Le portail a été actualisé le 18 septembre 2021........ Grève générale à partir du 15 septembre jusqu'au retrait de la vaccination et du passe obligatoire !.............Guerre économique, idéologique, psychologique, biologique contre contre tous les peuples par Macron et l'oligarchie financière : C'est la lutte des classes pour le pouvoir....... Organisons-nous pour en finir avec le capitalisme et la Ve République ! Rejoignez La Voix de l'Opposition de Gauche.


 



Documents disponibles dans la page d'accueil.


  CAUSERIES ET INFOS.     (18.09.2021)

Déclaration. La retraite de l'animateur de ce courant politique : 386,09 euros nets mensuels.
     (PAS DE CONFLIT D'INTÉRÊTS !)

  EXPÉRIENCE, TÉMOIGNAGE, PREUVE : L'IVERMECTINE SOIGNE LA COVID-19.    (01.07.2021)

Document. Comment mon beau-fils et mon beau-frère se sont rétablis en 48h. (05.06.2021)

  LE FORUM ÉCONOMIQUE MONDIAL PILOTE LA CAMPAGNE MONDIALE DE VACCINATION

Document. 3 tactiques pour surmonter les hésitations concernant le vaccin COVID-19. (28.06.2021)

  LA DICTATURE ABSOLUE (ATTALI) A L'AIDE DE LA MÉDECINE PROGRAMMÉE DEPUIS + DE 40 ANS.

Vidéo. Jacques Attali dévoile le plan macabre de dictature sanitaire plus de 40 ans à l'avance. (1979)

  LE PASS ET LEUR MODELE DE DICTATURE NUMÉRIQUE TOTALITAIRE

Vidéo. Avec le "crédit social", la Chine classe les "bons" et les "mauvais" citoyens (1 mai 2019)


  DANS L'ACTUALITÉ

Vidéo. BERNAYS - Comment manipuler l'opinion (23.12)

Document. Petite histoire de manipulation du peuple, de propagande et d’illusion démocratique - 1 (06.04)
Document. Petite histoire de manipulation du peuple, de propagande et d’illusion démocratique - 2 (14.07)
Document. Petite histoire de manipulation du peuple, de propagande et d’illusion démocratique - 3 (15.07)

Vidéo. Klaus Schwab annonce le puçage pour 2026. Les puces, une théorie du complot? - (5 février 2021)
Vidéo. Klaus Schwab annonce le puçage pour 2026. (sous-titré en anglais) - (5 février 2021)
Vidéo. La Science va-t-elle sauver le monde ? La folie du transhumanisme. - (Octobre 2015)

Vidéo. ITW exclusive du Pr. Perronne - 28 mai 2021
Vidéo. La médecine et la santé publique à l’épreuve du Covid - 21 mai 2021
Vidéo. 100 000 morts, vraiment ? - 29 avril 2021
Vidéo. Impact of COVID Vaccinations on Mortality - 2021
Vidéo. Les mesures prises pour l'épidémie ont-elles vraiment sauvé des vies ? - 13 mars 2021
Vidéo. Ceci n'est pas un complot - 6 février 2021
Vidéo. Ivermectine: message à Boris Johnson de la Dresse Tess Lawrie. (08.01)
Vidéo. La psychose paranoïaque de notre ère. (03.01)
Vidéo. Covid – 19 : l’heure du bilan (23.12)
Vidéo. Mal-traités (07.12)
Vidéo. Témoignage du Dr Pierre Kory devant le Sénat américain (08.12)
Vidéo. Hold-up. (version intégrale) (13.11)

Document. Le traitement du Covid existe 2) : Ivermectine, efficace à 100% ? (10.12.2020)
Document. Le variant delta en chiffres (25.07.2021)


  CAUSERIES ET INFOS.     (18.09.2021)

Textes de La Voix de l'Opposition de Gauche. (Plus actualisé, pas le temps, lire les causeries.)

  DOCUMENTS D'ACTUALITÉ.

 -  Dossier : La "Grande réinitialisation" ("Great Reset").

Archives Great Reset

 -  Dossier : SRAS-CoV-2.

Archives SRAS-CoV-2.

 -  Divers sujets et international.

  COMMENT FONCTIONNE LEUR VIEUX MONDE.

 -  Vidéos et données.
 -  Sous nos yeux. Du 11 septembre à Donald Trump par Thierry Meyssan.
 -  Articles divers.

  RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ENTRE MYSTIFICATION ET INSTRUMENTALISATION.

 -  Points de repères.
 -  Vidéos.
 -  La fabrication de Greta Thunberg et du Green New Deal.
 -  Le scandale des éoliennes.
 -  Articles divers.

  TOUTES LES RUBRIQUES

  Dans le menu en haut de l'écran.  

  LES ENSEIGNEMENTS DU MARXISME.

  ADRESSES UTILES



  LA VOIX DE L'OPPOSITION DE GAUCHE

 Arguments pour lutter contre le totalitarisme sous toutes ses formes ou ne pas tomber sous
      son emprise ou encore ne pas reproduire ses méthodes au sein du mouvement ouvrier.

Orwell. Sur le contrôle des esprits. (Jean-Jacques Rosat - Professeur au Collège de France)
Orwell. Peut-on être journaliste, militant, et un homme libre ? (id)

 Pour tirer profit de cette vidéo, il faut retenir chaque mot prononcé, elle est donc destinée
      uniquement à des personnes ayant développé cette capacité et un sens critique aigu,
             elle peut servir à les tester, sinon il est fortement déconseillé de la regarder.

Interview d'Aaron Russo (libertarien) ami de Nicholas Rockefeller. Le clan de l'oligarchie financière. (2007)
Notice accompagnant cette vidéo. (8 pages)



Le totalitarisme correspond à la phase ultime de la crise du capitalisme ET d'un complot
              ourdi par l'oligarchie financière et les médias contre tous les peuples.

Vidéo. BERNAYS - Comment manipuler l'opinion (23.12.2021)

  David Rockefeller, Commission Trilatérale, 1991.

   Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au magazine Time, et aux autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque quarante ans. Il aurait été pour nous impossible de développer notre projet pour le monde si nous avions été exposés aux lumières de la publicité durant ces années. Mais le monde est aujourd’hui plus sophistiqué et préparé à l’entrée dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale des siècles passés.

Plus tard il précisera : "Certains croient même que nous faisons partie d'une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des États-Unis, caractérisant ma famille et moi comme des 'internationalistes' et de conspirer avec d'autres dans le monde pour construire une structure politique et économique mondiale plus intégrée, un autre monde si vous voulez. Si tel est l'accusation, je suis coupable et j'en suis fier.”

   La presse indépendante n'existe pas.

   Discours prononcé par John Swinton, éditorialiste en chef du New York Times, devant des journalistes au dîner organisé à l’occasion de son départ du journal en 1870. Source du texte anglais : http://en.wikiquote.org/wiki/John_Swinton

   « La presse indépendante n’existe pas en Amérique en dehors des villes de province. Vous êtes tous des esclaves. Vous le savez, et je le sais. Aucun d’entre vous n’ose honnêtement exprimer son opinion. Si vous l’exprimiez, vous sauriez d’avance qu’elle ne serait jamais publiée. Je suis payé 150 $ pour laisser mes propres opinions à la porte d’entrée du journal pour lequel je travaille. Vous autres également, êtes payés pour faire la même chose. Si je permettais la publication des opinions honnêtes dans un tirage de mon journal, je me retrouverai dans la même situation qu’Othello dans les 24 heures. La personne qui serait assez idiote pour écrire ses propres opinions serait jetée à la rue et devrait se chercher un autre travail.

L’activité d’un journaliste de New York consiste à déformer la vérité, à mentir catégoriquement, à pervertir, à diffamer, à se prosterner devant Mammon, à vendre son pays et sa race contre son pain quotidien, ou ce qui revient au même, contre son salaire. Vous savez tout-ceci et je le sais également. Quelle sottise que de porter un toast à la « presse indépendante » ! Nous sommes les instruments et les vassaux des hommes riches qui demeurent dans la coulisse. Nous sommes des marionnettes. Ils tirent les ficelles et nous dansons. Notre temps, nos talents, nos vies, nos capacités, toutes ces choses sont la propriété d’autres hommes. Nous sommes des prostituées intellectuelles ».



 Green New Deal. A qui profite l'imposture ?

Bill Gates rejoint Blackstone pour acheter une société britannique de services de jets privés (09.01.2021)

  La Banque mondiale vous informe.

- Selon la Banque mondiale, la lutte contre le changement climatique impliquerait de multiplier la dette souveraine du monde (60.000 milliards de dollars) par 2,5. (contrepoints.org 01.07.2019)

- Au cours des 15 prochaines années, le monde va devoir consentir de lourds investissements dans les infrastructures, évalués à environ 90 000 milliards de dollars d’ici 2030, mais le surcoût pour rendre ces infrastructures compatibles avec les objectifs climatiques n’est pas conséquent. (banquemondiale.org 02.10.2018) (https://www.banquemondiale.org/fr/topic/climatechange)

Les faits. (affinés le 13.10)

Le réchauffement climatique de nature anthropique est une imposture, puisque le CO² présent dans l'air provient essentiellement de la végétation et des océans (à 94% environ).

Le pourcentage de CO² dans l'air dû à l'activité humaine (ou anthropique) est donc insignifiant. Il est passé de 0,03 à 0,04% en un siècle, il a augmenté de 0,01% en un siècle. La durée de vie du CO² dans l'air est de 5 à 6 ans et ne se cumule pas sur un siècle. La hausse de la température précède la hausse du taux de CO² dans l'air.

Voilà pour l'origine anthropique du réchauffement climatique selon le GIEC et Macron...



SRAS-CoV-2. A qui profite l'imposture ?

- En mars 2020, alors que l’épidémie de la Covid-19 battait déjà son plein, une autre épidémie, de gale, est survenue dans un Ehpad de Seine-et-Marne. Pour soigner cette maladie parasitaire, les médecins prescrivent depuis des décennies un médicament bien connu et efficace : l’ivermectine (IVM). C’est ainsi que le docteur Charlotte Bernigaud, dermatologue à l’AP-HP Hôpital Henri Mondor, a traité l’ensemble des 121 résidents (69) et employés (52) de l’établissement.

La suite est moins banale : dans cette maison de retraite où la moyenne d’âge des résidents est de 90 ans, avec de surcroît 98% de personnes présentant une comorbidité à risque, le virus Covid-19 n’a pratiquement fait aucun dégât. Seulement 1,4% des occupants (personnel compris) ont eu le virus, avec des symptômes modérés (ni oxygène ni hospitalisation) et aucun mort n’a été à déplorer. Dans une étude dite observationnelle, publiée dans le British Journal of Dermatology en janvier 2021, l’équipe de Charlotte Bernigaud donne le détail de ses observations. Elle constate d’abord que dans les 45 Ehpad de Seine-et-Marne ayant le même public (âge, effectif…) la mortalité a été de 4,9% parmi 3062 résidents, versus 0 pour 121 dans l’Ehpad observé. capital.fr 19 mars 2021



  CAUSERIE ET INFOS   (18.943 pages du 22 août 2008 au 31 décembre 2020)

  Causerie du 18 septembre 2021.

Septembre du 1er au (à venir)

Août 2021 (82 pages)

Juillet 2021 (71 pages)

Juin 2021 (71 pages)

Mai 2021 (65 pages)

Avril 2021 (33 pages)

Mars 2021 (90 pages)

Février 2021 (90 pages)

Janvier 2021 (141 pages)

2020 (1923 pages)
2019 (1356 pages)
2018 (1563 pages)
2017 (1509 pages)
2016 (1127 pages)
2015 (2184 pages)
2014 (2104 pages)
2013 (2806 pages)
2012 (2377 pages)
2011 (1728 pages)
2010 (1075 pages)
2009 (983 pages)
2008 (312 pages)



   DOCUMENTS D'ACTUALITÉ

   DOSSIER : LA "GRANDE RÉINITIALISATION" PAR LE FORUM ÉCONOMIQUE MONDIAL

ARCHIVES GREAT RESET.

   Textes fondamentaux.

DOCUMENT. Net zero by 2050 - A roadmap for the global energy sector (05.2021)
DOCUMENT. COVID-19: La Grande Réinitialisation. (30.09.2020)
DOCUMENT. « Le néolibéralisme a fait son temps ». (30.09.2020)

DOCUMENT. COVID-19: The Great Reset (29.07.2020)
DOCUMENT. Travail. Démocratiser. Démarchandiser. Dépolluer - Liste des signataires (14.07.2020)
DOCUMENT. Global Democracy & Covid-19: Upgrading international support (08.07.2020)
DOCUMENT. Un appel pour défendre la Démocratie (25.06.2020)
DOCUMENT. Un appel pour défendre la Démocratie - Organisations signataires (25.06.2020)
DOCUMENT. Le temps de la Grande remise à zéro. (03.06.2020)
DOCUMENT. La "Grande Réinitialisation" : un sommet unique pour débuter 2021. (03.06.2020)
DOCUMENT. Travail. Démocratiser. Démarchandiser. Dépolluer (16.05.2020)
DOCUMENT. The global expansion of AI surveillance (09.2019)
DOCUMENT. Fondation Gates/Institut Pasteur : 21 369 745 $ (2019)
DOCUMENT. La Quatrième révolution industrielle : ce qu’elle implique et comment y faire face (25.10.2017)
DOCUMENT. Flipping a switch inside the head (01.04.2017)
DOCUMENT. Scenarios for the Future of Technology and International Development (05.2010)

DOCUMENT. Scénarios pour le futur de la technologie et développement international (05.2010)

   Articles 2021

DOCUMENT. Le vaccin de Gates propage la polio à travers l’Afrique (16.08.2021)
DOCUMENT. One for All An Updated Action Plan for Global Covid-19 Vaccination Final (06.2021)
DOCUMENT. Will employees be required to get the COVID-19 vaccination? (17.05.2021)
DOCUMENT. Des chercheurs prouvent qu'il est possible de communiquer pendant ses rêves (22.02.2021)
DOCUMENT. Est-ce la fin des villes ? (22.02.2021)
DOCUMENT. Du premier pas sur la Lune à nos missions sur Terre. (11.02.2021)
DOCUMENT. Le vaccin, dernier clou du cercueil d’une ambition multilatérale ? (10.02.2021)

DOCUMENT. Pour ses 50 ans, Davos appelle à créer une « valeur commune » (30.01.2020)
DOCUMENT. Facebook domine en maître sur les réseaux sociaux (29.01.2021)
DOCUMENT. Voici les plus grandes menaces mondiales de 2021 (28.01.2021)
DOCUMENT. L'endettement des entreprises atteint des sommets (28.01.2021)
DOCUMENT. L'Europe doit devenir une puissance climatique mondiale (27.01.2021)
DOCUMENT. Les transferts de fonds sont essentiels pour la reprise des pays en dévelopement (27.01.2021)
DOCUMENT. Le COVID-19 a mis en évidence notre fracture numérique (27.01.2021)
DOCUMENT. Comment se diriger vers une coopération mondiale (25.01.2021)
DOCUMENT. La pandémie, un test grandeur nature pour les circuits courts alimentaires... (20.01.2021)
DOCUMENT. La course à la vaccination en Europe (20.01.2021)
DOCUMENT. Pourquoi 2020 fut une année décisive en matière de confiance (20.01.2021)
DOCUMENT. Robots, Intelligence artificielle : 5 messages pour comprendre
     ce qui va fondamentalement évolue dans vos futurs métiers (08.01.2021)

DOCUMENT. Les perspectives économiques mondiales en cinq graphiques (08.01.2021)
DOCUMENT. L’économie mondiale devrait progresser de 4 % en 2021 (05.01.2021)
DOCUMENT. Global Economic Prospects (04.01)


   DOSSIER : LA "GRANDE RÉINITIALISATION" ("GREAT RESET") DE DIFFÉRENTES SOURCES

DOCUMENT. Comment la Fondation Gates pousse le système alimentaire dans la mauvaise direction (29.06)
DOCUMENT. Crise financière de 2008, covid-19, "great reset" et contrôle des populations :
     la grande manipulation (25.06)

DOCUMENT. Qui dirige le monde ? BlackRock, Vanguard et StateStreet (13.06)
DOCUMENT. Un agenda sinistre derrière la crise de l’eau en Californie?
     Menace d’une crise alimentaire imminente. (13.06)

