d'élection de la politique de l'extrême droite, vous en partagez la responsabilité, mieux, vous en êtes à l'origine répétons-le.

Monsieur Hamon, ce sont vos lois qui stigmatisent l'ensemble des musulmans qui sont responsables de ces amalgames qui ne devaient pas manquer de survenir, le législateur, le PS le savait aussi bien que l'UMP, sauf que voila comme elles servent vos intérêts politiques qui sont identiques, vous n'avez pas aboli ces lois, ou alors il fallait avoir le courage de réprimer plus durement cette pratique barbare du port du niqab ou de la burqa, le voile étant autre chose que l'on peut accepter dès lors qu'il ne contribue pas à marginer les femmes qui le portent, si le port du voile était incompatible avec certaines activités, dans ce cas précis il faudrait l'interdire également.

Ma position a évolué sur cette question en fonction des développements qu'elle a pris ces dernières semaines (en France mais pas seulement), il faut dire aussi que jusqu'à présent je ne m'y étais pas vraiment intéressé par manque de temps. Dorénavant je pense que le port de la burqa ou du niqab doit être caractérisé comme un délit et doit être sanctionné très lourdement après un simple avertissement, suppression des droits civiques et emprisonnement immédiat en cas de récidive...

On ne peut pas admettre une telle pratique en 2013 qui nous renvoie des millènaires en arrière ou alors il faut abdiquer toutes nos valeurs et tous nos principes humanistes, tous les progrès de la civilisation humaine. Je vais aussi aborder ce sujet demain avec mes petites nièces (11 et 13 ans) scolarisées dans une école publique à Pondichéry. L'islamisme radical est à classer au même rang que l'idéologie d'extrême droite, leur céder du terrain est inconcevable.

Coupez-leur les deux... mains... au nom de l'égalité !

- Journée des gauchers: Pensez-vous qu’ils sont défavorisés? - 20minutes.fr

L'euthanasie : c'est la vie ! Vive le Dr Bonnemaison.

- Euthanasie : le Dr Bonnemaison renvoyé aux assises ? - Le Nouvel Observateur

Le parquet de Bayonne (Pyrénées-atlantiques) a requis le renvoi devant la cour d'assises du Dr Nicolas Bonnemaison, ex-médecin urgentiste dans cette ville, pour huit cas d'empoisonnements mortels de patients vulnérables, ont indiqué ses avocats. Le Nouvel Observateur avec AFP 13.08

Il n'y a rien de pire que de finir à l'état végétatif, d'être maintenu artificiellement en vie avec des tuyaux ou bourré de médicaments pour ne pas souffrir en attendant la fin, crever grabataire, vaut mieux partir d'un coup, brutalement, pendant son sommeil ou précipiter les choses, programmer le dernier voyage, quoi.

L'homme n'a pas été conçue par la nature pour vivre si vieux ou pas dans ces conditions. S'accrocher à la vie c'est vraiment vouloir finir comme on l'a commencée, à croire qu'elle n'a servi à rien. A moins qu'on ne s'en rende pas compte, on régresse inconsciemment, c'est terrible car en plus on devient un fardeau pour notre entourage, j'ajouterai, bien avant, quand tu deviens vieux, on te respecte si tu as du fric ou par intérêt, sinon on te néglige ou on te fait comprendre que tu appartiens déjà au passé.




INFOS EN BREF

POLITIQUE

1- République tchèque

Le gouvernement tchèque, mis en minorité la semaine dernière au Parlement après un mois seulement au pouvoir, a remis mardi sa démission au président Milos Zeman.

Le Premier ministre Jiri Rusnok a été chargé d'expédier les affaires courantes jusqu'au déblocage de la crise politique, qui pourrait passer par des élections législatives anticipées.

Les députés ont refusé mercredi dernier leur confiance au gouvernement de Jiri Rusnok, économiste de gauche, qui n'a obtenu que 93 voix sur 200. Reuters 13.08

2- Tunisie

L'opposition tunisienne a revendiqué mardi soir des dizaines de milliers de manifestants à Tunis, maintenant la pression sur les islamistes au pouvoir dont elle réclame la démission depuis l'assassinat d'un opposant fin juillet qui a provoqué une profonde crise politique.

Les détracteurs du parti islamiste Ennahda qui dirige le gouvernement avait fait de cette manifestation mardi, à l'occasion de la journée de la femme, un test pour sa capacité à mobiliser, les fêtes de fin du ramadan la semaine dernière ayant porté un coup à la contestation.

Les opposants ont revendiqué des dizaines de milliers de participants, alors qu'un rassemblement rival, organisé par les islamistes, n'a réuni que quelques centaines de personnes dans l'après-midi à Tunis.

Le choix du 13 août est symbolique, cette date marquant l'adoption en 1956 d'une législation accordant aux femmes des droits sans pareil dans le monde arabe. Les islamistes d'Ennahda sont sans cesse accusés de vouloir revenir sur ces acquis.

Les slogans repris par la foule prônait dès lors les droits de la femme et dénonçaient Ennahda, tel "La Tunisienne est libre, les frères musulmans dehors" ou encore "la Tunisienne est musulmane mais pas islamiste".

Le Front de salut national, une coalition d'opposants allant de l'extrême gauche au centre droit, a pour sa part annoncé dans un communiqué le début d'une campagne "Dégage", slogan phare de la révolution de janvier 2011, visant les responsables régionaux nommés par Ennahda.

Cette coalition prépare aussi "une mobilisation générale pour la semaine du départ (du gouvernement) à partir du le 24 août", sans plus de précisions.

Elle réclame encore et toujours la dissolution de la Constituante et un gouvernement composé d'indépendants.

Ennahda a rejeté ces revendications, proposant en retour d'élargir son gouvernement à tous les partis. Les islamistes insistent sur sa légitimité issue de la Constituante élue en octobre 2011 mais dont les travaux ont pris près d'un an de retard faute de consensus sur la Constitution.

Le président Moncef Marzouki, un laïc allié des islamistes, a pour sa part exprimé une position très proche de celle d'Ennahda.

"Il faut qu'il y ait un gouvernement d'union nationale où tous les partis politiques seront représentés dans la prise de décision", a déclaré le président, dont les fonctions sont essentiellement honorifiques.

Il a aussi réclamé la reprise des travaux de l'ANC, gelés depuis une semaine par son président qui espère ainsi forcer les deux camps à négocier, sous l'égide du puissant syndicat UGTT. De premiers pourparlers entre Ennahda et la centrale syndicale n'ont conduit lundi soir à aucune avancée.

"Nous espérons que la situation se clarifie à la fin de la semaine et qu'on arrivera à des solutions consensuelles", a estimé le Premier ministre Ali Larayedh.

Sa position est cependant fragilisée par l'UGTT, forte de 500.000 membres, et le patronat Utica qui sont pour la mise en place d'un gouvernement de technocrates tout en étant favorable au maintien de l'ANC. AFP 13.08

3- Syrie

L'information a été diffusée lundi : les forces spéciales de l'armée britannique accompagnée des unités de l'armée française sont en route pour le golfe d'Aden où elles entendent mener des exercices baptisés Cougar 13 . Selon le site Al Taqqir, l'objectif de ces manoeuvres est de semer la panique dans les rangs d'Alm Qaida désormais bien actif dans la péninsule arabique.

Des navires de guerre britanniques ont commencé à appareiller lundi d’Angleterre pour des manoeuvres en Méditerranée, au cours desquelles une frégate, le HMS Westminster, doit faire escale à Gibraltar où les tensions avec l'Espagne est grandes. Ces exercices "Cougar 13", qui se déroulent en Méditerranée et dans le Golfe persique et impliquent quatre navires de guerre, sont prévus de longue date selon Londres, mais ils ont été interprétés dans la presse espagnole comme étant une tentative d’intimidation britannique.

Quant à la presse du Moyen Orient, la Grande Bretagne et la France prétexent la menace qaidiste pour avoir une présence militaire renforcée dans la région alors que celles-ci va de crise en crise. 700 soldats de la force d'intervention rapide se trouvent à bord de ces quatre navires britanniques qui sont accompagnés du porte avion Illastriad britannique et de son homologue français Charles De Gaule. Les exercices devront durer pendant quatre moins. Ce déploiement de troupes, jamais vu depuis des années au Moyen Orient et dans la peinsule pourrait selon les analystes anticiper une guerre totale que les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux cherchent à déclencher pour s'accaparer des ressources et des richesses de la région. french.irib.ir 13.08

4- Liban

Dans un geste d'ingérence sans précédent dans les affaires intérieures libanaises, l'ambassadrice américaine au Liban Mora Connelli a déclaré : « Nous voulons un gouvernement libanais sans la présence du Hezbollah ». Elle a déclaré que «la coopération de Washington avec le futur gouvernement libanais dépendait de sa composition, de la déclaration ministérielle et de son fonctionnement » a-t-elle dit encore. french.irib.ir 13.08

5- Libye

Les attaques contres les médias se multiplient à Benghazi. Lundi 12 août, la directrice du bureau de la chaîne privée Libya Al-Ahrar dans la grande ville de l'Est libyen a échappé de justesse à une tentative d'assassinat. D'après un journaliste de l'antenne, sa voiture "a essuyé plusieurs coups de feu (alors qu'elle était en) route vers son bureau". Après l'attaque, elle a "reçu des menaces par téléphone lui indiquant qu'elle sera[it] tuée".

Créée durant la révolte qui a renversé en 2011 le régime de Mouammar Kadhafi, la télévision Libya Al-Ahrar siège à Doha au Qatar. Menacé à plusieurs reprises, son personnel à Benghazi a été récemment obligé d'abandonner les bureaux qu'il ne fréquentait déjà que ponctuellement.

L'attaque visant Khadija Al-Ammami intervient trois jours après la mort à Benghazi d'Azzeddine Koussad, présentateur à la télévision privée Libya Al-Hurra, tué de plusieurs balles par des inconnus. Le Monde 13.08

Un coup des Saoudiens ou d'un groupe quelconque de barbares armés jusqu'aux dents...


SOCIAL

Afrique du Sud

Les syndicats de mineurs sud-africains ont rejeté mardi une nouvelle offre d'augmentation salariale de 5,5% de la part de l'industrie aurifère, menaçant de nouveau de grèves ce secteur crucial de l'économie sud-africaine.

Le puissant syndicat NUM, qui représente 64% des mineurs aurifères, et l'organisation plus modeste Solidarity ont jugé que cette nouvelle proposition était inacceptable.

"Nous estimons qu'ils se ridiculisent", a déclaré à l'AFP Lesiba Seshoka, porte-parole.

Le NUM demande une revalorisation de 60%, tandis que son rival l'AMCU exige +150%.

Le 24 juillet dernier, les syndicats avaient rejeté une précédente proposition de revalorisation salariale de la part du patronat à +5%, déjà améliorée par rapport à une offre initiale de +4%. Les deux parties avaient alors décidé de recourir à une procédure d'arbitrage leur permettant de discuter en présence d'un médiateur pendant une période de 30 jours.

La fixation d'une date-limite au 24 août pour la conclusion d'un accord signifiait que chacune des parties devait faire des concessions, a souligné le secrétaire général de Solidarity Gideon du Plessis.

"Les employeurs devront offrir plus que ce qui a été prévu au budget", a-t-il déclaré dans un communiqué.

"Les syndicats devront obtenir mandat de leurs membres pour réclamer moins que ce que nos membres attentent actuellement pour que la grève soit évitée", a ajouté M. Du Plessis.

Une hausse de 5,5% correspond "à un montant garanti de 9.095 rands (690 euros) par mois pour un salaire de base" a plaidé de son côté la Chambre des Mines dans un communiqué.

Le patronat a également évoqué la possibilité de négocier une participation aux bénéfices qui pourrait ajouté 1% supplémentaire aux salaires de base.

Selon M. Sheshoka, les mineurs poseront leurs outils en cas d'échec des négociations qui doivent se poursuivre la semaine prochaine.

"Si nous ne trouvons pas d'accord, nous publierons une déclaration de non-résolution, ce qui signifie que nous pourrions nous mettre en grève", a -t-il ajouté. AFP 13.08

Je ne connais pas le coût de la vie en Afrique du Sud donc je m'abstiens de tout commentaire, je note seulement l'écart énorme qui existe entre la proposition du patronat et les revendications des syndicats.


Le 15 août 2013

CAUSERIE

It's day off today because we celebrate the 66th Independance day of India.

But there is no true independance for the workers without leaving Commonwealth, FMI and UNO (ONU), fighting for there social rights with there unions and building a new Communist party. The political party in power in the coalition government ruling by the upper classes can't provide for workers needs and fight for socialism.

J'ai quand même réussi à actualiser le site avant de partir déjeuner chez l'un de mes beaux-frères. De nouveaux articles en ligne ce soir.

Au fur et à mesure que les droits de la majorité ou de l'ensemble de la population sont rognés ou bafoués, certaines minorités obtiennent de nouveaux droits. Du coup la majorité, des couches qui la composent ou d'autres couches minoritaires estiment injuste le traitement qui leur est réservé par le législateur et s'en prennent aveuglément aux minorités qui ont bénéficié de sa généreuse attention.

Généreuse attention du législateur qui n'était pas dénuée d'arrière-pensées politiques, ce dont le petit-bourgeois ou le gauchiste se moquera éperdument ou n'aura pas conscience pour ne pas voir plus loin que le bout de son nez ou qui se moque de savoir dans quelles conditions ses besoins immédiats seront satisfaits ni par qui, ayant la fâcheuse tendance à prendre ses désirs pour la réalité, il se satisfera de les voir satisfaits sans se poser davantage de questions, quite à soutenir au passage un régime réactionnaire ou une dictature, ce n'est pas le genre d'arguments qui l'empêcheront de dormir, l'hypocrisie, la mauvaise foi ou la malhonnêteté intellectuelle lui permettront de justifier son attitude ou ses positions. Il ne vous aura pas échappé que c'est le même comportement (qui se moque de savoir dans quelles conditions ses besoins immédiats seront satisfaits ni par qui) qu'avait adopté le mouvement ouvrier et son avant-garde au cours de la seconde moitié du XXe siècle...

Ainsi c'est la différence de traitement dont fait preuve l'Etat au profit de certaines couches minoritaires aux détriments de la majorité, qui est à l'origine des affrontements qui peuvent se produire entre elles, du fait que la perception que la majorité peut avoir de ces minorités s'en trouve faussée, ce sont les représentants de l'Etat qui créent les conditions favorables à cet affrontement entre les différentes couches de la société pour conserver leur pouvoir ou appliquer pendant ce temps-là leur politique réactionnaire qui frappera l'ensemble des masses exploitées.

Croire dans ces conditions-là que l'acquisition de nouveaux droits en permettra le plein exercice est un leurre, sur le papier sans doute, dans la réalité certainement pas ou à vos risques et périls parce que les masses demeurent arriérées à des degrés divers.

L'hétérogénéité des masses et l'atomisation de la classe ouvrière se traduisent par des inégalités sociales croissantes entre leurs différentes couches, elles sont très loin d'être logées à la même enseigne, ces inégalités de traitement social et la situation propre à chaque couche se traduisent à leur tour par une intolérance vis-à vis de l'une ou l'autre de ces couches ou minorités, ce qui est inévitable puisqu'elles ignorent toujours quelle est l'origine réelle de leurs difficultés ou des problèmes qu'elles rencontrent dans la société, elles seront donc tentées de s'en prendre de préférence à celles que les médias et les partis de l'ordre leur donneront en pâture ou leur désigneront indirectement ou très hypocritement, c'est ainsi que le racisme, la xénophobie, l'homophobie, etc. acquièrent un caractère permanent qui a tendance à s'accentuer en période de crise du capitalisme, dès lors que ses représentants s'en servent pour passer cette crise sans encombre une fois profondément divisée les masses exploitées qui en sortiront encore plus affaiblies.

Autre chose.

En égypte, d'un côté les Frères musulmans ont profité de l'arriération des couches les plus faibles des masses exploitées pour les attirer vers eux, de l'autre côté une coalition hétéroclite de partis démocratiques bourgeois, laïcs, dits de gauche soutenus par l'ensemble des couches et des classes de la société, dont la bourgeoisie qui incarne le régime et de ce fait qui a le soutient de l'armée.

Les deux camps s'opposent alors qu'aucun d'eux n'entend rompre avec le FMI, l'UE, Washington, Israël et l'armée, du coup ce sont les masses les plus vulnérables qui vont payer et qui paient déjà le prix fort de la manipulation populiste orchestrée par les Fréres musulmans et de l'hypocrisie, de la collusion de la gauche avec le régime hérité de Moubarak soutenu par l'impérialisme américain.

Le rôle et la politique des Frères musulmans, qui n'existeraient pas sans le soutien politique et financier du Qatar et des Etats-Unis notamment, consiste uniquement à profiter de l'immaturité politique du mouvement ouvrier pour le diviser, faire en sorte que les différentes couches des masses exploitées s'affrontent entre elles, tandis que le régime en place continue de servir les intérêts de l'impérialisme anglo-saxon, français et autres.

Parole d'internaute.

(A propos de l'Egypte)

1- "C’était inévitable. La répression de l’armée est atroce mais face à des suicidaires qui ont la prétention de se déclarer martyrs, pouvait-il en être autrement ? Les vrais bourreaux sont les extrêmistes qui ont placé des enfants, des femmes au cœur de ce conflit, boucliers humains à des fins médiatiques : ce qui prouve au monde entier, que ce groupe extrêmiste n’a jamais eu la moindre considération pour l’être humain. "

Il ne vous a pas échappé qu'ils n'étaient pas plus musulmans que vous et moi, bravo !

2- "On a le choix entre trois solutions ; les islamistes, l'armée, les démocrates : on choisit bien sûr les démocrates !

Le petit problème, c'est que ce choix n'existe pour le moment pas, reste le choix entre deux solutions : les islamistes et l'armée. On choisit l'armée, bien sûr !"

Si un jour, je ne vous le souhaite pas, vous descendez dans la rue pour manifester et qu'elle vous tire dessus, je ne suis pas sûr que vous choisirez le camp de l'armée. Vous incarnerez la démocratie et l'armée le prétendra aussi notez bien, chacun à sa manière.

Quel est ce merveilleux pays ?

- Voilà un pays (...) qui joue un rôle pacificateur dans les relations internationales et qui est pourtant accablé par une classe politique toujours en verve quand il s'agit de clouer des Arabes au pilori.

Femmes ou hommes, on s'y sent en sécurité. Les rues sont sûres. Le Point.fr 14.08

Réponse : le Qatar, le micro-Etat sioniste arabe après celui d'Arabie Saoudite.

Plus pourri encore, l'auteur poursuit en se livrant à un amalgame ou l'un des termes fait défaut : le salafisme, le recrutement et l'armement d'une armée de djihaidistes par le ploutocrate dégénéré du Qatar, véritables mercenaires fanatiques pour le compte de l'impérialisme anglo-saxon, français accessoirement qui sèment la terreur de Tripoli à Damas en passant par Le Caire ou Tunis.

- En réalité, tout le monde a compris que ce qui pose problème, aux observateurs, journalistes et autres acteurs de la vie politique, c'est l'islam. Le Point.fr 14.08

En réalité, c'est lui qui désigne quel doit être l'ennemi que la population en France (et ailleurs dans le monde) doit combattre, l'islam, donc l'ensemble des musulmans, alors que seuls les wahabbites, salafistes et takfiris posent problème dans la mesure où ils ont adopté une lecteur rigoriste, extrémiste, guerrière, djihadiste du Coran, qui dorénavant se répand dans les banlieues ouvrières ou les couches les plus faibles avec les conséquences que l'on connaît.

Le Point, un magazine à boycotter.




ACTUALITE EN TITRES

L'hypocrisie planétaire

- Egypte: un bain de sang condamné par la communauté internationale - L'Express.fr

- Avec les Frères musulmans, l'armée a aussi écrasé la démocratie naissante en Egypte - LeMonde.fr

- Au Caire, «ils ont tiré sur des femmes et des enfants» - Liberation.fr

Les vases communicants

- Réserve ministérielle : 27 millions d'euros distribués en toute opacité - LeMonde.fr

- Sarkothon: les 10,6 millions d'euros demandés bientôt atteints - L'Express.fr

A 13 ils deviendront obsédés, à 14 ils seront sevrés, à 15 dégoûtés, à 16 ils deviendront homos ou se feront eunuques !

- Suède. Les garçons commencent le porno à 12 ans - Le Nouvel Observateur

Je parle dans leur société en décomposition, et puis le porno est un truc franchement dégueulasse....




ACTUALITÉ DU JOUR

Un ange veille sur le régime : le PCF!

Le Parti communiste français (PCF) a estimé mercredi que le "rebond d'activité est à analyser de près, sans rien occulter et sans angélisme" après l'annonce d'une hausse du PIB de 0,5% au deuxième trimestre.

"Ce rebond, plus fort que prévu, est à analyser de près, sans rien occulter et sans angélisme", écrit dans un communiqué Olivier Dartigolles porte-parole du PCF. AFP 14.08

Pas besoin d'être "de près" pour s'apercevoir qu'il y a toujours autant de chômeurs et de travailleurs pauvres en France.

Qui y a cru un instant ? Personne, sauf les naïfs ou les ignorants.

Vendredi 9 août, lors d'une conférence de presse, Barack Obama jurait de réformer le Patriot Act et de mieux encadrer les activités de surveillance de l'Agence nationale de sécurité (NSA) américaine. Pour ce faire, il a promis la constitution d'un groupe d'experts pour auditer et évaluer les programmes de surveillance des communications menés par les Etats-Unis.

Le projet du président américain se précise : la Maison Blanche a chargé, lundi 12 août, un certain James Clapper de former ce groupe. C'est également à lui que les experts fourniront leurs conclusions provisoires – sous soixante jours – puis définitives, avant le 15 décembre.

Problème : James Clapper n'est autre que le directeur national du renseignement, qui coordonne les agences de renseignement américaines, dont la NSA. Il est placé directement sous l'autorité du président. Une personnalité fort peu représentative de l'"indépendance" pourtant annoncée vendredi par Barack Obama dans son discours.

James Clapper a par ailleurs avoué avoir menti devant les sénateurs à propos des programmes de la NSA. Lorsque ces derniers l'avaient interrogé à ce sujet, en mars, il avait répondu que la NSA ne récoltait aucune donnée sur les Américains. Plus tard, il avait admis que sa réponse était "clairement erronée". Tant pis pour la "confiance du public" appelée de ses vœux par le président lors de sa conférence de presse.

Enfin, comme le note le Washington Post, le mémo que lui a adressé la Maison Blanche ne fait pas mention de la présence de personnalités externes au renseignement, contrairement, là encore, à ce qu'avait annoncé le président américain lors de sa conférence de presse.

Et le quotidien américain de remarquer que ce comité rappelle celui établi en 1975 pour examiner les activités de la CIA. Trop proche de l'exécutif, il n'avait pas pu mener une véritable enquête approfondie. Le Monde 14.08




INFOS EN BREF

POLITIQUE

1- Egypte

1.1- La dispersion sanglante des manifestations au Caire réclamant le retour du président déchu Mohamed Morsi et les violences à travers l'Égypte ont fait mercredi 278 morts, en grande majorité des civils, a annoncé le ministère de la Santé.

Détaillant le bilan, le porte-parole du ministère Mohammed Fathallah a précisé que 61 personnes avaient trouvé la mort sur la place Rabaa al-Adawiya, principal rassemblement pro-Morsi et 21 sur la place Nahda, où étaient également massés des pro-Morsi.

Mais le bilan est probablement bien plus élevé, un journaliste de l'AFP ayant décompté 124 cadavres sur la seule place Rabaa al-Adawiya, QG des manifestants pro-Morsi au Caire, où le ministère de la Santé a fait état de 61 morts.

En outre, 43 policiers ont été tués, selon le ministère de l'Intérieur. Le ministre de l'Intérieur Mohammed Ibrahim a précisé que "dix-huit officiers de police, dont deux généraux et deux colonels, 15 agents, neuf conscrits et un employé civil de la police" ont péri mercredi, a-t-il détaillé. La police et l'armée ont pris d'assaut deux places de la capitale occupées par les pro-Morsi.

"Les instructions étaient de n'utiliser que les gaz lacrymogènes, pas d'armes à feu", a assuré le ministre. "Mais quand les forces de sécurité sont arrivées, elles ont été surprises par des tirs nourris", a affirmé M. Ibrahim pour qui "la police a fait preuve d'un maximum de retenue".

Alors que le prix Nobel de la paix Mohamed ElBaradei a démissionné de son poste de vice-président, refusant "d'assumer les conséquences de décisions avec lesquelles il n'était pas d'accord", le Premier ministre nommé par l'armée Hazem Beblawi a, lui, salué la police pour "sa très grande retenue".

Dans un communiqué, le gouvernement a demandé aux partisans de Mohamed Morsi d'"entendre la voix de la raison" et a prévenu que les cadres des Frères musulmans seraient tenus responsables de "toutes les émeutes et les violences".

A l'issue d'une journée de heurts meurtriers, les autorités ont décrété l'état d'urgence et un couvre-feu dans la moitié des provinces, dont celles du Caire et d'Alexandrie (nord). Une heure après l'entrée en vigueur de ce couvre-feu, des responsables de la sécurité ont indiqué à l'AFP que le calme était revenu dans l'ensemble du pays.

Sur le plan international, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, issu de la mouvance islamiste, a exhorté le Conseil de sécurité des Nations unies et la Ligue arabe à intervenir pour mettre fin à un "massacre" et a dénoncé le "silence" de la communauté internationale.

Le Qatar, soutien régional de l'ancien gouvernement de Mohamed Morsi, a condamné les assauts contre les manifestants, et l'Iran a estimé que l'Egypte courait le risque d'une "guerre civile".

La Maison Blanche a condamné "avec force" le recours à la violence et s'est opposée au retour de l'état d'urgence dans le pays en proie à des heurts meurtriers. L'Union européenne a invité les autorités à faire preuve de retenue, tandis que la France a mis en garde contre "un usage disproportionné de la force".

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a également regretté "que les autorités égyptiennes aient utilisées la force" et a condamné "dans les termes les plus forts" la violence de l'intervention des forces de sécurité égyptiennes. Reuters et Lepoint.fr 14.08

1.2- Tous les voyants devraient être au rouge en ce qui concerne l’Egypte.

En effet la nomination par le ministre des affaires étrangères (AE) du pays du goulag levant John “Skull & Bones “ Kerry de Robert Ford comme nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Egypte, est un signe gravissime de ce qui se prépare pour ce pays. Qui est Robert Ford ? Ancien ambassadeur américain en Syrie, il a été celui qui a déclenché le conflit armé en Syrie pour ses patrons de Washington, de Londres et de Tel Aviv en Juillet 2011. Robert Ford est l’élève très studieux d’une des pires âmes damnées qui ait jamais évoluée au ministère des AE yankee, nous avons nommé le tristement célèbre John “Escadrons de la Mort” Negronponte, qui a acquis ses lettres d’infâmie dans les années 1980 en créant les escadrons de la mort dirigés et formés par la CIA au Salvador et au Nicaragua ; escadrons de la mort qui firent régner la terreur dans une population civile malmenée.

John Negroponte est responsable de la mort de milliers de personnes “disparues” ou enlevées, torturées à mort par ses exécuteurs des basse œuvres. Negroponte était alors ambassadeur des Etats-Unis au Honduras et il mit en place ce qu’on appelle depuis “la solution salvadorienne” de contre-insurrection à grand renfort d’escadrons de la mort. Par la suite, en 2005, Negronponte a été le “vice-roi” d’Irak et est le responsable direct, par l’importation et la formation d’escadrons de la mort, du conflit irakien sunnite-chiite, qui n’existait pas avant l’invasion américaine du pays, ni même avant la déconfiture militaire américaine qui s’en suivit entre 2003 et 2005.

Là où Negroponte va… Vont également les escadrons de la mort! Ceci est devenu un adage bien connu. french.irib.ir 14.08

2- Syrie

Selon la presse israélienne, Israël vient de proposer un plan au chef d'état major US, le général Dempsey, qui vient en aide des " rebelles syriens".

Les nettes divergences entre la Russie et les Etats Unis éloignent chaque jour davantage les perspectives d'une solution de la crise syrienne, ce qui exhorte les Américains et leurs alliés régionaux et occidentaux à élargir leur soutien financier et armé aux terroristes syriens. The Independant, cité par Al Manar, a publié un rapport où il révèle l'existence de vaste réseaux de trafic d'armes occidentales en direction de la Syrie. Le journal se réfère aux documents et aux preuves fiables selon lesquels l'"opposition armée à Assad" a reçu une grande quantité d'armes et de munitions de la part des pays occidentaux. " La Grande-Bretagne a envoyé depusi 2011 quelques 8 millions de livres sterlings aux opposants syriens -ndlr : qui sont en effet composés de qaidistes venus de l'extérieur- et la Grande Bretagne étudie actuellement l'envoie d'une plus grande aide militaire aux rebelles".

Selon The Independent, " la visite du chef d'état major us , le général Dempsey en Israël s'inscrit dans le même sens" d'autres part, Yediot Aharonot fait état d'un plan conçu par l'armée sioniste qui concerne la Syrie, un plan " en deux étapes" que les israéliens viennent de remettre au général américain : il s'agit d'abord d'élargir le soutien à l'ASL et de créer pour ce faire une zone d'exclusion aérienne au dessus de la Syrie. Dans un second temps et après la chute probable d'Assad, le plan sioniste prévoit un soutien large aux courants laics pour contrecarrer la menace "islamiste". Les analystes relèvent que l'ASL ayant été quasiment anéanti, cette "opposition" armée qu'Israël soutient n'est rien d'autres que les terroristes qaidistes! french.irib.ir 14.08

3- Bahreïn

Dès les premières heures de la matinée, les Bahreïnis sont descendus dans la rue, partout, dans le pays, malgré toutes les mesures de sécurité draconiennes et les menaces du régime des Al-e-Khalifa.

Selon le reporter de la chaîne al-Alam, la ville de Karzakan est, depuis ce matin, témoin d’une manifestation pacifique de ses habitants, qui insistent sur leur droit à l’auto-détermination. A Shahrakan, qui est bouclée par les forces de sécurité du régime, les Bahreïnis ont organisé une manifestation d’envergure contre le régime. Les habitants de Mosala ont, eux-aussi, participé à la manifestation de ce 14 août, pour réitérer leurs revendications démocratiques de la révolution du 14 février. Les habitants d’al-Akar ont été dispersés par des gaz toxiques, tandis que, dans les villes de karana et d’Aldiya, les manifestants scandaient des slogans insistant sur la poursuite de la révolution du 14 février. A Aldaraz, les manifestants demandaient le changement immédiat du régime des Al-e-Khalifa. french.irib.ir 14.08


SOCIAL

1- Chili

Le syndicat représentant les quelque 2.500 salariés d'Escondida, la première mine de cuivre au monde contrôlée par le géant anglo-australien BHP Billiton dans le nord du Chili, a lancé mercredi un mouvement de grève de 24 heures pour réclamer une prime non versée.

L'arrêt de travail a débuté à 08H00 locales (12H00 GMT) après que la direction de la mine eut refusé de régler aux salariés une prime annuelle ne figurant pas sur leurs contrats et qui s'était élevée à environ 5.000 dollars par salarié l'année dernière.

"C'est une prime qui est définie par l'entreprise et qu'ils ne veulent pas payer. Nous ne réclamons pas une somme précise mais que nous soit payée une prime comme tous les ans", a expliqué à la presse locale Marcelo Tapia, porte-parole des travailleurs d'Escondida, n'excluant pas une éventuelle prolongation du mouvement.

M. Tapia a indiqué que leurs revendications comprenaient également la mise en place d'un système de contrôle des heures supplémentaires ainsi que le retrait de caméras de surveillance installées dans les camions de la mine.

De son côté, la direction n'avait pas immédiatement fait de commentaire sur ce mouvement ni précisé ses répercussions sur la production de la mine.

La production de sur le site d'Escondida a bondi de 28% en 2012, à 1,07 million de tonnes, enregistrant un bénéfice de 3,17 milliards de dollars, en hausse de 14,2% sur un an.

La mine, basée à Antofagasta (1.300 km au nord de Santiago du Chili), est la propriété de BHP Billiton (57,5%), de l'autre groupe anglo-australien Rio Tinto (30%) et des japonais de JECO Corporation (10%) et JECO 2 ltd (2,5%).

Le Chili est le plus important producteur de cuivre de la planète, couvrant un tiers de l'offre mondiale. AFP 14.08

2- Brésil

Le Brésil dénonce les abus de Samsung. Le Brésil a assigné le géant de l'électronique sud-coréen en raison des mauvaises conditions de travail que le groupe impose à ses employés d'une usine de la région amazonienne, a indiqué le gouvernement brésilien.

Selon le ministère brésilien du Travail, les ouvriers de l'usine de Samsung travaillent jusqu'à 15 heures par jour, dont 10 heures de travail debout et parfois jusqu'à 27 jours d'affilée.

L'enquête qui a permis de découvrir ces abus a été menée à l'usine de Manaus, l'une des plus importantes des 25 usines du groupe sud-coréen dans le monde. Cette usine emploie 6000 ouvriers et fournit des produits de Samsung dans toute l'Amérique latine. Le géant sud-coréen "soumet ses employés à des risques pour leur santé du fait d'une activité répétitive et d'un rythme de travail intense sur les chaînes d'assemblage", a précisé le ministère.

Selon un reportage posté sur le site internet du journal Tribuna Hoje, les ouvriers n'ont que six secondes pour emballer un téléphone, sa batterie, son chargeur, ses écouteurs et sa notice dans sa boîte. Les ouvriers doivent répéter cette action jusqu'à 6800 fois par vacation. De même, selon le journal, les ouvriers disposent de 4,8 secondes pour emballer un téléviseur dans son carton tandis que la production d'un smartphone, qui occupe plusieurs dizaines de travailleurs sur une chaîne de production, prend un total de 85 secondes.

Samsung a indiqué dans un communiqué examiner ces accusations. "Nous étudions la plainte dans le détail et nous promettons de coopérer pleinement avec les autorités brésiliennes", a dit le géant sud-coréen. Le Brésil réclame 250 millions de réals (près de 82 millions d'euros) de "dommages moraux collectifs". Samsung fait également l'objet de 1200 plaintes individuelles des ouvriers de son usine de Manaus. L'Expansion.com avec AFP 14.08

3- Corée du Sud

Une nouvelle grève au sein de Hyundai pourrait être déclenchée la semaine prochaine. Les salariés du constructeur automobile sud-coréen Hyundai ont décidé ce mercredi par un vote de se mettre en grève revendiquant de meilleurs salaires et conditions de travail, juste un an après la fin du conflit le plus coûteux de l'histoire de l'entreprise. Ignorant un appel de l'entreprise, les syndicats de Hyundai et de sa filiale Kia Motors ont décidé de faire grève, mouvement qui débutera après une période légale de médiation de 10 jours.

Les syndicats de Hyundai réclament 130.500 wons (120 dollars) d'augmentation du salaire mensuel de base des travailleurs, une prime équivalente à huit mois de salaires, ainsi que le partage aux salariés d'une somme de 2,4 millions de dollars -- ou 30% du bénéfice net annuel du groupe de 2012. Les syndicats de Kia ont présenté les mêmes revendications.

La direction de Hyundai souhaitent éviter un arrêt coûteux de travail invoquant auprès des syndicats des salariés que la firme ne pourrait accéder à leurs exigences au moment même où la concurrence se fait de plus en plus rude et où la la croissance ralentit sur les marchés étrangers. "Nous avons enregistré un recul de nos bénéfices en raison de la concurrence des marques étrangères dont les parts de marché augmentent et souffrons également d'une économie atone tant sur le marché national qu'international", indique le communiqué de la société.

Le syndicat a organisé l'an dernier 28 grèves partielles entre juillet et septembre, réduisant la production de plus de 82.000 véhicules pour un coût de 1,7 milliard de wons (1,5 milliard de dollars). Les pertes dues aux grèves qui ont eu lieu au sein du groupe Kia en 2012 ont été estimées de leur côté à 1,03 milliard de wons. Hyundai a annoncé un bénéfice net en baisse de 1% au deuxième trimestre 2012 à 2.520 milliards de wons (1,7 milliard d'euros). L'Expansion.com avec AFP 14.08


ECONOMIE

France

La croissance est de retour au second trimestre 2013. Mais l'INSEE a aussi de moins bonnes nouvelles à annoncer. L'emploi salarié dans les secteurs marchands en France a perdu 27.800 postes au deuxième trimestre de cette année, après une baisse de 8.300 les trois mois précédents, selon ses estimations provisoires.

Au total durant les six premiers mois de l'année, l'intérim se maintient avec une hausse de 9.600 postes.

Dans l'industrie, l'emploi a reculé de 0,4% et dans la construction de 0,5% sur le trimestre.

Dans le secteur tertiaire l'emploi diminue légèrement.

Hors intérim, l'emploi marchand recule de nouveau ce trimestre (-24.200 postes, soit -0,2%) à un rythme proche de celui du trimestre précédent (-21.600 postes), selon l'Insee. L'Expansion.com 14.08


Le 16 août 2013

CAUSERIE

Le 16 août cela fait 19 ans que je vis en Inde, et 11 ans que je n'ai pas remis les pieds en France. C'est aussi l'anniversaire de Magueswary, mon épouse. Hier j'ai passé une journée au calme et dans la bonne humeur, en famille chez un de mes beaux-frères. Comme prévu j'ai demandé à mes petites nièces hindous comme cela se passait à l'école avec leurs petites copines musulmanes qui portent le niqab ou la burqa.

Elles m'ont répondu qu'elles devaient l'enlever une fois franchi le seuil de l'école et qu'elles le remettaient avant de sortir, car son port est interdit dans l'école publique à Pondichéry (Sud de l'Inde). Ces gamines ont le même âge que mes nièces, entre 11 et13 ans, aussi quand je leur ai demandé si elles savaient pourquoi elles portaient ce déguisement, elles m'ont répondu qu'elles n'en savaient rien mais que c'était leurs parents qui devaient leur imposer. Effectivement, on voit mal une gamine de cet âge-là décider d'elle-même de se cacher du regard des autres.

On nous a raconté que le port du niqab ou de la burqa protégeait les femmes du regard pervers ou de la convoitise des hommes, or là il ne s'agit pas de femmes mais de gosses, donc cette argumentation ne tient pas. Certains musulmans convertis à l'idéologie nauséabonde d'imams radicaux seront tentés de faire dans la surenchère pour montrer qu'ils sont de bons musulmans. On est toujours à la recherche de la reconnaissance d'une autorité supérieure, comme on est prêt à livrer son sort à un sauveur suprême, divin, empereur, monarque, président ou tyran.

Ici le port du niqab ou de la burqa dans la rue ne pose pas de problèmes puisqu'il n'y a pas de contrôles d'identité, sauf des conducteurs de motos qui pour la plupart n'ont pas de permis ou d'assurance pour les racketter.

Bref, la vie me semble bien plus paisible en Inde qu'en France...

L'info qui suit ne présente pas plus d'intérêt qu'une autre de la veille qui concernait une autre ville et que j'avais lu et téléchargé sans la mentionner dans les infos en bref, après avoir constaté qu'ils en paraissaient de semblables presque tous les jours. Je me dis que ces infos reprises en boucle par tous les médias qui s'en donnent à coeur joie, doivent figurer dans toutes les conversations en France, je parle chez les travailleurs et leurs familles, pas chez les militants qui se considèrent au-dessus de ces événements qu'ils traitent avec le mépris en mimant leurs dirigeants, ils vivent dans leur bulle, je ne parle pas de ceux du NPA, de LO ou du PCF qui font dans le communautarisme et qui se font les complices des autorisés qui piétinent nos valeurs et nos principes après avoir bafoué nos droits sociaux et politique.

On aborde ces questions de temps en temps car elles nous concernent tous, parfois directement comme je l'ai montré dernièrement, et puis je me dis que cette violence quasi quotidienne doit peser sur l'état d'esprit des masses et leur interprétation de la situation. Ici en Inde je ne peux pas me plaindre d'être victime du racisme ou de la xénophobie. Il arrive parfois que la situation s'y prête de manière très circonscrite quand les relations sont tendues, mais ils n'existent pas à l'état permanent pas plus qu'une tension ou un état de violence permanent comme on peut le voir en France.

Dans d'autres régions de l'Inde, dans le nord c'est différent, lorsque le BJP détient le pouvoir, c'est un parti bourgeois concurrent du parti du Congrès, plus à droite, à l'extrême droite même dans son discours hindouiste radical, il est accusé d'être à l'origine ou de soutenir des pogroms anti-musulman ou des rixes qui se terminent en massacres ou la destruction de mosquées ou de biens appartenant à des musulmans, il est flanqué de deux partis extrémistes hindous RSS et VHS qui prônent l'expulsion des musulmans au Pakistan ou au Bangladesh.

Un jour de guerre civile comme un autre... en France

- Pas-de-Calais: deuxième nuit sous tension à Avion - Lexpress.fr 15.08

- Les tensions à Avion ont débuté mardi en fin d'après-midi alors que des policiers se rendaient sur les lieux d'un accident, dans lequel un jeune, qui habiterait le quartier, avait été grièvement blessé après avoir percuté un véhicule en stationnement alors qu'il roulait à vive allure sur un scooter.

Les policiers avaient alors été pris à partie par des jeunes présents sur place, dans le quartier République. Au cours de la nuit, une cinquantaine de jeunes avaient brûlé quatre poubelles et deux véhicules de particuliers et avaient mis le feu à une friterie, où une bouteille de gaz a explosé, ainsi qu'à la réserve d'un magasin Leader Price.

Nouvelles échauffourés à Avion. Quatre personnes ont été interpellées dans cette ville du Pas-de-Calais, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le quartier sensible de la République a vécu sa deuxième nuit consécutive de tensions entre jeunes gens et policiers, pris pour cibles par des jets de pierres, a-t-on appris ce jeudi auprès de la préfecture.

"L'agitation a repris en début de nuit dans le quartier République, vers 22h-23h quand un bus a essuyé des jets de pierres en rentrant au dépôt", a expliqué la sous-préfète Simone Mielle. Jets de pierres et grenades lacrymogènes

"Une centaine de jeunes a ensuite jeté des pierres et des projectiles divers en direction des forces de l'ordre. Celles-ci les ont dispersés par des moyens appropriés dont des grenades de gaz lacrymogène", a-t-elle indiqué, précisant qu'il n'y avait "aucun blessé". "Un conteneur poubelles a été incendié", a-t-elle ajouté. "La situation est revenue au calme progressivement vers 02h30-03h du matin", a-t-elle précisé. Lexpress.fr 15.08

Commentaire d'un internaute

- "Et pendant ce temps notre Président donne des leçons de morale à l'ambassadeur d'Egypte...!"

Rappel. Deux regards hypocrites sur la situation qui abordaient un problème bien réel que ni l'un ni l'autre ne se destinaient à résoudre sur le plan politique conformément aux besoins des travailleurs en France ou des candidats à l'immigration dans les pays concernés, le premier soutenant le régime en place, le second l'incarnant au plus haut niveau, l'impérialisme français.

Maintenant, si combattre pour le renversement du régime demeure la seule proposition que nous pouvons faire aux travailleurs face au problème soulevé ici, il n'en demeure pas moins qu'ils ne l'abordent pas vraiment dans ces termes qui nous renvoie à une date ultérieure indéterminée, et que lorsqu'ils nous en parlent ou évoquent leurs expériences, c'est maintenant ou en termes pratiques qu'ils attendent des réponses, notre discours politiques ou nos grandes théories ne les intéressent pas ou ne répondent pas à leurs questions. Aussi, il est facile de les escamoter et de fuir ses responsabilités, je parle des militants et des dirigeants, c'est l'attitude hypocrite adoptée par certains, d'autres tombent dans le communautarisme ou le tiers-mondisme et vont les traiter de racistes, d'autres enfin seront les plus droitiers et verseront carrément dans le racisme.

On voit ici que le piège tendu au militant ouvrier est triple, soit passer à nos yeux pour un indifférent ou un pure doctrinaire vivant dans sa bulle et déconnecté de la réalité auquelle les travailleurs sont confrontés, soit passer pour un partisan de l'immigration débridé dont les conséquences sociales sont intenables à terme, ce qui revient à s'en foutre et à donner tort aux travailleurs qui soulèvent cette question sous cet angle-là, soit enfin sombrer dans le racisme et tenir un discours semblable à celui de l'extrême droite. Alors quelle position et quel discours adopter ?

Répétons-le encore, il serait commode de se débarrasser de cette question en affirmant que c'est le régime qui est à l'origine de cette situation-là et qu'on n'a pas à s'emmêler, que seule à la limite nous concerne les conséquences du traitement qu'il y accorde et qu'il faut dénoncer et combattre, selon la bonne vieille méthode qui consiste à axer son action sur les conséquences de la politique du gouvernement sans s'attaquer aux origines des problèmes qu'elle engendre qu'on évoquera accessoirement pour faire bonne figure, mais pas seulement, car si chacun sait ou peut convenir que c'est la situation économique et sociale qui est à l'origine de toutes les dérives individualistes aveugles, parfois ou de plus en plus violentes, c'est encore l'ignorance des masses du fonctionnement de la société et du capitalisme qui ne leur permet pas d'interpréter la situation correctement ou autrement qu'en penchant vers le communautarisme ou le racisme.

Aussi face à un problème immédiat à résoudre qui les concerne quotidiennement, à défaut de pouvoir changer la société demain matin ni même de pouvoir infléchir son cours réactionnaire, au-delà de notre discours politique il nous faut leur proposer une interprétation qu'ils peuvent saisir, qui consiste à ne pas nier les problèmes tels qu'ils existent, personne ne peut nier qu'il existe désormais des zones de non-droit dans certains quartiers en France où la violence est quasi quotidienne, quand une paix relative règne dans ces quartiers, c'est parce que l'intimidation, la menace, l'autocensure ont pris le relais, un climat de peur permanent s'y est installé, et bien au-delà dès que vous sortez de chez vous pour aller en ville où que vous habitiez, cette situation est plus que le produit de la crise économique, une stratégie politique pour affaiblir la résistance des travailleurs qui en subissent les conséquences, les diviser en favorisant l'affrontement entre les différentes couches d'exploités de manière à pouvoir leur imposer plus facilement de nouveaux sacrifices, à l'ensemble des travailleurs pour le coup, stratégie politique qui a pour objectif la liquidation de tous leurs droits sociaux, mais pas seulement. Elle vise également au nom de l'égalité à la liquidation de tous leurs droits politiques en s'attaquant aux principes et aux valeurs de base de la démocratie et de la République que les représentants de l'Etat manipulent, tout en favorisant la ghettoïsation, le communautarisme, les idéologies politiques et religieuses les plus sectaires, violentes et réactionnaires, qui seront ressentis par une partie de la population comme des provocations intolérables auxquelles elle sera tentée de répondre par la violence, c'est à cette fin aussi, la destruction de nos droits politiques, que les représentants de l'Etat, la justice, se sont employés depuis des décennies en faisant preuve de laxisme face à la délinquance à aux actes d'incivisme qu'ils ont minimisés et de la sorte encouragés, ils concernent tous les classes et toutes les couches de la société il faut préciser.

L'ensemble de ces faits ont contribué à favoriser la haine de l'autre, un individualisme débridé, un repliement sur soi, à créer un climat nauséabond dans ce pays qui profite uniquement à la classe des capitalistes qui détient le pouvoir. L'attitude des gouvernements qui se sont succédés depuis 32 ans a contribué à affaiblir l'autorité de l'Etat, de ses représentants, tandis qu'il était de plus en plus soumis à la dictature de l'Union européenne devant laquelle tous les gouvernements et partis institutionnels ont abdiqué. Qu'est-ce qui demeure en place, comment cela se traduit-il ? Par la disparition du principe du droit et de la justice égal pour tous au profit de l'arbitraire et de la répression, pendant que caïds ou malfrats, dealers ou délinquants organisanés en bandes, imams radicaux, etc. ont pignon sur rue, font régner leurs lois et terrorisent les couches parmi les plus faibles en toute impunité.

On pourrait conclure en précisant que ce qui est en train de se produire est d'une gravité extrême pour la suite de notre combat, car dans le lot des représentants de l'Etat ou perçus comme tels qui se trouvent ainsi affaiblis ou remis en cause figure également les partis politiques dont les travailleurs se détournent, au profit d'organisations qui sont des appendices des multinationales, donc des grandes banques, ce qui est à relier au fait que l'affaiblissement de l'Etat ne se fait pas uniquement au profit de l'UE mais des multinationales et des banques qui disposent de budgets supérieurs à l'Etat français et dont l'objectif politique est de détenir tout le pouvoir, conformément à la stratégie dont mes adversaires ne veulent pas entendre parler.

A de nombreuses reprises depuis des années on a été amené à évoquer la multiplication des contradictions et des paradoxes issus de la survie du capitalisme, de l'incapacité du prolétariat mondial de se doter d'une nouvelle direction en réalité, auxquels nous sommes confrontés, qu'il nous faut gérer au mieux, auxquels il nous faut répondre, ce qui n'est pas toujours facile ou compréhensible par tous, nous en avons parfaitement conscience, on pourrait nous accuser de nous renier ou de nous contredire, etc. or il faut bien avoir conscience de ce qui est en train de se passer.

Jusqu'à présent nous vivions dans une République démocratique bourgeoise dont l'origine remontait à la fin du XVIIIe siècle, République bien imparfaite on est bien d'accord, mais qui constituait cependant le socle du droit et de l'exercice de la démocratie, certes étriquée ou limitée, mais qui par rapport à l'Ancien Régime correspondait à une évolution politique favorable aux masses exploitées qui allait leur permettre de mener la lutte de classe contre leurs nouveaux maîtres afin d'acquérir de nouveaux sociaux et politiques. Aujourd'hui, c'est ce socle qui est attaqué par le gouvernement aux ordres des banquiers et des multinationales. On se doit donc de le défendre, non pas en nous tournant vers le passé ce qui reviendrait à défendre l'ordre établi, mais en se tournant vers le futur dans la perspective d'une République sociale qui étendrait l'application des principes de la République et les valeurs de la démocratie au-delà de tout ce que nous avons connu par le passé. A l'exception de l'extrême droite, peu importe que défend ces principes ou ces valeurs, qu'il soit attaqué et nous devons le défendre.

En lisant l'article sur le traité de Partenariat Trans-Pacifique en préparation, vous mesurerez peut-être mieux l'ampleur ou la gravité de la situation, de la menace qui pèse sur nous, sur l'humanité entière. A l'arrivée il n'est même plus question de politique, de partis, d'institutions, d'Etats, notions dépassées, enterrées, seule le loi des banquiers et des multinationales détenant tout le pouvoir faisant office de droit ou de justice. Mettez cela en relation avec ce qui est en train de se passer avec le saccage de la notion du droit et de la justice en France (partout en fait) et vous aurez compris que tout se tient et qu'il y a urgence à nous rassembler pour construire le parti socialiste révolutionnaire qui nous fait tant défaut.

Exiger le respect du droit ou de la justice aussi imparfait soient-il n'est pas réactionnaire contrairement à ce qu'on pourrait penser au premier abord, mais l'inverse, c'est contrer l'oeuvre de destruction à laquelle est en train de se livrer le gouvernement aidé en cela par la gauche, l'extrême gauche et les gauchistes, fournir aux masses les bases ou les principes élémentaires sur lesquels doit reposer son interprétation de la situation pour envisager de construire une société meilleure et plus juste.

Un dialogue imaginé à Avion à l'adresse des gauchistes.

- Vous en pensez quoi madame Choukra ?

- Moi quand je vois que des policiers viennent secourir un jeune qui s'est encastré tout seul dans une voitue en stationnement et qu'il va peut-être mourir, ces policiers vont peut-être lui sauver la vie et qu'ils se font caillasser, je dis que ce sont des voyoux, des vauriens, il faudrait les mettre en prison, et attendez après ils ont caillassé un bus ces abrutis, vous êtes d'accord avec moi monsieur le militant, n'est-ce pas ?

- C'est-à-dire...

- Quoi c'est-à-dire, vous n'allez pas me dire que vous êtes du côté de cette vermine, et ce n'est pas que des jeunes certains avaient la trentaine, des voyoux je vous dis.

- Je ne sais pas pourquoi ils...

- Non, mais je rêve, vous ne savez pas pourquoi quoi, pourquoi ces abrutis balancent des pierres sur des policiers qui viennent sauver la vie d'un gosse qui pourrait être mon fils, je rêve.

- Ne le prenez pas comme cela madame Choukra, j'essayais de comprendre...

- Non mais attendez, c'est qui le militant ici, c'est vous ou c'est moi, vous étiez venu ici pour m'expliquer quoi au juste, il n'y a rien à comprendre, c'est très clair, que ces voyoux avaient des excuses, qu'ils étaient au chômage patatiti patata, à d'autres, désolé je ne vois pas le rapport, mais où vivez-vous monsieur, qu'est-ce que vous avez dans la tête, restez ici quelques jours vous allez voir, c'est un cauchemar.

- Je veux bien vous croire

- Vous ne savez rien en fait, allez voir ailleurs avec vos beaux discours, nous ce qu'on veut maintenant ce sont des actes, on en a plus que marre, vous comprenez, non, vous ne pouvez pas comprendre vous êtes comme tous ces policitiens qui viennent ici avec leurs beaux discours et l'enfer continue.

- Non mais...

- Mais quoi, je ne vous écoute plus, partez monsieur, s'il vous plaît.

Le PCF s'inquiète d'une montée d'actes anti-musulmans - AFP 15.08

Hier il tenait un tout autre langage.

Le 6 janvier 1981, L’Humanité publiait la lettre qu’adressait Georges Marchais au recteur de la mosquée de Paris à propos de l’immigration : « J’approuve le refus de Paul Mercieca de laisser s’accroître dans sa commune le nombre, déjà élevé, d’immigrés ; en raison de la présence en France de près de quatre millions et demi de travailleurs immigrés et de membre de leurs familles, la poursuite de l’immigration pose aujourd’hui de graves problèmes. Il faut les regarder en face et prendre rapidement les mesures indispensables. La cote d’alerte est atteinte […] C’est pourquoi nous disons : il faut arrêter l’immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage. Je précise bien : il faut stopper l’immigration officielle et clandestine. Il faut résoudre l’important problème posé dans la vie locale française par l’immigration. Se trouvent entassés dans ce qu’il faut bien appeler des ghettos, des travailleurs et des familles aux traditions, aux langues, aux façons de vivre différentes. Cela crée des tensions, et parfois des heurts entre immigrés des divers pays. Cela rend difficile leurs relations avec les Français. Quand la concentration devient très importante […] la crise du logement s’aggrave ; les HLM font cruellement défaut et de nombreuses familles immigrées, plongées dans la misère, deviennent insupportables pour les budgets des communes

De Gaulle et les musulmans

C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine, et de religion chrétienne ... Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront peut-être vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration,(NDLRB. dans les départements français d'Algérie) si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ! ». (Charles de Gaulle, rapporté par Alain Peyrefitte).

Un titre en complément.

Mais l'ignorance est aussi un vilain péché chez les athées !

- Les athées plus intelligents que les croyants ? - LePoint.fr 15.08

Ne vous marrez pas, la plupart des athées sont des gaullistes ou des staliniens ou des nostaliques des "jours heureux" où ils se tenaient par la main...

A propos du traité de Partenariat Trans-Pacifique.

- T.P.P. (Partenariat Trans-Pacifique) : Le Terrible Plan Ploutocratique - mardi 13 août 2013 - Le Grand Soir

T.P.P. : Le Terrible Plan Ploutocratique.(legrandsoir.info) (13.08.13)

A lire absolument la bible de la déréglementation mondiale néolibérale, à côté l'Union européenne est un carcan insupportable pour les multinationales. C'est très sérieux, le traité de Partenariat Trans-Pacifique est en phase finale d'après ce que j'ai compris, tout ce que vous avez pu imaginer de pire dans absolument tous les domaines y est, il faut le lire pour le croire je vous assure, c'est démentiel, tout ce qu'ils nous ont concocté jusqu'à présent c'était le hors d'oeuvre, de la bricole, un détail, je parle de la dérégulation mondiale.

En gros ou pour résumer en quelques mots, les normes en vigueur dans n'importe quel des pays concernés par ce traité ou plutôt l'absence de normes, c'est là que réside l'astuce cynique, l'emporteront sur celles de tous les autres pays et auront valeur de loi ou de réglementation que personne ne pourra contester sous peine d'être frappé d'illégalité et d'être poursuivi en justice, ce qui logiquement favorisera les biens et les services les plus médiocres, produits dans les pires conditions qui soient dans tous les domaines, et encouragera tous les pays à les imiter. Il faut le lire pour le croire, mais apparemment une partie de ce dispositif est déjà en vigueur aux Etats-Unis, les Américains sont les cobayes du néolibéralisme.

Les Américains en sont à l'origine évidemment, y sont associés le Canada, le Mexique, le Pérou, le Chili, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, Singapour, Brunei, la Malaisie, et le Vietnam, le Japon devrait suivre assez rapidement. Vous pourriez vous dire que cela ne vous concernera pas, détrompez-vous, car simultanément par le biais du traité Trans-Atlantique de marché unique que les Américains auront signé avec l'Union européenne, le contenu du traité Trans-Pacifique s'appliquera également au pays de l'UE, peut-être pas d'un coup, mais en procédant par étapes. Aujourd'hui vous vous plaignez que l'étiquette qui se trouve sur un emballage est à rallonge où y figure un tas d'informations, demain elles auront totalement disparu, incroyable n'est-ce pas, sans doute, il s'agit d'un revirement à 180° comme on en a connus dans le passé.

Quand on dit qu'au-delà de la crise du capitalisme ils ont développé une stratégie terrifiante pour nous réduire en esclavage et qu'ils avancent vers cet objectif, on nous prend pour des cinglés ou des farfelus, cet article s'appuie sur une partie du contenu de ce projet de traité dont l'auteur a eu connaissance et non sur une théorie du complot ou du vent, il confirme que nous sommes en passe de perdre tous nos droits sociaux et politiques, tout moyen de contrôle et d'action sur la société.

Un complément d'actualité.

Un pilote de Ryanair licencié pour avoir critiqué la sécurité - Reuters

Ryanair a licencié l'un de ses pilotes et va l'attaquer en justice pour avoir mis en cause au cours d'une interview télévisée le respect des normes de sécurité par son employeur, a annoncé jeudi la compagnie aérienne.

La première compagnie à bas coûts d'Europe a rejeté ces dernières semaines des accusations formulées par certains de ses pilotes, qui disent avoir été incités à embarquer moins de carburant et avoir été dissuadés de signaler des problèmes de sécurité par des sanctions disciplinaires.

Ryanair a déclaré avoir licencié John Goss pour ses "propos diffamatoires" dans un documentaire sur la culture de la sécurité de la compagnie aérienne, diffusé cette semaine sur la chaîne britannique Channel 4.

Lors de cette interview, John Goss a déclaré avoir reçu une lettre critiquant son utilisation abusive de carburant. Selon lui, les pilotes de la compagnie ne font pas confiance au système de compte-rendus de sécurité de l'Autorité de l'aviation irlandaise (IAA).

A Paris, le ministre français des Transports Frédéric Cuvillier a demandé à la compagnie aérienne des éclaircissements sur la véracité des déclarations des pilotes.

Le ministre a indiqué avoir demandé à la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) de reprendre "tous les éléments de déclarations qui ont pu être faites par cette compagnie".

"Je demande à la compagnie, compte tenu des déclarations de membres de cette compagnie, ce qu'il en est réellement", a-t-il dit. Reuters 15.08

Demain, si le traité de Partenariat Trans-Pacifique était adopté en l'état et qu'il s'appliquait à tout Etat lié à un de ses signataires par un autre traité, par exemple les Etats-Unis et les pays de l'Union européenne une fois le traité de marché unique transatlantique signé, Ryanair pourrait attaquer l'Etat français pour diffamation pour avoir osé remettre en cause les normes de sécurité en vigueur dans cette compagnie aérienne, mieux encore, ces normes quelles qu'elles soient faisant office de lois dans tous les pays considérés, personne ne serait plus habilité à les contester, sauf à se retrouver poursuivi en justice pour avoir seulement osé formuler ce droit devenu illégal.

Vous aurez compris que ce ne sera plus les Etats ou le législateur qui rédigera les lois ou règlements mais les multinationales, les représentants d'un secteur économique donné en fonction uniquement de leurs intérêts sans que plus personne ne puisse les contester, pas même un Etat.

Voilà un exemple qui illustre en quoi consisterait la perte de tous nos droits sociaux et politiques. Aujourd'hui les gouvernements se pliant aux exigences des multinationales nous y préparent, il ne s'agit pas d'extrapolations, mais bien de la réalité, hélas !




ACTUALITE EN TITRES

En famille, on se demandera qui est l'extrême droite de qui.

- Delapierre (Parti de Gauche) voit en Valls «l'extrême droite du mouvement socialiste» - Liberation.fr 15.08

Un chèque et on n'en parle plus.

- USA: l'ex-magnat des médias Conrad Black paiera 4,1 M USD d'amende - netoo.fr

Conrad Black, qui avait créé un empire de médias avant d'aller en prison pour fraude, a accepté de payer une amende de 4,1 millions de dollars pour solder une procédure au civil lancée contre lui par le gendarme boursier américain, a-t-on appris jeudi auprès des autorités boursières... netoo.fr 15.08

Le coeur a ses raisons que la raison ignore, non, c'est l'inverse.

Cisco (télécoms américain), 10 milliards de profits (+...24%), 4.000 postes en moins : « on dirige avec son esprit, pas avec son coeur" (DG) latribune.fr 15.08




ACTUALITÉ DU JOUR

Bancocratie.

Y aurait-il plus naïf que nos dirigeants ? La preuve que oui.

Précisions : Le titre de l'article de La Tribune ci-dessous est à lire... après coup ! Ils ne seraient pas risqués à pondre ce genre d'article plus tôt, ils ont attendu que la politique des banques centrales soient contestée pour leur emboîter le pas quelques années plus tard, si on n'y prêtait pas garde on pourrait les prendre pour des démocrates ces journalistes... aux ordres.

Et on constatera que ces journalistes économistes n'ont toujours pas pris la mesure, que la fonction des discours des banquiers centraux était justement de tromper ou d'endormir le bon peuple et les naïfs dont ils font partie, pendant qu'ils cagouillaient au profit des principaux banquiers qui profitaient de l'occasion pour renforcer leurs positions ou en tirer profit sur le plan politique.

1- Idée reçue : « les banquiers centraux sont des gens sérieux » - latribune.fr

Qui peut prétendre être plus sérieux qu'un banquier central ? Les hauts financiers sont rarement des joyeux drilles, et pèsent leurs mots, et, qui plus est, quand on a la responsabilité de la politique monétaire, autrement dit de la bonne marche de l'économie, de toute la zone euro, comme l'ont les dirigeants de la Banque centrale européenne, on ne se laisse pas aller à divaguer. Tout un chacun en est donc persuadé, les banquiers centraux, d'Europe ou d'Amérique du Nord, sont on ne peut plus fiables, aussi bien dans leurs actions que leurs propos. Et pourtant...

Quand, en juin 2010, le journal italien La Repubblica demande à Jean-Claude Trichet, alors à la tête de la BCE, s'il existe un risque de récession et de déflation, à la suite des coupes claires dans les budgets des pays en crise, il a une réponse tranchée. Sans appel. « L'idée que des mesures d'austérité puissent provoquer une stagnation est fausse », affirme-t-il. Vraiment, lui demande-t-on? « Oui », répond Trichet, qui ne doute pas un instant.

« En fait, dans ces circonstances, tout ce qui peut aider à accroître la confiance des ménages, des entreprise et des investisseurs dans la viabilité des finances publiques est bon pour la croissance et la création d'emplois. Je crois fermement que, dans les circonstances actuelles, les politiques inspirant la confiance vont renforcer la reprise économique, pas la gêner, parce que la confiance est aujourd'hui le facteur déterminant ».

Comment un expert en économie a priori aussi sérieux et reconnu que l'ex président de la BCE a-t-il pu se tromper à ce point ? D'où peut provenir un tel aveuglement ? Pourtant, Jean-Claude Trichet est alors un personnage... central dans la conduite de la politique économique. En fixant les taux d'intérêt, et le niveau de liquidité bancaire, bref, en déterminant, en toute indépendance s'agissant de la BCE, la politique monétaire, il détermine largement la conjoncture, avec les autres gouverneurs.

On pourrait penser que, s'ils peuvent s'enfoncer dans l'erreur dans le domaine de la politique budgétaire, au moins sont-ils d'une compétence imparable dans leur domaine propre, celui de la finance... En fait, c'est loin d'être toujours le cas.

Ainsi, Alan Greenspan, à la tête de la Fed explique-t-il en octobre 2005 que les crises financières sont désormais improbables. Pourquoi ? Parce que la dérégulation, « associée à certaines technologies novatrices, a stimulé l'élaboration de produits financiers tels que les titres adossés à des actifs, les obligations structurées adossées à des prêts et les dérivés sur événement de crédit (CDS) qui permettent une meilleure dispersion du risque... ».

Le banquier central fait là l'éloge d'instruments qui contribueront en fait puissamment à la crise financière, quelques mois plus tard... Il est très loin d'une telle préscience de la crise, quand il évoque au contraire « des instruments de plus en plus complexes » ayant « contribué à la création d'un système financier bien plus flexible, efficace et donc plus résilient que celui qui existait voici à peine un quart de siècle ».

Bref, les crises financières appartiennent au passé, affirme Greenspan. 22 mois plus tard, une des plus dévastatrices de l'histoire économique commençait... latribune.fr 14.08

Vous ne vouliez tout de même pas qu'ils vous révèlent quelle stratégie l'oligarchie financière avaient élaborée pour s'en mettre plein les poches pendant qu'elle était en train de pomper la plus-value de l'économie productive, mettre à genoux les Etats européens...

A lire en ayant à l'esprit les mille milliards de dollars qu'elles ont reçus de la BCE, et les paradis fiscaux dans lesquels elles ont toutes des comptes ou reposent, transitent, se volatilisent des centaines de milliards de dollars.

2- Les grandes banques européennes sortent du long tunnel de la crise - lesechos.fr

Leurs efforts pour améliorer la solvabilité et réduire les coûts ont payé. (Un métier de forçat que banquier ! -ndlr)

Les bénéfices nets repartent globalement à la hausse au deuxième trimestre malgré un environnement économique peu porteur. (Tous les signaux de l'économie sont au rouge, mais les bénéfices des banques repartent à la hausse, quoi de plus normal ; d'ailleurs quand on est journaliste économique aux ordres, on ne prête pas attention à ce genre de préoccupation qui se traduit par un chômage de masse, seul le sort des banquiers vous intéresse. -ndlr)

La spirale négative a finalement été enrayée. Les banques européennes retrouvent à la mi-2013 un peu de sérénité. Aucune mauvaise nouvelle ne les a fait replonger depuis le naufrage grec et la crise des dettes souveraines en 2011. Les grands établissements ont ainsi publié des résultats globalement en hausse au deuxième trimestre. « Il ne faut pas crier victoire trop tôt, prévient Alex Koagne, analyste chez Natixis. Les banques continuent les efforts pour améliorer leur solvabilité, en réduisant la taille de leurs bilans et en mettant leurs résultats en réserve. Le niveau de provision a tendance à baisser, notamment en France, mais on constate aussi, par exemple en Italie, une remontée du coût du risque. » (Quant au hors bilan qui sert à la spéculation, n'en parlons pas ! - ndlr)

Les banques françaises ont créé la surprise avec des résultats meilleurs qu'attendu. Après une année 2012 particulièrement difficile, Crédit Agricole SA, la structure cotée du groupe mutualiste, a ainsi multiplié son bénéfice net par plus de 12 au deuxième trimestre 2013. Tous les établissements de l'Hexagone sont parvenus à renforcer leurs structures financières et se sont lancés dans des programmes de réduction de coûts, sans couper massivement dans les effectifs. (Quand on vous disait que le gouvernement Hollande-Ayrault était le gouvernement des banques, personne ne voulait nous croire, sauf les banquiers ! Ils sont moins cons que nous ! - ndlr)

Des cures d'amaigrissement beaucoup plus agressives se sont en revanche multipliées à travers le continent. Ainsi, le britannique HSBC a fermé ou cédé 11 activités depuis le début de l'année et vise d'ici à 2016 une réduction d'effectifs de près de 20 % entre 2011 et 2016. Son concurrent RBS, nationalisé après son sauvetage, a réduit son bilan de 900 milliards de livres depuis 2008, au prix de 41.000 suppressions de postes. Mais au premier semestre, Royal Bank of Scotland est repassé dans le vert. (Les banques ont fermé plus de 7.000 agences et supprimer effectivement des dizaines de milliers de postes, mais c'était pour la bonne cause, normal de la part du journal patronal Les Echos - ndlr)

Même les banques allemandes, durablement secouées par les crises financières, donnent des signes de redressement. Le bénéfice net de la première d'entre elles, Deutsche Bank, a certes été divisé par deux au deuxième trimestre en raison de nouvelles provisions liées à des litiges juridiques (Libor, etc.). Les investisseurs ont toutefois apprécié les efforts de Commerzbank pour améliorer sa solvabilité ainsi que son plan de restructuration. Quant aux deux géants bancaires espagnols, Santander et BBVA, ils cumulent leurs puissants relais de croissance au Mexique et en Amérique du Sud à une forte baisse de leurs provisions en Espagne. (Au diable les tripatouillages du Libor, l'essentiel c'est que ça baigne pour les banquiers ! - ndlr)

Reste que les banques ne peuvent pas s'appuyer sur la croissance, dans un environnement européen récessif. Dans un contexte économique et réglementaire très contraint, comment les établissements pourront-ils améliorer leur rentabilité ? « Dans le sillage des taux américains, on pourrait assister à une "pentification" des taux d'intérêt en Europe, c'est-à-dire que les taux longs augmenteraient plus vite que les taux courts, anticipe Alex Koagne. Cela se traduirait par une hausse des revenus nets d'intérêt, qui représentent 50 à 60 % des revenus des banques. » (Ils contrôlent tous les rouages de l'économie, donc elles devraient s'en tirer, non ? - ndlr) lesechos.fr 14.08




INFOS EN BREF

POLITIQUE

Egypte

Des centaines de partisans des Frères musulmans égyptiens ont incendié un bâtiment officiel jeudi au Caire, tandis que des familles tentaient d'identifier des centaines de corps, au lendemain des violences qui ont fait au moins 623 morts et des milliers de blessés dans tout le pays selon le dernier bilan officiel.

A Alexandrie, la deuxième ville du pays, plusieurs centaines de personnes ont manifesté contre le démantèlement dans la violence la veille des campements installés par les Frères dans la capitale.

Ils ont réclamé le retour au pouvoir de l'ancien président Mohamed Morsi, issu de la confrérie, déposé le 3 juillet par l'armée et dont la détention a été de nouveau prolongée jeudi pour un mois.

Le ministère de l'Intérieur a lui prévenu que les forces de sécurité tireraient à balles réelles contre ceux qui s'en prendraient à elles ou à des bâtiments officiels, au lendemain de la proclamation de l'état d'urgence par les autorités.

Les partisans des Frères musulmans estiment que le véritable bilan des assauts des forces de sécurité est bien plus élevé que les 623 morts annoncés par le ministère de la Santé, certains évoquant 3.000 morts, alors que Reuters a compté 228 corps calcinés par le feu, entreposés dans la seule mosquée Al Iman, dans le nord-est du Caire.

Dans cette mosquée convertie en morgue improvisée, des familles tentaient d'identifier des corps mutilés ou carbonisés. A l'extérieur, plusieurs milliers de personnes manifestaient en criant: "L'armée et la police ont les mains sales".

Toute vérification indépendante du bilan était impossible en raison de l'ampleur prises par les violences dans de nombreuses villes égyptiennes.

Gehad el Haddad, porte-parole des Frères musulmans, a déclaré à Reuters que le mouvement avait subi "un coup sévère" mais que la colère suscitée en son sein par la répression était désormais "incontrôlable".

"Après les coups, les arrestations et les massacres que nous subissons, l'émotion est trop forte pour être canalisée par qui que ce soit", a-t-il ajouté, alors que les obsèques de nombreuses victimes des violences de mercredi devraient donner aux partisans de la confrérie de multiples occasions de se réunir lors des prochains jours.

Dans le quartier de Gizeh, des partisans de Morsi ont mis le feu dans l'après-midi à un bâtiment du gouvernorat.

Le calme était revenu dans la soirée dans la capitale égyptienne alors qu'en plus de l'état d'urgence, les autorités ont décrété un couvre-feu de 19h00 locales (17h00 GMT) à 06h00 dans onze des 27 provinces du pays, dont celle du Caire et de treize autres grandes villes.

Une source militaire a déclaré que les autorités ne tolèreraient plus aucun sit-in comparable aux deux campements démantelés mercredi mais que des manifestations pourraient avoir lieu en dépit de l'état d'urgence.

L'attitude du nouveau pouvoir a suscité des condamnations fermes dans le camp occidental, qui avait tenté en vain jusqu'à la dernière minute de favoriser une solution négociée.

Interrompant ses vacances à Martha's Vineyard, le président américain Barack Obama a déploré "les violences exercées contre les civils" et demandé la levée de l'état d'urgence. Il a également annulé les manoeuvres militaires égypto-américaines prévues le mois prochain en Egypte, sans exclure d'autres mesures.

Chuck Hagel, secrétaire d'Etat à la Défense, a prévenu par téléphone Abdel Fattah al Sissi que des "éléments importants" des relations militaires entre les deux pays risquaient d'être affectés, et le département d'Etat américain a annoncé qu'il réétudiait l'aide des Etats-Unis à l'Egypte "sous toute ses formes".

Chuck Hagel a néanmoins assuré Abdel Fattah al Sissi que le Pentagone maintiendrait des relations militaires avec l'Egypte, malgré l'annulation de l'exercice bilatéral.

De son côté, le président français François Hollande a convoqué l'ambassadeur d'Egypte en France et appelé à la levée de l'état d'urgence, estimant que "tout doit être mis en oeuvre pour éviter une guerre civile".

Le Conseil de sécurité des Nations unies devait se réunir ce jeudi pour faire le point sur la situation en Egypte, à la demande de la France, du Royaume-Uni et de l'Australie. Un représentant de Catherine Ashton, porte-parole de la diplomatie de l'Union européenne (UE), a annoncé que plusieurs diplomates européens se réuniraient lundi, en vue d'un sommet exceptionnel des ministres des Affaires étrangères sur la crise égyptienen.

Dans le camp arabe, les Emirats arabes unis ont en revanche apporté leur soutien à la répression, jugeant que le pouvoir égyptien avait fait preuve d'un "self-control maximum".

Avec l'Arabie saoudite et le Koweït, les EAU ont promis une aide de 12 milliards de dollars à l'Egypte immédiatement après le renversement de Mohamed Morsi afin de surmonter des pénuries imminentes d'essence et de blé.

La dégradation de la situation pourrait avoir de nouvelles conséquences économiques: plusieurs multinationales, comme Electrolux, Royal Dutch Shell ou General Motors, ont interrompu leur production dans le pays jusqu'à nouvel ordre. Reuters 15.08

Les multinationales organisent le look out pour faire monter encore la pression...


SOCIAL

1- Etats-Unis

L’emploi US, pas aussi rose qu’il y paraît…

Sur les 162 000 emplois créés aux Etats-Unis en juillet, seulement 35% étaient à plein temps. Le site Zero Hedge a noté que les chiffres de juin étaient tout aussi inquiétants : les emplois à temps partiel ont explosé de 360 000, tandis que les emplois à plein temps ont chuté de 240 000. Ces chiffres viennent des données du BLS.

Il y a pire : 60% des emplois créés en juillet sont allés à des travailleurs âgés de plus de 55 ans. Seuls 15 000 ont été créés pour des travailleurs de 25 à 54 ans. Sur les quatre dernières années, l’emploi des plus jeunes a semblé ne faire qu’empirer. Les travailleurs entre 16 et 54 ans ont encore des millions d’emplois à récupérer suite au credit crunch de 2008.

Les Etats-Unis se transforment lentement en une nation de cuisiniers de fast-food et manutentionnaires — pour la plupart des seniors en “retraite active”. Les implications pour l’économie sont graves.

La hausse vertigineuse des coûts de santé pour les entreprises est en partie responsable de cet état de fait : la loi (coûteuse) dit en effet que les employés travaillant plus de 30 heures par semaine doivent automatiquement bénéficier d’une couverture santé. Cela pèse sur l’embauche de travailleurs à plein temps, surtout dans les petites entreprises. Même le sénateur Max Baucus, l’un des architectes de cette loi, a déclaré “je vois un gigantesque déraillement nous arriver droit dessus”, durant une audience le 17 avril.

La loi est en train d’être mise en place — elle le sera pleinement à partir du 1er janvier 2014 — et la majeure partie de l’économie continuera de souffrir. la-chronique-agora.com 07.08

2- Afrique du Sud

Le groupe minier sud-africain Sibanye Gold a annoncé jeudi qu'il prévoyait de supprimer 1.600 postes pour améliorer sa compétitivité dans l'exploitation des mines d'or.

Le sud-africain Gold Fields, parmi les plus importants producteurs d'or du monde, avait introduit en début d'année sur le Johannesburg Stock Exchange cette nouvelle société, Sibanye Gold, après une vague de grèves sauvages.

La nouvelle entreprise a déclaré vouloir revoir l'ensemble de ses activités pour accroître la "durabilité" de ses opérations.

Il s'agit de "réduire les frais généraux" et d'"augmenter les rendements des opérations", a déclaré le directeur général, Neal Froneman.

Mardi, les syndicats de mineurs sud-africains ont rejeté une nouvelle offre d'augmentation salariale de 5,5%, menaçant de nouveau de grèves ce secteur crucial de l'économie sud-africaine.

Le puissant syndicat Num, qui représente plus de 64% des mineurs du secteur, et l'organisation plus modeste Solidarity ont jugé que cette nouvelle proposition du patronat était inacceptable. Le Num demande une revalorisation de 60% des salaires, tandis que son rival l'AMCU exige une hausse de 150%. AFP 15.08


ECONOMIE

Grande-Bretagne

Y'aurait-il une bulle immobilière menaçante au Royaume-Uni ? Certains experts le craignent au regard des chiffres publiés ce mardi par l'organisme spécialisé dans l'immobilier Royal Institution of Chartered Surveyors (RICS). Il anticipe une hausse des prix de l'immobilier à venir d'une ampleur jamais vue depuis 2006, selon le quotidien les Echos. Ce dernier ajoute que le nombre de ménages se renseignant pour acheter une maison a pour sa part connu sa plus forte hausse en 4 ans. Enfin, selon le spécialiste en crédit immobilier Halifax, le prix des logements au Royaume-Uni a bondi de 4,6 % en juillet, soit la plus forte hausse depuis 3 ans.

Tous ces chiffres s'expliquent en grande partie par deux mesures prises par Londres ces derniers mois. En juillet 2012, le gouvernement anglais a lancé un plan de soutien au financement de l'économie dans son ensemble nommé "Funding for lending" par le biais de la Banque d'Angleterre. Il permet notamment aux ménages souhaitant acheter de bénéficier d'un prêt à taux zéro de 20% maximum de la valeur du bien, sous condition d'un apport minimum de 5%.

En mars 2013, le gouvernement anglais a ensuite annoncé son plan "Help to buy" destiné à garantir des prêts aux primo-accédants, et ciblant spécifiquement le marché immobilier en deçà de 600.000 livres (700.000 euros), dans l'immobilier neuf, et quelques mois plus tard dans l'ancien. En parallèle, le niveau des taux d'intérêt des crédits immobiliers a baissé jusqu'à 2.90% en mai, contre 3,25% en octobre dernier. latribune.fr 14.08

Résultat, les prêts immobiliers sont en forte hausse. Ils ont cru en mai de 19,7% à 58.242 unités, selon une étude de Standard & Poor's datant du 25 juillet. L'agence tempère cependant ces données en indiquant que le nombre de prêts accordés atteint "à peine la moitié de ce qui a été constaté en 2006-2007".

L'agence de notation voit tout de même la hausse des prix prospérer outre-manche, du fait de la faiblesse de l'offre et du fort soutien à la demande. S&P a ainsi rehaussé ses prévisions de prix pour 2013 et 2014 : "Nous nous attendons maintenant à ce que les prix augmentent de 2,5% cette année et de 2,0% en 2014, alors que nous prévoyions des hausses de respectivement 1,5% et 1,0% dans nos prévisions publiées au deuxième trimestre", indiquait l'agence le 25 juillet dernier. Elle a ajouté que les prix de l'immobilier étaient surévalués de 25% outre-manche. La bulle y est peut-être plus proche qu'on ne le pense...


Le 17 août 2013

CAUSERIE

Je rajouterai un douzaine de nouveaux articles ce soir.

Hypocrisie, rouerie, flatterie font bon ménage quand on veut se persuader qu'on a raison en faisant l'économie d'une réflexion approfondie et imposer son point de vue aux autres, n'est-ce pas ? C'est la méthode la plus communément répandue qui a l'art de faire des merveilles en pourrissant tout ce qu'elle touche, à commencer par soi, mais comme on sera le dernier à s'en apercevoir tout va bien !

En forme ce samedi matin, n'est-ce pas, je viens de me coltiner les infos d'hier. Allez on se détend un peu, c'est le week-end.

Qu'est-ce qu'il peut bien y avoir dans le cerveau atrophié et "névrosé d'un sociologue ?

- Petites névroses modernes : Les ados capillo-centrés - lemonde.fr

- "C'est encore à son cheveu qu'on différencie un homme distingué d'un savant fou, un enfant soigné d'une teigne qui se peigne avec un clou, un jeune homme ou une jeune fille " propres sur eux", d'un ado en crise", souligne le sociologue Michel Messu, auteur d'Un ethnologue chez le coiffeur (éd. Fayard, 2013)

Gageons que ce sociologue est un adepte des soins capilaires les plus raffinés, à moins qu'il ne soit chauve, la lobotomie fait parfois des ravages à l'extérieur.

Vaut mieux être un "savant fou" qui sort des sentiers battus plutôt qu'un "homme distingué" trop propre sur lui pour être honnête, une "teigne" qui bien dirigé deviendra une graine de rebelle plutôt qu'un "enfant soigné" tout droit sorti des couches de sa mère et qui deviendra un salarié modèle ou un serviteur de l'Etat bien discipliné, un "ado en crise" qui cherche sa voie plutôt qu' un "jeune homme ou une jeune fille "propres sur eux"' qui feront de bons sujets ou des petits chefs tyrannisant leurs subalternes, bref, vaut mieux encore l'indépendance d'esprit que la convenance qui se complait dans le superficiel.

- Dans une étude réalisée en 2007, le sociologue Olivier Galland constatait que, chez les jeunes, le look arrivait, avec 23 %, en deuxième position des causes de stigmatisation... derrière le poids et la taille, mais bien avant la façon de parler, la situation familiale, les origines.

Normal, puisque l'apparence ou l'ignorance fait office de conscience dans votre société. Les relations furtives ne reposent que sur les apparences, même les sentiments en sont absents.

- "La coiffure signe un style, relève Monique Le Dolédec. Elle permet d'entrer dans un cercle d'apparence." "De la virilité ou de la féminité, de la jeunesse ou de la maturité, de la conformité ou de la protestation, de l'originalité ou du suivisme, dans tous les cas, le cheveu représente un objet de signification", écrit Michel Messu. lemonde.fr 16.08

Tout morphème ou phonème ou objet est porteur de signification, il est très fort !

Dites-moi docteur est-ce grave, que dois-je faire : quand il fait chaud j'ai de préférence les cheveux plus courts que l'hiver, l'été je pourrais passer pour un expatrié et l'hiver pour un hippie post-soixante-huitard attardé ? J'ai une idée, je vais adopter la cagoule, la burqa ou le niqab !

Vous vous n'échapperez pas au cercle de la connerie qui a la forme d'une spirale sans fin, et cela c'est du solide ! Si vous voulez mesurer l'épaisseur des connaissances d'un socioloque, inutile de vous munir d'un instrument de mesure encombrant, elle est aussi fine que la couche superficielle des apparences qui sert à leurs analyses. Ne grattez pas au-delà, vous pourriez vous esquinter un ongle pour rien et avoir besoin d'une manucure pour vous rendre votre apparence originelle... ou originale.

Votre société passe son temps à faire une fixation sur le physique des hommes et les femmes et à les complexer, il est donc pratiquement normal qu'ils se sentent mal dans leur peau ou qu'ils y attachent une importance parfois démesurée. Et que dire quand on commence à se sentir vieillir ou devenir vieux, quelle horreur, on n'ose même plus se regarder dans un miroir !

On n'est pas prêt de passer du règne de la nécessité à celui de la liberté !

Les apparences en guise de conscience, on ne peut imaginer matière plus volatile ou futile, donc impossible à saisir.

Si vous tenez à votre bien-être, alors détournez-vous de Facebook, ce n'est pas la "vraie" vie !

- "Facebook ne rend pas plus heureux" - Le Monde 15.08

"En surface, Facebook fournit une ressource précieuse pour remplir le besoin de base des hommes d'avoir des liens sociaux", constate Ethan Kross, psychologue de l'Université du Michigan (nord) et principal auteur d'une étude parue dans le journal scientifique PLOS. "Mais plutôt que d'améliorer le bien-être des gens, l'utilisation de Facebook a l'effet inverse : elle l'empire", souligne-t-il.

L'enquête a été menée auprès de 82 jeunes adultes disposant de smartphones et de comptes Facebook. Les chercheurs ont tenté d'évaluer leur bien-être en leur envoyant des textos cinq fois par jour durant deux semaines pour leur demander s'ils se sentaient seuls ou inquiets, combien de fois ils avaient visité le réseau social et communiqué "directement" avec d'autres personnes.

Les résultats ont montré "que plus les personnes utilisaient Facebook à un moment donné, moins elles se sentaient bien le moment d'après lorsque nous leur envoyions un texto", écrivent les chercheurs. "Plus elles (l')ont utilisé durant les deux semaines, plus leur degré de satisfaction dans la vie a décliné au fil du temps", ajoutent-ils.

A l'inverse, les interactions directes avec les gens, non par le biais des réseaux sociaux, ont conduit à améliorer ce bien-être personnel. "Ce sont des résultats de la plus haute importance parce qu'ils touchent au cœur même de l'influence que peuvent avoir les réseaux sociaux dans la vie des gens", souligne John Jonides, spécialiste des neurosciences à l'Université du Michigan, coauteur de l'étude.

Les scientifiques notent également que les personnes interrogées n'étaient pas plus enclines à utiliser Facebook lorsqu'elles se sentaient mal, bien qu'elles aient eu plus souvent recours au réseau social lorsqu'elles se sentaient seules.

Cette étude est publiée une semaine après une enquête de chercheurs britanniques pointant le fait que poster fréquemment des photos sur Facebook pouvait détériorer les relations humaines dans la "vraie" vie. Le Monde 15.08

Enfin les pieds sur terre ! Facebook participe du conditionnement psychologique (schizophrénique) des masses et de la destruction de tous les rapports sociaux dans la société. Facebook remplit la même fonction que les ONG, non pas à un niveau collectif mais individuel.

Facebook ne peut pas combler un vide ou un désert affectif, l'abscence de relations sociales directes.

Il est d'autant plus nocif qu'on n'entreprendra rien pour combler cette carence, on s'habituera à vivre de la sorte, complètement atomisé dans la société, de plus en plus coupé de la réalité, le champ de nos relations avec le monde extérieur se réduisant au stricte minimum obligatoire, notre lieu de travail et notre famille quand on n'est pas au chômage et qu'on a encore une famille.

Je boycotte Facebook, je suis totalement isolé dans mon trou en Inde, aussi je n'utilise Internet que pour actualiser le site et parfois pour chercher un renseignement utile, la composition d'un médicament par exemple, ou télécharger de la musique, sinon pour correspondre au lieu de passer par la poste.

J'ai pu comparer mon état après avoir envoyé un courriel à ma fille ou à sa mère ou après avoir parlé au téléphone avec elles, dans le cas du courriel cela ne me procurait aucun plaisir, alors qu'échanger quelques mots avec elles au téléphone me transportait de bonheur chaque fois ou de tristesse parce que nous sommes séparés.

Dans le premier cas il y a clairement absence d'émotions, on tape sur un clavier, on appuie sur une touche et c'est terminé, cela manque de musique, de poésie qui nous rend l'autre plus proche quand on entend le son de sa voix, cette voix qui exprime plus que ce qu'elle peut ou veut dire parfois...

Et pendant ce temps-là... il y avait un philosophe pour vanter les mérites politiques des "réseaux sociaux"!

- Michel Serres suggère de "repenser la représentation politique" - AFP 16.08

En 2025 : il sera mort d'ici là !

Le philosophe Michel Serres, reçu mardi par le Premier ministre pour parler de la France de 2025, s'est demandé s'il ne fallait pas, dans le monde hyperconnecté des réseaux sociaux, "repenser la représentation politique", vendredi sur France Inter.

Alors qu'on lui demandait s'il fallait supprimer l'Assemblée nationale, Michel Serres a estimé que ce n'était pas "la question".

"La question c'est pas de la supprimer, c'est de savoir par quoi la remplacer. On ne peut pas supprimer quelque chose si on n'a pas la solution de remplacement", a ajouté le philosophe, appelant plutôt à se pencher sur la notion de "concentration". AFP 16.08

On vient de voir ce qu'il en était de Facebook, alors qu'il nous soit permis de déclarer que dans le monde nécrosé des philosophes de nos jours, l'hyperphrénie tourne à l'hyperconnerie ! Il arrive un âge ou la "concentration" rime avec le vide. J'ai eu l'occasion de lire plusieurs articles ces derniers mois dans lesquels figuraient des déclarations de Michel Serres qui se terminaient invariablement de la même manière quand on lui demandait concrètement qu'est-ce qu'il proposait : rien ! C'est Onfray avec 35 ou 40 ans de plus !

Diluer le pouvoir politique pour le faire disparaître ou plutôt faire disparaître totalement nos droits politiques, c'est en bonne marche. Mais il est vrai qu'avec un peut d'imagination il serait possible d'accélérer ce processus, le traité de marché unique transatlantique y contribuera assurément, car une fois nos droits sociaux liquidés ou soustraits au pouvoir politique, à quoi bon posséder encore des droits politiques ?




ACTUALITE EN TITRES

Il y a des hauts...

- Hausse de près de 5% du marché automobile européen en juillet - Reuters

- Hausse de 5,9% des mises en chantier en juillet aux Etats-Unis - Reuters

- Excédent commercial de 17,3 milliards en juin dans la zone euro - Reuters

... il y a des bas...

- Inde: record de faiblesse pour la roupie, la Bourse s'effondre - AFP

L'internationales des barbares provocateurs se mobilisent.

- Le Hamas et les islamistes à Amman et à Khartoum manifestent pour Morsi - AFP




ACTUALITÉ DU JOUR

Pas un cierge, pas une voix : A bas le PS, mobiliation générale de la gauche contre le gouvernement social-libéral-impérialiste et sa politique réactionnaire !

Harlem Désir, Premier secrétaire du Parti socialiste, a appelé la gauche "à l'offensive contre le chômage, contre la résignation, contre la droite et l'extrême droite", vendredi sur i>TELE.

"J'appelle à une mobilisation générale en cette rentrée de la gauche, j'appelle la gauche à l'offensive, offensive contre le chômage, contre la résignation, contre la droite et l'extrême droite" en vue des élections municipales de mars 2014, a lancé M. Désir.

"Il faut faire attention à l'extrême division à gauche (...), ça serait un boulevard pour Copé et Le Pen aux prochaines élections municipales", a-t-il dit. AFP 16.08

Toute alliance ou collusion avec le PS, toute adresse en sa direction constitue une trahison, un soutien au régime.




INFOS EN BREF

POLITIQUE

1- Bahreïn

Des affrontements ont opposé dans la nuit de jeudi à vendredi des manifestants à la police dans des villages chiites de Bahreïn, où les forces de l'ordre avaient empêché cette semaine la tenue de rassemblements contre la monarchie sunnite, selon des témoins.

"A bas Hamad", scandaient les manifestants, en référence à Hamad ben Issa Al-Khalifa, le roi issu de la dynastie sunnite des Al Khalifa qui règne à Bahreïn, dont la majorité de la population est chiite.

Les manifestants ont lancé des pierres et des cocktails Molotov sur les policiers qui ont riposté à coups de grenades lacrymogènes, de bombes assourdissantes et de tirs à la chevrotine, ont indiqué ces témoins sans faire état de victimes.

La police avait empêché mercredi des manifestants de répondre à un appel d'un groupe de l'opposition chiite, Tamarrod, de se rassembler près de l'ambassade américaine à Manama pour protester contre le pouvoir.

Le groupe bahreïni Tamarrod s'inspire du mouvement égyptien du même nom, à l'origine d'une mobilisation monstre dans la rue ayant conduit l'armée à déposer début juillet le président islamiste Mohamed Morsi.

Bahreïn, seule monarchie du Golfe dont la majorité de la population est chiite, est secoué par des troubles depuis février 2011.

Selon la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), au moins 80 personnes ont été tuées depuis le début de la contestation animée par les chiites contre la dynastie des Al-Khalifa. AFP 16.08

2- Turquie

Le premier ministre atlantiste de Turquie commence à avoir de sérieux problèmes qui font écho à son suivisme servile envers Washington dans le dossier syrien : le 7 août , le premier ministre a tenu une réunion urgente en présence du chef du renseignement turc MIT pour examiner le transfert de "grande quantité de gaz sarin depuis la Libye vers la Turquie. " Cette substance se trouve actuellement (le 7 aôut) en Georgie et en Bulgarie et ce transfert doit être suivi de près, a affirmé le chef de MIT à cette réunion. A l'annonce de cette nouvelle, le PM Erdogan aurait été pris de panique (!!) et aurait recommandé le transfert de ces renseignements à la partie russe et à l'UE.

Erdogan aurait dit que l'emploie de cette substance chimique sera catastrophique pour la Turquie beacoup plus que pour le régime Assad.

Il y a deux mois les forces de sécurité turques ont arrêté les membres d'Al Nosra en possession de deux kilogrammes gaz sarin à Adena. A l'époque la Russie avait exigé des explications à la Turquie. french.irib.ir 16.08


ECONOMIE

Inde

La roupie indienne a atteint vendredi un nouveau record de faiblesse face au dollar américain et la Bourse de Bombay a perdu près de 4%, signes de la défiance croissante des investisseurs à l'égard de l'économie du pays.

La roupie, qui affiche une des plus fortes baisses des grandes monnaies asiatiques cette année (-13% depuis janvier), est descendue à un nouveau plus bas de 62,03 roupies pour un USD sur le marché des changes.

La Bourse de Bombay a perdu 3,97% en clôture, sa plus forte baisse sur un seul jour depuis septembre 2011.

"Les inquiétudes sur la roupie se répercutent sur la Bourse et les inquiétudes sur la Bourse se répercutent sur la roupie. C'est un cercle vicieux", a déclaré un responsable du gouvernement à l'agence Press Trust of India, sous couvert de l'anonymat.

Depuis le 1er juin, les fonds étrangers ont retiré quelque 11,58 milliards de dollars (8,68 milliards d'euros) en actions et titres sur la dette, selon les statistiques officielles, en raison des inquiétudes grandissantes sur la faiblesse de l'économie indienne et la paralysie des réformes.

Pour Param Sarma, responsable du cabinet NSP Forex, "il y a une absence totale de confiance sur les marchés. La crainte est que les mesures de la RBI (la Banque de réserve indienne) ne vont pas pouvoir soutenir la roupie".

Mercredi encore, la banque centrale a institué un nouveau train de mesures pour contrôler les sorties de devises du pays, afin de réduire le déficit courant et enrayer la dépréciation de la monnaie.

Les entreprises indiennes ne peuvent désormais investir à l'étranger que 100% de leur valeur nette, contre 400% auparavant. Et les Indiens résidant dans leur pays ne pourront plus à l'avenir sortir du pays plus de 75.000 dollars par an, contre 200.000 précédemment.

Ces mesures "ont inquiété car elles suggèrent qu'on peut apporter des capitaux en Inde mais qu'il est difficile de les en retirer", a noté Sonam Udasi, chef de la recherche chez IDBI Capital. Les investisseurs estiment que "les choses ne vont pas bien actuellement" malgré le potentiel de forte croissance du pays, a-t-il ajouté.

Quelques jours auparavant, le gouvernement avait annoncé des restrictions pour freiner les importations de pétrole et d'or, deux postes qui grèvent le déficit courant du pays.

Le ralentissement de la croissance (à 5% sur l'année budgétaire 2012/13, taux le plus faible depuis dix ans), la faiblesse des exportations, la sortie des capitaux étrangers ainsi que le déficit courant (mesure la plus large des flux commerciaux) sont à l'origine des déboires de la monnaie indienne.

Les investisseurs, étrangers et nationaux, se plaignent aussi, depuis des mois, d'un agenda des réformes à l'arrêt, le gouvernement semblant préférer le statu quo avant les élections générales au printemps 2014.

La demande sur le dollar s'est également accrue dans la perspective d'une politique monétaire américaine moins accommodante au moment où l'économie américaine se reprend, notent les analystes.

Conséquence de la glissade de la roupie, une inflation qui s'accélère. Elle a atteint 5,79% en juillet, sur un an. Pour les seuls produits alimentaires, elle était de 9,74%.

Dans ces conditions, une baisse des taux d'intérêt par la Banque centrale parait peu probable, malgré la volonté du gouvernement de relancer la croissance. Une nouvelle baisse des prix risquerait en effet de peser encore un peu sur la roupie, doper les prix des produits importés et gonfler l'inflation, notent les économistes. AFP 16.08

C'est l'"agenda des réformes à l'arrêt" qui explique en partie cette situation, le FMI les réclame à cor et à cri. Et puis, comme en Chine ou en Russie, l'endettement de la classe moyenne la conduit à l'asphyxie, son pouvoir d'achat n'est pas illimité. La classe ouvrière est aussi très endettée, les fortes augmentations de salaires sont pratiquement annulées par l'inflation galopante. Le taux du crédit à la banque tourne autour de 12 à 16% pour l'achat d'un terrain ou la construction d'une maison, acheter à crédit est une ruine.

Heureusement que Manju (mon épouse) va bientôt arriver avec des euros !

On thésaurise, on ne fait aucune dépense inutile et on économise ce qui nous reste en fin de mois, placé à la banque entre 8 et 9% d'intérêts par an, cet argent permet d'amortir l'inflation en dehors de tout salaire ou retraite. Avec 6 millions de roupies en banque on pourrait nous croire riche, alors qu'en réalité on est locataire et on a un revenu qui nous situe dans la tranche la plus basse de la classe moyenne. On s'en sort parce qu'on ne balance pas le fric par la fenêtre, pas de resto, pas de vacances, pas de sorties (lesquelles d'ailleurs ?), pas d'achat de CD, livres ou je ne sais pas, côté fringue le minimum, même sur la bouffe on économise, le mouton, le porc, le foie de volaille, le requin ou le saumon, les grosses crevettes sont devenus hors de prix, alors on s'en passe, et pas de bagnole évidemment, pour quoi faire ? J'ai renoncé à changer de moto, elle va avoir 10 ans. Même sur le pinard j'économise, cinq à six boutelles par an et encore.

Non seulement il n'y a aucun capitaliste qui m'exploite depuis 1996, et en plus je suis un médiocre consommateur, j'ai tous les défauts, il n'y a que l'Etat qui s'enrichit sur mon dos (donc les capitalistes, merde !) en me versant 8,5% d'intérêts et en prêtant mon fric aux alentours de 15%.


Le 18 août 2013

CAUSERIE

J'ai actualisé partiellement le site, la suite demain et ce soir seulement de nouveaux articles.

Je suis désolé d'être obligé d'adopter une fois de plus un ton vindicatif, mais c'est l'actualité qui s'y prête. Je vous assure que je suis tout à fait calme, serein, posé, pas le moins du monde énervé, je suis trop épuisé pour cela, je préfèrerais me consacrer tranquillement à d'autres questions, mais je me sens obligé d'intervenir pour vous livrer des réflexions que je ne trouve pas ailleurs, ce que j'ai lu ne me convient pas.

Egypte

Je n'ai pas eu le temps d'intervenir sur l'Egypte.

Nous condamnons la violente répression déclenchée par l'armée, ainsi que les Frères musulmans qui se servent des masses les plus arriérées comme boucliers humains entre eux et l'armée d'une part, et pour s'attaquer aux masses qui s'étaient mobilisées par millions pour exiger le départ de Morsi pour n'avoir pas répondu à leurs revendications sociales, et pour avoir confisqué le pouvoir politique afin d'imposer un régime théocratique islamiste, archaïque, ultra réactionnaire, renvoyant la société égyptienne des siècles en arrière, ce que les masses ont majoritairement rejeté d'autre part. Morsi était un produit de Washington au même titre que l'armée égyptienne, leur alliance a volé en éclat provisoirement du fait de la mobilisation des masses, tandis que les autres partis démocratiques laïcs se reconnaissent dans l'armée, il n'y a donc pas d'issue dans un sens ou dans l'autre pour les masses égyptiennes, le régime va être obligé de leur faire des concessions (sociales) s'il veut rétablir l'ordre. On poursuivra plus tard je n'ai plus le temps.

Autre chose. Silence, chut !

Ceux qui adoptent le silence en guise de réponse aux conflits nés de certains rapports sociaux, pratiquent un jésuitisme ignoble qui consiste à laisser dire et faire, tout en comptant tirer profit de l'affrontement entre les différents protagonistes, ce qui explique pourquoi ils se refusent à prendre position. C'est évidemment la pire méthode, la plus démagogique et la moins pédagogique qui ne rendra service à personne à part eux-mêmes.

Personnellement elle m'inspire un profond dégoût, et qu'on ne vienne pas nous dire que ces questions n'auraient rien à voir avec la lutte des classes ou l'éducation des masses, la nécessité d'élever leur niveau de conscience politique.

Parole d'internaute. La valse des hypocrites

1- "Valls chasse plutôt sur les terres des frères musulmans..."

Exactement lorsqu'il refuse de trancher et estime que les islamistes radicaux auraient des circonstances atténuantes...

2- "Mélenchon, dernier des Bolcheviks, crétin de luxe, devrait savoir que ce sont les pauvres qui subissent l'insécurité. Les "patrons du CAC 40" chers au Front de Gauche n'ont pas de dealers dans leur hall d'immeuble. Liliane Bettencourt ne se fait pas arracher son sac à main dans les couloirs du métro. Les "riches" ne prennent pas de balle perdue dans les quartiers nord de Marseille. Il devrait la fermer !"

Correction, renégat du bolchevisme auquel sans doute n'a-t-il jamais rien compris ou si peu. Quant à vos remarques elles sont pertinantes, justes, mais laissez-le s'exprimer, plus il l'ouvre plus il s'enterre lui-même, il nous dévoile sa véritable nature d'aventurier, de dangereux charlatan auquel les médias offrent généreusement une tribune.

Prenez ses déclarations hors et en périodes électorale, et vous constaterez qu'ils changent de discours tout en continuant de soutenir le régime, cela ne saute pas forcément aux yeux, il ne va quand même pas s'en vanter. En les lisant attentivement ou en examinant les positions prises par les sénateurs de son parti, on comprend pourquoi il n'est pas dans l'opposition au gouvernement. Vous me direz qu'il suffit de penser qu'en étant flanqué du PCF, c'est impossible qu'il soit sur une ligne de rupture avec le régime ou le capitalisme.

L'avantage de former une coalition, le FdG, c'est qu'ils se partagent les rôles, le PG et le PCF peuvent tenir des positions diamétralement opposées sans que leur coalition n'éclate parce que sur le fond, le soutien au régime, ils sont sur la même longueur d'onde. Du coup on comprendra qu'il ne s'agissait que d'une posture qui ne portait pas à conséquence. Par exemple sur la Syrie, le PCF dénonce l'intervention de l'impérialisme dans ce pays alors que le PG la soutient, dans ce cas de figure la position minoritaire du PCF se trouve neutralisée par celle majoritaire dans le pays qu'a adoptée le PG et le tour est joué, l'un et l'autre s'en accommode très bien parce qu'ils se foutent éperdument du sort du peuple syrien comme de celui en général des travailleurs, ce qui semblera excessif à certains, mais qui en dernière analyse est la seule explication plausible ou cohérente. Ils sont toujours prêts à s'allier avec des organisations issues du PS ou qui entretiennent des relations avec le PS, mais pas avec le POI ou même LO, pourquoi selon vous, sinon parce que le POI est sur une ligne de rupture avec l'UE qu'ils ne supportent pas, ils soutiennent l'Union européenne, la BCE, l'euro, on peut ajouter l'ONU.

Les populistes ou gauchistes vont recevoir une sévère raclée aux prochaines élections car les travailleurs dans leur immense majorité privilégient l'Etats de droit ou l'ordre et rejettent l'injustice et l'anarchie qui ne profitent toujours qu'à une minorité.

Les travailleurs qui sont victimes d'injustices ou qui considèrent que leurs droits sont bafoués, réclament ou attendent du législateur qu'il les protège davantage et non le contraire. C'est ainsi, cela correspond à leur niveau de conscience politique. Ils refusent qu'une minorité impose sa loi à la majorité, ils rejettent massivement à la fois la politique de Mélenchon et de Le Pen, le premier opposant les intérêts de la majorité face à une minorité en favorisant cette dernière, le second procédant à l'inverse en stigmatisant les minorités pour mieux s'attaquer à l'ensemble des travailleurs, ce que ces derniers ne percevront pas forcément clairement. Du coup, ils peuvent être tentés de pencher davantage du côté du FN, puisque le PG et le FdG (et l'extrême gauche, les gauchistes) se présentent comme les défenseurs des minorités en toutes circonstances il faut le préciser pour bien comprendre notre position, aveuglément ou sans faire preuve du moindre discernement contrairement aux travailleurs qui ne sont pas plus racistes que vous et moi, mais que le législateur, le gouvernement et ses alliés du FdG conduisent à le devenir, disons occasionnellement, eux seuls (le gouvernement et ces partis) en portent la responsabilité, celle de l'UMP, de l'UDI et du FN étant établie, comment dire, naturellement.

- Mélenchon (PG): Marine Le Pen "a contaminé Manuel Valls" - AFP

- "Mme Le Pen est à deux doigts de gagner son pari. Non seulement, elle a séduit la plus grande partie de la droite mais elle a aussi contaminé Manuel Valls", affime l'ancien candidat à la présidentielle.

(Elle n'a pas eu besoin de le "contaminer", il l'était au départ mais pas dans le sens ou Mélenchon l'entend, on a le pire gouvernement sioniste de la Ve République, franc-maçon, les deux faisant la paire ou étant issus du même tonneau...

Ce n'est pas propre à Mélenchon ou au PG, tous les partis qui s'étaient encanaillés avec le PS pendant plus d'un demi-siècle, appelaient au front unique, soutenaient ses candidats à chaque élection, etc. nous font le même coup : le PS aurait changé, voyez-vous cela, en réalité ils feignent de découvrir la véritable nature réactionnaire de ses dirigeants. Apparemment cela marche, pendant un temps seulement puisque tous ces partis perdent leurs adhérents pour finalement stagner, végéter pour certains... Mélenchon a également déclaré hier qui confirme ce qui vient d'être dit : "Pour la première fois un gouvernement qui se dit de gauche va faire reculer une conquête sociale. C'est un drame", à propos des retraites, l'ANI, déjà envolé, les privatisations sour le gouvernement Chirac-Jospin auquel un certain Mélenchon participait, évaporées ! Mélenchon, c'est le genre d'illusionniste ou d'escroc qui refait l'histoire au fur et à mesure comme cela l'arrange en comptant sur l'amnésie générale. - ndlr)

- "Or c'est lui qui donne le ton au gouvernement. Voyez comment il a pollué une partie de l'été avec la question du voile. Les musulmans dans notre pays font l'objet d'une stigmatisation insupportable. Lui a décidé de manière cynique d'utiliser cette situation malsaine pour installer son personnage : un dur et violent qui chasse sur les terres de Mme Le Pen", ajoute-t-il.

(Mélenchon en février 2010 : "En ce moment, on a le sentiment que les gens vont au-devant des stigmatisations : ils se stigmatisent eux-mêmes - car qu’est-ce que porter le voile, si ce n’est s’infliger un stigmate- et se plaignent ensuite de la stigmatisation dont ils se sentent victimes " et trois ans plus tard les rôles seraient soudains inversés, il n'est plus à une contradition près, cependant il a raison de dénoncer le discours de Valls qui remplit le même rôle et double jeu que le général Sissi en Egypte ou encore Obama ou Hollande. On notera au passage que Valls n'a pas craint de froisser les pétromonarques dégénérés sunnites du Qatar ou d'Arabie Saoudite ou d'autre pays du Golf qui pratiquent la même politique du Maghreb au Républiques du Caucase

Le hijab (foulard) n'est pas la burqa ou le niqab, comme les Sikhs portent un turban sans que cela fasse polémique, or Mélenchon s'en était pris à la militante du NPA qui était candidate aux législatives dans le Vaucluse, estimant qu'elle violait les principes de la République et de la laïcité, devançant monsieur Valls.

La stigmatisation des musulmans commence quand on prend la défense de voyous ou d'islamistes radicaux qui sous prétexte qu'ils sont musulmans auraient des droits supérieurs au reste de la population. Cette position tend effectivement à faire (de) ou à présenter chaque musulman comme un délinquant ou un fanatique potentiel dans la mesure où il bénéficierait d'un régime de faveur de la part du législateur. -ndlr)

- M. Mélenchon s'en prend également au chef de l'Etat, affirmant que "le premier pourvoyeur du Front national, c'est François Hollande par la démoralisation et la démobilisation qu'il répand".

(La "démoralisation" et la "démobilisation" ne datent pas d'hier ou du 6 mai 2012, elles sont plutôt le produit de l'incapacité du mouvement ouvrier de se doter d'une nouvelle direction que n'incarnera jamais le PG, le PCF ou le FdG.

Que pourrait-il y avoir de plus démoralisant et de plus démobilisateur que d'avoir fait croire que Hollande et la majorité PS à l'Assemblée nationale tournerait le dos à la politique réactionnaire de Sarkozy et de l'UMP, alors que chacun savait qu'ils la reprendraient à leur compte, ce sont qui les criminels qui ont colporté cette illusion sinon ceux qui ont appelé à voter Hollande et PS en juin 2012. Au fait, je ne connais que des militants ou des travailleurs profondément démoralisée, et vous ?- ndlr)

- Le chef de l'Etat, selon M. Mélenchon, "pratique une politique de droite. En un an, Hollande a plongé notre pays dans la déprime. Cet homme nous enlève le goût du futur! Tout cela pour un objectif servile: payer la dette. Il a rompu avec tout ce qui était le programme de la gauche traditionnelle mais aussi avec celui de la nouvelle gauche", estime-t-il. Lexpress.fr et AFP 17.08

(On se demandait plus haut comment Menchon défendait le régime, ici on en a un exemple, en prétendant que Hollande "pratique une politique de droite" sans le caractériser de droite, lui et son parti, ce qui signifie que cela laisse la porte ouverte à un soutien au gouvernement ou aux candidats du PS lors d'élections en reprenant la rhétorique habituelle, donc ceux qui verraient une radicalisation dans le discours de Mélenchon ou un changement radical dans son positionnement face au PS se tromperaient lourdement.

Second exemple, connaissant la nature de parti bourgeois ou capitaliste du PS, "le programme de la gauche traditionnelle" n'a jamais été autre chose qu'une posture qui s'est révélée être une imposture par la suite, en 1981 Mélenchon le savait aussi bien que moi et d'autres militants, pas un seul militant ne s'attendait à l'époque à ce que Mitterrand et le PS rompent avec le capitalisme et les institutions de la Ve République, mais depuis le renégat l'a oublié, il a une mémoirs sélective, il se fait faussaire ou négationniste pour l'occasion, quant à la nouvelle gauche, je ne vois pas de qui il veut parler, flanquée du PCF, issue de ses rangs ou du PS, c'est la même qu'autrefois, mieux, avec les mêmes dirigeants, dont Mélenchon justement.

On ne juge pas un parti à son programme, n'importe qui peut s'approprier le programme de la révolution socialiste, mais n'importe qui ne le mettra pas en oeuvre quotidiennement, on juge donc ses dirigeants à leur volonté de mettre en pratique au cours de la lutte de classe la théorie et le programme qu'ils prétendent défendre ou avoir adoptée. En observant de quelle manière ils s'en sortent ou passent cette épreuve, on peut déterminer qui ils sont vraiment et la nature de leur parti. - ndlr)

Autre chose. Un mot personnel

J'ai évoqué récemment l'agression dont mon épouse Magueswary a été victime à Aubagne, près de Marseille. Au téléphone hier elle m'a fourni quelques précisions.

Elle était seule à une station de bus lorsqu'une gitane accompagnée d'une jeune fille se présenta devant elle et lui demanda où se trouvait une pharmacie. Puis quelques instants plus tard elle lui sauta dessus et tira sur la cordelette qu'elle portait autour du cou pour tenter de lui arracher. Magueswary lui décrocha un grand coup de poing dans le nez et se mit à hurler : "police, police, police", la femme prit la fuite en direction d'une voiture qui l'attendait un peu plus loin et qui démarra en trombe, mon épouse n'a pas eu le temps de relever le numéro d'immatriculation de la voiture. Visiblement elle savait que les femmes indiennes mariées portent un petit pendentif en or d'1 ou 2 grammes au bout de cette cordelette, peut-être ont-elles la même tradition je n'en sais rien.

Les gitans sont nos frères temps qu'ils nous respectent, qu'ils respectent le droit en vigueur, dès lors qu'ils nous agressent ou qu'ils l'enfreignent, ils deviennent notre ennemi ou on ne peut plus les défendre, c'est clair. Il en va de même vis-à-vis de n'importe qui qu'il soit Français ou étranger, noir, jaune, rouge ou je ne sais quoi.

Nous les respectons, ils doivent nous respecter, ce principe n'est pas négociable, en aucune circonstance. Qu'ils soient victimes d'une agression ou de mauvais traitements de la part de membres d'extrême droite ou de la police et nous seront toujours à leur côté, c'est très clair aussi.

Les gauchistes et tous les populistes de gauche et d'extrême gauche, PCF, PG, FdG, NPA, LO considèrent qu'un de nos semblables qui nous agresserait ou transgresserait la loi aurait des circonstances atténuantes parce qu'il supporterait toute la misère du monde sur ses épaules du fait qu'il est d'origine étrangère, nous aussi nous devons quotidiennement supporter ce monde pourri, aurait-il des droits supérieurs aux nôtres, qu'est-ce qui justifierait qu'il pourrait nous agresser et qui plus est se poser en victime, absolument rien, cette prétention exorbitante est intolérable, elle pousse au crime et le justifie, parmi ces écervelés y en aura-t-il un pour justifier l'agression dont a été victime mon épouse, qu'il se nomme, pas un n'osera parce qu'en plus ce sont des couards, ce sont les premiers à se débiner lorsqu'il s'agit d'assumer leurs actes ou leur politique.

Je n'ai pas terminé. Là c'est mon épouse qui a été agressée. Si un travailleur que je ne connaissais pas me racontait une histoire semblable, quelle serait ma réaction ? Exactement la même. Et c'est l'attitude que les travailleurs attendent d'un militant ouvrier. Toute personne qui a titre individuel porte atteinte à l'intégrité d'autrui doit en assumer la responsabilité et les conséquences, y compris pénales. C'est injuste ? La société est injuste et on ne va pas y remédier maintenant, il faut faire avec. Elle nous protège aussi dans certaines circonstances et nous tenons ce droit précieux pour acquis, maintenant que ceux qui l'ignorent en fassent les frais leur incombe, dans la mesure où ils n'étaient pas sans ignorer que leurs forfaits ne demeureraient pas impunis s'ils venaient à se faire prendre.

En réalité, les militants doivent prendre conscience que ces vaillants défenseurs des droits politiques des travailleurs sont prêts à les brader à la première occasion, voilà ce dont ils font la démontration quotidiennement. Ils prétendent lutter contre l'extrême droite, alors qu'ils leur servent la soupe en prenant aveuglément la défense de personnes ne respectant pas le droit en vigueur, ils les encouragent à persévérer dans cette attitude ce qui ne leur rend pas service, ils desservent notre cause, ils donnent une image épouvantable du mouvement ouvrier, au point que ce sont nos droits à tous qui sont menacés, ce qui fait évidemment l'affaire du régime.

Demain le régime va les assimiler à des voyous et les matraquer, c'est déjà le discours de l'extrême droite, ils vont s'en défendre, le législateur leur rafraîchira la mémoire en leur ressortant tous les cas qu'ils ont soutenus alors que le droit avait été violé, ils répondront que c'était avec son consentement, il leur rétorquera que son interprétation du droit était guidé par l'intérêt général et que la leur ne correspondait pas à la réalité et que pour l'avoir ignoré ils s'étaient rendus coupables du même délit qui justifiait son attitude aujourd'hui envers eux, ils pourront le réfuter que le législateur demeurera inflexible en appliquant le droit tel qu'il le conçoit, c'est-à-dire arbitrairement. Pour la première fois ces militants se rendront compte de ce que cela signifie le droit, pour cela il aura fallu que l'autorité le viole et qu'ils en soient les victimes !

Et moi qui croyait que lorsqu'on est un intellectuel on n'avait pas besoin de vivre certaines situations pour les comprendre, je m'étais manifestement trompé sur leur compte. Je vais leur dire un truc parce que je les aime bien quand même, pas leurs dirigeants. Quand on a vécu un tas de difficultés et pire encore depuis sa naissance, plus particulèrement quand on était gosse et adolescent, cela va du ventre vide aux coups, on n'a pas besoin de nous faire un dessin pour nous représenter une scène de violence ou je ne sais quelle situation angoissante, la nuit on en a fait tellement de cauchemars que les émotions, les pulsions remontent à la surface aux premiers mots, aux premières images, par exemple on n'a jamais vécu la guerre mais on en devine l'horreur, on a acquis cette sensibilité qui vous fait sentir toutes sortes de situations sans même avoir besoin de les vivre, du coup elles vous sont intelligibles facilement ou plus facilement.

Un jour j'ai été surpris par le comportement d'un de mes vieux oncles particulièrement avare ou plutôt près de ses sous serait plus juste, riches et sans descendance, qui avait été réquisitionné pour le STO en Allemagne et qui était revenu avec tout juste la peau sur les os, épouvanté pour avoir croisé à son retour des rescapés de camps de concentration aussi squelettiques que lui dont ils avaient entendu les récits horribles, et qui 40 ou 45 ans plus tard avait été ému aux larmes par le sort des Soudanais ou des Somaliens je ne sais plus au juste, au point de faire un don, je n'en revenais pas, j'ai cru sur le coup qu'il devait être devenu grabataire soudainement, ce geste de sa part m'avait étonné au plus au point, depuis en y repensant je l'ai compris.

J'ai corrigé plus haut parce qu'il n'avait pas été avare envers notre famille à qui il a fourni un toit gratuitement pendant 45 ans, la maison où habite ma mère, je lui serai reconnaissant toute ma vie. Parfois il savait que mes parents n'arrivaient pas à boucler les fins de mois quand j'étais gosse, on était au pain sec comme l'on dit, il aurait pu les aider un peu financièrement mais il n'en a rien fait, il a peut-être pensé que mes parents le prendraient comme une humiliation, c'est possible, en tout cas il était pingre et sa générosité subite à 80 ans environ m'a surpris.

Nous nous sommes écarté de notre sujet, mais je voudrais rajouter un mot. Si mon oncle était sensible aux difficultés des autres pour avoir subi ce qu'il y avait de pire ou presque, il aurait souhaité que je sois plus sérieux pour assurer mon avenir professionnel alors que je ne pensais qu'à faire la foire avec mes potes, bien que là aussi je me souviens qu'il me faisait des clins d'oeil quand mon père m'engueulait, tout en me glissant que je devrais essayer de composer travail et plaisir, sans insister car il était d'un caractère enjoué, c'était l'accordéoniste de la famille. Sa jeunesse avait été stoppée nette par la guerre, mais il avait été capable d'admettre que j'en profite un maximum sans me juger, quant à moi je n'avais pas à le juger non plus, bien qu'étant très con adolescent je fus tenter de le faire.

Moralité : Il ne faut pas hésiter à se remettre en question dans la vie pour ne pas finir comme un vieux con. En hommage à mon oncle Roger et ma tante Réjanne, ils approchent des 100 ans !

Autre chose. Accord de Partenariat Transpacifique.

Parole d'internaute

(A propos de l’Accord de Partenariat Transpacifique et du projet de traité de marché unique transatlantique)

- "Quand j'en parle autour de moi, les gens ignorent tout ce qui se passe ..... c'est une catastrophe et personne n'est au courant, j'enrage et notre gouvernement continue à nous enfumer avec des c..................!!!!!!!!!!"

Aussi longtemps que vous considèrerez que c'est "notre" gouvernement il en sera ainsi...

- A propos de l’ Accord de Partenariat Transpacifique (PTP) - blogs.mediapart.fr 14.08

L'objectif de cet accord de libre échange, dont la base existe depuis 2005, est « d'atteindre en 2015 des droits de douane égaux à zéro pour les pays de la zone. Ce traité couvre pratiquement tous les échanges de biens, les règlements de litiges, l'application des mesures phytosanitaires, les échanges de services, la propriété intellectuelle, les contrats gouvernementaux et les politiques liées à la compétition. »

Monsanto en embuscade

Le degré de secret autour de cet accord est sans précédent. Au cours de sa négociation, le projet d'accord n'a fait aux Etats-Unis l'objet d'aucun débat public, ni dans la presse ni parmi les décideurs politiques. En revanche, « six cent conseillers d’entreprises américaines ont contribué à l’élaboration du PTP » affirme le journal Nation of Change. « Tout au long des discussions transnationales, la majorité du Congrès a été tenue dans le flou, tandis que les représentants des entreprises américaines étaient consultés et au courant de chaque détail » selon Barbara Chicherio, du Parti Vert américain.

S’il est ratifié, le PTP imposerait des dispositions réglementaires punitives qui donneraient aux multinationales un droit sans précédent. Ces entreprises seraient légalement fondées à exiger du contribuable une compensation financière si leurs représentants décidaient de politiques nationales s'apparentant à des barrières aux profits et à la vente des produits commercialisés par les multinationales. « Cet accord cherche à établir de nouveaux droits supranationaux pour les entreprises visant à contourner les lois nationales et les cours de justice » prévient Chicherio. Surtout il permettra d’intenter directement des procès aux gouvernements pour obtenir des compensations financières, « compensations qui seraient directement puisées dans les poches du contribuable via le Trésor public » poursuit la militante.

D'une façon surprenante, aucun chapitre précis relatif à l’agriculture n’apparaît dans le PTP. C'est parce que les règles affectant les systèmes alimentaires et la sécurité alimentaire ont été intégrées un peu partout dans le texte. Ces négociations ont été menées par Islam Siddiqui, principal négociateur dans le domaine de l’agriculture pour les États-Unis, qui n'est d'autre que l'ancien vice-président de CropLife America, le principal organe de lobbying des entreprises de biotechnologie dont Monsanto est l'un des leaders. Depuis les années Clinton, Islam Siddique s’emploie à défendre les biotechnologies dans le monde, alternant entre postes officiels au sein de la diplomatie américaine et lobbying stratégique pour le secteur privé. Durant toute sa carrière, il s'est ouvertement opposé à toute politique d'étiquetage, reprenant l'argument des producteurs que la transparence sur les OGM reviendrait à « suggérer un risque là où il n'y en a pas ».

Les multinationales mettent les pays au pas

Bien que dans son ensemble le contenu du PTP reste encore partiellement caché, voici quelques points qui s'imposeront aux pays signataires et porteront irrémédiablement atteinte à leur souveraineté :

Le PTP risque d'ouvrir la porte aux importations sans résoudre les questions relatives à la sécurité alimentaire ou aux impacts environnementaux.

Les règles de passation des marchés publics interdisent toute discrimination basée sur la qualité de la production. « Ceci signifie que des programmes publics qui favorisent l’utilisation d’une alimentation durable, biologique ou produite localement, pour les cantines scolaires pourraient être interdits » affirme Barbara Chicherio au journal Nation of Change.

L’étiquetage des aliments contenant des OGM (Organismes génétiquement modifiés) ne sera pas autorisé, ou s'il est maintenu comme c'est le cas actuellement au Japon, cela pourrait donner lieu à des compensations financières pour les entreprises de biotechnologies se jugeant « discriminées ». La Nouvelle-Zélande et en Australie sont dans la même situation. Aux États-Unis, alors qu'une forte mobilisation en faveur d’un étiquetage des produits OGM a été enregistrée, 93% des américains y seraient favorables selon un sondage du NY Times, « en cas d’application du PTP, l’étiquetage des produits OGM pour des aliments américains ne pourrait ne jamais être autorisé » s'inquiète la militante américaine.

En novembre 2012, le Pérou a mis en place un moratoire de 10 ans sur les aliments et les plantes OGM. Il interdit l’importation, la production et l’utilisation des semences OGM dans les aliments afin de protéger la diversité agricole du Pérou. Que deviendra le moratoire mis en place par le Pérou avec le PTP ?

Au Vietnam, également signataire du PTP, une résistance croissante se développe contre les plans d'hégémonie agricole de Monsanto en raison de son lourd passé de producteur de l'Agent orange durant la guerre (1954-1975). Beaucoup estiment que Monsanto n’a aucunement le droit de faire du business dans le pays, alors que selon les estimations de l'ONU l’agent orange a tué 400 000 vietnamiens, provoqué des malformations chez 500 000 autres et contribué à développer des diverses maladies chez 2 millions d’autres.

Tirer les leçons des autres accords commerciaux avec les Etats-Unis

Dix ans après la mise en place de L’ALENA signé (Accord de libre-échange nord-américain) entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique, plus d'un million et demi de fermiers mexicains ont fait faillite parce qu’ils n’étaient pas en mesure de rivaliser avec le maïs subventionné et OGM américain qui entrait sur le marché mexicain. En matière d'agriculture, ces accords commerciaux ont provoqué le déplacement de dizaines de millions de petits fermiers, contraints à l'immigration ou la misère des bidon-villes. La destruction des économies alimentaires locales a entraîné une forte hausse des prix (plus de 100%) jusqu'à provoquer la « crise de la tortilla » et ses émeutes de la faim en 2007. Vingt ans après la signature des accords, le Mexique est passé d’un pays auto-suffisant produisant l’intégralité de son maïs à un pays important maintenant au moins le quart de cet aliment de base, et 40% de son alimentation, depuis les Etats-Unis. En 2013, le Mexique devançait cependant les Etats-Unis sur une chose : le pays compte désormais le plus fort taux d'obésité au monde selon la FAO.

« Alors que le Traité trans-pacifique est à de nombreux égards semblable à l’ALENA, il apparaît que les entreprises ont également su tiré les leçons des expériences précédentes. Elles peaufinent le PTP afin de s’assurer que les citoyens des pays impliqués n’aient aucun contrôle sur la sécurité alimentaire, sur ce qu’ils vont manger, sur le lieu où cette nourriture sera cultivée, sur les conditions dans lesquelles la nourriture sera cultivée et sur les restrictions d’utilisation d’herbicides ou de pesticides » analyse Chicheria pour Nation of Change. « Si le PTP est adopté, la porte sera alors encore plus ouverte aux abus envers les droits de l’Homme et de l’environnement » poursuit-elle.

Dans un ultime avertissement, la militant prévient que « les choses auxquelles nous devons nous attendre avec certitude sont les suivantes : plus d’exploitations agricoles à grande échelle et plus de monoculture ; la destruction des économies locale ; aucune donnée sur la façon dont notre nourriture sera cultivée ou sur ce que nous mangerons ; plus de déforestation ; une utilisation accrue des herbicides et des pesticides ; plus de pollution industrielle ; un nombre croissant de dépôts de brevets sur le vivant ; plus de plantes et d’aliments OGM ; aucun étiquetage des OGM contenus dans la nourriture. »

Et demain l'Europe ?

Tout ceci représente un pas en arrière pour les droits de l’Homme et un pas de géant vers le contrôle de notre nourriture par Monsanto et toutes les multinationales de l'agroalimentaire américaines. Malgré ces conséquences désastreuses pour les Droits fondamentaux, ainsi qu'une perte de souveraineté alimentaire sans précédent, la plupart des américains comme les citoyens des autres pays signataires ne sont courant ni de cet accord commercial, ni de ses effets plus qu’inquiétants, tous soigneusement maintenus dans l'ignorance la plus crue.

Début juillet 2013, les Etats-Unis ouvraient avec l'Union Européenne des négociations similaires pour répliquer l'accord trans-pacifique avec les pays européens sous le nom de Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP ou TAFTA). De la même manière, l'accord est négocié dans le secret entre les dirigeants européens et les négociateurs américains, de la même manière les multinationales cherchent à imposer des normes moindres pour introduire leur produits en Europe, de la même manière, un système de compensation financière sera érigé en système d'assurance des actionnaires contre la décision des citoyens de se protéger contre des produits indésirables, au premier rang desquels les OGM. Monsanto n'aura alors aucun mal à venir collecter ses « compensations » dans les pays qui maintiendront un moratoire sur ses semences... Pourtant il existe une différence de taille : les négociations viennent tout juste de s'ouvrir pour aboutir en 2015 et déjà des informations fuites sur ces accords du TTIP. Les citoyens européens se montreront dès lors plus apte à se mobiliser pour éviter cette catastrophe annoncée. De plus, les élections du Parlement européen se tiennent en mai 2014, et « ce seront ces eurodéputés issus du scrutin de 2014 qui auront, in fine, leur mot à dire » comme le rappelait le journal Politis. La mobilisation ne fait donc que commencer !

Article tiré d'une traduction de Trans-pacific Partnership and Monsanto, dans le journal Nation of Change (24 juin 2013), et rédigé par Barbara Chicherio, trésorière du Gateway Green Alliance et membre du comité national du Parti vert des Etats-Unis. wikistrike.com/ blogs.mediapart.fr 14.08

Terrible, terrifiant ce traité, non ?




ACTUALITE EN TITRES

Ils en sont l'aiguillon.

- Merkel appelle à combattre l'extrême droite - LePoint.fr

- Mélenchon (PG): Marine Le Pen "a contaminé Manuel Valls" - AFP

Et Mélenchon a "contaminé" le mouvement ouvrier ! Bon, il l'était déjà, il poursuit le boulot.

Hartz IV, Hartz IV, Hartz IV, à répéter en boucle au pas militaire, gauche, droite, gauche, droite, gauche, droite...

- La gauche rêve de battre Merkel pour une Allemagne plus juste - AFP


Le 19 août 2013

CAUSERIE

Des nouveaux articles en ligne plus tard ou ce soir, je casse la croute, il est déjà 14h ici, je dois arranger la viande que j'ai achetée hier au marché pour mon chien, laver la salade pour la semaine, me cuisiner un plat pour plusieurs jours, balayer...

Tartuferies mélenchonnes de la mi-août

Le PG incarne la frange de la petite-bourgeoisie et des intellecuels qui a compris que leurs intérêts ne seraient pas ou plus préservés par le PS, et qu'il leur fallait se rapprocher de la classe ouvrière sans se couper du régime auquel ils tendent la main pour garantir leurs privilèges, ayant reconnu depuis longtemps dans le PCF un allié du régime plutôt qu'un ennemi qui combattrait pour le renverser.

D'où l'alliance possible entre les deux partis (contre-révolutionnaires), qui ont comme autre point commun avec le PS d'avoir repris à leur compte le réformisme bourgeois que le PS a dû abandonner au moment ou l'oligarchie financière passait à l'offensive et la crise du capitalisme frappait à nouveau, dès lors qu'il était devenu ouvertement un parti social-libéral-impérialiste ou le suppléant du parti de l'ordre, et dont l'unique fonction serait d'assurer la stabilité et la continuité du régime en place, quite à s'attaquer aux privilèges de la petite-bourgeoisie ou de la classe moyenne.

Le PG et Mélenchon n'existerait tout simplement pas si la classe dominante qui contrôle les médias l'avait décidé, vous n'en entendriez pas davantage parler que du POI, du NPA ou LO. Si l'ensemble des médias répercutent chacune des déclarations de Mélenchon, lui offre une tribune ou lui ouvre les colonnes de leurs journaux généreusement, c'est uniquement parce que la classe dominante en tire profit. Personne n'aura la crédulité d'imaginer un seul instant que sans circonstance exceptionnelle pouvant à la limite justifier de lui donner la parole, ils lui feraient de la publicité gratuitement au nom de l'égalité de traitement entre partis ou forces politiques ou je ne sais quelle niaiserie démagogique du même ordre. Derrière chaque média il y a un banquier, ne jamais l'oublier.

Mais alors, s'ils ont tant besoin du PS, pourquoi se font-ils les relais du discours de Mélenchon qui attaque Hollande et le gouvernementn n'y aurait-il pas là une contradiction ? Cela donne un air, un parfum trompeur de démocratie au régime qui en a bien besoin tant son vernis démocratique est élimé, ensuite, cela permet de donner la parole à celui qui incarne les besoins des pans de la petite-bourgeoisie qui se reconnaît dans le PG et qui se sentent frustrés, au-delà même, de manière à les détourner de partis qui sont sur une ligne de rupture avec le régime et l'UE, principalement le POI.

Il est plus facile d'exister en tant que parti en axant sa politique sur les miettes que le régime peut concéder aux différentes classes ou à certaines de leurs couches, les supérieures de préférence, dès lors qu'elles se mobilisent, plutôt que d'intervenir dans la lutte des classes en axant sa politique sur un objectif à long terme qui ne rapportera rien ou si peu dans l'immédiat. D'où l'adhésion de tous les partis à la première méthode qui permet d'engrenger des succès partiels immédiats sans se soucier de savoir s'ils ne s'avèreront pas éphémères ou futiles par la suite, avant qu'ils ne soient remis en cause, et surtout si finalement elle ne s'oppose pas à la construction d'un véritable parti révolutionnaire, ces partis pouvant recruter lors de chaque bataille pour ensuite perdre les travailleurs qu'ils avaient recrutés et ainsi de suite, ce qui leur permet de vivoter et d'entretenir au moins leurs appareils, apparemment le seul objectif de leurs dirigeants, ce qui explique qu'ils égrainent sans cesse le même refrain.

Rappelons-nous que le plus grand danger qui pèse sur le régime serait une alliance de la classe ouvrière et de la petite-bourgeoisie contre la classe dominante des capitalistes. Dans ces conditions, il vaut mieux que la petite-bourgeoisie déçue du PS ou de l'UMP se retrouve dans le PG ou le FN plutôt que dans un parti comme le POI. Il ne vous aura pas échappé que le PG et le FN sont deux partis auxquels les médias accordent plus d'audience que ce qu'ils représentent vraiment, alors qu'ils censurent le POI et LO, moins le NPA dont ils se servent également contre le POI.

Parole d'internaute

- "Le PS ressort le vieux coup de bluff de Mitterrand sur le danger du FN...dont Jospin lui-même a récemment reconnu que c'était juste "du théâtre" (élection de Chirac avec 80% des voix !) . Le PS dit que Mélenchon "n'a d'ennemis qu'à gauche" ? C'est évidemment faux, puisque le PS n'est plus, depuis longtemps, un parti de gauche, mais une droite qui ne veut pas dire son nom et qui est entrée de plein pied en concurrence avec l'UMP pour des questions de pouvoirs personnels, uniquement. Même si on n'est pas d'accord avec les idées de Mélenchon sur beaucoup de points, on doit reconnaître qu'il a raison de classer le PS à droite, avec une réserve d'importance concernant le laisser-faire de plus en plus visible de la justice envers certaines populations (et sur ce point, Mélenchon se retrouve avec le PS !)."

Dans quel sens "le laisser-faire de plus en plus visible de la justice envers certaines populations", car les uns et les autres tiennent un double langage selon les ciconstances ou le calendrier électoral ?

Il faut être plus précis. Mélenchon ne "classe" pas le PS à droite, mais sa politique qu'il critique, ce n'est pas du tout pareil, car cela laisse la porte ouverte à l'illusion que le PS pourrait faire une politique conforme aux intérêts des travailleurs, or c'est impossible, qu'il serait de gauche justement ou pourrait le redevenir, 99 plus tard, cela va être dur !

Ensuite le PS n'est pas seulement "en concurrence avec l'UMP pour des questions de pouvoirs personnels" mais parce que la situation l'oblige à monter au créneau, dès lors que l'UMP ayant été rejeté par les masses n'est plus en mesure de gérér la société pour le compte des capitalistes. Le PS en tant que parti de droite ou suppléant du parti de l'ordre prend logiquement le relais, les masses continuant d'ignorer sa véritable nature ou plutôt elle ne lui apparaît pas suffisamment clairement pour qu'elles le rejettent à son tour. N'oublions pas non plus que les candidats du PS aux législatives de juin 2012 n'ont recueilli qu'environ 25% des suffrages, ce qui signifient que d'immense pans des masses ont refusé de voter pour ses candidats, ce sont les couches supérieures du prolétariat, l'aristocratie ouvrière, des pans de la classe moyenne et de la petite-bourgeoisie qui ont voté pour ses candidats en juin 2012, dont une partie se reconnaît également dans le PG ou le FdG.

Si le petit-bourgeois ou le travailleur ayant adopté sa mentalité est capable de concevoir un plan de carrière à long terme, en politique de préférence il ne verra pas plus loin que le bout de son nez ou ses besoins immédiats qu'il entend satisfaire, dans les deux cas il aura un comportement individualiste ou corporatiste, que l'on retrouve en général chez le syndicaliste qui n'est pas plus à gauche que ses dirigeants ou qui n'a rien d'un révolutionnaire, croire le contraire serait se faire de graves illusions, sachant que c'est le fond de commerce du POI, du NPA et de LO, on comprend pourquoi de nombreux militants révolutionnaires ne se reconnaissent pas dans ces partis ou les aient quittés, on ne s'en réjouit pas particulièrement, il leur arrive ce qu'ils méritent voilà tout, eux seuls (leurs dirigeants) en portent la responsabilité.

- Le PS répond à Mélenchon et demande au PCF de réagir - AFP

-"Jean-Luc Mélenchon n'a d'ennemis qu'à gauche, et cela commence à plus que se voir ", a réagi dimanche dans un communiqué le porte-parole du PS, David Assouline.

"Cette dérive politique semble ne plus avoir de limite. Peut-être veut-il tenter d'empêcher l'unité de la gauche si nécessaire face à la montée de l'extrême droite, et à celle que nous appelons de nos voeux pour les municipales, mais cette dernière provocation ne nous fera pas changer de ligne ni d'attitude parce que l'intérêt du pays comme celui des progressistes est dans le rassemblement", poursuit le porte-parole.