DOCUMENT. La dissimulation continue: La vérité sur Bill Gates, Microsoft et Jeffrey Epstein (04.06)

DOCUMENT. Ces milliers de milliards $ de la transition énergétique
     que le Great Reset compte récupérer (31.05)

DOCUMENT. Comment une ONG financée par la Fondation Gates et Big Pharma ont utilisé des enfants
     comme «cobayes»… (29.05)

DOCUMENT. La Crise mondiale corona 2020-2021: destruction de la société civile, dépression économique,
     coup d’État mondial et «Grande réinitialisation» (29.05)

DOCUMENT. Le transhumanisme et l’autodétermination de la pensée. (15.03)
DOCUMENT. Bill Gates révèle « la date de la fin de la pandémie ». (01.03)
DOCUMENT. Klaus Schwab. (27.02)
DOCUMENT. L’agenda du Forum économique mondial derrière la réforme agricole de Modi. (22.02)
DOCUMENT. La grande conspiration criminelle du « zéro carbone ». (21.02)
DOCUMENT. Le G7 donne le pouvoir à Bill Gates contre la Covid et relance la globalisation. (20.02)
DOCUMENT. Twitter, le petit oiseau bleu qui gazouille faux. (17.02)
DOCUMENT. Les pays riches ne devraient manger que de la viande de synthèse, selon Bill Gates. (16.02)
DOCUMENT. Gates ou la formation d’un Empire mondial. (12.02)
DOCUMENT. Un nouveau chef de l’OMC promouvra le programme de Gates. (12.02)
DOCUMENT. Contrôle numérique : comment les Big Tech se tournent vers l’alimentation
     et l’agriculture (et ce que cela signifie). (07.02)

DOCUMENT. Le Grand Reset et la Crise COVID-19 – Appel a la jeunesse de France et d’Europe…
     et du Monde (29.01.2021)

DOCUMENT. Après la Covid-19, Davos passe à la « Grande Réinitialisation »(28.01.2021)
DOCUMENT. Ces éduqués non-cultivés. L’ère de la pensée unique: Totalitarisme techno-scientifique
     et éducation doctrinaire. (18.01.2021)

DOCUMENT. Ces éduqués non-cultivés. L’ère de la pensée unique: Menace autoritaire
     et gouvernement mondial (15.01.2021)

DOCUMENT. Klaus Schwab et sa prise d’otages de masse 2.0 (15.01)
DOCUMENT. Bill Gates rejoint Blackstone pour acheter une société britannique
     de services de jets privés (09.01.2021)

DOCUMENT. Who Is Bill Gates? (05.01.2020)

DOCUMENT. The 2020 Worldwide Corona Crisis: Destroying Civil Society, Engineered Economic
     Depression, Global Coup d’État and the “Great Reset”. (21.12)

DOCUMENT. Sur les rails du « Grand Reset » : le petit train de l’horreur… (05.12)



   DOSSIERS : SRAS-CoV-2.

ARCHIVES SUR LE SRAS-CoV-2.   (Actualisé le 28 août 2021 + de 430 documents)

DOCUMENT. Plainte de l'Association des avocats de l'Inde contre la Dr. Soumya Swaminathan,
     directeur scientifique à l'OMS (25.05)

   VIDÉO

VIDÉO. Témoignage du Dr Pierre Kory devant le Sénat américain - 8 décembre 2020
VIDÉO. Dr Pierre Kory : "nous avons un traitement qui marche !" - 12 décembre 2020
VIDÉO. Mal-traités. - 7 décembre 2020
VIDÉO. Pr Christian Perronne :"Moderna, Pfizer, ce ne sont pas des vaccins,
     c'est de la thérapie génique" - 2 décembre 2020

VIDÉO. Hold-up. - 13 novembre 2020
VIDÉO. Interview Dr Raoult Cnews du 06 10 2020 laurence ferrari - 6 octobre 2020
VIDÉO. Le virus COVID-19: La campagne de peur n'a aucune base scientifique - 10 septembre 2020
VIDÉO. Covid-19 : Vingt-quatre professionnels de santé belges témoignent - 04 septembre 2020
VIDÉO. Pr Didier Raoult: Invité à CNEWS (Entretien Intégral) - 19 août 2020
VIDÉO. Pr Philippe Even - 80% des médicaments ne servent à rien - 13 juillet 2016
VIDÉO. Le Pr. Perronne balance sur « les magouilles et les attaques dégueulasses
     contre Raoult » - 2 juillet 2020

VIDÉO. Le Pr. Didier Raoult était l'invité de Jean-Jacques Bourdin, ce jeudi 25 juin 2020.
VIDÉO. Le Pr. Didier Raoult: l'intégralité de son audition devant
      la commission d'enquête parlementaire - 24 juin 2020

VIDÉO. Pr Perronne - "Ceux qui critiquent le protocole Raoult malgré les preuves
     sont achetés par les labos" - 16 juin 2020

VIDÉO. Cri d'alarme et alerte d'un médecin - Violation du secret médical - 6 mai 2020
VIDÉO. Dr Éric Menat - Il y a urgence !
VIDÉO. Le Pr Didier Raoult se confie à Apolline de Malherbe sur BFMTV - 1 mai 2020


   DIVERS

   Articles mis en ligne le 12 septembre 2021.

DOCUMENT. Proposition de loi instaurant la vaccination obligatoire contre le SARS-CoV-2 (12.09.2021)
DOCUMENT. La Coordination Santé Libre appelle les soignants à faire pression
     sur le gouvernement (10.09.2021)

DOCUMENT. Australie : depuis le début de la vaccination, près de trois fois plus de morts signalées
     après vaccin qu'attribuées à la covid-19 (10.09.2021)

DOCUMENT. La discrimination vaccinale à l'épreuve de la Constitution indienne :
     Dipali Ojha de retour (09.09.2021)

DOCUMENT. Des chiffres et des faits : les leçons à tirer d’Israël (07.09.2021)
DOCUMENT. Le grand mensonge de la collecte de données de santé “anonymisées” (07.09.2021)
DOCUMENT. Contre-indications vaccinales et insécurités juridiques :
     l'inquiétant décret 1059 (07.09.2021)

DOCUMENT. « En toute inconscience, la 3ème dose est totalement hors AMM ! » -
     chronique N°69 (07.09.2021)

DOCUMENT. Big Pharma: Comment ils ont intoxiqué les Américains à l’opium – 500 000 morts (03.09.2021)
DOCUMENT. # Fake François Legault: Chiffres Falsifiés sur la Mortalité au Québec
     Attribués à Covid-19. (03.09.2021)

DOCUMENT. Qu'est-ce que les Etats-Unis cherchent à cacher en concoctant un rapport mensonger
     sur les origines du nouveau coronavirus ? (30.08.2021)

DOCUMENT. Le travail est-il encore un libre choix? (30.08.2021)
DOCUMENT. Harvard Epidemiologist Says the Case for COVID Vaccine Passports
     Was Just Demolished (30.08.2021)

DOCUMENT. Le SARS-COV2 accélérerait l’âge biologique (30.08.2021)
DOCUMENT. Facilitation par les anticorps : la Dengue et le Dengvaxia (30.08.2021)
DOCUMENT. La vaccination n’empêche pas les regains épidémiques (24.08.2021)
DOCUMENT. Covid-19 : les dangers de la troisième dose du vaccin ! (11.08.2021)
DOCUMENT. Les vaccinés infectés seraient aussi contagieux que les autres (05.08.2021)
DOCUMENT. Les phénomènes d’aggravation dépendante des anticorps (ADE) et la Covid-19 (26.07.2021)
DOCUMENT. Prise en charge ambulatoire du covid-19 (26.06.2021)
DOCUMENT. Ingénierie sociale, manipulation et consentement (02.04.2021)

   Articles mis en ligne le 28 août 2021.

DOCUMENT. La dictature sanitaire de Macron - 27 août 2021
DOCUMENT. Les producteurs de vaccins augmentent les prix | Mondialisation.ca 27 août 2021
DOCUMENT. "Une loi qui repose potentiellement sur un document faux"
     Vincent Pavan et Me Heringuez 26 août 2021

DOCUMENT. "Il n'y avait aucune raison d'approuver définitivement le vaccin Pfizer"
      Peter McCullough 26 août 2021

DOCUMENT. «Notre espèce est génétiquement modifiée»: la marche de l’humanité vers l’extinction ?
      Analyse du microbiome et du virrome 25 août 2021

DOCUMENT. Faire vacciner les enfants, vraiment ? 24 août 2021
DOCUMENT. Covid-19 (diagnostic, traitements, vaccin): panorama d’une escroquerie 22 août 2021
DOCUMENT. Le covidisme, le vaccinalisme et le pape 22 août 2021
DOCUMENT. Analyse de risque des statistiques TousAntiCovid 21 août 2021
DOCUMENT. "La vaccination, pour l'instant, n'est obligatoire pour personne" Me Joseph 21 août 2021
DOCUMENT. Pourquoi la protéine Spike est toxique dans le COVID- 19... Et aussi dans les vaccins ARNm
      et ADN 20 août 2021

DOCUMENT. Pourquoi les globalistes et les gouvernements veulent-ils à tout prix
      un taux de vaccination de 100 % ? 19 août 2021

DOCUMENT. Témoignage du Dr Hertoghe, victime du vaccin Moderna : accident vasculaire cérébral
      dans le cervelet 19 août 2021

DOCUMENT. Le variant Delta, les tests PCR et «la dissonance Covid» | Mondialisation.ca 19 août 2021
DOCUMENT. Covid : le règne de la cupidité et la chute de la médecine occidentale moderne 17 août 2021
DOCUMENT. En Italie, les soignants refusent massivement la vaccination 17 août 2021
DOCUMENT. Le variant Delta change-t-il la donne de la vaccination ? 17 août 2021
DOCUMENT. « Québec debout »: Manifestation monstre à Montréal, NON au passeport sanitaire 16 août 2021
DOCUMENT. # Fake François Legault: Chiffres Falsifiés sur la Mortalité au Québec
      Attribués à Covid-19. 14 août 2021

DOCUMENT. La dangerosité des nouveaux vaccins anti-covid est un fait historique - 14 aout 2021
DOCUMENT. La Crise mondiale corona 2020-2021: destruction de la société civile, dépression économique,
      coup d’État mondial et «Grande réinitialisation» 8 août 2021

DOCUMENT. La Chine s’interroge sur la fermeture du laboratoire de Fort Detrick aux Etats-Unis 5 août 2021
DOCUMENT. Efficacité de la vaccination en Israël : les données montrent qu'un passe sanitaire
      n'a pas d'intérêt 4 août 2021

DOCUMENT. Laurent Mucchielli dépublié par Mediapart : sa réaction et son article republié 4 août 2021
DOCUMENT. La vaccination à l’épreuve des faits. Les chiffres de l’épidémie 4 août 2021
DOCUMENT. Les vaccins anti-covid sont trop dangereux 3 août 2021
DOCUMENT. Myocardites chez les jeunes et les adolescents 2 août 2021
DOCUMENT. Modèle de lettre de réponse aux autorités françaises scolaires ou universitaires
      pour les parents incités (parfois avec menaces) à faire « vacciner/injecter » leurs enfants
      avant la rentrée scolaire ou universitaire 2 août 2021

DOCUMENT. Pass sanitaire ou pass suicidaire ? “Nous venons de déposer des plaintes pour des faits
     criminels dans plusieurs coins de France.” 01 août 2021

DOCUMENT. Le « vaccin tueur » au niveau mondial: 7,9 milliards de personnes 31 juillet 2021
DOCUMENT. Prosternez-vous devant le Dieu Vaccin 30 juillet 2021
DOCUMENT. Témoignage d’une médecin texane devant le Sénat US 30 juillet 2021
DOCUMENT. Haro sur les médecins non alignés derrière l’État-Macron! 29 juillet 2021
DOCUMENT. L’obligation vaccinale: sans aucune logique médicale! 29 juillet 2021
DOCUMENT. Passe sanitaire : preuve que tout était déjà prévu avant janvier 2020 ! 29 juillet 2021
DOCUMENT. Lettre à Charlie Hebdo 29 juillet 2021

   ARMES BACTÉRIOLOGIQUES

DOCUMENT. Les USA réautorisent la création de virus mortels (26.12.2017)
DOCUMENT. Un chercheur fabrique volontairement un virus ultra-virulent :
     savant fou ou visionnaire ? (02.07.2014)

DOCUMENT. Créer un virus H7N9 mutant pour mieux le combattre (07.08.2013)
DOCUMENT. Vers des armes biologiques de nouvelle génération (21.01.2008)



   DIVERS SUJETS ET INTERNATIONAL.

ARCHIVES 2020.

DOCUMENT. Un Nouvel Ordre du monde prend forme (Troisième partie) -
     L’architecture politique du nouveau Moyen-Orient 7 septembre 2021

DOCUMENT. Le Grand Jeu de destruction des nations 26 août 2021
DOCUMENT. Etats-Unis : quand les fraudes sont désormais des faits... 24 août 2021
DOCUMENT. La défaite en Afghanistan vise-t-elle à gêner la Russie et la Chine ? 24 août 2021
DOCUMENT. Vaccination anti-Covid – De qui se moque-t-on ? 23 août 2021
DOCUMENT. «Opération Condor», un homme face à la terreur 23 août 2021
DOCUMENT. La Chine et la Russie mettent en scène les Taliban 23 août 2021
DOCUMENT. L’Émirat islamique d’Afghanistan de retour en force 22 août 2021
DOCUMENT. Aucune leçon de la catastrophe afghane, par Manlio Dinucci - 21 août 2021
DOCUMENT. Notre « cher » gouvernement ! – La Plume du Citoyen 18 août 2021
DOCUMENT. 7 mensonges à propos de l'Afghanistan 18 août 2021
DOCUMENT. Le combat de Joe Biden pour la « Démocratie - 17 août 2021
DOCUMENT. Un fiasco de Tweets: des documents indiquent que les États-Unis ont participé
     aux manifestations à Cuba 16 août 2021

DOCUMENT. Les Taliban vont à Tianjin 11 août 2021
DOCUMENT. L’incarcération de Craig Murray est une nouvelle étape dans la guerre
     contre le journalisme indépendant. 6 août 2021

DOCUMENT. L’arme climatique, complot ou réalité? 5 août 2021

DOCUMENT. What’s REALLY behind the war on home ownership? – OffGuardian 31 juillet 2021
DOCUMENT. Les suites économiques de la guerre contre la pandémie :
     inflation, récession, déflation, stagflation ou stagnation séculaire ? (08.07)

DOCUMENT. Deux types de politique étrangère (06.07)
DOCUMENT. Le Pakistan ferme la porte aux USA (01.07)
DOCUMENT. Comment les LGBTQI+ hongrois sont instrumentés par l'Union européenne (29.06)
DOCUMENT. La révolution numérique et des NBIC :
     Quel rapport entre l'homme et son environnement ? (date?)