(Décryptage. A qui s'adresse Assouline ? Aux "progressistes", le fond de commerce de la petite-bourgeoisie, de la classe moyenne, des intellectuels que le PS a en partie en commun avec le PG, il leur dit : Attention, Mélenchon est en train de scier la branche sur laquelle reposent vos intérêts, vous feriez bien de le rappeler à l'ordre. Quel objectif politique vise-t-il ? Les "municipales". Que représente réellement le PS ? Les intérêts de la classe qui détient réellement le pouvoir et pour laquelle il gouverne dans "l'intérêt du pays". - ndlr)

- "Jean-Luc (Mélenchon) dit aujourd'hui ce que le peuple de gauche ressent, c'est-à-dire une exaspération, une déception immense" par rapport à François Hollande et au gouvernement, a répondu sur BFM-TV, Olivier Dartigolles, le porte-parole du PCF. AFP 18.08

(Associer "le peuple de gauche" à "François Hollande et au gouvernement" quoi qu'il puisse être dit en amont ou en aval n'a aucune espèce importance, car cette liaison porte en soi la marque de l'imposture, de l'escroquerie politique, de la trahison pour ceux qui se reconnaissent dans le PCF. - ndlr)




ACTUALITE EN TITRES

Intox et conditionnement des masses

Allemagne - NSA

- Al-Qaïda plannifierait des attentats sur les TGV européens - L'Express.fr

D'après le quotidien allemand Bild, l'information sur ces projets d'attentats provient de l'Agence nationale de la sécurité américaine (NSA), qui a capté une conversation téléphonique il y a quelques semaines entre de hauts responsables d'Al Qaida. L'Express.fr 18.08

Qatar

- Le Qatar aide l'Egypte et non les Frères musulmans - AFP

- Etats-Unis: Al-Jazeera promet de révolutionner le journalisme de télévision - L'Express.fr




ACTUALITÉ DU JOUR

Fabius remet le sort de l'Egypte entre les mains des chefs des terroristes d'Al-Qaïda et des Frères musulmans.

- Egypte: Paris fait pression sur Doha et Ryad pour intervenir - AFP

Les autorités françaises ont appelé dimanche l'Arabie saoudite et le Qatar à aider à trouver une solution à la crise en Egypte, en recevant successivement les chefs de la diplomatie de ces deux pays rivaux en lutte pour étendre leur influence régionale.

Alors que le Qatar, considéré comme le principal soutien des Frères musulmans, a vivement dénoncé l'intervention de la police égyptienne contre les partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi, l'Arabie saoudite a proclamé son ferme soutien au nouveau pouvoir égyptien "face au terrorisme".

Le ministre qatari a lui aussi souligné "la nécessité de parvenir à une solution rapide à la crise et appelé au " dialogue entre tous les Egyptiens". Toutefois, a-t-il insisté "il faut que les détenus politiques soient libérés pour parvenir à une solution".

M. al-Attiya a jugé "erroné" d'accuser le Qatar d'aider les Frères musulmans, affirmant que son pays n'avait "jamais aidé une partie égyptienne ou un parti politique égyptien. L'aide a toujours été fournie à l'Egypte", a-t-il assuré.

De son côté, le chef de la diplomatie saoudienne a jugé qu'il n'était "pas anodin que 30 millions d'Egyptiens soient descendus dans la rue pour demander à leurs autorités de garantir leur sécurité" et d'"organiser des élections anticipées", dans une allusion aux manifestations monstres qui ont conduit à la destitution du président Morsi par l'armée égyptienne.

Evoquant les violences meurtrières de la semaine, le prince Saoud Al-Fayçal a affirmé "très bien comprendre que la liberté de manifester soit un droit garanti" mais a souligné qu'"en contrepartie, les manifestants doivent s'engager à ne pas porter atteinte à la vie des autres citoyens, à la propriété, et à ne pas avoir recours à la violence". AFP 18.08

Le même prince Saoud Al-Fayçal qui a envoyé son armée réprimer les manifestations de chiites au Bahreïn et qui compte dans se geôle des prisonniers politiques pour avoir eu l'audace de critiquer le régime !

L'émir du Qatar ou le chef des barbares d'Al-Nosra en Syrie, qui a armé les groupes terroristes au Mali, etc.

Voilà pour les amis de Hollande et Fabius. Vous voulez devenir les amis de leurs amis, soutenez le PS et le gouvernement !




INFOS EN BREF

POLITIQUE

1- Tunisie

Hassine Abassi, secrétaire général de la puissante Union générale tunisienne du travail (UGTT), s'est dit prêt à user de l'influence de la principale centrale syndicale du pays pour sortir de la crise politique, mais il a réfuté tout parallèle avec la situation en Egypte.

L'opposition laïque tunisienne a menacé jeudi d'accentuer ses manifestations de protestation contre le gouvernement dominé par les islamistes d'Ennahda après le rejet par Rached Ghannouchi, le président de cette formation, de former un exécutif non partisan. (voir )

L'UGTT s'est ralliée la semaine dernière à cette revendication, consécutive à l'assassinat de deux responsables de l'opposition laïque, attribué à des salafistes. De nombreux observateurs évoquent désormais un "scénario à l'égyptienne", dans lequel le syndicat, qui revendique un million de membres, jouerait un rôle semblable à celui de l'armée en Egypte.

"Notre situation est différente de celle de l'Egypte et je ne suis pas un autre Al Sissi", a cependant déclaré Hassine Abassi dans une interview à Reuters, évoquant le général Abdel Fatah al Sissi, chef d'état-major de l'armée égyptienne, à l'origine de la destitution du président islamiste Mohamed Morsi, le 3 juillet.

"Nous ne savons pas encore ce que nous ferons si cette impasse persiste, mais nous avons plusieurs options et nous avons les moyens de pousser tout le monde à participer à un dialogue", a-t-il ajouté, précisant qu'il devait rencontrer lundi Rached Ghannouchi.

Hassine Abassi a prévenu que le gouvernement et l'opposition devaient trouver un accord "d'ici quelques jours" et a réitéré la volonté de l'UGTT de voir l'actuel exécutif dissous, en raison de ses "erreurs économiques, sociales et politiques", en particulier "son incapacité à assurer la sécurité".

Les propos de Hassine Abassi font écho à ceux de Rached Ghannouchi qui a prévenu jeudi que "ceux qui veulent un nouveau Al Sissi en Tunisie devraient cesser de rêver", alors que la répression accrue depuis mercredi par l'armée égyptienne contre les Frères musulmans a fait au moins 750 morts.

"Ce qui se passe actuellement en Egypte devrait nous inciter à aller dans le sens du dialogue", avait dit Rached Ghannouchi. "Nous avons commis des erreurs mais cela ne mérite pas un coup d'Etat."

Contrairement à l'Egypte, pays arabe le plus peuplé avec 85 millions d'habitants, la Tunisie, qui ne compte elle que 11 millions d'habitants, possède une armée peu encline aux interventions politiques.

De plus, Ennahda gouverne avec deux partis laïcs de gauche, le Congrès pour la république (CPR) et Ettakatol, contrairement aux Frères musulmans égyptiens et leur branche politique, la Parti de la Liberté et de la Justice (PLJ), qui avaient formé un exécutif presque entièrement composés d'islamistes après l'élection de Mohamed Morsi. Reuters 17.08

2- Australie

D'arès la presse anglophone, une politicienne australienne, Sherrilyn Church, a tenu des propos islamophobes en décrivant l’Islam comme une “religion provenant de l’enfer”... et en affirmant que “la construction de mosquées dans le pays était de la haute trahison”.

La politicienne appartenant au parti dénommé Rise Up Australia Party, dont le slogan est “keep Australia australian” (Gardons l’Australie austtralienne) et se démarquant par son acharnement contre l’islam, a déclaré que sa priorité lors de l’élection est d’interdire la construction de mosquées dans le territoire au sud de Brisbane.

Selon le Courier Mail, elle a déclaré que l’islam n’est pas d’abord une religion, mais un système de droit car dans l’esprit islamique, l’existence d’une mosquée dans une zone signifierait que la charia est en application et alors le drapeau islamique serait brandi. french.irib.ir 18.08


SOCIAL

Allemagne

Le patron de la Deutsche Bahn, Rüdiger Grube, s'est excusé pour la première fois pour le chaos sur la desserte de Mayence (ouest), provoqué par le manque de personnel, dans un entretien à paraître dimanche.

Face au manque de personnel d'aiguillage à Mayence --à l'origine du chaos--, la direction de la Deutsche Bahn va examiner avec les syndicats où sont les besoins en personnel les plus criants au sein du groupe.

M. Grube a toutefois averti que le problème ne pouvait pas être résolu complètement immédiatement. "On ne peut résoudre tout en appuyant sur un bouton. Exercer le métier d'aiguilleur, ce n'est pas comme retourner des saucisses dans une baraque à frites", a-t-il observé.

Il a défendu sa décision de rappeler du personnel en vacances pour faire face à la situation: "c'était correct, c'est correct. Et je ferais exactement comme cela si j'avais à le refaire. C'est une situation exceptionnelle", a-t-il dit.

Il a également plaidé pour sa politique du personnel, affirmant que la Deutsche Bahn était l'entreprise qui recrutait actuellement le plus en Allemagne.

La desserte de Mayence, ville de 200.000 habitants et l'une des 16 capitales régionales allemandes, subit depuis le début du mois d'août diverses restrictions, en raison des vacances ou maladies du personnel du centre d'aiguillage.

Deutsche Bahn, mastodonte qui transporte 5,4 millions de passagers par jour et emploie 190.000 personnes rien qu'en Allemagne, est très régulièrement sur la sellette, comme il y a quelques années pour des problèmes à répétition sur le réseau de Berlin, ou encore à cause de la climatisation défectueuse de certains trains l'été. Un tiers des Allemands sont mécontents de son service, selon un sondage récent. AFP 17.08




ECONOMIE

1-Etats-Unis - Banque

Les autorités américaines ont ouvert une enquête sur l'embauche par JPMorgan d'un fils et d'une fille de dirigeants chinois afin d'exploiter leurs relations avec les hautes sphères de Pékin pour développer ses activités en Chine, rapporte dimanche le New York Times.

Si l'entretien de liens étroits avec les responsables politiques est une pratique ancienne du secteur bancaire, elle est d'autant plus importante en Chine où les relations et les connexions jouent un rôle primordial dans la prise de décision financière.

Selon un article publié sur le site internet du New York Times, qui s'appuie sur un document gouvernemental confidentiel, la branche anti-corruption de la Securities and Exchange Commission est chargée de l'enquête.

Le quotidien new-yorkais indique que JPMorgan a embauché Tang Xiaoning, le fils de Tang Shuangning, ancien responsable de la régulation bancaire en Chine. Tang Xiaoning est désormais le président de China Everbright Group, un conglomérat financier contrôlé par Pékin.

Or, JPMorgan a justement obtenu une série de contrats de la part de ce conglomérat dans la foulée de cette embauche.

Le New York Times relève également que JPMorgan a embauché Zhang Xixi, la fille d'un haut responsable du chemin de fer chinois, aujourd'hui tombé en disgrâce, et que la banque a été invitée à participer à l'élaboration du projet de la mise en Bourse. Reuters 18.08

2- Inde

La roupie a perdu 57% de sa valeur face au billet vert depuis son niveau le plus haut en février 2008, lorsqu'elle valait 39,40 roupies pour un USD. Depuis début 2013, sa baisse s'est accélérée. Elle a reculé de 13% en moins de huit mois, soit la baisse la plus forte pour la monnaie d'un grand pays d'Asie (avec le yen japonais) sur cette période.

Samedi, le Premier ministre Manmohan Singh a tenté de calmer les esprits en assurant ne pas redouter une répétition de la crise de 1991, lorsque le pays avait été à deux doigts de faire défaut sur sa dette. "Il n'est pas question de revenir à la crise de 1991", a déclaré M. Singh, qui était alors ministre des Finances et qui est crédité d'avoir sorti le pays de la crise en engageant un vaste de programme de réformes.

Il a rappelé que les réserves en devises étrangères ne représentaient alors que 15 jours d'encours de paiements. "Aujourd'hui nous avons de six à sept mois. Il n'y a donc pas de comparaison", a-t-il affirmé.

"Les autorités cherchent à réduire la volatilité sur le marché des changes, mais je crains que cela finisse par envoyer un signal de panique", déclare Sonal Varma, économiste chez Nomura. Pour le moment, il n'y a cependant aucun signe de fuite des capitaux indiens.

Mais avec les élections prévues pour mai 2014, les économistes estiment que le gouvernement ne prendra pas de réformes décisives pour sortir l'économie de sa torpeur. "Je pense que nous sommes en train d'entrer dans une phase de crise. Lentement mais sûrement", soupire Param Sarma, du cabinet de consultants NSP Forex. AFP 18.08


Le 20 août 2013

CAUSERIE

De nouveaux articles ce soir. Les infos en bref demain.

Très vite sur l'Egypte, la situation est bloquée disions-nous, mais ils vont faire des concessions sur le plan social affirmions-nous il y a quelques jours, l'UE, les Américains et le FMI ne veulent pas casquer, ils menacent même de réduire leur "aide" au régime et à l'armée, pas de problèmes les pays du Golfe vont prendre le relais à coup de dizaines de milliards de dollars, ils n'ont pas le choix sauf à opter pour un régime militaire et un bain de sang. (A suivre)

J'ai rédigé les deux articles suivants rapidement, ils sont loin d'être satisfaisants, un brouillon à améliorer. Le second est plus intéressant selon moi.

Beaux parleurs

Après lecture je me suis refusé à publier une dizaine d'articles des portails legrandsoir.info, mondialisation.ca et french.irib.ir, soit qu'ils procédaient de la désinformation, soit qu'il y figurait des positions consistant à faire l'apologie de la politique que nous combattons. Je sais que j'en ai laissé passer (trop) du même genre par manque de temps pour les lire, j'en ai averti les lecteurs à plusieurs reprises.

Ce qui se passe avec les portails généralistes, c'est qu'ils ne filtrent pas les articles qu'ils publient ou donnent la parole à des personnes qui ne possèdent pas forcément les qualités requises pour traiter certains sujets, on y trouve tout et n'importe quoi, ce qu'illustrera l'article ci-dessous.

Dans le cas de portails politiques ou institutionnels, il suffit d'avoir à l'esprit le courant politique ou la classe qu'ils représentent pour situer la limite de leur impartialité. Il en va de même de certains portails à vocation informationnelle accessibles à tous ou gratuit ou uniquement sur abonnement et qui se prétendent indépendants, mais qui finalement sont à vocation commerciale dans la mesure où leur existence dépend de subventions de l'Etat et/ou du nombre de leurs abonnés qui adhèrent à leur ligne éditoriale qu'ils ne peuvent pas se permettre de modifier sous peine de perdre de nombreux lecteurs sans avoir la garantie d'en gagner d'autres au même titre que n'importe quel média.

Certains portails alimentés exclusivement ou presque par des articles rédigés par des auteurs extérieurs auront tendance pour augmenter leur audience à ne pas être trop regardant sur la qualité et le contenu des articles qu'ils publient.

Au nom de la liberté d'expression ou de l'égalité de traitement qui de plus en plus souvent confine à la démagogie et conduit à un éclectisme aveugle, débridé ou constitue l'antichambre du nihilisme, il est normal que les points de vue les plus divers puissent s'exprimer pour répondre aux besoins des lecteurs

- Les RG l’ont rêvé, Facebook l’a fait... Jean-Marc Manach - lundi 19 août 2013 - lemonde.fr/legrandsoir.info

- Jean-Marc Manarch raconte qu'il est "à l’origine du scandale Amesys, et d’avoir contribué aux SpyFiles de WikiLeaks, qui visaient précisément à dénoncer les marchands d’armes de surveillance des télécommunications, cela fait 10 ans maintenant que j’explique aux journalistes comment protéger leurs sources, internautes comment sécuriser leurs ordinateurs, et protéger leur vie privée."

Donc les réseaux sociaux dont il prend la défense ne remplirait pas un rôle de "surveillance" de la population ! S'il le dit ! La fin est savoureuse, patience.

Il fultige le philosophe Raphaël Enthoven et l’écrivain et journaliste Brice Couturier (que je connais pas) "visiblement peu au fait de ce qu’est l’Internet, de ses usages et de ce qui s’y passe vraiment (...) qui parlent sans savoir, se bornant à répéter des lieux communs, sans être drôle", ils ont "surtout démontré qu’ils ne connaissent rien de ce dont ils ont été amené à discuter", car lui il sait. Quoi ? Patience vous le saurez à la fin de cet article.

- Comparer Facebook au fichier des RG témoigne, par ailleurs, d’une conception particulièrement biaisée, borgne, et élitiste, de la démocratie : la liberté d’expression n’est pas réservée aux journalistes, non plus qu’à ceux qui ont le privilège de pouvoir s’exprimer dans les médias dit "grand public", et c’est précisément ce que l’Internet révolutionne, comme l’avait très bien expliqué Daniel Kaplan.

Si ceux qui ont conçu et financé Facebook sont des démocrates, il faut absolument décerner le prix Nobel de la paix à la CIA et à la NSA ! Facebook est apparu à un moment où l'idéologie néolibérale adoptée par les dirigeants du vieux monde menace la société d'une désagrégation schizoïde, une fois les sciences sociales supplantées par le nihilisme, un homme et une femme ne sont pas différents, c'est uniquement le regard que l'on porte sur eux qui nous conduit à les considérer différents, il est vrai que pour l'usage auquel ils les destinent c'est largement suffisant comme définition, ce que bien sûr ils ignorent.

Engels avait souligné que sans l'esclavage la démocratie n'aurait pas vu le jour, la conception de la démocratie que l'on nous propose ici a pour pendant l'ignorance des masses qui en fait des esclaves deux milles ans plus tard, donc faire croire que la liberté d’expression dont elles bénéficient ici pourrait leur être profitable relève de l'imposture, car faut-il encore être capable de pouvoir en user à bon escient, sachant que ce n'est pas le cas, on devinera sans difficulté à qui elle profitera réellement.

- Les fichiers de police et de renseignement ont pour objet de surveiller des "suspects". L’Internet a pour objet, tout comme la démocratie, de permettre à tout un chacun de s’exprimer.

S'exprimer n'a en soi jamais rien changé à quoi que ce soit, ne garantit pas qu'un changement pourrait se produire conforme à la démocratie, ces derniers temps on avait cru observer que les principes élémentaires étaient systématiquement piétinés, on a dû rêver, on doit faire partie des gens qui "parlent sans savoir".

Les matins - Pierre Piazza par franceculture.

- Jean Marc Manach : Je ne suis pas d’accord parce que dans une société de surveillance type panoptique, il y a des forts qui surveillent des faibles, et qui jettent donc de la suspicion sur ceux qui sont surveillés, alors que sur les réseaux sociaux, c’est de la souveillance : tout le monde regarde tout le monde, ça relève de la transparence ; si les réseaux sociaux étaient l’équivalent des fichiers des RG, les dealers y partageraient la liste de leurs clients, ce qui n’est pas le cas : quand quelqu’un est dans l’illégalité il ne s’en vante pas ; ou alors il faudrait considérer que les médias, parce qu’ils informent, feraient comme les RG...

Facebook créé en collaboration avec la CIA ne s'inscrirait pas dans le type de "société de surveillance type panoptique (où) il y a des forts qui surveillent des faibles", d'ailleurs on se demande pourquoi ils ont créé les réseaux sociaux, ce devait être pour soulager la population du stress quotidien et lui permettre de s'épanouir, les maîtres du monde oeuvrent à votre bonheur c'est bien connu franchement.

On vit dans un monde dirigé par une mafia financière, des psychopathes complotant contre le reste du monde et comptant une armée de larbins institutionnels, médiatiques, intellectuels, policiers et " tout le monde regarde tout le monde, ça relève de la transparence ", la règle du jeu serait la même pour tous, ben voyons ! Il vit dans quel monde ce type là, son blog est hébergé par le journal Le Monde expert en désinformation et manipulation en tous genres. Les réseaux sociaux s'inscrivent dans la stratégie du contrôle de la population indispensable pour parvenir à instaurer un gouvernement mondial et maintenir une dictature absolue, ils font partie de ce dispositif. C'est le complément de la fiche de police.

On a à faire à un naïf ou un manipulateur, car si les hackers peuvent peuvent pénétrer dans votre ordinateur, les renseignements généraux aussi. Bon, à la fin il avoue que lui-même ne comprend rien à rien à cette histoire, pourquoi nous sommes tous fichés, finalement il termine son argumentation prononcée sur le ton méprisant du doctrinaire en faisant la démonstration qu'il appartient à cette catégoride de gens qui "ne connaissent rien de ce dont ils ont été amené à discuter", savoureux et pitoyable charlatan

- Jean Marc Manach : ça fait 10 ans que j’explique aux internautes comment sécuriser leurs ordinateurs, et comment protéger leur vie privée sur les réseaux sociaux ; je ne suis pas pour la transparence absolue, mais je suis contre le détournement d’usages ou de finalité des fichiers policiers, et je ne comprends toujours pas pourquoi on devrait ficher 60 millions de "gens honnêtes", ce qui est contraire à la Cour européenne des droits de l’homme.

Pardi, parce que les gens honnêtes représentent un danger potentiel pour le régime en place, et je ne suis pas sur qu'ils soient aussi nombreux à se reconnaître dans la Cour européenne des droits de l’homme qui est une institution illégitime.

On ne va pas s'éterniser sur cette tentative lamentable de réhabiliter les "réseaux sociaux" à l'heure où plus en plus de personnes s'en détournent.

De nos jours les manipuleurs en tous genres qui sévissent n'ont pas de bol, à peine ont-ils dégainé qu'une info tombe qui les contredit. Il faut dire qu'après les révélations de Snowden sur les actiivtés illégales de la NSA, tous les discours sur la confidentialité ou la sécurité des données figurant dans des pages Facebook sonnaient creux, mais apparemment monsieur Jean Marc Manach n'en a pas entendu parler !

- Facebook: un expert palestinien pirate le compte de Mark Zuckerberg - L'Expansion.com 19.08

Un expert en sécurité palestinien a réussi à pirater la page de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, pour publier un message d'alerte sur la vulnérabilité du réseau social.

Après avoir détecté une vulnérabilité dans le réseau social Facebook, Khalil Shreateh, un palestinien expert en sécurité sur Internet, a piraté le compte de Mark Zuckerberg. Il a utilisé une faille qui permet à des utilisateurs de publier des messages sur la page d'autres membres de Facebook, même s'ils ne figurent pas dans leur liste d'amis.

Le pirate de 31 ans affirme sur son blog qu'il a été "contraint" de publier le rapport de la faille sur le profil Facebook de Mark Zuckerberg parce que le géant américain refusait de le payer.

Pas de récompense pour le hacker palestinien

Car Khalil Shreateh a contacté l'équipe de sécurité Facebook à laquelle il a signalé la "faille", une procédure qui permet, en principe, de recevoir une prime de 500 dollars environ. Manque de chance, un ingénieur de Facebook estime, dans un mail, qu'il ne s'agit "pas d'une faille", mais d'un piratage.

Exit les 500 dollars, l'expert en sécurité ne recevra pas de récompense. Facebook a en effet jugé que le chercheur avait enfreint les règles d'utilisation du site et n'avait en outre pas suivi les principes d'une "divulgation responsable".

Le compte Facebook de Khalil Shreateh a été désactivé par "précaution", et la faille a été corrigée depuis. L'Expansion.com 19.08

On devrait rencontrer des hackers et leur demander de nous former à leurs techniques, de les rendre publiques de façon à ce que chacun se mette à pourrir tous les ordinateurs des institutions, des entreprises du CAC40, des banques et des institutions financières, ne serait-ce pas faire oeuvre de résistance à leur projet totalitaire ?

Les bases sociales de l'abstence d'intégration.

Le droit et la forme juridique de l'Etat dans chaque pays est à la fois le produit du développement économique et de la lutte des classes, des rapports entre les classes

Prétendre refonder le droit ou l'infléchir en privilégiant des facteurs culturels ou religieux au détriment du développement économique et de la lutte des classes, des rapports entre les classes, conduit à la remise en cause des principes ou valeurs de la République au profit de facteurs subjectifs et arbitraires laissés à l'appréciation du législateur, dans la mesure où ces facteurs ne reposent pas sur une base matérielle, historique, sociale, mais sur l'ignorance, l'obscurantisme, des mythes et des légendes, des superstitions, etc. sur des rapports politiques et sociaux archaïques ou moyenâgeux.

Que les facteurs culturels ou religieux soient omniprésents dans le droit et les rapports de certains pays témoigne que leur développement économique et la lutte des classes n'ont pas atteint le niveau permettant aux valeurs de la République (et de la démocratie) de s'imposer, l'égalité de traitement entre les citoyens quelle que soient la classe sociale à laquelle ils appartiennent ou leur statut social, et ce n'est pas un hasard si c'est justement dans ces pays que l'Etat de droit n'existe pas ou si peu que les inégalités et l'injustice prédomine dans tous les rapports.

En Inde par exemple où je vis, j'en suis témoin quotidiennement, et parfois victime, car en tant qu'étranger je ne bénéficie pas d'un traitement de faveur mais bien au contraire, je suis un paria parmi les parias et je le resterai, malgré la Constitution qui n'est pas appliquée. Pourquoi ? Parce que le pays est demeuré sous-développé, donc les anciens rapports semi-féodaux l'emportent sur les valeurs républicaines ou démocratiques, comme autrefois le développement ne profite qu'aux nantis et en partie à la classe moyenne dont la mentalité n'a pas non plus évolué...

L'adoption des principes républicains et de la démocratie par la population immigrée ou originaire de l'immigration, le respect du droit et des représentants de l'Etat en échange du droit et des rapports qu'elle connaissait dans son pays d'origine dépend uniquement de son intégration sociale dans la société. Qu'elle soit impossible ou rendue impossible, et cette population ne se reconnaîtra pas dans le droit de son pays d'accueil, parce qu'elle vivra comme une injustice le sort qui lui est réservé, ce qui la conduira à adopter ou à revenir au droit et aux rapports de son pays d'origine, elle a tendance naturellement à se comporter comme dans son pays d'origine ou son comportement ne pose pas de problèmes, alors qu'en France il en ira tout autrement.

Dans les années 70-75 une partie de mes potes étaient originaires d'Algérie, ils étaient musulmans, leurs parents étaient musulmans, je fréquentais Abiba qui était algérienne et mulsulmane, je connais ses parents, j'étais invité chez elle et chez mes potes, les uns et les autres pratiquaient plus ou moins leur religion, il n'y avait pas de mosquée et d'imam dans les environs et ils s'en passaient très bien, ils pratiquaient leur religion chez eux comme le fait mon épouse qui est hindoue, cela ne leur posait aucun problème, encore jeunes ils faisaient des conneries puis ils se mirent à bosser, quittèrent la maison familiale et fondèrent une famille, ils étaient parfaitement intégrés sans avoir à renier leurs origines, leur religion ou leur culture berbère, ils retournaient parfois au bled pendant les vacances, mais certains traînaient les pieds, en Algérie ils se sentaient étrangers, c'est pour dire qu'ils se trouvaient bien en France, autant que possible car c'était tous des prolos. On discutait de tout cela très librement à l'époque.

Depuis ce qui a changé, c'est la crise sociale, le chômage de masse, les salaires qui stagnent, le coup de la vie qui a terriblement augmenté. Ils en furent les premières victimes, puis vint le temps des discriminations et du racisme qui refit surface. Sur ce, il y a eu la crise des années 90 en Algérie avec le FIS, des imams radicaux ont débarqué dans les banlieues ou quartiers à forte concentration d'immigrés musulmans, la stigmatisation des musulmans et la ghettoïsation s'est renforcée, vous connaissez la suite sur fond de chômage, précarité et pauvreté qui ont explosé.

Du coup se produit la régression du droit et des rapports sociaux que j'ai décrits plus haut. On en arrive à la terrible situation où deux conceptions du droit se côtoient qui toutes les deux dans la situation actuelle ne peuvent que broyer les populations concernées.

Valls défend la conception du droit qui existe en France, car il coïncide avec le maintien de la classe dominante au pouvoir, et face à ces populations désorientées il n'a que la résignation ou la répression comme réponse à leur offrir. Alors que nous, nous prenons position pour le respect du droit en vigueur qui garantit l'exercice de la lutte des classes dans la perspective du renversement du régime en place pour permettre à nos camarades travailleurs immigrés de pouvoir satisfaire leurs besoins sociaux, nous les appelons à rejoindre notre combat, c'est à nous aussi de les organiser, condition pour qu'ils tournent définitivement le dos aux rapports que leur proposent les religieux et qui conduisent au communautarisme, à eux ensuite de voir si la religion leur est nécessaire ou non dans le cadre d'une République sociale où leurs droits sociaux et politiques seront semblables à tout autre travailleur sans distinction. On poursuivra une autre fois si nécessaire.

Mon épouse qui est arriérée politiquement a parfaitement compris la profonde différence qui existe entre le droit et les rapports sociaux dans les deux pays, l'Inde et la France, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle elle ne veut plus vivre en Inde. Mais il lui arrive de plus en plus souvent de dire que la France ressemble de plus en plus à l'Inde, elle en est très choquée, elle se met en colère toute seule, elle fustige la bêtise et le laisser aller des "Français" qui ne comprennent rien à rien dit-elle. Autant elle est vindicative quand elle est en France, autant quand elle est en Inde elle se laisse aller elle-même comme écrasée par le système artibraire et corrompu qui règne ici, cela va très loin, elle reprend les habitudes que je lui ai connues il y a 24 ans en me disant que c'est normal parce qu'elle est Indienne, parfois jusqu'à la bêtise et cela m'agace, y compris dans les rapports avec sa famille ou les gens avec lesquels elle ne peut pas faire autrement, moi non plus et je m'y plie. Si je vous raconte tout cela c'est parce que je le vis, je comprends parfaitement ce qui se passe en France.

En France, c'est encore l'Etat de droit qui prédomine, en Inde ce n'est pas le cas, donc je n'ai pas les mêmes rapports avec les gens, en Inde c'est impossible de demander à un Indien lambda de respecter le droit quand personne ne le respecte où il ne sait même pas ce que cela veut dire, il faut sans cesse composer en repartant de zéro, genre : je ne vous ferai pas ce que je ne voudrais pas que vous me fassiez, alors s'il vous plaît ne me faites pas ce que vous ne voudriez pas que je vous fasse ou quelqu'un d'autre, généralement la personne acquiesce, il faut être très patient et rester de bonne humeur, en le disant sur le ton de la plaisanterie cela passe bien.

Les gens n'ont même pas idée de quoi on leur parle, chacun fait comme bon lui semble sans se soucier des autres, cela crée forcément des rapports difficiles ou conflictuels. Imaginez qu'ils débarquent en France et qu'ils soient rejetés, qu'ils n'arrivent pas à s'intégrer, à trouver un boulot, ils auront tendance à se comporter comme en Inde, les Français en seront choqués, tiendront des propos racistes, etc. Je pense souvent à cette situation, c'est terrible. Parfois mon épouse pète un cable, au téléphone j'essaie de recoller les morceaux, je lui dis : Manju tu ne dois pas parler comme cela, parfois elle est très vulgaire, je lui dis alors : est-ce que tu m'as déjà entendu parler comme cela des gens ou parler ainsi à des gens, non, alors fais attention à toi, il va t'arriver de gros problèmes, en Inde peut-être que les gens y sont habitués, les gens ont l'habitude de mépriser les autres et de s'insulter pour un oui ou un non, en France c'est différent, tu vas passer pour une femme sans éducation et infréquentable, quand elle est énervée, elle me répond, je m'en fous, je les emmerde, OK, je ne dis plus rien, elle se calme et me dit que j'ai raison. Imaginez un instant qu'elle évolue dans un milieu où au lieu de lui donner ces conseils on attise son ressentiment, mais elle va devenir dingue et en venir à insulter les gens dans la rue, elle va se faire taper dessus.

On doit répondre aux questions sociales et politiques que se posent les travailleurs, c'est entendu, mais on doit aussi aborder avec eux les questions de la vie quotidienne qu'ils se posent sans s'en tenir strictement à notre discours de militant qui ne correspond pas forcément ou rarement à leur manière d'aborder la réalité, c'est à nous d'enrichir notre discours sur le plan politique en y mêlant notre propre expérience de la vie, de la société, à condition toutefois d'en avoir tiré des enseignements.

On a traité ici des valeurs de la République et de la démocratie en général, sachant que le régime passe son temps à les bafouer ou ne s'y réfère pour qu'on les respecte, et le laisse appliquer tranquillement sa politique réactionnaire qui piétinent nos droits ou pour nous réprimer, lui seul en étant le garant ou l'idée restrictive et arbitraire qu'il s'en fait.




ACTUALITE EN TITRES

Intox et blague de fort mauvais goût. Le changement... c'était pour plus tard !

- Les ministres font leur rentrée à l'Elysée et planchent sur "la France de 2025" - Francetv info

- Ayrault annonce un programme pour la France dans 10 ans - Liberation.fr

Camarades chômeurs, précaires, pauvres : patience !

A force de ruminer on devient aigri.

- Désir se demande si Mélenchon n'a pas «mâché trop de coca» - Liberation.fr

Avec l'UE votre sécurité sera assurée, l'Etat de droit en danger.

- Marseille : un homme meurt criblé de balles au volant de sa voiture - Francetv info

- Le jeune homme poignardé dimanche matin à Marseille est mort - 20minutes.fr

- Meurtre de Jérémie à Marseille: la police explore une nouvelle piste - L'Express.fr

Autant baiser la patronne !

- Vie sexuelle épanouie : haut salaire garanti ? LePoint.fr -

C'est un raccourci populaire...

Autant réclamer une hausse des impôts !

- Journée mondiale de l’aide humanitaire: Donnez-vous aux organisations non gouvernementales? - 20minutes.fr

Au ras du caniveau.

- Seine-et-Marne: Yves Jégo se lance dans la caniverbalisation - 20minutes.fr

- En Seine-et-Marne, les crottes de chiens traquées par la vidéosurveillance - Francetv info

On est gouverné par des cinglés, qui en douterait encore ?

Le char de la Fortune.

- A Karachi, boom des véhicules blindés chez l'élite fortunée - AFP

Le grotesque est dépassée.

- Un Saoudien de 610 kilos hospitalisé - 20minutes.fr


Le 21 août 2013

CAUSERIE

Plus tard des articles de presse. J'ai ajouté 14 nouveaux articles

C'est quoi se battre dans le vide, brasser du vent, lutter pour des prunes, combattre pour que dal ?

Observez, écoutez, et vous aurez compris. Mais quoi ? Quel constat faites-vous ?

Les dirigeants et les représentants du vieux monde peuvent dire et faire ce qu'ils veulent pour ainsi dire, puisque rien ne change et tout empire, régresse en réalité. Pourquoi ? Parce que les masses sont toujours aussi ignorantes du fonctionnement du capitalisme, de la société et du vieux monde. Pourquoi ? Parce qu'on s'emploie à lui cacher la vérité, elles ignorent l'origine du problème auquel nous sommes confrontés, alors elles seront toujours incapables de s'y attaquer ou de préparer les conditions pour pouvoir s'y attaquer le moment venu, ce jour-là, elles n'y comprendront toujours rien et passeront à côté de l'occasion qui devait leur permettre de changer la société. Mais alors nous courrons à notre perte ? Assurément.

Serait-il possible d'inverser ce processus qui conduit à la généralisation ou à l'amplification de la barbarie ? Sans doute, faudrait-il sans cesse lier la ou les causes aux conséquences de la survie du capitalisme contre lesquelles nous combattons, subordonner notre combat à la prise de conscience de ce rapport qui inclut l'idéologie et la stratégie politique adoptées par notre ennemi pour conserver le pouvoir, or le mouvement ouvrier et son avant-garde ne veulent entendre parler de ni l'un ni l'autre, prise de conscience qui se traduirait concrètement par la construction d'un nouveau parti ouvrier révolutionnaire, ainsi au fil du temps nous réussirions à remplir les conditions indispensables pour se lancer à l'assaut du régime.

Tous les partis rejettent cette stratégie. Ils n'ont pas compris que s'attaquer aux conséquences de la survie du capitalisme ne garantissait en rien l'acquisition par les travailleurs de la prise de conscience des origines de leurs difficultés ou tout simplement ce qui se passe quotidiennement dans la société auquel ils ne comprennent rien ou presque.

Si vous demandez à un travailleur ou même à un militant pourquoi ils ont sorti de leur chapeau le mariage homosexuel, les plus avancés vous diront tout en la soutenant que c'était une opération de diversion pour faire passer leur politique antisociale , les plus arriérés vous répondront scandalisés que c'est pour flatter leurs électeurs ou parce qu'ils étaient eux-mêmes homosexuels, bref aucun n'aura compris que derrière cette vaste imposture ils visaient la destruction de tous les rapports sociaux sur lesquels le capitalisme s'est développé ou qui ont accompagné son développement, parce qu'ils ont pour stratégie de liquider tous nos droits sociaux et politiques, et que pour y parvenir il leur faut faire table rase du passé idéologique, des sciences sociales (et des religions) qui ont évolué au même rythme que la lutte des classes, que ce qu'ils visaient c'était l'anéantissement de tout repère social pour qu'il n'en demeure plus qu'un : le marché.

On va peut-être nous objecter que nous serions obnubilé par cette stratégie que l'on prête à l'oligarchie financière d'imposer un nouvel ordre mondial ou un gouvernement mondial et que pour avancer vers cet objectif politique elle combattrait sur tous les fronts en se servant de tous les moyens à sa disposition, et que notre argumentation ou notre démonstration partirait de ce postulat de manière à influencer le lecteur afin qu'il partage notre analyse et ses conclusions pratiques, qu'il prenne conscience de la stratégie de notre ennemi et l'intègre dans son combat politique, notre démarche servirait uniquement à justifier notre interprétation du monde tel que nous nous le représentons...

Nous inviterons nos détracteurs à écouter ou lire attentivement les discours qui sont tenus par l'ensemble des représentants de la classe dominante ou leur porte-parole, cela inclut les partis de droite (y compris le PS et ses satellites), l'immense majorité des intellectuels et l'ensemble des médias, presse écrite, télévision et radio dont les discours sont subordonnés à un seul et unique facteur : le marché. On y a été préparé de longue date quand ils ont introduit aux journaux télévisés et radiophoniques la tendance à la Bourse de Paris, cela remonte maintenant à des décennies sans que personne apparemment ne s'en étonne ou se pose davantage de questions.

On ne peut résoudre un problème sans discerner clairement son origine puis s'y attaquer. Il faudrait ajouter, définitivement. Or ce qu'on fait, c'est qu'on ne remonte pas à la source de notre problème, on continue de l'ignorer, du coup on est incapable d'extraire la cause de notre problème qui va se présenter à nouveau sous une forme différente et ainsi de suite jusqu'au jour où on aura moins la force de lutter contre et ils se mettront à proliférer, et parvenu à ce stade, effaré on se demandera comment cela a-t-il bien pu être possible ne comprenant rien à rien, ce qui est tout à fait normal.

Pendant qu'on s'est épuisé ou endormi ou laissé aller en se satisfaisant d'un traitement local et temporaire, notre ennemi continuait d'avancer tranquillement vers son objectif et se renforçait en prévision de la lutte de classes à venir, ce qui ne veut pas dire qu'il ne serait pas confronté à de terribles contradictions ou faiblesses, mais là encore, les évoquer ne signifie rien, la plupart d'entre nous s'en contentent, alors qu'il faut aller plus loin pour voir comment il compte y faire face, quels dispositifs ils ont imaginés selon les pays pour y remédier et de quelle manière ils s'intègrent (dans) ou s'articulent avec leur stratégie politique, comment ces dispositifs se combinent avec la politique des gouvernements qui leur sont soumis, la collaboration de classes et le conditionnement permanent des masses étant le meilleures armes à leur disposition pour préserver le régime en place, maintenir les travailleurs dans l'ignorance et parvenir à leurs fins.

En ne traîtant que les effets de la crise du capitalisme, non seulement on préserve les bases du capitalisme, on maintient les masses dans l'ignorance des causes réelles de leurs difficultés, ignorance qui va favoriser la collaboration de classes et permettre à la gigantesque entreprise de conditionnement des masses de fonctionner à merveille.

Qu'est-ce que j'essaie de faire dans le site sinon m'attaquer à la racine du problème que nous avons à résoudre sur tous les fronts ou plans, je montre comment à partir d'un titre d'article de presse le conditionnement des masses fonctionnent, souvent les infos à la télé ou à la radio sont guère plus longues ou développées, et puis un titre peut dire beaucoup de choses, il concentre parfois la situation, à lui seul il peut orienter un lecteur ou un auditeur.

Il faudrait préciser que les agences de presse fonctionnent comme des institutions de l'Etat. Quand on lit un article de l'AFP ou de Reuters on s'aperçoit que les journalistes emploient une rhétorique fidèle à l'idéologie dominante, au point que les médias de la presse écrite les reproduisent tels quels, y compris les journalistes du 20h, quand je regarde le journal à 20h30 sur TV5Monde Asie, à la virgule près je retrouve la dépêche que l'AFP ou Reuters a publié la veille ou le matin.

Parole d'internaute.

(A propos des retraites)

1- "J'ai un couple d'ami - enseignants de lycée à la retraite à la carrière exemplaire avec 3 enfants , ils m'ont appris hier (avec un large sourire) , qu'à eux 2 , ils touchaient 6000 euro net (oui NET) de retraite."

Sans rire, il paraîtrait que cette couche de travailleurs serait portée à remettre en cause le régime en place, elle serait un foyer de futurs révolutionnaires, vous le croyez vous, moi pas du tout, par expérience.

2- "Bref, le gouvernement semble avoir tranché entre hausse de la CSG et hausse de la durée de cotisation, ça sera les 2 !"

3- "Quant à un rapprochement des modes de calcul des pensions du public (six derniers mois de salaire) sur le privé (25 meilleures années), "c'est un faux-semblant" qui "ne servirait à rien" et "ne rapporterait pas un euro"

Pas besoin de faire l'ENA pour sortir une contre-vérité."

Pensez à la stabilité du régime, à la nécessité de maintenir le PS à un certain niveau, ajoutez la division de la classe ouvrière, c'est aussi le fond de commerce des syndicats et des partis qui y sont liés et qui n'existeraient tout simplement plus sans les fonctionnaires, autant de raison pour les épargner, tant mieux pour eux, nous estimons que le statut des travailleurs du privé devrait être calqué sur celui du public, ce n'est pas la position des syndicats qui s'en foutent, ni celles des partis puisqu'ils les soutiennent, leur double langage n'y changeant rien.

Il y en aura encore pour déformer mes propos et en conclure que j'attaque les fonctionnaires, lire dans le site l'article que j'avais consacré au combat que devrait mener ensemble les travailleurs des secteur privé et public.

(A propos des Fréres musulmans)

1- "Oui mais dans ce pays (Grande-Bretagne - ndlr) où "in god we trust", on ne remet pas en cause les règles de démocratie et des droits de l'homme : c'est toute la différence entre les valeurs judeo-chrétiennes et les valeurs salafistes. Cela dit, toutes les religions ont les mêmes droits, pourvu qu'elles restent discrètes et qu'elles se plient aux lois laïques. Les despotismes religieux du 12 ième siècles, c'est bon... c'est tellement limité comme échange, que seule la force peut se faire comprendre."

La remise en cause du droit et des valeurs républicaines et de la démocratie s'apparente à un retour à l'Ancien Régime

2- "Ils ont une jolie devise... A méditer ... " Dieu est notre but, le prophète notre chef, le Coran notre constitution, le djihad notre voie, le martyr notre plus grande espérance." ... C'est clair, c'est net et c'est sans bavure ... Seul des occidentaux pratiquant la maltraitante de moucherons peuvent se poser des questions ... "

Oui, mais voyez-vous comme ils se présentent comme des musulmans, si vous leur nier le droit de pratiquer leur religion telle qu'ils la conçoivent, on va vous accuser de vous attaquer aux musulmans, d'être islamophobe, raciste, etc.

3- "Encore un portrait complaisant pour des extrémistes faits par les journalistes du Monde. Quels sont les desseins des gens de gauche en France ?"

Vous voulez parler du PS, du FdG, du NPA et LO, faire la courte échelle à tout ce qui est assimilable à l'extrême droite, donc les islamistes radicaux, histoire de faire oublier leur politique, leur trahison ou leur incurie politique. C'est ainsi qu'ils soutiennent les barbares salafistes et autres en Syrie par exemple. Préparer les conditions d'une guerre civile du type de celle en Syrie, si nécessaire... Faire en sorte que les conditions nécessaires au renversement du régime soient impossible à réunir en divisant les masses le plus profondément possible... Ils sont aussi les fossoyeurs des valeurs ou principes de la République et de la démocratie. Ce sont des communautarismes ou ils le favorisent ce qui revient au même.

Pour eux quand un maghrébin, un Noir ou un arabe agresse un Blanc, c'est un fait divers, inutile d'en parler, eux ils se situent sur le terrain de la lutte des classes. Mais quand c'est un Blanc qui s'en prend à un maghrébin, un Noir ou un arabe, c'est un acte raciste, on peut remplacer le Blanc par un agent de l'Etat, un fonctionnaire.

Si demain je faisais une crasse à un Indien et qu'il me cassais la gueule, je crierais au rascisme ! Non, je fermerais ma grande gueule tellement j'aurais honte ! Et si je m'attaque à un flic et qu'il m'en colle une bonne, j'aurais plutôt intérêt à fermer ma gueule, déjà que je risquerais de ne pas voir renouvelé mon visa et d'être expulsé d'Inde, je lui adresserais mes excuses, ce serait con de se faire expulser pour une connerie, ma connerie, verbalement cela m'est déjà arrivé de m'en prendre vertement à des flics et de faire marche arrière ensuite en me rendant compte que j'avais été trop loin. En Inde vous pouvez tuer votre voisin, vous ne moisirez pas en prison plus de 2 ou 3 ans avec un bon avocat. Par contre, un de mes beaux-frères connaissait un groupe de voyous, un jour ils ont voulu faire sauter un commissariat, ils en ont pris pour 20 ans, on ne touche pas à la police ou aux représentants de l'Etat en Inde.

Mais en France apparemment les choses ne se passent pas de la même manière, ce sera le flic qui aura des comptes à rendre, putain, depuis le temps que je crève d'envie de m'en farcir, je vais rentrer rien que pour me donner ce plaisir. A ben non, merde, je suis Blanc, je l'avais oublié !

Le Monde se fait le porte-parole des Frères musulmans.

Ils auraient incarné le "progrès", le " pouvoir civil", et s'ils sont devenus violents, ce n'est pas de leur faute, c'est parce que le régime les aurait agressés, et pour un peu " leur identité victimaire" ferait office de légitimité et la boucle est bouclée.

Le Monde qui n'est pas à un faux près ne s'étonne pas que leur "confrérie" ait été particulièrement "discrète lors de la révolution", en réalité à ce moment-là les Frères musulmans étaient qasi inexistant en Egypte, pour l'année suivante se retrouver aux commandes du pays, Le Monde ne se demandera pas comment une telle ascension a été rendu possible, les dirigeants du journal Le Monde figurent parmi les amis du Qatar et des Etats-Unis, on comprend pourquoi cet article comporte bien des lacunes ou autant d'imprécisions.

- (dans les années 30-40) Persuadés que l'Egypte pourra se débarrasser du colonialisme occidental si la société égyptienne se recentre sur ses valeurs musulmanes, les Frères musulmans entendent islamiser le pays dans une optique de progrès et de renaissance arabe.

Mais l'assassinat, en 1949, du guide suprême Hassan Al-Banna, (...) marque un tournant. Désormais, les Frères optent pour la violence politique, et créent une branche armée secrète et clandestine.

Sous Nasser (...) la répression des Frères est meurtrière : les années 1960 sont sanglantes et marquées par une chasse aux sorcières.

De ces années noires, ils tireront leur identité victimaire. La confrérie, qui entretient le mythe de la persécution, se fixe l'objectif politique de déloger les militaires, et de rétablir le pouvoir civil.

Si la confrérie se montre discrète lors de la révolution qui fait tomber le régime d'Hosni Moubarak, elle parvient à s'imposer comme un acteur politique incontournable. lemonde.fr 20.08

Allahou Akbar et hop un miracle se produit ! Il aura fait long feu le mirage !

A propos d'un article paru sur le site de la radio francophone iranienne d'Etat.

Non la religion ne dictera les rapports entre les sexes et ses codes archaïques ne se substitueront pas à la loi, au droit ou aux valeurs de la République.

Au fait, ils ont dû se raviser, je n'ai jamais reçu le petit cadeau qu'ils devaient m'envoyer, je ne sais pas si vous vous en souvenez, un calendrier, un magazine, une carte postale et un drapeau iranien, ils devaient être mal informés et quelqu'un a dû leur dire que j'étais un véritable communiste, quelle horreur !

- D’après la presse belge, un employé de confession musulmane qui a refusé de serrer la main de sa supérieure s’est vu retirer 5 jours de salaire !

Cette information est à prendre au sérieux, il est dorénavant obligatoire de serrer la main à une femme sous peine de se faire sucrer une partie de son salaire obtenu difficilement.

Ce cas très rare défraie la chronique en Belgique et provoque la colère des défenseurs du principe fondamental d’égalité hommes-femmes, comme si celle-ci était entravée par ce choix personnel et religieux.

Il faut dire que le pauvre employé est mal tombé… Viviane Teitelbaum est depuis février 2010 présidente du Conseil des Femmes Francophones de Belgique, et depuis octobre 2012, présidente du Lobby Européen des Femmes.

En clair, ce travailleur a subi les foudres d’une féministe acharnée.

C’est lors d’une rencontre avec le service “propreté publique” que l’échevine Viviane a été choquée par l’attitude d’un ouvrier : “Quand je suis arrivée devant cette personne, effectivement, elle m’a dit ‘je ne peux pas vous serrer la main parce que vous êtes une femme’. Voilà. Je pense que l’égalité homme-femme est quelque-chose qui aujourd’hui est acquis dans la constitution et qu’il faut respecter, quelles que soient ses origines, quelle que soit sa religion, sa tradition“.

L’étendard de l’égalité des sexes est vite dressé et agité à tout bout de champs lorsqu’il s’agit de s’en prendre à un religieux musulman.

Les rapports hommes femmes, notamment au travail, passent avant toute chose par un respect mutuel qui n’est en aucun cas défini par le fait de serrer une main.

Bien au contraire, le fait que cet homme ait refusé de serrer la main de cette femme prouve qu’il respecte la gente féminine en ne se soumettant pas à la norme actuelle, banalisant les contacts entre sexes opposés qui incitent à une proximité malsaine. french.irib.ir 19.08

La question n'est pas celle-ci, lorsqu'on vit dans un pays on se doit de respecter les codes culturels ou les coutumes, les moeurs de ses habitants ou celles et ceux qui sont communément admises.

En Inde, cela ne se fait pas de serrer la main d'une femme, donc je m'abstiens de le faire, sauf si elle me tend la sienne. Les gens enlèvent leurs chaussures avant de rentrer dans une maison, donc j'enlève mes chaussures quand je vais chez quelqu'un et quand un Indien entre chez moi, avant ils enlèvent ses chaussures.

En France, j'avais certains codes de conduite que je n'applique pas avec des Indiens quand je sais que cela peut les choquer, ils sont chez eux et je suis étranger, de plus même si ces codes ne portent pas à conséquences, je sais qu'ils n'ont pas un niveau de conscience suffisamment développé pour les accepter, donc je m'abstiens. Quand je vais manger chez des Indiens qui m'ont invité, je mange avec la main droite, cela m'arrive d'ailleurs chez moi, et quand des Indiens viennent manger chez moi, je ne leur impose pas de manger avec une fourchette, je ne les sors même pas.

Pour revenir à cet article, si la "norme actuelle" en Belgique ne plaît pas à ce monsieur et aux islamistes, qu'ils aillent voir ailleurs, c'est ce que je m'applique à moi-même quand parfois je dois me plier à des règles que la "norme actuelle" en Inde m'impose, si cela ne me plaît pas que je dégage en France et un Indien aurait raison de me le dire.




ACTUALITE EN TITRES

Amina ne rejoindra pas le NPA

- Amina quitte Femen, accuse le groupe d'islamophobie - 20minutes.fr

La militante tunisienne Amina Sboui, libérée début août après deux mois et demi de détention, a annoncé mardi quitter le groupe féministe Femen qu'elle accuse d'islamophobie et d'avoir un système de financement opaque. 20minutes.fr 20.08

Elle a déclaré qu'elle demeurait féministe et qu'elle était "anarchiste".

Quand on repense que le NPA, le FdG, etc. s'étaient retrouvés côte-à-côte avec les Femen...

Vous êtes au chômage : pensez-y !

- Emploi: il faut penser à long terme, selon Michel Sapin - AFP

Il le faut !

- Michel Sapin : "Il faut une durée de cotisation qui soit plus longue" - Le Nouvel Observateur

- Retraites: la hausse de la CSG, une "option qui a sa cohérence" - AFP

Nouvelle alerte.

- Défaillances d'entreprises: de plus en plus de salaires impayés - L'Expansion.com

- Le propriétaire de la tour "Gherkin" à Londres en faillite - Reuters

- La Grèce confiante sur la réalisation du plan de privatisations - AFP

- Vers un nouveau plan d'aide pour la Grèce ? - Reuters

- La croissance portugaise menacée par les mesures d'austérité - Reuters

- Les monnaies émergentes souffrent de la reprise américaine - AFP

- Inde: la roupie au plus bas, intervention de la banque centrale - AFP

- Le Japon enregistre son plus fort déficit commercial depuis 30 ans - L'Expansion.com

Impunité des banksters. Le crime financier ne paie pas, mon oeil ! Un "gendarme" bien intentionné.

- Energie: JPMorgan Chase visé par une nouvelle enquête américaine - AFP

Sans jamais passer par la case prison...

- Etats-Unis: amende de 18 millions de dollars contre un financier - AFP

Un ex-gérant vedette de fonds spéculatifs, Philip Falcone, a accepté de payer une amende de 18 millions de dollars et s'est vu imposer une interdiction d'exercer pendant 5 ans, afin de mettre fin à des poursuites du gendarme boursier américain (SEC).

Le financier américain a gagné des milliards de dollars en 2007 en anticipant la chute du marché hypothécaire aux Etats-Unis.

Il a admis avoir "commis de multiples actes de mauvaise conduite ayant nui aux investisseurs et interféré avec le fonctionnement normal des marchés d'action", ajoute la SEC.

Avouons que cela vaut le coup : "gagner des milliards" en procédant à des escroqueries et payer une amende de 18 millions de dollars, une bagatelle !




INFOS EN BREF

POLITIQUE

1- Etats-Unis

Le procureur militaire a requis lundi une peine minimale de 60 ans de prison contre le soldat Bradley Manning, accusé d'être à l'origine de la divulgation d'une masse d'informations confidentielles dans le cadre de l'affaire WikiLeaks.

"Il a trahi les Etats-Unis", a estimé le capitaine Joe Morrow dans ses réquisitions à l'encontre de Bradley Manning, qui comparaît devant une cour martiale. "Pour cet acte de trahison, il mérite de passer la majorité du restant de sa vie en prison".

Ce soldat de première classe de l'US Army âgé de 25 ans a été reconnu coupable en juillet de vingt chefs d'inculpation liés à la divulgation de plus de 700.000 dossiers classifiés, de vidéos et de télégrammes diplomatiques confidentiels mis en ligne par la suite par Julian Assange.

Le tribunal n'a toutefois pas retenu contre lui la charge la plus grave d'"intelligence avec l'ennemi", passible de la prison à perpétuité sans possibilité de mise en liberté conditionnelle. Reuters 19.08

Tout notre soutien au soldat Manning, il aurait mérité une campagne internationale pour exiger sa libération, mais bon cela fait partie des trucs rangés au musée de l'histoire du mouvement ouvrier internationale, l'internationalisme prolétarien n'est plus qu'un souvenir...

2- Syrie

2.1- Cité par Russia Today, le vice-ministre russe des Affaires étrangères a affirmé que la réunion préparatoire de Genève-2 devrait être organisée, la semaine prochaine, à La Haye, avec la participation des Etats-Unis et de la Russie. «Cette réunion aura lieu au niveau des vice-ministres des Affaires étrangères», a-t-il ajouté. De l’autre côté, certaines sources ont fait part de la participation de Lakhdar Brahimi, envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, à cette rencontre. french.irib.ir 19.08

2.2- En Syrie, un certain nombre de tribus arabes, dans le nord-est, envisagent de mettre sur pied une brigade baptisée « le martyr Abdel Hannan Matar »afin de donner la main forte aux Kurdes dans la lutte contre les terroristes.

Des tribus arabes de la ville de Tal Tamar, située en banlieue de Hassaka, ont décidé de former une brigade, baptisée « le martyr Abdel Hannan Matar » pour pouvoir se ranger aux côtés des forces populaires kurdes contre les terroristes. Les tribus arabes ont annoncé que ladite brigade serait formée dans le village d’Arbouch, théâtre d’affrontements entre Kurdes et terroristes pour ainsi défendre les zones à peuplement kurde face aux groupes armés. Après avoir eu le vent des agissements des terroristes à Ras Al-Aïn, dont le pillage des maisons des civils, des tribus arabes ont décidé de se ranger aux côtés des combattants contre les terroristes. A noter qu’Abdel Hannan Al-Matar fut le chef d’une tribu arabe qui est tombé en martyre en luttant contre les terroristes. french.irib.ir 20.08


SOCIAL

1- Corée du Sud

Les salariés du constructeur automobile sud-coréen Hyundai Motor ont entamé mardi une grève partielle qui pourrait se durcir s'ils n'obtiennent pas de meilleures conditions de travail et rémunérations.

Quelques 12.000 salariés ont stoppé la production pendant deux heures dans l'après-midi dans l'usine d'assemblage du groupe à Ulsan.

Les syndicats ont précisé que cet arrêt partiel serait réitéré mercredi avant la reprise des discussions avec la direction.

Les syndicats de Hyundai et de sa filiale Kia Motors ont décidé le 14 août par un vote de se mettre en grève, mouvement qui devait débuter après une période légale de médiation de 10 jours.

Entre autres revendications, les syndicats réclament une augmentation du salaire mensuel des ouvriers de 130.500 wons (120 dollars) et également la redistribution aux salariés d'une somme de 2,4 milliards de dollars -- à savoir 30% du bénéfice net annuel du groupe de 2012.

Depuis le 9 mars, les 45.000 ouvriers syndiqués de Hyundai en Corée du Sud refusent par ailleurs de travailler le week-end pour protester contre l'entrée en vigueur d'une nouvelle organisation faisant baisser la rémunération les samedi et dimanche. Hundai a précisé ainsi avoir perdu environ 1.700 milliards de wons entre le 9 mars et le 1er juin. AFP 20.08

2- Afrique du Sud

2.1- Le numéro un mondial du platine, le sud-africain Amplats, a annoncé lundi qu'il prévoyait de supprimer 6.900 emplois à partir de septembre dans ses opérations minières sud-africaines.

"Le nombre d'emplois opérationnels affectés est environ de 6.000. En plus de cela, environ 900 autres emplois seront affectés", a indiqué la société dans un communiqué.

Le nombre définif de suppressions d'emplois dépendra, selon Amplats, "des départs volontaires, retraites anticipées, et redéploiements en interne".

"Ce plan a pour objectif de restaurer la rentabilité du groupe afin de garantir son développement sur le long terme et sa compétitivité dans l'industrie mondiale du platine", précise Amplats.

Les syndicats miniers sud-africains se sont aussitôt opposés au plan, menaçant de recourir à de nouvelles grèves, après celles très dures menées l'an dernier.

Cette décision va à l'encontre d'un accord négocié entre les organisations syndicales et la direction prévoyant seulement 3.000 suppressions d'emplois, a affirmé à l'AFP Lesiba Seshoka, le porte-parole du Syndicat national des mineurs (NUM).

"Nous sommes choqués par un chiffre aussi important. C'est totalement inacceptable", a ajouté le responsable du NUM, syndicat proche de l'ANC, le parti au pouvoir.

"Nous essayons de contrôler la situation... si la société ne renonce pas à son plan, les mineurs se mettront en grève", a réagi Gadaffi Mdoda, un responsable d'Amcu, autre syndicat minier plus radical.

Le groupe a réalisé en 2012 un perte nette de 1,468 milliard de rands (112 millions d'euros), contre un bénéfice de 3,566 milliards en 2011.

Anglo American Platinum (Amplats) est une filiale à 80% du conglomérat minier Anglo American qui extrait près de 40% du platine dans le monde. AFP 19.08

2.2- Les 30.000 ouvriers de l'industrie automobile sud-africaine, en grève depuis lundi après l'échec de négociations salariales, veulent durcir leur mouvement qui paralyse la quasi totalité de la production, a annoncé mardi un responsable syndical.

"La grève se poursuit" et les responsables syndicaux ont organisé une téléconférence pour discuter des moyens d'"intensifier" la mobilisation, a affirmé à l'AFP Mpumzi Matungo, trésorier du syndicat national de la métallurgie Numsa.

Le syndicat a appelé "à mener le combat jusqu'aux portes des usines en organisant des marches et des manifestations".

Les ouvriers réclament une augmentation d'au moins 14% alors que les employeurs ont offert 8% avec effet rétroactif au 1er juillet. C'est ce désaccord qui a déclenché la grève lundi et aucune nouvelle discussion n'a été lancée depuis.

A Port Elizabeth (sud), ville côtière surnommée la "Détroit de l'Afrique du Sud", des milliers d'ouvriers ont défilé dans les rues en entonnant des chants révolutionnaires devant les usines de General Motors (GM), Ford et Volkswagen.

Ayanda Madlozi, un des grévistes, a expliqué à l'AFP vouloir "un salaire qui permette de subvenir aux besoin de (sa) familles, pas des cacahouètes".

Ils étaient également une centaine, en tee-shirts et bérets rouges, à chanter et danser devant l'usine Ford de Mamelodi, dans la banlieue de Pretoria.

Avec cette grève, l'Afrique du Sud, premier producteur automobile du continent africain, enregistre chaque jour un manque à gagner équivalent à 3.000 voitures soit 600 millions de rands (45 millions d'euros).

"Le mode de fonctionnement du milieu syndical sud-africain a un effet dévastateur sur l'investissement international et la croissance", a affirmé Denise van Huyssteen, porte-parole de GM.

L'industrie automobile sud-africaine exporte dans 148 pays, notamment aux Etats-Unis, dans l'Union européenne et dans le reste de l'Afrique, 60% de la production étant destinée à l'étranger. L'automobile contribue à environ 6% du PIB sud-africain et pour 12% aux exportations.

Plusieurs économistes soulignent cependant que la grève ne devrait pas durer, les constructeurs ne souhaitant pas froisser le gouvernement sud-africain qui leur accorde des droits de douane et un système de taxation avantageux.

"Les constructeurs automobiles devraient tôt au tard accéder aux demandes des ouvriers", a souligné Loane Sharp, analyste chez Adcorp, une société de services de l'emploi.

Plusieurs des grandes marques mondiales, dont BMW, Ford, General Motors, Renault, Mercedes Benz, Toyota et Volkswagen ont des usines en Afrique du Sud.

L'hiver austral, de juin à août, est traditionnellement l'époque des plus grandes grèves en Afrique du Sud, car c'est à ce moment là que se déroulent les négociations salariales par branche. AFP 20.08


ECONOMIE

1- Suède

Après l'Asie, H&M met le cap sur l'Afrique. Plus précisément, le géant suédois du prêt-à-porter étend son réseau de fournisseurs à l'Ethiopie. "Des commandes tests ont été passées auprès de fournisseurs locaux qui doivent bâtir des usines d'ici à la fin de l'année", affirme Le Figaro lundi 19 août. Mais Hennes & Mauritz ne sait pas encore combien de ces fournisseurs seront retenus et quand ces usines seront prêtes.

"Nous sommes une entreprise vaste et nous cherchons constamment de nouveaux marchés d'achat potentiels pour garantir que nous avons la capacité de livrer les produits dans tous les magasins", a expliqué une porte-parole du groupe, Camilla Emilsson-Falk. L'Ethiopie dispose d'un savoir-faire historique dans le textile, le cuir et la chaussure depuis l'invasion italienne en 1935, mais reste l'un des pays les plus pauvres du monde.

"Cette délocalisation vers les côtes africaines s'explique aussi par la flambée des salaires en Chine", affirme de son côté Le Figaro. Comme ses concurrents, H&M avait finalement trouvé des usines dans d'autres pays asiatiques, où le salaire mensuel minimum est de 37 dollars. Mais le groupe a été mis en cause au Bangladesh, après que l'effondrement d'un immeuble vétuste abritant des ateliers de fabrication de vêtements a coûté la vie à plus de 1 200 personnes. Francetv info 20.08

37 dollars par mois de salaire, environ 30 euros, mais c'est une ruine pour ces esclavagistes des temps modernes ! La mondialisation, c'est le colonialisme au XXIe siècle.

2- Inde

La roupie indienne a atteint mardi un nouveau plus bas par rapport au dollar.

La monnaie la plus malmenée d'Asie a glissé mardi à 64,13 roupies pour un dollar au cours des échanges du matin

Les déboires de la roupie qui a perdu cette année 17% de sa valeur par rapport au dollar affectent désormais les marchés boursiers.

La Bourse indienne qui a cédé 7% au cours des trois derniers jours a reculé mardi de 1,83%.

Le rendement de l'obligation de référence (dix ans) a atteint 9,23% dans les échanges journaliers, un plus haut depuis cinq ans, ce qui émousse l'appétit pour la dette indienne, des craintes se faisant jour quant à l'économie indienne et à un défaut potentiel.

La baisse de la roupie nourrit l'inflation en relevant le coût de toutes les importations indiennes allant du pétrole aux légumes secs en passant par les grains. AFP 20.08

L'effondrement continue. Demain je vais aller faire un tour à ma banque (d'Etat), histoire de voir si les taux d'intérêt ont monté, si c'est le cas et que la hausse est conséquente, j'annule mes 8 plans d'épargne et je leur demande de m'appliquer le nouveau taux, c'est possible je l'ai déjà fait plusieurs fois en 17 ans, je perds un peu d'argent au moment de l'annulation mais à l'arrivée je gagne davantage, et puis je vais regrouper ces plans d'épargne, Chaque fois que j'ai un peu d'économie j'en ouvre un nouveau voilà pour l'explication. Cela va leur faire un peu de boulot, c'est gratuit pour le client.


Le 22 août 2013

CAUSERIE

Plus le temps de causer, encore une quinzaine de nouveaux articles ce soir ou demain matin, j'ai pris le temps de lire la plupart hier soir.

Juste une réflexion très vite écrite à même l'écran.

Qu'est-ce qui est "choquant" ou déplacé, certains diront insupportable, qu'un conducteur ivre et sans permis de conduire refuse de décliner son identité lors d'un contrôle de police ou que les policiers agressés se défendent comme ils peuvent ?

Je me demande comment font les facteurs pour distribuer le courrier dans certains quartiers, comment font les agents de l'EDF et de GDF pour relever les compteurs dans certains quartiers, je me demande comment font les médecins pour se rendre au chevet de leurs patients dans certains quartiers en sachant qu'ils prennent le risque d'être pris à partie, tabassés, dépouillés ou de prendre une balle perdue, ils sont courageux car c'est leur vie qui est en jeu l'air de rien.

On nous dira que tout cela n'est pas normal, la conduite des flics évidemment, merde, qu'est-ce qui est normal dans cette putain de société, hein dites-nous messieurs les gauchistes qui encouragez le communautarisme, l'islamisme radical, la délinquance, l'incivisme, l'absence d'Etat de droit, etc. et finalement le racisme, vous êtes des profs parfois par dessus le marché, mais alors les pires qui soient permettez-moi de vous le dire... Quant aux fouilles merde genre Mediapart qui ne font que du business (lire buzness) finalement, l'affaire Cahuzac montée en épingle, vous allez voir ce que vous allez voir, on a vu effectivement : un flop total qui n'a servi au gouvernement qu'à redorer son blason au moment où il en avait le plus besoin, et je ne parle même pas de la comédie d'un fort mauvais goût sur la dette, pitoyable !

Commentaire d'internaute

1- Merci Mediapart pour ce détail d'importance majeure. Cela change tout puisque c'est le conducteur qui a mordu le policier et pas la passagère. Non mais on croit rêver ! Si le policier avait touché avec sa matraque la tête de celle qui l'empêchait de faire son travail, il n'aurait pas eu besoin d'utiliser la bombe lacrymogène et cela aurait été autant d'économisé pour nos impôts.

2- Les policiers sont agressés et on inverse le problème avec la complicité des médias. Incroyable...

3- J'ai bien regardé la video, je ne vois pas ce qu'il y a de choquant! Si tous les flics faisaient leur travail comme ça, les racailles ne feraient pas la loi dans la rue.

4- La vidéos est choquante du fait de la rébellion violente des interpellés alcoolisés, et il n'y avait que deux policiers. En tous cas les fauteurs de trouble ont été interpellés. La police a fait son travail. On est moins sûr que la justice fera le sien.

Quelle justice ? Quelle justice sociale aussi, mais ne mélangeons pas tout. On y reviendra car c'est très grave ce qui se passe en France.

Ce matin j'ai eu maille à partir avec un Indien de mon âge.

J'étais allé payer mon abonnement à Internet, je faisais tranquillement la queue derrière une dame et autre monsieur, puis quand vint mon tour, cet Indien me passe sous le pif, je demande alors au caissier d'avoir l'amabilité de me servir avant ce monsieur qui venait d'arriver en signifiant à ce dernier d'attendre son tour. Mais c'est qu'il l'a mal pris, il m'a dit que je n'étais pas au bon endroit pour faire la queue, alors qu'il n'y avait que cette dame devant moi, elle attendait un document donc j'étais resté derrière elle au lieu de me glisser à côté d'elle face au caissier, je lui ai répondu qu'il était de mauvaise foi et que c'était ainsi qu'il le veuille ou non.

Je tends mon argent au caissier qui traite ma facture, l'autre reprend de plus belle en haussant le ton, là je me suis énervé et je lui ai balancé que s'il avait une bonne éducation il ne se comporterait pas de la sorte, que j'avais respecté cette dame en attendant mon tour et qu'il devait faire de même, il a insisté en me disant que c'était moi qui avait reçu une mauvaise éducation, chose qu'il ne fallait pas dire, je lui ai alors dit de la fermer ou de se tirer en lui disant que son comportement était celui des gens qui ne respectent rien ni personne. Il a continué, je lui ai balancé qu'avec des abrutis de son genre il était vain de discuter et je suis parti tranquillement et de bonne humeur, car j'avais feint d'être en colère en réalité. Entre temps un autre Indien qui n'avait pas assisté au début de la scène s'est emmêlé en prenant son parti, je lui ai dit aussi de la fermer car ils se ressemblaient, il y avait une vingtaine de personnes dans l'agence, des jeunes uniquement, ils ont observé la scène sans rien dire.

Bordel de merde, chacun à des droits et des devoirs dans la société qu'on soit blanc, noir, jaune ou rouge, pauvre ou riche ou je ne sais quoi, c'est la même chose pour tout le monde, sinon c'est la jungle. Ce monsieur parlait très bien anglais, il portait une chemise à manches longues caractéristiques des fonctionnaires ou des employés ayant un certain statut, du coup ils se croient tout permis, ils en imposent aux autres Indiens qu'ils considèrent inférieurs, comme de la merde en vérité, je les connais par coeur pour les pratiquer depuis 19 ans, avec moi cela ne marche pas ! J'étais à la bourre, il était déjà 13h30 et j'avais encore des courses à faire, il fallait que je casse la croute et j'étais loin d'avoir fini le boulot de la journée.

Ce genre d'incident m'arrive régulièrement, parfois je laisse passer, parfois non.

Pourquoi le Washington Post mettrait-il en difficulté la NSA ? Cela ne colle pas.

Il y a un aspect qui n'a pas été traité dans l'affaire de surveillance illégale opérée par la National Security Agency (NSA) et mérite qu'on s'interroge.

Il est étrange qu'Edward Snowden ait remis des documents au Washington Post qui en a fait état ou publié des extraits, le dernier article en date ou en ma possession date du 16 août, il y a donc 6 jours, alors que l'ex-patron du Washington Post a participé à plusieurs réunions du groupe Bilderberg, et son nouvel acquéreur, le patron d'Amazon a au moins une de ces réunions. Que le Washington Post serve de relais aux attaques contre la NSA ne colle pas avec les intérêts de ses mentors, à moins que...

Il faut préciser que le groupe Bilderberg piloté par le cartel des banquiers anglo-saxons-sionistes a adopté l'idéologie néolibérale qui ne coïncide pas forcément avec les intérêts des Etats-Unis qu'incarne en principe le président des Etats-Unis.

A moins que le Washington Post alimente cette affaire pour affaiblir l'exécutif et vise Obama déjà embourbé dans plusieurs dossiers, l'Iran, la Syrie et l'Egypte notamment, avec la CIA, le Pentagone et le lobby sioniste sur le dos.

Barton Gellman a précisé dans le numéro du Washington Post du 16 août dernier que "l’administration Obama n’a fourni presque aucune information publique sur le dossier de conformité de la NSA", on peut se demander jusqu'à quel point Obama et ses conseillers étaient informés des activités de la NSA, quand on a en mémoire que G. Bush avait été tenu à l'écart des préparatifs des attentats du 11 septembre 2001 dont il a immédiatement endossé les conséquences, ce qui expliquerait que son discours maladroit ou pratiquement improvisé ait contenu autant de contradictions, ce qu'ont relevé l'ensemble des commentateurs. C'était peut-être un moyen pour le forcer à couvrir la NSA en prévision d'autres couleuvres encore plus grosses à avaler ou une façon délicate de lui rappeler qui gouvernait les Etats-Unis.

Toujours est-il, il a été prouvé que ni l’administration Obama ni le Congrès ne contrôlaient les activités de la NSA, pas plus que celles de la CIA et sans doute du Pentagone. Alors qui dirige vraiment ce pays ? On a donné la réponse plus haut.

Hier j'ai écrit - de mémoire et elle est exécrable - que l'ex-patron et le patron actuel du Washington Post avaient participé à des réunions du groupe Bilderberg et qu'ils n'avaient pas vraiment intérêt à mettre dans l'embarras la NSA aux ordres des banquiers, et que leurs articles poursuivaient une autre fin.

J'ai retrouvé ce matin dans mon disque dur les informations qui confirment leur participation au groupe Bilderberg.

En 2011 et 2013 , Jeff Bezos, fondateur et président d'Amazon.com qui vient de racheter le Washington Post pour quelque 230 millions de dollars.

En 2013, Donald E. Graham, (ex-) président du Washington Post.

Quelques notes de lectures.

Qui jugera le criminel Nicolas Sarkozy ?

- La mort d’un seigneur : Jacques Vergès de Louis Dalmas - 19 août 2013 - mondialisation.ca

Extrait.

Enfin, Vergès ne manquait pas de férocité polémique. Avec son confrère et ami Roland Dumas, au moment de l’agression de Kadhafi menée par le sinistre duo de l’époque, il signe un superbe pamphlet intitulé “Sarkozy sous BHL” (Ed. P. G. de Roux), recensé dans notre n° 171 de novembre 2011.

“L’ouvrage des deux avocats est un régal de talent et de compétence. Dès le début, le ton est donné. Président de la République pour sept mois encore, ce sont deux Résistants qui vous écrivent pour vous dire que vous trahissez la France. Vous aimez vous présenter comme l’héritier légitime du général de Gaulle, vous mentez. (…) Et quand vous tentez de donner le change, vous en devenez ridicule. De Gaulle aimait s’entretenir avec Malraux, un écrivain à sa hauteur. Vous croyez l’imiter en vous montrant avec M. Lévy, un mythomane qui se prend pour Lawrence d’Arabie. Lévy d’Arabie, il y a de quoi rire ! C’est lui le vrai responsable de votre politique étrangère, réduisant le ministre à un rôle de phénomène de foire, avaleur de couleuvres. (…) Vous êtes la caricature de ce roi barbare qui répandit la guerre dans le monde d’alors (…) Vous êtes la réincarnation en format réduit d’Attila, le fléau de Dieu, vous êtes Attila le Petit.

On est déjà ravi de voir deux personnalités de cette stature ironiser sur une France devenue république bananière, dirigée par deux guignols de foire : Attila le Petit et Lévy d’Arabie.

Mais nos auteurs vont plus loin que la polémique. Ils dénoncent avec vigueur la nouvelle politique colonialiste de la France, menée au mépris de la légalité internationale. Et Ils justifient minutieusement la plainte déposée contre Sarkozy pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Leur impitoyable réquisitoire est développé sur le double terrain des faits et du droit.

En ce qui concerne les faits, le dossier de l’agression de la Libye est accablant. Londres, Paris et Washington y voient rappelé un véritable récital d’hypocrisie, d’incohérences et de mensonges. La violation du principe de non-ingérence figurant dans la Charte des Nations Unies ; la préparation à l’avance de la guerre à Kadhafi par des entretiens secrets ; les résolutions précipitées du Conseil de sécurité, votées sur la foi de rumeurs sans fondement ; la saisine de la Cour pénale internationale par un pays qui ne l’a pas reconnu (les Etats-Unis) pour des événements imaginaires dans un pays qui ne l’a pas reconnu non plus ; le maquillage moral en intervention humanitaire du bombardement de civils censés être “protégés“ contre des exactions inexistantes ; la destruction sans nécessité militaire de tout édifice n’ayant pas d’utilité pétrolière (y compris écoles, quartiers d’habitation, hôpitaux) ; le ravage d’un pays prospère aux indices de civilisation les plus élevés du continent africain ; les massacres racistes et xénophobes perpétrés par les insurgés, provoquant la fuite de centaines de milliers de réfugiés, entre autres. Conclusion : Ces faits constituent des crimes au regard de la légalité internationale et du droit interne français.

(…) La fin de la démonstration est nette et sans appel : En conclusion, compte tenu de l’article 5 de la Constitution, en application de l’article 53-2 de la Constitution et conformément à l’article 689-11 (créé par la loi n° 2010-930 du 9 août 2010) du Code de Procédure pénale, Nicolas Sarkozy, au titre de chef de l’Etat et de chef des armées, peut être poursuivi et jugé par une juridiction criminelle française pour s’être rendu coupable de l’un des crimes relevant de la compétence de la Cour pénale internationale, le crime contre l’humanité, en application de la Convention portant Statut de la Cour pénale internationale du 18 juillet 1998, intégré dans le droit interne de la République française.“

Un exemple d'une terrible confusion.

- Pour une humanité à visage humain d'Oscar Fortin - mercredi 21 août 2013 - legrandsoir.info

Extrait.

Il y a aussi, avec l’arrivée du pape François, une ère nouvelle qui s’annonce pour l’Église, alliée traditionnelle des forces de l’Empire. Beaucoup d’ingrédients indiquent que cette alliance tire à sa fin.

De fait, l’option pour les pauvres et avec les pauvres qu’il prêche ne pourra fraterniser longtemps avec les forces qui sont à la source d’une grande partie de cette pauvreté. L’appel à la charité dont elle se fait la promotrice pour résoudre les problèmes de pauvreté ne pourra résister longtemps à la nécessité de s’attaquer au système qui en est le germe et la principale cause.

Monsieur Fortin n'a pas compris que le message du pape ne s'adressait pas aux nantis qui n'écoutent pas ses discours ou s'en moquent, mais aux pauvres croyants qui doivent ses paroles et qui sont appelés à faire preuve de charité... envers les riches !

Comment avoir la naïveté de croire, c'est le mot qui convient, que l’Église pourrait cesser d'être l'"alliée traditionnelle des forces de l’Empire", après avoir rappelé que Jean-Paul II avait "reçu la médaille de la liberté des mains de ce G.W. Bush, cet envahisseur d’Irak " et que Benoit XVI avait célébré "son anniversaire de naissance dans les jardins de la Maison Blanche en compagnie de plus de 10 000 invités, la plupart engagés dans les guerres criminelles ?"

A prendre ses désirs (même les plus généreux) pour la réalité on en devient hélas aveugle ! Croire et non savoir induit toujours en erreur.

La dictature mondiale se met tranquillement en place.

- Washington reconnaît que la NSA a intercepté illégalement les e-mails des Américains - 20minutes.fr

Deux mois après les premières révélations d'Edward Snowden, l'administration de Barack Obama a reconnu mercredi que l'Agence nationale de sécurité (NSA) avait violé la loi entre 2008 et 2011 en interceptant illégalement des courriers électroniques d'Américains sans liens avec le terrorisme. 20minutes.fr 21.08

La méthode consiste à reconnaître avoir commis une faute en estimant que les esprits faibles s'en contenteront ou en déduiront qu'ils ne recommenceront plus ou qu'ils ont mis fin à ces activités illégales, alors qu'il n'en est rien. Nous n'extrapolons pas, vous lirez plus loin que Le Point qui n'est pas vraiment un ennemi de l'impérialisme américain le soutient.

L'article suivant du journal Le Monde le confirme également à sa manière, en affirmant que la NSA aurait la possibilité de surveiller au moins les trois quart du trafic sur Internet aux Etats-Unis, alors pour penser qu'elle s'en priverait il faudrait être bien naïf.

- La NSA serait en mesure de surveiller 75 % du trafic sur Internet aux Etats-Unis - Le Monde 21.08

La National Security Agency (NSA) a la capacité de surveiller 75 % du trafic sur Internet aux Etats-Unis, écrit mercredi 21 août le Wall Street Journal. Citant d'actuels et anciens responsables de la NSA, le quotidien souligne que ce chiffre est supérieur à celui qui avait été fourni par les autorités après les révélations d'Edward Snowden sur les programmes de surveillance américains.

Début août, la NSA jurait dans un communiqué de sept pages ne s'intéresser qu'à 1,6 % des données circulant sur Internet, dont seulement 0,025 % est "effectivement sélectionné pour un examen".

"Autrement dit, si l'environnement mondial des communications était représenté par un terrain de basket classique, la collecte de la NSA équivaudrait à une surface de la taille d'une pièce de 10 cents sur ce terrain."

Interrogée par Reuters, la NSA a affirmé que sa mission de renseignement "se concentre sur la lutte contre les ennemis étrangers qui veulent porter atteinte au pays". "Nous défendons les Etats-Unis contre de telles menaces tout en travaillant avec acharnement à la protection de la vie privée des Américains. Ce n'est pas l'un ou l'autre. Ce sont les deux à la fois". Le Monde 21.08

En réalité la véritable menace que l'administration américaine traque, ce sont les millions d'Américains armés jusqu'aux dents et qui en proie à des difficultés financières ou sociales pourraient un jour se soulever, d'où la tentative infructueuse jusqu'à présent pour les désarmer. Ce sont les nantis qui complotent contre leur propre peuple et l'appauvrisse, le rende malade, leur pourrisse la vie qui craignent qu'un jour il se retourne contre eux.

- Big Brother ou le repli du libéralisme - Lepoint.fr

Les technologies de l'information ne sont pas devenues des outils de surveillance par hasard.

Les promesses embarrassées de Barack Obama ne doivent pas nous abuser. Les États-Unis ne démantèleront pas leur programme de surveillance. Pas plus que les autres pays, démocratiques ou non. Pas davantage qu'on ne supprimera les caméras de vidéosurveillance et les satellites qui enregistrent nos faits et gestes dans les lieux publics. Il nous faut vivre avec une idée étrange : où que nous soyons, nous n'aurons plus jamais la certitude de ne pas être exposés à la surveillance d'un autre. La vie privée a cessé d'exister, de façon subreptice, à mesure que les technologies de l'information ont transformé notre vie quotidienne. Transformation d'autant plus profonde qu'elle a été encouragée par les victimes consentantes que nous sommes : qui donc vivrait aujourd'hui sans téléphone portable ni Internet ?

L'Expansion.comSous l'angle des libertés individuelles, tout cela n'est guère réjouissant. Pourquoi la Chine encourage-t-elle l'explosion des réseaux sociaux et d'Internet, sinon pour mieux surveiller ses citoyens, grâce aux dizaines de milliers de "cyberpatrouilleurs" qui ont ainsi une vue imprenable sur le climat politique du pays ? L'affaire Prism constitue un point d'inflexion : chez nous aussi, le contrôle est désormais là, qui fait sentir son étreinte glacée derrière la liberté apparente qu'offrent ces technologies. Au point que nous regarderons bientôt nos téléphones non plus comme les complices de nos libertés, mais comme des mouchards dont il faut se défier. Ne parlons pas trop fort, mon BlackBerry va nous entendre ! Le pire, c'est que tout cela s'est construit sans coup de force. Nous avons nous-mêmes acheté les terminaux de communication pour accéder à ces réseaux qui offrent un potentiel de surveillance dont auraient rêvé les pouvoirs totalitaires du XXe siècle.

La liberté de l'information et celle de la finance marchent l'amble, la mondialisation financière n'est pas autre chose que celle de l'information. (...) Les instruments de liberté individuelle sont devenus des auxiliaires de l'ordre établi...

Dès le début, les outils possédaient une double nature. Si nous n'en avons exploité qu'une, c'est que l'humeur de la société était libérale, avec la montée en puissance des baby-boomers. Deux événements ont transformé l'idéologie dominante. D'abord, la mise en retrait progressive de la génération libérale, atteinte par la limite d'âge, au profit d'une nouvelle classe. Celle-ci semble bien moins contestatrice que son aînée. Ensuite - et surtout -, la crise économique mondiale, qui a changé le rapport de forces entre l'individu et la société, réhabilitant l'action de l'État, suscitant un besoin de protection qui s'est substitué au désir de liberté. Le libéralisme est une idée de beau temps. Les nouvelles technologies, qui servent toujours aveuglément leur maître, la société, seront donc moins libérales. Lepoint.fr 22.08

- Mark Zuckerberg lance un projet pour rendre internet accessible au monde entier - L'Expansion.com

De grands groupes technologiques internationaux (Facebook, Nokia, Ericsson, Samsung, Qualcomm, MediaTek, Opéra) ont lancé mercredi, à l'initiative du fondateur de Facebook, un partenariat mondial pour rendre accessible l'accès à internet aux plus pauvres, selon un communiqué. Ce projet baptisé Internet.org a pour but de réduire drastiquement le coût des services internet de base sur les téléphones mobiles dans les pays en voie de développement. S'ils ne sont pas partenaires à part entière, les réseaux sociaux Twitter et LinkedIn vont aussi collaborer.

"Tout ce que Facebook a fait jusqu'à présent est de donner aux gens à travers le monde l'opportunité de faire connaissance", a déclaré Mark Zuckerberg, cité dans le communiqué. "Il y a de gros freins dans les pays en voie de développement pour se connecter et rejoindre l'économie du savoir. Internet.org est un partenariat global destiné à résoudre ces défis, dont rendre l'accès à internet accessible pour ceux qui ne peuvent pas se l'offrir", a ajouté le fondateur et principal actionnaire de Facebook.

Aujourd'hui seuls 2,7 milliards de personnes, soit un peu plus d'un tiers de la population mondiale, ont accès à internet, rappelle le communiqué. Et le nombre de nouveaux connectés reste faible chaque année, déplorent les grands groupes partenaires de Internet.org.

"Le but d'Internet.org est de rendre internet accessible aux deux-tiers de la population mondiale qui n'en disposent pas encore", souligne le texte. Pour y parvenir, les sept groupes partenaires vont développer des projets communs, partager leurs connaissances et mobiliser industriels et gouvernements. Concrètement, ils veulent simplifier les applications mobiles pour les rendre plus efficaces et améliorer les composants des téléphones et des réseaux afin qu'ils soient plus performants, tout en consommant moins d'énergie. Ils envisagent aussi de développer des smartphones à bas coûts mais de "haute qualité" et des partenariats pour déployer largement l'accès à internet à des zones non encore desservies dans le monde.

De nouveaux modèles d'appareils seront fabriqués pour inciter les opérateurs télécoms à prendre part à l'initiative. Les portables intégreront aussi de plus en plus des langues locales.

Le partenariat Internet.org est calqué sur un autre projet déjà mené par Facebook, Open Compute Project, lancé en avril 2011, et visant à démocratiser et améliorer les matériels utilisés dans les "data centers" (centres de données), tout en les rendant moins gourmands en énergie. Accueilli avec scepticisme au départ, ce projet a séduit petit à petit les géants de l'industrie informatique.

Cette initiative intervient à un moment clé pour les groupes technologiques : les marchés matures sont saturés et ne présentent donc plus de potentiel de croissance important, alors que les zones pauvres comme l'Afrique, l'Amérique latine et certains pays d'Asie sont des réservoirs de nouveaux clients. L'Expansion.com avec AFP 21.08

C'est fou comme les plus riches de la planète sont des gens merveilleux, généreux et bourrés de bonnes intentions envers les plus pauvres, on les adore, pas vous ?

Vous avez bien lu " les zones pauvres comme l'Afrique, l'Amérique latine et certains pays d'Asie sont des réservoirs de nouveaux clients", ces populations n'ont parfois pas de quoi se nourrir mais elles seraient un nouveau marché porteur d'un "" au détriment des "marchés matures (qui) sont saturés et amenés à s'appauvrir dans le futur.

Pourquoi tiennent-ils absolument à ce que la planète entière soit connectée à Internet sinon pour mieux contrôler l'ensemble de la population. Quant à leur visée "démocratique" déjà employée par G. Bush puis Obama pour justifier la "lutte contre le terrorisme", personne n'y accordera le moindre crédit à l'heure où l'impérialisme américain est conspué dans le monde entier. Pas si sûr...

Le contrôle financier de la planète.

Bourses à vendre. Qui va en prendre le contrôle ? Devinez ?

C'est quoi l'enjeu ? Comment vous n'étiez pas au courant, vous ne lisez donc pas la presse ouvrière ? Comment elle n'en dit pas un mot ?

- Trois banques mandatées en vue d'une entrée en Bourse d'Euronext - Reuters

Leur commission sera de quelques millions de dollars mais là n'est pas l'essentiel, une broutille, opération pilotée par JP Morgan, là c'est déjà plus sérieux, toujours dans les bon coups...

- Inter ContinentalExchange (ICE) a mandaté trois banques pour préparer une introduction en Bourse d'Euronext une fois finalisé son rachat de NYSE Euronext, a-t-on appris de trois sources proches du dossier.

ABN Amro ainsi que Société générale et JP Morgan, les conseils existants de la fusion entre ICE et NYSE Euronext, seront coordinateurs de l'IPO d'Euronext, qui est l'opérateur entre autres des Bourses de Paris, Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne, ont ajouté les sources.

ICE a décidé d'introduire Euronext en Bourse lorsqu'il a scellé l'an dernier sa fusion avec NYSE Euronext, à la fois pour financer la transaction, pour amadouer les régulateurs en Europe et pour conserver un profil américain à la future entité, a dit une des sources.

ICE conservera cependant le Liffe, le deuxième marché européen des dérivés apporté par NYSE Euronext lors du mariage.

La valeur d'Euronext est estimée à 1,5 milliard d'euros, ont indiqué les sources, et l'opération est prévue pour le deuxième trimestre 2014.

(L'essentiel ici n'est la valeur d'Euronext mais son contrôle par un opérateur qui aura été désigné par JP Morgan qui fait partie du cartel des banquiers de la FED, on aura compris que derrière cet opérateur se tenaient ces banquiers ou leurs associés. -ndlr)

- En France, les autorités se sont montrées soucieuses d'éviter que l'opérateur de la Bourse de Paris passe sous contrôle étranger étant donné l'enjeu que celle-ci représente en termes de financement de l'économie, et Bercy a lancé une mission sur l'avenir de la place parisienne qui doit rendre ses conclusions à l'automne.

Les banquiers d'affaires s'attendent à une autre phase de consolidation dans le secteur au niveau mondial dans les mois qui viennent, les opérateurs boursiers cherchant à diversifier les activités pour augmenter leurs revenus. Et des acteurs importants comme l'américain Nasdaq et le britannique LSE sont sur les rangs, ont dit les trois sources.

"L'Europe est pas mal active en ce moment mais on pourrait aussi voir une consolidation au sein de l'Europe de l'Est, en Asie et entre zones géographiques", a dit l'une d'elles. "Le jeu est pas mal ouvert."

Selon une source différente, les places asiatiques telles que Singapour, Séoul ou Hong Kong pourraient intéresser Nasdaq ou les opérateurs des Bourses de Tokyo et Shanghai. Nasdaq cherche aussi à s'étendre au Moyen-Orient et pourrait être intéressé par la Bourse de Dubaï, a ajouté la même source. Reuters 21.08

Revenons en arrière.

Le 16 août l'AFP a publié un article relatant l'autorisation donnée par le "gendarme" boursier américain (SEC) au rachat de l'opérateur boursier NYSE Euronext par son concurrent ICE, dans lequel figurait le fin mot de cette affaire qui apparemment n'a pas entraîné de réactions en chaîne ou fracassantes des médias, et pour cause, cette fusion met fin à "200 ans d'indépendance de la Bourse de New York, qui a été créée à la fin du 18e siècle et porte le nom de NYSE depuis 1863", vous pouvez ajouter les autres Bourses concernées, dont celle de Paris, comme vous le voyez, un simple détail disons technique pour l'économie américaine et européenne.

- Le gendarme boursier américain (SEC) a autorisé jeudi le rachat de l'opérateur boursier NYSE Euronext par son concurrent ICE, selon un document boursier publié vendredi sur son site internet.

Ce feu vert fait partie des autorisations nécessaires à la réalisation de cette opération de 8,2 milliards de dollars, qui avait été annoncée en décembre 2012. La Commission européenne, gardienne de la concurrence en Europe, avait notamment donné son aval fin juin.

La fusion va mettre un terme à environ 200 ans d'indépendance de la Bourse de New York, qui a été créée à la fin du 18e siècle et porte le nom de NYSE depuis 1863. AFP 16.08

Comment fonctionne le NYSE et le Nasdaq ?

Le NYSE, c'est la Bourse des grands-papas des banquiers et autres privilégiés dans laquelle des actions sont mises aux enchères avec des offres de ventes et d'achats en direct à main levée, c'est l'image du courtier avec son carnet ou le téléphone à la main.

Au Nasaq, les transactions électroniques sont réalisées presque uniquement par ordinateur à la nanoseconde, transitant par des courtiers, les ordres sont réalisés immédiatement sans passer par une mise aux enchères, les actions peuvent changer de main et de valeur une multitude de fois sans que la plupart des clients et des opérateurs en soient informés, sauf après coup en cas d'incidents graves, les transactions sont opaques pour l'investisseur lambda qui n'a aucun moyen de contrôle.

Le Nasaq est à l'origine de la manipulation électronique des cours et l'instrument des bulles financières.

- Le Nasdaq a été fondée était Gordon S. Macklin, une figure importante dans le domaine des valeurs mobilières à l’époque. Macklin a piloté le système informatisé qui a permis de trading à survenir entre les parties, un monde à part, connecté uniquement par la technologie, et sous sa direction le Nasdaq est devenu le troisième marché boursier dans le monde (le premier depuis, je crois. - ndlr). Macklin, a été membre du Conseil de WorldCom lorsque les irrégularités de comptabilité scandaleux a précipité la faillite de la compagnie. (Qui a commencé le Nasdaq ? - luttmanns.com)

On commence à flairer l'intérêt que représenterait l'acquisition des Bourses de Paris, d'Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne par le Nasdaq.

Qu'est-ce que l'ICE qui a fusionné avec le NYSE Euronext ?

- L'Intercontinental Exchange est également chambres de compensations des marchés de l'énergie, de l'agriculture, des CDS, des contrats d'indices actions et du Forex. L'ICE rend son marché accessible aux participants dans plus de 70 pays à travers son infrastructure technologique et sa plate-forme de négociation.

L'ICE propose aussi des contrats à terme sur le cacao, le coton, le café, l’avoine, le sucre, le canola et le jus d’orange et à Londres (ex-IPE), sur le pétrole (brent, mais aussi WTI), le gaz naturel, l’électricité et les émissions de CO2. trading-school.eu

Quelle est sa spécialité ? La spéculation sur le marché des produits dérivés. Et quelle est la banque qui est en pointe dans ce secteur ? Goldman Sachs qui y consacre quotidiennement 2.500 traders.

Un rappel.

- Avec le Nasdaq ou Francfort, la Bourse de Paris condamnée à un strapontin - lexpress.fr et AFP 01.04.2011

"A chaque nouvelle consolidation, le rôle de Paris s'amenuise. En cas de rapprochement avec Deutsche Börse ou avec le Nasdaq, elle sera perdante dans les deux cas", souligne Renaud Murail de chez Barclays Bourse.

"La Bourse de Paris aura beaucoup moins son mot à dire, ce qui pose une question inquiétante: que reste-t-il de la puissance de frappe de la place financière parisienne au niveau mondial '", interroge Christian Parisot, économiste chez Aurel.

Dans ce combat, engagé entre pôles financiers de la planète, le premier sang a coulé lors du rachat en 2007 d'Euronext (qui coiffe non seulement la bourse de Paris mais aussi celles d'Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne) par le NYSE.

Depuis, "le centre de décision n'a jamais été à Paris, mais à New York, malgré les dénégations des dirigeants", dit sur son blog Georges Ugeux, ancien vice-président de la Bourse de New York.

Paris, qui reste toute de même la quatrième place financière mondiale derrière New York, Londres et Tokyo, accumule plusieurs handicaps. Elle est notamment beaucoup moins attractive que Londres, Genève ou les places asiatiques en termes de rémunération et de fiscalité.

Depuis la crise, Londres est devenue encore plus nécessaire pour les banques d'investissement, entre autres parce que la majorité des "hedge funds" (fonds spéculatifs) y sont basés.

Une nouvelle fusion entre opérateurs boursiers ne devrait donc pas changer grand chose.

Cela va certes conduire à "une nouvelle réduction des effectifs parisiens de NYSE Euronext et à une baisse des volumes de transactions, mais ceux-ci ont déjà été divisés par deux depuis les années 2000", dit M. Murail.

"A part cela que reste-t-il encore à perdre ', ajoute-t-il. lexpress.fr et AFP 01.04.2011

Si le Nasaq appliquait demain les mêmes critères qu'aux Etats-Unis aux Bourses de Paris, Lisbonne, Bruxelles et Amsterdam, combient d'entreprises ne pourraient pas les remplir, devraient fusionner, se recapitaliser, modifier la composition de leur capital ou se retrouver éjectées de la Bourse ou disparaître ?

Critères d'admission au Nasdaq.

Se faire enregistrer auprès de la SEC : remplir le « registration statement »

Offrir un minimum de 1.1 million de titres au public

Le nombre d'actionnaires détenant plus de 100 titres doit être supérieur à 400

L'entreprise doit avoir généré un bénéfice d'au moins 1 million de dollars l'année précédant l'introduction, ou pendant deux des trois années la précédant.

Les titres détenus par le public doivent avoir une valeur minimale de 8 millions de dollars

Le prix par action doit être supérieur à 5 dollars

Il doit y avoir 2 teneurs de marché par titre offert (Les marchés américains - particuliers.lcl.fr)

Et où atterrissent ou par où passent les transactions du Nasdaq ? Par le Tel Aviv Stock Exchange.

Environ 3 200 titres sont inscrits sur le Nasdaq, représentant tous les secteurs de l’industrie et de 35 pays différents. La compagnie qui est chargé de la réalisation des transactions, le Nasdaq OMX, a confié la liste de ses titres au Tel Aviv Stock Exchange, un autre centre de technologie des communications. (Qui a commencé le Nasdaq ? - luttmanns.com)

Etonnant itinéraire ou étonnante trajectoire, non ?

En conclusion, on pourrait se contenter de reproduire ce passage qui résume bien l'enjeu de cette transaction :

"En France, les autorités se sont montrées soucieuses d'éviter que l'opérateur de la Bourse de Paris passe sous contrôle étranger étant donné l'enjeu que celle-ci représente en termes de financement de l'économie, et Bercy a lancé une mission sur l'avenir de la place parisienne qui doit rendre ses conclusions à l'automne.", c'est le financement de l'économie, donc le budget de l'Etat, qui sera encore un plus soumis à la tutelle des marchés financiers, qui échappera au contrôle de ceux qui sont censés représentés les intérêts de la population au profit de l'oligarchie financière, les institutions n'ayant plus aucun pouvoir et donc les travailleurs aucun droit politique.

C'est dans ce cadre-là qu'on va vous appeler à voter en 2014 et les années suivantes. Serez-vous partant pour participer à cette mascarade, vous en faire le complice ?

Au fait, n'allez pas croire que notre ennemi aurait une stratégie en tête depuis des lustres et qu'il s'y tiendrait, qu'il n'avancerait pas tranquillement vers son objectif, il paraîtrait qu'on l'en empêcherait, si, si, puisqu'on vous le dit, on a ici la preuve du contraire une nouvelle fois, mais bon, tout le monde s'en fout alors n'en parlons pas, continuons comme si de rien n'était et qu'on avait rien vu rien entendu...




ACTUALITE EN TITRES

Il ne manquait plus que cela !

- La justice égyptienne ordonne la libération de Moubarak - Reuters

- Libération de Moubarak : «Une mesure demandée par les Saoudiens» - LeFigaro.fr

Dégonflés !

- L'UE renonce à réduire fortement son aide à l'Egypte - Reuters

Les Américains affaiblis ont désormais l'opinion publique mondiale contre eux.

- Les Etats-Unis ont rouvert leur ambassade au Yémen - Reuters

- NSA : Washington reconnaît une violation de la loi - Le Nouvel Observateur

- WikiLeaks: Bradley Manning écope de 35 ans de prison - AFP

- Affaire Snowden : Londres accusé de menacer la liberté de la presse - AFP

Goldman Sachs. Just one "bug" !

- La SEC examine les ordres de courtage erronés de Goldman Sachs - AFP

Des "indications d'intérêt de la part de clients ont été transformées en ordres d'achat ou vente" erronés sur les terminaux informatiques des traders à cause d'un "bug", avait expliqué une source au courant de la situation. AFP 21.08

Des traders de Goldman Sachs ont transformé des "indications d'intérêt" en décisions fermes et définitives à l'insue de leurs clients, ils appellent cela un "bug"! Apparemment l'arnaque était trop grosse pour passer inaperçue et l'autorité américaine des marchés boursiers (SEC) qui est pourtant aux petits soins avec Goldman Sachs a été obligée de réagir, elle doit conserver son semblant d'autorité et d'indépendance qui rassure les investisseurs...




ACTUALITÉ DU JOUR

Syrie, à court d'argument, un coup de bluff cynique.

- Syrie: L'opposition annonce 1.300 morts dans une attaque qui pourrait être au gaz toxique - 20minutes.fr

- Syrie: soupçons d'attaque chimique, réunion d'urgence à l'ONU - AFP

- Syrie : "Cela ressemble très fortement à une intoxication par un neurotoxique" - LeMonde.fr

- Paris, Londres et Washington vont saisir l'Onu sur la Syrie - Reuters

L'opposition syrienne a affirmé mercredi que le régime avait tué 1.300 personnes dans une attaque chimique près de Damas mais la Russie, allié de Bachar al-Assad l'a accusée d'avoir monté une provocation.

Même si le régime a catégoriquement démenti avoir utilisé des armes chimiques et que l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a évoqué un bilan d'au moins 136 morts, l'attaque est l'une des plus violentes du conflit et a suscité une vague de condamnations internationales.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a mené mercredi des consultations à huis clos, à la demande de cinq de ses membres (France, Etats-Unis, Royaume-Uni, Luxembourg et Corée du Sud).

Les membres du Conseil de sécurité veulent "faire la lumière" sur les accusations d'utilisation d'armes chimiques près de Damas et "saluent la détermination" de l'ONU à enquêter, a déclaré sa présidente, l'ambassadrice argentine Maria Cristina Perceval.

Plusieurs experts interrogés par l'AFP se sont montrés prudents. Paula Vanninen, directrice de Verifin, l'Institut finnois pour la vérification de la convention des armes chimiques, a déclaré "n'être pas totalement convaincue" qu'il s'agisse d'une attaque au gaz innervant.

"Les personnes qui aident les victimes ne portent pas de vêtements de protection ni de masques et si c'était le cas, elles auraient été contaminées et victimes des mêmes symptômes", a-t-elle relevé sur les vidéos.

Pour Gwyn Winfield, directeur du magazine CBRNe Wold, spécialisée dans les armes chimiques, "il n'existe aucune information indiquant que les médecins ou des infirmières ont succombé, ce qui laisse à penser que ce n'est pas ce que nous considérons comme du gaz sarin militaire, mais pourrait être un gaz sarin dilué", a-t-il indiqué à l'AFP

Le ministre israélien de la Défense, Moshé Yaalon, a pour sa part affirmé qu'il s'agissait bien d'une attaque chimique et que ce n'était "pas la première fois".

Les autorités syriennes ont cependant dénoncé des accusations "nulles et non avenues et totalement infondées", selon un communiqué de l'armée lu par un officier à la télévision.

Le ministère syrien des Affaires étrangères a estimé que "ces mensonges (...) visent à faire dévier la commission d'enquête de sa mission".

Le Russie a elle aussi accusé l'opposition d'avoir "planifié à l'avance une provocation".

Le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a cependant espéré que les alliés de M. Assad se "réveillent" et "réalisent sa nature criminelle et barbare", tandis que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon se disait "scandalisé" et la chancelière allemande Angela Merkel évoquait "un crime effroyable". AFP 21.08

1.300 morts dont 1164 ressuscitent, des corps manipulés à mains nues sans protection, et Assad serait assez dingue pour attendre que les inspecteurs de l'ONU soient sur place pour lancer cette attaque au gaz sarin : grotesque manipulation ou intoxication ! L'oeuvre du désespoir des vaincus.

Commentaires d'internautes.

1- Comme c'est curieux !? Juste au moment où les inspections vont commencer, l'armée syrienne utiliserait des armes chimiques? Et après on s'étonne que Bachar ne veule pas des inspecteurs et des journalistes occidentaux en Syrie.Et notre Normal national qui réagit au quart de tour pour demander une enquête et orienter les inspecteurs vers ces cites.

2- Juste sous le nez de l'ONU. Bachar ne voulait pas faire de gros dégats avant, il a attendu la commission de l'ONU exprès pour déclencher l'attaque à gaz. Ca faisait partie de son plan génial, pour se faire lapider par la suite, vu qu'on va également nous apprendre qu'il est masochiste...

3- Intoxication. Bachar ne commettrait pas cette erreur... il sait très bien qu'il y aura enquête. Il y a eu bombardement de la part de l'armée -oui - mais les rebelles ont répandu après du gaz pour l'accuser.

4- Les rebelles capables d'actes de cannibalismes ne seraient pas à ça prêt. Bachar commence à avoir des soutiens intéressants, il ne se tirerai pas une balle dans le pied.

5- Assad à accueillis les pingouins de l'ONU par une démonstration de tir de roquettes de sarrazin, c'est ça oui.

6- Salaud de Bachar, il profite de l'arrivée des inspecteurs de l'ONU pour utiliser ses armes chimiques!

7- Quelle coïncidence ! une attaque - et de grande ampleur - aux armes chimiques, alors que l'Onu , est en Syrie pour enquêter sur leur usage !

8- On sent le désespoir chez les terroristes et tant mieux.

Apparemment le conditionnement des masses ne prend plus, en tout cas en s'y prenant de cette manière-là.




INFOS EN BREF

SOCIAL

1- France

Le président du Medef Pierre Gattaz a plaidé mercredi pour une "vraie réforme structurelle" des retraites sans "demi-mesure", appelant le gouvernement à "s'attaquer à ce sujet de manière résolue".

M. Gattaz rappelle les propositions de son organisation: relèvement de l'âge légal de départ à la retraite à 63 ans et allongement de la durée de cotisation à 43 ans en 2020.

Concernant une éventuelle hausse des cotisations qui financent les retraites, il estime que les entreprises ont "déjà largement participé à l'effort d'équilibre" et qu'une réforme des retraites "qui augmenterait les charges des entreprises se ferait donc au détriment de l'emploi".

Il affirme une nouvelle fois la nécessité d'introduire "une dose de retraite par capitalisation" (placements financiers) et juge "urgent de s'attaquer" à la convergence des régimes de retraite, au nombre de 35.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault doit rencontrer lundi et mardi les partenaires sociaux pour dévoiler les grandes lignes de son projet de réforme, qui doit être présenté en Conseil des ministres le 18 septembre. AFP 21.08

2- Japon

Quelque 300 tonnes d'eau fortement radioactive ont fui de l'un des réservoirs de stockage de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, a annoncé mardi le groupe Tepco, opérateur de la centrale.

La fuite annoncée mardi, qui est toujours en cours, est contaminée à un point tel qu'une personne se tenant à 50 centimètres recevrait en une heure une radiation cinq fois supérieure au niveau annuel maximum toléré au Japon pour les employés du secteur nucléaire.

Une telle radioactivité rendrait une personne malade après 10 heures, avec des nausées et une chute du nombre des globules blancs.

Après l'avoir nié pendant des mois, l'opérateur a admis en août que de l'eau contaminée s'échappant des réservoirs souterrains s'écoulait dans l'océan Pacifique.

Tepco, qui a jugé peu probable que la dernière fuite en date atteigne le Pacifique, situé à 500 mètres, a expliqué que les employés chargés de surveiller les réservoirs d'eau contaminée n'avaient pas remarqué la fuite "à un stade précoce".

La Corée du Sud a demandé au Japon d'expliquer plus clairement comment il comptait empêcher les eaux contaminées d'atteindre l'océan et les zones de pêche.

"Ils doivent aussi faire en sorte que les informations soient rendues publiques, à travers le monde, étant donné que c'est la première fois dans l'Histoire que les eaux contaminées d'une centrale nucléaire coulent dans l'océan avec cette ampleur", a déclaré le porte-parole du ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

Tepco utilise un système de fortune afin de maintenir les barres de combustible à une température suffisamment froide et stable. L'eau utilisée s'écoule ensuite dans des bassins souterrains, qui fuient depuis la catastrophe.

L'excès d'eau hautement contaminée est pompé et entreposé en hauteur dans des réservoirs en acier à l'écart des réacteurs, qui sont situés au bord du Pacifique. Tepco a commencé à installer des réservoirs plus solides, mais la fuite annoncée mardi provient de l'un des précédents modèles, plus fragiles. Reuters 20.08

On est en présence d'une question colossale, d'une gravité exceptionnelle, d'une importance capitale pour la survie de la population et les Japonais restent amorphes, ils sont tellement subordonnés au capitalisme et ignorant à un point tel qu'ils sont incapables de se mobiliser par millions contre le gouvernement, simple constat. Ils peuvent les envoyer à l'abattoir quand ils veulent, ils ne résisteront, c'est terrifiant. Et ils sont loin d'être les seuls dans ce cas dans le monde.


ECONOMIE

1- Inde

Après s'être stabilisée en début de journée, la devise s'est enfoncée, franchissant un nouveau record à la baisse. Elle a atteint 64,60 roupies pour un dollar américain.

La Bourse de Bombay, qui s'était elle aussi rétablie en début de journée après avoir perdu 6% sur les trois dernières séances, a finalement cédé 1,86% à la clôture.

La Banque de réserve indienne (RBI) avait indiqué mardi tard dans la soirée qu'elle allait injecter 80 milliards de roupies (940 millions d'euros) dans le système bancaire en achetant des obligations d'Etat à long terme, afin d'assouplir l'offre de crédits.

"Il est important de répondre aux risques, pour la stabilité macro-économique, apportés par des déséquilibres extérieurs", a souligné la RBI dans un communiqué. AFP 21.08

Certaines raisons de l'affaiblissement de la roupie n'ont en effet rien à voir avec l'Inde.

2- Kenya - Chine

À l'occasion de sa visite d'État en Chine, le président kényan Uhuru Kenyatta a conclu avec son homologue chinois, Xi Jinping, un accord d'une valeur de 5 milliards de dollars qui confirme limportance de la présence de la Chine au Kenya, première économie de l'Afrique de l'Est. Cette somme devrait être dépensée dans des projets d'énergie ainsi que dans une ligne ferroviaire qui relierait le port de Mombasa à Malaba, à la frontière avec l'Ouganda. Cette liaison devrait permettre un accès plus rapide du port vers les marchés de biens de la région, au Kenya, mais également en Ouganda, au Rwanda, au Burundi et en RD Congo, d'après le président Uhuru Kenyatta.

Le président chinois a également déclaré le 19 août que la Chine soutenait l'effort d'industrialisation du Kenya ainsi que son projet de mettre en place, à Nairobi une chambre de compensation pour les opérations en yuan. Le pays souhaite devenir un hub financier international.

Alors qu'on accusait la Chine de s'intéresser seulement aux matières premières du continent, Xi Jinping s'était engagé à aider l'Afrique à se développer lors de sa visite en mars dernier. Déjà investi dans de nombreux projets, notamment d'infrastructures, le pays est un acteur important de l'économie kényane et le président chinois envisagerait d'investir dans d'autres secteurs comme l'agroindustrie, la production d'engrais ou encore la technologie, selon le média national Kenya Broadcasting Corporation.

La visite de Kenyatta en Chine fait suite aux promesses qu'il a faites lors des élections présidentielles. Il s'était notamment engagé à collaborer étroitement avec la Chine, après que des élus américains, britanniques et européens avaient annoncé qu'ils limiteraient leurs liens avec le Kenya si Kenyatta était élu, en raison de sa mise en examen à La Haye. Ce dernier ainsi que son vice-président William Ruto sont inculpés par la Cour pénale internationale de crimes contre l'humanité pour avoir organisé les violences postélectorales de 2007 qui avaient fait plus de 1 500 morts.

Le président Kenyatta aurait invité la Chine à investir dans son secteur pétrolier, récemment découvert, dans la production d'électricité ainsi que dans le port de Lamu, au nord de Mombasa. D'une valeur de 25,5 milliards de dollars, le projet de Lamu prévoit, entre autres, la construction d'une autoroute, d'une voie ferrée ainsi que d'un oléoduc en direction de l'Éthiopie et du Soudan du Sud. french.irib.ir 21.08


Le 23 août 2013

CAUSERIE

Jeudi soir 22h05

J'ai ajouté 24 nouveaux articles. Dans un des articles sur la Syrie les contras ont présenté aux médias une photos qui avait déjà servi en Egypte ! La suite est du même tonneau, à lire évidemment et à faire suivre partout autour de vous. A bas les salafistes sionistes Hollande-Fabius !

Je vais voir si je continue à bosser, à demain et portez-vous bien, j'ai plusieurs débuts de causeries sous le coude, un appel en direction des jeunes et de la population des quartiers déshérités où 50% des jeunes sont au chômage : faites comme en Egypte, descendez dans la rue, sans violence, occupez la place jusqu'à ce que le régime vous entende ou qu'il tombe ! Il n'existe pas d'autre alternative politique immédiate (à suivre).

Vendredi 16h20.

A bâtons rompus, entre nous.

La réflexion de certaines personnes tient d'une expérience livresque, d'autres d'une expérience de la vie, c'est davantage à cette catégorie que j'appartiens, non pas que la lecture de milliers de livres ne m'ait rien apporté, mais comme j'ai une mauvaise mémoire je ne peux guère y faire référence ou à la marge, et pour être tout à fait honnête je préfère m'en abstenir que vouloir me faire passer pour un lettré.

La substance que j'en ai tirée m'a servi de guide et m'a sauvé d'un égarement certain qui me pendait au nez comme tout un chacun, et m'a aidé à passer bien des épreuves en me permettant d'analyser chaque expérience et d'en tirer des enseignements. Voilà comment je me suis forgé.

On dit parfois qu'on lieu de chercher la paille qui obscurcit l'oeil du voisin, on ferait mieux de regarder la poutre qui nous bouche la vue ou quelque chose comme cela. Je l'ai traduit en me disant qu'il valait mieux s'analyser soi-même que de passer son temps à analyser les autres, ce qui sera permis d'envisager quand on se connaîtra suffisamment soi-même pour reconnaître dans les défauts des autres les siens. Du coup on acquiert un détachement vis-à-vis des autres qu'on ne confondra pas avec l'indifférence ou le mépris qui en sont justement l'antithèse, qui nous empêche de les juger.

Maintenant il est vrai que les mots ne traduisent pas forcément cet état de conscience, ils le trahissent même parfois quand on s'avère maladroit à exprimer ce qu'on voulait dire d'une certaine manière et non d'une autre, qui aurait été plus commode mais n'aurait pas produit le même effet, car l'on ne s'exprime jamais sans raison, qu'on en est conscience ou non, d'ailleurs ne dit-on pas parfois que nos paroles ont dépassé notre pensée.

Prenez le bavard que je suis parfois, c'est parce que je suis en mal de compagnie, donc je m'exprime en présence d'un interlocuteur ou d'un auditoire imaginaire, ce n'est pas de la folie mais exactement l'inverse, car si je disais que c'était une thérapie, ce serait admettre que la solitude serait une maladie, or c'est seulement un état d'être ou paraître serait bien futile. On pourrait continuer ainsi longtemps, et rétorquer que même chez un déséquilibré mental chaque activité comporte une utilité et une signification et correspond à un besoin, dont il n'a pas conscience et que le psychanalyste l'aidera à acquérir. Pour revenir à ce que je disais au début, je serais infoutu de vous sortir une citation de Freud ou de Reich dont j'ai étudié les enseignements pendant plusieurs années, mais assurément j'en ai conservé quelque chose qui me sera utile le restant de mes jours.

Hier je vous ai parlé d'un incident que j'ai eu avec un Indien, quelque part je l'ai mis en scène, car j'avais reconnu au premier coup d'oeil dans mon adversaire une personne arrogante ou méprisante, et il se trouve que c'est le genre de personnages que je ne supporte pas et qu'il me plaît de provoquer et de remettre à sa place.

Ce sont généralement des gens médiocres ou présentant une faiblesse psychologique qu'ils ne peuvent pas contrôler et qui explosent ou sont désemparés quand ils se trouvent confronter à une situation inattendue, quand il tombe sur quelqu'un qui leur résiste ou leur tient tête. Ils ne le supportent, s'emportent, se mettent à aboyer comme ce monsieur qui me gueulait littéralement dessus, alors que j'étais demeuré parfaitement calme me contentant seulement d'élever la voix, et il se trouve qu'elle porte, vous vous souvenez peut-être que j'étais destiné à chanter dans les choeurs de l'Opéra de Paris, je n'aboie pas, je chante !

J'ai parfaitement contrôlé la situation, à un moment donné j'ai bien cru qu'il voulait me frapper le bougre, il était hors de lui, en furie, intérieurement je rigolais, je me serais cru au théâtre à jouer un personnage, c'était cocasse, dommage que je n'ai pas eu un témoin avec moi on aurait bien rigolé par la suite.

Je dois quand même vous avouer que j'avais en tête la situation en France qui me rend malade ou triste. Déjà que la Syrie me donnait des cauchemars, puis vint l'Egypte ou les masses sont divisées et s'affrontent, et maintenant c'est au tour de la France. Vous me direz que ce n'est pas nouveau et qu'il serait temps que je me réveille, vous auriez raison sans doute, je n'en ai pas pris conscience suffisamment rapidement ou je n'ai pas pris conscience à quel degré de décomposition en était arrivée la société, elle pourrit sur place, c'est plutôt mauvais signe entre nous, désolé monsieur Coquema de vous contredire, je ne vois pas l'ombre d'une raison d'être particulièrement optimiste pour la suite, même si nous n'avons pas encore perdu la guerre. Le "encore" pour signifier que c'est une hypothèse qu'il ne faut pas totalement évacuer, hélas, oui hélas ! Il y a tellement de raisons de se morfondre de nos jours qu'on en viendrait à s'apitoyer aux larmes sur le sort d'un malheureux chien qui se ferait écraser par une voiture, d'ailleurs c'est fort triste tellement c'est injuste.

Il nous faut voir les bons côtés de la société dit-on pour la supporter, certes j'entends bien, sinon ce ne serait pas des prisons qu'il faudrait construire mais des asiles psychiatriques ou agrandir les cimentières, mais on remarquera que c'est pour développer le fâcheux penchant d'en oublier un peu trop promptement les mauvais, vous connaissez la parade à cet argument, intarissable : avec ce qu'on en bave quotidiennement, on a bien le droit de souffler un peu ou de penser à autres choses, autrement dit, on est opprimé et exploité, ensuite on est harcelé par nos créanciers ou l'Etat qui nous rackette, et ce n'est pas terminé, on doit encore se taper notre lot d'emmerdements quasi quotidiens, aucun répit ou presque ne nous est accordé, et vous vous voudriez qu'on y consacre encore du temps par dessus le marché, qu'on réfléchisse à notre condition, mais on fait que cela...

Pas vraiment en réalité, c'est confondre la subir et agir pour la changer, d'ailleurs cela ne prouve pas qu'on y comprenne grand chose, si tel n'était pas le cas cela ferait belle lurette qu'on aurait réglé nos problèmes, il faut donc admettre qu'il faudrait consacrer un minimum de temps à y penser, et puis c'est agréable, cela fait du bien d'entrevoir l'espoir de mettre fin à notre cauchemar quotidien, non, c'est mieux que de se bourrer d'antidépresseurs ou de somnifères ? Certains ajouteraient de picoler ou de se défoncer. Et puis de nos jours il existe tellement de moyens à notre disposition pour oublier la réalité et nous distraire, mais aussi pour nous la rappeler, d'ailleurs on pourrait se demander s'ils ne sont pas intimement liés, qu'on n'a pas envie de s'y plonger davantage, on fait notre propre malheur, c'est entendu et n'en parlons plus, à quoi bon s'attarder sur cette question dont on ne détient pas la réponse, la vie est courte vous savez, alors laissons-nous vivre et advienne que pourra, et si un jour la vie devenait vraiment impossible, on aviserait.

Détrompez-vous, vous n'aviserez rien du tout, vous serez encore plus malheureux et vous ne saurez comment y remédier, il ne vous restera plus que vos yeux pour pleurer en prenant les choses de la sorte, d'ailleurs comment pourriez-vous les prendre autrement quand vous avez eu les moyens de le faire et que vous vous y êtes refusé obstinément, c'était chercher les complications inutilement, vous ne pensez pas ? Certains prétendent qu'il suffirait de se retrouver face à une situation donnée pour trouver le moyen d'en sortir, moi j'en connais plutôt qui y ont laissé la vie, si un tel miracle pouvait se produire, dites donc nos amis Grecs seraient déjà sauvés depuis longtemps, sauf que la descente aux enfers continue pour eux. Mais ils réagiront bien un jour, ils vont bien finir par prendre les armes, peut-être, encore faut-il savoir sur qui tirer ou dans quelle direction et non à l'aveuglette, ce n'est pas le genre de choses qui s'improvise voyez-vous, c'est une science, un art ! Rien que cela, mais où avez-vous la tête ? Vous avez raison, j'avais oublié qu'elle vous faisait fâcheusement défaut et que vous vous en portiez bien ainsi. Vous vous moquez. Non je pense à haute voix, excuserez-moi.

Réfléchir à la situation, comprendre comment elle évolue, c'est comme manier un bistouri ou se servir d'un lance-roquettes, cela ne s'apprend pas en claquant des doigts, quand vous versez de l'eau froide dans une casserole avant qu'elle arrive à ébullition il va se passer un certain temps, et si vous vous y prenez à la dernière minute avant de partir à un rendez-vous, soit vous vous passerez de thé, soit vous le boirez tiède, c'est dégueulasse, soit vous le boirez chaud et vous arriverez en retard à votre rendez-vous qui ne vous aura pas attendu. Il arrive qu'on n'arrive en retard à un rendez-vous de l'histoire ou pas préparé et qu'on le loupe, les conséquences en sont généralement catastrophiques et on le paie très très cher, pendant dans de très longues décennies qui n'en finissent pas, nous somme dans ce cas de figure aujourd'hui.

Rien ne sert de courrir, il faut partir à point, même cela on l'a désappris.

La roulette russe en guise d'issue politique, faites vos jeux messieurs dames !

Par le Mouvement politique d'émancipation populaire (M'PEP) - Le 22 août 2013.

- Vidéos « Une constituante ? Quelles modalités ? Le tirage au sort ? »

Ouais, c'est ça, le coup de la pochette surprise ! Il fallait au moins être diplômé en économie ou enseigner à l'univesité pour pondre un truc pareil. Non mais, franchement, comment voulez-vous qu'on vous prenne au sérieux ? Dites plutôt que vous êtes paumés ou que vous ne savez plus où vous en êtes cela vaudra mieux, soyez honnête, car là vous allez passer pour des charlatans.

Vous savez qu'à leur constituante tous les partis pourraient y concourir, imaginez que le numéro gagnant tombe sur un dirigeant du PS, de l'UMP ou du FN, ils auraient l'air malin ! Délirant !

Moi je prends le contre-pied de ces gens-là, l'air de rien il m'arrive de déconner, d'employer un langage léger, mais c'est volontaire, je sais ce que je fais, c'est pour parler très sérieusement de choses sérieuses, et jamais je me fous de mes lecteurs, jamais je ne leur ai sorti ce genre de conneries, excusez-moi mais c'est trop fort, une loterie pour désigner nos représentants, pour décider de notre sort et celui de millions de travailleurs, ils sont tombés sur la tête au M'PEP.

Tenez vous apportez de l'eau à mon moulin, j'ai toujours dit que c'était une tartuferie cette constituante, vous en faites la démonstration. Mais où est la démocratie là-dedans ? Pourquoi ne pas tirer les tarots pendant qu'on y est ou jouer cela sur le zinc d'un bistrot au 421, on croit rêver. Cela sert à cela un bac +7, ah ben merde alors, je n'ai rien perdu ! Vous comprenez peut-être mieux pourquoi les intellectuels m'exaspèrent.

Vous avez lu attentivement les milliers d'articles que j'ai mis en ligne, franchement, il y a des claques ou des coups de règles sur les doigts qui se perdent. Depuis que je mets des articles en ligne, j'ai dû rencontrer, allez ne soyons pas médisant, 3 ou 4 intellectuels, disons 5 sinon après j'aurais des remords, qui ne présentaient pas les caractéristiques des gens bornés, il faut dire que je suis très exigeant, je n'ai peut-être pas un niveau intellectuel très élevé mais j'estime que le leur doit être supérieur au mien, sinon à quoi bon, bref, qui ne sortaient pas une grosse perle à valeur négative, sans leur demander d'être socialistes ou marxistes, on reste dans le domaine de la logique, de la réflexion qui ne comporterait pas une grosse verrue au bout du nez et que son auteur n'aurait pas perçue, et on ne pouvait pas sérieusement leur prêter d'avoir voulu apporter une touche poétique à leur oeuvre, ou alors c'était inconscient et il faudrait leur pardonner, prenons garde de ne pas froisser la confrérie des poètes parmi lesquels on croise parfois de fameux intellectuels de gauche, autrefois, de nos jours je n'en sais rien.

La tendance et une stratégie pour le Moyen-Orient.

Faire son mea-culpa, amende honorable, acte de repentance, s'excusez publiquement, reconnaître un abus ou une erreur qui ne sera jamais volontaire mais le produit d'une indélicatesse individuelle, un cas isolé, une faiblesse inhérente au système et imprévisible qui sera corrigé, on vous le jure la main sur le coeur, en réalité ils ont en tête de mieux le vérouiller pour éviter dans le futur d'éventuelles failles ou fuites qui ternissent leur image, de manière à redorer son blason ou reconquérir la confiance de la population, se faire passer pour un honnête homme ou un véritable démocrate, quite à se contredire ou mentir effrontément dans la foulée, peu importe puisque si peu de gens connaissent la vérité, d'ailleurs toute l'opération sert à leur camoufler le plus longtemps possible afin de mieux continuer de les abuser et le tour est joué.

Leur pire ennemi, la réalité sociale bourrée de contradictions explosives à terme et ceux qui en rendent compte, contradictions qu'ils s'emploient à contrôler comme ils peuvent en sachant qu'ils n'y parviendront peut-être jamais totalement.

Dans son dernier éditorial D. Gluckstein met en relief "la stratégie du bonneteau" adoptée par le gouvernement français , la méthode Coué ayant ses limites, à l'heure où il s'apprête à poursuivre son offensive contre toutes les couches d'exploitées, on remarquera qu'il n'est pas le seul à l'avoir adopté de Washington au Caire en passant par Tel-Aviv ou Istanbul dont les dirigeants multiplient les discours contradictoires, les choses ne se passant pas exactement comme ils les avaient prévues ou plutôt se précipitant à un rythme qu'ils peines à suivre, aussi imprévisibles que la réaction du malheureux qui n'a plus rien à perdre et est prêt à tout pour survivre.

Sur la Syrie, ils ont commis une terrible erreur, il est possible de faire chuter un gouvernement, de balayer un chef d'Etat, mais pas de vaincre un peuple uni qui combat pour sa souveraineté contre l'envahisseur ou l'occupant, apparemment ils ont été mal renseigné sur la situation réelle en Syrie, on a envie d'en rire en pensant aux moyens colossaux qu'ils ont déployés pour contrôler la terre entière, ou alors ils avaient déjà oublié les enseignements de la guerre libératrice du Vietnam.

Je mets en ligne dans cette page un article d'une qualité exceptionnelle Le Sinaï : Base américaine ? de Nasser Kandil, rédigé le 13 août mais traduit puis publié le 21 août par le portail mondialisation.ca, vous le trouverez aussi au format pdf (Acrobat Reader).

Pour comprendre la situation et son orientation, on ne doit pas seulement prendre en compte la lutte des classes et les contradictions (du capitalisme) qui existent dans un pays sur le plan social et politique, il faut l'analyser à une autre échelle, mondiale, sur le plan économique, sinon on risque de se fourvoyer sur les intentions ou la stratégie de notre ennemi, donc y répondre par une politique inappropriée.

Extrait.

- "Les discussions vont bon train dans les centres d’études US, les séminaires et ateliers sur le Sinaï et son importance stratégique. Certains chercheurs en arrivent à deux équations possibles qui se résumeraient à dire que la sécurité d’Israël dépend du Sinaï non du Golan syrien, et que la sécurité des gazoducs et oléoducs dépend du SinaÏ non de Homs en Syrie. D’autres planchent sur l’importance stratégique comparée entre Al-Qusayr en Syrie et le Sinaï en Égypte et, tenant compte des frontières terrestres et maritimes des deux pays, en arrivent à dire que le Sinaï est stratégiquement plus important que la Syrie.

Habituellement, une telle focalisation des centres de recherche sur un sujet donné n’est pas sans finalité et ne consiste pas à se contenter d’échanger les points de vue, réagir, ou exagérer un événement sécuritaire ou politique ; d’autant plus que les organisateurs de ces workshops sont aussi les décideurs en la matière.

(...)

Cette mainmise des États-Unis sur le Sinaï semble être devenue l’objectif stratégique du moment. À partir de là, il sera possible de compenser la perte des richesses pétrolières et gazières due à leur échec en Syrie. À partir de là, la sécurité d’Israël sera sous leur garde directe ainsi que celle de l’Asie, de l’Afrique et des pays du Golfe qui ne pourra pas échapper à leur vigilance. Ainsi, les États-Unis pourront dire qu’ils sont redéployés mais non vaincus !

Les yeux US sont braqués sur le Sinaï. Faisons-en autant, surtout les Égyptiens et leur Armée, maintenant que la mainmise sur le Sinaï risque de menacer la souveraineté de L’Égypte, laquelle souveraineté exige de se libérer des contraintes unilatérales imposées par « les accords de Camp David »."

Le long passage que je n'ai pas reproduit ici constitue la trame de fond de la stratégie américaine (et israélienne) qui se dessine sous nos yeux, je vous invite vivement à télécharger cet article car il permet de mieux comprendre l'accord passé entre les Américains et les Russes sur la Syrie, au détriment des Chinois et des Européens, les éternels dindons de la farce.

Si effectivement les Américains s'implantaient solidement et en masse dans le Sinaï en prévision de ne plus jamais en partir à une encablure d'Israël, il n'y aurait plus qu'à relier les deux entités pour que le voeu formulé par le sioniste J. Attali de transformer Israël en capitale du gouvernement mondial prenne forme. Comme quoi ils ont de la suite dans les idées.

Maintenant on va suivre attentivement la politique de l'armée égyptienne dont l'existence dépend du financement de l'impérialisme américain, acceptera-t-elle de se placer sous le commandement américain ou d'importantes fissures vont apparaître au sommet de l'appareil militaire qui pourrait faire capoter cette stratégie qui vise également la main mise sur l'Afrique, à suivre. Désormais nous analyserons toutes les déclarations des différents protagonistes (ils sont très nombreux) en ayant en tête cette stratégie. Ce serait une grave erreur de croire qu'ils n'en seraient pas informés, y compris le gouvernement français dont les dernières gesticulations guerrières sur la Syrie sonne comme le chant du cygne.

Le jeu de bonneteau consiste à tenir un discours pour que l'attention de la population se concentre dans une direction, tandis que les choses sérieuses se déroulent ailleurs, autrement dit, cela ne la concerne pas, elle n'a pas son mot à dire, selon la conception de la démocratie de nos gouvernants, elle en sera bien informée assez tôt, de préférence quand elle sera mise devant le fait accompli, comme presque toujours.

Dénoncer ce jeu de bonneteau, c'est bien, il ne concerne pas uniquement le gouvernement français ou les membres du PS, du FdG ou du Medef, les dirigeants des syndicats en ont fait leur spécialité depuis des lustres, et puis il faudrait peut-être aussi en tirer des leçons politiques, rompre avec ces partis, cesser de s'adresser à ses dirigeants, au président de la République, ce que vient encore de faire D. Gluckstein à propos d'Haïti, il ne manque pas une occasion pour pratiquer en réalité un double langage, à différents niveaux, du coup cela passe inaperçu, c'est bien joué, mais nous ne sommes pas dupes. Dire qu'il faut rompre avec les institutions pour immédiatement après s'adresser à Hollande, c'est incohérent, à un moment donné il faut choisir.

En défense de nos droits politiques

L'exercice du droit ou des valeurs républicaines tout comme les principes de la démocratie, les rapports sur lesquels ils reposent et qui les a vu naître sont devenus une entrave insupportable pour le capitalisme en crise et la mise en oeuvre de la stratégie de l'oligarchie financière.

A travers toutes ces affaires que certains classeraient volontiers dans la catégorie des faits divers, ce sont ces valeurs et ces principes qui sont visés par le gouvernement, le ministère de la Justice, la gauche, l'extrême gauche et tout ce que compte de gauchistes ou de parasites s'exprimant en notre nom dans le pays.

Ce n'est ni un fortuit ni anodin, si le traitement de ces faits conduit à l'affaiblissement du droit, donc des rapports sur lesquels il repose, donc de la démocratie, même en lambeau. Leur ouvrage consiste à s'acharner sur ce qu'il en reste au profit de l'arbitraire, du traitement subjectif ou émotionnel des faits totalement déconnecté des faits matériels avérés ou de la réalité, quand dans leur interprétation de la situation vient se greffer des éléments ou facteurs extérieurs qui n'ont rien à voir avec les événements, mais qu'on va s'employer à force de les marteler à présenter comme déterminants ou ayant eu une influence sur le comportement d'une personne afin de l'innocenter, modifiant totalement l'appréciation que le juge et ce qu'on appelle l'opinion publique sera porté à avoir sur les faits en eux-mêmes qui se trouveront ainsi dévalorisés, cela va plus loin encore, au point d'en perdre la trace, de passer à la trappe, d'occulter l'origine d'un conflit ou d'une polémique.

Vous vous souvenez peut-être l'histoire du compagnon de ma fille qui avait monté une petite boîte de nettoyage et qui avait embauché le frère d'un de ses meilleurs amis qui était un rom devenu sédentaire, son frère rom également ayant besoin d'un emploi et d'une adresse pour obtenir la prolongation de son titre de séjour, ma fille et son compagnon que son cas avait ému l'embauchèrent et lui firent cadeau de 900 euros pour payer la caution de son appartement, ils lui firent des certificats, etc pour qu'ils obtiennent ses papiers et ne soit pas expulsé. Puis vint le jour où il cessa de bosser, garda la voiture de fonction tout en recevant son salaire, mon gendre essaya de le raisonner en vain, il lui adressa un avertissement et menaça de le licencier, ce type l'envoya baladé et le traîna aux prud'hommes. Au tribunal, il débarqua avec sa compagne enceinte jusqu'aux dents accompagné de plusieurs gosses en guenilles, etc. lui et sa compagne flanquée d'une syndialiste de la CGT s'employèrent à émouvoir le jury sur leur situation misérable face à un salaud de patron, un esclavagiste allèrent-ils jusqu'à dire, alors que le compagnon est Réunionnais et aussi noir qu'un Sénégalais, bref, ma fille et son compagnon se sont retrouvés accusés d'avoir abusé de cette personne, alors qu'il leur devait tout, c'est dingue mais c'est ainsi, le jury fut attendri par la comédie jouée par ce type et sa marmaille oubliant les faits.

Au passage je vais dire un mot à ces abrutis de gauchistes et anarchistes qui me sortent par les yeux de la tête, ce n'est certainement pas vous qui iriez donner 900 euros à un rom ou à tout autre personne dans la détresse que vous ne connaissez pas, lui filer un boulot et vous porter caution pour lui, alors fermez-là ou changez de refrain, car en réalité vous êtes les meilleurs alliés de l'extrême droite et du régime.

Autant vous dire que ma fille et son compagnon qui sont d'une honnêteté irréprochable, d'une bonté ou d'une gentillesse désintéressée que l'on rencontre très rarement, ont été terriblement choqués par cette expérience cauchemardesque, car l'affaire a duré plusieurs mois. Tout le monde s'en fout évidemment, et bien pas moi, et pas seulement parce que c'est ma fille, j'aurais exactement la même réaction avec n'importe qui dans une situation semblable, où la victime devient coupable ou est soupçonnée de culpabilité et le coupable blanchi ou reconnu irresponsable de ses actes en vertu de son statut d'immigré qui se situe dorénavant au-dessus des lois, qui fait office de loi. Je peux vous dire qu'en Inde en tant qu'immigré, je ne m'aviserai pas à tester cette "vertu" qui n'a aucune légitimité sous peine d'être expulsé manu militari ou emprisonné sur le champ.

De nos jours quand une personne issue de l'immigration commet un délit sous prétexte qu'elle connaîtrait des difficultés matérielles, financières, sociales ou morales au même titre que le patron voyou qui se dit harcelé par les banques, le fisc, ses employés, les syndicats, son épouse, sa famille et même ses proches, il devrait bénéficier de circonstances atténuantes, de la clémence de la justice, de la tolérance ou de la compassion de la part de la population, qui elle ne cumulerait pas frustrations, humiliations et des difficultés sans nombre au quotidien, les magistrats devraient consentir aux deux extrémités de l'échelle sociale le droit de s'exonérer en partie ou en totalité du devoir de respecter le droit établi que chaque citoyen respecte sous peine d'être poursuivi ou faire preuve d'une compréhension bienveillante quand ils l'enfreignent.

La culpabilité d'une personne qui a été prise en flagrant délit de manquement à la loi fera l'objet d'une manipulation qui servira à légitimer son acte. Comment ? Dès lors que ce délit sera accompagnée d'une provocation qui servira à déclencher une réaction qui viendra entraver l'examen impartial des faits, la justice ou la police s'interdira toute poursuite immédiate, puis cela se traduira par un acquittement ou une peine dérisoire.

Quelques réflexions

Quelques réflexions à creuser que je me suis faites ces derniers jours, le soir en sirotant mon cocktail, moment de détente que je m'accorde avant de manger et qui tient lieu de comité politique, où j'ai l'esprit plus libre que le reste de la journée où je suis trop pris par l'actualité et mon boulot.

1- On revendique davantage de droits et de liberté, c'est normal, naturel, mais il ne faut pas oublier de se poser les questions suivantes : Sous quel régime vivons-nous ? Qui gouverne ? Quelle classe détient le pouvoir ? Dans quelle perspectives faut-il situer ce combat si l'on ne veut pas que la classe dominante en tire davantage de profit ? Quelle orientation politique donner à ce combat ?