DOCUMENT. Biden-Poutine, un Yalta II plutôt qu'un nouveau Berlin (22.06)
DOCUMENT. L’empire américain d’Occident place ses troupes en ordre de bataille (15.06)
DOCUMENT. Le sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires : à l’ombre des lobbies
     de l’agrobusiness? (14.06)

DOCUMENT. Les mythes et les vérités sur Srebrenica (11.06)
DOCUMENT. Les mythes et les vérités sur Srebrenica. Que s’est-il réellement passé
     et pourquoi à Srebrenica et dans ses environs?(08.06)

DOCUMENT. Pourquoi Israël aide la Colombie à réprimer les manifestants (03.06)
DOCUMENT. RCA, Tchad, Mali: Paris dans l’embarras(03.06)
DOCUMENT. Les cartographes chinois et russes tracent l’ordre post-unilatéral (02.06)
DOCUMENT. NED – Algérie : le montant des subventions a doublé en 2020 (02.06)
DOCUMENT. La disparition forcée est une pratique du terrorisme d’État: la police colombienne a fait
     disparaitre des centaines de personnes en un mois (02.06)

DOCUMENT. Ces militants & juifs solidaires de la résistance palestinienne… mais, jusqu’où? (01.06)
DOCUMENT. Élection présidentielle en République arabe syrienne. (01.06)

DOCUMENT. Pourquoi l’UE se met en rang contre la Chine (25.05)
DOCUMENT. Les deux poids, deux mesures de l'affaire Pratassevitch (25.05)
DOCUMENT. Le masque de la « démocratie libérale » tombe avec fracas (24.05)
DOCUMENT. Colombie – Guerre totale contre le mouvement social (23.05)
DOCUMENT. ’Israël’, dernière colonie européenne au bord de l’effondrement? (21.05)
DOCUMENT. Un Etat né dans les laboratoires de la diplomatie (20.05)
DOCUMENT. Allo Bercy (05.2021)
DOCUMENT. Palestine / L’aveu de David Ben Gourion par une belle nuit d’été… (19.05)
DOCUMENT. La « guerre civile » en Israël vient-elle réellement de débuter ? (18.05)
DOCUMENT. Joe Biden réinvente le racisme (11.05)
DOCUMENT. Guerre sur la Syrie : Scandale d’une corruption avérée dissimulée
     par les gouvernements occidentaux (07.05)

DOCUMENT. Une proposition de Biden pourrait faire des États-Unis une « dictature numérique » (07.05)

DOCUMENT. La Turquie d’aujourd’hui, un problème mondial (30.04)
DOCUMENT. « Nouveaux OGM » : les louanges de la Commission européenne (30.04)
DOCUMENT. Afghanistan, le plan USA d’une nouvelle catastrophe. (27.04)
DOCUMENT. Le Moyen-Orient se réorganise. (27.04)
DOCUMENT. Maïs cireux OGM : édition génomique et stratégie du cheval de Troie (27.04)
DOCUMENT. Où vont les déchets de l’UE? (26.04)
DOCUMENT. Les leçons de la commune (25.04)
DOCUMENT. France – Le conseil d’état valide durablement la surveillance de masse (23.04)
DOCUMENT. Les 12 méga-donateurs de la politique US. (22.04)
DOCUMENT. Le MI5 rejoint Instagram (22.04)
DOCUMENT. UPOV: Hold-up sur les semences. Nous devons donc les défendre (20.04)
DOCUMENT. Le lobby du plastique empoisonne le monde (20.04)
DOCUMENT. L’armée américaine dans le monde (05.04)
DOCUMENT. Georges Ibrahim Abdallah : « Je ne négocierai pas mon innocence.
     Je ne renoncerai pas à ma position » (01.04)

DOCUMENT. Les leçons de la Syrie. La vérité sur la crise syrienne – Richard H. Black (28.03)
DOCUMENT. Health Data Hub : Du fantasme de l’intelligence artificielle à la privatisation
     de nos données de santé (26.03)

DOCUMENT. Le lobby ouïghour (23.03)
DOCUMENT. Les ambitieuses réformes de Joe Biden (23.03)
DOCUMENT. Al-Qaeda en Syrie : une source « fiable » des médias occidentaux. (19.03)
DOCUMENT. Le sinistre rôle de Joe Biden dans le déclenchement de la guerre d’Irak. (18.03)
DOCUMENT. Grèce : “La junte revient”. (17.03)
DOCUMENT. Le renversement d'Evo Morales et la première guerre du lithium (16.03)
DOCUMENT. Pétrole syrien: le pillage du pays continue (16.03)
DOCUMENT. Après une année avec le ‘Covid-19’, quelles leçons en tirer? (16.03)
DOCUMENT. Pourquoi l’OTAN a détruit la Libye il y a dix ans (16.03)
DOCUMENT. Le conflit entre les banques centrales et les investisseurs
     eu égard à l’inflation et aux taux d’intérêt (13.03)

DOCUMENT. Un scandale impliquant plusieurs millions de dollars secoue le Pentagone (05.03)
DOCUMENT. La périlleuse stratégie des USA et de l'Otan en Europe (02.03)

DOCUMENT. Classement des États du monde par population âgée de 65 ans et plus (%) (02.11.2019)
DOCUMENT. Les Relations internationales selon Antony Blinken. (02.03)
DOCUMENT. Profitant des politiques racialistes: La fondation Black Lives Matter a récolté
     90 millions de dollars en 2020. (01.03)

DOCUMENT. Le bitcoin atteint plus de 50 000 dollars à Wall Street. (01.03)

DOCUMENT. Biden et l'exploitation de la main d'oeuvre chinoise. (23.02)
DOCUMENT. Pour qui sonne la clochette. (16.02)
DOCUMENT. Biden, commandeur des « vrais croyants ». (16.02)
DOCUMENT. Twitter, le petit oiseau bleu qui gazouille faux. (17.02)
DOCUMENT. Haïti – Les troublantes similitudes entre le régime des Duvalier et
     l’administration de Jovenel Moïse. (15.02)

DOCUMENT. La Commune de Paris, la banque et la dette. (12.02)
DOCUMENT. La contribution de la Suisse à la construction de l’ordre néolibéral. (10.02)
DOCUMENT. Contrôle numérique : comment les Big Tech se tournent vers l’alimentation
     et l’agriculture (et ce que cela signifie). (07.02)

DOCUMENT. La confrérie des Frères Musulmans à l’épreuve de la normalisation israélo-arabe 1/2 (07.02)
DOCUMENT. L’antisémitisme « à la carte » du Centre Simon Wiesenthal (07.02)
DOCUMENT. La plus grande chasse aux sorcières a débuté aux USA (04.02)
DOCUMENT. E. Macron : portrait d’une autre mythologie (04.02)
DOCUMENT. 2030, l’avenir que nous prépare l’OTAN (02.02)
DOCUMENT. Les complotistes d’aujourd’hui sont les sceptiques d’hier (01.02)
DOCUMENT. Le plan de destruction derrière le programme de Biden concernant la Russie (01.02)

DOCUMENT. Après Trump : et quoi maintenant ? (29.01)
DOCUMENT. L’incursion des Big Tech dans l’agriculture est désastreuse pour les petits agriculteurs
     et les travailleurs du secteur alimentaire du monde (27.01)

DOCUMENT. Joe Biden Imperator (26.01)
DOCUMENT. Le véritable visage de Joe Biden et de son équipe (26.01)
DOCUMENT. La création de l’empire américain à l’aube de sa fin (24.01)
DOCUMENT. Mark Zuckerberg censure des gouvernements (19.01)
DOCUMENT. Après l'URSS, les USA s'effondrent (19.01)
DOCUMENT. Réarmement, l’OTAN se fait Banque (19.01)
DOCUMENT. Nous sommes entrés en guerre (19.01)
DOCUMENT. Golfe, la guerre de Trente ans. Bush: “la nouvelle ère de l’espoir commence” (15.01)
DOCUMENT. Le 11 septembre était le prélude. Le 6 janvier est le Saint Graal (14.01)
DOCUMENT. La mascarade du Capitole et la fiction démocratique (14.01)
DOCUMENT. Détruire la société civile. La campagne de peur. (14.01)
DOCUMENT. Il y a trente ans, la guerre du Golfe (13.01)
DOCUMENT. Biden et le pouvoir par la force (12.01)
DOCUMENT. « Les multinationales aujourd’hui sont comme des psychopathes charmeurs. » (11.01)
DOCUMENT. Derrière le verdict de Londres sur Julian Assange (05.01)
DOCUMENT. Cheik Rohani sème le trouble au Moyen-Orient (05.01)


DOCUMENT. Retour sur l’année 2020 : l’onde de choc de la pandémie de COVID-19 (14.12)
DOCUMENT. Biden et le pouvoir par la force (12.01)
DOCUMENT. « Les multinationales aujourd’hui sont comme des psychopathes charmeurs. » (11.01)
DOCUMENT. Derrière le verdict de Londres sur Julian Assange (05.01)
DOCUMENT. L’économie mondiale devrait progresser de 4 % en 2021 (05.01)
DOCUMENT. Cheik Rohani sème le trouble au Moyen-Orient (05.01)
DOCUMENT. L’année tragique de 2020 prend fin, l’année 2021 l’année de l’éveil? (02.01)

DOCUMENT. Etats-Unis, une forge de cadres militaires pour les dictatures. (29.12)
DOCUMENT. L'arbitraire et la censure sont de retour en Occident. (29.12)
DOCUMENT. Qui détruit le Liban et pourquoi ? (22.12)
DOCUMENT. Afrique de l’Ouest : le Grand Bond en arrière (20.12)
DOCUMENT. COSTA RICA – Une loi pour la privatisation des semences (18.12
DOCUMENT. Le plan USA de domination de l’espace. (15.12.2020)
DOCUMENT. La guerre des classes de la Grande-Bretagne contre les enfants (15.12)
DOCUMENT. La guerre civile devient inévitable aux USA (15.12)
DOCUMENT. USA – Le fléau du bien (12.12)
DOCUMENT. La paranoïa autour de l’Initiative ceinture et route se poursuivra sous Biden (11.12)
DOCUMENT. Biélorussie : quelle révolution? (10.12)
DOCUMENT. Casse-tête à l'Otan (08.12)
DOCUMENT. La démocratie et son spectacle (05.12)
DOCUMENT. Le prochain chef de l’OMC imposera-t-il le programme de Bill Gates et Davos? (03.12)

DOCUMENT. POURQUOI LE SOCIALISME ? (A. Einstein -1949)

DOCUMENT. JACQUES ATTALI. UN PLANÉTAIRE MOYEN-AGE. ( 07.04.2014)

VIDÉO. L’AVENIR SINISTRE QUE NOUS PRÉPARE JACQUES ATTALI

AUDIO. GÉRARD PHILLIPE LIT MARX ET ENGELS



   RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ENTRE MYSTIFICATION ET INSTRUMENTALISATION.

   POINTS DE REPÉRES

DOCUMENT. Bill Gates rejoint Blackstone pour acheter une société britannique de services
     de jets privés (09.01.2021)

DOCUMENT. Des réchauffements répétitifs sans CO2 ? (24.01.2019)
DOCUMENT. Le réchauffement climatique d’origine anthropique (14.02.2019)
DOCUMENT. Environmental Effects of Increased Atmospheric Carbon Dioxide. (En anglais) (2006?)
DOCUMENT. Une étude: L’augmentation de température cause de l’augmentation de CO2,
     pas l’inverse. (09.06.2010)

DOCUMENT. Climat : l’incroyable saga des températures. (22.08.2019)
DOCUMENT. Temps de résidence du gaz carbonique dans l’atmosphère. (21.09.2015)
DOCUMENT. Extinction Rebellion : une officine de la finance mafieuse (11.10)
DOCUMENT. Le climat et la finance verte. (09.10)
DOCUMENT. Notice succincte sur une des assertions fondatrices du "réchauffement climatique
     anthropique". (date ?)

DOCUMENT. 550 scientifiques giecosceptiques (parmi des milliers d'autres) (01.10.2015)
DOCUMENT. TRIBUNE. Climat : la liberté académique est-elle en danger ? (30.09)
DOCUMENT. Le climat et la piste de l'argent. (25.09)
DOCUMENT. Des scientifiques de 13 pays écrivent au secrétaire général des Nations unies
     contre l’alarmisme climatique. (23.09)

DOCUMENT. Courrier climato-réaliste à l’ONU : les signataires pour la France. (25.09)
DOCUMENT. La liste mondiale des signataires de la Déclaration climato-réaliste (en anglais) (26.09)

DOCUMENT. BANQUE MONDIALE. Changement climatique. (02.10.2018)



   VIDÉOS

Vidéo. Il n’y a pas d’urgence climatique
Vidéo. François Gervais : En matière de réchauffement climatique, on a pris une conséquence
     pour une cause

Vidéo. Réchauffement climatique le GIEC ne sait plus comment mentir
Vidéo. François Gervais - L'urgence climatique est un leurre
Vidéo. COP21 - Le carbone innocent ? - Entretien avec François Gervais (2015)
Vidéo. Pr François Gervais : Le climat réel valide-t-il les modèles de climat virtuel ? (2015)


   LA FABRICATION DE GRETA THUNBERG ET DU GREEN NEW DEAL.

DOCUMENT. L'économie politique du complexe industriel à but non lucratif. (18.07.19)
DOCUMENT. La vérité dérangeante derrière l'embrigadement des jeunes. (20.07.19)
DOCUMENT. La vérité la plus dérangeante  « le capitalisme est en danger d'effondrement ». (22.07.19)
DOCUMENT. La maison est en feu ! & le sauvetage à 100 billions de dollars. (24.07.19)
DOCUMENT. Le New Deal vert est le cheval de Troie de la financiarisation de la nature. (26.07.19)
DOCUMENT. Une décennie de manipulation sociale pour la captation de la nature par les grandes
     entreprises. (31.07.19)

DOCUMENT. Le capitalisme vert utilise Greta Thunberg. (09.02.19.)



   LE SCANDALE DES ÉOLIENNES.

DOCUMENT. Les Mystères de l’éolien en mer (20.01.2020)
DOCUMENT. Hawaï : Honolulu approuve les éoliennes les plus dangereuses aux États-Unis. (31.12.2019)
DOCUMENT. Éoliennes : le livre choc qui dénonce un scandale international. (03.10.2019)
DOCUMENT. "Le gouvernement ment aux Français, l’énergie éolienne pollue
      et nous coûte cher !" (24.09.2018)

DOCUMENT. Éoliennes en mer : Le Figaro dévoile l'énorme scandale financier. (03.10.2017)
DOCUMENT. Villerouge-Termenes sous la menace des éoliennes géantes. (2015)



   DIVERS.

DOCUMENT. Gel au Texas – Alerte climatique urgente, « mais pas comme vous le pensez ». (26.02.2021)
DOCUMENT. La grande conspiration criminelle du « zéro carbone ». (21.02.2021)

DOCUMENT. Le grand minimum solaire attendu pour la période 2020-2053 conduira
     à un refroidissement terrestre. (10.09)

DOCUMENT. Nouvelle confirmation que les modèles climatiques surestiment
     le réchauffement atmosphérique. (02.09)

DOCUMENT. Le nombre des ouragans n’a pas augmenté en Louisiane depuis 1851
     (même en tenant compte de « Laura »). (29.08)

DOCUMENT. L’Optimum Climatique Médiéval : ce grand oublié. (17.08)
DOCUMENT. Les nuages ont plus d’effets que vous ne le pensez. (26.06)
DOCUMENT. Le climat en 2019, le nouveau rapport du GWPF (13.06)
DOCUMENT. Les rapports du GIEC : un « Lancetgate » à la puissance 10 (10.06)
DOCUMENT. Un argumentaire en 20 points du Heartland Institute
     pour réfuter la prétendue « crise climatique » (13.03)

DOCUMENT. Réflexions hétérodoxes sur le réchauffement climatique (16.11.2014)

DOCUMENT. 20°C en Antarctique, archétype d’une « fake news » (15.02)
DOCUMENT. Aucune tendance de long terme sur la fréquence et l’intensité des tempêtes,
     selon Météo France (14.02)

DOCUMENT. SCE-INFO : Climatologie actuelle, un (petit) pas vers plus de réalisme ?... (07.02)
DOCUMENT. D’où vient réellement l’argent derrière le «Nouvel Agenda Vert»? (04.02)
DOCUMENT. Nestlé et la privatisation de l’eau : un problème mondial (02.01)
DOCUMENT. Quand les multinationales se font les chantres de l’écologie (31.12)
DOCUMENT. Qui connait mieux la vache que le paysan ? (29.12)

DOCUMENT. Les feux de brousse qui ravagent l’Australie ne sont pas dus
      au réchauffement climatique (14.01)

DOCUMENT. Climatologie : comment le GIEC s’organise pour étouffer
      les opinions sceptiques. (19.11.2012)

DOCUMENT. Y a-t-il un lien entre les rayons cosmiques et la formation des nuages?
     Une expérience au CERN étudie un lien possible avec une chambre à brouillard. (date ?)