On doit le situer dans la perspective politique du renversement du régime incompatible avec l'exercice de ces droits ou de ces libertés, sachant à la fois qu'ils seront sans cesse remis en cause et que le renversement du régime n'aura pas lieu demain matin, aussi pour éviter toute confusion ou de colporter des illusions dans la tête des travailleurs auxquels nous nous adressons, il est de notre devoir de leur tenir ce discours, de préciser que notre combat consiste à se donner les moyens, à préparer les conditions politiques qu'il nous faudra réunir pour à la fois conserver nos droits et en acquérir d'autres ainsi que renverser le régime en place, conditions politiques dans lesquelles figure au premier plan la construction d'un nouveau parti ouvrier révolutionnaire que nous les appelons à rejoindre.

Dans mon brouillon j'avais ajouté qu'il fallait absolument se fixer un objectif politique clair et saisissable par les masses, sachant que seules ses éléments les plus avançés seront susceptibles d'en comprendre la nature exacte et d'être recrutés, ce qui n'est pas incompatible avec le fait de s'adresser à l'ensemble des travailleurs. Nous partons du principe que notre discours doit intégrer les différents niveaux de conscience des travailleurs, de manières à toucher ceux qui sont prêts à en découdre, qui ne supportent plus le régime en place, qui sont des révolutionnaires inorganisés si l'on veut sans préjuger des couches auxquelles ils appartiennent comme le font tous les partis qui ne sont pas capables d'organiser des milliers d'ouvriers parmi les couches les plus défavorisées. J'ajoutais encore qu'il fallait croire dans les masses, dans le socialisme, c'est la moindre des choses.

2- Vous n'avez pas remarqué que depuis qu'ils ont concocté des lois soit-disant favorisant l'égalité des droits, il y a une recrudescence du racisme, de la xénophobie, de l'homophobie, etc. ? Si j'étais homosexuel, je réfléchirais à deux fois avant de tenir mon compagnon dans mes bras ou de l'embrasser dans la rue sous peine de me faire agresser par un arriéré ou un fanatique de droite, d'extrême droite ou religieux.

3- Quand on écoute un immigré ou une personne issue de l'immigration, attention cela ne concerne que certaines personnes, de par son statut il serait intouchable, que vous critiquiez son manque de civisme et il vous traitera de sale raciste, c'est arrivé à mon ex-épouse qui partage totalement mes convictions politiques.

Mais dites-moi, ne serait-ce pas la même méthode qu'utilisent les sionistes qui vous traitent d'antisémite dès que vous critiquer Israël et la politique raciste de son gouvernement envers les Palestiniens ?

Finalement je pense que Thierry Meyssan doit avoir raison quand il affirme que la politique des Etats-Unis est dictée par le lobby sioniste, j'ajouterai celle du cartel des banquiers de la FED ou groupe Bilderberg dirigé par Rockefeller qui n'est pas juif, mais néolibéral et sioniste.

4- En 2005, lors des émeutes des banlieues en France, je n'avais pas pris la mesure exacte du problème. J'avais été en partie injuste envers le PT qui avait appelé indirectement au respect de l'ordre républicain.

Je dis en partie seulement car en temps que lecteur assidu d'Informations ouvrières à l'époque, depuis 2002, et après avoir soutenu le PT du 11 septembre 2001 à mai 2005, comment aurais-je pu savoir ce qui se passait réellement en France quand ce journal pendant des années n'y avait consacré aucune ligne, pas un mot, ils n'ont pas changé d'attitude depuis, c'est même le seul parti ou la seule formation politique en France qui ne s'est pas exprimé une seule fois en six mois sur le mariage homosexuel par exemple, chaucun a pu le constater.

J'ai été maintenu dans l'ignorance de ce qui se passait en France à l'époque où je n'avais pas de connexion à Internet et aucun rapport avec des gens en France ou très peu. En 2005, le PT était passé par un comité pour s'exprimer, or quand on a une position on se doit de l'assumer totalement, on sort une déclaration ou un communiqué, c'est la moindre des choses.

5- La différence entre moi ou nous car il y a de nombreux militants ou travailleurs qui partagent mes positions, les gauchistes et l'extrême droite, dans la manière de traiter les questions de société ou les rapports sociaux que nous avons évoqués plus haut.

Pour les gauchistes, quoi que fasse un jeune, un immigré ou une personne issue de l'immigration, c'est bien, c'est légitime, il a raison.

Pour l'extrême droite, quoi que fasse un immigré ou une personne issue de l'immigration, c'est mal, c'est répréhensible, illégal, son défaut c'est d'être immigré, d'être musulman, c'est ce qu'il est qui est un crime impardonnable.

Nous, nous faisons la distinction entre les jeunes, les immigrés et les personnes issues de l'immigration qui respectent le droit et les autres citoyens pour faire bref, et les délinquants, les voyous qui ne respectent rien ni personne.

Les permiers (jeunes ou immigrés) partagent notre point de vue, ils rejettent la violence individuelle ou aveugle et s'en remettent à la justice pour traiter les différents qui peuvent intervenir dans la société, justice qui malheureusement est très imparfaite.

Nous nous adressons à eux en priorité sur le plan politique. Quant aux seconds (jeunes ou immigrés) qui malgré tout sont des victimes du capitalisme, nous les appelons à faire preuve de solidarité entre eux pour surmonter cette épreuve difficile, injuste, détestable, on est bien d'accord, en leur disant que nous ne pouvons pas les suivre quand ils s'en prennent à n'importe qui ou à des biens publics sous des prétextes divers.

En luttant ensemble, ils peuvent exiger que l'Etat répare l'injustice monstrueuse qui leur est faite en prenant des mesures immédiates pour améliorer leur situation, mener des actions qui forcera l'Etat à plier et à leur accorder le minimum vital qui leur fait défaut pour vivre dignement, puisqu'il n'est pas capable de vous fournir un travail qui vous permettrait de vivre normalement.

Si l'ensemble de la population descendait dans la rue, jeunes et leurs parents, bloquaient la ville où ils habitent, paralysaient l'activité économique, sans recourir à la violence, de manière organisée et disciplinée, l'Etat se retrouverait en position difficile et obligé d'agir. Au-delà, s'il s'y refusait, on pourrait imaginer que des sit-in comme en Egypte, au niveau d'une commune, puis deux, trois, etc. pour enfin appeler tous les chômeurs et leurs familles à un grand rassemblement sur le Champs de Mars par exemple, là où il y a la Tour Eiffel, leur mouvement bénéficierait d'une couverture médiatique mondiale, syndicats et partis ouvriers seraient obligés de vous soutenir, qui sait le régime pourrait vaciller, puis tomber.

Y aura-t-il un parti pour reprendre cette idée qui n'a rien d'extravagante, aussi pleine de danger pour le régime qu'en Egypte ou en Tunisie ?

Qu'on ne vienne pas me dire ensuite que j'aurais quelque chose contre les immigrés ou je ne sais quelle couche d'exploités, adressez plutôt ce reproche à ceux qui servent d'aiguillon à l'extrême droite qui se font les fossoyeurs de nos droits et du socialisme, car il est évident que l'immense majorité des masses partagent mes positions que celles des gauches de tous poils.




ACTUALITÉ DU JOUR

En famille. "La droite en avait rêvé, Hollande l'a fait"

Bravo à Luc Ferry de dire tout haut ce que tous pensent tout bas dans son camp UMP-UDI-PS

- Luc Ferry, ancien ministre de l'Education nationale du gouvernement Raffarin, a estimé jeudi que l'action du président François Hollande allait "dans le bon sens" et pouvait "s'avérer payante" pour la croissance.

Parmi les "bonnes choses" mises en place par le gouvernement socialiste, le philosophe salue dans une interview au Parisien-Aujourd'hui en France "l'accord sur la flexisécurité" négocié dans le cadre de l'Accord national interprofessionnel (ANI) en début d'année: "La droite en avait rêvé, Hollande l'a fait".

M. Ferry estime également positifs les contrats de génération, "qui sont ce qui peut se faire de mieux en termes d'emplois aidés", et la volonté "clairement affichée" du président de "réduire les déficits publics". AFP 22.08

Vous vous le saviez avant le 6 mai 2012, n'est-ce pas, l'expérience, le flaire, un minimum de perspicacité, de logique, entre nous, l'UMP et le PS c'est comme cul et chemise, les deux piliers des institutions, nous on a à faire à des bras cassés, des culs-de jatte, des eunuques, des neurasthéniques, des lobotomisés, des manipulateurs, des falsificateurs, des illusionnistes, des aventuriers, des charlatans, qui continuent de colporter selon les cas des illusions dans le capitalisme, les institutions, le PS, les appareils des syndicats qu'ils ménagent, couvrent, pratiquant sans cesse un double langage pour qui sait lire ou n'a pas les oreilles bouchées, pratiquant le non-dit, procédant par syllogismes truqués, "ce qui peut se faire de mieux" pour aboutir à la situation inextricable dans laquelle se trouve le mouvement ouvrier et le prolétariat, il fallait avoir assurément de l'expérience, du flaire, un minimum de perspicacité, de logique pour parvenir à un résultat aussi médiocre.

Jeu institutionnel en famille.

Jean-Luc Mélenchon se prononce pour des alliances avec les écologistes aux élections municipales du printemps 2014 en France et exclut tout accord avec le Parti socialiste dès le premier tour.

"Je pense que nous pouvons dès le premier tour faire des listes avec des écologistes dans de très nombreuses villes", a dit jeudi Jean-Luc Mélenchon sur France 2.

Harlem Désir, le Premier secrétaire du PS, dénonce "l'opposition systématique" du coprésident du Parti de gauche et juge l'union "vitale pour la gauche".

Si le candidat du Front de gauche à la présidentielle de 2012 exclut toute alliance avec le Parti socialiste dès le premier tour, le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, est d'un avis différent.

"L'objectif doit rester de faire élire des majorités de gauche en rassemblant communistes, Front de gauche, écologistes, socialistes et forces citoyennes pour empêcher droite et extrême droite de conquérir des villes", dit-il dans un entretien publié jeudi dans Libération.

Le Parti de gauche et le PCF sont les deux principales composantes du Front de gauche, une coalition électorale dont Jean-Luc Mélenchon a porté les couleurs à la présidentielle de 2012.

Le Front de gauche a permis au PCF de stopper son déclin électoral mais les stratégies divergent entre partenaires pour les scrutins locaux car les communistes ont besoin d'accords avec le PS pour conserver leurs bastions électoraux.

Harlem Désir constate que le PCF n'est pas sur la même ligne que Parti de gauche. "Nous gérons déjà avec les communistes, comme avec les écologistes, toutes les villes, les départements et les régions dirigées par la gauche", dit-il dans un entretien publié jeudi par Le Monde, daté de vendredi. Reuters 22.08

Vous avez raison de le rappeler, vous gérez au quotidien la société des capitalistes puisque ce sont eux qui vous imposent le budget dont vous disposez, qui vous impose qui aura une HLM et qui restera dans un taudis insalubre (dont mon épouse à Aubagne, mairie PCF), qui aura une place à la crèche et qui n'en aura pas, etc. Vous avez joué le rôle des ONG avant l'heure quoi.

Allez, ils vont bien finir par s'entendre, il y a trop d'intérêts politiques en jeu, pour eux bien sûr.

Inormations ouvrières n° 265 page 4 le confirme.

Extrait.

- Jean-Luc Mélenchon, dans une interview au Journal du dimanche le 18 août minimisait d'avance son désaccord avec le PCF : « Il y a une divergence, il ne faut pas la dramatiser. De toute façon, cela se décide localement. Pour moi, il faut être autonome pour mobiliser les forces déterminées à donner le coup de balai de la révolution citoyenne et de l’humain d’abord. »

Le désaccord « pas dramatique » dont parle Mélenchon porterait donc sur l’alliance dès le premier tour avec un PS qui « pratique une politique de droite ».

Mais qu’en est-il du deuxième tour ?

Mélenchon est un type qui a des principes ou des convictions... à géométrie variable, "autonomes", selon qu'il y a des élections ou quelque chose à gratter ou non, sauf en ce qui concerne sa soumission au régime en place, ceci expliquant cela d'ailleurs.

Je ne comprends pas, qu'est-ce que vient faire ici le deuxième tour ? Parce que l'électorat populaire se porterait volontiers sur un candidat du PG ou du PCF plutôt que sur un candidat du PS ? Quel électorat en réalité ? Ira-t-il voter au moins, rien n'est moins sûr. L'électorat populaire ou les masses sont très hétérogènes, pourquoi se déplacerait-il davantage au second tour pour un candidat du PCF ou du PG plutôt qu'un candidat du PS, ce ne serait pas plutôt l'inverse des fois ? Nous appelons au boycott de ces élections, la gestion du régime, ce n'est pas notre truc !

Des récidivistes, comme quoi.. .

- Les banques à nouveau mises à l'amende en Grande-Bretagne - Reuters

L'assureur CPP et 13 grandes banques et sociétés émettrices de cartes de crédit verseront 1,3 milliard de livres (1,5 milliards d'euros) de dédommagements à sept millions de Britanniques auxquels ont été vendus des produits d'assurance litigieux.

Cette annonce faite jeudi par la Financial Conduct Authority (FCA) est une nouvelle pierre dans le jardin des banques britanniques, déjà mises à l'amende pour le même motif.

"Sept millions de clients qui, globalement, ont souscrit et renouvelé 23 millions de polices d'assurance environ, recevront sous peu un courrier de CPP qui les tiendra informés du déroulement de la procédure", a dit la FCA.

"L'implication des banques et des émetteurs de cartes de crédit est le reflet du fait qu'ils ont présentés les produits de CPP à leur clientèle et qu'ils doivent donc partager la responsabilité de mettre les choses au clair."

Les banques et émetteurs de cartes de crédit impliqués sont Lloyds Banking Group, Barclays, Canada Square Operations, Capital One, Clydesdale Bank, Home Retail Group Insurance Services, HSBC, MBNA, Morgan Stanley, Nationwide, Santander, Royal Bank of Scotland et Tesco Personal Finance. Reuters 22.08

Cela fait 150 millions d'euros chacune en moyenne, elles s'en remettront, je voulais dire qu'elle remettront cela une troisième fois puisque apparemment cela rapporte plus que l'amende qu'elles ont à payer.

Il en tremble déjà !

- Suisse: procédure contre l'ex-président de la Banque nationale - AFP

Le ministère public de la Confédération helvétique a ouvert une procédure judiciaire contre l'ex-président de la BNS (Banque nationale suisse), Philipp Hildebrand.

M. Hildebrand est aujourd'hui vice-président du conseil d'administration du fonds d'investissement BlackRock. AFP 22.08

C'est à qui Blackrock ?

- Blackrock exerce une grande influence à Wall Street et à Washington D.C. et compte parmi ses actionnaires, les Rothschilds, Élisabeth II du Royaume-Uni, l'homme politique et homme d'affaires américain Al Gore, le baron pétrolier Maurice Strong, Warren Buffet, George Soros et l'homme d'affaires mexicain Carlos Slim. Wikipédia.

M. Hildebrand doit trembler de frayeur à l'idée des proursuites qui l'attendent avec les soutiens qu'ils possèdent !

Quand une agence de notation américaine s'attaquent aux cartel des banquiers de la FED !

Là aussi ces banquiers doivent être pris de panique, les agences de notation sont à leurs ordres... A moins que ce soit pour envoyer un signal, un signe précurseur...

- Etats-Unis: Moody's envisage d'abaisser la note de 4 grandes banques - AFP

L'agence de notation financière Moody's a annoncé jeudi qu'elle envisageait d'abaisser la note de quatre des plus grandes banques américaines en raison d'un moindre soutien financier attendu de la part du gouvernement des Etats-Unis à l'avenir.

Moody's "examine les notes de créances prioritaires et subordonnées des holdings des six plus grandes banques américaines, JPMorgan Chase, Wells Fargo, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Bank of America et Citigroup.

Le premier facteur est "une baisse du soutien (gouvernemental)" qui pourrait se traduire par une "plus forte possibilité de défaut", le second étant "le potentiel pour un démembrement plus ordonné" en cas de faillite ainsi que des niveaux de capitaux exigés plus élevés. AFP 22.08

Bon, comment vont-ils orchestrer le prochain krach qui leur permettra de concentrer encore leur pouvoir et de s'enrichir encore plus

Numéro d'équilibriste ou d'illusionniste

Juste en dessous de 50 c'est le "chos" ou une catastrophe, juste au dessus de 50, youpi, l'économie mondiale "repart" !

- De la Chine à la zone euro, l'économie mondiale repart - Reuters

Mais...

L'économie mondiale est en mal de punch, plombée par des problèmes de dette qui ont semé le chaos dans la zone euro, alors que la Chine doit composer avec une demande moins tentée par ses produits, que ce soit en interne ou internationalement.

La zone euro devrait rester en récession toute l'année 2013, avec un PIB se contractant d'environ 0,5% selon les analystes, mais elle devrait voir le ciel s'éclaircir au second semestre avant de renouer pleinement avec la croissance en 2014, selon la plupart des prévisions économiques.

Sans rire.

L'indice Markit des directeurs d'achats (PMI) est ressorti à 51,7 contre 50,5 en juillet, au plus haut depuis juin 2011. Il a battu toutes les prévisions d'une enquête Reuters qui donnait une médiane à 50,9.

L'indice PMI composite de l'Allemagne a révélé un taux de croissance sans équivalent depuis sept mois. En France toutefois, l'activité a fléchi partout.

Pour la Chine, l'indice PMI manufacturier a inscrit un plus haut de quatre mois de 50,1 contre 47,7 en juillet.

Le niveau de 50 constitue la ligne de démarcation de ces indices entre croissance et contraction économiques.

C'est également un rappel que "les risques de rechute existent", souligne Johannes Gareis, de Natixis, alors que les analystes tablent à l'unisson sur une reprise lente et inégale.

Pas de bol...

Les PMI manufacturier et des services français ont été plus faibles que prévu et sont restés inférieurs à 50.

Au-dessus de zéro, c'est fantastique !

Selon Markit, l'indice composite paru jeudi, qui regroupe les secteurs secondaires et tertiaires de la zone euro, laisse présager une croissance de 0,2% à 0,3% durant le trimestre en cours, similaire à ce que donnait une enquête Reuters publiée durant le mois et qui donnait 0,2%.

Tout cela ressemble à un bricolage...

Les anticipations des sociétés de services de la zone euro ont fléchi par rapport à leur pic de 16 mois de juillet et les industriels ont réduit leurs effectifs à un rythme plus soutenu que le mois dernier.

Les usines chinoises ont également comprimé leurs effectifs ce mois-ci, pour cause de ralentissement de la croissance de la deuxième économie mondiale.

Quoi qu'il en soit, tout va bien...

Pour autant, le schéma global tiré des statistiques de jeudi est celui d'une économie mondiale qui s'extirpe du marasme.

Et surtout, surtout en zone euro...

"Malgré le ralentissement du rythme de réduction des déficits, la politique budgétaire restera un frein à la croissance, en particulier dans les pays les plus fragiles", souligne Martin Van Vliet d'ING. "Le niveau du chômage (qui évolue à un niveau record et touche de plein fouet les jeunes, ndlr), les difficultés des marchés du logement et la faiblesse des conditions de crédit pèseront encore sur la demande intérieure dans de nombreux pays de la zone euro", souligne l'analyste.

Une reprise durable est "à portée de main", avait estimé il y a une semaine le commissaire européen en charge des Affaires économiques, Olli Rehn, mais il avait invité la zone euro à ne surtout pas relâcher ses efforts et à "maintenir le rythme" des réformes économiques. Reuters et AFP 22.08

La preuve encore...

- La Turquie veut secourir sa devise dans la tourmente - AFP

- Athènes doit poursuivre sur la voie des réformes, dit Asmussen - Reuters




ACTUALITE EN TITRES

Très bonne idée.

- UE: l'Islande envisage de renoncer à l'adhésion - AFP

Intox

- Obama promet d'agir face à la "crise" du coût des études - AFP

Il va sans doute demander aux banques d'assouplir les conditions d'accès à un crédit d'études ou remonter le montant autorisé...

- 12 ans après le 11-Septembre, la "menace est toujours là", estime le patron du FBI - L'Express.fr

Le FBI, la CIA, la NSA, le Pentagone, le CFR, la FED, etc. effectivement la "menace est toujours là !

Lequel ?

- Un "effet cocktail" en vue pour la croissance française ? - Reuters

La couleur verte de la réaction.

- Fiscalité écologique: Pascal Durand demande de taxer le diesel en urgence - L'Expansion.com

- Le ministre de l'Ecologie annonce le retour de la taxe carbone - 20minutes.fr




INFOS EN BREF

POLITIQUE

1- Etats-Unis

1.1- Les Etats-Unis pourraient créer un nouvel Etat à la frontière entre la Hongrie et l'Ukraine afin d'appliquer un contrôle sur les livraisons de gaz en l'Europe, a supposé le colonel Sergueï Razoumovski, des services de renseignement ukrainien.

Après avoir obtenu l’indépendance pour la région de la Transcarpathie en Ukraine, les Etats-Unis pourraient prendre le contrôle d'une partie du gazoduc qui achemine le gaz russe vers l'Europe. La société roumaine SC Evergreen Robusiness SRL pourrait jouer le rôle d'intermédiaire.

Selon M. Razoumovski, des groupes de combattants tchétchènes « sont déjà en train d’être formés près de Vienne afin d'attaquer la Transcarpathie. » french.irib.ir 22.08

1.2- Le soldat américain Bradley Manning, reconnu coupable de la divulgation d'une masse d'informations confidentielles via le site internet WikiLeaks, a été condamné mercredi à 35 ans de prison par une cour martiale à Fort Meade, dans le Maryland.

Il a également été décidé que Bradley Manning serait renvoyé de l'armée pour "indignité".

Elizabeth Goitein, codirectrice du programme Liberté et Sécurité nationale au centre Brennan pour la justice, a jugé cependant la peine rendue contre Manning "sans précédent".

"Cela représente plus de 17 fois la peine la plus longue jamais purgée" pour avoir fourni des informations secrètes aux médias, a-t-elle fait remarquer. "C'est comparable aux peines prononcées pour espionnage rémunéré par l'ennemi".

Dans un communiqué lu par son avocat, Bradley Manning a déclaré qu'il avait choisi de divulguer les documents pour des raisons morales.

"J'ai commencé à m'interroger sur la moralité de ce que nous faisions", a-t-il déclaré. "Nous avions oublié notre humanité." Reuters 22.08

Liberté pour le soldat Manning, à bas la dictature étasunienne !

2- Tunisie

Le parti islamiste Ennahda, au pouvoir en Tunisie, a donné jeudi son accord de principe à un plan de sortie de crise proposé par l'Union générale tunisienne du travail (UGTT, la plus grande centrale syndicale du pays), qui prévoit la formation d'un cabinet de transition en vue de nouvelles élections.

Le président d'Ennahda, Rached Ghannouchi, a déclaré que les négociations entre le pouvoir et l'opposition laïque devraient rapidement se mettre en place pour débloquer la vie politique tunisienne, paralysée depuis près d'un mois.

"Nous allons très bientôt sortir de cette crise," a déclaré à la presse Rached Ghannouchi après un entretien avec Hassine Abassi, le secrétaire général de l'UGTT. "Nous acceptons dans son principe l'initiative de l'UGGT pour entamer le dialogue (avec l'opposition)", a-t-il dit.

Les islamistes au pouvoir comme l'opposition s'accordent pour réclamer de nouvelles élections une fois achevée la rédaction d'une nouvelle Constitution, ce qui pourrait survenir dans les tout prochains mois, mais l'opposition ne fait pas confiance à Ennahda pour organiser un scrutin libre et équitable.

L'opposition a réagi à l'annonce de Rached Ghannouchi en estimant qu'il cherchait à gagner du temps et en réclamant qu'Ennahda abandonne le pouvoir dès maintenant. Dans un communiqué, le parti islamiste a déclaré qu'il resterait jusqu'à ce qu'un consensus soit trouvé sur la tenue d'élections.

"Ennahda cherche une sortie de crise honorable pour éviter le sort des islamistes en Egypte", a estimé un commentateur politique, Noureddine Mbarki. "Cette décision intervient après de nombreuses interventions internationales, de la part de l'Europe en particulier."

L'UGTT, qui forte de son million d'adhérents joue les médiateurs entre le pouvoir et ses adversaires, propose la démission de l'actuel gouvernement et la mise en place d'un cabinet intérimaire "neutre" afin de préparer de nouvelles élections. Ennahda s'est rangé à cette idée cette semaine après l'avoir rejetée dans un premier temps.

"La situation dans le pays réclame des sacrifices de la part d'Ennahda", a déclaré Hassine Abassi à l'issue de sa rencontre avec Rached Ghannouchi. Il avait consulté la veille les partis d'opposition.

"Ghannouchi a accepté l'initiative de l'UGTT mais il a posé quelques conditions et propositions pour entamer le dialogue que nous allons présenter à l'opposition", a-t-il ajouté. Reuters 22.08

3- Syrie

Pour fuir Geneve II, Washington, Paris, Londres et leurs poulains, comme un seul homme, d’une seule et d’une même voix, ont réclamé une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité de l’ONU sur l’usage présumé d’armes chimiques en Syrie. Elle a commencé mercredi à 21 heures et s’est terminé avec un communiqué appelant les belligérants à cesser les hostilités, tout en précisant que l’utilisation des armes chimiques est une violation du droit international. Oui, des armes chimiques ont été utilisés, mais, pas par l’armée arabe syrienne mais par les terroristes selon les Russes.

Selon Alexandre Loukachevitch, représentant officiel du ministère russe des Affaires étrangères, un missile contenant une substance chimique toxique a été déployé par des rebelles dans la banlieue de Damas. Ce ne sont pas les militaires syriens qui ont tiré. D’ailleurs, la surprise vient du fait que, il n’y a que des civils tués. Où sont donc ces fameux résistants ?

Alexandre Loukachevitch a déclaré: « Tout cela ressemble sérieusement à une tentative de créer à tout prix un prétexte pour obliger le conseil de sécurité de l’ONU à prendre le parti de l’opposition. Cela ruinerait les chances de convoquer la conférence de Genève alors qu’une rencontre entre les experts américains et russes est prévue pour la préparer ». french.irib.ir 22.08

4- Israël

4.1- Très significatif! le député de la Knesset et ancien ministre israélien, Benjamin Ben Eleizer s'est réjoui de la libération annoncé de Moubarak :" j'ai suivi son état et sa situation (de Moubarak) à travers les médias et je suis impatient de le retrouver".Ben Eleizer connu pour sa longue amitié avec Moubarak a qualifié cette libération de " parfaitement attendue".

Avant la chute de Moubarak, Ben Eleizer avait estimé qu'il constituait un véritable étrésor stratégique" pour Israël. "Je suis conscient à quel point les égyptiens sont impatients de revoir Moubarak à nouveau à la tête de l'Egypte.. C'est vrai qu'il a commis des erreurs mais il ne faut surtout pas oublier des acquis dont il était à l'origine aussi bien pour l'Egypte que pour Israël". En vertu d'un verdict émis mercredi, Moubarak va être libéré mais il sera assigné à résidence. french.irib.ir 22.08

4.2- Le bouclier antimissile israélien Iron Dome a intercepté jeudi une roquette tirée depuis le Liban, a indiqué l'armée israélienne.

Une roquette a été interceptée par Iron Dome, a déclaré à l'AFP une porte-parole de l'armée, sans donner plus de détails. Une source de la sécurité libanaise a fait état de quatre roquettes tirées du sud du Liban vers lsraël. ces roquettes pourront très bien avoir été tirés par les takfiris au service des intérêts sionistes qui cherchent à fournir le prétexte nécessaire au déclenchement de la guerre contre le Liban french.irib.ir 22.08


Le 24 août 2013

CAUSERIE

Je rajouterai des articles ce soir, pas de télé, soirée football sur TV5Monde Asie, qu'est-ce qu'on en a à foutre de Marseille - Valenciennes à l'autre bout du monde ? A croire que les expatriés sont des beaufs ? Bon, tout est possible.

Syrie.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), lire : Observatoire salafiste des droits de l'Homme ou du droit à la barbarie, soutenu par Hollande, Fabius, Cameron, Obama, etc. N'oubliez pas le NPA et le FdG...

Ils ne perdent pas une occasion d'arpenter les allées du pouvoir, sauf pour la Syrie.

Pour le retrait d’Haïti des troupes de la Minustah

Lettre au ministre des Affaires étrangères

"(...) La souveraineté du peuple et de la nation haïtienne est bafouée. (...)

Le 28 mai, le Sénat de l’Etat d’Haïti a voté une résolution « réclamant le retrait progressif et ordonné des forces de la Minustah » (voir copie jointe).

La France est partie prenante de la Minustah en Haïti, et l’histoire de nos deux pays sont liées.

La demande du Sénat d’Haïti, comme celle des organisations démocratiques du pays, doit être prise en compte pour le respect de la nation haïtienne, du droit de son peuple et de ses organisations à vivre dans un pays libre, émancipé de toute ingérence extérieure.

Dans ce cadre, monsieur le ministre, nous sollicitons un rendez-vous, si possible dans la deuxième quinzaine de septembre, pour vous exposer les éléments réunis par la conférence du 1er juin.

En vous remerciant de votre attention, nous vous prions d’agréer, monsieur le ministre, l’expression de notre considération."

Signé : Daniel Gluckstein, secrétaire national du POI

Nous sommes sûr que le va-t-en-guerre sioniste Fabius va être très touché par votre initiative et va s'empresser d'y répondre favorablement, si, si le même Fabius pour lequel Schivardi se serait bien désisté s'il avat pris position en faveur de la rupture avec l'UE, pour vous donner une petite idée des illusions qu'ils se trimballent et du niveau atteint par l'opportunisme.

Vous aviez raison monsieur Coquema la IVe Internationale existe, on vient d'en avoir la preuve ! Et dire que dans une semaine ils vont commémorer l'anniversaire de l'assassinat de Trotsky par Staline, mais vous l'assassinez une deuxième fois !

Ce n'est pas "stupide", c'est inhumain, barbare tout simplement !

Sur RMC et BFMTV, il a jugé "stupide" l'idée défendue par le président de la République, François Hollande, qu'il fallait répondre à l'allongement de la durée de la vie par un allongement de la durée de cotisation nécessaire pour toucher une retraite au taux plein. Reuters 23.08

Faire bosser et cotiser toute sa vie un travailleur qui crèvera peut de temps après avoir pris sa retraite, vous appelez cela comment ?

FED. A la Maison Blanche, la "loyauté" et la médiocrité l'emportent.

- Fed : une note embarrasse le favori d'Obama - Le Point.fr

Barack Obama peut-il nommer à la tête de la Fed un homme ayant permis l'existence des produits dérivés financiers ? C'est la question qui se pose alors qu'un journaliste d'investigation américain reconnu a mis en ligne un document qui pourrait bien faire du bruit. Dans une note confidentielle datée de 1997, Timothy Geitner, alors vice-secrétaire du Trésor américain, conseille à Larry Summers, son chef, de prendre contact avec quelques banquiers influents avant le dernier tour de négociations à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) qui amèneront à la dérégulation financière, révèle Greg Palast sur le site de Vice. Une preuve, si l'authenticité de ce document est prouvée, que le Trésor a consulté de grands établissements financiers avant de permettre la dérégulation du marché. L'une des conséquences, précise le journaliste, a été la création de produits dérivés, accusés par la suite d'avoir causé le séisme financier de 2008.

"A la fin des années 1990, les dirigeants du Trésor américain ont secrètement conspiré avec une petite clique de banquiers influents pour réduire en morceaux la régulation financière à travers la planète", écrit le journaliste. Dans le document apparaissent clairement le nom de cinq établissements : Bank of America, Citibank, Chase Manhattan, Goldman Sachs et Merrill Lynch. L'ancien secrétaire au Trésor donne le nom des banquiers à contacter, ainsi que leurs numéros - vérifiés par le journaliste. Si le contenu de cette note semble avoir déjà été évoqué, sa mise en ligne alors que le président Barack Obama doit bientôt nommer un successeur à Ben Bernanke à la tête de la banque centrale américaine, n'est certainement pas un hasard. Lawrence Summers est opposé à une autre universitaire, Janet Yellen, dans la course à la tête de la banque centrale américaine. Le Point.fr 23.08

Bien lire, ce n'est pas Timothy Geitner qui est un intime d'Henry Kissinger depuis les années 80, un des piliers du groupe Bilderberg, qui est à l'origine de cette attaque contre Larry Summers, mais bien un journaliste d'investigation qui a dégoté une note de sa main datant de 1997.

Lawrence Summers à participer à des réunions du groupe Bilderberg dirigé par les banquiers de la FED en 2008, 2009, 2010, il est donc la voix ou le porte-parole de l'oligarchie financière américaine, on est donc en droit de penser qu'au-delà des contradictions qui existent au sommet de l'Etat américain sur la politique étrangère des Etats-Unis entre différentes factions du capitalisme américain, un bras de fer est également engagé sur sa politique économique, dont la marge de manoeuvre est inexistante du fait du gouffre abîssal de l'endettement américain tous acteurs confondus, hormis le pouvoir sans contrôle que se sont octroyés les banquiers de la FED de faire tourner la planche à billets pour leur propre compte et décider comment la crise du capitalisme devrait évoluer, quant à savoir qui en ferait les frais, nous en connaissons tous la réponse, il suffit d'observer la politique mis en oeuvre par les différents gouvernements en Europe pour avoir la réponse à cette question.

Portrait.

- Lawrence Summers, économiste, représente la branche politique de l'oligarchie financière ou il fait partie des "initiés", conseil pour la banque Citigroup et le Nasdaq, autre "avantage", il fait partie du "cercle habituel du pouvoir qui fait le lien entre Wall Street et Washington".

Le magazine progressiste Mother Jones, qui fournit "Six raisons pour lesquelles Larry Summers ne devrait pas être le prochain président de la Fed". En plus de l'épingler pour son "manque d'expérience au sein d'une banque centrale", ses commentaires à la limite du sexisme sur le leadership féminin, et ses vues sur le rabotage des dépenses publiques, Mother Jones rappelle certains des faits d'armes peu glorieux de Summers. Secrétaire au Trésor dans les années 1990, il avait jugé "non nécessaire de réguler les échanges de produits dérivés", dont le rôle dans la crise des subprimes, en 2008, est largement avéré.

"En 1999, il a également joué un rôle important pour convaincre le Congrès d'abroger le Glass-Steagall Act (qui oblige les banques à séparer leurs activités de détail et d'investissement)", souligne le journal, et plus récemment, il s'est opposé à la règle Volcker (cantonnement des activités spéculatives des banques dans une structure dédiée). Son indépendance fait par ailleurs débat : citant un article du Wall Street Journal, Mother Jones évoque ses activités de conseil pour la banque Citigroup et le Nasdaq. Enfin, Larry Summers n'est pas non plus un très bon investisseur, se plaît à souligner le magazine, qui rappelle que lorsqu'il était président de l'université Harvard (2001-2006), il a fait perdre 2 milliards de dollars à l'institution par le biais d'"un mélange risqué de titres, actions, fonds spéculatifs et investissements en private equity".

- Janet Yellen, économiste, est vice-présidente du conseil d'administration de la Fed, n'a jamais travaillé pour Citigroup ou Goldman Sachs, autre "défaut", elle est "hautement qualifiée, a le sens du service public et est indépendante de Wall Street", on a lu à quel point Summers à côté est médiocre, mais les gens médiocres sont utiles comme lampistes à des hautes fonctions tandis que les commanditaires tirent les ficelles et sont tranquillement à l'abri.

Ce que confirme jusqu'à la caricature grotesque mais qui n'est pas sans intérêt Ezra Klein, journaliste et blogueur star des pages "économie" du Washington Post (invité régulièrement aux réunions du groupe Bilderberg - ndlr) qui a souligné à quel point l'écho médiatique de Janet Yellen est disproportionné par rapport à ses chances de l'emporter : "Les supporters clés de Larry Summers sont concentrés dans et autour du gouvernement de Barack Obama, et ne s'expriment pas dans la presse", "la campagne pour Larry Summers se fait derrière des portes fermées", écrit-il. M. Summers est un esprit brillant "comme on n'en rencontre qu'une fois dans sa vie", souligne Klein, et se confronter à lui est non seulement "excitant, mais addictif". "La loyauté qui lui est accordée va très au-delà de ce que l'on peut observer en politique", conclut-il, en forme d'avertissement", extraordinaire quand on a le CV en tête de ce personnage épouvantable, la loyauté est assurément une qualité indiscutable quand on se destine à faire un sale boulot et à en endosser la responsabilité à la place de ses maîtres, il faut dire que le risque demeure limité et relativement bien rémunéré, la médiocrité n'a pas de prix à ce niveau-là.

"Elle a également réussi, plus que tout autre membre du FOMC (Federal Open Market Committee, organe de la Réserve fédérale), à prévoir la trajectoire de court terme d'indicateurs économiques majeurs", écrit un chroniqueur du blog Alphaville, du Financial Times.

Elle a notamment alerté sur le risque de bulle spéculative sur l'immobilier dès 2005, alors qu'elle était présidente de la Federal reserve bank of San Francisco. De plus, ses positions tranchent avec la doctrine anti-inflationniste qui sévit depuis plusieurs années dans les milieux économiques américains, une bonne chose pour le chroniqueur, qui s'étonne aussi des accusations de "mollesse", dont Mme Yellen fait l'objet : "comme si posséder des qualités diplomatiques était une tare, comme si la discrétion était un signe de faiblesse", ironise-t-il. (source : Le Monde 31.07.13)

En conclusion la FED a également besoin de s'entourer d'économistes de talent dont fait partie Ezra Klein, mais au poste de décision comme c'est souvent le cas au sein des Etats, vaut mieux un individu médiocre, un serviteur docile et loyal qui exécutera tous vos ordres sans broncher, c'est évidemment aussi l'avis d'Obama qui n'est pas plus une lumière que Bush.

Un rappel ou une vidéo et un documentaire.

"Inside Job" Director Charles Ferguson: Wall Street Has Turned US (sous-titrage disponible en français)
http://www.youtube.com/watch?v=byD4k-pumMo

Inside Job - Documentaire réalisé en 2010 par Charles Ferguson - telerama.fr

Vous n'avez pas tout compris des tenants et aboutissants de la crise financière de 2008 ? Rassurez-vous, vous n'êtes pas les seuls. Pour nous aider à y voir plus clair, voici Inside Job. Un documentaire détaillé et frondeur signé par un Américain, politologue de formation, Charles Ferguson, déjà remarqué pour son autopsie de la politique américaine en Irak (Irak, de la dictature au chaos). Wall Street n'a donc pas encore muselé tout le monde, et c'est bien le seul point rassurant.

Professeurs d'économie, dirigeants politiques, juristes, lobbyistes, consultants, journalistes, Américains, Européens ou Asiatiques : c'est un défilé impressionnant d'experts qui viennent ici témoigner, apportant leurs éclairages, parfois divergents, sur les différents épisodes politico-financiers ayant mené à ce gouffre vertigineux qui a englouti à ce jour des milliers de milliards de dollars. Le réalisateur refait l'historique, en remontant aux années 1980 de la « révolution Reagan », qui a inauguré cette redoutable dérégulation des marchés, nerf de la guerre. Et en continuant jusqu'aux répercussions récentes en Islande, pays réputé parmi les plus riches et les plus stables du monde, qui a connu un effondrement sans précédent de son système bancaire.

Les hedge funds, les subprimes, la « titrisation », les contrats dérivés... tous ces termes barbares sont expliqués par les intervenants, parfois à l'aide de tableaux, de manière claire. Et palpitante. On suit Inside job comme un thriller. Nerveux, vif. Vu l'aridité et la complexité du sujet, c'est une performance. Qui dit thriller dit figures du mal. Dans le genre, Henry Paulson (ex-secrétaire au Trésor), Larry Summers, Glenn Hubbard sont parfaits. On n'est pas près de les oublier. Agents influents de la dérégulation, ils sont aussi les symboles de l'impunité la plus obscène. Exemple : le plan de sauvetage opéré par Henry Paulson lui-même a permis de renflouer grassement la banque d'investissement Goldman Sachs (dont il est l'ex-pdg !), en liquidant définitivement son concurrent direct, Lehman Brothers, alors en pleine faillite. Quant à l'éminent professeur d'économie Glenn Hubbard, si sûr de son fait qu'il a accepté d'être interviewé, il incarne magnifiquement la collusion inquiétante entre élite intellectuelle et pouvoir financier, les conflits d'intérêts, l'idéologie ultralibérale véhiculée par l'université.

Un documentaire engagé, donc, sans être vraiment partisan - le film dépassant largement le clivage républicain/démocrate. C'est à ce point vrai qu'on est sidéré d'apprendre qu'un bon nombre de partisans de la dérégulation sous la présidence de George W. Bush sont passés entre les gouttes de la moindre contestation, et sont encore en place sous Obama...

En août dernier, Cleveland contre Wall Street, du Suisse Jean-Stéphane Bron, nous avait déjà sérieusement alertés. Plus démonstratif et plus analytique, Inside Job n'en est pas moins pertinent sur le sentiment de fuite en avant généralisée, le déni scandaleux de justice comme de réalité. Inutile de dire qu'on en sort accablé, mais aussi particulièrement remonté.

Commentaire d'internaute

1- " C'est un documentaire serré, méthodique, irrésistible, sur la genèse et les développements du dernier krach financier. Cela n'est pas facile, il faut s'accrocher, mais c'est passionnant. C'est aussi l'occasion d'admirer la plus belle brochette de têtes de noeuds vue depuis longtemps. Au moins, ces gens ressemblent à ce qu'ils sont. Qui ? Les banquiers, les traders, les analystes, les gestionnaires, les journalistes "économiques", les professeurs d'université au service du profit, les politiciens idem, etc. Tous plongés dans l'argent volé à ne plus que savoir en faire, corrompus et corrupteurs, débauchés prétentieux confis dans la cupidité, le pouvoir et le stupre. Riches et puissants, et tellement minables qu'on les dirigerait plutôt vers l'hôpital que vers la prison.

Une séquence croustillante : après avoir entendu un banquier lourdement enrichi au prix d'innombrables ruines jurer qu'il ne recommencera plus et appeler à lui faire confiance, un parlementaire d'une commission d'enquête lui demande si, aux braqueurs de banques qui, après quelques modestes butins en regard du sien, tiennent le même langage, il accorderait sa confiance.

Là encore, bien sûr, on retrouve la machine de guerre du capitalisme étasunien lancée avec la guerre froide, et le dogme néo-libéral porté aux nues. Stade suprême de la culture du profit contre les hommes et toute la biosphère, la dérégulation a été religieusement appliquée par Wall Street et la Maison Blanche, main dans la main. Républicains de Ronald Reagan (ancien propagandiste de la Croisade pour la Liberté, une opération de la jeune CIA) comme démocrates de Clinton, tous ont fait place nette aux pires spéculations et porté les discours économiques les plus toxiques – comme les produits financiers depuis cette époque. Conservateurs et travaillistes anglais, droitistes et socialistes français ont suivi comme un seul homme. Des dizaines de millions d'hommes ont perdu leur travail, leur retraite, leur maison, leur vie. Maintenant, ce sont des Etats détournés depuis longtemps qui, après avoir pris joyeuse part au délire, sont menacés de faillite et croient se sauver en pillant encore plus le bien commun et les pauvres pour augmenter le butin des spéculateurs. Mais, avant l'éclatement des bulles de la sottise financière, ce que ne dit pas le film, c'est combien de communaux, combien d'écosystèmes ont été ravagés avec d'autant plus d'entrain que la finance spéculative grossissait et alimentait les chantiers et les productions les plus débiles ? Ce que ne dit pas le film, c'est à quel point la biosphère a été blessée.

Que sont devenues les oppositions au capitalisme ?

Qu'est-il arrivé au mouvement planétaire qui dénonçait la dérégulation et proposait de tout re-réguler : le mouvement alternatif ?

Il n'y a pas eu de poursuites contre les promoteurs du casse planétaire. Seuls quelques maladroits sont tombés pour les autres. Les penseurs de la dérégulation et ses metteurs en scène caracolent toujours au top. L'équipe d'Obama est persillée de coupables de la période précédente.

Il faudrait compléter l'étude de Charles Ferguson par une investigation équivalente sur la genèse du néo-libéralisme et de la dérégulation. Lui, attribut prioritairement le délire à la cupidité. Il y a autre chose qui, sous un vernis culturel, est de l'ordre de l'abrutissement et du fanatisme.

Le néo-libéralisme et la règle de la dérégulation résultent de la culture amputée de l'intelligence sensible qui relie aux autres et à l'ensemble vivant, la biosphère. Il s'agit de cette idéologie mécaniste purement quantitative et méprisante vis à vis de "la Nature" (l'animal-machine de Descartes, etc.). Un certain développement de ce "mécanisme" est allé jusqu'à nier les relations d'interdépendance et de complémentarité du vivant, ses dynamiques holistiques productrices de plus de diversité, d'intelligence, de sensibilité, etc. Il a pour nom revendiqué avec fierté : la "culture anti-nature". Celle-ci prétend que l'Homme ne se réalise qu'en luttant contre la vie, qu'en s'affranchissant des régulations du vivant. Avec la cupidité, elle est la mère du néo-libéralisme et de sa politique de dérégulation. Déstructurer, défaire les interrelations sociales et écologiques, faire perdre jusqu'à leur mémoire, pour affaiblir les résistances et imposer le pillage impérialiste. La plupart des anti-écologistes sont infectés par la culture anti-nature. En France, nous avons une superbe collection d'anti-nature qui, depuis une trentaine d'années, après avoir organisé le sabotage du mouvement alternatif et sa relégation dans l'oubli, appartiennent aux différents pouvoirs néo-libéraux de droite et de gauche.

Trois décennies de dérégulation des esprits ont fait perdre le sens commun à la plupart, si bien que la confusion profite toujours aux escrocs. Il n'y aura pas de solution aux différentes "crises" financières et écologiques sans identification de la dérive culturelle qui les a générées. "

2- "Film remarquable. Il fait penser à "Mondovino" dans son approche de l'enquêtage (l'art de faire parler les responsables en flattant leur notoriété... suivi du plaisir de les voir s'empêtrer dans leurs justifications, voire de les faire "avouer")

Mais le sujet est autrement plus grave que dans Mondovino.

Et on en sort plus désespéré, en méditant sur le fait que les mêmes agences de notation qui ont été complices de la crise, lui ont malheureusement survécu, plus puissantes que jamais."

A propos de l'Egypte

- Egypte: les pro-Morsi désorganisés et décimés n'ont pas mobilisé - AFP

Ah bon ! J'ai pourtant cru qu'ils étaient des millions et des millions, au point que je me suis demandé si c'était une farce et où ils avaient bien pu passer, comment cela se fait-il que la répression aveugle de l'armée n'ait pas fait des dizaines et des dizaines de milliers de morts, étrange non ? Parfois en politique quand on a rien à proposer, pour le justifier d'une certaine manière ou le faire oublier on extrapole volontiers.

Ah les braves Frères musulmans, tout le monde les aime bien en vérité, surtout quand ils sont en famille, n'est-ce pas ?

- "Le 14 août, cette même armée organisait un carnage sans précédent contre les partisans du président Morsi installés avec femmes et enfants dans les campements de Rabiya al- Adawiya, Al-Nahda et d’autres points au Caire." (Informations ouvrières n°265 page 16)

Oui, ces barbares hors du temps se sont servis des vieillards, de leurs épouses et de leurs gosses comme boucliers humains face à l'armée, ce sont des monstres qui ont manipulé les couches les plus déshéritées du prolétariat des villes et des campagnes pour les livrer à un massacre qui devrait leur servir de leçon pour rester tranquille dans le futur, c'était le meilleur service qu'ils pouvaient rendre au régime pour faire refluer les masses, rien de telle qu'une sanglante répression.

En réalité l'armée et les Frères musulmans se partagent le sale boulot, l'un monte une provocation, l'autre réprime, et ainsi de suite jusqu'à temps que les masses se résignent à leur sort.

Ce que j'aime bien dans ce genre d'articles ce sont les éléments qui nous sont présentés de telle sorte qu'on serait censé apprendre quelque chose alors qu'en réalité les faits étaient déjà connus et remontaient à une date antérieure, jugez plutôt, les Frères musulmans étaient "bel et bien associés à l’état-major", pardi, c'est Morsi qui a nommé le général al-Sissi ministre de la Défense, on va très loin ainsi.

On append aussi que les masses égyptiennes ne s'étaient pas mobilisées par millions en 2011 puis dernièrement pour faire chuter seulement les dictateurs Moubarak et Morsi et en finir avec le régime (toujours) en place, mais avec le "régime militaire", donc avec le pouvoir de l'armée ou l'armée elle-même.

Or, au regard du développement des événements, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je n'ai pas du tout l'impression que cela corresponde au niveau de conscience politique des masses égyptienne, auquel cas elles auraient trouvé la voie de la révolution socialiste et pour le coup elles se seraient débarrassées du régime, des institutions et de l'armée, de la tutelle de Washington, de l'UE et du FMI.

Alors que les derniers développements pourraient servir de prétexte à l'impérialisme américain pour s'installer dans le Sinaï, et en ayant à l'esprit que se sont les Américains qui avaient installé Morsi et les Frères musulmans aux commandes sous la direction de l'armée égyptienne qu'ils financent, tous deux étant liés à l'Etat sioniste, on ne voit pas qui pourrait en Egypte remettre en cause le traité de paix israélo-égyptien de 1979

- "C’est la crainte de la remise en cause du traité de paix israélo-égyptien de 1979 et de l’étroite coopération entre les militaires des deux pays, notamment dans la péninsule du Sinaï où opèrent des groupes djihadistes, qui affole les dirigeants."

Groupes djihadistes qu'ils ont constitué eux-mêmes, entraînent, arment et financent via le Qatar ou l'Arabie saoudite ou d'autres pays du Golfe ou de la région, qu'ils manipulent et qu'ils peuvent neutraliser ou exterminer quand ils le veulent comme on l'a vu au Mali. Mais bon, apparemment il faut que les militants et les travailleurs continuent de croire la version officielle du 11 septembre 2001 et l'histoire rocambolesque de la mort de Ben Laden qui justifie au passage la guerre sans fin contre le terrorisme initiée par Bush au nom de la démocratie puisque les dirigeants du POI y croient toujours. Ils ont oublié que l'argent n'avait pas d'odeur.

Cela fait penser à la mise en scène des médias après la prise d'assaut d'une "flotille de la paix" pour Gaza par l'armée israélienne et qui s'était soldés par la mort d'une dizaine deTurcs, à coup de déclarations Erdogan allait rompre les relations de la Turquie avec Israël patati patata, et finalement il n'en a rien été parce qu'ils sont les meilleurs alliés du monde, ce qu'ils ont démontré par la suite en s'attaquant tous deux à la Syrie.

Les wahabbites, salafistes et autres takfiris djihadistes sont des sionistes arabes, ce sont des mercenaires qui sont payés pour accomplir une mission, voilà tout. Quant à ceux qui manifestent une véléité d'indépendance, étant donné que tous ces groupes sont infiltrés par le mossad, la CIA et le MI6, ils peuvent les laisser agir si cela sert leurs intérêts, puis ils les livrent à la justice ou les liquident discrètement. Où est la menace pour l'impérialisme américain dans tout cela, qu'il se produise des bavures, cela arrive, mais ce n'est pas cela qui changera le cours de l'histoire.

Quant aux masses égyptiennes, 30% officiellement sont illettrées, elles demeurent en grande partie arriérées, et la classe moyenne ne vise que la satisfaction de ses besoins immédiats, elle n'a pas été capable jusqu'à présent de concevoir une issue politique en rupture avec la bourgeoisie et même l'armée ou de renouer avec le socialisme.

GMI. A lire, une excellente analyse (et une position) sur l'Egypte que nous partageons entièrement.

Égypte - Dehors la junte militaire ! Pour un parti ouvrier indépendant de toutes les fractions de la bourgeoisie ! - Collectif révolution permanente (GMI en France) - 22 août 2013.

Au moins, il existe une formation politique (GMI en France) qui s'inscrit dans la tradition du marxisme et relève le niveau théorique, merci à eux pour cet article dont on conseille la lecture attentive à tous les militants qui se connectent sur notre portail.

La stratégie du chaos et la dictature en guise de gouvernance.

Le capitalisme est face à une contradiction : répondre aux besoins grandissants des masses qui sont de plus en plus nombreuses à l'échelle mondiale, tout en continuant d'accaparer l'essentiel des richesses produites au profit d'une poignée de privilégiés.

On pourrait très bien imaginer que le chaos auquel nous assistons au Maghreb, au Proche et au Moyen-Orient pourrait préfigurer le nouvel ordre mondial qu'ils projettent d'instaurer, l'armée et des milices privées assurant l'ordre pendant qu'une guerre civile larvée sévirait, des pantins siégeant au niveau des institutions sans réelles pouvoir celui-ci étant transféré à des institutions supranationales régionales connectées à un centre de décision mondiale qui concentrerait tous les pouvoirs, les masses étant dépourvues de droits sociaux et politiques. Schéma qui se déclinerait à différents niveaux selon les régions ou les continents de manière à assurer un équilibre.

Quand on repense aux déclarations d'Obama et Kerry sur l'Egypte, on est en droit de se demander s'il s'agissait de déclarations contradictoires ou d'une partie de jeu de bonneteau pour reprendre le titre du dernier éditorial de D. Gluckstein ou les deux à la fois.

Aux Etats-Unis il y aurait un million de millionnaires en dollars, il existe aussi des riches en milliards de dollars et des hyper riches. Seuls ces derniers et peut-être quelques milliardaires moins fortunés font partie du premier cercle qui gouverne de fait les Etats-Unis ou concentre un pouvoir pouvant influer sa politique. Les centres de décisions les plus importants comme le FBI, la CIA, la NSA, le Pentagone, la FED, Wall Street, le Congrès et la Chambre des Représentants, le gouvernement et l'administration fédérale subissent des pressions de ces différentes couches de nantis, chacune voulant préserver ses privilèges et s'enrichir davantage, obtenir davantage de pouvoir encore, ainsi la politique économique et la politique étrangère des Etats-Unis se retrouve sans cesse tiraillée entre ces deux courants du capitalisme américain, les décisions, mesures ou lois que ces organismes ou institutions peuvent être amenées à prendre auront des répercussions sur leur richesse et leur pouvoir respectif, le reste leur importe peu.

L'oligarchie financière qui regroupe les banquiers et les plus riches pourraient voir un intérêt politique ou géopolitique à déclencher un chaos généralisé au Moyen-Orient, mais certains millionnaires qui se situent en dessous pourraient y perdre des plumes et même se retrouver ruinés et préfèreraient qu'une autre politique moins aventureuse et qui garantisse leurs revenus soit mise en oeuvre.




ACTUALITE EN TITRES

Vous avez dit "jeu de bonneteau" ?

- "Pas de nouveaux impôts" durant le quinquennat, selon Le Roux - Le Nouvel Observateur

- Vallaud-Belkacem: la taxe carbone n'est pas un nouvel impôt - AFP

- Philippe Martin annonce le retour de la taxe carbone - 20minutes.fr -

- Fabius au Proche-Orient pour évoquer le processus de paix - AFP




ACTUALITÉ DU JOUR

Conditionnement des masses. Houra, les "Français" plébiscitent la politique réactionnaire de Sarkozy !

Et ce n'est pas un canular, juste une grossière manipulation ou une vaste entreprise de conditionnement des esprits, l'oeuvre du désespoir, comme en Syrie avec le gaz sarin soi-disant employé par le régime.

- Une majorité de Français contre un inventaire du quinquennat Sarkozy - L'Express.fr

Au total 77% ne jugent pas utile l'inventaire du mandat de Sarkozy qui finalement aurait été excellent, au point de se demander comment il se fait qu'il n'a pas été réélu !

-54% des personnes interrogées jugent "pas justifié du tout" (23%) ou "plutôt pas justifié" (31%) ce débat sur la précédente présidence.

- L'interdiction du voile intégral est plébiscitée (87% pour, 12% contre)
- Le service minimum dans les transports (78% pour)
- Les peines plancher pour récidivistes (78%)
- La baisse de la TVA dans la restauration (69% pour),
- La défiscalisation des heures supplémentaires (68% pour, 32% contre).
- La retraite à 62 ans (58% d'approbation)
- L'autonomie des universités (81% à droite, 50% à gauche)
- Le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite (51% contre 49%)

Bref, Sarkozy nous manque !

Boycott des médias et des instituts de sondage !

Dommage qu'on ne puisse pas en faire autant avec le régime !

- Juppé appelle à s'affranchir des blocages de l'Onu sur la Syrie - Reuters

"Je sais que le respect de la légalité internationale, c'est-à-dire l'autorisation dudit Conseil préalablement à tout emploi de la force, est un principe de base de notre diplomatie", écrit le maire UMP de Bordeaux sur son blog.

"Mais il n'est pas besoin d'invoquer Antigone pour se souvenir qu'il existe des lois non écrites qui l'emportent sur le droit positif. Il faut donc aujourd'hui s'affranchir des blocages onusiens et aider militairement la résistance syrienne", ajoute-t-il.

France. La "reprise", la "croissance" approche...

- Entreprise cherche (jeune) travailleur gratuit - L'Express.fr

Profitant d'un vivier de candidats prêts à tout pour enrichir leur CV, certaines entreprises n'hésitent pas à leur proposer de travailler gratuitement ou presque. Des prestations bénévoles aux stages non-payés, les jeunes forment une cible de choix. Les arguments varient peu: "Ce sera l'occasion de valoriser vos talents", "Nous vous citerions dans notre communication", "Nos moyens sont nuls mais nous devrions pouvoir donner une contrepartie au fil du temps". La requête, elle aussi, est à peu près identique à celle-ci: "Je cherche quelqu'un qui pourrait travailler rapidement, et surtout gratuitement".

Depuis un an, le site web "Ca te fera de la pub" compile le pire des "propositions de travail honteuses" - prestations gratuites ou payées trois fois rien- reçues par des candidats à l'embauche, des travailleurs indépendants, ou glanées sur les réseaux sociaux (comme ci-dessous). Toutes émanent d'entreprises, d'associations ou de particuliers qui disent n'avoir à offrir au prestataire que de la "visibilité". Ou une somme dérisoire, bien en deçà des tarifs de la profession, comme ces musiciens à la recherche d'un vidéaste, "prêts à dépenser un peu d'argent si cela est vraiment nécessaire". L'Express.fr 23.08

Si on tente un commentaire, je sens qu'on va devenir vulgaire et violent...

Les esclavagistes passent à l'offensive. Fainéants ces jeunes , trop "exigeants" en terme de salaire et conditions de travail

- Italie: vif débat sur les emplois "boudés" par les jeunes chômeurs - AFP

Les esclavagistes passent à l'offensive. Fainéants ces jeunes , trop "exigeants" en terme de salaire et conditions de travailPlombée par un chômage record dépassant les 39,1% chez les jeunes actifs, l'Italie peine à faire concorder offre et demande sur le marché de l'emploi, alimentant de vifs débats.

Il n'en fallait pas beaucoup plus pour déclencher une polémique, dans une Italie à fleur de peau, engluée dans la récession depuis près de deux ans et déprimée par un chômage en hausse, atteignant déjà 12% au niveau national.

Giovanni Pagotto, gérant d'Arredo Plast Spa, qui fournit des produits plastiques à la chaîne suédoise Ikea, emploie une main d'oeuvre à 90% immigrée car il dit manquer de candidatures "autochtones".

Interrogé par l'AFP, il pense que les travailleurs italiens sont moins enclins à se plier aux contraintes horaires et à la pénibilité que les travailleurs étrangers recrutés à travers les agences d'intérim. (Chouette les négriers se goinfrent et les tiers-mondistes sont satisfaits ! - ndlr)

"Je ne crois pas une seconde à cette histoire", s'insurge une jeune femme anonyme du Frioul (nord) sur le site du Corriere della Sera, assurant que "des milliers de jeunes au chômage envoient des CV sans recevoir de réponse". "Quand j'ai perdu mon travail il y a quelques années, j'ai du bosser comme éboueuse, accrochée derrière les camions poubelles", poursuit-elle indignée.

Pour certains jeunes blogueurs des sites du Fatto Quotidiano et Linkiesta, les cris d'alarme comme ceux de M. Pagotto ne sont autre que le fruit d'une propagande "anti-crise" orchestrée par des politiciens en panne de solutions.

Régulièrement, des centres d'études et autres organisations professionnelles font pourtant état de pénuries de main d'oeuvre. Ainsi 150.000 emplois -couturier, boulanger, menuisier- seraient "snobbés par les Italiens", selon un rapport de la fondation Studi Consulenti.

De même, il manquerait 6.000 "pizzaiolos" dans le pays natal de la "margherita", contraignant les gérants des 50.000 pizzérias italiennes à se tourner vers de la main d'oeuvre étrangère, selon la FIPE, une branche de Confcommercio. (Pizzaiolo = horaire infernal, station debout pendant des heures et salaire misérable. - ndlr)

Des jeunes trop exigeants?

Les jeunes Italiens serait-ils trop "choosy" -trop difficiles- comme l'avait assuré Elsa Fornero, ministre du Travail du gouvernement de Mario Monti, s'attirant les foudres de toute une génération de jeunes diplômés?

"Il est vrai que les jeunes générations ont des attentes trop élevées concernant leur avenir professionnel", confirme partiellement à l'AFP Daniele Marini, directeur de la fondation Nord Est, un observatoire socio-économique. Mais "il ne faut pas généraliser", tempère ce professeur, reconnaissant que le désintérêt des jeunes générations pour les professions manuelles "ne relève pas de leur seule responsabilité". (Qui dévalorise les professions manuels ? - ndlr)

"A la télévision et dans les journaux, le travail est toujours illustré par des ouvriers travaillant sur des chaînes de montage, comme si on était encore au XIXe siècle!" remarque le chercheur.

En outre, un système scolaire mal organisé en termes d'orientation professionnelle "ne permet pas de préparer les jeunes aux métiers d'avenir", relève Daniele Marini. (Si au moins on pouvait dissuader les jeunes de faire des études, on n'en serait pas là CQFD. - ndlr)

Une étude d'Union Camere publiée cette semaine montre que la pénurie ne touche pas que les métiers manuels. L'Italie manque aussi d'économistes, de managers, d'ingénieurs, de mathématiciens et de commerciaux, selon cette Union des chambres de commerce, d'industrie et d'agriculture. Pour 12% des postes offerts dans ces secteurs, les candidats sont "introuvables". AFP 23.08




INFOS EN BREF

POLITIQUE

1- Grande-Bretagne

La Grande-Bretagne dirige une station d'écoute secrète au Moyen-Orient pour intercepter une vaste quantité d'appels téléphoniques et de courriels qu'elle partage avec les agences de renseignements américaines, révèle vendredi le quotidien The Independent.

La station fait partie d'un vaste projet britannique d'écoute visant à intercepter les communications numériques qui dispose d'un budget d'un milliard de livres sterling (1,2 milliard d'euros), indique le quotidien, citant des documents obtenus par l'ancien consultant de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) Edward Snowden.

The Independent, qui ne révèle pas comment il a eu accès aux informations relatives aux documents dérobés par Edward Snowden, indique que la Grande-Bretagne exploite des câbles sous-marins de fibre optique qui passent par le Moyen-Orient.

Les données recueillies par la station d'écoute, dont la localisation exacte n'a pas été révélée par The Independent, sont ensuite transmises au service de renseignements électroniques du gouvernement britannique (GCHQ) basé à Cheltenham, en Angleterre, et partagées avec la NSA.

Selon le quotidien, la station de contrôle des communications a été créée lorsque le travailliste David Miliband était secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, poste qu'il a occupé entre 2007 et 2010. LeMonde.fr 23.08

2- Bahreïn

Plusieurs milliers de Bahreïnis ont manifesté pacifiquement vendredi à la périphérie de la capitale Manama, en réclamant des réformes démocratiques, une dizaine de jours après la répression d'autres marches organisées par une organisation en ligne s'inspirant du mouvement égyptien Tamarod.

Agitant des drapeaux rouge et blanc du royaume et brandissant des photos de prisonniers politiques, les manifestants ont dénoncé le roi, Hamad bin Issa al-Khalifa, et son Premier ministre, cheikh Khalifa bin Salman al Khalifa.

"Nous luttons pour notre liberté et notre dignité et nous n'oublierons jamais ceux qui ont sacrifié leurs vies", ont repris les manifestants vendredi, à l'ouest de Manama. Les forces de police sont restées à distance du cortège de la manifestation, qui avait été organisée par les principales formations de l'opposition.

Le gouvernement bahreïni a fait adopter en juillet une loi interdisant toutes les manifestations dans la capitale. Le roi Hamad a dans le même temps durci les sanctions prévues par les lois antiterroristes.

Le 14 août, les autorités ont procédé à des tirs de gaz lacrymogènes et de grenaille pour disperser des manifestants qui avaient répondu à un appel en ligne à descendre dans la rue, lancé par un nouveau groupe militant s'intitulant Tamarod, du nom du mouvement égyptien de protestation contre le président Mohamed Morsi, déposé depuis lors par l'armée.

L'opposition bahreïnie réclame l'avènement d'une monarchie constitutionnelle et d'un parlement élu. Elle proteste contre la discrimination dont est victime, selon elle, la majorité chiite de la part du pouvoir sunnite. Reuters 23.08

3- Syrie

Le Pentagone déploie actuellement des moyens militaires afin de fournir des "options" à Barack Obama si le président américain ordonnait une intervention en Syrie, a déclaré vendredi le secrétaire à la Défense Chuck Hagel.

Si à ce stade aucune action militaire n'est décidée, les responsables militaires américains ont préparé toute une série d'"options" et mettent en place les moyens pour les mettre en oeuvre le cas échéant, a affirmé Chuck Hagel à la presse à bord de l'avion qui l'emmène en Malaisie.

A Washington, un responsable américain de la Défense a affirmé que la Marine avait ordonné le déploiement d'un destroyer supplémentaire en Méditerranée, portant à quatre le nombre des navires équipés de missiles de croisière Tomahawk. La VIe flotte américaine, responsable de la Méditerranée, a décidé de laisser sur zone l'USS Mahan, qui devait initialement retourner à son port d'attache de Norfolk sur la côte est américaine et être remplacé par l'USS Ramage.

Au total, quatre destroyers -- le Gravely, le Barry, le Mahan et le Ramage-- tous équipés de plusieurs dizaines de missiles de croisière Tomahawk, contre trois habituellement, vont donc croiser en Méditerranée. Ce renfort permet au Pentagone, d'agir plus rapidement en cas d'intervention.

Un pas que le président américain n'a pas franchi et contre lequel il n'a pas caché sa réticence lors d'un entretien vendredi sur CNN. "Nous voyons des gens qui réclament une action immédiate. (Mais) se précipiter pour faire des choses qui tourneraient mal, nous embourber dans des situations très difficiles, peut nous entraîner dans des interventions très compliquées et coûteuses qui ne feraient qu'alimenter encore le ressentiment dans la région", a argumenté Barack Obama. Lexpress.fr 23.08


ECONOMIE

1- FMI

La directrice générale du FMI Christine Lagarde a estimé vendredi que les mesures de soutien à l'économie des grandes banques centrales devraient un jour "prendre fin" tout en pointant les "risques" d'une telle échéance pour les pays émergents.

"Le jour viendra où ces politiques d'assouplissement monétaire exceptionnel (...) devront prendre fin", a-t-elle déclaré lors d'un discours à Jackson Hole (Wyoming, ouest des Etats-Unis). "Tout comme leur lancement, la fin (de ces mesures) nous amènera sur un territoire inconnu". (L'effondrement approche, ils y préparent les esprits, ils vont l'orchestrer, mais il n'est pas sûr que les choses se passeront comme ils l'ont prévu, la lutte des classes est capricieuse, inattendue... - ndlr)

Afin de lutter contre la crise, les grandes banques centrales (Europe, Japon, Etats-Unis) ont massivement soutenu leur économie en maintenant leurs taux d'intérêts proches de zéro et en rachetant des actifs (créances immobilières, bons du Trésor...) pour desserrer le crédit. (Maintenant que tout ce beau monde est endetté jusqu'aux dents, lecoup de massue ! Attention, cela pourrait être un boomerang ! - ndlr)

L'annonce par la Réserve fédérale américaine (Fed) d'un prochain ralentissement de ses achats d'actifs inquiète les marchés et a récemment alimenté des mouvements de sortie de capitaux hors des pays émergents, notamment en Inde où le cours de la roupie a brutalement chuté.

"Même si elle est bien menée, la fin des politiques monétaires accommodantes pourrait bien se traduire par une difficile course d'obstacles" pour les pays émergents, a précisé Mme Lagarde devant un parterre de banquiers centraux, selon le texte de son discours transmis à la presse.

"Cela représente des risques sérieux" pour ces pays, a-t-elle ajouté. "Même avec les plus grands efforts, le barrage pourrait ne pas être étanche", a souligné la patronne du Fonds monétaire international (FMI).

La livre turque, le réal brésilien et le rouble russe ont eux aussi vu leurs valeurs s'affaisser à mesure que les investisseurs rapatriaient leurs fonds aux Etats-Unis pour profiter de la remontée des taux d'intérêts.

Le calendrier de la Fed reste toutefois encore incertain, certains responsables de la Réserve fédérale estimant qu'un ralentissement des achats d'actifs est pour "bientôt" tandis que d'autres appellent à la "patience".

"Nous devons nous préparer pour ce jour, notamment parce que nous ne savons pas exactement quand il arrivera", a noté Mme Lagarde. (Mon petit doigt me dit qu'il y en a qui le savent, à tout hasard ceux qui ont initié cette politique financière, le cartel des banquiers de la FED, et oui encore eux, je n'y peux rien, ce sont bien eux les maîtres du monde oui ou non. - ndlr)

La directrice générale du Fonds a toutefois ajouté ne pas être favorable à une "fin précipitée" des ces politiques non-conventionnelles qui restent, selon elle, "nécessaires" notamment en Europe ou au Japon. AFP 23.08

Le résultat : les taux d'intérêt vont augmenter, puis s'envoler, comme la dette des Etats, des entreprises, etc., à l'arrivée une situation incontrôlable et le krash final.

2- Argentine

L'Etat argentin a perdu vendredi son procès en appel contre une décision de justice américaine l'obligeant à payer 1,33 milliard de dollars (994 millions d'euros) à des fonds spéculatifs qui avaient refusé de subir de lourdes décotes lors de la restructuration de sa dette en 2001.

La décision rendue par une cour d'appel de New York est le dernier épisode en date d'un bras-de-fer entre le gouvernement argentin et la justice américaine qui, selon certains investisseurs, pourrait aboutir à un nouveau défaut de l'Argentine sur sa dette.

Elle a aussi eu des mots très critiques à l'encontre du gouvernement de la présidente argentine, Cristina Fernandez, qui avait qualifié les fonds impliqués dans l'affaires de "vautours" et avait promis de ne jamais les payer.

"Les responsables argentins ont publiquement et à plusieurs reprises annoncé leur intention de défier tout jugement de cette cour et de la cour de district avec lequel ils seraient en désaccord", a écrit le juge Barrington Parker.

L'Argentine n'a pas commenté la décision dans l'immédiat. Interrogé sur le sujet lors d'un déplacement au Chili, le ministre de l'Economie, Hernan Lorenzino, s'est refusé à tout commentaire.

L'affaire jugée vendredi fait partie des retombées du défaut de l'Argentine sur 100 milliards de dollars de dettes en 2001. Lors de deux opérations de restructuration de la dette qui ont suivi, en 2005 et 2010, les créanciers détenant environ 93% des dettes ont été indemnisés à hauteur de 25% à 29% de leurs créances.

Les porteurs de titres qui ont rejeté l'offre d'indemnisation, emmenés par les fonds NML Capital et Aurelius Capital Management, réclament depuis un remboursement intégral.

En novembre de l'an dernier, un juge américain leur avait donné raison en ordonnant à Buenos Aires de déposer 1,33 milliard de dollars sur un compte bloqué et en interdisant le remboursement de tout autre créancier tant que les fonds n'auraient pas été payés. L'application de cette dernière décision pourrait donc déboucher sur un défaut de l'Argentine.

La décision d'appel est toutefois suspensive, ce qui écarte pour l'instant cette menace en attendant l'examen du dossier par la Cour suprême des Etats-Unis. La décision définitive pourrait n'intervenir qu'en juin de l'an prochain. Reuters 23.08


Le 26 août 2013

CAUSERIE

La causerie du jour est particulièrement consistante, je n'ai plus le temps d'actualiser les infos en bref, ce soir ou demain. Bonne semaine à tous.

Pas touche à la Syrie, à bas le gouvernement des salafistes sanguinaires Hollande-Fabius ! Manifestation de soutien devant l'ambassade de Syrie.

A propos de la Syrie.

En titres. "Aucun doute" les criminels de guerre Fabius et Hollande sont bien "responsables".

Matracage : boycott des médias de la presse écrite et des ONG va-t-en-guerre !

- Syrie: vers un tournant majeur dans le conflit? - L'Express.fr

- Armes chimiques en Syrie : l'étau se resserre autour de Bachar al-Assad - Atlantico.fr

- Syrie : le crime de trop - Le Nouvel Observateur

- Armes chimiques: "aucun doute" sur la responsabilité de Damas, selon Fabius - AFP

- Syrie : "tout concorde" pour désigner Damas comme responsable des attaques - Francetv info

- Syrie : pour François Hollande, Damas est "responsable" de l'attaque chimique - Francetv info

- Attaque chimique en Syrie : "tout conduit" à penser que Damas est "responsable" - Le Nouvel Observateur

- Armes chimiques : Damas est responsable, affirme Paris - LePoint.fr

- Syrie: Les Etats-Unis prêts à agir si nécessaire selon Chuck Hagel - 20minutes.fr

- Syrie : Obama et Cameron examinent des options militaires - LePoint.fr

- Attaque chimique en Syrie : "tout conduit" à penser que Damas est "responsable" - Le Nouvel Observateur

- Washington : l'accès proposé par Damas n'est "pas crédible" - LePoint.fr

Parole de barbares.

- Syrie. Attaque chimique : Al-Nosra promet de se venger de Damas - Le Nouvel Observateur

Quand MSF couvrent les crimes de l'impérialisme anglo-saxon-sioniste.

- Syrie: Médecins sans frontières confirme l'utilisation d'armes chimiques - L'Express.fr

Parole d'internaute.

1- "La Russie a fourni les images satellites aux Nations-Unies sur les auteurs de l’attaque chimique en Syrie

Selon un média algérien, Al Khabar, la Russie aurait produit, lors de la réunion en urgence du Conseil de Sécurité portant sur le massacre d’Al Ghouta, des images satellites montrant que 2 missiles chimiques auraient été tirés depuis une position rebelle.

Selon Al Khabar, citant une source diplomatique syrienne de haut niveau, la présentation par la délégation russe de ces images appuyant la version défendue par la Syrie expliquerait le rapport du Conseil, indiquant vouloir « découvrir la vérité sur l’accusation du régime syrien qu’il aurait utilisé les armes chimiques sur la campagne de Damas, et nous accueillons la décision de l’Organisation des Nations Unies pour enquêter sur cette affaire », la délégation italienne déclarant elle « la délégation syrienne a présenté une vision qui mérite que l’on s’attarde dessus ».

La France elle même aurait donné l’impression de prendre ses distances avec les rebelles, faisant porter la responsabilité intégrale des rapports qu’elle présentait sur la coalition de l’opposition.

Le diplomate aurait également indiqué que ce serait la Russie qui aurait exigé la tenue d’une enquête, et que les images satellites américaines seraient concordantes avec celles fournis par les Russes.

Elle a enfin indiqué, en réponse à l’évidente question « pourquoi les rebelles auraient ainsi agi » que le but était d’exploiter la présence de la commission d’enquête de l’ONU que Bashar el Assad vient d’accepter de recevoir en Syrie.

Cette info doit être vrai car j'en ai cherché rapidement l'origine sur le Net, elle provient d'un portail israélien ultra réactionnaire qui se revendique sioniste, donc favorable à une intervention (directe) militaire occidentale contre la Syrie."

2- "Mon collègue, Olivier Lepick, est l´un des grands spécialistes des armes chimiques en France. Il sait tout comme moi que tout ceci n´est que mise en scène et propagande atlantiste. On ne manipule pas des armes chimiques comme ça et les effets sont autrement plus dévastateurs que ce que l´on nous présente. Voir le bombardement des kurdes irakiens durant la guerre Iran-Irak. Mais le doute persiste quand même: les USA, l´Arabie Saoudite et Israel fournissent tout un arsenal meurtrier aux islamistes qui sont qualifiés de "rebelles". Tout est fait pour justifier aux yeux du grand public une nouvelle annexion et une nouvelle destruction d´un Etat indépendant."

Il est clair que ce sont les contras qui ont lancé cette attaque au gaz contre la population pour ensuite en faire endosser la responsabilité au régime et justifier une intervention militaire américano-franco-britannique.

3- "Pour commencer, Personne ne va pas attaquer la Syrie, pour 2 raisons : 1 - Vous avez trop parlé en disant vous allez le faire. Alors les Syriens sont prévenu aussi, Ils vont répondre directement et envoyer des missiles sur Israël Alors vous n'allez pas attaquer parce que pour l'occident la sécurite d'Israël vaut plus que les musulmans de la terre. 2- John Kerry vient d'appeler le ministre des affaires etrangères syriens aprés 25 mois de nous remplir la tête que le régime de M. Assad n'est pas legitime ? Pourquoi il est pas parti voir auprés des Zebirs de M. Hollande pour parler du futur alors. Bandes d'intégristes il faut nettoyer la terre d'eux et les Syriens vont le faire."

Rien n'est moins sûr, hélas, ce sont des cinglés, des ordures finies ce qu'on a toujours autant de mal à concevoir, je parle de Hollande, Fabius, Juppé, Obama, Cameron, etc.

Hollande fait partie de ces bêtes immondes, de ces monstres, de ces criminelles, pensez-y et demandez-vous ce que peuvent bien avoir dans la tête ceux qui acceptent d'avoir des relations avec lui, demandez-vous quelle est la nature de ces dirigeants et de ces partis qui pendant des décennies ont soutenu le PS, appelé à voter pour ses candidats, surtout n'oubliez jamais de vous poser ces question en regardant les images du peuple syrien massacré, que les militants de ces partis, se gravent ces images dans le cerveau et qu'ils en fassent des cauchemars jusqu'à temps qu'ils comprennent qu'il n'y a rien à attendre de tels partis

4- "L'objectivité des journalistes est un mythe. Soit parce qu’ils sont partie prenante dans l'affaire, soit parce qu’ils subissent des pressions de la part de lobbys ou de politiques, soit parce que "business is business" et qu'il faut vendre, et peut être décrocher un pulitzer.

Les exemples sont légions : De CNN pendant la guerre du golfe qui nous a montré des images tirées d'un jeux vidéo, en passant par les journalistes français qui nous ont montré un pélican victime de la marée noire du torrey Canyon en le faisant passer pour une image du koweit. jusqu’à ceux qui la veille du départ des vacances d’hiver annonçaient qu'il y avait un mètre de neige sur les pistes alors que de tout l'hiver il n’était pas tombé un flocon. Je pourrai citer des centaines de cas comme ceux-là et il y en à des milliers qu'on ne connait pas et qu'on a gobé. Au bout d'un certain laps de temps, parfois la vérité se fait jour, et dans ce cas, on a droit à des excuses bidons des explications fumeuses et on passe vite à autre chose."

Cela fait partie du conditionnement, de l'endoctrinement des masses auquel se livrent les gouvernements, leurs valets et les médias pour justifier les guerres. Il est vrai que sur le plan de la propagande, ils ont décuplé les moyens de communication dont ils disposent pour tromper les peuples.

PS. Le parti de la guerre contre tous les peuples.

Alain Chouet est un ancien officier de renseignement français.

Il a été chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE de 2000 à 2002.

Alain Chouet : Il faudrait d’abord vérifier l’authenticité de cette information. On a affaire en Syrie à une véritable guerre civile compliquée par de nombreuses interventions étrangères et l’implication de volontaires djihadistes venus du monde entier. C’est évidemment un contexte propice à tous les excès dont les deux parties sont tout à fait capables. Mais cela ne justifie aucunement la façon dont la presse et les politiques occidentaux, en particulier français, traitent l’information en provenance de Syrie. Les informations - souvent de source unique - en provenance de l’opposition sont immédiatement acceptées pour argent comptant sans aucune analyse, regard critique ni recherche de confirmation ou de recoupement. Toute exaction est immédiatement imputée au régime sans la moindre vérification tandis que celles dont il est avéré qu’elles ont été commises par des mercenaires djihadistes ou des bandes criminelles locales (exécutions sommaires à base confessionnelle, enlèvements et meurtres de religieux ou de journalistes, pillages et rackets) sont systématiquement ignorées et passées sous silence. Atlantico.fr 23.08

Quand on voit le peu de cas que font Hollande et Fabius des principes, des valeurs et de la morale qu'ils sont censés incarner, en l'admettant, qu'ils n'ont aucun scrupule à mentir ouvertement et à faire preuve d'une malhonnêteté intellectuelle sans fond, à se comporter comme des vauriens finalement, les pires des ordures, on se dit que cela ne peut que déteindre sur l'ensemble de la société qui sera portée à les imiter en se moquant du qu'en-dira-t-on ou de ses conséquences.

Ce sont bien eux qui pourrissent la société et montrent un détestable exemple à la jeunesse de ce qu'il ne faut pas être ou faire, en n'hésitant pas à franchir le pas. Ce sont des fossoyeurs de la civilisation humaine.

Compte rendu d'une discussion avec une camarade.

J'ai eu hier soir une longue conversation au téléphone avec une camarade qui m'a dit en substance que tout le monde savait ce que je lui racontais, et que la question était de savoir qu'est-ce qu'on fait maintenant, qu'est-ce qu'on propose aux travailleurs. Elle m'a dit qu'elle n'avait pas de réponse à cette question et que le problème était que personne n'en avait, et que c'était bien là le côté dramatique de la situation.

Quand je lui ai dit que la seule chose que l'on pouvait proposer aux travailleurs était de construire le parti pour préparer les conditions qui nous permettraient de renverser le régime, elle a paru sceptique mais l'a admis, pour immédiatement me demander pour quoi faire, par quoi remplacer le capitalisme, les institutions. J'ai évoqué le socialisme ce qui l'a bien fait rire, car selon elle il n'y aurait rien de tel pour faire fuir les masses.

En fait, si je l'ai bien comprise, elle est d'accord pour construire le parti et enchaîner sur le socialisme, mais il n'y croit pas parce qu'il n'existe aucun parti et aucun parti capable d'incarner le socialisme. En conclusion, elle m'a dit en rigolant, bon, on est trois, on fait quoi maintenant. Il est vrai qu'on est très mal barré sur ce plan-là, on en est réduit au niveau zéro.

On peut se rassurer en se disant qu'il existe plein de militants révolutionnaires inorganisés ou disséminés dans une multitude de formations politiques, mais cela ne fait pas le compte, pour vaincre on a besoin d'une organisation disciplinée et centralisée qui soit en ordre de bataille, tout amateurisme, aventurisme, éclectisme, hésitation ou paralysie serait fatale à la révolution, les militants ne veulent pas l'admettre, et bien qu'on aille à la défaite et à l'abattoir.

J'ai expliqué à cette camarade que notre problème numéro un était notre crédibilité, notre capacité à trouver le langage approprié pour nous adresser aux masses, la bonne méthode pour exposer notre analyse de la société et notre interprétation du monde qui doit coïncider avec celle du marxisme que la plupart des militants ont caricaturé en en faisant un dogme pour ne pas l'avoir compris.

Je ne suis pas d'accord quand elle dit que les travailleurs auraient acquis une compréhension satisfaisante du fonctionnement de la société, je considère au contraire qu'ils ignorent toujours les origines de leurs difficultés ou les fondement de la société, or quand on ne connait pas l'origine d'un problème on demeure incapable de le résoudre, c'est en découvrant son origine qu'on peut se doter des moyens de le résoudre, c'est au cours de ce processus qu'émergent les moyens et la solution, à condition de mener son analyse jusqu'au bout.

Les travailleurs n'ont qu'une connaissance superficielle de la situation qui ne leur sert pratiquement à rien, comme elle m'a dit savoir que Sarkozy et Hollande c'était du pareil au même ne mène nulle part, disons que c'est insuffisant.

Notre ennemi est très déterminé, discipliné, ordonné, organisé, nous nous sommes exactement l'inverse, des anarchistes, lui il avance sans cesse et nous nous ne cessons de reculer, on arrive au bord du précipice où il nous a acculés, je ne sais pas si beaucoup en ont vraiment conscience.

Il est vrai que lorsque l'on voit l'état, le comportement de tous les partis, leur politique, il y a de quoi être franchement découragé, d'enrager, d'être terrifié en observant la rapide décomposition de la société et du monde face à laquelle nous sommes réduits à l'impuissance, on se demande pourquoi on ne parvient pas à résoudre le problème de la direction du mouvement ouvrier, qu'est-ce qu'ont dans la tête tous ces dirigeants qui parlent en notre nom, pourquoi ne parviennent-ils pas au même constat que nous ?

J'ai dit à cette camarade au bord du désespoir et il y a de quoi l'être désespéré, que j'avais compté sur le sursaut de quelques dirigeants, en vain, elle n'y croit pas, plus personne n'y croit, je lui ai dit que c'était notre seul espoir car il ne fallait pas chercher ailleurs quelqu'un pour lancer un nouveau parti révolutionnaire. Elle m'a répondu qu'en repartant ainsi de zéro il nous faudrait des décennies et des décennies avant de pouvoir construire le parti, que ce serait trop long, trop tard, qu'on ne le verrait pas de notre vivant, bref elle il n'y croit pas, je lui ai répondu que cela pourrait aller beaucoup plus vite qu'on l'imagine car si c'était vraiment des dirigeants ayant les qualités requises pour accomplir cette tâche, très vite des milliers et milliers de militants et travailleurs rejoindrait ce parti et que la dynamique étant lancée on pourrait atteindre notre objectif en quelques années seulement.

Mélenchon était malheureusement le mauvais numéro mais il a prouvé que c'était possible, et si depuis les militants et les travailleurs qui l'avaient rejoint ou suivi lui ont tourné le dos, comme elle me l'a dit pour en avoir partie pendant un moment, c'est parce qu'il n'avait rien à leur proposer, aucune issue politique, ils ont rapidement compris qu'ils avaient à faire à un illusionniste, un de plus.

Quand dans la vie on est amené à prendre une décision qui va en changer le cours pour le restant de nos jours, on ne tergiverse pas pendant des mois ou des années, sinon l'occasion qui se présentait à nous disparaît ou va nous passer sous le nez, on doit savoir quel chemin on a envie de prendre ou non, à un moment donné il faut trancher, en politique c'est la même chose. Personnellement je suis prêt à m'engager immédiatement dans un parti qui présenterait les qualités requises que j'ai eu l'occasion de décrire une multitude de fois, je pense que des milliers de militants y sont prêts également, maintenant malheureusement force est de constater qu'il n'existe pas, nous sommes terriblement frustés, vivant en Inde et n'ayant pas l'étoffe d'un dirigeant pour créer ce parti, sans soutien, je ne peux aller au-delà. J'ai dit à cette camarade qu'à défaut de mieux il serait possible de militer au POI ou dans un groupe de militants issu de l'OCI, sans parvenir à la convaincre, il faut dire qu'après en avoir fait l'expérience on n'en voit pas vraiment l'intérêt, ce que je peux comprendre.

Ma chère camarade va me dire : tu vois, tu en arrives à la même conclusion que moi qu'il n'y rien à faire et qu'il n'y a pas d'issue, c'est une manière d'interpréter l'impasse dans laquelle nous sommes effectivement, j'en suis profondément désolé, mais cela n'invalide pas pour autant mon analyse et ses conclusions pratiques.

Il se trouve que j'avais rédigé le passage suivant la veille de notre discussion.

De la démocratie.

On nous dit que le peuple et seul le peuple doit incarner la démocratie, au diable le parti ! O.K. pourquoi pas, nous sommes prêts à étudier toutes les hypothèses qui se présenteraient à nous, c'est notre méthode.

Question : Intention généreuse mais qui nécessite certaines conditions préalables, non ? L'exercice de la démocratie serait-il inné chez le peuple ou nécessiterait-il une période d'apprentissage?

Le peuple c'est la démocratie, on a envie de dire, mais où avez-vous vu jouer cela, tous les jours il démontre le contraire. Comment cela? Mais en confondant ses intérêts avec ceux de la classe dominante minoritaire dans la société, on en a des exemples quotidiennement, c'est même chez lui un état quasi permanent.

Il ne peut y avoir de réelle démocratie dans un pays où les masses demeurent ignorantes, arriérées, ce ui n'a rien de péjoratif ou de méprisant dans ma bouche, quand elles sont conditionnées, il ne faut pas se leurrer, dans ce cas-la la démocratie tout comme le pouvoir lui échappe forcément, elles demeurent soumises à la classe dominante minoritaire dont le pouvoir politique incarne une démocratie tronquée, limitée, à sa mesure, à celle de ses propres besoins et il ne peut pas en être autrement aussi longtemps que les rapports entre les classes n'ont pas été inversés, que les exploités n'ont pas renversé l'ordre établi, liquidé les institutions antidémocratiques que le classe dominante avaient créées pour exercer son pouvoir économique et politique sur la classe dominée des exploités.

Mais alors qu'est-ce qui peut incarner la démocratie ? Le parti, le parti des masses exploitées qui incarne consciemment leurs intérêts de classe, qui d'autre pourrait se substituer au parti dans lequel se regroupent les éléments les plus avancés, les plus conscients des masses, qui ont conscience du développement historique du capitalisme qui impose la nécessité de passer au socialisme, du rôle révolutionnaire de la classe des exploités pour accomplir cette tâche sous peine de voir la société et le monde sombrer dans le chaos et la barbarie, qui ?

Personne, et l'on peut constater jour après jour que ceux qui refusent de le reconnaître ou qui cherchent une autre voie se fourvoient, finissent dans une impasse ou se joignent à des forces réactionnaires qu'ils estiment fréquentables parce qu'ils tiennent un discours critique envers le capitalisme ou les différents régimes en place qui s'avèrent inconsistants et incarnent finalement les intérêts de ces régimes lorsqu'on les analyse attentivement, on en a un exemple sous les yeux en Egypte ou en Tunisie.

Monsieur Mélenchon, jeudi dans Libération, a accusé Manuel Valls de "reprendre les mots les plus infâmes de l'adversaire", glissement sémantique inconscient je lui accorde, qui trahit cependant ses véritables intentions, car le capitalisme et ses représentants (dont le FN) sont plus que des adversaires, nos ennemis à mort, dont fait partie Valls évidemment.

L'incapacité de faire face à la question sociale nécessite pour le gouvernement (UMP ou PS) de mettre en oeuvre une politique intérieure qui contribuera à diviser profondément et opposer violemment les différentes couches d'exploités, afin qu'elles ne se rassemblent pas contre le régime en place et ne trouvent pas la voie pour le renverser.

Que l'UMP ou le PS soient dans l'impossibilité de résoudre la question sociale va de paire avec la politique néolibérale qu'ils ont adoptée, qui a pour pendant ou conduit à l'amplification des inégalités sociales et à l'aggravation des injustices dont seront victimes en premier lieu les couches les plus faibles et les plus défavorisées de la classe ouvrière, à commencer par les travailleurs et les jeunes issus de l'immigration.

Maintenant il nous faut voir comment ils s'y prennent et comment les différents acteurs qui interviennent sur la scène politique, partis et médias, les aident à appliquer cette politique réactionnaire.

La montée du chômage, de la précarité et de la pauvreté se traduit inéluctablement au fil du temps, de manière insidieuse, sans que l'on en perçoive clairement les signes ou que l'on prenne conscience de leur portée à terme, par d'une part la dislocation des valeurs et des principes collectifs républicains ou démocratiques sur lesquels reposaient les rapports sociaux, qui incluaient les rapports de la population à l'Etat et ses représentants, les rapports qui existaient entre les différentes couches sociales et à l'intérieur de celles-ci, que partageait l'ensemble des citoyens, d'autre part par une montée de l'individualisme aveugle et parfois violent, de la haine, de la délinquance, de la criminalité à tous les niveaux, rapports qui viennent se substituer aux précédents et qui au lieu de reposer sur une base de classe, reposent sur des facteurs communautaristes, ethniques, raciaux, religieux, voilà à quoi a conduit la politique des différents gouvernements qui se sont succédés depuis le milieu des années 70 ou le début des années 80 jusqu'à nos jours, avec en toile de fond ce que nous avons rappelé au début, la crise du capitalisme et sa traduction sur le plan social.

Le cadre étant planté, il est relativement facile d'observer que de l'extrême droite à l'extrême gauche tous les partis se sont accommodés de cette situation à des degrés divers en fonction de leur étiquette, de la classe ou des couches qu'ils représentaient, et même si nous en avions eu l'intention, il nous est impossible d'épargner ou de ne pas mettre dans le même lot ceux qui se terrent dans un silence coupable, qui par leur comportement s'accusent eux-mêmes, nous ne les jugeons pas, ils le font très bien eux-mêmes, c'est un simple constat.

Effectivement, il est plus facile de ne jamais aborder le problème posé par l'incivilité ou la violence qui se développe dans la société et auxquelles sont confrontés quotidiennement les travailleurs, dont ils parlent entre eux, comment pourrait-il en être autrement quand le gouvernement, les partis politiques et les médias leur servent en boucle du matin au soir, attitude qui consiste à dire finalement : ce n'est pas notre problème, débrouillez-vous, nous nous situons exclusivement sur le plan social ou politique et nous refusons d'aborder ce genre de discussions qui ne mènent nulle part...

En réalité, c'est le comportement de militants incapables d'assumer leur responsabilité et qui ont démissionné, car évidemment que le discours du ministère de l'Intérieur est politique. Comme nous l'avons écrit dans une précédente causerie, les travailleurs n'abordent pas cette question sous le même angle que le militant ou au même niveau, or il faut nous placer au niveau des travailleurs si on veut les comprendre pour commencer, ensuite les aider à élever leur niveau de conscience politique, les organiser.

Ils sont confrontés quotidiennement à des problèmes matériels ou pratiques, ils craignent pour leur sécurité ceux de leurs enfants, de leurs familles, de leurs proches, accessoirement du peu de biens qu'ils possèdent, ce n'est pas rien, c'est extrêmement grave, ils le vivent très mal, ils sont angoissés et c'est tout à fait normal, ils veulent que cesse cette situation au plus tôt, immédiatement si c'est possible, et je pense que lorsqu'on est confronté à ce genre de problèmes en principe on a tous la même réaction, on ne peut pas vivre sous une menace permanente sans réagir. A cette situation on leur répondra par de grands discours théoriques ou politiques dont ils n'auront que faire ou telle sera leur réaction. Il est vrai que dans ce cas-là il vaut mieux encore se taire !

Avez-vous imaginé un seul instant vivre dans un de ces quartiers, une de ces banlieues devenus des territoires de non-droit, où vous craignez de vous faire agresser en rentrant du boulot, où vous êtes obligé de stationner votre voiture à l'écart de votre cité pour qu'on ne vous la brûle pas, où vous craignez de vous faire caillasser en revenant de vos courses, où vous vous faites un sang du diable chaque jour quand votre enfant revient de l'école, et je ne parle même pas s'il sort le soir avec des copains ? Mais aussi dans les transports en commun, évitez les wagons vides ou peu remplis, évitez de les emprunter aux heures creuses, le soir, le dimanche, emmenez sur vous le strict minimum des fois que vous soyez racketté. Si vous n'habitez pas dans un de ces quartiers ou une de ces communes, n'y mettez jamais les pieds, contournez-les en voiture. Etc.

Comment peut-on vivre comme cela, c'est la question que je me pose. Je me mets à la place des travailleurs qui y sont confrontés directement ou qui craignent un jour d'être victime de cette situation-là, donc la majorité d'entre eux, à moins de rester cloîtrer chez soi, mais c'est impossible.

Maintenant dès que les autorités prennent une mesure qui pourrait apaiser en partie ou temporairement les craintes de la population, une mesure forcément autoritaire ou répressive, la gauche, l'extrême droite et les gauchistes, mais aussi une partie de la droite, hurlent au fascisme ou à la dictature, car voyez-vous l'attitude des voyous ou des délinquants qui terrorisent la population serait en fait bienveillante à son égard, pleine de bonté, allez de compassion, et les travailleurs qui n'en sont pas persuadés et qui en sont victimes, qui n'aspirent qu'à la tranquillité et à vivre en paix seraient des salauds de réactionnaires, des racistes, des islamophobes, des anti-jeunes, tout comme les militants qui les soutiennent, que l'on rassure cette bonne conscience de gauche et de droite qui nous donne envie de vomir, une partie de plus en plus importante de ces travailleurs va se tourner vers l'extrême droite, ainsi ils pourront justifier leurs discours, attention après coup seulement, après les voir poussés dans les bras de l'extrême droite.

Rappelez-vous ce que nous avons dit plus haut que l'UMP ou le PS étaient dans l'impossibilité de résoudre la question sociale, c'est évidemment valable pour cette gauche et extrême gauche qui soutient ainsi le régime et qui est incapable de proposer une issue politique aux masses exploitées, car ils savent que ce ne sont pas les mesures policières prises par Valls qui vont venir à bout de la violence aveugle qui est la conséquence des difficultés sociales que rencontrent ces couches de travailleurs et jeunes, leur position revient à laisser pourrir la situation qui justement fait le jeu du régime et de l'extrême droite, elle ne sert qu'à camoufler leur trahison ou leur incurie politique, leur collusion avec le régime contre l'ensemble des travailleurs.

Pendant que les travailleurs ont en tête des problèmes de sécurité qu'ils estiment prioritaires parce qu'ils les subissent quotidiennement ou craignent d'en être les victime, leurs difficultés sociales passent au second plan.

Il y a encore plus cynique à gauche, ceux qui notamment réclament plus de policiers tout en soutenant le régime, le PCF par exemple, en période électorale. En fait, ils rejoignent l'UMP, l'UDI, Debout la République et le FN.

J'ai noté ceci aussi :

Valls serait pro-Arabe et anti-sioniste pour les uns, Valls serait anti-musulman ou islamophobe, raciste, sioniste pour les autres, intéressant, non ? Cherchez l'erreur !

Valls est un néolibéral, et comme tout néolibéral il est sioniste, normal puisque ce sont les deux versants d'une seule et même idéologie totalitaire, donc l'un ne va pas sans l'autre, ensuite il a été reconnue comme tel par ses pairs qui l'ont invité en juin 2008 à participer à la réunion du groupe Bilderberg à Chantilly en Virginie aux Etast-Unis, de là à être pressenti pour rejoindre le gouvernement présidé par Sarkozy il n'y avait qu'un pas qu'il n'a pas franchi, il sera bien plus utile comme ministre de l'Intérieur dans un gouvernement prétendument socialiste.

Rappelons au passage que parmi les membres actuels du gouvernement Michel Sapin en 1992 et Laurent Fabius en 1994 avaient participité à une réunion du groupe Bilderberg, je n'ai pas eu le temps de voir si d'autres ministres actuels les ont imités. Précison qu'avec 6 membres des Young Leaders (think-tank américain atlantiste ou néolibéral), et 3 anciens participants aux réunions du groupe Bilderberg, le gouvernement actuel est le plus impérialiste et réactionnaire de la Ve République.

Il y a quelques jours dans une causerie nous posions quelques questions : Sous quel régime vivons-nous ? Qui gouverne ? Quelle classe détient le pouvoir ? Quelle est la nature de l'Etat ? Nous ajoutions que nous devions tenir compte des réponses à ces questions avant de prendre position sur telle ou telle mesure ou loi sous peine de mêler notre voix à celle de la réaction.

Il est impossible pour nous d'exiger d'un gouvernement incarnant les intérêts de notre ennemi de classe qu'ils prennent en charge les besoins des travailleurs.

Il est également impossible pour nous de soutenir un gouvernement qui, par sa politique antisociale s'attaque aux fondements de la République et de la démocratie, à leurs valeurs et principes qu'ils piétinent en favorisant le communautarisme par le biais du chômage de masse, la généralisation de la précarité et de la pauvreté de couches entières de travailleurs qu'il conduit aussi à s'y attaquer inconsciemment, donc à s'en prendre à leurs propres droits et acquis politiques.

Face à la délitescence ou la désagrégation des rapports sociaux dans la société et au rejet qu'elle inspire à la majorité des travailleurs qui peut dégénérer en guerre civile, le gouvernement se trouve obliger de prendre des mesures conservatoires qui vont à l'encontre de sa politique pour tenter de stabiliser ou calmer la situation qu'il a lui-même créée ou favorisée, aussi il ne faut pas confondre les deux ou les mettre sur le même plan, les rejeter préférant que la situation pourrisse sur place ou les soutenir au nom de l'intérêt général qui se confond avec celui de la classe dominante, deux positions qui reviennent à faire le jeu du FN, de l'UMP ou du PS.

Je vous avouerais qu'à ce stade de mon analyse je suis bien embarrassé pour adopter une position, car en étant à 10.000 kms de la France et sans y avoir mis les pieds depuis 11 ans, je crains de me fourvoyer dans un sens ou un autre, je ne sens pas suffisamment la situation, ce serait facile d'adopter une position de principe ou théorique qui ne serait qu'une simple posture, je ne vais pas me livrer à ce petit jeu misérable que je dénonce par ailleurs.

Je me demande jusqu'à quel point cette question touche les masses. Comment pourrais-je me fier à des partis qui analysent la situation en fonction de leur ligne politique ou pour la justifier? Je me dis que si cette question est devenue prioritaire pour une majorité de travailleurs qui vivent en ville, alors il faut s'abstenir de condamner les mesures prises par le gouvernement à condition qu'elles ne visent pas aveuglément l'ensemble d'une minorité ou d'une couche de travailleurs, si elles s'avèrent profitables à la majorité des travailleurs.

J'ai constaté une chose, lorsque Valls dit que les musulmans sont un atout pour la France, il se fait traiter de tous le noms par la gauche, l'extrême gauche ou les gauchistes, si on ne s'en tenait qu'à ce discours de Valls, il n'y aurait aucune raison de l'attaquer là-dessus. Quoique.

Mieux, les écervelés ouvriéristes et tiers-mondistes, ce sont les mêmes parasites démagogues qui pourrissent le mouvement ouvrier, ne relèveront pas qu'il y a quelque chose qui ne colle pas dans ce discours de Valls, peut-être a-t-il ajouté ceux qui veulent s'intégrer ou qui s'engagent à respecter les valeurs de la République, je n'en sais rien, car parmi ceux qui se disent musulmans, il y en a qui sont ouvertement des ennemis des valeurs de la République, des principes de la démocratie, mieux encore ou pire, qui se déclarent ennemi du reste de la population sans que cela ait à voir quelque chose avec leur situation sociale, les salafistes ou takfiris qui pronent la charia, l'enfermement des femmes derrière une burqa ou un niqab, partisans du djihad, qui déclarent que tous ceux qui n'ont pas adopté leur idéologie sont des infidèles et doivent se convertir ou péril, que le monde doit se plier à leurs lois dictées par Allah et qu'ils n'ont de compte à rendre à personne d'autre qu'à leur dieu, etc. je soupçonne Valls le sioniste ou l'arabo-sioniste pour l'occasion d'inclure ces "musulmans" sinon dans son discours, dans sa poilitique, là c'est une certitude car cela correspond à la politique étrangère du gouvernement qui soutient les pétromonarchies du Golfe.

Et pourquoi la gauche, l'extrême gauche et les gauchistes ne le relèvent-ils pas ? Mais parce qu'ils soutiennent la politique du gouvernement au Moyen-Orient qui est totalement alignée sur cette de l'impérialiste américain. Quand Hollande reçoit les monarques dégénérés de Bahreïn, du Qatar et d'Arabie saoudite qu'ils présentent comme les "amis" de la France et lorsqu'il a soutenu l'attaque contre la Libye, l'élection de Morsi en Egypte et maintenant l'agression, la destruction de la Syrie, il envoie un message de bienvenue à l'idéologie que ces ploutocrates sanguinaires incarnent qui peut ainsi s'implanter ou prospérer tranquillement en France, en cela aussi il s'est appliqué à continuer la politique de Sarkozy.

J'aurais tendance à dire que l'on peut soutenir toutes les mesures du gouvernement, pas le gouvernement lui-même évidemment, qui vont à l'encontre de cette politique, où en quelque sorte il est obligé de faire marche arrière ou de temporiser, tout en expliquant ce qui vient d'être dit dans les paragraphes précédents.

J'ai quand même un truc en tête même si je suis loin de France. C'est le discours des quelques personnes avec lesquelles je suis en relation qui vivent dans des grandes villes ou villes moyennes en France. Que des femmes, et qui toutes ce sont faites agresser dans la rue. Pour elles il est clair que la police et la justice ne font pas leur travail, qu'elles sont laxistes et qu'elles ont reçu des ordres pour agir ainsi, elles ne se plaignent pas de la présence de la police bien au contraire, alors que toutes sont de gauches ou partagent mes idées politiques, et donc naturellement sous ce régime honnissent la police et l'armée.

Je lis quelques articles tous les jours qui traitent de ce problème, je m'attarde surtout sur les commentaires des internautes, j'essaie de faire la distinction entre ceux qui viennent de personnes engagées à droite ou à gauche, à l'extrême droite ils sont trop repérables pour qu'une confusion soit possible, et les internautes ou citoyens disons lambda, qui s'expriment naturellement, seuls les commentaires de ces derniers m'intéressent car ils peuvent refléter l'état d'esprit des masses. Si vous le voulez bien, j'en ai relevés quelques-uns et on pourrait les examiner ensemble, c'est un exercice qui ne manque pas d'intérêt.

Samedi lors de son passage à l'université d'été du PS à La Rochelle.

- M. Valls a aussi appelé à ne pas céder à la "posture" en matière d'immigration. Celle-ci doit être "organisée, régulée", "ceux qui disent le contraire se bercent d'illusions", a lancé le ministre, sans évoquer le regroupement familial.

(Il n'a pas tort, j'ai déjà dit un jour que si on prenait le pouvoir, immédiatement il faudrait fermer ou rétablir toutes les frontières. Si au nom du socialisme on s'engageait à satisfaire toutes les demandes de visas dans le monde, il faudrait en délivrer des dizaines ou des centaines de millions ! Vous comprenez pourquoi parfois on traite d'abrutis finis les gauchistes, ce n'est pas méchant et je le dis tranquillement, ces gens sont inconscients et dangereux pour la révolution, on aura à les traiter comme le fit Trotsky autrefois, ils roulent pour la réaction en fait.)

- M. Valls : "Socialiste, de gauche et fier de l'être"

(Hélas ! Vous n'avez pas remarqué que seuls les dirigeant su PS se disent socialiste à tort et à travers ? Qui défend le socialisme, les idées du socialisme, quel parti ose encore affirmer que sa ligne politique, ses positions, son programme sont fidèles au socialisme ? Pas un. Ceci explique sans doute cela, non ?)

- "Cet été, j'achète Paris Match, je tombe sur Valls! J'achète Gala, je tombe sur Valls!", raille une ministre. AFP (Une insulte à la civilisation cette ministre, on a les références qu'on peut !)

Commentaire d'internaute

1- "Une ministre dit : "Cet été, j'achète Paris Match, je tombe sur Valls! J'achète Gala, je tombe sur Valls!" Des lectures du niveau de ce gouvernement, hélas !"

Pourquoi hélas, tout est dans l'ordre des choses, ce ne sont que des exécutants, des pantins qui appliquent une politique qui leur est dictée par l'oligarchie financière dont les technocrates des différents ministères sont les petites mains.

2- "Il ne croit pas un instant que le FN puisse accéder au pouvoir (et pourtant). Mais en désignant le FN comme l’adversaire principal, il affaibli l'UMP et pense que si le PS se retrouve seul face au FN au deuxième tour. Il auront beau jeu de faire les pleureuses et d'appeler au front républicain."

C'est secondaire en réalité, diviser la classe est leur priorité et c'est le but ici encore. C'est certes un parti électoraliste, institutionnel, d'affairistes, mais quand vous vous penchez sur leur CV, vous vous apercevez qu'ils soient élus ou dans l'opposition cela ne change pas grand chose à leur situation, ils auront toujours de quoi vivre et un niveau de vie largement au-dessus de la moyenne de la population, leur avenir est assuré dans tous les cas de figure.

3- "Comment va-t-il faire pour être ferme avec les voyous ? il va forcément stigmatiser des communautés précises, et il sera accusé d'être raciste, facho, etc... Pauvre pays qui part bien en lambeau depuis 50 ans."

Pour reprendre le terme employé par cet internaute, le problème, c'est que c'est justement cette "communauté" qui cumule les handicaps et les difficultés pour s'intégrer dans la société, d'autres couches de travailleurs et notamment des jeunes qui ne viennent pas de l'immigration ne parviennent plus non plus à s'intégrer dans la société.

4- "L’immigration est pourtant une source de coûts très importants ; elle est utilisée par le grand patronat pour peser à la baisse sur les salaires et déstabilise en profondeur notre société et ses équilibres. L’assimilation n’est plus possible dans un tel contexte d’immigration de masse. Des mesures d’ordre constitutionnel, législatif et réglementaire doivent être prises au plus vite pour stopper aussi bien l’immigration légale que clandestine. "

Bravo, vous avez constaté comme moi que l'immigration, surtout clandestine, en réalité avec la complicité du régime, était davantage profitable aux patrons qu'aux travailleurs, allez donc expliquer cela aux gauchistes bornés et dogmatiques, ils vont vous traiter de raciste, ce sont les meilleurs alliés du patronat.

C'est plutôt dans le contexte de chômage de masse que l'immigration pose problème et non l'immigration en soi.

5- "Ils sont percutés par une voiture, roués de coups, et les chauffards leur tirent dessus aux urgences ! Ces gens ne sont plus des êtres humains, mais des animaux enragés. Il faudrait la plus grande sévérité envers ces fous dangereux. Ce n'est sûrement pas un petit bracelet électronique qui va les arrêter ...!"

Ce sont des barbares, à qui les gauchistes trouvent des circonstances atténuantes !

6- "En France, les droits de l'Homme, ce sont en fait les droits du criminel et le devoir pour les victimes d'avoir peur et de fermer leur gueule."

Vous avez tout compris, c'est la version des "droits de l'Homme" version gauchiste, c'est là qu'on s'aperçoit qu'ils rejoignent l'extrême droite qu'ils prétendent combattre !

7- "Les français en ont ras-le-bol de l'immigration mais trop de politiciens s'en moquent. Pas un jour ne passe sans qu'un immigré ou fils d'immigré ne soit impliqué dans un fait divers d'une extrême violence. Ça risque de finir en guerre civile cette histoire. Ou alors en 2017 il va y avoir des grincements de dents."

C'est programmé...

Surtout, ne vous représentez pas le PS tel qu'il est.

Je reproduis des extraits d'un article du Nouvel Observateur dont l'auteur se situerait à gauche ou au centre gauche, sans rire. Ce qui est intéressant c'est la mise en lumière par l'auteur que le gouvernement applique une politique néolibérale, normal pour des néolibéraux.

Si c'était moi qui l'affirmait, on m'accuserait d'exagérer, parce que le PS n'est tout de même pas aussi réactionnaire que cela, il l'est bien pire encore quand on écoute les déclarations de Hollande et Fabius sur la Syrie. Contrairement à ce qu'a dit Mélenchon, Hollande et son gouvernement ne font pas seulement une politique de droite, ils sont de droite, entre conservateurs et néolibéraux, ces derniers l'emportant au sein du gouvernement puisque trois participants aux réunions du groupe Bilderberg occupent des postes clés suivis de six membres (inclu Hollande) des Young Leaders, think-tank néolibéral.

Le néolibéralisme n'est pas une option parmi d'autres pour les dirigeants du PS, non, c'est devenu la marque de fabrique de sa direction et son orientation politique au tournant des années 80, quand ils ont affirmé publiquement que le PS adhérait à l'économie de marché, pour le meilleur et pour le pire, mais comme seulement le pire ne pourrait se produire par la suite, ils s'y sont adoptés, ils l'ont adopté, ils y seront fidèles jusqu'au bout car la demi-mesure n'existe pas, elle est interdite en la matière et toute trahison ou désertion peut s'avérer fatal pour ceux qu'elle tenterait, tout retour en arrière impossible et serait dévastateur, le PS venait de franchir une étape qualitatifve qui le plaçait désormais sur l'échelle de la réaction au même niveau que les atlantistes ou néolibéraux sein de la classe dominante.

Disons qu'avant 1983 le PS était déjà un parti de droite, après il n'essayera même plus de le camoufler, il en laissera le soin à d'autres à gauche ou à l'extrême gauche, il le revendiquera tout en continuant de tenir un double langage pour tenir son rôle au sein du régime, voilà pourquoi son étiquette socialiste lui est si utile. Hollande a rappelé qu'il était socialiste, Valls vient de lui emboîter le pas après avoir voulu changer le nom de son parti et faire disparaître toute référence au socialisme, ses maîtres à penser néolibéraux ont dû le briffer et lui faire comprendre que ce n'était pas encore le moment, ils lui ont pardonné cette erreur de jeunesse, toute adaptation à une idéologie réclame du temps, l'essentiel c'est qu'il n'ait pas démérité en reprenant sur le plan social la totalité des thèses néolibérales que le gouvernement met en oeuvre, d'où le soutien des médias, donc de l'oligarchie financière qui est aux commandes.

- "Manuel Valls n'existe que dans et par les médias" - nouvelobs.com 25.08

Retour sur l’été très médiatique du ministre de l'Intérieur avec Christian Salmon, auteur de “La cérémonie cannibale”. - nouvelobs.com

Extraits commentés.

Pourquoi a-t-il eu besoin de rappeler à de nombreuses reprises qu'il était socialiste lors de son intervention à l'université d'été de La Rochelle ?

- Parce qu'il a un problème d'identification politique. Outre le marketing politique, Valls a appris une chose des spins doctors anglosaxons : la triangulation politique inventée par les conseillers de Clinton et mise en œuvre par Blair et son conseiller Alastair Campbell. Cela consiste à se placer au dessus des frontières politiques, adopter des éléments de programme et de langage empruntés au camp d’en face et se construire une image politique neutre, qui vous vaut l’adhésion d’une opinion de droite. Ainsi Valls n’hésite pas à affirmer que la politique de sécurité n’est ni de droite ni de gauche. Que les politiques d’ajustement néolibérales sont des politiques de bon sens. C'est ainsi qu'il en vient à dénoncer le "laxisme" de Christiane Taubira ou à évoquer une politique de répression lorsqu'un fait divers se produit. En lançant ces signaux à l'électorat de l'opposition, il bénéficie d'une cote favorable dans les enquêtes d'opinion et se hisse au rang de candidat incontournable dont la crédibilité est bâtie sur les sondages. C’est à dire sur des pieds d’argile.

(Que de confusions ou d'incompréhensions ! Evidemement que "la politique de sécurité n’est ni de droite ni de gauche", Valls a raison de son point de vue, puisque ce qu'il appelle la droite et la gauche sont en réalité les deux pendants sur lesquels repose la stabilité du régime, "la politique de sécurité" adoptée par n'importe quel gouvernement sous la Ve République ne peut avoir pour unique fonction que la préservation du régime, ainsi elle n'est "ni de droite ni de gauche", elle est réactionnaire et la boucle est bouclée. Cela devait suffire à comprendre depuis 1981 (pour ne pas remonter plus loin) que l'opposition droite et gauche était en réalité une immense supercherie, mais apparremment cela arrangeait ceux qui se définissaient de gauche ou d'extrême gauche de l'occulter. On voit aujourd'hui où cela nous a mené.

L'auteur à la suite de biens d'autres se livre à un amalgame insupportable, quand il affirme que les citoyens qui aspireraient tout simplement à vivre dans une société en paix aurait une "opinion de droite", car on imagine qu'une "opinion de gauche" y serait défavorable, on voit là l'absurdité qu'un tel raisonnement. Où va se nicher le gauchisme décidément ! - ndlr)

M. Valls se prétend de gauche. Mais il n’y a pas de politique de gauche sans un travail de déconstruction idéologique des évidences partagées implantées dans les esprits depuis trente ans par la politique néolibérale. Déconstruction des politiques pénales d’enfermement et de répression systématique qui remettent en question le principe de l’individuation de la peine au profit d’une automaticité des peines planchers. Déconstruction d’un modèle de croissance et d’hyperconsommation au profit d’un autre modèle de transition écologique. Déconstruction des préjugés sur la fraude sociale, l’immigration, l’insécurité. Déconstruction enfin d’une démocratie médiatique conçue et organisée pour brouiller tout débat démocratique, et installer à coup de talk-show et d’éditoriaux les évidences partagées du néolibéralisme… C’est évidemment le contraire que fait Manuel Valls.

(Le gauchisme consiste à finir de pourrir dans la société ce qui ne l'a pas encore été, on en a un exemple ici. Le gauchisme consiste aussi à confondre en permanence l'effet et la cause, à confondre l'oeuf et la poule ! Ce n'est pas la politique néolibérale qui est à l'origine de la situation, mais la crise du capitalisme mondial, du coup il est vain de se lancer dans la déconstruction de quoi que ce soit qui serait issue de l'idéologie néolibérale. Le capitalisme en crise a engendré le néolibéralisme et non l'inverse.

Les rapports sociaux dans la société ne sont pas le produit d'une idéologie, mais de l'inégalité entre les classes sur laquelle repose le système économique capitaliste. L'action précède le verbe, tout comme ce ne sont pas les idées qui changeront le monde, mais l'action consciente, unie et organisée des masses... L'idéologie néolibérale ne fait qu'orchestrer ces rapports à tous les niveaux de la société une fois le capitalisme parvenu à un stade de décomposition ou de putréfaction avancé, ces rapports en sont le produit ou la traduction, c'est donc se leurrer que de croire qu'il serait possible de les modifier ou de les remplacer par d'autres rapports sans renverser les rapports sociaux établis entre les classes, sans que la classe ouvrière s'empare du pouvoir politique.

L'idéologie néolibérale n'est pas apparue et ne s'est pas développée à n'importe stade du développement du capitalisme, mais lorsque les contradictions du capitalisme étaient parvenues à un niveau tel que tout progrès social et toute expression indépendante de la démocratie devenaient des obstacles à la survie du capitalisme et devaient être remis en cause puis bannis. De même que le marxisme a vu le jour quand le cycle de l'exploitation de l'homme par l'homme avait atteint son stade de développement ultime permettant à l'humanité d'envisager concrètement le passage du règne de la nécessité à celui de la liberté. - ndlr)

François Hollande peut-il souffrir de cette stratégie ?

Le président avait réussi un été pas si mauvais en terme de stratégie, faisant le tour de la France avec un message social, une prophétie auto-réalisatrice sur la reprise de la croissance. Ce message a pourtant été perturbé par les mauvaises nouvelles annoncées par Pierre Moscovici et l'échappée de Manuel Valls sur les Roms, l'islam, l'immigration. Cela a créé un brouillage idéologique. L'hypothèse d'un Manuel Valls Premier ministre après un éventuel remaniement a aujourd'hui du plomb dans l'aile.

(Erreur, "l'échappée de Manuel Valls sur les Roms, l'islam, l'immigration" est venue en complément, mieux en soutien au discours creux et trompeur de Hollande, l'opération consistait à faire croire que la majorité de la population qui soutient Valls sur les questions de sécurité soutenait aussi Hollande sur le plan social dans la perspective de la rentrée sociale qui pourrait être explosive, bien qu'on a du mal à y croire.

L'auteur de cet article commet une seconde erreur en avançant l'hypothèse de Valls Premier ministre, Ayrault est bien plus utile en première ligne à ce poste, alors que contrairement à Valls, Fabius et Sapin il n'a jamais été recruté par les néolibéraux (à ma connaissance), c'est en quelque sorte la caution de gauche ou de la pluralité des courants au sein du PS indispensable pour qu'il remplisse correctement sa fonction au sein du régime. Le PS n'est pas le Labour Party ou le SPD, le mouvement ouvrier français et la tradition de la lutte des classe en France sont différents de la Grande-Bretagne et de l'Allemagne, quoiqu'il va arriver un moment où les différences vont s'atténuer au point de rendre possible la nomination d'un Premier ministre issu des rangs néolibéraux. Le moment est-il venu, rien n'est moins sûr, l'équilibre gouvernemental auquel Hollande et ses conseillers sont parvenu demeure l'essentiel pour assurer la stabilité du régime. - ndlr)

La principale leçon de cette université d'été, c’est que François Hollande est confronté à un choix. Il ne peut plus se contenter de faire une synthèse entre des courants de parti. Il s’agit d’adopter une stratégie politique cohérente. Qui a raison au sein du gouvernement et de la gauche en général ? Ceux qui s’efforcent de déconstruire les fondamentaux de la droite en matière de sécurité, de transition écologique, d’éducation, de politique pénale, de santé publique, d’immigration (Vincent Peillon, Cécile Duflot, Christiane Taubira, Philippe Martin…) ou ceux qui s’efforcent de trianguler l’opinion en consolidant et légitimant l’idéologie néolibérale, cette machine à fabriquer des histoires de victimes et de vilains, de héros méritants et de vils fraudeurs, de courageux travailleurs et d’étrangers profiteurs ?

(C'est ici caricaturer l’idéologie néolibérale qui en réalité se décline à tous les niveaux, économique, social et politique et qui touche à absolument tous les rapports dans la société. Quant à ces deux tendances qui s'affronteraient, elles ne concernent que l'intérieur du PS et le mouvement ouvrier minoritaire et qui plus est n'a rien de révolutionnaire, tandis que la majorité de la population serait plutôt de droite aujourd'hui à défaut d'issue politique et de parti pour l'incarner. Le "choix" de Hollande ne consiste pas à adopter une "stratégie politique cohérente", en soi elle l'est, il serait plutôt qu'elle ne l'apparaisse pas trop (marquée à droite, évidemment) de manière à faire vivre l'illusion que le PS et le gouvernement serait de gauche, il est condamné à cette posture. - ndlr)

Que peut faire le reste de gauche face à cette personnalité médiatique qui se distingue ?

- Valls/Taubira, la controverse médiatique de l’été, a tourné lors des journées de La Rochelle à un dilemme existentiel pour le gouvernement. A La Rochelle, Manuel Valls est apparu comme un cheval de Troie médiatique. Une sorte de Superman entouré de caméras, venu faire la démonstration de ses super pouvoirs en matière de sécurité.

Tous les observateurs ont noté en revanche le sérieux de l’intervention de Christiane Taubira qui tranchait avec les gesticulations de Manuel Valls. "Plutôt convaincre que séduire", s’est exclamé C. Taubira.

(En gros, pour Taubira l'équation est simple : les délinquants, on les laisse en liberté, on leur inflige une peine légère ou on les embastille pour de longues années. Pour Valls c'est plus compliqué, il peut prendre toutes les mesures policières qu'il veut, cela ne résout pas la question sociale qui est à l'origine de la délinquance, etc. c'est un cercle vicieux qui ne sera brisé qu'en renversant le régime en place. - ndlr)

Le gouvernement est-il capable d'avoir un discours politique structuré? Le parti socialiste peut-il être l’intellectuel collectif capable de déconstruire l’idéologie néolibérale qui s’est imposée à tous les gouvernements européens? Ou ne sera-t-il qu’un syndicat des sortants, un parti attrape-tout jouant du momentum médiatique pour accroître la confusion et tromper des électeurs réputés amnésiques et qui s’en vont toujours plus nombreux vers le Front national ? Pierre Bourdieu le rappelait quatre ans avant le 21 avril 2002 : “C'est cette conception de la politique qui est depuis plusieurs années l'alliée la plus sûre du FN : instrumentale et cynique, plus attentive aux intérêts des élus qu'aux problèmes des électeurs…” Voilà François Hollande prévenu. C’est l’électoralisme de la rue de Solferino et non le soi-disant laxisme de la Garde des sceaux qui est porteuse des futures catastrophes et aucun marketing électoral, aucun storytelling ne saurait l’éviter. nouvelobs.com 25.08

(Catastrophe sociale, assurément, mais je ne suis pas sûr que cela soit la préoccupation de l'auteur de cet article. Là encore il baigne en pleine confusion, en fait tout son article en est imbibée du début à la fin, le processus qui se déroule sous nos yeux est inévitable partant du constat que le gouvernement gère la société pour le compte de l'oligarchie financière au détriment de la satisfaction des besoins sociaux des travailleurs, le PS, ses satellites et ses alliés de gauche et d'extrême gauche font forcément le jeu de l'extrême droite, ce n'est pas nouveau.

Ce qui induit en erreur l'auteur de cet article et avant lui Bourdieu, c'est qu'il fait une fixation sur la "conception de la politique" du PS qui peut varier en fonction du contexte, au lieu de s'en tenir à la nature du PS, parti capitaliste ou bourgeois, et qu'elle est intangible. - ndlr)

Une vidéo

Al GORE reconnait officiellement l'existence des épandages aériens / Chemtrails are for blocking the sun (video) - Internationalnews (http://www.internationalnews.fr)

Al Gore affirme que les chemtrails sont utilisés pour bloquer l'effet du Soleil, et que la pulvérisation de 90 millions de tonnes par jour de produits chimiques dans l’atmosphère est destinée à bloquer l’effet du Soleil. Vidéo mise en ligne en juin 2013.

Al Gore finally admits Chemtrails are for blocking the SUN it s nuts
http://www.youtube.com/watch?v=Di7TdO_cr1k




ACTUALITE EN TITRES

Un euphémisme !

- PS: 70% des Français trouvent le parti trop éloigné de leurs préoccupations - L'Express.fr

Tant mieux, car l'inverse serait préoccupant !

C'est leur unique priorité.

- La stabilité financière mondiale, priorité des banques centrales - Reuters

- Les rémunérations des patrons de Glencore Xstrata et Credit Suisse épinglées - AFP

A bas le féminisme institutionnel !

- Elles exigent "des femmes au Panthéon" - LePoint.fr

Un collectif de plus de 50 associations féministes demande à François Hollande d'introniser des femmes au Panthéon. LePoint.fr 25.08




ACTUALITÉ DU JOUR

Le "bruit et de la fureur" des dictateurs qui appellent à bombarder la Syrie !

"J'entends, sur la gauche de notre gauche une voix, une voix qui se présente comme celle du +bruit et de la fureur+, une voix qui refuse toute évolution et ne cesse d'appeler à une forme de résistance nostalgique", a lancé le Premier ministre en clôture de l'université d'été du PS.

"Je le dis avec force: la résistance ne peut pas être une fuite devant les réalités d'abord et devant les responsabilités ensuite", a ajouté M. Ayrault, AFP

J'entends sur la droite de la droite une voix, une voix qui se présente comme celle du bruit de bottes et de la fureur des envahisseurs, des conquérants, des colonisateurs détruisant et massacrant tout sur leur passage et "qui refuse toute évolution et ne cesse d'appeler à une forme de résistance nostalgique" au progrès social en faveur de la régression sociale sans fin et de la plus terrible des barbaries, j'ai nommé monsieur Ayrault et son parti, ses satellites, tous ceux qui soutiennent le PS, qui s'apprêtent à lui apporter des voix en 2014.

Ayrault assume endosser la responsabilité des crimes commis par Hollande et son gouvernement, cela le range au rang des tyrans.

On va encore nous dire que c'est excessif, ceux qui le pensent sont des opportuistes ou des nantis, le plus souvent les deux à la fois, qui finalement n'en ont rien à foutre du sort du peuple syrien et des autres, aussi longtemps qu'ils n'en sont pas réduits à la misère ou que les bombes ne tombent pas sur leurs têtes tout va bien et le PS est un parti tout à fait fréquentable. Surtout ne nous faites pas le coup de changer d'avis demain, il sera trop tard, c'est maintenant qu'il faut rompre avec le PS et ses satellites, les appareils pourris des syndicats et les institutions.


Le 27 août 2013

CAUSERIE

Lundi 20h24.

Je zappe les infos de TV5Monde Asie dans 6 minutes.

Tous les partis ouvriers ont eu plus de deux ans pour mener une bataille sur la Syrie, aucun ne l'a fait. Cela donne une idée de leur décomposition, ils ont tous démissionné ou capitulé. J'ai été visiter leurs sites Internet, le néant, ces partis incarnent dorénavant le vide, l'ennemi a le champ libre.

Ils osent prétendent défendre l'indépendance de l'Etat contre l'UE, alors que lorsqu'un pays souverain qui n'a déclaré la guerre à personne est victime d'une agression impérialiste, ils se couchent tous devant leur propre impérialiste. On aura compris que la position que certains avaient adopté sur la Libye n'était en fait qu'une simple posture.

J'imaginais cet après-midi un conseil de guerre à l'Elysée :

- Alors comment la situation se présente ?

- A vrai dire idéalement.

- Mais encore ?

- L'ensemble des médias sont sur la ligne d'une intervention militaire, quant aux partis politiques soit ils observent une neutralité ou un silence bienveillant (POI, NPA, FdG, LO), soit ils nous suivent.

- Donc la voie est libre ?

- Parfaitement, même les syndicats sont muets, les ONG sont à nos côtés.

- Donc les masses nous sont acquises.

- Parfaitement.

- Bon, je téléphone à Obama et Cameron pour leur dire qu'on est prêt de notre côté.

Génial, non ? Merci à tous ces partis de nous offrir cet unième bain de sang, si, si, vous qui militez dans ces partis, vous pouvez féliciter vos dirigeants, n'hésitez pas si vous avez une boule dans l'estomac, cela vous soulagera.

Lundi 21h40 (en Inde).

Quelques infos sur la Syrie du 23 au 26 août 2013.

1- Des dizaines de membres de la milice terroristes Armée libre syrien, formés sous la supervision de la CIA et des commandos israéliens et jordaniens se sont infiltrés à partir du 15 août en Syrie avec pour l'objectif de lancer une vaste offensive contre Damas et Daraa, une localité non loin de la capitale. C'est Le Figaro qui confirme l'entrée des dizaines de terroristes que le journal affilie à l'ASL mais qui ne sont rien d'autre que des takfiris repêchés par le renseignement saoudien. Il s'agit des forces spéciales, entrainées depuis des mois dans des camps en Jordanie et qui marchent, selon le journal "sur la capitale. 300 effectifs de cette force sont entrées le 17 août en Syrie et le reste, deux jours plus tard, le 19 août".

Los Angeles Times avaient déjà fait état de l'entrainement de ces hordes takfiris par la CIA/Israël/Jordanie, aussi en Turquie. Les Etats Unis ont déployé 700 membres de leurs forces spéciales en Jordanie dans ce que Debkafile qualifie de " Centcom" et ces forces sont prêtes à intervenir ne Syrie à tout moment. Les analystes avaient fait état il y a quelques semaines d'un plan US/Israël d'attaque terrestre contre la Syrie dont la première étape consiste à prétendre à l'existence d'une attaque chimique par l'armée syrienne contre la population. Il y a deux jours les médias arabes ont accusé l'armée d'Assad a lancer un raid au gaz sarin contre al Moazamiya, à rif de Damas où 1300 personnes auraient pér. Les images truquées circulent sur ce prétendu raid. Les Etats Unis ont-ils lancée leur attaque terrestre contre la Syrie? french.irib.ir 23.08

2- Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad-Jawad Zarif, a déclaré, lors d’un entretien téléphonique avec son homologue syrien, que l’Iran s’opposait à l’usage des armes chimiques, sous toutes ses formes, et le considère comme contraire aux principes humains.

Il a condamné, ensuite, l’usage, par les groupes terroristes, de ces armes, en Syrie, et a déclaré que cet acte est contraire à tous les principes humains et aux règles internationales. M. Zarif a ajouté que la crise syrienne ne serait résolue que par des moyens pacifiques et le dialogue, et que tout autre effort, pour mettre fin à la crise, en dehors de ce cadre, serait voué à l’échec et pourrait avoir des conséquences dangereuses. Au cours de cet entretien téléphonique, qui a eu lieu, samedi soir, le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al-Mouallem, a vivement démenti les allégations non fondées de l’opposition concernant l’usage des armes chimiques par le gouvernement de Damas, et l’a qualifié de nouveau complot contre le peuple et le gouvernement syriens. «Les groupes takfiris et les terroristes ont utilisé ces armes, et ont commis, ainsi, de terribles crimes de guerre», a-t-il ajouté. french.irib.ir 25.08

3- Les régimes arabes alliés des Etats Unis dans leur guerre contre la Syrie ont ouvert ces dernières semaines les portes de leurs prisons d'où sont partis des milliers de qaidistes à destination de la Syrie.

Selon Der Standard, journal autrichien, des centaines de quaidistes , en étroite coopération avec les services du renseignement des pays arabes du Golfe perique ont été libérés ou fui les prisons en Irak, au Pakistan, en Libye, en Arabie saoudite. Ces terroristes ont largement contribué aux attentats de ces derniers mois en Irak et au Liban. Les détenus qaidistes, ayant évadé des prisons en Irak et au Pakistan arrivent en Turquie avant de gagner la Syrie. french.irib.ir 25.08

4- La Russie n'entend faire la guerre à personne même en cas d'une intervention militaire extérieure dans le conflit syrien, a indiqué lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. "Vous pouvez faire des conclusions à partir de notre position de ces dernières années quand le droit international a été grossièrement violé en Yougoslavie, en Irak et en Libye. C'est mauvais. Nous n'entendons toutefois faire la guerre à personne. Nous espérons toujours que nos partenaires occidentaux ne pratiqueront pas leur politique de façon réactive, mais stratégique", a déclaré M.Lavrov lors d'une conférence de presse convoquée d'urgence à Moscou.

C'est ainsi que le chef de la diplomatie russe a répondu au journaliste occidental tenant à savoir si Moscou était prêt lui-même à recourir à la force en cas d'une éventuelle intervention militaire en Syrie. french.irib.ir 26.08

5- Une réponse des Etats-Unis à l'attaque chimique présumée en Syrie de la semaine dernière ne nécessite pas de confirmation de l'ONU, a estimé lundi le sénateur républicain américain John McCain en visite de travail à Séoul."Il est difficile pour moi de penser que Bachar el-Assad va autoriser l'ONU à enquêter sur quelque chose qu'il a fait et qui sera négatif pour lui, mais nous n'avons pas besoin de confirmation de l'Onu", a déclaré le sénateur.

Selon lui, "si les Etats-Unis se mettent en retrait et ne décident pas de véritables actions - il ne s'agit pas de juste lancer quelques missiles de croisière - alors notre crédibilité dans le monde sera encore plus entamée, si nous en avons encore". french.irib.ir 26.08

6- Alors que les inspecteurs de l'ONU ont commencé leur enquête sur les accusations de massacre à l'arme chimique près de Damas, le ministre des affaires étrangères français, Laurent Fabius, a assuré sur Europe 1 que toutes les options restaient "ouvertes" et que la décision concernant une "réponse proportionnée" serait prise "dans les jours qui viennent". "Il faut proportionner les réactions, mesurer, agir à la fois avec détermination et avec sang-froid, et c'est ça qui va être arbitré au cours des jours qui viennent. La seule option que je n'envisage pas, c'est de ne rien faire". french.irib.ir 26.08

Ce serait plutôt devant le ministère des Affaires étrangères qu'il faudrait organiser une manifestion pour soutenir le peuple syrien...

Lundi 22h08

Pour plus de détails, le Cercle des Volontaires s’est entretenu avec Ayssar Midani, membre et fondatrice du Comité de Coordination pour la Défense de la Syrie, et qui se trouve actuellement à Damas.

1- Syrie : Des armes chimiques saisies chez les rebelles - la propagande occidentale perdure. - Publiée le 25 août 2013

http://www.youtube.com/watch?v=KSiyFS_xE8U

2- Attaque à l'arme chimique en Syrie ? Ayssar Midani décrypte la propagande occidentale depuis Damas - Publiée le 24 août 2013

http://www.youtube.com/watch?v=HaI5yHKeQKk

Mardi 0h45 (en Inde)

Propagande de guerre pour légitimiser le conflit syrien. Michel Collon

http://www.youtube.com/watch?v=TLV3_YF_mzs

Interviewé par la chaîne Russia Today sur l'utilisation des armes chimiques en Syrie (et par qui ?), Michel Collon expose brièvement les 5 principes de la propagande de guerre, qui permettent à chacun de repérer la désinformation, les intérêts cachés, la diabolisation de l'adversaire et le refus du débat public. Pourquoi, informés par les satellites russes qui montreraient que ce sont les rebelles qui ont employé ces armes, les Etats-Unis, la France et leurs alliés tirent leurs conclusions avant même toute enquête...

Mardi 15h30

Je n'ai plus de temps de causer. J'ai encore plusieurs articles sous le coude, dont un très important selon moi que j'intitulerai peut-être Le fil est rompu, je parle de la continuité du marxisme, il sera précédé d'un exercice sur la dialectique, cela m'est venu à 2h du matin avant que je m'écroule de fatique. Ne me demandez pas si je dors bien, il faut que je sois complètement crevé et c'est le cas.

On se disait ausi que tout le monde n'était pas logé à la même enseigne en Inde, comme en Grèce ou à Chypre...

La stabilité de l'ensemble du système financier mondial est menacée par le désengagement imminent des grandes banques centrales des politiques ultra-accommodantes, car les pays émergents ne peuvent pas empêcher des sorties de capitaux massives, ont averti samedi plusieurs participants à la conférence économique de Jackson Hole (Wyoming). Reuters 25.08

Le gouvernement a été décidé (...) des restrictions sur les sorties de capitaux pour les particuliers et les entreprises. AFP 21.08

Vous me direz qu'au niveau où est tombée la roupie, les particuliers comme moi ont plutôt intérêt à faire entrer des euros en Inde que le contraire. Donc surtout avant le 10 ou 11 septembre jour de l'arrivée de mon épouse en Inde, vous ne touchez à rien, je vais cavaler changer ces euros, chez un agent de change ou au black, tout dépendra.

Cuba complice de l'impérialisme américain ?

Il y a 10 ou 15 jours, feignant la naïveté je me suis demandé pourquoi Fidel Castro n'avait jamais mis fin au bail conclu avec les Américains au début du XXe siècle où allait être implantée la prison de Guantanamo, il a eu plus d'un demi-siècle pour récilier ce bail, à croire qu'une base américaine plantée en plein Cuba ne représentait pas vraiment une menace pour le régime en place, alors de là à penser qu'il y avait en réalité collusion d'intérêt entre les deux régimes, tout porte à le laisser supposer, l'existence de l'un justifie celle de l'autre et leur politique respective et tout le monde s'en porte bien au niveau des dirigeants de ces deux pays, non, vous ne pensez pas ?

Non, je ne vous sens pas convaincus, on vous a raconté trop d'histoires pendant trop longtemps, donc vous êtes totalement imbibés par le propagande officielle et vous croyez dur comme fer que Cuba et les Etats-Unis sont des ennemis jurés, un nouveau élément vient prouver le contraire.

- Edward Snowden, qui a obtenu un asile temporaire en Russie, a passé plusieurs jours au consulat russe à Hong Kong avant de se rendre à Moscou dans l'espoir de rejoindre un pays d'Amérique latine en passant par Cuba, a rapporté lundi le quotidien russe Kommersant.