DOCUMENT. Oscillations of the baseline of solar magnetic field and solar irradiance
      on a millennial timescale (11.01.2019)

DOCUMENT. Dérèglement climatique : pourquoi l’irrationalité de nombre de militants de l’environnement
      aggrave en réalité le problème (05.01)

DOCUMENT. Bulletin des climato-réalistes n° 97 (26.12)
DOCUMENT. Cinq « preuves » que le dérèglement climatique est déjà là ? (19.12)
DOCUMENT. Le monde a-t-il besoin d’un «New Deal vert»? (12.12)
DOCUMENT. 97 % des scientifiques d’accord sur les causes du changement climatique :
     genèse d’un mythe (12.12)

DOCUMENT. L’année 2019, la 3ème la plus chaude depuis le début des mesures,
     n’est que d’environ 0,36 degrés au-dessus de la moyenne de 30 ans (10.12)

DOCUMENT. La glace du Groenland fond… le sérieux journalistique aussi (08.08)
DOCUMENT. Le « capitalisme vert » monétise l’air que nous respirons. (15.07)
DOCUMENT. Presse & ONG : quand l’art du titre flirte avec intox et idéologie. (25.01)

DOCUMENT. Un réchauffement brutal de la stratosphère est à l’origine de l’anomalie de température
      record de septembre 2019. (05.10)

DOCUMENT. Propagation des erreurs et fiabilité des projections de la température globale de l'air,
      Mark II.. (16.09)

DOCUMENT. Tous les jeunes ne sont pas Greta (27.09)
DOCUMENT. Les « guerriers du climat » vaincus par la banquise (25.09)
DOCUMENT. Amazonie, les incendiaires crient au feu. (03.09)
DOCUMENT. Précisions sur la forêt amazonienne. (28.08)
DOCUMENT. L'intox amazonienne. (25.08)
DOCUMENT. Amazonie, fake-news, désinformation et manipulation. (25.08.19)
DOCUMENT. Liste de scientifiques sceptiques sur le réchauffement climatique. (29.07.2019)
DOCUMENT. La baisse de l’activité solaire conduit la NASA à annoncer un refroidissement climatique.
      (02.10.2018)

DOCUMENT. Onze milliards de tonnes de glace ont fondu en un jour au Groenland. (12.08.19)
DOCUMENT. Climat : une pétition à contre-courant en Italie. (06.06.19)
DOCUMENT. L’état du climat mondial en 2018 : le rapport du GWPF (Global Warming Policy Foundation).
      (07.04.19)

DOCUMENT. L'environnement global, un substitut à la Guerre froide pour parvenir
      au gouvernement mondial. (1999)

DOCUMENT. Étude sur la nature des mouvements écologistes... (1999)
DOCUMENT. Le réchauffement climatique est un mythe ! par Marcel Leroux professeur en climatologie.
      (08.11.2004)

DOCUMENT. La croissance du CO2 dans l’atmosphère est-elle exclusivement anthropique ? (3/3)
      (19.07.2019)

DOCUMENT. La croissance du CO2 dans l’atmosphère est-elle exclusivement anthropique ? (2/3)
      (12.07.2019)

DOCUMENT. La croissance du CO2 dans l’atmosphère est-elle exclusivement anthropique ? (1/3)
      (13.06.2019)

DOCUMENT. Le CO2 et le climat avec et sans effet de serre. (06.08.2018)
DOCUMENT. Carte blanche : La localisation temporelle et géographique des stations de la mesure
     de la température pose des problèmes. (30.07.2019)

DOCUMENT. Disparition des stratocumulus marins et réchauffement climatique,
      l’analyse du Dr Roy Spencer. (11.03.19)

DOCUMENT. Forte croissance de la banquise arctique. (28.02.19)



  COMMENT FONCTIONNE LEUR VIEUX MONDE.

   VIDÉOS ET DONNÉES.

DOCUMENT. Le financement des experts de l'ONU - Rapport ECLJ. (28.07.2021)
DOCUMENT. La doctrine Rumsfeld/Cebrowski (25.05.2021)
VIDEO. Ces financiers qui dirigent le monde – BlackRock (Arte)
VIDEO. La Toile d’Araignée: Le Second Empire Britannique - 2018.
VIDEO. Princes of the Yen: Central Bank Truth. (En français)

DOCUMENT. Forbes - Liste des 2.000 plus grandes entreprises privées du monde. (2019)
DOCUMENT. BlackRock est l’institution financière la plus puissante au monde,
     gérant plus de 6 000 milliards de dollars d’actifs.

DOCUMENT. Liste des membres de la Fed, actionnaires et propriétaires
DOCUMENT. Ces exercices de simulations qui facilitent les attentats.
DOCUMENT. Banque mondiale le Coup d’Etat permanent.
DOCUMENT. L’empire mondial de la santé de Bill Gates.
DOCUMENT. Le passé esclavagiste du Parti démocrate US.
DOCUMENT. Discours de Moammar Kadhafi à la 64ème session de l’Assemblée Générale
      de l’O.N.U. (2009)



   SOUS NOS YEUX. DU 11 SEPTEMBRE A DONALD TRUMP par Thierry Meyssan.

DOCUMENT. Sous nos yeux. (21.06.)
DOCUMENT. Les Frères musulmans en tant qu’assassins. (21.06)
DOCUMENT. Les Frères musulmans comme force d’appoint du MI6 et de la CIA. (28.06)
DOCUMENT. Les Frères musulmans comme supplétifs du Pentagone. (05.07)
DOCUMENT. Les Frères musulmans comme membres du Conseil de sécurité nationale
     de la Maison Blanche. (12.07)

DOCUMENT. Premiers revers des Frères musulmans. (19.07)
DOCUMENT. Daesh réalise le rêve des Frères musulmans : le Califat. (26.07)

DOCUMENT. L'agonie de la politique étrangère française. (29.11)
DOCUMENT. La France manipulée. (06.12)
DOCUMENT. La France dans l'engrenage. (13.12)
DOCUMENT. Les deux France. (20.12)
DOCUMENT. Victoire de la France pour la Paix. (27.12)

DOCUMENT. La reconstitution du Parti colonial français. (03.01)
DOCUMENT. Le Parti colonial à l'assaut de la Syrie et du Mali. (14.02)
DOCUMENT. Abandonné par Washington, Paris s'appuie sur Tel-Aviv contre Damas. (28.02)

DOCUMENT. Des fausses accusations au vrai massacre (13.07)
DOCUMENT. La France, contre ses adversaires et ses alliés (20.07)
DOCUMENT. La France : du fantasme colonial au désastre (27.07)

DOCUMENT. L'empire américain post-11-Septembre surveille, pille et tue (10.08)
DOCUMENT. 2001 : la mue de l'Empire américain (03.08)



   ARTICLES DIVERS.

DOCUMENT. 11 septembre et massacre de Charlie Hebdo : Ressemblance ou filiation ? (08.09.2021)
DOCUMENT. Endurer la terreur pour toujours : d’Al-Qaïda à l’EI-K -
     Une collaboration entre le Pentagone et les Taliban est établie ; les éternelles guerres de l’ombre de la CIA
     sont une toute autre paire de manches. (06.09.2021)

DOCUMENT. Peter Dale Scott: Les vraies raisons de la guerre en Afghanistan (02.09.2021)
DOCUMENT. A qui a profité la guerre en Afghanistan (01.09.2021)
DOCUMENT. Les Etats-Unis ont laissé 85 milliards de dollars d’armes en Afghanistan (01.09.2021)
DOCUMENT. 20ème anniversaire des attentats du 11-Septembre -
     Tout donne aujourd’hui raison à Thierry Meyssan (31.08.2021)

DOCUMENT. Comment les LGBTQI+ hongrois sont instrumentés par l'Union européenne (29.06.2021)
DOCUMENT. L’eugénisme, la quatrième révolution industrielle et le choc de deux systèmes (17.06.2021)
DOCUMENT. Pourquoi un Yalta II ? (15.06.2021)
DOCUMENT. Géopolitique pour les Geeks (14.06.2021)
DOCUMENT. Qui dirige le monde ? BlackRock, Vanguard et StateStreet (13.06.2021)
DOCUMENT. Comment l’impensable redevient pensable. Le réveil de monstres endormis. (13.06.2021)
DOCUMENT. Une organisation hybride dans l’arène européenne : Open Society Foundations et la construction
     du champ de la lutte contre les discriminations (11.05.2018)

DOCUMENT. Pourquoi Bill Gates et le Pentagone lâchent-ils des moustiques OGM
     dans les Keys de Floride? (14.05.2021)

DOCUMENT. Le milliardaire Georges Soros et ses consorts infiltrés au sein de la Cour européenne
     des droits de l'homme ? (28.04.2021)

DOCUMENT. Le retour du Léviathan. La bataille de Kennedy contre le Léviathan. (02.04.2021)
DOCUMENT. Bill Gates finance le lobby des « nouveaux OGM » en Europe (29.03.2021)
DOCUMENT. Le retour du Léviathan : Les leçons pour aujourd’hui de la guerre froide au Vietnam. (17.03.2021)
DOCUMENT. Le retour du Léviathan. Les racines fascistes de la CIA et la véritable origine
     de la guerre froide. (07.03.2021)

DOCUMENT. Le lobby ouïghour (23.03.2021)
DOCUMENT. Le transhumanisme et l’autodétermination de la pensée (15.03.2021)
DOCUMENT. Qu'est-ce-que « l'islamo-gauchisme » ? (09.03.2021)
DOCUMENT. Profitant des politiques racialistes: La fondation Black Lives Matter a récolté
     90 millions de dollars en 2020. (01.03.2021)

DOCUMENT. Twitter, le petit oiseau bleu qui gazouille faux. (17.02.2021)
DOCUMENT. Un mythe brisé. Les limites de la pensée de Noam Chomsky (2006)
DOCUMENT. Sans lumière ni gloire: les révolutions de couleur (26.09.2020)
DOCUMENT. Les révolutions de couleurs et quelques vérités de La Palice:
     L’objectif est de manifester « contre quelque chose »… (25.09.2020)

DOCUMENT. Les révolutions de couleurs et quelques vérités de La Palice…
     que certains ignorent ou violent sciemment (23.09.2020)

DOCUMENT. BLM est-il le masque derrière lequel opèrent les oligarques ?. (18.09.2020)
DOCUMENT. La première OTAN : les agressions conjointes britannique et française
     au milieu du XIXe siècle. (21.07.2020)

DOCUMENT. Le piège de l’endettement. (20.07.2020)
DOCUMENT. Banque mondiale et FMI: 76 ans, ça suffit! (18.07.2020)
DOCUMENT. Déclassifié : Operation Mockingbird, la guerre froide culturelle de la CIA. (08.07.2017)
DOCUMENT. Les périls du tout-humanitaire. (06.08.2004)
DOCUMENT. Les États-Unis ont leur propre révolution de couleurs. (28.06)
DOCUMENT. La "Grande Réinitialisation" : un sommet unique pour débuter 2021. (03.06)
DOCUMENT. Le temps de la Grande remise à zéro. (03.06)
DOCUMENT. Le Covid-19 et l'Aube rouge (28.04)
DOCUMENT. Covid-19 : Neil Ferguson, le Lyssenko libéral. (18.04)
DOCUMENT. Le cheval de Troie de l’extrême droite américaine à Westminster. (16.05.2015)
DOCUMENT. L’entreprise financiarisée : comment la finance alimente
     et transforme les multinationales (11.02.2020)

DOCUMENT. Le multiplicateur de propagande : Comment les agences de presse mondiales
     et les médias occidentaux parlent de géopolitique (15.01.2020)

DOCUMENT. Les facettes de l’individu empêtré dans l’individualisme. (03.2007)
DOCUMENT. Un monde sous surveillance ? - La surveillance de demain : puces RFID
     et implants sous-cutanés (2011)

DOCUMENT. Une génération spontanée ? Analyse socio-historique du comportement politique
     des générations X et Y (2016)

DOCUMENT. Extinction Rebellion : une officine de la finance mafieuse (11.10 2019)
DOCUMENT. La collapsologie : start-up de l’happy collapse. (septembre 2019)
DOCUMENT. Nous nous dirigeons vers un avenir techno-eugénique». (08.09)
DOCUMENT. Pearl Harbor démasqué. (06.12.2018)
DOCUMENT. Le massacre de la place Tiananmen en 1989 est un mythe:
     la «Black Information Operation» britannique. (04.06.2014)

DOCUMENT. Les origines secrètes de la Silicon Valley –
     Ce que les grandes entreprises technologiques ne veulent pas que vous sachiez. (21.07.2019)

DOCUMENT. NRx », le mouvement néo-réac monarchiste de la Silicon Valley. (30.11.2018)
DOCUMENT. Peter Thiel, l’homme qui voulait achever la démocratie. (17.07.2018)
DOCUMENT. En politique comme dans les entreprises, “les médiocres ont pris le pouvoir”.
DOCUMENT. Srda Popovic et autres « révolutionnaires étasuniens ».
DOCUMENT. L’État profond américain - La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle.
DOCUMENT. Le régime mortel des oligarques.

DOCUMENT. Rapport sur les inégalités dans le monde 2018 - Synthèse sur la France.
DOCUMENT. UE. Liste des 226 parlementaires européens alliés d'Open Society de Soros

DOCUMENT. ÉTUDE SUR LA NATURE DES MOUVEMENTS ÉCOLOGISTES (1999)

MACRON : 2017, LE COUP D'ETAT.

DOCUMENT. LA RÉUNION 2019 DU GROUPE BILDERBERG.
DOCUMENT. LA RÉUNION 2018 DU GROUPE BILDERBERG.

DOCUMENT. HOFSTADTER ET LES “THÉORIES DU COMPLOT” :
     TRADUCTION DE SON ARTICLE DU HARPER'S MAGAZINE

DOCUMENT. THÉORIE DU COMPLOT : COMMENT LE BEST SELLER DE RICHARD HOFSTDTER
     "LE STYLE PARANOIAQUE" FUT DÉTOURNÉ PAR LES NÉO-CONSERVATEURS (1/2)

DOCUMENT. THÉORIE DU COMPLOT : COMMENT LE BEST SELLER DE RICHARD HOFSTDTER
     "LE STYLE PARANOIAQUE" FUT DÉTOURNÉ PAR LES NÉO-CONSERVATEURS (2/2)

DOCUMENT. CHRONIQUES ORWELLIENNES. (Collège de France)
DOCUMENT. MANIPULATION ET CONTROLE DE L'INFORMATION PAR L'OTAN ET BRUXELLES.
DOCUMENT. « L’OTAN, INDISPENSABLE REMPART DE PAIX ET DE SÉCURITÉ»
DOCUMENT. LA « GRANDE OTAN ».

DOCUMENT. ETATS-UNIS. EN ROUTE VERS LE SERVAGE.

DOCUMENT. LA PLOUTOCRATIE C'EST MAINTENANT.
DOCUMENT. UN NOUVEL ORDRE POUR UN NOUVEAU MONDE.
DOCUMENT. LE NÉO-IMPÉRIALISME OU LA STRATÉGIE DE LA GUERRE ET DU CHAOS PERPÉTUEL.

DOCUMENT. TOUT SAVOIR SUR GOOGLE.
DOCUMENT. FACEBOOK DEVIENDRA PLUS PUISSANT QUE LA NSA EN MOINS DE 10 ANS.
DOCUMENT. COMMENT UNE CELLULE SECRETE DE FACEBOOK MANIPULE LES OPINIONS...
DOCUMENT. COMMENT EU DISINFOLAB, TWITTER, LE CNRS VOUS FICHENT.
DOCUMENT. #DISINFOGATE : SYNTHESE GÉNÉRALE.

DOCUMENT. COMMENT LES ENTREPRISES SURVEILLENT NOTRE QUOTIDIEN.
DOCUMENT. LA TERRE : UNE ARME, LA GÉO-INGÉNIORE : UNE GUERRE.

DOCUMENT. UNE BREVE HISTOIRE DE LA PROPAGANDE
DOCUMENT. LE MODELE DE LA RÉVOLUTION DE COULEUR : LE COEUR DU MÉCANISME

ONG. SOCIÉTÉ CIVILE CONTRE DÉMOCRATIE.
ONG. LES ONG HUMANITAIRES ET LA SYRIE : LES MASQUES SONT TOMBÉS !

HISTOIRE. HISTOIRE CACHÉE : LES ORIGINES DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE.
HISTOIRE. LA FALSIFICATION DE L'HISTOIRE : UN MOYEN DE MAINTENIR LE POUVOIR IMPÉRIAL.

HISTOIRE. LE SIONISME ET LE RÉGIME NAZI.
SIONISME. LE GRAND ISRAEL.