Selon Kommersant, citant des "sources informées", l'ex-consultant du renseignement américain n'a cependant jamais pris le vol pour La Havane car les autorités cubaines, sous la pression des Etats-Unis, ont informé Moscou que le vol d'Aeroflot ne serait pas autorisé à atterrir s'il transportait M. Snowden.

Une source a précisé que Cuba, ainsi que d'autres pays, avaient été informés par Washington qu'il y aurait des "conséquences fâcheuses" s'ils aidaient M. Snowden. AFP 25.08

Les limites du castriste, quoi ! Un jour on apprendra qu'en réalité ils s'étaient tous défilés, les Morales, Maduro et Cie...




ACTUALITE EN TITRES

Avec le temps...

- Le marché de dérivés Eurex paralysé une heure par une panne - Reuters

- Weidmann (Buba): les taux de la BCE ne resteront pas toujours bas - AFP

- Les opérateurs boursiers BATS et Direct Edge fusionnent - Reuters

Belle vitrine !

- Facebook retire «Mein Kampf» de la liste des livres recommandés - 20minutes.fr -

Retraites. Un contre tous, devinez quel sera le perdant ?

- Réforme des retraites : Ayrault joue la carte de la concertation - LeMonde.fr

- Retraites : le patronat évoque une baisse du coût du travail - LeFigaro.fr

- Retraites : Ségolène Royal souhait "un allongement modéré" des cotisations - Atlantico.fr

Parole de patron.

- Souriez, c'est la rentrée : la science le dit, avoir plus de vacances ne rend pas plus heureux au travail - Atlantico.fr

Intox.

- En Inde, une loi inscrit la responsabilité sociétale dans la gouvernance des entreprises - Le Monde

J'ai lu l'article en question, la loi n'a aucune valeur coercitive, elle ne comprend aucune mesure obligatoire ou contraignante, c'est juste du vent !




ACTUALITÉ DU JOUR

Hollande-Fabius-Le Drian ou les néolibéraux djihadistes au pouvoir.

- Syrie : Le Drian au Qatar et aux Émirats - LePoint.fr

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, actuellement en visite au Qatar, se rendra mardi aux Émirats arabes unis (EAU) à la demande de François Hollande pour s'entretenir de la crise syrienne avec les responsables émiratis, a-t-on appris lundi dans son entourage.

Il s'agit du 4e déplacement aux Émirats du ministre de la Défense, et son 3e au Qatar, depuis son entrée en fonction en mai 2012.

"Ce sont des pays qui interviennent diplomatiquement très fortement sur la question syrienne, avec lesquels nous avons une coopération stratégique très affirmée", souligne-t-on dans l'entourage du ministre : "Il est absolument nécessaire qu'on ait une conversation avec eux sur le sujet." Selon les experts, le Qatar et les EAU sont en pointe pour aider concrètement sur le terrain la rébellion syrienne face à l'armée du régime de Bachar el-Assad. LePoint.fr 26.08

Qatar, un régime de voyous adulé par le gouvernement français.

Les épouses de quatre Français retenus au Qatar ont appelé à l'aide lundi les autorités françaises, poussant un "cri de colère" selon leur avocat Frank Berton qui a qualifié ces hommes de "séquestrés".

L'avocat avait dénoncé samedi la situation de quatre Français victimes selon lui d'abus de confiance et d'escroquerie, de chantages en échange d'un visa de sortie du territoire, obligatoire dans le pays.

"Ils pensaient qu'on allait se décourager", a dit Johanna Belounis, épouse de Zahir Belounis, footballeur franco-algérien parti jouer au Qatar en 2007. Il a attaqué en 2013 son club qui ne lui a plus versé son salaire depuis 21 mois, mais on lui a expliqué qu'il devait retirer sa plainte pour obtenir un visa de sortie.

Pour Isabelle Marongiu, dont le mari est un entrepreneur qui a créé une société avec un Qatari, son mari est un "vieux jouet sur une étagère" que le Qatar aimerait bien jeter.

Après avoir investi plus de deux millions d'euros, ses partenaires ont exigé de reprendre ses parts gratuitement.

Jean-Pierre Marongiu a tenté de s'enfuir du Qatar en kayak, arrivant au Bahreïn où les autorités françaises l'ont remis à leurs homologues locaux, qui eux-mêmes l'ont livré aux gardes-côtes qataris, a accusé son avocat Frank Berton, qui a exprimé le souhait "que les autorités françaises se bougent".

"L'ambassade de France n'a pas remis M. Marongiu aux autorités du Bahreïn", a indiqué à l'AFP un porte-parole du Quai d'Orsay qui "dément formellement" cette accusation.

Dans une réponse lors d'un point presse électronique, le Quai d'Orsay a dit que l'ambassade de France au Bahreïn "a tenté de le dissuader de rejoindre illégalement Manama pour se rendre à Nice, rappelant qu'une ambassade ne peut aider un de ses ressortissants à se soustraire à la justice".

Un autre chef d'entreprise Nasser Al-Awartany et un entraîneur de football Stéphane Morello sont également représentés par l'avocat français, qui doit se rendre à Doha pour rencontrer les quatre hommes début septembre.

Me Berton a annoncé qu'une plainte au pénal serait déposée. Parmi les sponsors des quatre hommes, qui s'étaient portés garants pour leur venue au Qatar, se trouvent plusieurs membres de la famille royale.

"On sait bien que c'est le combat du pot de terre contre le pot de fer. (...) C'est parce que c'est au Qatar qu'on n'en parle pas", a dit l'avocat. AFP 26.08

Vite, il faut aussi attaquer l'Iran et l'Irak...

C'est Al Jazeera qui lance le premier cette information ahurissante. Interrogé sur le plateau d'Al Jazeera, "l'ambassadeur" de la coalition des opposants syriens, Nazar al Haraki dit avoir des preuves qui "seront bientôt rendues publique et qui montrent que les missiles à tête chimiques ont été tirés depuis plusieurs zone en Syrie et à l'étranger vers la banlieue de Damas..... en Syrie, ces engins ont été tirés depuis Jabal Ghassiyoun par le régime Assad, le Hezbollah et les miliciens irakiens de Kataeb al Haqq et de Lawa al Abbas ! mais les missiles ont également été tirés depuis l'Iran ou l'Irak". Ces propos ont provoqué quelques minutes de silence tant ils semblaient insanes au journaliste d'Al Jazeera lui même.

Plutôt dans la journée, le porte-parole de la coalition des opposants syriens arétendu au cours d'un point de presse avoir des documents qui prouvent l'iimplication du régime Assad dans le raid chimique contre Al Ghouta-est et Al Ghouta-ouest. Khaled Saleh a prétendu avoir reçu des documents et des preuves sur la culpabilité de l'armée syrienne via des "éléments au sein du régime Assad" qui "n'osent pas se faire connaitre" ... pour les analystes des questions internationales, le nouveau prétexte invoqué contre Assad vise à fournir le prétexte nécessaire pour justifier une intervention militaire en Syrie. french.irib.ir 24.08

Syrie. Conditionnement des masses ou comment justifier le massacre d'un peuple innocent.

A ma connaissance, le régime syrien n'a agressé aucun pays, pas plus que celui de S. Hussein ou de M. Kadhafi.

Ce qui est étrange, c'est que ce sont des régimes soi-disant démocratiques qui se livrent à ces agressions et se comportent pire que des régimes réputés tyranniques, à juste titre, au point de se demander comment il faut les qualifier, de la même manière, de dictatures, avec la puissance de feu supérieur permettant de procéder à de vastes destructions et massacres.

De la même manière que le mouvement ouvrier dans ces pays défendra les quelques bribes de démocratie ou de liberté qu'il leur aura été accordé, en France on procèdera de même sans jamais qualifier le régime de démocratique, pas plus hier qu'aujourd'hui ou demain, la démocratie demeurant à conquérir tout comme le pouvoir politique pour les masses exploitées, l'un n'allant pas sans l'autre.

On ne concèdera rien à la classe dominante qui ne porte pas le sceau de l'imposture, de l'infâmie, de l'oppression et de l'exploitation, de la barbarie. Nulle nostalgie chez nous, notre regard porte uniquement vers le futur, notre émancipation qu'il nous faut conquérir une fois balayé le vieux monde.

- Washington prépare le terrain pour une intervention en Syrie - 20minutes.fr

- Syrie : Washington ne doute plus de l'utilisation d'armes chimiques - Francetv info

- Armes chimiques : Damas devra "rendre des comptes", prévient Washington - LeMonde.fr

- Syrie : John Kerry dénonce «le massacre aveugle de civils» par des armes chimiques - LeFigaro.fr

- Le front occidental anti-Bachar affûte sa riposte - LeFigaro.fr

- La Turquie prête à rejoindre une coalition contre la Syrie - AFP

- Pour Lavrov, intervenir en Syrie sans accord de l'ONU serait "une violation grossière" du droit - LePoint.fr

- La Russie revendique son rôle d'allié indéfectible du régime syrien - LeFigaro.fr

A bas le féminisme et les féministes! Le formatage de la pensée unique de droite, de gauche et d'extrême gauche, à l'extrême droite ils ne pensent pas.

Tous ces mouvements qui mettent en scène des minorités, des couches ou des communautés qui sont victimes de discriminations, agissent comme des gendarmes ou des procureurs envers la majorité de la population dont l'état d'esprit n'est et ne peut être que le reflet des rapports sociaux (de production) qui sont à l'origine de la société basés sur les inégalités entre les classes qu'ils reproduisent.

Le rapport dominant dominé, exploiteur exploité, étant à la base de la société capitaliste, on le retrouve au sein de tous les rapports sociaux dans la société, il concerne toutes les classes. Il faudrait qu'il existe une égalité entre les hommes et les femmes au sein de la classe ouvrière et de la petite-bourgeoisie, et lorsqu'on observe ce qui se passe à l'intérieur de la classe dominante on s'aperçoit que ce n'est pas du tout le cas et qu'ils se moquent bien de ce principe, qui finalement a été élaboré et imposé aux classes inférieures uniquement pour les imprégner de l'idée qu'il existerait une égalité entre les classes et qu'elle devrait être respectée. Autrement dit, que les opprimés devraient se soumettre aux oppresseurs, puisque c'est la seule traduction possible ou le seul rapport qui peut exister entre les classes en régime capitaliste.

On notera au passage à quel point la confusion est entretenue entre défense des droits des femmes travailleuses et féminisme, quand on observe que l'égalité a donné son nom à des organisations d'extrême droite et d'extrême gauche, organisations d'extrême gauche qui ont repris à leur compte le discours des féministes réactionnaires, tout comme les partis d'extrême gauche d'ailleurs.

Le droit à l'égalité se traduit par la soumission de la majorité à la minorité, conformément aux rapports qui existent entre les classes, dans le cas des hommes et des femmes c'est différent puisqu'il existe pratiquement autant d'hommes que de femmes dans la société, selon les domaines dans lesquels ce principe se traduit, c'est le plus faible qui doit endurer le même traitement que le plus fort ou il voit attribuer un fardeau supplémentaire, on inflige aux femmes une double peine en faisant croire que ce serait un avantage, elles sont doublement exploitées au nom de l'égalité, un progrès social paraît-il, dont en réalité seront principalement victimes celles qui se situent en bas de l'échelle sociale, les couches moyennnes et la classe moyenne disposant des moyens d'atténuer cette peine, la classe dominante n'étant pas concernée évidemment. Voilà ce que couvre l'extrême gauche.

Le cadre.

La journaliste de France Inter, Clara Dupont-Monod s'entretenait avec une féministe.

- Féminisme : l'interview qui choque - lepoint.fr

Commentaire d'internaute.

1- Sacrilège ! Anathème ! Qu'on la lapide !

- "... Osez charrier une féministe c'est sacrilège... Rappelons qu'en France le féminisme est officiellement considérée comme Grande cause Nationale PolitKement KorreKte, et qu'il est interdit de mettre une féminisme mal à l'aise en lui posant des questions déstabilisantes. Cette journaliste aurait dû se contenter de faire son travail, c'est à dire de poser la liste de questions préparées à l'avance par le MLF."

Les féministes sont des tyrans, vous avez raison !

2- L'interview qui choque qui ?

- "L'interview qui choque ! Voila, tout est dit ! On choque quand on ne pose pas les questions que certains attendent ! Je croyais pourtant que l'interviewer était libre de ses questions !

Mais au fait, qui est choqué ? Quelques dizaines de personnes ? Qui ensuite vont affirmer que tout le Web est en émoi ? Mais bien sûr ! Evidemment !

Allez vite, un sondage auprès des français pour savoir qui est vraiment choqué !"

Une vulgaire manipulation, qu'attendre de mieux ou de plus des médias franchement : boycott ! Ils existent dorénavant plein de portails où s'informer sur l'actualité, et il existe aussi mille manières de se divertir ou d'augmenter ses connaissances sans passer par les médias.

3- Elle s'est adaptée !

- "J'ai écouté cette interview et franchement, je pense que cette journaliste a essayé de s'adapter à son interlocutrice dont les propos étaient pour le moins inconsistants.

Sans doute avec un peu de maladresse due à son peu d'expérience.

Mais il est probable que le lobby féministe crée et va faire enfler cette polémique artificielle pour clouer au pilori cette femme dont le crime aura été de ne pas être béate d'admiration devant l'action de ce collectif féministe en faveur de l'entrée de femmes au Panthéon."

Ils vont la faire taire ou disparaître. Regardez, moi, il y en a qui en rêvent depuis des années, pas de bol je vais les pilonner et si la France attaque la Syrie, c'est un déluge qui va s'abattre sur eux.

Cela fait 99 ans que le PS est passé de l'autre côté de la barricade, Hollande aurait pu attendre pour bombarder la Syrie le 3 août 2014, pour commémorer au son du canon le centième anniversaire du passage de son parti dans le camp de l'ennemi.

4- Erreur...

- "Je pense que la seule faute de Clara Dupont-Monot est de ne pas être formaté "pensée unique" des médias parisiens bobos et de la bien pensance féministe que représentait la pitoyable Pascale Clarck (qui m'avait fait fuir France Inter) ! Moi, j'ai trouvé sa première interview au contraire incisive et pas convenue ! Au moins elle ne se contentait pas de " passer les plats" avec une connivence lamentable dont "certains journalistes" sont aujourd'hui coutumiers !"

Vous pouvez écrire entre guillemets "certains journalistes" à défaut de pouvoir en nommer, tout du moins au sein des médias nationaux aux mains de banquiers. Charles Enderlin en est un par exemple, un des rares rescapés du génocide sioniste des médias.

Attrape tout, attrape-nigauds

- Trappes: tentative de suicide de l'ado ayant porté plainte pour agression islamophobe - L'Express.fr

Les islamistes radicaux qui l'ont conditionnée sont les seuls responsables.

- "Cri de colère" des épouses de Français "séquestrés" au Qatar - AFP

Qu'elles s'en prennent à Hollande l'ami du régime salafiste du Qatar !

Marignan. Hommage à Jacques Blondel, salarié d'Air France sur le site aéroportuaire.

- Un silence religieux pendant une marche d'une demi-heure, puis deux minutes d'applaudissements sans discontinuer sur les lieux du crime: la population de Marignane a rendu un hommage émouvant lundi à Jacques Blondel, ce retraité tué jeudi en tentant d'interpeller deux braqueurs.

Ils étaient près de 2.000 à avoir répondu à l'appel lancé dès le jour du drame par le maire de la commune.

"Jacques Blondel pourrait être notre père, nous avons l'âge de ses enfants. Tout Marignane ne parle que de cette histoire. C'est un héros, à l'ancienne cependant, car aujourd'hui on meurt pour cela. C'est honteux...", expliquent ainsi les Marignanaises Morgane Noël, 21 ans et Marion Geay, 22 ans, agent administratif et employée de banque.

Marie-Thérèse et Claude, un couple de retraités, rose blanche en main. "Il a été héroïque, mais il a pris des risques. Qu'aurait-on fait à sa place...? Nous lui rendons hommage, mais nous avons la haine", disent-ils. Patrice, 40 ans, commerçant à Vitrolles, ville limitrophe, est venu pour "faire prendre conscience aux politiques qu'ils doivent régler le problème de cette violence qui monte". AFP 26.08

Monsieur Jacques Blondel était originaire du Burkina Faso, son assassin, Marwan Rezgui, 18 ans, a été arrêté la première fois à 15 ans, et depuis il a été condamnée 12 fois en 3 ans.

Comment se fait-il qu'il était en liberté ? En ajoutant toutes ses condamnations il aurait dû être en prison pour plusieurs années, non ? Parce qu'il était mineur ? Pour se comporter de la sorte, on n'est plus mineur, cette notion dans ce cas précis est obsolète, l faut changer la loi et établir la responsabilité à partir de 15 ou 16 ans.

Avant qu'il ne commette l'irréparable, la justice aurait dû lui proposer un travail payé au smic ou la prison. Or, leur justice est incapable de proposer cette alternative, elle est laxiste ou répressive, selon que cela l'arrange ou le gouvernement.

Je vous passe d'autres articles que j'ai téléchargé qui traite de cas similaire, c'est devenu quotidien. J'en reproduirai un seul plus loin car il est encore plus grave si on peut établir une échelle de valeurs dans ce domaine, disons que cela s'est passé dans un hôpital, un cinglé qui se met à tirer jusqu'à temps que son arme s'enraye.

Commentaire d'internaute (chaque fois je corrige les fautes d'orthographe)

1- "Mais où est SOS racisme et les extrémistes de gauche pour condamner ce meurtre odieux ?

Aucun représentant du gouvernement ? Pour rendre hommage à cet homme courageux qui a voulu faire face à la délinquance que ce gouvernement collabo laisse croître ? Valls complice passif de ce crime odieux. Le gouvernement avec."

Tout à fait, ce sont des rats, ils sont à vomir, mais dites-vous bien que c'est voulu, calculé, c'est une stratégie pour monter la population contre la minorité musulmane ou les étrangers en général, stabilité du régime oblige, vous comprenez ?

2- "Ou sont les Harlem Désir, Taubira et toute la clique collabos pro-arabes ?.....Si un jeune maghrébin avait été tué dans les mêmes conditions, toutes les rues seraient bondées d'humanistes bobos collabos et d'arabes en pleurs.....Par contre quand un arabe tue un sexagénaire accomplissant un acte de bravoure, il n'y a plus personne.....La France, quel pays de merde...."

A qui le dites-vous ! Pensez à l'aspect social qui en est à l'origine, je ne pense pas que ces communautés aient souhaité un instant le sort qui leur a été réservé.

3- "C'est à la photo que l'on voit l'absence totale de solidarité, de compassion et d'empathie de la "communauté" musulmane. Ils doivent être trop occupés à demander de pas faire d'amalgames et trouver des excuses aux braqueurs assassins."

C'est le boulot de la gauche, de l'extrême gauche et des gauchistes de trouver des excuses aux assassins, etc. comme ils en trouvent au gouvernement ou au PS depuis des lustres...

La peur au ventre.

- Des tirs dans un hôpital de Saint-Denis coutumier des tensions - AFP 26.08

Un homme devait être mis en examen lundi après avoir tiré trois fois sur un couple à l'entrée des urgences d'un hôpital de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Agé de 22 ans, le tireur doit être présenté à un juge d'instruction en vue de sa mise en examen pour "tentative d'homicide" sur les deux personnes visées, un conducteur avec lequel il avait eu un accrochage quelques heures avant et sa compagne.

A l'accueil des urgences de l'hôpital Delafontaine, trois impacts de balles tirées avec un pistolet automatique calibre 7,62 mm ont été relevés, deux au niveau du sol et le troisième à un mètre de hauteur.

L'homme, qui a 13 mentions à son casier judiciaire, la plupart remontant à sa minorité, est aussi accusé de détention et de transport non autorisés d'armes et de mise en danger de la vie d'autrui.

Deux aides-soignantes se trouvaient dans la salle d'accueil des urgences devant laquelle les coups de feu ont été tirés.

Lundi, la direction s'employait à rassurer le personnel de cet hôpital qui compte 80.000 passages annuels aux urgences adultes, gynécologiques et pédiatriques, au coeur d'un département confronté à un taux de délinquance élevé, et où de nombreuses armes à feu circulent.

"Il y a un volume important de gens qui se présentent aux urgences (et) la sécurité est l'une de nos préoccupations : les équipes soignantes et de sécurité anticipent au maximum", notamment pour réduire l'attente, source de frustration et de tension, explique à l'AFP la directrice adjointe de l'établissement, Catherine Vaucosant.

"Ca relève d'un fait divers, mais c'est une goutte d'eau de plus dans le vase", a déclaré le secrétaire général adjoint de la CGT à l'hôpital, Philippe Su, réclamant davantage d'effectifs médicaux et de sécurité. (Un "fait divers", une "goutte d'eau de plus" pour ce bureaucrate de merde ! - ndlr)

L'affaire a débuté vendredi soir vers 22 heures, quand le tireur, au volant d'une voiture volée, a percuté accidentellement celle de sa victime à Aubervilliers. "Il a refusé de faire un constat et a pris la fuite", a relaté une source judiciaire. Suivi et rattrapé par sa victime, il finit par lui donner rendez-vous plus tard dans la soirée, à Saint-Denis, pour faire ce constat.

A ce rendez-vous, l'homme est pris à partie par un groupe, auquel le tireur affirmera aux enquêteurs être étranger, et se fait frapper. Il appelle les pompiers et se rend à l'hôpital Delafontaine.

Le tireur présumé a affirmé aux enquêteurs avoir été "violenté" par l'homme cible des tirs, qui aurait "tenté de lui extorquer de l'argent" pour réparer sa voiture après l'accident.

"Tout en affirmant n'avoir pas voulu viser" sa victime, l'homme a expliqué s'être rendu armé à l'hôpital "pour ne pas rester dans une situation d'humiliation et régler le problème définitivement". Selon les témoins de la scène, il ne s'est arrêté de tirer que lorsque son arme s'est enrayée. AFP 26.08

Question : "L'homme (...) a 13 mentions à son casier judiciaire", comment se fait-il qu'il soit en liberté ? Ah, c'est parce qu'il n'a pas encore buté quelqu'un !

Bancocratie. Quand JPMorgan Chase mène la danse.

1- Un système entièrement corrompu

L'enquête des autorités américaines sur la banque JPMorgan, soupçonnée d'avoir profité de l'embauche d'enfants d'influents responsables chinois, illustre une pratique très répandue parmi les firmes financières étrangères en Chine, désireuses de soigner leurs relations.

L'unité anticorruption de la Securities and Exchange Commission (SEC), gendarme des marchés aux Etats-Unis, a ouvert une enquête destinée à savoir si la banque d'affaires américaine n'a pas été indûment favorisée dans ses activités en Chine en raison de l'embauche d'au moins deux enfants de caciques du régime.

Pourtant, les attributions de postes à des jeunes gens aux puissantes connections familiales, "prolifèrent" dans le secteur financier en Chine, et "tout le monde est impliqué dans ce genre de pratique", a observé Andy Xie, analyste indépendant et ancien économiste de la banque américaine Morgan Stanley.

"Tellement de gens ont du pouvoir et de l'influence que vous êtes amenés à recruter le fils de untel, la fille de untel. Cela finit par ressembler à un jeu (de stratégie) chinois", poursuit-il.

La SEC s'intéresse notamment à l'embauche par JPMorgan du fils de Tang Shuangning, patron du conglomérat China Everbright Group - un des clients de la banque -, selon un document de l'enquête cité par le New York Times.

Un cadre d'Everbright Bank, une filiale, a assuré à un média officiel que le choix de JPMorgan par le conglomérat pour préparer sa future cotation à Hong Kong avait été décidé via un processus "normal et ouvert".

Toujours d'après le New York Times, JPMorgan aurait également engagé la fille d'un haut cadre de la compagnie nationale de chemin de fer, dont la banque a aidé l'introduction en Bourse.

Selon les experts, la question clef est de déterminer si de tels recrutements constituent une infraction à la loi fédérale punissant les pratiques de corruption des firmes américaines à l'étranger.

Or, en Chine, les frontières peuvent être poreuses entre le recrutement de la personne la plus compétente pour un poste, le choix d'un candidat en raison de ses connections familiales, et l'embauche d'une personne en contrepartie d'un accord commercial.

Les deux jeunes recrues de JPMorgan ont obtenu des postes à Hong Kong, et les documents obtenus par le New York Times ne suggèrent pas qu'elles étaient incompétentes, ni ne montrent de liens évidents entre leur embauche et d'éventuels bénéfices supplémentaires.

Cependant, ce n'est pas seulement une question de profit direct ou immédiat: "La banque d'investissement en Chine est entièrement une affaires de relations", a insisté un ancien banquier d'affaires dans le pays, parlant à l'AFP sous couvert de l'anonymat.

"Les banques peuvent bien avoir des tas d'employés capables de calculer et d'obtenir des chiffres, mais si vous ne signez pas de contrat alors les calculs ne vous servent pas à grand chose", a-t-il ajouté.

"C'est tellement plus facile de recruter des personnes avec les bonnes connections" susceptibles de faciliter des négociations au moment opportun, a-t-il conclu.

C'est d'ailleurs au grand jour que certaines grandes banques ont accueilli des enfants des plus hauts responsables politiques du régime.

Ainsi, Margaret Ren, belle-fille de l'ancien Premier ministre et secrétaire du Parti communiste Zhao Ziyang, travaille aujourd'hui à Bank of America Merrill Lynch, après une carrière dans divers établissements financiers.

Alvin Jiang, petit-fils de l'ancien président Jiang Zemin, a quant à lui travaillé pour Goldman Sachs avant de rejoindre la firme d'investissement Boyu Capital.

Mais l'ouverture de cette enquête contre JPMorgan pourrait entraîner un début de remise en question, selon certains professionnels du secteur.

"Des pratiques qui avaient été acceptées ou tolérées vont maintenant faire l'objet d'un contrôle accru", a observé Simon Lance, directeur régional pour la Chine de la société international de recrutement Hays.

Echaudées, "les entreprises en général vont réévaluer les risques associés" avec leur façon de conduire leurs activités, a-t-il ajouté, pointant que ce type de recrutement n'est pas limité au secteur financier.

Le groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK), actuellement sous le coup d'une grande enquête pour corruption en Chine, avait précédemment employé la fille de l'ancien secrétaire du Parti Hu Yaobang.

De même, la fille de l'ancien ministre des Finances Xiang Huaicheng travaille pour le cabinet d'audit PricewaterhouseCoopers, selon un document transmis aux autorités de régulation.

L'affaire a déclenché des réactions au vitriol sur les réseaux sociaux chinois, prompts à dénoncer les privilèges des enfants d'apparatchik au détriment des jeunes talents sans relations.

"JPMorgan n'a pas de chance d'être le seul à se faire prendre", a commenté l'auteur d'un microblog sur Weibo, rappelant que c'est "une tactique habituelle des banques" mais aussi "des entreprises d'Etat chinoises".

De fait, "si on commence à enquêter sur chaque cadre moyen en Chine continentale, il faut s'attendre à de stupéfiantes révélations", a grincé un autre internaute. AFP 24.08

2- Une intention plutôt suspecte. Quel coup d'arnaque préparent-ils ?

La banque américaine JP Morgan Chase veut réduire ses interactions avec certaines banques étrangères afin de réduire les risques auxquelles elle est exposée et de renforcer ses contrôles internes, écrit le Wall Street Journal vendredi.

La première banque américaine en termes d'actifs examine actuellement ses interactions avec des milliers de banques partenaires étrangères pour lesquelles elle traite des transactions et réalise la compensation pour des paiements en dollars, ajoute le quotidien financier, citant un mémo interne.

La banque veut s'assurer que les institutions financières étrangères avec lesquelles elle travaille sont sûres, a indiqué une source proche du dossier citée par le Wall Street Journal.

"Servir les institutions bancaires de nos correspondants bancaires continue d'être l'une de nos forces", a commenté un porte-parole de JPMorgan Chase joint par l'AFP.

"Il est important pour nous de faire une pause et d'évaluer nos activités, particulièrement dans certains marchés, pour nous assurer que nous sommes bien positionnés pour répondre à nos responsabilités à long terme", a-t-il ajouté. AFP 24.08

Parce que voyez-vous JPMorgan Chase serait rempli de bonnes intentions envers ses "correspondants bancaires", ses clients... Il faut aussi penser à Bâle III, à l'Union bancaire européenne qui va consister à réduire le nombre de banques pour mieux les contrôler...

3- Pas "négligeant", simplement escroc, ouf !

Un juge américain a condamné la banque JPMorgan Chase à verser environ 50 millions de dollars au milliardaire Len Blavtnakik, estimant que l'établissement avait rompu son contrat en incluant dans un produit d'investissement trop d'actifs adossés à des prêts immobiliers à risques.

Dans une décision datant du 21 août mais rendue publique lundi 26 août, le juge Melvin Schweitzer de la cour suprême de l'Etat de New York considère que M. Blavatnik, Américain d'origine russe, est en droit de réclamer un dédommagement de 42,5 millions de dollars auquel peuvent s'ajouter des intérêts annuels de 5 % depuis la fermeture du produit financier concerné en mai 2008.

M. Blavatnik, le propriétaire de Warner Music, avait déposé plainte contre JPMorgan en 2009 et cherchait à récupérer en tout plus de 100 millions de dollars qu'il estimait avoir perdu suite à un placement dans un produit géré par la banque. Lors de la conception de cet outil financier, sa société Acces Industries Group aurait spécifiquement demandé à ce qu'il ne contienne pas plus de 20 % de titres adossés à des prêts hypothécaires. Mais la banque a dépassé cette limite en investissant par ailleurs dans des produits adossés à des titres hypothécaires à haut risque (subprime) qu'elle recensait sous un autre nom.

Lorsque la bulle immobilière américaine a explosé en 2007, la valeur de ces titres dérivés s'est effondrée, entraînant des milliards de dollars de pertes pour les investisseurs et propageant la crise financière la plus grave depuis 1929. JPMorgan Chase "ne partage pas l'interprétation que la Cour a fait du contrat passé" avec l'entreprise de M. Blavatnik et "étudie les suites à donner au jugement", a indiqué dans un communiqué un de ses portes-paroles, Doug Morris. L'établissement se réjouit toutefois que le juge ait "rejeté les accusations de négligence" dans la gestion du produit d'investissement, a-t-il ajouté. lemonde.fr 26.08

Extraordinaire, merci à Doug Morris pour cette sortie magistrale, chez JPMorgan Chase ils n'en ont rien à foutre d'être accusés de manipulation, disons le mot, d'escroquerie, du moment qu'on ne les accuse pas de "négligence", le sérieux de leur banque en serait entamé et les investisseurs qui sont de grands naïfs, si, si, il n'y a pas que chez nous qu'on en trouve à la pêle, pourraient en être contrariés et aller voir ailleurs. Heureusement que ce juge fait bien son boulot, entre nous, sous la table cela mérite bien une belle commission, il a été parfait.




INFOS EN BREF

POLITIQUE

1- États-Unis

L'agence de sécurité américaine NSA a forcé l'accès au système de vidéo-conférence interne des Nations unies, a rapporté dimanche l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, citant des documents confidentiels de l'agence.

Cette interception de communications a engendré une "hausse spectaculaire de la quantité de données issues de téléconférences et permis de décrypter ces données", est-il écrit dans un document de la NSA cité par l'hebdomadaire.

L'agence, qui est depuis plusieurs mois au coeur des fuites de documents secrets par Edward Snowden révélant l'ampleur du système de surveillance des États-Unis, a pénétré dans le système de l'ONU pendant l'été 2012, selon le Spiegel. En trois semaines, le nombre de communications décryptées par ses services serait passé de 12 à 458.

L'hebdomadaire cite un autre rapport interne selon lequel la NSA aurait surpris les services secrets chinois en train d'espionner les communications des Nations unies en 2011.

Le Spiegel affirme également que la NSA surveillait l'Union européenne après son déménagement dans de nouveaux bureaux à New York en septembre 2012 et détenait des plans de ses locaux. AFP 25.08

2- Egypte

Le procès de Mohamed Badie, guide suprême des Frères musulmans, et de ses deux principaux adjoints, Khaïrat al Chater et Rachad Bayoumi, a été ajourné dès son ouverture dimanche en Egypte, où s'est parallèlement ouvert celui en appel de l'ex-président égyptien renversé en 2011, Hosni Moubarak.

Les trois dirigeants des Frères musulmans, poursuivis pour incitation au meurtre lors des troubles qui ont précédé la destitution par l'armée, le 3 juillet, du président Mohamed Morsi, issu lui-aussi du mouvement islamiste, n'ont pu assister à l'audience pour des raisons de sécurité et leur procès a été reporté au 29 octobre, a-t-on appris de source judiciaire.

Quant à Hosni Moubarak, remis en liberté jeudi après l'abandon d'autres charges fondées sur des soupçons de corruption et placé en résidence surveillée dans un l'hôpital militaire, il a comparu sur un fauteuil roulant aux côtés de ses fils Gamal et Alaa, et de l'ancien ministre de l'Intérieur Habid al Adly.

A l'issue de trois heures d'audience, le juge a ajourné le procès de Moubarak au 14 septembre.

Dès sa remise en liberté jeudi, le gouvernement de transition, constitué sous l'égide du général Abdel Fattah al Sissi, chef d'état-major de l'armée, a usé des pouvoirs qui lui ont été conférés dans le cadre de l'état d'urgence pour obtenir son assignation à résidence. Cette mesure vise manifestement à ménager une partie de l'opinion.

Parallèlement, les arrestations d'islamistes se poursuivent. Les autorités égyptiennes ont arrêté dimanche un islamiste proche du frère du chef d'Al Qaïda Ayman al Zaouahri pour avoir livré des armes aux partisans de Mohamed Morsi, a-t-on appris auprès des services de sécurité.

Daoud Khairat a été interpellé au Caire dans le quartier de Nasr. Il est décrit par les autorités comme le "bras droit" de Mohamed al Zaouahri, le frère du chef d'Al Qaïda, qui a lui-même été arrêté en Egypte le 17 août.

Un des fils de Mohamed al Beltagi, membre éminent des Frères musulmans, a été arrêté dans la ville de Beni Souef, dans le Sud de l'Egypte, ont indiqué les forces de sécurité. Reuters 25.08

3- Syrie

Les chefs d'état-major de plusieurs pays occidentaux et musulmans commencent ce lundi à Amman une réunion de deux jours pour examiner les retombées du conflit en Syrie, selon un responsable jordanien.

Vendredi, un responsable jordanien avait annoncé la tenue dans les prochains jours d'une réunion à Amman à l'invitation du chef d'état-major jordanien Mechaal Mohamed el-Zeben et du chef du Centcom, le commandement américain chargé de 20 pays du Moyen-Orient et d'Asie centrale, le général Lloyd Austin.

Cité par l'agence officielle Pétra, ce responsable non identifié du commandement des forces armées jordaniennes faisait état de la participation du général Dempsey, chef d'état-major interarmées, ainsi que des chefs d'état-major d'Arabie saoudite, du Qatar, de Turquie, de Grande-Bretagne, de France, d'Allemagne, d'Italie et du Canada.

Un responsable du gouvernement jordanien a affirmé que cette réunion se tiendrait lundi et mardi à Amman. AFP 25.08

4- Arabie saoudite

Les Etats Unis ont signé un accord d'une valeur de 640 millions de dollars pour la vente des bombes à fragmentation à l'Arabie saoudite. selon Foreign Policy, 83 pays du monde ont interdit l'usage de bombe à fragmentation. Washington vend 1300 bombes à fragmentation à Riyad alors qu'il critique l'usage de ce même engin en Syrie. french.irib.ir 24.08

5- Liban

L'armée libanaise a annoncé avoir intercepté jeudi 22 août à Hasbaya un pick-up transportant une grande quantité des masques à gaz. «Le conducteur N.H a été arrêté alors que la cargaison a été confisquée et délivrée aux parties concernées», a déclaré la troupe dans un communiqué. Une enquête a été ouverte pour démasquer les dessous de la question.

Parallèlement, le site Al-Ahednews a rapporté citant des sources de sécurité que les services de renseignements ont fait une incursion dans la nuit de jeudi à vendredi dans la maison de la personne arrêtée où 2700 masques à gaz ont été saisis.

Selon les sources, la personne arrêtée n'est qu'un intermédiaire qui facilite le transfert de ces équipements depuis les faubourgs de Chebaa, passant par le Mont Cheikh, vers la région de Beit Jan dans le Golan occupé. french.irib.ir 23.08


SOCIAL

1- Afrique du Sud

Le gouvernement sud-africain a appelé les travailleurs à rester calmes et à éviter toute violence lundi, alors que des dizaines de milliers de personnes sont en grève dans le pays, notamment dans les BTP et l'automobile.

"Le gouvernement constate qu'un certain nombre de grèves ont actuellement lieu dans le pays, et appelle tous les travailleurs à exercer leur droit de grève de façon non-violente", a-t-il indiqué dans un communiqué.

"Employeurs et travailleurs sont invités à engager un dialogue sensé afin d'arriver rapidement à un accord", a-t-il ajouté.

L'hiver austral, de juin à août, est traditionnellement l'époque des grandes grèves en Afrique du Sud, car c'est la période des négociations salariales. Ces mouvement sociaux s'accompagnent régulièrement d'intimidations et de violences entre syndicats rivaux ou envers les non-grévistes.

Quelque 90.000 employés des BTP ont cessé le travail lundi, selon le syndicat NUM. Ils demandent une augmentation de 13%, quand le patronat ne propose que 6%, c'est-à-dire plus ou moins le niveau actuel de l'inflation en Afrique du Sud.

Des échauffourées ont fait deux blessés sur un chantier à Johannesburg, selon la police.

Les 30.000 travailleurs de l'automobile en grève depuis une semaine, qui paralysent la production nationale, pourraient mettre prochainement fin à leur mouvement après que les constructeurs ont offert une augmentation de 10%.

Le syndicat de la métallurgie Numsa a indiqué lundi que la consultation était en cours et qu'il annoncerait mercredi s'il appelle à la fin du mouvement. "Nous réfutons toutes les insinuations disant que nous avons accepté une offre. De telles insinuations sont toxiques et malveillantes à l'extrême", a-t-il relevé.

Des centaines de techniciens de la compagnie nationale aérienne sud-africaine South African Airways (SAA) se sont en outre mis en grève lundi pour obtenir des salaires plus élevés.

"Nos membres sont en grève pour une augmentation de salaire à deux chiffres, de 12%", a expliqué à l'AFP Vincent Masoga, le porte-parole du syndicat des transports Satawu.

Quelque 1.300 techniciens chargés de la maintenance des avions de SAA participent au mouvement, selon lui. Ces techniciens travaillent également pour le compte d''autres compagnies aériennes, dont British Airways et Qantas.

SAA a offert une augmentation salariale de 6,5%, selon le syndicat.

Les syndicats NUM, Numsa et Satawu font partie de la confédération Cosatu, alliée de l'ANC, le parti au pouvoir.

Ces grévistes sont susceptibles d'être rejoints dans les prochains jours par les ouvriers du textile et des mines d'or. AFP 26.08

2- Colombie

Des dizaines de milliers de paysans poursuivaient lundi leurs manifestations et blocages de routes entamés il y a une semaine et ont annoncé qu'ils ne cesseront le mouvement que lorsque des négociations nationales seront ouvertes avec le gouvernement.

Sept jours après le début du mouvement, auquel d'autres catégories se sont jointes ponctuellement, le président colombien Juan Manuel Santos et son ministre de l'Agriculture Francisco Estupiñán ont accepté de se réunir avec des représentants paysans à Tunja, dans la province de Bocaya, où les protestations sont les plus virulentes.

Les manifestants y bloquent notamment une route par laquelle transite une bonne partie de l'approvisionnement alimentaire destiné aux 7,3 millions d'habitants de la capitale, où les premières pénuries commencent à se faire sentir.

Mais ces pourparlers ne sont pas vus d'un bon oeil par la Table nationale de dialogue agraire, qui coordonne ce mouvement d'une durée illimitée. Son porte-parole Eberto Diaz a annoncé que le mouvement ne sera suspendu que si des négociations sont ouvertes au niveau national.

"Le gouvernement s'agite et cherche des interlocuteurs, tentant de forcer les négociations régionales. Mais la grève est nationale, le gouvernement est le seul à ne pas vouloir le voir. Dès l'ouverture de pourparlers nationaux, nous serons disposés à lever les manifestations", a-t-il déclaré à l'AFP.

De son côté, le président Santos a annoncé dimanche qu'il privilégierait des pourparlers régionaux tout en posant comme préalable la levée des barrages routiers.

Ce mouvement a reçu la semaine dernière le soutien de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) en marge de pourparlers de paix entamés en novembre à La Havane. Lundi, les autorités ont annoncé l'arrestation la veille d'un leader syndical paysan, Hubert Ballesteros, pour ses liens présumés avec les Farc.

Selon M. Diaz, un total de 200 manifestants ont été blessés et 250 interpellés après des heurts avec les forces de l'ordre. Lundi, ce mouvement rassemblant 200.000 paysans se poursuivait dans 11 des 32 provinces du pays.

Trois manifestants ont également été tués dans des circonstances encore non clairement établies. Le défenseur du Peuple Jorge Otalora a dénoncé des "abus" de la police. Une enquête a été ouverte suite à plusieurs témoignages de violences policières.

Les paysans colombiens protestent pour réclamer l'établissement de prix planchers pour certains produits ainsi que la baisse des prix des intrants agricoles. Les petits agriculteurs veulent aussi des garanties en matière d'accès à la terre et de constitution de réserves paysannes, sortes de communautés autonomes, une politique favorable aux mineurs de petites exploitations, ainsi que de meilleurs services publics dans les campagnes.

Ils dénoncent également les Traités de libre commerce signés par la Colombie, qui selon les paysans ouvrent la voie à un dumping sur les produits importés et empêchent de subventionner les secteurs productifs nationaux.

Des mineurs indépendants et des syndicats de chauffeurs routiers et d'employés des secteurs de la santé et de l'éducation sont venus grossir à plusieurs reprises les rangs des manifestations avec d'autres revendications. AFP 26.08


ECONOMIE

1- La Bourse ou la vie

Wall Street a terminé en baisse lundi, réagissant aux déclarations dans l'après-midi du secrétaire d'Etat américain John Kerry qui estime que la communauté internationale doit s'unir pour demander des comptes sur le recours à l'arme chimique en Syrie. Reuters 27.08

2- Etats-Unis

Le plafond légal de la dette des Etats-Unis sera atteint "mi-octobre" et doit être relevé par le Congrès avant cette date pour éviter un défaut de paiement du pays, a indiqué lundi le secrétaire américain au Trésor.

"Le Congrès doit agir avant la mi-octobre" afin de "supprimer la menace d'un défaut de paiement", écrit Jacob Lew dans une lettre envoyée aux responsables du Congrès et rendue publique par le ministère.

"A cette date, les Etats-Unis auront atteint la limite de leurs possibilités légales d'emprunter et le Trésor devra financer le gouvernement avec les seules liquidités dont il disposera", poursuit-il.

M. Lew précise dans sa missive que le Trésor ne sera, après cette date, plus en possession que de 50 milliards de dollars dans ses caisses, un montant que les dépenses nettes de l'administration peuvent "parfois" dépasser en une seule journée.

"Si les investisseurs venaient à ne plus vouloir prêter de l'argent aux Etats-Unis, les Etats-Unis pourraient être confrontés à une pénurie de liquidités immédiate", a détaillé le secrétaire au Trésor.

Le plafond de la dette est depuis plusieurs années l'objet d'une intense bataille à Washington. Majoritaires à la Chambre des représentants, les républicains ont jusqu'à présent refusé de le relever durablement et croisent régulièrement le fer avec l'administration Obama sur cette question.

Ce plafond avait été atteint une première fois au début de l'année avant d'être temporairement relevé par le Congrès en février à environ 16.700 milliards de dollars, son niveau actuel.

Pour éviter de dépasser cette nouvelle limite, l'administration a eu, depuis, recours à des mesures extraordinaires (suspension du paiement de certains fonds...) afin de repousser l'échéance.

Jusqu'à présent, l'administration estimait que ces mesures ne permettraient à l'Etat de faire face à ses obligations financières que jusqu'au début septembre.

Un autre débat budgétaire explosif attend l'administration Obama. D'ici au 1er octobre, républicains et démocrates devront se mettre d'accord sur les recettes et les dépenses avant l'entrée dans la nouvelle année budgétaire.

Faute de consensus, l'État fédéral sera contraint de fermer ses services administratifs "non-essentiels". Certains républicains ont menacé de ne pas céder car le 1er octobre doit aussi entrer en vigueur un volet majeur de la réforme de l'assurance-maladie, pièce maîtresse du bilan social du président. AFP 26.08

"Si les investisseurs venaient à ne plus vouloir prêter de l'argent aux Etats-Unis, les Etats-Unis pourraient être confrontés à une pénurie de liquidités immédiate", mais qui sont-ils, les mêmes qui détiennent la planche à billets à la FED.

Ils ont donc entre leurs mains le sort des Etats-Unis et du reste du monde, car si l'économie américaine s'effondrait d'un seul coup, elle entraînerait automatiquement dans sa chute l'économie mondiale. Cela signifie aussi que ce cartel de banquiers à le pouvoir de déclencher une dépression quand il le souhaite, selon le contexte politique internationale qui devra leur permettre d'accroître leur pouvoir, ils n'ont jamais agi autrement depuis un siècle. Cela figure dans leur stratégie globale.

Il paraît que ce serait sans importance qu'on le sache ou non, qu'on sache qui concentre le pouvoir, qui détient le pouvoir d'orienter l'évolution du monde, dans quelle direction, qui est chargé d'appliquer cette politique et comment ils s'y prennent, où ils veulent en venir, leur objectif ou leur stratégie politique, l'argent n'étant que le nerf de la guerre pour mener à bien leur plan de contrôle ou de domination du monde.

En réalité, on n'aurait pas besoin de savoir quel est notre véritable ennemi ni sa stratégie pour le combattre et le vaincre ou alors les masses auraient le pouvoir inné de le deviner, on se demandera si un tel miracle était possible pourquoi nous en sommes là, d'ailleurs on se demande même pourquoi on écrit ses lignes et on se donne tant de mal pour faire avancer les choses.


Le 28 août 2013

CAUSERIE

J'ai eu une journée très chargée et je ne pourrai pas actualiser le site avant ce soir. Pourtant j'ai bossé jusqu'à plus d'une heure du matin et je me suis levé à 6 heures.

J'ai dû aller faire des courses car il le faut bien parfois, et comme hier il y avait encore eu une grève générale d'une journée, qui ne sert strictement à rien sauf à faire gagner une journée de salaire aux patrons, c'était la énième depuis le début de l'année, je ne les compte plus, ce matin c'était la cohue partout, c'est là qu'on voit ce que signifie la surpopulation (en Inde), j'ai mis deux heures pour faire trois malheureuses courses sur mon trajet et je n'ai déplacé la moto qu'une seule fois, j'ai fait le plus vite possible, embouteillages monstres, même à pied il était impossible de se faufiler dans les rues, bloqué sous un soleil de plomb, poussière et pollution maximum, je suis rentré éreinté !

J'ai quand même ajouté 22 nouveaux articles. Je ne veux pas bâcler l'actualisation du site aujourd'hui, car on aborde la question syrienne et c'est trop grave pour se permettre de la traiter à la légère. Mélenchon s'est encore livré hier à un show médiatique misérable, écoutez attentivement ce qu'il dit, comme tous les autres partis le PG laisse le champ libre à Hollande pour bombarder la Syrie, c'est terrible camarade, on se dit toujours qu'on a touché le fond puis on s'aperçoit qu'on continue de s'enfoncer, préparez-vous au pire, mais gardez le moral quand même, nous n'y sommes pour rien, seuls nos dirigeants portent l'entière responsabilité de la situation.

A plus tard j'ai du boulot et rien à manger pour ce soir.

Mercredi 23h40 (en Inde)

Pas le temps de traiter tous les sujets d'actualité, demain la suite.

La palme de l'opportunisme revient au POI qui a sorti à propos des armes chimiques qui ont été utilisées par les contras pour l'imputer au régime et entraîner une riposte militaire occidentale : "personne ne sait à l’heure actuelle ce qui s’est passé en Syrie". Il sont les seuls dans le monde, car il suffisait de se demander à qui profite le crime pour avoir la bonne réponse. Ce serait l'UMP qui aurait sorti une infâmie pareille on aurait hurler à bas l'UMP !

Quand le lien entre le cerveau de l'intellectuel et le ventre du malheureux est rompu : c'est la faillite du mouvement ouvrier

Avant que la ligne soit coupée, mon épouse actuellement à Aubagne m'a dit : "mais ici les gens ne votent pas, tous les gens avec qui je parle ne votent pas, ce n'est pas obligatoire en France", en Inde non plus mais c'est fortement recommandé, car les partis ont accès aux listes d'émargement. Elle allait partir au Resto du Coeur où elle a repris le bénévolat quelques heures par semaine histoire d'être utile à quelque chose, sinon elle pousse la chaise-roulante de sa copine Irène, 93 ans, jusqu'à l'église du coin ou elle lui rend de petits services. Elle me fait marrer en me disant : tu vois je fais comme toi !

Elle ne fréquente que des pauvres, des miséreux, les couches les plus basses de la société. Effectivement, pourquoi iraient-ils voter puisque ceux qui seront élus ne prendront pas en charge leurs besoins, tandis que voter pour d'autres candidats ne leur serviraient à rien non plus puisqu'ils ne seront pas élus ! Et puis ils n'ont pas envie de cautionner des élus et des institutions, un système économique injuste qui les maintient dans la pauvreté ou leur permet tout juste de survivre pour garantir la paix sociale. Leur logique est imparable ou implacable, elle vient des tripes, d'en bas, alors que celle de ceux qui sont censés les représenter vient d'en haut, de leur cerveau formaté par le régime en place auquel ils se sont adaptés. Plus loin nous aurons un exemple.

Vous me direz que le ventre quand il est vide n'est pas forcement le meilleur conseiller, certes, mais le cerveau non plus quand il est trop plein !

Pour qu'un parti ouvrier soit équilibré et se construise au lieu d'être une passoire, de végéter ou de se décomposer, il faudrait qu'il arrive à compter dans ses rangs autant d'ouvriers que d'intellectuels, pour cela il faudrait modifier notre conception de la lutte de classe et prendre en compte les profondes transformations que la société a subies depuis plus d'un demi-siècle, or, comme on en a toujours été incapable, sauf au PC qui n'a jamais été un parti communiste (Lénine-Trotsky), il ne compte pas, on n'a pas été foutu de le construire.

Si les idées ne nourrissent pas notre homme, cela dépend lesquels, à ne penser qu'à se goinfrer on finit par ne plus être capable de penser ! C'est dommage pour tout le monde.

A propos du site et plus encore

Passage rédigé mardi soir.

En remontant dans les statistiques du site jusqu'en décembre 2012, j'ai pu observer que vous avez été 750 à télécharger le même fichier, en admettant qu'un lecteur sur 2 ou 3 l'ait téléchargé, cela donne entre 1.500 et 2.250 militants différents qui se connectent sur le site.

Hier, sans doute en rapport avec les dernières menaces de guerre contre la Syrie, lundi le nombre de visiteurs est monté à 663. Notre portail est plus populaire que celui du POI, du NPA ou de LO, vous me direz qu'il n'y a aucun mérite à cela !

Je vous avouerais que je m'attendais au contraire après mes dernières prises de position, j'ai pilonné les gauchistes et assimilés et généralement cela ne plaît pas trop aux militants, sauf à ceux qui sont capables de faire la part des choses, bravo à vous ! Certains pensent que je méprise les militants ou les travailleurs, à tort acr en réalité je démontre que j'ai confiance en eux et leurs qualités tant intellectuelles qu'humanistes

Je vous le dis tout de suite, dans les prochaines semaines ne vous attendez pas à ce qu'on porte autant d'intérêt à la situation en France qu'à celle qui existe en Syrie et au Moyen-Orient qui pour nous est prioritaire.

Je ne vous ai rien épargné sur le mariage homosexuel, le féminisme, l'écolocratie, le tiers-mondisme nauséabond, etc. je n'avais pas le choix, avec la guerre impérialiste contre la Syrie je vais sortir l'artillerie lourde contre tous les partis du mouvement ouvrier puisque pas un n'a pris à ce jour position au côté du peuple syrien, non pas même monsieur Mélenchon ou Laurent qui manient le double langage, je ne sais pas si vous avez conscience de ce que cela signifie, le mouvement ouvrier en France est décimé, anéanti, quasiment mort, ce que vous prenez pour des partis ne sont plus que des cadavres pris de compulsions hystériques après avoir été décapités, quand et comment, par le réformisme, puis le stalinisme, la Deuxième Guerre mondiale et enfin le mondialisme et le néolibéralisme dont il ne pouvait rater le tournant.

C'est la véritable nature de ces partis et de leurs dirigeants qui s'expose au grand jour. Je connais des militants que cela rend complètement dingue, qui ne peuvent plus se contenir, qui explosent littéralement, je les comprends. Pour les anciens qui étaient habitués aux grandes manifestations contre les guerres impérialistes, se voir ainsi empêchés d'exprimer leur soutien internationaliste au peuple syrien est une expérience traumatisante, une terrible déception. Inutile de se gargariser avec les déclarations d'un Mélenchon postulant au poste de Premier ministre d'un président salafo-sioniste, Hollande, on n'a pas la mémoire courte. Quand a-t-il appelé à une manifestation pour soutenir le peuple syrien dans son combat héroïque ? Jamais. Aucun parti à ce jour. C'est en ayant cet élément-là en tête que nous aborderons leurs prises de position quand elles existent.

Donc assez de discours, vous connaissez la formule : socialiste en parole, impérialiste en acte, elle s'applique à Mélenchon (et Laurent) et aux autres dirigeants. Ne pas condamner le soutien de l'impérialisme français qui est déjà impliqué dans la guerre contre le peuple syrien, c'était déjà soutenir l'impérialisme français et anglo-saxon qui détruisent la Syrie et massacre les Syriens par l'entremise des contras enrôlés, financés, entraînés, armés par leurs amis qataris, saoudiens, turcs, jordaniens, israéliens.

On va essayer de soulager un peu ces camarades, on partage leur rage et leur profonde tristesse, leur désespoir, il faut tenir le coup, pas de bêtises, l'adversité est un défit à relever qui peut nous grandir si on l'affronte courageusement, ce n'est pas facile, quant à la haine, libérons-là une fois pour toute sur le PS qui est au pouvoir et la vermine qui le soutiennent et concentrons-nous sur la situation pour garder la tête hors de l'eau, avec ces histoires de gaz on est au bord de l'asphyxie, il faut libérer un peu de pression pour remonter ou rester à la surface et ne pas couler, nous n'y sommes pour rien.

Je sais camarades, c'est dramatique d'être réduit à l'impuissance, d'être les otages d'ignares ou de traitres, matraquez-les, politiquement j'entends, si vous en trouvez le courage, sinon ne nous en occupons pas, laissons-les végéter ou pourrir dans leur jus, guettez le moindre appel à la mobilisation et participez-y en défendant vos idées, soyez-en fier, vous n'avez rien à vous reprocher, et au point où nous en sommes, vous pouvez envoyer chier sans sommations les donneurs de leçons, on est en guerre, guerre de classes, guerre contre l'opportunisme qui prend une tournure des plus cynique. Et si vous vous trouvez vraiment très mal, un conseil d'ami, allez au cinéma, écoutez un peu de musique, changez-vous les idées, pensez à autre chose, c'est ce que je fais parfois, y compris sur le coup de 1 ou 2 heures du matin, tenez il est déjà 1h35, mais là je vais bientôt aller me coucher je suis parfaitement calme et crevé.

Le saviez-vous ?

Le déshonneur en famille.

Sarkozy accorda la Légion d’honneur à Robert Ménard à la demande de Bernard Kouchner.

Robert Ménard, ex-président de Reporter sans frontière, auteur de Vive Le Pen ! et Vive l’Algérie française !, admirateur de l’OAS et de la CIA . Il va se présenter aux élections municipales en 2014 à Béziers avec le soutien du Front national.

Kouchner, dirigeant du PS et néolibéral, initiateur du "droit d'ingérence" en 2005 dont s'est prévalu Sarkozy plus tard pour bombarder la Libye et que Hollande ressort pour bombarder à son tour la Syrie, décidément, on nous avait caché que c'était la même famille. Pourquoi ? Je vous laisse le deviner, la réponse figure plus loin.

Les masses rejettent la guerre contre la Syrie. A bas Hollande et Obama!

- France. "En France, Le Figaro , édité par le marchand d’armes Dassault, a posé la question à ses lecteurs : au bout d’une journée, ils étaient 79,60 % à s’opposer à la guerre contre 20,40 % à la soutenir." (Réseau Voltaire 27.08 - Thierry Meyssan : Les Occidentaux sont-ils prêts à bombarder la Syrie ?)

Etats-Unis. Quelque 60 % des Américains interrogés pour un sondage Reuters-Ipsos se disent hostiles à une intervention de leur armée en Syrie, même si les allégations d'attaque chimique par le régime de Damas étaient avérées. 9 % seulement des personnes interrogées dans cette étude, réalisée entre le 19 et le 23 août, soit après le raid du faubourg de la Goutha, pensent que Barack Obama se doit d'agir. lemonde.fr 27.08

Le président du Venezuela prend position contre une intervention militaire occidentale en Syrie.

Les Etats-Unis voudraient déchaîner une nouvelle guerre mondiale, a déclaré samedi le président du Venezuela Nicolas Maduro, cité par les médias locaux.

"Il semblerait que les Etats-Unis veulent déchaîner la grande guerre mondiale", a indiqué le chef de l’Etat vénézuélien. Selon lui, les autorités américaines font pression sur le monde arabe et la Syrie.

"Actuellement, les médias du monde entier se sont attaqués au gouvernement syrien, nous sommes au bord de la guerre ouverte contre la Syrie, mais nous ne lâcherons pas le peuple syrien", a déclaré M.Maduro.

"La Syrie est la base de stabilité du monde arabe, elle résiste aux attaques et l’expansion", a-t-il ajouté. fr.rian.ru 25.08

De la dialectique.

Quand on me dit qu'on n'en a rien à faire des réunions du groupe Bilderberg, de la Commission Trilatérale, du CFR (Council of Foreign Relations), que cela n'a aucune importance que l'on sache ce qui s'y passe et qui y participent, que les masses le savent ou non cela ne présente aucun intérêt, etc. je me dis qu'il faut remettre les choses à leurs places et qu'il y a quelque chose qui ne colle pas.

Peu importe ici qui ou quoi cela concerne, ce qui est intéressant c'est d'analyser à partir de cet exemple ce qui soutend une telle démarche que l'on retrouve ailleurs, qui alimente le scepticisme qui réduit à l'impuissance, qui en est l'expression.

Tout d'abord, si tout le monde devait se foutre comme on me l'a dit tel quel de ces institutions, on se demande bien pourquoi elles existeraient, dont certaines depuis plus d'un demi-siècle, pourquoi ceux qui les ont fondées s'acharnent à les faire fonctionner.

Ensuite, on se demandera pourquoi lorsque trois people se retrouvent à la terrasse d'un café cela fait l'objet d'un papier des médias, là quand 120 à 130 personnalités parmi les plus puissantes ou les plus influentes du monde se retrouvent annuellement pendant trois jours à huis clos dans le plus grand secret dans un hôtel, les médias pratiquent le black out, n'y consacrent même pas une ligne, quoique les temps changent depuis Internet, cette année le Nouvel Observateur a consacré un long article lors de la dernière réunion du groupe Bilderberg qui s'est tenu en juin dernier en Grande-Bretagne, pourquoi, sauf exception qui confirme la règle la totalité des médias passent-ils sous silence cet événement de portée mondiale, puisque ces personnages traitent de l'avenir du monde et ont la possibilité d'en influencer le cours ?

En fait, on nous demande de les imiter, on leur donne raison, le sort de l'humanité n'est pas votre affaire, circulez il n'y a rien à voir, voilà l'attitude qu'on nous demande d'observer et qu'on légitime. Je suis désolé, je ne suis pas d'accord, on a le droit, on a le devoir de tout faire pour savoir ce qu'ils trament dans notre dos. Pourquoi ? mais pour pouvoir mieux les combattre dès lors qu'on connaît leurs intentions, leurs objectifs, leur stratégie, cela me semble être la moindre des choses. Là encore, on me rétorque que cela n'a aucune importance, en fait rien n'a d'importance, les masses en savent suffisamment ou déjà trop, le problème serait ailleurs. Si c'était le cas, elles auraient déjà trouvé la voie pour en finir avec le régime en place, elles auraient balayé tous les obstacles qui se dressaient sur leur chemin puisqu'elles étaient censées en avoir conscience ou connaissance, or ce n'est pas le cas et elles en font la démonstration, aussi cette argumentation ne correspond pas à la réalité.

Pas plus les masses que nos dirgeants n'en ont conscience, ce qui explique la situation dans laquelle nous nous trouvons. Car eux aussi ils ont adopté cette attitude qui consistait à se détourner de ces institutions dès lors qu'elles avaient un fonctionnement occulte ou qu'elles étaient réservées à une élite qui ne pouvait se prévaloir d'aucune légitimité, puisque leurs membres étaient recrutés uniquement par cooptation, ce seraient une sorte de clubs privés très sélects comme bien d'autres où l'on prend le thé et on joue au bridge entre gens du même monde, pas de quoi casser une patte à un canard, restons dans le cadre strictement institutionnel établi, reconnu, et ne nous posons pas davantage de questions, tel est leur message. Tel est bien le problème.

On s'imagine à tort que la dialectique serait quelque chose de mystérieux, de compliqué, de savant, inaccessible, alors qu'en réalité c'est la chose la plus simple qui soit qu'absolument tout le monde peut saisir.

Souvenez-vous de Marx donnant des conférences dans le saint empire germanique sur le thème Travail, salaire, profit devant un parterre de menuisiers au milieu du XIXe siècle, des ouvriers qui devaient sans doute être illettrés ou analphabètes ou tout du moins arriérés, et dont le nombre de participants ne cessaient d'augmenter à chaque conférence... Si Marx leur avait tenu le discours de nos dirigeants, ils n'auraient rien compris et plus personne ne serait venu assister aux conférences suivantes.

Tout le monde connaît Marx ou croit le connaître plutôt. Comment a-t-il pu tenir en haleine et enthousiasmer un tel auditoire ? Comment a-t-il bien pu faire pour aborder un sujet aussi ardu et pas forcément en rapport direct avec les préoccupations immédiates de ces ouvriers au point qu'ils en redemandaient ? Possédait-il une recette miracle ? Oui et non, la dialectique matérialiste et rien d'autre.

Chacun sait que Marx et son compagnon Engels, on peut les citer ensemble tellement leur mode de pensée fonctionnait à l'unisson, chacun sait qu'ils n'ont rien inventé, rien créé, ils ont seulement découvert quelles étaient les lois de fonctionnement du capitalisme et mis en lumière quels étaient les principaux facteurs qui avaient été les moteurs de la civilisation humaine à travers les milliénaires passés jusqu'à leur époque et la nôtre maintenant.

Comment ont-ils fait pour les découvrir ? A l'aide de la méthode de la dialectique matérialiste, en partant des faits, ensuite à partir des facteurs qui composaient ces faits ils se sont posés une multitude de questions pour comprendre les rapports qu'ils entretenaient, leur évolution, leur transformation, pour remonter jusqu'à leur origine, leur expression la plus simple, la plus élémentaire, leur forme originelle, une fois parvenu à cet objectif ils étaient parvenus à reconstituer tout le processus qui avait été mis en oeuvre pour constituer la situation qu'ils avaient sous les yeux ou pour traiter un sujet particulier et qui dès lors n'avait plus de secret pour eux, dit autrement, ils étaient parvenus à relier l'effet à la cause qui leur semblait obscure ou qu'ils ignoraient au départ, à saisir le fil qui les reliait de manière à rendre l'ensemble du processus parfaitement compréhensible, la logique interne au déroulement de l'histoire de l'humanité et au-delà leur apparaissait clairement, pour finir il ne leur restait plus qu'à théoriser leur découverte et le socialisme scientifique était né. Formidable aventure dans l'inconscience de l'humanité n'est-ce pas ?

Ce qu'ils nous ont transmis, c'est cette méthode pour interpréter le monde, le sonder, l'interroger, observer à notre tour de quelle manière il évolue et se transforme en quantité et en qualité, or nous avons été incapables d'utiliser correctement cette méthode depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, nous ne nous sommes pas posés les bonnes questions ou suffisamment de questions, nous nous sommes arrêtés à mi-chemin entre l'effet et la cause, ce qui m'a fait dire que le fil du marxisme avait été rompu. Nous ne sommes jamais parvenus à la profondeur de pensée de Marx et Engels et nous nous sommes fourvoyés dans le trade-unionisme, le réformisme bourgeois, le corporatisme, les uns se plaçant sous l'influence des staliniens, les autres sous celles des réformistes ou de la social-démocratie dégénérée, pour finir dans les deux cas dans une impasse, au mieux, par l'abandon du socialisme ou une une trahison qui ne veut pas dire son nom au pire. (A suivre

A propos de la question syrienne. Le mouvement ouvrier a capitulé en rase campagne.

Avant-hier soir, au son des canons de l'impérialisme américano-européen-sioniste qui menacent de résonner dans le ciel de la Syrie les prochains jours, je me suis connecté sur les portails nationaux du PG, du POI, du NPA et de LO pour voir s'ils avaient sorti un communiqué, une déclaration, un appel en soutien au peuple syrien : rien (sauf LO le lendemain, en pire, lire plus loin), ils ont tous déserté, Hollande bénéficie de leur neutralité ou de leur silence complice. On viendra plus loin aux misérables gesticulations des uns et des autres.

Vous avez là sous les yeux l'illustration de l'analyse qui figure plus haut.

De quel côté se situent ces partis ? Du côté de la guerre ! Honte à eux, lâches, traitres, agents de l'impérialisme, je ne m'étais pas trompé. Sous Sarkozy, c'était facile pour certains de prendre position contre le bombardement de la Libye, au nom d'un principe, sous Hollande, apparemment le même principe n'est plus de rigueur, vous me direz, ils ont encore le temps d'opter pour une position de façade qui ne leur coûtera rien, ils n'ont jamais levé le petit doigt en deux ans pour la Syrie, à vomir tous ces partis, mille fois hélas !

Nouvelles des sociaux-impérialistes.

PCF - 26 août 2013

- "L'escalade de la confrontation militaire provoquée par le régime syrien suscite de très graves inquiétudes. Les bombardements à l'arme chimique, dont la responsabilité est attribuée au régime de Bachar Al Assad, ont fait franchir un pas spécifique et particulièrement criminel dans l'horreur. "

On relèvera simplement que c'est le régime qui est responsable. Tout le reste est du baratin de stalinien pur jus.

LO - 27 août 2013

- "Une intervention militaire, quelle qu’elle soit, qu’on dit d’avance symbolique, ne libérera pas la population de ses oppresseurs, quels qu’ils soient."

Quel niveau de connerie ! Un "symbolique" rayer un pays de la carte, autrement dit, ils n'en ont rien à foutre à LO !

Le passage suivant a été rédigé jeudi, le précédent mercredi soir.

POI - Informations ouvrières n°266 page 16 - 28 août 2013

Ils se sont fendus d'un article insupportable... en dernière page, alors que la question syrienne est absolument sur toutes les lèvres, à croire qu'ils veulent encore se distinguer, dans le mauvais sens comme nous allons le voir.

Ce parti adopte la pire des positions, celle des lâches qui laissent les mains libres à Hollande pour bombarder la Syrie. Chacun se souviendra qu'on nom d'un "principe", le POI avait condamné le bombardement de la Libye par Sarkozy, mais voilà, ce sont leurs amis du PS qui sont au pouvoir, du coup le même principe passe à la trappe. Ainsi le POI et ses dirigeants confirment la caractérisation qu'on a pu en faire, là ils franchissent ouvertement la ligne de la trahison en se plaçant au côté de l'impérialisme français, nos condoléances à nos camarades du POI qui se connectent sur notre portail, vos dirigeants sont indignes de vous, de nous, des travailleurs, et d'aller se prosterner le 31 août sur la tombe de Lev Davidovitch Bronstein dit Léon Trotsky, honte à eux !

Dans l'article à vomir signé Marguerite Leuwen, pas un mot sur tous les éléments que nous citons plus loin qui prouvent que ce n'est pas possible qu'Assad soit responsable d'avoir utilisé des armes chimiques au moment même où les inspecteurs de l'ONU étaient à pied d'oeuvre en Syrie. En occultant les faits, la vérité le POI se range ainsi dans le camp des impérialistes qui imputent cette attaque au gaz au régime de Damas pour justifier une intervention militaire contre le peuple syrien.

Elle écrit : "Ce n’est pas une découverte que le régime syrien est capable d’organiser de sanglants carnages", c'est bien le discours d'Obama et de Hollande, on est bien d'accord, il en est capable, donc c'est lui à défaut de prouver le contraire parce qu'on ne le veut surtout pas.

Elle insiste plus loin : "La violence et la barbarie de ce côté-là (des contras - ndlr) n’ont rien à envier au régime de Bachar el-Assad" qu'elle place sur le même pied, comme le font ceux qui diabolisent le régime pour justifier l'armement des djihadistes, puis une intervention militaire directe.

Elle se livre ensuite à une grossière falsification des faits "Celui qui paie la sanglante note est le peuple syrien, qui est entre ces deux feux.", alors que l'on sait que sans le soutien de la majorité des syriens cela fait belle lurette que le régime se serait disloqué ou serait tombé ensuite.

En fait, c'est elle qui imite Obama, Hollande et Fabius en versant une "larme de crocodile" sur le sort du peuple syrien, dont elle se sert pour justifier son refus de condamner par avance toute intervention militaire occidendale, elle est aussi ou plus cynique encore, c'est terrible pour les militants du POI !