  LES ENSEIGNEMENTS DU MARXISME. (Archives)

 - Contenu et forme des représentations idéologiques. - (F. Engels - 1893)
 - Droit de l'homme contre droit du citoyen. - (K. Marx - 1843)
 - L’attitude de la bourgeoisie à l’égard du prolétariat. (F. Engels -1845)
 - Tendance historique de l’accumulation capitaliste. - (K. Marx - F. Engels -1867)
 - Les deux bases capitalistes sur lesquelles repose le socialisme scientifique. (F. Engels -1877)
 - Leur morale de classe et la nôtre. - (F. Engels -1878)
 - La dialectique ou la science des lois générales du mouvement et du développement
     de la nature, de la société humaine et de la pensée. (F. Engels - 1878)

 - Socialisme de juristes. (F. Engels et K. Kautsky -1886)
 - L'impérialisme et la scission du socialisme. (1) (V. Lénine -1916)
 - L'impérialisme et la scission du socialisme. (2) (V. Lénine -1916)
 - Syndicalisme et communisme. (L. Trotsky -1929)
 - Les guerres nationales bourgeoises renferme des leçons extraordinairement instructives. (Trotsky -1940)



   ADRESSES UTILES

Archive Internet des marxistes. (France)
Bibliothèque du mouvement ouvrier. (France)

Le Réseau Voltaire. (France et Moyen-Orient)

Centre de recherche sur la mondialisation. (Canada)

Science, climat et énergie (Belgique)

Le blog du Dr Gérard Maudrux (France)
ReinfoCovid. Collectif de 350 soignants, médecins, chercheurs, universitaires. (France)
Le media en 4-4-2. Fil d'actu : Covid-19 et vaccins (France)
Collectif de médecins. Covid-19 laissons les médecins prescrire. (France)
AIMSIB. (France)
Bas les masques. (France)
Résistance. (France)
Association BonSens. (France)
Recherches Covid-19 (France)
Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations. (France)
Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le génie génétique. (France)
ResearchGate. (Allemagne)
COVEXIT. (Etats-Unis)
Alliance FLCCC. (Etats-Unis)

Décoder l'éco. (France)

Le Forum économique mondial.
The Rockefeller Foundation (EU)
Council Foreign Relations and Foreign Affairs (EU)
La NED
La Banque mondiale.
Le Fonds monétaire international.



Causerie et infos
Le 18 septembre 2021

Je n'ai pas corrigé toutes les fautes, sauf en pdf. La causerie est longue, 56 pages, je vous conseille de la télécharger et de la lire tranquillement ou ce qui vous intéresse dedans. La causerie d'août est disponible au format pdf, 82 pages.

Sans déconner, j'ai reçu la news letter du Forum économique mondial, mais ont-ils trouvé mon adresse ? J'oubliais que Outlook fait partie des GAFAM, que suis-je bête. Voudraient-ils me recruter par hasard ?

Gardons le moral. On ne lâche rien, on les aura !

Bonne manif avec un peu de retard, je ne vis pas tout seul ! Bon dimanche.


Guerre économique, guerre idéologique, guerre psychologique, guerre biologique, c'est toujours la même guerre : La guerre de classes on appelle cela aussi la lutte des classes.

On ne compte plus les populistes, opportunistes, illusionnistes et autres charlatans qui voudraient tout changer sans rien changer.

On ne compte plus tous ces personnages ou acteurs politiques à l'éloquence bien rôdé, bénéficiant d'une large couverture médiatique, qu'on ne devrait soupçonner de malhonnêteté ou de charlatanisme pour rien au monde, qui voudraient rendre la société meilleure, quelle noble intention, en apparence seulement, car c'est à condition toutefois de conserver le régime économique en vigueur pour l'éternité, rien de moins.

Pour peu qu'on consacre un peu de notre temps si précieux à lire leurs analyses ou interprétations ou à entendre leurs discours, ce serait à croire que même les crises et les guerres par exemple auraient une origine obscure, mystérieuse, céleste, mystique, spirituelle, religieuse, mythologique, anthropologique, bref, tout sauf économique, vous aurez compris qu'à défaut ils trouveront toujours le moyen d'inventer une autre explication histoire de faire oublier leur propre hypocrisie, compromission ou collusion avec ce régime ou tout simplement leur ignorance.

Avec la rage du désespoir, tels des rats pris à leur propre piège, ils se raccrochent aux débris calcinés des illusions démocratiques dérisoires qu'ils avaient placées eux-mêmes dans un régime qui les avait épargné si longtemps ou s'était montré si généreux envers eux, et qui aujourd'hui s'est retourné contre eux, et qui, comble d'ingratitude, leur fait payer le prix de leur bassesse et lâcheté en leur témoignant tout le mépris qu'ils leur inspirent, ce qui nous laisse totalement indifférent.

Je vous trouve bien sévère, bien sectaire...

A ceux qui seraient tentés de nous lancer une telle accusation, qui de fait témoignent inconsciemment qu'ils partagent à des degrés divers leur idéologie, je répondrais que je l'assume entièrement. Car, dans la mesure où ils nient la lutte des classes, ils ne peuvent qu'induire les travailleurs en erreur, et faire naître dans leurs têtes de nouvelles illusions qui seraient autant d'obstacles pour comprendre la situation et mener le combat sur leur propre terrain de classe et non sur celui de leurs ennemis, ennemis qui comme d'habitude seraient les seuls à en tirer profit, sans oublier leurs laquais déguisés en opposants pour la circonstance, ceux que nous évoquons ici sans qu'il soit indispensable de les nommer pour que tout le monde ait compris de qui il s'agissait.

Un autre acteur ne vaut guère mieux, le mouvement ouvrier.

Si le mouvement ouvrier en est arrivé à ce point de non-retour dans la trahison, c'est parce qu'aucun courant n'est jamais parvenu à demeurer solidement ancré sur le terrain de classe du prolétariat, de la classe ouvrière, des masses exploitées et opprimées, appelez cela comme vous voudrez.

Dès le début de sa formation, il connut les pires difficultés pour conquérir son indépendance. Hormis les courtes périodes au cours desquelles le marxisme et le socialisme exercèrent une grande influence sur lui, entre la moitié du XIXe siècle et le premier quart du XXe, le reste du temps il se situa sur le terrain de la collaboration de classes, puisque son combat allait être déconnecté de l'objectif qu'il s'était fixé, à savoir, l'émancipation du capital, autrement dit l'abolition du capitalisme qui demeure notre principal mot d'ordre ou objectif à la fois économique et politique.

Mais comment se développe l'opportunisme ? Le plus simplement du monde, à partir de notre propre ignorance du processus dialectique matérialiste historique inconscient. Vous aurez peut-être remarqué qu'à chaque fois qu'il était évoqué, on a pris la fâcheuse habitude d'oublier de mentionner que ce processus se déroulait inconsciemment, il faut donc en déduire qu'on n'est jamais parvenu à en saisir la signification ou la portée. L'épisode abominable que nous sommes en train de vivre en ce moment le prouve suffisamment, si c'était encore nécessaire.

Au départ, quand on devient militant, on a un niveau théorique proche de zéro, on se leurre sur nos connaissances ou expériences, même si on a lu certains ouvrages des marxistes. Tous les militants que j'ai rencontrés ou connus depuis 45 ans étaient honnêtes et sincères. La plupart de ceux qui étaient devenus des cadres ou qui avaient des responsabilités dans leurs organisations le restèrent, ce qui devait être rarement le cas à l'échelon supérieur ou chez les dirigeants, disons qu'il en restait des traces chez certains, mais tous avaient pris conscience qu'ils avaient glissé au fil du temps sur des positions de plus en plus souvent opportunistes, au point que c'était ce qui caractérisait dorénavant leur orientation politique.

Le dogmatisme et l'esprit de secte nourrissent l'opportunisme au point de devenir indispensable. Ils remplacent petit à petit les principes sur lesquels reposaient l'engagement du militant sans qu'il en ait réellement conscience. Une fois que ces nouveaux principes se sont profondément ancrés en lui, qu'ils sont venus se greffer sur ses propres principes (à la manière de parasites) ou qu'ils sont devenus la norme, il est très difficile pour un militant de le discerner et donc de s'en séparer, de changer de comportement ou d'orientation politique, d'autant plus, quand dans son organisation le droit de tendance n'est pas respecté ou n'existe pas, il se retrouve seul face à une majorité de militants qui adoptent aveuglément l'orientation politique de leurs dirigeants.

Les dirigeants n'ont pas d'autre alternative que conserver et alimenter leur orientation opportuniste après être parvenus à la faire partager à leurs militants, car sinon ils prendraient le risque de couper la branche sur laquelle ils sont assis, et ils en ont parfaitement conscience évidemment.

La preuve en est que lorsque des dirigeants ou cadres vont tenter de s'opposer au courant majoritaire dans leur organisation, ils vont échouer à entraîner une masse de militants avec eux sur la base d'une orientation politique fidèle au socialisme, car après l'avoir abandonné si longtemps et avoir recruté des militants sur une base opportuniste, on ne voit pas très bien comment il pourrait en être autrement, cela va chaque fois déboucher sur une ou des scissions donnant lieu à la création d'organisations ou de groupes de militants, qui se livreront à une concurrence acharnée sur le terrain de l'opportunisme, agrémenté opportunément de gauchisme, et seront condamnés à se décomposer toujours davantage, à se disloquer ou à végéter.

Bien entendu, tous continueront de se faire passer pour des révolutionnaires ou des anticapitalistes en radicalisant leurs mots d'ordre ou leurs discours ponctués de relents marxistes ou socialistes, sans jamais les diffuser auprès des masses auxquelles ils ne s'adressent, cela va de soi puisqu'elles en ignorent tout, qu'elles ne changent rien surtout, sachant qu'ils trouveront toujours des jeunes ou des travailleurs qui en entendant les discours qu'ils avaient envie d'entendre seront tentés de les rejoindre, la suite vous la connaissez, je viens de vous la raconter, ils se feront berner et ils seront formatés pour entrer dans le moule de l'opportunisme et ne plus en sortir, ou à la suite de la contradiction ou trahison de trop ils iront voir ailleurs et ainsi de suite.

Si les travailleurs et les militants n'étaient pas si faibles, vulnérables, ignorants ou inconscients, il serait impossible d'abuser d'eux comme le fait si facilement Macron ou n'importe quel acteur politique ou même oligarque. Ils ne s'aperçoivent même pas qu'ils se retrouvent dans le même camp à lutter contre leurs propres intérêts.

C'est fou quelque part s'exclameront certains. Assurément, c'est dingue d'en être encore là, mais que voulez-vous, c'est la réalité, et on la prend comme elle se présente. Ils sont très influençables, on peut leur faire croire littéralement n'importe quoi, c'est cela que cet épisode révèle. C'est effrayant quelque part, car cela peut déboucher sur la pire dictature qui soit. Ils ne s'aperçoivent pas qu'on les instrumentalise pour en être les principaux agents, exécutants ou bourreaux, avant que cela se retourne finalement contre eux et qu'ils soient broyés à leur tour.

Je surveille de très près l'évolution du comportement et des discours des classes moyennes auxquelles on peut assimiler les couches de la classe ouvrière les plus favorisées, la manière dont Macron et les médias les traitent, parce que c'est un symptôme ou un signal, un point de repère qui permet de cerner les changements qui peuvent intervenir dans l'orientation politique du régime, afin de déterminer jusqu'à quel point il demeure ancré dans le bonapartisme et à quel moment il peut basculer ouvertement dans le fascisme, sachant qu'il oscille entre les deux depuis l'élection du tyran Macron. A suivre.

La causerie au format pdf (56 pages)




PREMIERE PARTIE.

La combinaison des deux caractérise le stade ultime du règne de l'exploitation de l'homme par l'homme.

Le modèle de société qu'ils veulent imposer à l'échelle mondiale, c'est le régime totalitaire instauré en Chine depuis 1949. Ils ont su en tirer profit sur le plan économique à partir du milieu des années 70, et ils en tirent maintenant profit sur le plan politique, soit un demi-siècle plus tard.

Léon Trotsky - Bonapartisme, fascisme et guerre - 20 août 1940

- L'Etat totalitaire qui soumet tous les aspects de la vie économique, politique et culturelle au capital financier, est l'instrument qui sert à créer un état super nationaliste, un empire impérialiste, le règne sur des continents, le règne sur le monde entier.

A quel moment le fascisme réussit-il ?

A la fois l'analyse théorique et la riche expérience historique du dernier quart de siècle ont également démontré que le fascisme est chaque fois le maillon final d'un cycle politique spécifique ainsi composé : une crise des plus graves de la société capitaliste, une radicalisation croissante de la classe ouvrière, une sympathie croissante vis-à-vis de la classe ouvrière et une aspiration à un changement de la part de la petite bourgeoisie rurale et urbaine, une confusion extrême de la grande bourgeoisie, ses manœuvres lâches et perfides visant à éviter le point culminant de la crise révolutionnaire ; un épuisement du prolétariat et une confusion et une indifférence croissantes, une aggravation de la crise sociale, un désespoir de la petite bourgeoisie, son aspiration à un changement, une névrose collective de la petite bourgeoisie, sa prédisposition à croire aux miracles et aux mesures violentes, une hostilité croissante vis-à-vis du prolétariat qui l'a déçue dans ses espérances. Telles sont les prémisses pour une rapide formation du parti fasciste et pour sa victoire.

LVOG - De nos jours, au lieu de la "radicalisation croissante de la classe ouvrière" on a assisté à sa neutralisation par le mouvement ouvrier qui n'est plus qu'un instrument au service de la réaction.


Réaction d'un internaute à la création du Syndicat Liberté Santé destiné aux personnels du secteur de la santé.

- Ce n’est que les personnels médicaux. J’espère que se créera un syndicat généraliste, j’y adhérerais avec plaisir.

LVOG - La création d'un syndicat indépendant ou qui tout du moins refuserait de faire allégeance au régime est légitime, cela correspond à un besoin pour de nombreux travailleurs et militants, qui en douterait ?


La décadence d'un régime qui idolâtre le superflu et la médiocrité.

Le Barça est exsangue financièrement. Le club catalan n'était plus en mesure d'assurer les 75 millions d'euros de salaire annuel demandé par Lionel Messi. Libre, le joueur septuple ballon d'or a fini par rejoindre la ville lumière (PSG) pour un salaire de 40 millions d'euros annuel. voici.fr 16 septembre 2021

LVOG - Même les artistes les plus talentueux du monde n'ont jamais gagné une somme pareille. Quand on pense qu'il y en a qui paient pour aller les voir jouer à la baballe. Ceci explique cela.


Totalitarisme. L'atmosphère irrespirable de Vichy. Apprenez-leur le caniveau.

Au Paname Comedy Club, on ne peut pas rire de tout, et surtout pas avec tout le monde - francesoir.fr 13 septembre 2021

https://www.francesoir.fr/culture-art-expo/segregation-humour-spectacle-paname-art-caf%C3%A9

Un internaute - Le comportement des artistes et comédiens qui se produisent sur la scène du Paname Comedy Club contre les spectateurs ''non-vaccinés'' font partie des pressions sociales organisées pour en faire des ''pestiférés'' et créer un apartheid : c'est de l'humour de caniveau.


Patronné par le Forum économique mondial, les merveilles du capitalisme.

Bigger Than Us est un film de Flore Vasseur, soutenu par Marion Cottillard. Un documentaire sur des ados et de jeunes adultes qui, aux quatre coins du monde, déploient toute leur énergie en faveur du climat, des droits humains, de la justice sociale, de l’accès à l’éducation ou à l’alimentation.

Grâce à l'œil de Flore Vasseur qui a capté cette énergie vitale, Bigger Than Us, qui était en compétition officielle lors du dernier Festival de Cannes, est un documentaire pour le moins inspirant, qui donne à voir la beauté du monde, l’envie de la jeunesse d’une vie meilleure pour elle-même et, surtout, pour les autres. Des jeunes adultes qui nous disent comment vivre et ce qu’être au monde signifie. - francesoir.fr 16 septembre 2021


Propagande totalitaire dès la classe de 6e.

Covid – Manuel d’instruction civique des 6e : « Comment certaines libertés peuvent-elles être suspendues au nom de l’intérêt général ? » - lemediaen442.fr 13 septembre 2021

https://lemediaen442.fr/covid-manuel-dinstruction-civique-des-6e-comment-certaines-libertes-peuvent-elles-etre-suspendues-au-nom-de-linteret-general/

Bien dans l’air raréfié du temps, est, page 324 du manuel, « Coronavirus et confinement : je comprends ce qu’est l’intérêt général – Problématique : Comment certaines libertés peuvent-elles être suspendues au nom de l’intérêt général ? »

Un fait divers a été rapporté par FranceInfo et l’AFP et choisi par l’inspecteur d’académie comme exemplaire. Un mauvais citoyen a fait passer son intérêt personnel avant l’intérêt général. Conclusion logique : la Justice l’a condamné à des travaux d’intérêt général. CQFD.

Voici l’article :

« La justice fait respecter la loi

Un homme de 22 ans a été condamné le 31 mars à 105 heures de travaux d’intérêt général pour non-respect réitéré du confinement.

Il avait été verbalisé à quatre reprises le 24 mars, dont trois fois en moins d’une heure alors qu’il se rendait de nuit dans une pharmacie de garde, muni d’une attestation non datée, selon sa défense. Verbalisé une cinquième fois le 26 mars, il a ensuite été interpellé lors d’un sixième contrôle. Placé en garde à vue, il a été jugé en comparution immédiate.

Lors d’une brève audience, l’homme a expliqué qu’il vivait avec sa famille à sept personnes dans un deux-pièces. Selon lui, il a été contraint au bout d’une semaine de confinement de s’installer dans sa voiture, puis de prendre une chambre d’hôtel.

“J’ai la main et un doigt qui sont cassés, je dois être opéré le 5 avril et je suis sorti précipitamment [le 24 mars] juste pour trouver un antidouleur”, s’est justifié le prévenu. »

« J’espère que ce travail d’intérêt général se fera dans un service de santé pour que vous voyiez les effets de votre comportement », a déclaré le juge qui l’a condamné. Il est bien que la population prenne conscience de ses responsabilités. Cela évitera le retour des plus sombres heures de l’histoire.

Pourtant, le même jour, mais à Grenoble, un autre jeune homme, qui lui non plus n’avait pas respecté la règle de confinement, et ce à quatre reprises, a été condamné dans un autre tribunal à une tout autre peine : deux mois de détention à domicile sous surveillance électronique. Curieusement la peine ne doit entrer en application qu’après la période de confinement. Quand il ne sera plus dangereux pour les autres, il devra s’en séparer, sous peine d’être entassé dans une cellule surpeuplée. « S’il est à nouveau contrôlé malgré son passage aujourd’hui [le 31 mars] devant le tribunal, il sera à nouveau poursuivi et le parquet demandera de l’emprisonnement ferme avec placement en détention », a précisé le vaillant procureur de la République.

Que de mauvais citoyens !

Ce qui est présenté comme un délit isolé, attentatoire à l’intérêt du plus grand nombre, n’est pas si rare que cela. Depuis le 15 décembre et la fin du deuxième confinement, 5,2 millions de contrôles ont été réalisés et plus de 500 000 verbalisations dressées. On n’en veut pas à notre inspecteur Belin de ne pas l’avoir mentionné, l’essentiel étant de présenter la justice comme respectée par le plus grand nombre.

Activité autonome Belin : Je comprends que la loi préserve les intérêts particuliers.

Activité guidée Belin : Je comprends que l’intérêt général peut limiter les intérêts particuliers. A l’aide d’un exemple tiré du document, montre que les libertés individuelles sont respectées, etc.

Un bel exemple d’engagement citoyen est offert par le manuel : « Sur cette photo prise à Paris en mai 2020 durant le confinement, les habitants expriment leur soutien à celles et ceux [pas de machisme] qui continuent de travailler, notamment le personnel soignant, qu’ils prennent l’habitude d’applaudir chaque soir à 20 h. »

Pour avantageusement compléter le manuel Belin

Un guide prescrit un code de conduite similaire : « La vie en collectivité implique également l’observation de règles de vie fondées sur le respect d’autrui, sur l’ordre et la discipline. »

Il ajoute qu’on peut pendant le confinement

bénéficier de la promenade dans une cour spécifique, en principe de manière individuelle ;
pratiquer une activité sportive au sein du quartier d’isolement ;
suivre des cours par correspondance ;
avoir accès à la lecture ;
bénéficier si besoin de l’aide attribuée aux personnes sans ressources suffisantes.

Il s’agit d’une publication du ministère de la Justice : « Je suis en détention , Guide du détenu arrivant ». Le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports a-t-il prévu de l’ajouter à son programme ? ou d’en faire un magnifique manuel « deux en un » (Éducation et Justice) afin que nos petits restent dans le droit chemin !

Nous avons également une très belle affiche signée du Maréchal pour lutter contre l’égoïsme de tant de mauvais Français. Elle enjoint de cesser « placer son bien-être personnel au premier plan des préoccupations du moment ». En effet, l’heure est grave, nous sommes en guerre contre le virus, comme le gouvernement de Vichy était en guerre contre le défaitisme et le terrorisme. Le mot d’ordre « Taisons-nous » semble plus que jamais d’actualité et Belin ferait bien de l’insérer dans sa prochaine réédition. lemediaen442.fr 13 septembre 2021




PREMIERE PARTIE

Qui est responsable de la situation actuelle ? La totalité de l'extrême gauche ou l'appendice de la gauche réactionnaire.

La tribune des travailleurs (POID) - Où sont les responsables ? Par Daniel Gluckstein

Extrait d'un courriel adressé à un camarade.

- Tout le monde est paumé. Il ne faut pas en vouloir aux gens de bonne volonté, ce serait une connerie.

Ce n'est pas le cas de Gluckstein qui sait très bien ce qu'il fait, il a encore pondu un éditorial épouvantable, il s'enfonce de plus en plus, normal.

Il en arrive à regretter que le gouvernement "a lui-même provoqué et nourri une vague de défiance contre la vaccination", quelle ordure, je crois qu'on ne peut pas dire autrement. Il cautionne ou se félicite des "grèves unies avec les syndicats dans les hôpitaux" qui servent à couvrir leur trahison, et à faire oublier pourquoi ils n'ont pas avancé le mot d'ordre de grève générale ou illimitée ou plutôt, pourquoi ils n'étaient pas en mesure de le proposer après avoir soutenu l'existence d'une pandémie virale et l'absence de traitement au côté de Macron.

Il aggrave son cas en prétendant que "la stratégie de division de Macron est en échec", car en réalité il est largement parvenu à ses fins, plus de la majorité de la population est vaccinée, 80% ou plus dans le secteur de la santé, qu'il aille donc raconter cela à ceux ou celles qui ont ou qui vont perdre leur emploi parce qu'ils ont refusé de se faire vacciner. Manifestement il s'en fout, il est passé dans le camp de la majorité présentielle !

Le véritable échec de Macron, il ne peut pas le mentionner et pour cause, c'est que des millions de travailleurs se sont fait vacciner sous la contrainte ou ils commencent à s'apercevoir qu'il les a manipulés, à part les plus arriérés et les corrompus, la plupart des travailleurs n'adhèrent pas à la politique de Macron, et un certain nombre vont rejoindre les rangs de ceux qui la combattent.

Et il ose après cela à appeler à l'unité, alors que sa politique calquée sur celle des bureaucraties syndicales a conduit à diviser les travailleurs et les militants.

Quant aux "responsables et coupables (qui) devront rendre des comptes. Et partir !", il en fait partie et il ne partira pas non plus !

Le mouvement ouvrier est bien mort, chacune de leur sortie le démontre un peu plus. J'ignore s'il faut le regretter car il était déjà complètement pourri. Quand on l'affirmait ces dernières années ou au cours des décennies précédentes, on prenait des gants, on le ménageait encore, on prenait le risque de passer pour des gauchistes, mais avec la radicalisation de la situation et la tournure dramatique qu'elle a prise, on ne peut plus se taire, on ne doit plus se retenir.

Les militants hurleront au scandale, on s'en fout, on y est déjà habitué, les travailleurs applaudiront, pour nous c'est l'essentiel. Maintenant il va falloir le reconstruire de fond en comble, et je ne vois toujours pas qui va s'y coller, il est là le problème. Au moins une chose est sûre, sans renouer avec le socialisme, ce sera impossible.

Il y a plein de travailleurs qui cherchent à comprendre ce qui se passe réellement, c'est à eux que nous nous adressons.

Vaut mieux le fascisme que le socialisme, ils n'ont pas changé.

Le passe sanitaire « concilie les principes de liberté de nos concitoyens et de sécurité sanitaire », assure Adrien Taquet Publicsenat.fr 13 septembre 2021

« Le courage politique constituerait à dire à tous les Français qu’ils doivent obligatoirement se faire vacciner quel que soit leur environnement professionnel », a plaidé la sénatrice socialiste des Landes, Monique Lubin, lors des questions d’actualité au gouvernement. Publicsenat.fr 13 septembre 2021

Le 31 août 2021, le NPA (la caricature grotesque de l'extrême gauche) n'était pas en reste, on croirait entendre Castex :

- C’est bien d’une vaste campagne d’accès universel à la vaccination dont nous aurions besoin, seule possibilité effective pour réduire les risques toujours mortels pour les plus fragiles. Ce n’est pas une question de choix individuel mais de protection collective. Et c’est bien parce que ce gouvernement veut contraindre à défaut de convaincre que nous nous opposons au pass sanitaire, tout en défendant le principe de la vaccination la plus large... (Et je ne vous dis pas le sort ignoble réservé à ses opposants - JCT) à l’opposé de tous les discours « anti-vax », complotistes ou d’extrême-droite.

Ailleurs, ils appelaient à défendre les thérapies géniques expérimentales qui seraient des "biens communs universels".


Totalitarisme. Quand Éric Coquerel (LFI) concurrence Valls et Darmanin.

LVOG - Quand un soi-disant opposant en appelle à un dictateur pour restreindre la liberté d'expression, il l'encourage à aller plus loin dans la tyrannie.

Il apparaît que cette liste est un copier/coller "des signataires d'une tribune publiée par Mediapart et qui appelle à aller manifester contre l'islamophobie". Ils ne savent plus quoi inventer pour faire allégeance au régime.

BFMTV - Dans une série de tweets, le journaliste du Média indique avoir découvert au mois d'août une liste sur le site d'extrême droite Fdesouche, recensant des personnalités qualifiées d'"islamo-gauchistes" ainsi que des informations sur leurs fonctions.

Le député La France insoumise (LFI) Éric Coquerel, dont le nom apparaît aussi dans le tableur, appelle, dans une question au gouvernement adressée à Gérald Darmanin, à "suspendre le site d'extrême droite 'Fdesouche'". Il dénonce un fichier "illégal et dangereux". BFMTV 18 septembre 2021

Gageons qu'il soutiendra aussi cette mesure.

Gérald Darmanin lance une procédure de dissolution contre une maison d'édition "légitimant le jihad" - BFMTV 17 septembre 2021


Les bataillons d'un régime fasciste ou quand le tyran reçoit "une salve d'applaudissements des petits entrepreneurs"

- Macron annonce un plan pour les indépendants - francesoir.fr 16 septembre 2021

Emmanuel Macron a annoncé jeudi un plan en faveur des plus de trois millions de travailleurs indépendants, notamment pour protéger leur patrimoine personnel et élargir l'accès à une assurance chômage, dans un discours aux accents de meeting.

"Vous représentez le fil rouge de mon engagement ces dernières années, le mérite, le travail, la prise de risque et la volonté !", a lancé le chef de l'Etat, ovationné par environ 600 membres de l'U2P, principale organisation des indépendants - artisans, commerçants, professions libérales, etc - à la Maison de la Mutualité.

"Depuis 27 ans et la loi Madelin, il n'y avait pas eu de texte dédié à tous les travailleurs indépendants, ce plan est donc une étape historique", a mis en avant le président de l'U2P, Dominique Métayer.

Emmanuel Macron a défendu au passage la mise en œuvre de l'assurance chômage, prévue en octobre. "Il faut s’assurer qu’il n’est jamais plus rentable de ne pas travailler que de travailler", a-t-il lancé, recueillant une salve d'applaudissements des petits entrepreneurs. francesoir.fr 16 septembre 2021


Sinon vous avez la version ordinaire.

Marine Le Pen confirme sa volonté de privatiser l'audiovisuel public - Europe1 13 septembre 2021

LVOG - Cela dit, il est indéfendable sans se compromettre.

Marine Le Pen veut faire de l'outrage sexiste un délit passible de prison - Europe1 13 septembre 2021 Marine Le Pen était interrogée par Sonia Mabrouk ce mardi matin sur Europe 1. La candidate à l'élection présidentielle a affirmé qu'elle voulait faire du harcèlement de rue à connotation sexuelle un délit passible de prison. Europe1 13 septembre 2021

Florence Parly annonce une nouvelle hausse du budget de la défense - LePoint.fr 13 septembre 2021

En 2022, le budget de l'État alloué à la défense augmentera encore et devrait pratiquement atteindre les 41 milliards d'euros (contre 39,2 en 2021). LePoint.fr 13 septembre 2021


Courriel à Réinfocovid du 16 septembre 2021

- Question à 1 ct d'euro : pourquoi les syndicats et partis dits de gauche ou d'extrême gauche n'ont-ils pas appelé à la grève générale ou illimitée à partir du 15 septembre jusqu'au retrait de l'obligation vaccinale et du passe ? La réponse figure dans mon portail, mais vous avez le droit d'avoir une autre explication.

Vous savez, les personnes les plus sérieuses et sensées en sont arrivées à la conclusion qu'il s'agissait d'une affaire politique et non sanitaire. Sans en tirer le moindre enseignement, hélas !

Et, c'est bien là le drame, car cela signifie que le même scénario pourrait se reproduire à l'identique, et on se retrouvait plongé dans la même situation ou pire encore, puisque la situation ne peut qu'empirer au fil du temps dans ces conditions-là, il ne faut pas se leurrer.

Dit autrement, comment expliquez-vous que tout le monde s'efforce de faire comme s'il ne le savait pas, cultive un tas d'illusions, s'en remet à des personnages au passé plus que douteux, bourrés de contradictions, qui les mènent en bateau pour finalement leur péter entre les doigts ? C'est à croire qu'ils n'ont rien appris non plus de l'expérience de la fausse gauche (PS, PCF, EELV, etc.), y compris du Front populaire de 34-36 notamment.

Le problème, ce n'est pas que toutes les actions engagées n'ait mené à rien finalement, puisque Macron est parvenu à appliquer à la lettre l'oukase du Forum économique mondial (Davos) qui fait office de gouvernement mondial. ll faut rappeler que la lutte de classe du prolétariat se solde d'ordinaire par des défaites ou les véritables victoires sont très rares ou se comptent sur les doigts, bien entendu toutes ces luttes étaient légitimes, sauf ces derniers temps ou depuis une quarantaine d'années, mais c'est un autre sujet.

Ces actions correspondent à différents niveaux de conscience politique parmi les masses et les auteurs de ces actions, donc on ne les condamnera pas, même si certaines sont illusoires ou véhiculent des illusions, c'est inévitable et on doit en tenir compte sous peine de se retrouver à hurler avec les loups, ce qu'il est préférable d'éviter, je pense qu'on sera d'accord sur ce point.

Non, le problème c'est qu'on ne soit pas parvenu à partir du constat qu'on était en présence d'un coup d'Etat politique, à parvenir à proposer une alternative cohérente et sérieuse au régime économique en place, je crois qu'on l'appelle aussi le capitalisme si ma mémoire est bonne, absolument personne n'a voulu se situer dans cette perspective, c'est devenu l'horizon indépassable ou borné de tous les acteurs politique ou autres.

On entend dire qu'on serait en présence d'une rupture civilisationnelle, d'un coup de force ou d'un coup d'Etat mondial, en face ils appellent cela le Great Reset ou la Grande Réinitialisation, une tyrannie ou une dictature absolue (parodiant Attali qui l'appelait de ses voeux), certains évoquent le fascisme, à juste titre à mon avis ou j'en fais partie, ils évoquent même la fin du capitalisme, du néolibéralisme, le Forum économique mondial y a consacré des articles, donc je n'invente rien.

Leur laisser l'initiative, c'est courir le risque de se retrouver sur leur terrain, d'en être les otages réduits à l'impuissance, et c'est ce qui se passe en réalité ou ce que j'ai cru observer.

Bref, on ferait face à un bouleversement radical des fondements de la société, et on n'est pas foutu de proposer un bouleversement tout aussi radical qui serait orienté dans la direction opposée, donc incluant notamment l'abolition du capitalisme.

L'argument selon lequel les masses n'y sont pas préparées pour accuser cette orientation de gauchiste ne tient pas. Car à ma connaissance, les masses n'ont aucun intérêt à soutenir la stratégie de l'oligarchie financière, même si elles y adhéraient partiellement au départ par ignorance, cela leur passera, d'autant plus que cette stratégie quel que soit l'angle sous laquelle on l'aborde, n'a absolument aucune légitimité, puisque les masses sont destinées à en être les principales victimes, je crois que c'est facile à démontrer ou comment pourrait-il en être autrement.