- "C’est pourquoi la réaction des grandes puissances se lamentant sur le sort du peuple syrien ressemble à des larmes de crocodile.", on croirait du Arthaud, elle fait feu de tout bois, et elle n'hésite pas un instant à occulter les preuves qui accablent les salafoistes-sionistes-al-qaïdistes dans l'utilisation de gaz toxiques ou mortels

Elle ne sait pas ce qui s'est passé, ce que l'on ne peut pas croire, elle feint de ne pas le savoir, elle qui dans cet article dit savoir beaucoup de choses fait preuve d'une mauvaise foi accablante, pourquoi, mais pour justifier la neutralité affiché par le POI qui revient à soutenir Hollande, qui ne dit rien consent.

- "Tout le monde a vu avec indignation les images de cadavres de femmes et d’enfants, mais, personne ne sait à l’heure actuelle ce qui s’est passé en Syrie."

"personne ne sait à l’heure actuelle ce qui s’est passé en Syrie", quel cynique mensonge, pourriture, personne ne serait poser la simple question : A qui profite le crime ? Tout le monde connaît la réponse à cette question à laquelle un enfant de 8 ans pourrait répondre.

Qui avait intérêt à utiliser des armes chimiques au moment même où les inspecteurs de l'ONU étaient à Damas ? Certainement pas le régime, il aurait résisté contre cette agression pendant plus de deux ans, il aurait pris soin de ne pas commettre cette erreur qu'il savait fatale d'utiliser des armes chimiques, il venait de remporter d'importantes victoires militaires et il était en train de lancer une offensive de grande envergure dans la banlieue de Damas et il l'aurait sabordé pour tuer des civiles au risque de déclencher une intervention militaire occidentale, il faut être complètement abruti pour prêter une telle intention au président syrien.

Poser cette question, "qu'est-ce qui c'est passé" comme le fait Marguerite Leuwen sert uniquement à camoufler la vérité, c'est emboîter le pas à Obama et Hollande notamment. Apparemment le POI a choisi son camp, on n'a pas à se poser la question ! J'attendais ce moment depuis des années.

Ce n'est pas fini. Dire que "personne ne sait à l’heure actuelle ce qui s’est passé en Syrie", c'est aussi prendre pour des abrutis les militants de son parti, nous aussi et tous les travailleurs, c'est une insulte à l'intelligence humaine.

D'où sort-elle cette Marguerite Leuwen ? Elle a dû être propulsée à la direction du POI par D. Gluckstein, qui lui-même a été désigné par feu P. Lambert comme son hérité, qui lui non plus jamais vraiment rien su sur rien.

On se dit qu'en présence de dirigeants qui sont incapable de répondre à une question aussi élémentaire, on se demande comment pourraient-ils trouver les réponses à des questions complexes ou compliquées ou qui posent des difficultés ? Comment pourraient-ils se poser des questions, les bonnse questions ? Impossible, ils ne sont même pas capables de percevoir ce qui se passe sous leurs yeux, ils sont totalement déconnectés de la réalité, ils vivent dans le monde qu'ils se sont forgés, ce sont uniquement des manoeuvriers qui oeuvrent pour entretenir leur appareil et soutenir le régime, le socialisme et construire un parti révolutionnaire n'a jamais été leur objectif, j'en avais déjà la conviction depuis de longues années.

Les militants les perçoivent tels qu'ils voudraient qu'ils soient, cela fonctionne de la sorte, ils leur prêtent des qualités qu'ils n'ont pas, on vient d'en avoir la preuve, et ceux qui finissent par s'en rendre compte ou qui acquièrent une certaine indépendance d'esprit, un certain niveau théorique démissionnent, une décison salutaire pour eux.

Elle conclut son article en refusant de condamner l'emploi de la force militaire contre le peuple syrien, elle se borne à un constat que l'on retrouvait ces derniers jours dans Libération, Le Figaro, Le Point, Le Monde, L'Express et Le Nouvel Observateur. Les militants du POI qui ne veulent pas prendre de bombes sur la tête ou qui veulent garder les mains propres peuvent aller se réfugier dans le groupe GMI...

- "Il est une chose qui doit être réaffirmée, quelle que soit la barbarie des régimes : l’intervention des grandes puissances, loin de résoudre la situation dramatique des peuples, ne fera que l’aggraver. Toute l’histoire récente des interventions militaires le démontre."

PG - 27 août 2013

Le double langage habituel mais plus masqué car la manipulation est décidément trop grossière.

- Interrogé sur BFMTV/RMC, Jean-Luc Mélenchon a déclaré que l’intervention militaire française en Syrie serait "une erreur gigantesque", il n'est jamais avare de superlatif pour se donner un air radical, reste à voir dans quel sens, et d'ajouter "cette fois-ci, c'est le gaz et les Syriens qui sont un prétexte pour les uns et les autres pour un jeu de dominos", renvoyant dos-à-dos la responsabilité de l'utilisation de gaz et de cette guerre, argument qui est justement l'élément déclencheur qu'avait besoin l'impérialisme occidental pour bombarder la Syrie, en refusant de poser la question de savoir qui l'a utilisé et qui y avait intérêt à ce moment précis du conflt pour immédiatement accuser le régime d'Assad qu'ils ne parviennent pas à renverser depuis plus de deux ans, c'est le discours d'Obama.

- Il faut travailler "à une solution politique" a demandé le dirigeant du Front de Gauche. nouvelobs.com 27.08

Qu'est-ce que cela signifie, que ceux qui ont agressé la Syrie ou soutenu son agression, y participent déjà depuis plus de deux ans auraient l'intention de favoriser ou pourrait participer à "une solution politique", alors qu'ils ont affirmé dès 2011 devant le monde entier que leur seul objectif politique était le départ du président syrien Al Assad, par n'importe quel moyen, y compris la force ?

Voilà le double langage de Mélenchon démasqué, c'est au peuple syrien uniquement de décider de son propre sort : les mercenaires étrangers dehors !

Ce n'est pas tout. Le régime syrien n'a attaqué aucun Etat, ce sont les régimes du Qatar, d'Arabie saoudite, de Turquie, Israël, des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France qui ont pris l'initiative d'attaquer la Syrie en armant et infiltrant dans ce pays des bandes de barbares fanatiques et sanguinaires pour s'attaquer au régime en place, détruire la Syrie et massacrer son peuple. Mélenchon le passe soigneusement sous silence, on comprend pourquoi, il en est complice.

Ce n'est pas tout. Tout le monde sait qu'il était totalement impossible que le régime ait été assez stupide pour employer des armes chimiques au moment même où des inspecteurs de l'ONU étaient sur place, alors qu'il venait de remporter de nouvelles batailles importantes contre les contras dans la banlieue de Damas. Cette affaire d'armes chimiques est arrivée alors qu'il était en train de lancer une vaste offensive pour en finir une fois pour toute avec les 25.000 mercenaires installés dans la banlieue de la capitale, elle avait pour objectif notamment de briser cette offensive. Mélenchon n'y a pas fait référence, lui qui se veut le champion du "bon sens", là apparemment sa logique ne dépasse pas celle du primate du temps des cavernes !

Ce n'est pas tout. Les Russes et les Américains disposent d'images satellites très précises où l'on peut distinguer d'où ont été tirées au moins deux missiles ou obus contenant ce gaz, or il ne s'agissait pas d'une position tenue par l'armée syrienne nationale, donc ces tirs ne pouvaient être que l'oeuvre de son ennemi. Mélenchon n'a pas relaté cet élément, ne serait-il pas au courant ? Il est comme Marguerite Leuwen, il ignore ce qui s'est passé !

Ce n'est pas tout. Des soldats syriens ainsi que des civils sont morts gazés dans plusieurs endroits de la Syrie ces derniers jours, personne n'en parle et apparemment cela n'intéresse pas les inspecteurs de l'ONU, ni Mélenchon évidemment.

Ce n'est pas tout. Hier sur BFMTV et RMC Mélenchon a adressé la recommandation suivante à Hollande et à son gouvernement de va-t-en-guerre dont il rêvait de faire partie : "Prenez tous le temps du sang-froid" (AFP), alors qu'ils font état d'un cynisme sans fond depuis plus de deux ans en soutenant et participant à l'agression contre la Syrie, autrement dit il les présente sous un jour qui ne correspond pas à la réalité, c'est une manière comme une autre de soutenir Hollande.

En conclusion.

L'objectif de l'utilisation d'armes chimiques par les salafistes et Cie. et de l'imputer au régime est de parvenir à renverser le rapport de force sur le terrain favorable à ce dernier, pour permettre aux ennemis d'Assad d'arriver en position de force à la conférence dite de Genève II et exiger son départ, en admettant que cette conférence figure encore dans l'agenda des Américains.

Précédemment c'est encore le gouvernement français qui fut en tête de ligne pour torpiller la première conférence prévue et qui n'a pas pu avoir lieu, puisque les ennemis du régime n'était pas en situation de faire prévaloir leur supériorité sur le terrain pour exiger le départ d'Assad. L'objectif demeurant aujourd'hui de le désigner comme le seul responsable de cette guerre et de sa prolongation, l'obstacle au retour à la paix civile en Syrie.

En complément : Soutien unanime des médias à la guerre contre le peuple syrien.

- Le projet de frappes "punitives" en Syrie se précise - Reuters -

- Les Etats-Unis plantent le décor d'une intervention - AFP

- Syrie : le compte à rebours a commencé Olivier Ravanello - Le Monde

- Syrie: Paris "prêt" à intervenir militairement pour "punir" Assad - AFP

- Une réplique militaire contre la Syrie ne serait qu'"une question de jours" - LeMonde.fr

- Intervention militaire en Syrie : plans de bataille Libération.fr - Liberation.fr

- Syrie : l’inévitable intervention - Le Nouvel Observateur -

- Syrie : "Le régime syrien est responsable de l'usage d'armes chimiques" - LePoint.fr

- Syrie: Damas devra "rendre des comptes" sur l'utilisation d'armes chimiques - L'Express.fr

- Syrie : quatre scénarios pour une intervention militaire - Francetv info

- L'Arabie saoudite pour une action "décisive" contre Assad - Reuters

- Boycott de tous les médias, n'achetez plus un journal ou un magazine, passez le message autour de vous.

L'imposteur et l'infâme : dehors!

Ce sont vos amis les barbares djihadistes. Alors il faut bombarder l'Elysée, Matignon, l'Assemblée nationale, le Sénat, le Conseil constitutionnel...

Syrie: «La France est prête à punir ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents», dit Hollande 20minutes.fr




ACTUALITE EN TITRES

Timing. Vont-il à nouveau déclencher un cataclysme mondial ?

- La peur du risque fait son retour sur les marchés - Reuters

- Les craintes sur la Syrie jettent un froid sur les marchés financiers - AFP

- Les banques en avance sur les délais de Bâle III - Reuters

- JPMorgan prié de payer 6 milliards dans un dossier de "subprime" - Reuters -

- "Baleine de Londres": un ex-trader de JPMorgan Chase arrêté - AFP

- Un ex-trader de JPMorgan recherché aux Etats-Unis arrêté à Madrid - L'Expansion.com

- Le Nasdaq et le Nyse en désaccord sur la panne de jeudi - Reuters

- La récession (1,6%) en Espagne plus forte qu'annoncé en 2012 - L'Expansion.com

- France. Logements neufs: le nombre de permis de construire accentue son recul - L'Expansion.com

- Turquie: la livre perd encore du terrain - AFP

Le doigt dans l'engrenage des retraites par points.

- Un compte pénibilité devrait être créé en 2015, selon Mailly - Reuters

Question : quel parti va rompre avec les appareils à cette occasion ? Aucun, même la guerre déclenchée par le PS contre le peuple syrien ne les fera pas rompre avec ce parti. Leur politique internationale est la continuité de leur politique nationale, comme la guerre est la continuité de la politique sous une autre forme.

Qui en doute ?

- Et si la réforme des retraites faisait finalement consensus? L'Expansion.com

Comme sur la Syrie...

Prosélytisme islamique ou quand l'obscurantisme devient envahissant pour les musulmans

Roissy-en-Brie : 20 000 habitants, une moquée à 2,8 millions d'euros, pour en contruire une à Paris cela dépassait le milliard ! Ils font vraiment tout pour traîner les musulmans dans les mosquées, alors que jusqu'à présent ils s'en passaient très bien. Mon épouse est hindoue pratiquante, et à Aubagne elle se passe très bien du temple, elle va à l'église le dimanche matin !

- Le sultanat d'Oman verse 1,8 million d'euros pour finir de bâtir une mosquée près de Paris - LeMonde.fr

Mohamad Nasereddine, président de l'Association culturelle musulmane de Roissy-en-Brie (ACMRB) a précisé que le transfert de fonds, qui représente deux tiers d'un budget de 2,8 millions d'euros, a eu lieu en juin et que le pays du Golfe n'avait demandé aucune contrepartie. Un million d'euros a par ailleurs été récolté grâce aux dons des fidèles.

Jusqu'à présent, les musulmans des environs de Roissy-en-Brie, dans le département de Seine-et-Marne, se réunissent dans une salle "pas du tout adaptée" d'une centaine de mètres carrés, indique la municipalité de cette ville de 20 000 habitants. lemonde.fr 27.08

En année pleine 0,1% du nombre d'unions !

- Mariage gay: au moins 1600 unions en 2013 - L'Express.fr

En moyenne entre 2000 et 2011 (Insee) il y a eu en France entre 350 et 450.000 unions (mariages et Pacs inclus), faites le calcul sur la base de 4.000 unions gays par an, cela donne entre 0,1 et 0,05%, c'est pour satisfaire le droit à l'égalité de cette infime infime miniorité qu'ils ont divisé les masses.

D'après vous n'existerait-il pas en France des minorités infiniment plus nombreuses dont les droits sont bafoués, qui pourraient en réclamer mais qui ne sont jamais satisfaits sous ce régime, non ?

Moi je suis divorcé et remarié, j'avais divorcé au bout de 8 ans après 10 ans de vie commune, je me suis remarié en 1990. Pour vivre avec Magueswary et obtenir un visa pour vivre en Inde le mariage était obligatoire, sinon je ne me serais jamais remarié, la première fois c'était uniquement pour payer moins d'impôts ! Je suis contre le mariage, pour l'amour libre, peace and love, je déconne, c'était quand j'étais jeune Woodstock, etc.

La durée des Mariages en France

5 ans : 18,86 %
5 ans à 9 ans : 27,041 %
10 ans à 14 ans : 19,42 %
15 ans à 19 ans : 14,2 %
20 ans à 24 ans : 10,76 %
25 ans à 29 ans : 6,94 % (source : planetoscope.com)

Vaut mieux encore rester pauvre !

- Inde: "Le développement émanera du savoir de chacun et surtout des plus pauvres" - L'Express.fr




ACTUALITÉ DU JOUR

Bancocratie

1- Quand la pieuvre marchande.

- JPMorgan prié de payer 6 milliards dans un dossier de "subprime" - Reuters

Les autorités américaines réclament à JPMorgan Chase & Co au moins six milliards de dollars (4,5 milliards d'euros) pour mettre fin aux procédures judiciaires engagées à son encontre dans un dossier lié aux crédits immobiliers "subprime", a-t-on appris de source proche du dossier.

La banque juge ce montant trop élevé, a précisé la source, qui n'était pas autorisée à s'exprimer publiquement.

La Federal Housing Finance Agency (FHFA), l'autorité fédérale du marché du crédit immobilier, a engagé il y a deux ans des poursuites contre JPMorgan au sujet d'environ 33 milliards de dollars d'obligations adossées à des prêts immobiliers. Seize autres institutions financières sont poursuivies dans le même dossier.

Le Financial Times a le premier évoqué le montant réclamé à JPMorgan sur son site internet mardi. Reuters 27.08

S'il vous plaît monsieur le juge, ayez la bonté de nous épargner on vous en sera reconnaissant, on est prêt à casquer, on pourrait couper la poire en deux à 2 milliards de dollars, plus votre commission cela va s'en dire, à charge de revanche car on sera hélas amené à se revoir...

2- Les lampistes.

- "Baleine de Londres": un ex-trader de JPMorgan Chase arrêté - AFP

Les autorités américaines sont parvenues à faire arrêter mardi un ex-trader de JPMorgan Chase, Javier Martin-Artajo, accusé d'avoir dissimulé d'énormes pertes de courtage dans l'affaire de la "baleine de Londres", et elles négocient avec son ancien subordonné Julien Grout.

Sur la base d'un mandat d'arrêt international, la police espagnole "est parvenue à localiser la personne recherchée par la justice américaine et, après avoir discuté avec lui, a obtenu qu'il se présente à un commissariat" de Madrid où il a été arrêté, explique la police.

Les autorités américaines ont engagé des poursuites au pénal le 14 août contre Javier Martin-Artajo, qui dirigeait la stratégie de courtage d'une unité londonienne du service d'investissement en propre de JPMorgan, et le Français Julien Grout, responsable des bilans de courtage quotidiens de l'unité.

Ils sont tous deux accusés d'avoir masqué sciemment des pertes de courtage dans des dérivés risqués de crédits européens qui se sont accumulées début 2012. Ils risquent chacun aux Etats-Unis un maximum de 65 années de prison et 5 millions de dollars d'amende.

M. Martin-Artajo est aussi accusé d'avoir fait pression sur ses subordonnés, M. Grout et Bruno Iksil, un autre Français, qui a placé sur le marché les ordres de courtage qui ont mal tourné, coûtant au total 6,2 milliards de dollars à la première banque américaine.

Au printemps 2012, les positions de M. Iksil étaient si énormes que les autres traders du marché ont affublé le trader de l'étiquette de "baleine de Londres", un surnom devenu celui de toute l'affaire.

En avril 2013, le PDG de JPMorgan, Jamie Dimon, avait tenté de minimiser les pertes du service incriminé lors d'une conférence d'analystes, les qualifiant de "tempête dans un verre d'eau". Il a depuis admis que l'épisode était "le plus embarrassant de toute sa carrière".

Julien Grout ne devrait, lui, pas être arrêté pour l'instant.

Il se trouve en France, un pays qui "n'extrade pas ses ressortissants" vers les Etats-Unis, a expliqué son avocat, Edward Little, joint par téléphone.

"Nous négocions avec les Etats-Unis sur la manière de procéder. La seule manière par laquelle il reviendrait aux Etats-Unis, c'est si nous pouvons parvenir à un accord raisonnable sur une caution", a ajouté M. Little.

Les avocats de M. Martin-Artajo de même que le bureau du procureur fédéral de Manhattan (New York) n'étaient pas joignables dans l'immédiat. Un porte-parole de JPMorgan a décliné tout commentaire.

Bruno Iksil a pour sa part signé un accord avec les Etats-Unis, qui estiment qu'il avait tenté de sonner l'alarme sur les dangers de masquer les pertes de courtage qui s'accumulaient. Il a collaboré à l'enquête des autorités et ne sera pas poursuivi.

Les pertes de la "baleine" n'ont pas empêché JPMorgan Chase de générer un bénéfice "record" de 21 milliards de dollars en 2012 mais ont terni la réputation de la banque, objet de plus en plus de poursuites sur différents fronts. AFP 27.08

Bon, c'est le bénéfice déclaré 21 milliards de dollars, hors paradis fiiscaux et autres bénéfices engrangés dans une multitude d'entreprises dans lesquelles JPMorgan Chase a des participations ou que ses principaux dirigeants contrôlent, bref une "tempête dans un verre d'eau" !

Pour la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et la Suisse se sera pour plus tard ! S'ils le veulent bien !

Les grandes banques de la planète seront sans doute en conformité avec les nouvelles règles de fonds propres de Bâle III bien avant la date limite de la fin 2018, a fait savoir mardi le Comité de Bâle.

Dans un rapport destiné aux chefs d'Etat et de gouvernement du G20 qui seront réunis en Russie les 5 et 6 septembre, le Comité, chargé d'édicter les nouvelles règles, explique que sur une période de six mois à fin décembre 2012, le ratio de fonds propres 'dur' moyen des grandes banques mondiales était passé de 8,5% à 9% des actifs pondérés du risque.

Seuls deux pays membres du Comité - la Turquie et l'Indonésie - n'ont pas encore promulgué les textes d'application de Bâle III, qui exige de toutes les banques d'avoir constitué un ratio de fonds propres dur de 7% au moins d'ici décembre 2018, soit le triple du pourcentage prévalant avant la crise financière de 2007-2009.

Le déficit de capital des banques qui étaient en dessous des 7% était de l'ordre de 200 milliards d'euros au total en juin 2012 mais il a depuis sensiblement diminué, a précisé le Comité, sans être plus précis.

"C'est une évolution positive qui permettra de bâtir un système bancaire résistant et d'améliorer la confiance du public envers les ratios réglementaires", a dit dans un communiqué Stefan Ingves, président du Comité.

Il a ajouté que le Comité examinait également les moyens de parer aux variations "excessives" naissant des différentes méthodes de calcul du risque employées par les banques pour déterminer leurs niveaux de capital.

En Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et en Suisse, les banques sont instamment priées de se mettre à niveau avec d'autres dispositions de Bâle III, gouvernant en particulier le ratio de levier, qui mesure le niveau des fonds propres à constituer en fonction des engagements de la banque non pondérés des risques. Reuters 27.08

A retenir : tout ce cirque servirait à "améliorer la confiance du public" dans les banques, ben voyons : des mafieux !




INFOS EN BREF

POLITIQUE

Chine

L'internet chinois a été touché par une attaque informatique, "la plus importante qu'il ait jamais connue". Elle a fortement perturbé l'accès aux sites hébergés dans le pays, a indiqué une agence semi-gouvernementale.

Les sites dont l'adresse possède l'extension ".cn" ont été visés par une attaque de déni de service (DDoS) pendant environ deux heures le matin du dimanche 25 août, a précisé le Centre chinois d'information sur les réseaux internet (CNNIC).

Une attaque de déni de service consiste à inonder de requêtes un serveur informatique au point de bloquer ou de perturber largement son fonctionnement. Une seconde attaque quelques heures plus tard a gagné en intensité, pour constituer "la plus sévère attaque jamais subie" par l'internet chinois.

Washington a dénoncé à de multiples reprises des attaques informatiques venant de Chine et visant des sites web d'organisations gouvernementales américaines. En mars 2013, le président Barack Obama a directement mis en cause les autorités chinoises pour ces actions. De son côté Pékin s'est toujours défendu, arguant que la Chine elle-même était victime d'attaques informatiques. L'Expansion.com 27.08

ECONOMIE

Espagne

La récession est plus forte que prévu en Espagne. Le pays, qui a replongé en récession en 2011, a enregistré en 2012 une chute de 1,6% de son Produit intérieur brut (PIB). AFP 27.08


Le 29 août 2013

CAUSERIE

Jeudi 1h du matin en Inde

Dernières infos Syrie

"Aucun bateau de guerre n’a le droit de passer par le canal de Suez, pour attaquer la Syrie" (ministre égyptien de la Défense)

"Aucun bateau de guerre américain ou navire britannique ou autre n’est autorisé à passer par le canal de Suez", a ordonné le ministre égyptien de la Défense.

Selon Farsnews, citant Reuters, le général Abdel-Fattah al-Sissi a insisté pour qu’aucune autorisation ne soit donnée aux bateaux de guerre qui entendraient attaquer la Syrie. La décision a été prise, dans le cadre du respect du gouvernement égyptien envers l’accord de défense commun signé entre l’Egypte et la Syrie, annonce l’agence Reuters, ce qui rend difficile aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne une attaque contre la Syrie, selon cette même agence. french.irib.ir 28.08

Les missiles syriens sont braqués sur les puits de pétrole saoudiens

A la suite de la multiplication des spéculations sur l’éventualité d’une intervention militaire occidentale sous la houlette des Etats-Unis contre la Syrie, certaines sources militaires ont annoncé que Damas est prête à affronter tout scénario éventuel et que les missiles de ce pays sont pointés vers les champs pétrolifères et les raffineries saoudiens.

L’Arabie a annoncé soutenir financièrement et en pétrole tout pays entreprenant une action militaire contre la Syrie, ont affirmé des sources politiques saoudiennes. Les missiles Scud de la Syrie sont plus modernes que ceux du régime de Saddam et plus proches des frontières israéliennes, or l’utilisation de ces missiles par la Syrie dépassera les attentes des responsables israéliens, a écrit Aharonot, a-t-on appris d’Al-Alam. Simultanément aux menaces militaires proférées par les Etats-Unis contre la Syrie, les armées de l’Arabie, de la Jordanie, de la Russie et de l’Irak sont en état d’alerte total. french.irib.ir 28.08

Guerre contre la Syrie: Poutine prêt à attaquer l'Arabie saoudite

Selon les sources syriennes, le président russe Poutine est déterminé à prendre pour cible l'Arabie saoudite, si les Etats Unis attaquaient militairement la Syrie ! Suivant la campagne médiatique intense entretenue depuis quelques jours par les médias mainstream contre la Syrie, les Etats Unis et leurs alliés seraient prêts à lancer des raids aux missiles contre la Syrie d'ici quelques heures. Dampress affirme que le chef du Kremlin est prêt à donner aux gros bombardiers russe l'ordre de bombarder l'Arabie saoudite, si les Etats Unis prennent pour cible de leurs missiles la Syrie. les tensions sont à leur plus haut point entre la Eussie et les Etats Unis depuis que Washington s'est mis en ordre de bataille et a mobilisé ses alliés contre Damas.

Lavriv a qualifié toute attaque contre la Syrie d'erreur historique et Moscou dit ne pas croire un seul mot à la version US avancée sur les raids chimiques du 21 août contre la banlieue de Damas. les analystes ont mis en garde l'Arabie saoudite et les Etats Unis, deux protagonistes de la guerre contre une troisième guerre mondiale qui pourrait être déclenchée si Washington tire en direction de la Syrie. french.irib.ir 28.08

Divers scénarios de Téhéran en cas d'une intervention militaire contre la Syrie

A en juger les prises de position des officiels américains, le compte à rebours est déclenché une d'une action militaire contre la Syrie: l'une des premières questions qui vient à l'esprit des analystes est celle-ci : quelle sera la réaction de l'Iran en qualité d'allié le plus fidèle de la Syrie depuis qu'est déclenchée la guerre anti syrienne. Les réactions possibles ?

1- silence : selon les analystes occidentaux, si les frappes US durent trois ou quatre jours de façon à ne pas inverser le rapport des forces entre l'Etat et l'opposition, la RII se contentera d'une condamnation verbale. la RII permettra ainsi à Obama de tenir sa promesse de punir un Assad qui a franchi la ligne rouge. les analystes occidentaux, ce silence s'expliquerait de deux façon : l'arrivée au pouvoir du modéré Rohani et les négociations entre l'Iran et les six qui s'annoncent prochainement. L'Iran ne voudrait jamais détruire les chances d'une reprise avec l'Occident pour cause d'une attaque de peu d'envergure contre la Syrie.

2- Intervention indirecte : Si l'attaque américaine contre la Syrie dépasse le niveau de « la punition » et s'avère beaucoup plus sérieuse et modifie les équations et les rapports de forces entre les forces de l'armée syrienne et les rebelles et favorise la chute du gouvernement de Bashar al-Assad, l'Iran envisagerait, dans ce cas-là, l'option de « la confrontation indirecte et informelle ». Dans un tel cas, le Hezbollah et les groupes palestiniens, comme le « Jihad islamique » et « le Front pour la libération de la Palestine-Commandement général», entreront en action pour que les rapports de forces ne soient pas perturbés en défaveur du gouvernement syrien.

3- Intervention directe : Un tel scénario, l'expérience de la politique étrangère de la République islamique d'Iran au cours de ces 34 dernières années le dit, semble peu probable. Une telle option est envisagée, seul dans le cas où les Etats-Unis ou l'Otan décident de renverser le régime de Bashar al-Assad. Dans un tel cas, non seulement l'Iran, mais aussi la Russie et la Chine interviendront pour faire face à la mise en ordre de bataille internationale contre la Syrie. french.irib.ir 28.08

Jeudi 13h20 en Inde

Le site est actualisé partiellement, la suite plus tard dans la soirée. A plusieurs reprises mon ordinateur s'est bloqué ce matin, j'epère qu'il ne va pas me lâcher maintenant, ce n'est vraiment pas le bon moment, j'ai tout sauvegarder sur une clé USB. Je n'ose même plus l'éteindre !

L'opération de récupération a commencé.

Nous ne sommes pas dupes, les grandes déclarations contre la guerre avec la Syrie vont se multiplier. Mais le mal est fait ou plutôt les discours et articles des derniers jours des uns et des autres ne laissaient aucun doute sur les réelles intentions de leurs auteurs et leur véritable nature, c'est ce que nous retiendrons pour la suite de notre combat et que certains ne comprendont pas.

Car nous ne participons pas à un combat qui aurait pour but d'atteindre uniquement des objectifs immédiats, si c'était une suite de batailles qui devaient nous permettre d'atteindre notre objectif, si cela devait suffire avec les milliers et milliers de combats auxquels a participé le mouvement ouvrier depuis plus d'un siècle et demi, cela fait belle lurette qu'on l'aurait atteint, mais pour parvenir à réunir les conditions subjectives indispensables pour pouvoir changer la société, dont le parti est un élément déterminant au même titre que le soulèvement révolutionnaire des masses, ce qui demeure notre objectif, nous avons besoin d'un parti (révolutionnaire, communiste) et de dirigeants qui subordonnent leur politique à cet objectif, le renversement du régime en place et la prise du pouvoir politique par les masses exploitées, et non des calculs ou des manoeuvres d'appareils soumis à des rapports institutionnels qui finalement nous ont conduit à la situation actuelle.

Non, nous n'avons commis aucune erreur politique hier, car leurs déclarations des derniers jours qui étaient révélatrices de la nature de ces partis, personne ne pourra les effacer ou les faire disparaître ou faire comme si elles n'avaient jamais existé.

"Personne ne sait à l’heure actuelle ce qui s’est passé en Syrie." (POI - Informations ouvrières n°266 page 16 - 28 août 2013)

PCF (http://www.pcf.fr)

- Syrie: toute la vérité doit être établie sans délais sur ce qui s'est passé dans la banlieue de Damas

Extrait.

- Les informations et les terribles images de Syrie montrant les victimes et l'ampleur des bombardements perpétrés par le régime de Bachar Al Assad sur la population civile des faubourgs de Damas suscite l'horreur et la consternation. L'opposition syrienne indique que ces bombardements auraient causé la mort de 500 à 1300 personnes.

Le Secrétaire général de l'ONU a appelé à une enquête immédiate sur ces faits et en particulier pour savoir s'il y a eu ou pas des bombardements massifs à l'arme chimique. Le Conseil de Sécurité, devant la gravité des événements, a demandé que la lumière soit faite sur ces accusations de recours à l'arme chimique. Les autorités syriennes doivent permettre toutes les investigations nécessaires.

Commentaire d'un militant PCF.

- Le type même de communiqué sortie tout droit du quartier général de l'OTAN. Les exemples de manipulations par l'occident de l'information pour justifier son aventurisme sont nombreux. Ce genre de communiqué n'a rien à voir avec le sort du malheureux peuple syrien. Il vise simplement à ne pas froisser et à faire acte d'allégeances au P.S municipales oblige. www.pcfbassin.fr

J'ai posté sur le Net à la suite de plusieurs articles sur la Syrie

- A qui profite le crime, utiliser des armes chimiques au moment même où les inspecteurs de l'ONU sont à Damas ? Certainement pas au régime d'Assad mais à ses ennemis occidentaux, CQFD.

- Fabrication de preuves. Le magazine Foreign Policy publié jusqu'à fin 2009 par la Fondation Carnegie pour la Paix Internationale à Washington, D.C.. (wikipédia)... une couverture de la CIA. (source : Réseau Voltaire)

Question pour les nuls.

Pourquoi se focalisent-il sur la question : des armes chimiques ont-elles été utilisées oui ou non, alors que les preuves existent que tel a bien été le cas? Mais uniquement pour ne pas avoir à se poser la suivante : qui les a utilisées et et qui y avait intérêt? Réponse : les opposants au régime qui ont décidé de le fair tomber, l'axe américano-franco-britannique-sioniste.

Intox. Autre méthode de falsification et de conditionnement des masses.

Quand la certitude remplace les faits.

LePoint.fr - "À l'heure, lundi matin, où je remets cette chronique, pas de vraie incertitude sur l'origine des tirs qui ont provoqué, mercredi dernier, dans la banlieue de Damas..."

Alors que des images satellites transmises par les Russes aux Américains et aux occidentaux montrent que ces tirs provenaient d'une position occupée par les djihadistes et non par l'armée nationale syrienne.

La fabrication des preuves impliquant le régime syrien.

Titres des médias scélérats.

- Syrie: le renseignement américain a écouté l'armée - AFP

- Armes chimiques : le renseignement américain a espionné l'armée syrienne - Francetv info

- Armes chimiques en Syrie: la "preuve" des renseignements américains - L'Express.fr

- Les Etats-Unis auraient intercepté des conversations "paniquées" de l'armée syrienne - LeMonde.fr

L'origine de cette usine à gaz : un magazine américain sioniste porte parole de l'aile néolibérale de la CIA et du Pentagone. Une révélation fabriquée ou la révélation du crime prémédité contre la Syrie par l'impérialisme anglo-saxon-sioniste.

- Syrie: un appel intercepté par les Etats-Unis prouve l'utilisation de gaz neurotoxique - Slate.fr

Notre partenaire Foreign Policy révèle en exclusivité la preuve qui a fini de convaincre les Américains que le régime de Bachar el-Assad a bien mené une attaque chimique de grande ampleur près de Damas.

Mercredi 21 août, dans les heures qui ont suivi l’horrible attaque à l’est de Damas, un responsable du ministère de la Défense syrien a échangé un coup de téléphone paniqué avec un dirigeant d’une unité qui s’occupe des armes chimiques, lui demandant des réponses autour d’une attaque au gaz neurotoxique qui a fait plus de 1.000 victimes.

Nous sommes en mesure de révéler que ces conversations ont été entendues par des services de renseignement américains. (S'ils le disent, c'est que c'est forcément vrai, qui peut les croire ? Des crédules uniquement où ceux qui y ont intérêt évidemment. - ndlr)

Mais l’interception, si elle donne quelques réponses, pose aussi des questions sur les coupables de ce massacre chimique. L’attaque du 21 août est-elle le résultat de l’action d’un officier syrien qui aurait outrepassé ses pouvoirs? Ou était-elle dirigée explicitement par des membres importants du régime d’Assad? «On ne sait pas très bien qui avait le contrôle, explique un responsable du renseignement américain. Y a-t-il une sorte d’autorisation générale pour utiliser ces choses? Ou y a-t-il des ordres explicites pour chaque attaque?» (Là ils supputent, ils échaffaudent une théorie, ils extrapolent, ils brodent pour tenter de rendre leur scénario crédible, bref ils plantent un décors pour donner l'apparence de la réalité, ils procèdent comme Al Jazeera qui avait reproduit une place de Tripoli ou Damas au Qatar, ils l'inventent quoi. - ndlr)

Les analystes américains ne sont pas sûrs non plus des raisons exactes derrière l’attaque, si tant est qu’il y en avait. Il s’agit peut-être d’un général qui a mis en marche un plan de bataille établi de longue date; ou d’un mauvais calcul du gouvernement d’Assad. (Les généraux syriens sont tellement abrutis qu'ils auraient pu faire n'importe quoi, c'est la thèse qu'ils soutiennent à défaut de mieux, ce qui prouvent que le régime ne leur a fourni aucun prétexte pour l'attaquer militaire, donc ils les inventent. - ndlr)

Quelle que soit la raison, l’attaque a déclenché l’indignation dans le monde entier, et l’administration Obama est désormais sur le point de lancer sa propre attaque en Syrie. (...) (Extraordinaire, là ils se vendent, peu importe "la raison" qu'il en existe ou pas, on va la créer de toutes pièces et les médias prendront le relais pour conditionner les masses. Souvenez-vous de ce qu'on a affirmé à plusieurs reprises : leur détermination est sans faille et leur cynisme sans fond. - ndlr)

Les communications interceptées racontent une autre histoire (que celle du régime - ndlr), celle d’un gouvernement syrien clairement à blâmer. slate.fr 28.08 (Seules les preuves que l'on a fabriquées doivent être reprises par les médias et les différents gouvernement occidentaux, c'est à eux que s'adresse ce message, il a été entendu 7/7. - ndlr)

Question qu'est-ce que Foreign Policy ?

- Foreign Policy est un magazine américain bimestriel créé en 1970 par Samuel P. Huntington et Warren Demian Manshel. Il était publié jusqu'à fin 2009 par la Fondation Carnegie pour la Paix Internationale à Washington, D.C.. Il a été racheté par The Washington Post Company fin septembre 2009. (Wikipédia.htm)

Extrait de la causerie du 22 août.

Le Washington Post lié au groupe Bilderberg dirigé par le cartel des banquiers anglo-saxons-sionistes qui planifient les guerres de l'impérialisme américain, etc. les maîtres du monde...

En 2011 et 2013 , Jeff Bezos, fondateur et président d'Amazon.com qui vient de racheter le Washington Post.

En 2013, Donald E. Graham, (ex-) président du Washington Post.

Question : qu'est-ce que la Fondation Carnegie pour la Paix Internationale ?

- Au début des années 70, Thomas L. Hugues (ancien directeur du renseignement au département d’État) devient président de la Carnegie Endowment for International Peace (CEIP), tandis que Milton Katz (ancien agent de l’OSS, puis responsable des programmes joints de la Fondation Ford et de la CIA, puis John W. Douglas (ancien attorney general adjoint) en sont directeurs. (...)

En 1991, alors que l’Union soviétique disparaît, Morton I. Abramowitz (ancien directeur du renseignement du département d’État) est élu président de la fondation Carnegie. Il désigne Robert Carswell (un ancien agent du Bureau du renseignement de la Navy qui fut le principal négociateur lors de la crise des otages en Iran), comme directeur. (...)

En 1993, la Carnegie ouvre une filiale à Moscou. Celle-ci joue un rôle de conseil auprès du président Boris Eltsine dans le processus de privatisation de l’économie ex-soviétique, grâce à l’interface de personnalités comme Yegor Gaidar. Elle est alors accusée d’être un cheval de Troie de la CIA. (...)

En 1997, Jessica T. Matthews (ancienne directrice des Affaires globales au Conseil de sécurité nationale) est élue présidente. Elle nomme bientôt William H. Donaldson (membre des Skull & Bones [5] et intime de la famille Bush, futur président de la Commission des opérations de Bourse -SEC) comme directeur. (...)

La Carnegie est aujourd’hui une des fondations les plus riches des États-Unis. (...)

C’est le seul think tank états-unien, spécialisé en politique étrangère, destiné à un public global. (source : http://www.voltairenet.org/article14683.html)

Voilà l'origine de cette machination, on n'a même pas besoin de se demander au profit de qui.

Les sionistes passent à l'offensive médiatique.

-Syrie : les Français divisés sur une opération - LePoint.fr

45% d'entre eux s'y déclarent favorables alors que 40% y sont opposés, selon un sondage CSA pour le site d'information Atlantico. LePoint.fr 28.08

Question : qu'est-ce qu'Atlantico.fr ?

Vous vous souvenez de l'affaire du "Mur des cons", c'était le portail Atlantico.fr qui en avait été à l'origine, y officie notamment Gilles William Goldnadel président de France-Israël et d'Avocats Sans Frontières deux officines sionistes (voir les causeries du 19 février et du 24 avril 2013), vous pouvez ajoutter J.Attali, etc.

Imposture et récipération. Obama, I have a dream : the war !

- Barack Obama appelle à poursuivre l'oeuvre de Martin Luther King - Reuters

- Syrie, Guantanamo, affaire Snowden... le crépuscule d'Obama - L'Express.fr

Titres. Reculade ou posture ?

On dirait qu'ils ont poussé le bouchon un peu trop loin ou qu'ils ont surestimé l'effet produit par leur propagande de guerre vite dévoilée ou éventée, et puis ce n'est peut-être pas le bon timing, en ont-ils vraiment mesurer toutes les conséquences ?

Il faut dire aussi qu'après les mensonges grossiers de Bush sur l'Irak, de moins en moins de gens les croient, l'honneur en revient uniquement à ceux qui ont refusé de soutenir la version officielle de la Maison Blanche du 11 septembre 2001, donc en aucun cas au mouvement ouvrier, il faut hélas le rappeler. Les faits, tous les faits, quoi.

- Syrie : les États-Unis écartent une action unilatérale - LePoint.fr

- Syrie - Fabius : "La France prendra, le moment venu, les décisions qui s'imposent" - LePoint.fr

- Syrie : la France prendra une décision «le moment venu» - Liberation.fr

- Syrie : «Ne rien faire est aussi risqué qu'agir» - LeFigaro.fr

- Syrie: Ayrault "informera" lui-même le Parlement mercredi prochain - AFP -

- Syrie: les politiques enflamment Twitter pour revendiquer une non-intervention - L'Express.fr

- #NonALaGuerreEnSyrie : un mot d'ordre qui agrège les extrêmes - LeMonde.fr

Parole d'internaute

1- "Que tous ceux qui en appellent à bombarder les syriens se mettent un peu à leur place : subir des bombardement pour donner l'avantage à des groupe comme l'EEIL et/ou Al Nosra dont le but final est d'imposer à tous de vivre comme le prophète Mahomet (les salafistes) ou d'être chassés de leur pays car n'étant pas de leur religion ni même de leur "courant" religieux (les takfiristes)? Car à y regarder de près, le régime syrien, si brutal soit-il, est et reste laïc, gage pour tous de vivre ensemble."

2- "Je suis contre cette guerre, non par principe, mais parce qu'elle va faire le jeu des islamistes. Dictature pour dictature, celle de la charia ne sera pas meilleure…"

Parole au vice-ministre des Affaires étrangères syrien.

- La Syrie accuse l'Occident d'avoir encouragé les rebelles à utiliser du gaz sarin - LePoint.fr

"Les groupes terroristes ont fait usage de gaz sarin avec les encouragements américain, britannique et français", a affirmé le vice-ministre des Affaires étrangères.

Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Meqdad a accusé l'Occident d'avoir encouragé les rebelles à utiliser du gaz sarin à plusieurs reprises en Syrie. "Les groupes terroristes (terme désignant les rebelles dans la terminologie officielle) ont fait usage de gaz sarin dans plusieurs points du pays (...), avec les encouragements américain, britannique et français", a-t-il dit aux journalistes.

Parlant aux journalistes à la fin de son entretien à l'hôtel Four Seasons de Damas avec la responsable de l'ONU pour le désarmement Angela Kane, le ministre syrien a mis ces pays en garde. "Il faut que cessent les encouragements de ces pays occidentaux, car en défendant ces terroristes et en adoptant leurs propos, ces groupes retourneront prochainement les armes chimiques contre les peuples d'Europe."

Angela Kane se trouve à Damas en compagnie d'experts des Nations unies qui enquêtent sur une attaque présumée aux armes chimiques le 21 août près de Damas. Auparavant, l'ambassadeur de Syrie à l'ONU Bachar el-Jaafari avait affirmé dans une interview reprise mercredi par l'agence Sana que "beaucoup de données (tendaient) à prouver l'innocence du gouvernement syrien" et avait dénoncé "une accusation fallacieuse".

Ces données prouvent également que les "groupes armés ont utilisé des armes chimiques dans le but d'entraîner une intervention militaire étrangère et une agression contre la Syrie", a assuré l'ambassadeur. LePoint.fr 28.08

Un rapport de cause à effet immédiat qui va leur compliquer la vie

- Pétrole : la perspective d'une intervention militaire en Syrie fait grimper les prix Francetv info

Le pétrole a ouvert en nette hausse à New York, mercredi 28 août, à 110,46 dollars le baril. Soit son plus haut niveau en dix-huit mois. Selon les experts, le cours du pétrole Brent pourrait atteindre 125 dollars le baril en cas de frappes aériennes occidentales contre la Syrie. Et cette hausse pourrait continuer dans le cas d'une contagion du conflit au Moyen-Orient. Francetv info 28.08

Dernier echo des sociaux-impérialistes

LO

- Hollande chef de guerre, le retour - 28 août 2013

Pour LO, le responsable : c'est Bachar Al-Assad ! No comment. Si, le bombardement de la Syrie est légitime.

- "À la suite d’Obama, Hollande se prépare, et prépare l’opinion, à intervenir en Syrie. Les puissances impérialistes envisagent d’envoyer leurs avions ou des missiles de croisière bombarder des installations militaires. Les massacres perpétrés par Bachar Al-Assad sont horribles. Mais les bombardements prétendument « ciblés » ne résoudront rien. Ils aggraveront un peu plus le sort de la population, comme l’ont fait les autres interventions en Irak, Afghanistan ou en Libye.

Bachar Al-Assad est un dictateur sanguinaire soutenu, jusqu’à ces dernières années, par les pays riches dont la France. Au défilé du 14 juillet 2008, il était l’invité d’honneur de Sarkozy. Aujourd’hui, ces mêmes pays riches se posent en justiciers. Ils ne feront qu’ajouter la destruction à la destruction."

Plus minable, plus crétin, plus réac, impossible ! C'est LO, quoi !

PG

-Non à l’escalade militaire en Syrie ! - Mercredi 28 Août 2013

Le Parti de Gauche laisse planer le doute que le régime serait à l'origine de l'emploi d'armes chimiques, tout comme Obama, Cameron, Hollande, puis en affirmant que "tout doit être fait pour l’arrêter", il emboîte le pas aux va-t-en-guerre qui ne cessent de le marteler et qui justifient ainsi une attaque occidentale sur la Syrie, bref, le PG en est le porte-parole. Tout le reste est du baratin.

"... le Parti de Gauche dénonce le massacre à l’arme chimique de centaines de civils syriens le 21 août. Cette escalade dans l’horreur est inadmissible. Tout doit être fait pour l’arrêter. "

Le Parti de Gauche s'en remet à l'ONU qui a légitimé toutes les guerres impérialistes depuis sa création, autrement dit, il soutient la guerre tout en prétendant être contre. Vous avez compris pourquoi le PG fait bon ménage avec le PC, ils sont aussi pourris !

"Le Parti de Gauche demande une nouvelle fois un règlement négocié du conflit dans le cadre de la seule institution internationale légitime, l’ONU..."

"Le Parti de Gauche appelle également à se joindre au rassemblement qui aura lieu ce jeudi 29 août à 18h30, Fontaine des innocents à Paris à l’appel du Mouvement de la Paix."

Qu'est-ce que le Mouvement de la Paix?

L'arrière-cour de l'ONU ! Qu'est-ce que cela pouvait être d'autres selon vous après ce qui vient d'être dit ?

- Le Mouvement de la paix est une organisation pacifiste française qui s'inscrit dans la promotion de la culture de Paix initiée par l'ONU. Elle a été créée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale par de grands courants de la Résistance, notamment ceux d'inspiration communiste, chrétienne ou de libres penseurs, elle est directement liée au Mouvement mondial des partisans de la paix, dont le but est la lutte pour la paix. (source : wikipédia)

Le Mouvement de la paix est une organisation initiée par les staliniens (Charles Tillon) à l'issue de la Seconde Guerre mondiale qui sera dirigée (en 1948) par Yves Farge, nommé préfet de la région Rhône-Alpes par le général de Gaulle à la Libération.

Wikipédia précise que "les statuts de ce tout jeune mouvement" aura pour vocation l'intention vénérable de "préserver l'esprit unitaire de la Résistance" autrement dit la collaboration de classes entre gaullistes, socialiste, communiste et syndicaliste, quel programme ! Vous me direz qu'ils y sont parvenus jusqu'à nos jours, avec le résultat que l'on sait, on en est quotidiennement les victimes, y compris le peuple syrien !

Le Mouvement de la paix n'aura de cesse après avoir été inféodé au Kremlin, ce qui provoquera le départ d'une partie de ses membres, une fois l'URSS disparu, il n'aura de cesse de s'adresser à l'ONU, sa nouvelle maison mère.

Maintenant, s'il n'y a pas d'autres moyens de descendre dans la rue pour manifester son rejet de la guerre contre la Syrir, nous appelons tous les militants et travailleurs à partiiper à toutes les manifestations qui pourraient être organisées en France sans tenir compte de la nature de leurs organisateurs, sauf d'extrême droite évidemment. On invite les militants a utilisé l'argumentation figurant dans le portail dans leurs discussions avec des militants ou des travailleurs, de leur donner son adresse éventuellement.

"Faire vivre et Renforcer le PCF "

- Syrie : Stop à l’escalade dans la barbarie - 28 août 2013

Ils sont tous sur la même longueur d'onde, ils s'en remettent à l'ONU.

- "Avant même les conclusions de la mission de l’ONU, seule habilitée à mener une telle enquête sur l’utilisation des armes chimiques, la France, les USA et leurs alliés membres de l’OTAN, déclarent avoir des certitudes."

Nous avons au moins une certitude : c'est que ce sont les djihadistes qui ont utilisé des armes chimiques, dire qu'on n'a paurait pas de certitudes, revient à camoufler celles que l'on possède, donc à soutenir le camp de la guerre.

La réaction se déchaîne ensuite, ils font un amalgame entre les alliés de la Syrie et ses opposants, la pire pourriture qui soit, qui a sorti la grosse connerie que le stalinisme était mort, jugez plutôt.

- "Il y a deux ans, un soulèvement citoyen pacifiste exigeait plus de démocratie et de progrès social en Syrie. Le régime syrien de Bachar El Assad a répondu par une répression féroce refusant toute possibilité de dialogue et provoquant l’escalade d’une guerre civile dans laquelle se sont engouffrées des puissances et des forces politiques régionales (Iran, Turquie, Arabie Saoudite, Qatar, Hezbollah…) et permettant aux militants les plus radicaux rescapés des interventions militaires en Irak, Afghanistan, Libye, Mali de se mettre au service des uns ou des autres."

Il fallait bombarder la Syrie plus tôt !

- "Prétextant un blocage au Conseil de sécurité de l’ONU de la part de la Chine et de la Russie, les puissances occidentales membres de l’OTAN n’ont pris aucune initiative pour résoudre politiquement ce conflit. "

Mais il s'y emploie : il prépare la guerre !

- "Le Mouvement de la Paix demande au gouvernement français de renoncer à l’emploi des forces armées, de faire respecter le droit international et de prendre toutes les initiatives politiques possibles pour obtenir un cessez-le-feu. "

Il faut chasser Assad, Obama ne demande pas mieux !

- "Le Mouvement de la Paix demande la reprise du plan de Kofi Annan avec des moyens humains renforcés pour parvenir à une transition démocratique en Syrie et permettre une stabilisation de la région."

Plus pourri tu meurs ! Stalinien jusqu'au bout des ongles for ever !

POI

Extrait du communique du POI du 28 août : Non à l'intervention militaire en Syrie ! Non à la guerre !

Le POI s'en remet à l'ONU, comme le PG.

- "On se rappelle que les armes de destruction massive ont été, en 2003, le prétexte à une intervention militaire en Irak. Aujourd’hui, sans même attendre les résultats de la commission d’enquête de l’ONU qu’elles ont elles-mêmes commanditée, les grandes puissances décrètent qu’il faut « punir » le régime, donc procéder à des frappes aériennes contre le peuple syrien."

Il renvoie dos-à-dos le régime et les contras, alors que la majorité des syriens soutiennent le régime, cela revient donc tirer une balle dans le dos du peuple syrien ! Ils ne vous diront jamais que le régime a distribué des armes à la population pour se défendre après l'avoir organisé en milices sous commandement de l'armée pour combattre à ses côtés les djihadistes. Parole de faussaires. Tout le reste est du baratin de burreaucrates véreux et corrimpus.

- "Les grandes puissances, qui, il y a peu, invitaient régulièrement le président el-Assad en France, aux Etats-Unis et ailleurs, font mine de « découvrir » aujourd’hui qu’il s’agit d’un régime violent. De l’autre côté, ceux qui sont présentés comme l’« opposition » — financée par l’Arabie Saoudite et soumise aux groupes djihadistes comme al-Nosra qui se réclame officiellement d’al-Qaida — ne sont pas moins violents que le régime."

Ils ne sont même pas capables de caractériser cette guerre, guerre impérialiste, guerre de rapine, guerre coloniale à l'instar de celles menées par l'impérialiste français au XIXe siècle jusqu'au milieu du XXe siècle (Algérie, Vietnam, etc.) . Normal, une bonne partie des adhérents de ce pays viennent de partis qui les ont soutenues.

- "Le POI s’inscrit dans la tradition du mouvement ouvrier et démocratique qui lutte contre la guerre, pour la paix et le droit des peuples. Il affirme, sur la base de l’expérience de ces vingt dernières années, que toute intervention militaire non seulement ne règlera pas la situation dramatique des peuples mais l’aggravera et entraînera inévitablement demain de nouvelles interventions militaires, de nouvelles guerres, de nouvelles violences. Nous réaffirmons notre opposition à toute intervention militaire contre la Syrie qui ajoutera à la violence actuelle de nouvelles violences.

Nous nous prononçons contre toute frappe militaire, contre toute intervention, toute ingérence. Nous sommes inconditionnellement du côté du peuple syrien qui traverse un moment tragique de son histoire. Mais nous avons confiance dans la capacité des peuples du monde à ouvrir une issue malgré la barbarie. Le POI condamne la volonté du gouvernement Hollande-Ayrault de s’engager dans l’aventure militaire contre le peuple syrien."

Vous avez rompu avec "la tradition du mouvement ouvrier et démocratique", vous n'en êtes pas digne pour n'avoir à aucun moment fait campagne au côté du peuple syrien depuis plus de deux ans que cette guerre dure avec le soutien de Sarkozy, puis Hollande, ce n'est là que posture ou imposture.


Le 30 août 2013

CAUSERIE

Vous trouverez plus loin l'actualisation qui date d'hier soir. Je vais prendre une douche et casser la croute si vous voulez bien.

Vendredi 11h30 en Inde

De très nombreuses infos sur la Syrie dans deux heures environ, avec en cadeau un scoop, sans plaisanter, je ne vous en dis pas plus, c'est tout à fait génial, cela vient de Tsahal... D'ailleurs j'ai envoyé immédiatement des courriels à plusieurs journalistes indépendants dans le monde avec lesquels je suis plus ou moins en contact pour les informer, personne n'a encore fait état de cette info, aucune agence de presse ou aucun média évidemment.

Vendredi 12h15 en Inde

J'ai bossé à la vitesse d'un missile !

Nous laisserons tomber un certain nombre de sujets, telle la question des retraites, qui pour nous est secondaire par rapport à la situation en Syrie. Des articles de presse et une vingtaine de nouveaux articles dans quelques heures.

Fabrication de preuves. Tsahal à la manoeuvre

Cette info date de 4 jours, on nous a raconté que c'était la NSA qui avait intercepté une conversation téléphonique entre des militaires syriens après l'attaque au gaz le 20 août, en réalité il s'agissait de Tsahal, le pire ennemi d'Assad, j'ai découvert cela par hasard sur le net ce matin, un mensonge de plus.

Hier en titre : Shimon Peres : "Israël n'est pas impliqué en Syrie" - LePoint.fr

- Tsahal indique que gouvernement syrien est responsable - Jewish new one

(http://fr.jn1.tv/video/news/tsahal-indique-que-gouvernement-syrien-est-responsable.html)

- Les Forces de défense israéliennes affirment avoir intercepté des communications du gouvernement syrien qui démontrent que le régime de Bachar al-Assad est derrière la récente attaque chimique qui a fait des centaines de morts parmi les civils dans un pays dévasté par la guerre. fr.jn1 27.08

L'ennemi juré d'Assad qui veut sa peau, cela se passe de commentaire, faire circuler cette info de premier ordre.

Parole d'internaute

1- "Les masques tombent"

2- "Le pire ennemi des guerres, c'est la vérité."

3- "Ils deviennent de plus en plus grotesques!"

Vous avez raison, alors que la majorité de la population est vaccinée contre la propagande toxique officielle depuis les grossiers mensonges de Bush sur l'Irak, elle a montré qu'elle ne croyait pas un mot des arguments fabriqués sur l'emploi de gaz par le régime syien martelés en boucle par Obama, Hollande et Cameron flanqués des médias aux ordres, le plus grotesque et le plus cynique est à mettre au compte de ceux qui ont osé prétendre que personne ne savait ce qui s'était passé, qui avait employé des armes chimiques le 20 août dernier contre la population de la banlieue de Damas, qui avait intérêt à lancer cette terrible accusation.

Tous les partis ouvriers sans exception ont renvoyé dos-à-dos la responsabilité de l'emploi de gaz toxique contre la population civile syrienne, vous avez pu lire les deux derniers jours leurs déclarations ou communiqués, vous avez les preuves sous le nez que ces partis sont vendus au capital et au régime en place en France, voilà le principal enseignement que nous tirons de cette expérience.

Aux militants d'en tirer la conclusion qu'effectivement il est urgent de construire un nouveau parti ouvrier, révolutionnaire, sur les bases du marxisme ou du socialiste, ayant comme programme celui de la révolution socialiste internationale. Ce n'est pas là une lubie ou une obsession, cette affirmation repose sur un constat, des faits établis, tous les partis existant actuellement ont faili et trahi notre cause.

Fabrication de preuves, suite.

- Rien n'impliquerait directement Assad dans l'attaque chimique - Reuters

Les Etats-Unis et leurs alliés n'ont aucune preuve que le président Bachar al Assad ait personnellement ordonné l'attaque chimique du 21 août sur une zone rebelle de la banlieue de Damas, ont déclaré jeudi des responsables des services de sécurité américains.

Mais il ne fait guère de doute que cette attaque, qui aurait fait des centaines de morts, a été menée par les gouvernementaux et le régime en porte donc la responsabilité, ajoutent-ils.

Marie Harf, porte-parole du département d'Etat, a affirmé mercredi que seul le régime syrien disposait des moyens de mener l'attaque "massive et à grande échelle" du 21 août.

"Les Etats-Unis, en fin de compte, tiennent donc le président Assad pour responsable de l'utilisation d'armes chimiques par son régime contre son propre peuple, d'où que soient venus les ordres", a-t-elle souligné.

Selon des sources proches des services de renseignement américains, la décision de recourir aux armes chimiques pourrait avoir été prise par un commandant militaire sur le terrain, sans qu'il y ait eu un ordre formel venu du gouvernement.

Les communications entre le haut commandement de l'armée syrienne et la ligne de front qui ont été interceptées après l'attaque ne mettent pas clairement en cause Assad ou son entourage, ajoute-t-on de même source. Reuters 29.08

Les Russes ont remis aux Américains et aux différents gouvernements ainsi qu'à l'ONU des images satellites prouvant que ce n'était pas l'armée d'Assad qui avait tiré deux obus à tête chimique sur la banlieue de Damas le 2 août dernier. J'ai vu ces images sur le site de la radio francophone iranienne où figuraient le lieu exacte, le jour, l'heure, les minutes et les secondes au moment oû ces deux obus ou rockets ont été tirés.

Maintenant on pourrait dire que ces images ont été fabriquées, pourquoi pas, on doit envisager toutes les hypothèses.

Les Américains qui sont à court d'arguments pour obtenir le soutien de la population occidentale à une intervention militaire contre la Syrie, prétendent que ce serait des militaires de l'armée nationale syrienne qui aurait pu prendre cette décision sans en informer leurs supérieurs ou le président syrien. Si tel était le cas, soit Assad va les traduire en cour martiale et ils seront fusillés, soit ce sont des traitres aux régimes et ils subiront le même traitement.

Or, Assad n'a pas mentionné ces cas de figure, c'est la première chose, et si tel avait été le cas il se serait empressé de sanctionner ces militaires. Le second point que l'on peut souligner, c'est que si tel avait été le cas, c'était au président syrien, chef des armées, de décider de la réponse à apporter contre ces militaires.

Donc, jusqu'à présent le dernier argument avancé par les Américains ne tient pas plus que les précédents. Quant aux soi-disant écoutes téléphoniques de militaires syriens, ils doivent être de la même teneur : fabriquées.

Comme le dit un internaute : "En résumé : Pour les Américains logiquement ce n'est pas lui, mais puisque c'est l'homme à abattre à tout prix, alors c'est lui!"

Parole d'Internaute

(J'ai corrigé les innombrables fautes d'orthographe et parfois la ponctuation pour rendre lisible ces commentaires)

1- "« Rien n’impliquerait Assad dans l’attaque chimique.. » par contre tout porte à croire que les barbouzes du Mossad et de la Cia ne sont pas étrangers dans la fourniture d’échantillons de gaz sarin aux cinglés tortionnaires et assassins du peuple syrien plus communément appelés « Rebelles » suivant l’expression consacrée dans les médias menteurs occidentaux...."

2- "La vérité commence à apparaitre, c'était trop gros. Aprés le coup de l'Irak , ils ont cru pouvoir recommencer le même cinéma avec les même mensonges et se sont pris les pieds dans la ficelle . Et cette andouille de Hollande a trempé dans la combine. C'est indigne"

3- "Il faut arrêter avec les formulations du genre : "il ne fait guère de doutes que..." Soit vous avez des preuves irréfutables, soit vous n'en n'avez pas. On ne déclenche pas une guerre sur des suppositions, mais sur des certitudes. Ou alors, c'est qu'on est un irresponsable, ou pire encore, un manipulateur."

4- "Ce commandant sur le terrain n'a pas pris l'argent des rebelles? Ca sent les rebelles et Al-Qaida qui jouent derrière le rideau."

5- "Bien sûr que non , c'est juste une provoque des rebelles qui on assassiné les leurs pour faire intervenir les forces internationales, vieux comme le monde"

6- "Timissoara, les armes de destructions massives de l'Irak, le bateau vietnamien qui avait attaqué le navire américain! Que de mensonges lourds de conséquences pour les peuples concernés. Et en plus ils arrivent à dormir, ces donneurs de leçons. Ecoeurants, et ça dirigent des pays "civilisés"."

7- "Apres avoir vu la vidéo des soi-disant gentils, je pense que ça serait un coup monté d'eux même pour accélérer la mise en place du CNS et grand amis de la France, quitte à sacrifier 3000 civils pour la cause !"

8- "Grossière manipulation de la part des pays occidentaux... Leur stratégie en plus d'être confuse n'est absolument pas crédible... C'est invraisemblable d'accuser Assad sans preuves et de pourtant continuer à menacer un Etat souverain et indépendant. Les Américains se ridiculisent complètement et leurs alliés avec..."

9- "Y a deux jour Hollande voulait punir Assad , maintenant il veut une solution politique depuis que les Anglais et les Américains hésitent !"

10- "Un groupe terroristes qui combat en Syrie , avait était interpelé en Turquie avec des armes chimiques donc on n'accuse pas s'en preuve"

11- "Je ne vois pas Assad utiliser l'arme chimique sachant qu'il savait que le monde réagirait et alors qu'il était en très bonne posture"

12- "Je crois qu'il est possible si ce n'est vraisemblable que ces gazages sont l'oeuvre de l'opposition rebelle. De facon à ce que l'occident réagisse militairement . Obama ne disait-il pas qu'il y avait une ligne rouge à ne pas depasser? Je me trompe peut-être mais que ces exactions aient eu lieu le jour où les inspecteurs arrivaient en Syrie me semble plus que suspect. Assad, tout criminel qu'il soit, n'est pas un idiot et peut-on imaginer ce calendrier plausible ? Oui , si c'est l'oeuvre des opposants, non si cela vient de lui."

Bravo, tout est dit ici.

Sur cent commentaires postés à la suite de l'article précédent, plus de 90% faisaient preuve de lucidité. Il ne faut pas prendre les masses pour plus ignorantes qu'elles ne le sont, c'est une très grave erreur, y compris dans nos rangs, il ne faut ni surestimer ni sous-estimer leur niveau de conscience ou de compréhension.

Maintenant il est vrai aussi et il faut en tenir compte, que toutes les couches d'exploités ne réagissent pas de la même manière ou n'ont pas le même niveau de conscience, cela aussi on le néglige ou on n'en tient pas compte...

Dans le camp des dictatures occidentales

- Le Parlement inflige un camouflet à David Cameron sur la Syrie - Reuters

La motion présentée par le Premier ministre britannique David Cameron sur une intervention militaire en Syrie a été rejetée jeudi soir par la Chambre des Communes, par 285 voix contre 272.

Après ce revers, David Cameron a promis de tenir compte du "scepticisme" de l'opinion publique et du Parlement à propos d'une action militaire en Syrie et a ajouté qu'il agirait en conséquence.

Le Premier ministre britannique prônait une action "ciblée" contre le régime de Damas mais il a dû faire face à la fronde des députés travaillistes et de plusieurs dizaines d'élus de son Parti conservateur qui lui ont demandé de tenir compte des "leçons de l'Irak".

Selon un sondage YouGov publié jeudi, 51% des Britanniques interrogés sont hostiles à une attaque de missiles contre le régime de Damas et seulement 22% y sont favorables.

La Chambre votait sur une motion gouvernementale mettant en garde Bachar al Assad et autorisant le "principe" d'une opération militaire.

Même si ce vote était non contraignant et si Cameron peut théoriquement se passer du feu vert du Parlement pour ordonner une intervention en Syrie, il paraît politiquement difficile pour le Premier ministre d'aller à l'encontre la volonté de la représentation nationale. Reuters 29.08

Offensive sioniste en France

Hollande met la DGSE au service de l'Etat sioniste.

- Christophe Bigot nommé directeur à la DGSE - Réseau Voltaire

François Hollande a nommé l’ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot, directeur de la stratégie à la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), à compter du 1er septembre.

Ancien collaborateur de Bernard Kouchner, Christophe Bigot est un ardent « promoteur » de la relation franco-israélienne. Il déterminera la stratégie des services secrets militaires extérieurs de la France. Réseau Voltaire 29.08

- Syrie: Rony Brauman explique son soutien à une intervention - Slate.fr

Le portail sioniste et néolibéral Slate.fr s'était déjà illustré hier en reproduisant les allégations américaines faisant état d'écoutes téléphoniques interceptées et mettant en cause l'armée syrienne dans l'utilisation de gaz en Syrie le 20 août dernier.

Rony Brauman, l'ancien président de Médecins sans frontières, explique ce jeudi 29 août dans une interview au journal Le Monde pourquoi il est favorable à des frappes ciblées en Syrie. Selon lui, «un palier a été franchi» par Bachar el-Assad avec l'arme chimique («l'arme de l'épouvante»), «qui appelle une réaction».

Interrogé sur les différences entre la situation de la Libye en 2011, époque où il s'était opposé à l'intervention occidentale, et celle de la Syrie en 2013, il répond:

«Ni les justifications ni les objectifs ne sont les mêmes qu'en Libye. J'étais d'ailleurs partisan d'un recours militaire en Libye tant que la menace d'un massacre de la population de Benghazi me semblait crédible. C'est quand j'ai constaté que cette menace était inventée pour justifier une entrée en guerre de l'Otan destinée à renverser le régime que j'ai condamné cette intervention.» Slate.fr 29.08

C'est le genre d'intellectuel gravitant dans un milieu nauséabond qui n'apprend rien ou ne retient rien d'une expérience relativement récente. C'est facile de s'excuser chaque fois après coup pour se faire passer pour ce qu'on n'est pas, nous ne sommes pas dupes, flanqué de Koucher, vous êtes décidément un sale type, à bas MSF !

Le journal Le Monde à la rescousse d'Al-Qaida et des mercenaires wahabbites-salafistes-takfistes.

- La responsabilité du massacre de la Ghouta ne peut pas être imputée aux djihadistes - LeMonde.fr

Si, pour les experts en armement et les bons connaisseurs de la Syrie, la responsabilité du régime de Bachar Al-Assad dans les massacres à l'arme chimique du 21 août est incontestable, certains doutes subsistent et s'instillent dans les esprits, à l'appui de nombreuses allégations d'observateurs, "analystes" et hommes politiques qui interrogent la responsabilité présumée de groupes djihadistes. Telle est la position du député de l'Essonne Nicolas Dupont-Aignan qui, en réaction aux velléités du gouvernement français de prendre part à la riposte contre le régime de Damas, s'est empressé de mettre des "groupes islamistes" sur la sellette. De prime abord, ces doutes paraissent légitimes en raison de la propagande médiatique du régime, qui nie toute responsabilité, de la gravité des faits et de l'imminence d'une très probable expédition punitive contre Damas, mais ils n'en demeurent pas moins illégitimes car infondés, incohérents et périlleux.

Sur quoi reposent ces allégations ? Sur des images satellitaires que Moscou prétend détenir, censées prouver que les deux missiles chargés d'agents chimiques proviendraient de zones contrôlées par l'Armée syrienne libre. Or, aucune de ces images, que la Russie aurait fournies aux Nations unies, n'a été révélée au grand public. (Stratégie de communica, pauvre conne, je les ai vues sur un portail iranien accessible à tous. - ndlr)Ensuite, ces images font état de deux tirs de missile, alors que, sur place, les activistes parlent de vingt-trois missiles retrouvés sur sept points d'impact. Au vu du nombre de victimes, de personnes contaminées et de la taille des missiles utilisés, qui par ailleurs n'ont pas pu être identifiés par les experts balistiques, il paraît très improbable que la quantité d'agents chimiques contenue dans deux missiles suffise à provoquer les dégâts observés. Enfin, la Russie n'est pas un acteur neutre dans le conflit syrien, puisqu'elle soutient le régime de Damas.

Ces allégations se fondent aussi sur le décalage entre l'heure à laquelle les vidéos du massacre auraient été postées sur YouTube (le 20 août) et l'heure réelle du massacre (à partir de 2 h 45 le 21 août), à l'appui duquel certains, dont la Russie, ont prétendu que l'attaque chimique n'était qu'une mise en scène des rebelles. Mais cette affirmation omet de prendre en compte les sept heures de décalage horaire entre le lieu d'origine d