Dit autrement, parce que le capitalisme financier proposerait une stratégie sous un jour forcément avantageux, nous serions forcément condamnés à ne pas pouvoir en faire autant... Mais dans ce cas-là, ne vaudrait-il pas mieux avoir l'honnêteté d'avouer qu'on ne croit pas ou plus dans nos propres idées ou dans notre idéal, puisqu'on est incapable ou on refuse de les défendre ?

Dès lors, comment voulez-vous lutter efficacement contre ce régime totalitaire, comment voulez-vous rassembler la minorité la plus consciente de la société estimant indispensable un changement de régime économique et politique, qui par la suite entraînerait la majorité au combat ? C'est impossible.

En conclusion, si vous n'êtes pas comptables de l'issue des luttes que vous menez ou des initiatives que vous prenez, qui se terminent généralement dans une impasse ou par une défaite, en revanche vous ne pourrez pas esquiver indéfiniment le constat que je viens de dresser et que personne à ce jour ne veut reprendre à son compte.

L'espoir d'un monde meilleur sans perspective politique est voué à se transformer en collaboration de classes ou cèdera la place à un moment donné à la démoralisation, au désespoir, à la résignation, le pire des scénarios qui verrait périr la civilisation humaine, c'est ce vers quoi ne manquerait d'entraîner l'apolitisme, qui de fait n'existe pas, tous ceux qui s'en sont réclamés un jour ont mal fini, ce qu'on ne souhaitera à personne.


Vous avez aussi l'humour sur le mode sordide, cruel.

Un internaute- L'humour est la quintessence de l'intelligence: il faut être capable d'analyser rapidement une situation, savoir la décaler, et la reproposer de façon créative en forçant un des traits pour provoquer le rire. Ce qui met en vie de très nombreuses zones mentales, contrairement à la démonstration genre café du commerce...

Quand la gauche, c'est un multimillionnaire diplômé de Science Po Paris

- La Norvège vire à gauche, bye bye "Erna de fer" - euronews 14 septembre 2021

Après 8 ans de gouvernement conservateur, la Norvège est prête pour le centre-gauche.

Le parti travailliste du pays et ses alliés ont remporté une nette majorité aux élections générales, à l'issue d'une campagne dominée par les politiques environnementales et l'avenir de l'exploration pétrolière et gazière du pays. Le taux de participation de ces élections a atteint 77%.

Le probable futur premier ministre Jonas Gahr Støre, un multimillionnaire diplômé de Science Po Paris, âgé de 61 ans, a remercié ses partisans :

"La Norvège a donc clairement fait savoir que le peuple norvégien veut une société plus juste. Merci beaucoup à tous ceux qui ont contribué à cela et qui ont voté pour le changement." euronews 14 septembre 2021


Parole d'internaute.

1 - Irresponsabilité ? La posture facile du « responsable » qui crie avec les loups. J’ai fait l’erreur de lire les propos d’un Député qui critiquait un médecin ayant attrapé la COVID et décidant d’arrêter son activité plutôt que de se faire vacciner. Mes poils se sont hérissés sur son argumentation vide autour de la posture “responsable”.

Dans le contexte du débat autour du « pass sanitaire » et de l’injection vaccinale anti COVID, j’entends sans cesse le mot « irresponsable » comme argument principal face aux personnes qui se questionnent et refusent le vaccin.

Aussi, j’aimerais rappeler ce qu’est, selon moi, la responsabilité et l’irresponsabilité dans ce contexte.

L’irresponsabilité c’est de vacciner des jeunes qui n’ont rien à craindre du COVID mais qui peuvent avoir des réactions graves ou mortels du fait de l’injection du vaccin anti-COVID dans des proportions inédites et inquiétantes démontrées par la pharmacovigilance.

L’irresponsabilité c’est de passer des publicités mensongères poussant les jeunes à se faire vacciner en jouant sur l’innocuité du vaccin et la culpabilité du « faite le pour les autres ». Ces deux arguments sont des mensonges.

L’irresponsabilité c’est de continuer à détruire l’hôpital et ses capacités en lits de réanimation.

L’irresponsabilité c’est de saboter les études sur les médicaments permettant de guérir les malades du COVID et d’empêcher les médecins de les prescrire. Cette irresponsabilité a coûté des milliers de vies en France. Cette irresponsabilité a engorgé les besoins en lits de réanimation.

L’irresponsabilité c’est de faire croire à des concepts totalement irréalistes comme l’immunité collective grâce au vaccin. Alors que seule l’immunité collective par la COVID est envisageable.

L’irresponsabilité c’est de vacciner en période de pandémie ce qui crée des variants et multiplie les risques de voir surgir un variant vraiment dangereux. C’est basique et dans les premiers cours d’infectiologie.

L’irresponsabilité c’est de ne pas voir ce qui se passe dans les pays qui ont poussé la vaccination à outrance comme Israël, les conclusions sont pourtant simples.

L’irresponsabilité c’est de s’entêter dans une impasse pour ne « pas avoir tort » alors que tous les signaux démontrent l’ineptie de cette stratégie vaccinale à marche forcée.

L’irresponsabilité c’est de s’entourer de conseils en conflits d’intérêts avec les laboratoires pharmaceutiques et de prendre des décisions contraires à toute la connaissance médicale de base.

L’irresponsabilité c’est de ne pas écouter les médecins de terrain et les infectiologues de renommée non liés par des conflits d’intérêt.

L’irresponsabilité c’est de répéter les erreurs du passé : Distilbène, Levothyrox, Médiator, Sang contaminé, etc la liste est pourtant très longue. Les raisons sont pourtant toujours les mêmes à peu de choses près.

L’irresponsabilité c’est de se baser sur des études truquées (the lancet contre l’hydroxychloroquine) pour prendre des décisions et de ne pas réviser ces décisions quand l’étude est retirée quelques jours plus tard pour falsification de données.

L’irresponsabilité c’est de créer un climat de peur alors que la réalité montre que la courbe des morts en France sur 2020 montre un pic du même ordre de grandeur que la canicule de 2003 ou la grippe de 2015.

L’irresponsabilité c’est de se faire arnaquer par des laboratoires pharmaceutiques en signant des contrats aux clauses irresponsables et en gobant et diffusant leurs discours marketing.

L’irresponsabilité c’est de détruire l’économie de la France sous des prétextes sanitaires qui ne sont qu’une longue liste d’incompétences et d’irresponsabilités.

L’irresponsabilité c’est de détruire l’une des valeurs essentielles de notre France : la liberté, celle la plus basique qui soit, celle de notre corps.

L’irresponsabilité c’est de ne pas informer de façon éclairée les Français avant de leur proposer la vaccination anti COVID.

L’irresponsabilité c’est de rendre obligatoire un vaccin en phase de test qui utilise une technologie toute nouvelle sans aucun recul sur les dangers à moyen et long terme et en minimisant les dangers à court terme.

L’irresponsabilité c’est celle des sénateurs et députés qui n’étaient pas présents lors des votes et discussions sur un point aussi essentiel que le « pass sanitaire » et la vaccination obligatoire.

L’irresponsabilité c’est celle d’un Président qui dans un discours suivi par la majorité des Français dit « la vaccination ne sera pas obligatoire » et qui 6 mois plus tard fait le contraire.

La liste des irresponsabilités est tellement longue, tellement improbable, tellement impensable qu’il est pour le moins énervant d’entendre des citoyens ou soignants, curieux, à l’esprit critique et au bon sens naturel être traités « d’irresponsables ».

Je pense que les responsables et les irresponsables se reconnaîtront. Dans tous les cas, l’histoire les pointera facilement du doigt, l’énormité de la situation dépassant toute proportion.

Un Citoyen responsable,

Qui écoute son bon sens de bon père de famille, qui sait lire les chiffres, qui regarde peu la télévision et qui se rappelle les déviances de l’histoire. Même pas un complotiste car l’incompétence, l’irresponsabilité, la corruption, le manque de courage, l’avidité, les opportunismes variés suffisent à expliquer cet incroyable délire politique.

LVOG - Au contraire, je pense qu'ils savent très bien ce qu'ils font, ils sont là et payés pour cela.

2 - Les nouvelles sont mauvaises d'où qu'elles viennent ! Merci pour une nouvelle journée de merde dans une vie de merde.

3 - Ce n'est pas très compliqué : quand on vous rassure sur une chose, il faut vous dire que l'inverse va arriver exemple : "La covid n'arrivera pas en France" ; "Le port du masque est inutile" ; "Le passeport sanitaire et le vaccin ne sera jamais obligatoire" ; "L'inflation sera modérée et réversible"

4 - Que de mauvaises nouvelles mais finalement... Rien ne bouge, les pauvres deviennent plus pauvres, les riches plus riches... Les classes moyennes paient des impôts... Rien de neuf. À quand un grand effondrement ?

5 - Il va vite falloir se bouger pour contrecarrer ce plan sinon la France va vite se transformer en pays fasciste, à l’image de l’Australie qui est sur cette voie et qui va très vite en sales besognes…

Australie : Masque obligatoire à la plage ! - lemediaen442.fr 13 septembre 2021

https://lemediaen442.fr/australie-masque-obligatoire-a-la-plage/

Après les panneaux devant les maisons pendant la mise en quarantaine covid, puis la chasse à l’homme contre Anthony Karam, testé positif. L’Australie s’attaque aux plages… Les autorités dictatoriales australiennes veillent à rappeler aux gens de se conformer aux mesures dites anti covid. lemediaen442.fr 13 septembre 2021

"Ma vie a été bouleversée" - Séverine Toce, témoignage post-vaccination - francesoir.fr 16 septembre 2021

Hier 15 septembre 2021, jour où les pénalités entraient en vigueur pour les soignants n’ayant pas présenté une attestation d’aptitude (démonstration d’un schéma vaccinal), Madame Toce 47 ans a accepté de témoigner en exclusivité pour FranceSoir.

Suite à une discussion avec son médecin traitant, elle a procédé à la vaccination en mai 2021, avec peu d’informations. Dès son retour chez elle, elle a commencé à avoir des effets indésirables qui se sont aggravés dans les jours suivants. Aujourd’hui, elle est en fauteuil roulant, ne peut plus accéder à son domicile situé au second étage.

En tant qu’ancienne aide-soignante, elle nous livre son témoignage poignant, décrivant son chemin, la batterie de tests et de soins à faire, la reconnaissance « toujours pas complète » de l’imputation au vaccin.

Son message aux lecteurs et auditeurs est simple : "avant de faire un acte médical, renseignez-vous, ne le faites pas pour obtenir un passe ou aller au restaurant". Madame Toce, n’a pas de passe sanitaire car cet effet indésirable grave est arrivé après la première dose. Un comble : cela n’a pas empêché les autorités de rappeler Mme Toce pour faire sa... seconde dose. francesoir.fr 16 septembre 2021

https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/debriefing-severine-toce

6 - Ma sœur, 69 ans, particulièrement dynamique (elle a restauré seule sa maison - vieille ferme au milieu d'un vaste jardin qu'elle entretient seule -, elle fait souvent de la randonnée avec des ami(e)s, va à la piscine plusieurs fois par semaine, participe activement dans une asso caritative, traverse régulièrement plusieurs départements pour rendre visite à ses enfants et petits-enfants, fait plusieurs voyages chaque années... bref c'est quelqu'un de très dynamique. Or en mai dernier elle s'est laissée convaincre de se faire vacciner... et subitement depuis la mi-juillet elle accuse une grosse fatigue dont elle n'arrive pas à se débarrasser bien qu'elle dorme 8 heures par nuit et fasse en plus 1h de sieste l'après-midi (ce qu'elle ne faisait jamais avant) et malgré ça elle se traîne. Pire encore, depuis elle fait de la tachycardie (son pouls s'emballe subitement à 140 puis redescend rapidement à 40 avant de remonter à 70 ) et elle s'essouffle extrêmement vite. Bilan des tests : ce n'est pas le Covid mais d'après son toubib c'est "juste" un virus qui s'est mis sur le cœur et que son corps va l'éliminer tout seul.

Peu convaincue et inquiète, elle a pris rendez-vous chez un cardiologue. Je ne vous cache pas mon inquiétude.

7 - J’ai la chance dans mon petit coin perdu d’avoir un médecin vieille école qui a exercé dans des dispensaires en Afrique. Quand a commencé cette campagne meurtrière il m’a déconseillé d’entrée de me faire vacciner. Au mois de mai lors du variant anglais ce virus de malheur m’a attrapé mais mon médecin m’avait prescrit le traitement ivermectine avec le protocole FLCCC.

J’ai pris les doses prescrites ,6 comprimés de 3mg le premier jour,6comprimés le troisième jours. Le soir même de la première prise j’étais bien mieux et après la deuxième dose ,en pleine forme.

Le docteur Kory USA qui est à l’origine du protocole FLCCC soigne les dégâts post vaccination ainsi que les Covid long avec l’ivermectine.

8 - Deux deces supplémentaires par crise cardiaque. Voisin d un ami. Et une personne que l on ne connaissais pas dans la résidence d une amie. 48 ans et 75 ans. C est pas terminé une autre dans une résidence d une connaissance paralysé du bras. Et tous sont et étaient vaccines deux doses. Au total depuis mars j ai eu connaissance de 6 deces crises cardiaques, un coma, deux paralysies. Tous des vaccines deux doses. En 2020 il ne se passait pas autant de drames. J'oubliais : deux cancers du poumon, la patrone de mon frere et louis un amis de bar de 77 ans non fumeur. La patrone deux mois après la vaccination et Louis un mois après.

9 - Parmi tous les vaccins que j’ai eu dans ma vie… coqueluche, diphtérie, tétanos, variole, rougeole, rubéole, oreillons, hépatite, méningite et tuberculose je n’ai jamais vu autant de fadaises sur un vaccin qui dit que je dois porter un masque et maintenir une distance sociale même lorsqu’on est entièrement vacciné.

Je n’ai jamais entendu parler d’un vaccin qui ferait en sorte que je pourrais encore contracter ou répandre le virus même quand je suis entièrement vacciné.

Je n’ai jamais été soudoyé par les établissements pour prendre le vaccin afin de gagner une voiture et / ou des prix en espèces.

Je n’ai jamais été jugé si je ne le prenais pas. Je n’ai jamais été victime de discrimination pour les voyages, restaurants ou autres services réguliers.

Les vaccins que j’ai listés ci-dessus ne m’ont jamais dit ou fait sentir que j’étais une mauvaise personne pour ne pas les prendre…

Je n’ai jamais vu un vaccin menacer le gagne-pain, le travail, l’école, etc.

Je n’ai jamais vu un vaccin qui menaçait la relation entre un membre de la famille et / ou un ami intime.

Je n’ai jamais vu un vaccin qui permet à un enfant de 12 ans de remplacer le consentement de ses parents.

Je n’ai jamais vu un vaccin utilisé pour le gain politique.

Je n’ai jamais vu le souci où l’on mentionne que c’est ok de le faire un jour et ensuite, du jour au lendemain de ne pas le faire (astrazeneca) …

Donc, après tout ce que j’ai dit, quelqu’un peut-il me dire que je suis non-éduqué, non-informé, ne suivant pas la “science” pour ne pas vouloir prendre ce vaccin jusqu’à ce que les essais cliniques soient terminés, au moins deux ans si ce n’est pas dans plusieurs années ?

Enfin, après tous les vaccins que j’ai répertoriés ci-dessus, je n’ai jamais vu un vaccin comme celui-ci qui discrimine, divise et juge une société ainsi.

C’est un vaccin puissant ! Il fait toutes ces choses que j’ai mentionnées et pourtant, il ne fait pas ce que tous les autres vaccins que j’ai déjà reçus précédemment font et ont été conçus pour faire (et ont réussi) qui est de … lutter contre la maladie visée.

10 - Série de cas de 300 patients Covid du Nigeria : « Une combinaison d’azithromycine, d’ivermectine, de zinc et de vitamine C s’est avérée efficace dans la gestion des cas légers, modérés et graves de COVID-19. »

Source :

https://pgibertie.com/2021/09/16/avec-linde-une-large-partie-de-lafrique-a-eradique-la-covid-avec-livermectine-ceux-qui-linterdisent-le-paient-tres-cher/


La démocratie est incompatible avec l'existence de ce régime.

Du 11-Septembre à la Covid : le refus du débat par Thierry Meyssan - Réseau Voltaire 14 septembre 2021

Les célébrations du 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 donnent à lire deux narrations absolument contradictoires selon que l’on se réfère à la presse écrite et audio-visuelle ou à la presse digitale. Pour les uns, Al-Qaïda avait déclaré la guerre à l’Occident en ourdissant un crime à grand spectacle, tandis que pour les autres le même crime a masqué un coup d’État intérieur aux USA.

Tout débat est impossible entre les tenants de ces deux versions. Non pas que les deux camps le refusent, mais parce que les partisans de la version officielle —et eux seuls— s’y refusent. Ils considèrent leurs adversaires comme des « complotistes », c’est-à-dire dans leur esprit au mieux des imbéciles, au pire des gens malfaisants, des complices —volontaires ou non— des terroristes.

Désormais ce désaccord s’applique à tout événement politique majeur. Et la vision du monde des deux camps ne cesse de se distancier l’une de l’autre.

Comment une telle fracture entre des concitoyens a-t-elle pu advenir dans des sociétés qui aspirent à la démocratie ? D’autant plus que, non pas cette fracture, mais la réaction à cette fracture rend toute démocratie impossible.

Une certaine conception du journalisme

On nous assure aujourd’hui que le rôle des journalistes est de rapporter fidèlement ce qu’ils ont vu. Pourtant, lorsque nous sommes interrogés par un média local sur un sujet que nous connaissons et que nous voyons comment il a traité ce sujet, nous sommes souvent déçus. Nous avons l’impression de ne pas avoir été compris. Certains d’entre nous déplorent être tombés sur un mauvais journaliste et conservent leur confiance dans les médias de masse. D’autres se disent que si une légère déformation est possible sur de petits sujets, une bien plus grande doit l’être sur des sujets plus complexes.

En 1989, une foule venue assister à un de ses discours, entendit le dictateur roumain, Nicolae Ceausescu, accuser les fascistes d’avoir inventé le massacre de Timisoara attribué aux tortionnaires de son régime. Révulsée par ce déni, la foule se révolta, scanda « Timisoara ! Timisoara ! » et le renversa. La chaîne de télévision locale d’Atlanta (USA), CNN, diffusa en direct les quelques jours de cette révolution. Elle devint ainsi la première chaîne d’information en direct et se transforma en chaîne internationale. Or l’on sait aujourd’hui que ce massacre n’a jamais existé. Ce n’était qu’une mise en scène réalisée avec des cadavres extraits d’une morgue. On apprit par la suite qu’une unité de propagande de l’Armée de Terre US disposait d’un bureau attenant à la salle de rédaction de CNN.

La manipulation de Timisoara n’a fonctionné que parce qu’elle était en direct. Les téléspectateurs n’avaient ni le temps de vérifier, ni même celui de réfléchir. Au plan professionnel, aucun journaliste n’a jamais tiré de conclusion de cet événement. Au contraire, CNN est devenue le modèle des chaînes d’information en direct qui ont fleuries un peu partout.

Lors de la guerre du Kosovo, en 1999, je réalisais un bulletin quotidien résumant les informations de l’Otan et celles des agences de presse régionales (Autriche, Hongrie, Roumanie, Grèce, Albanie, etc…) auxquelles je m’étais abonné [1]. Dès le départ, ce que racontait l’Otan à Bruxelles n’était pas confirmé par les agences régionales. Celles-ci, au contraire, décrivaient un tout autre conflit. Il était étrange de constater que les journalistes régionaux, de quelque pays qu’ils soient à l’exception de l’Albanie, formaient un bloc, écrivant des textes compatibles entre eux, mais pas avec ceux de l’Otan. Semaine après semaine, les deux versions s’éloignaient l’une de l’autre.

Pour répondre à cette situation, l’Otan confia à Jamie Shea la conduite de sa communication. Celui-ci raconta chaque jour une nouvelle anecdote vécue sur le champ de bataille. La presse internationale n’eut bientôt d’yeux que pour lui. Sa version s’imposa dans les médias et les agences de presse régionales ne furent plus relayées, sauf par moi. Dans mon esprit, les deux camps mentaient et la vérité devait être quelque part entre les deux partis pris.

Lorsque la guerre fut terminée, des humanitaires, des diplomates et des militaires des Nations unies se ruèrent au Kosovo. À leur grande surprise —et à la mienne—, ils constatèrent que les journalistes locaux avaient décrits fidèlement la vérité. Les propos de Jamie Shea n’avaient été que de la propagande de guerre. Ils avaient pourtant été la seule source « fiable » des médias internationaux durant trois mois.

Les journalistes occidentaux qui se rendirent au Kosovo constatèrent eux aussi qu’ils avaient accordé leur confiance à des gens qui leur avaient mentis avec aplomb. Pourtant rares sont ceux qui ont changé leur discours. Et plus rares encore sont ceux qui sont parvenus à convaincre leurs rédactions que l’Otan les avaient trompées. La narration imposée par l’Alliance atlantique était devenue la Vérité que les livres d’histoire allaient reprendre malgré les faits.

La Grèce antique et l’Occident moderne

Dans la Grèce antique, les pièces de théâtre provoquèrent de vives émotions chez les spectateurs. Certains craignaient que les dieux ne les entraînent dans de sombres destins. Aussi progressivement le chœur, qui narrait l’histoire, commença à expliquer aussi qu’il ne fallait pas se laisser berner parce que l’on voyait, mais comprendre que ce n’était qu’une mise en scène.

Cette distanciation avec les apparences, qui est paralysée par le mythe de l’information en direct, est nommée en psychologie la « fonction symbolique ». Les petits enfants en sont incapables, ils prennent tout au sérieux. Cependant, à « l’âge de raison », à 7 ans, nous pouvons tous faire la différence entre ce qui est vrai et ce qui n’est qu’une représentation.

La raison s’oppose ici à la rationalité. Être rationnel, c’est ne croire qu’à des choses démontrées. Être raisonnable, c’est ne pas croire à des choses impossibles. C’est une très grande différence. Parce qu’on ne trouve pas la Vérité avec des croyances, mais avec des faits.

Lorsque nous voyons des avions frapper le World Trade Center de New York et des gens se défenestrer pour échapper à l’incendie, nous sommes tous très émus. Lorsque les Tours s’effondrent, nous sommes prêts à pleurer. Mais cela ne doit pas nous empêcher de réfléchir [2].

On peut toujours nous raconter que 19 pirates de l’air ont détourné quatre avions, ces personnes ne figurant pas sur les listes des compagnies d’aviation des passagers embarqués, elles ne pouvaient pas détourner ces avions.

On peut toujours nous raconter que le carburant des deux avions en feu a glissé sur les piliers des bâtiments et les a fait fondre, cela expliquerait que les Tours Jumelles se soient effondrées, mais pas sur elles-mêmes, et pas l’effondrement de la troisième tour. Pour qu’un bâtiment s’effondre, non pas sur un côté, mais sur lui-même, il faut faire exploser ses fondations, puis le faire exploser de haut en bas pour détruire les étages sur eux-mêmes.

On peut toujours nous raconter que des passagers affolés ont téléphoné à leurs proches avant de mourir, les compagnies de téléphones n’ayant aucune trace de ces appels, ils n’ont pas existé.

On peut toujours nous raconter qu’un Boeing a détruit le Pentagone, il ne peut pas être entré par une porte cochère sans en abîmer le chambranle.

Les témoignages sont contradictoires entre eux. Mais seuls certains sont contredits par les faits.

Pourquoi acceptons-nous d’être trompés

Reste un problème de taille : pourquoi acceptons-nous d’être trompés ? Généralement parce que la Vérité nous est plus dure à accepter que le mensonge.

Par exemple, lorsque durant des années, le fils du président de la Fondation nationale des sciences politiques a dénoncé les viols dont il était victime de la part de celui-ci, tout le monde a plaint ce pauvre garçon qui délirait et loué son père qui endurait sa folie sans dire mot. La sœur de la victime ayant publié un livre-témoignage, chacun a réalisé qui disait vrai. Le président a été contraint à la démission. Le violeur ne doit d’avoir échappé à la Justice qu’à son statut : ancien député européen, président de l’institution emblématique de toute la classe politico-médiatique française et président du Siècle, le club privé le plus huppé de France.

Pourquoi croyons-nous qu’Al-Qaïda est responsable des attentats du 11-Septembre ? Parce que le secrétaire d’État, le général Colin Powell, est venu le jurer, la main sur le cœur, devant le Conseil de sécurité des Nations unies. Peu importe qu’il ait menti des années auparavant en validant l’histoire des couveuses volées au Koweït par les Iraquiens et des bébés abandonnés à la mort. Ou qu’il ait menti après à propos des armes de destruction massive du président Saddam Hussein. C’est un secrétaire d’État et nous devons le croire.

Au contraire, si nous remettons sa parole en cause, nous ne devrons pas seulement nous demander pourquoi nous avons envahi l’Afghanistan, puis l’Iraq, etc. Mais aussi et surtout pourquoi il a menti.

La réaction au Covid-19 : un autre 11-Septembre

L’énigme du 11-Septembre n’est pas une question du passé. Notre compréhension des vingt dernières années dépend de la réponse qu’on lui apporte. Tant que nous n’aurons pas de débats contradictoires entre tenants des deux versions, nous reproduirons cette fracture sur tous les sujets mondiaux.

Nous vivons actuellement une autre catastrophe, la pandémie de Covid-19. Nous avons tous vu un grand laboratoire, Gilead Science, corrompre les éditeurs de la revue médicale The Lancet pour qu’ils dénigrent un médicament, l’hydroxychloroquine. Gilead Science est la société anciennement dirigée par le secrétaire à la Défense du 11-Septembre, Donald Rumsfeld. C’est aussi elle qui produit un médicament contre la Covid-19, le Remdesivir. Quoi qu’il en soit, nul n’a plus osé chercher de médicaments pour soigner la Covid. Tous se sont reportés sur l’espoir de vaccins.

Donald Rumsfeld avait chargé ses collaborateurs d’élaborer des protocoles en cas d’attaque bioterroriste contre les bases militaires US à l’étranger. Puis il a demandé à l’un d’entre eux, le docteur Richard Hachett, qui était membre du Conseil de sécurité nationale US, d’étendre ce protocole en cas d’attaque contre la population civile US. C’est cet homme qui a proposé de confiner obligatoirement les populations saines, provoquant une levée de bouclier des médecins états-uniens, professeur Donald Henderson de l’université John Hopkins en tête [3]. Pour eux Rumsfeld, Hatchett et leur conseiller, le haut-fonctionnaire Anthony Fauci, étaient des ennemis du serment d’Hippocrate et de l’Humanité.

Lorsque l’épidémie de Covid-19 est survenue, le docteur Richard Hatchett était devenu le directeur de la CEPI (Coalition for Epidemic Preparedness Innovations) ; une association créée au Forum de Davos et financée par Bill Gates. C’est Hatchett, le premier, qui a utilisé l’expression « Nous sommes en guerre », reprise par son ami le président Emmanuel Macron. C’est lui qui a conseillé de confiner les populations saines comme il l’avait imaginé 15 ans plus tôt dans le cadre de la « guerre au terrorisme ». Anthony Fauci, quant à lui, était toujours à son poste. Il avait détourné de l’argent fédéral pour financer des recherches illégales aux États-Unis. Elles ont été réalisées pour lui au laboratoire chinois de Wuhan.

Normalement, les professions médicales auraient dû se soulever à nouveau contre le confinement obligatoire des personnes saines. Il n’en a rien été. Massivement, elles ont considéré que la situation exigeait de violer le serment d’Hippocrate.

Aujourd’hui, les pays occidentaux qui ont appliqué les conseils du docteur Hatchett et ont cru aux mensonges de Gilead Science ont un bilan terrifiant de cette pandémie. Les États-Unis ont 26 fois plus de décès par million d’habitant que la Chine. Et son économie est dévastée.

Cela mériterait quelques débats et explications, mais non. Nous préférons voir nos sociétés se fracturer à nouveau entre partisans d’Anthony Fauci ou du professeur Didier Raoult. Conclusion

Plutôt que de nous parler, de confronter nos arguments, nous organisons de faux débats entre les tenants de la doxa dominante et ceux d’opinions les plus grotesques possibles.

Il est inutile d’ambitionner de vivre en démocratie, si nous refusons de discuter réellement les sujets les plus importants. Réseau Voltaire 14 septembre 2021

Notes.

[1] Le Journal de la guerre en Europe.

[2] À propos de la signification politique des attentats du 11-Septembre, lire : « 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre 2001. Tout donne aujourd’hui raison à Thierry Meyssan », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 31 août 2021.

[3] « Le Covid-19 et l’Aube rouge », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 28 avril 2020.


Les réseaux dits sociaux auraient-ils favorisé l'expression de la démocratie ? Pas vraiment.

Les 5,8 millions de privilégiés de Facebook Réseau Voltaire 14 septembre 2021

Le Wall Street Journal s’est procuré un document interne de Facebook montrant que contrairement à ce que prétend cette société, elle ne traite pas de la même manière le grand public d’un côté et les célébrités, politiciens et journalistes de l’autre.

Plus 5,6 millions de VIP sont white-listés par le programme XCheck. Ils sont dispensés des règles puritaines de ne pas montrer de nudité et des règles woke de bienséance ; des règles qui ne s’appliquent qu’aux milliards d’utilisateurs lambda.

Ce programme existe depuis plusieurs années. Il exclut certaines personnalités pour des raisons politiques comme le président Donald Trump qui a été expulsé du réseau social sans que l’on sache exactement pourquoi. Réseau Voltaire 14 septembre 2021

Source : « Facebook Documents Reveal Secret Elite Exempt From Its Rules, Jeff Horwitz », The Wall Street Journal, September 14, 2021.


Les réseaux dits sociaux censurent et manipulent les esprits plutôt qu'autres choses.

Censure économique de FranceSoir après une pseudo enquête de France2 - lemediaen442.fr 13 septembre 2021

Suite au reportage de « Complément d'enquête » du jeudi 2 septembre, sur la monétisation des sites dits « complotistes », FranceSoir perd son financement via les publicités Google. Une enquête que le journaliste de FranceTélévision qualifie « d'étude inédite » sur des « citoyens » de tous bords.

Les chasseurs de fakes news de France télévision ont décidé l’ouverture de la chasse aux sorcières. Le gibier est composé de sites n’allant pas dans le sens de la pensée unique. Complément d’enquête est censé compléter une enquête inédite. Tellement inédite qu’on ne sait pas comment elle a été menée ni comment a été choisi le panel de 50 personnes. L’émission nous offre un micro-trottoir, mais vraiment pas une « étude ». Une voix off vient systématiquement ridiculiser les personnes interrogées : ils sont complotistes, crédules… Ils ont dû regretter d’avoir laissé entrer n’importe qui chez eux. L’idée de l’émission est que toute personne se posant la moindre question sur la propagande gouvernementale croit forcément que la Terre est plate ou que Emmanuel Macron serait un extra-terrestre.

On vous a déjà présenté Conspiracy Watch et StopHateMoney (1) qui luttent contre la liberté d’expression en France. Leur méthode : assécher économiquement ceux qui s’opposent aux informations des médias de propagande. Sur Google, les sites alternatifs seraient grassement financés par la publicité des géants de la téléphonie mobile, de la grande distribution, de l’industrie automobile. A l’inverse, Complément d’enquête serait produit sur un coin de table par des smicards. Ainsi Aude Favre et Sylvain Louvet, producteurs de l’émission, sont soutenus par le ministère de la Culture. Leur association Fake Off a l’appui de la Dilcrah qu’on vous a déjà présentée (2). Sylvain Louvet a reçu le Prix Albert-Londres décerné par des journalistes dont les employeurs sont des médias bien connus pour leur indépendance : Le Figaro, Le Monde, L’Express, Le Point, RMC, FranceInter, etc. Bref, des journalistes aussi indépendants que ceux de Complément d’enquête. D’ailleurs, si vous en doutez, vous êtes complotistes.

Google supprime sa monétisation du site de FranceSoir

D’après ce pseudo reportage, les sites (car la presse papier d’opinion n’existe plus) qui dénoncent les pertes de liberté, la mascarade en cours, ne seraient que des extrémistes de droite, des profiteurs de personnes crédules et qui se feraient un « max de pognon » sur leur dos. À la suite du reportage dénonçant FranceSoir comme site de désinformation, à tendance complotiste comme il se doit, Google lui a retiré ses publicités. BigMédia veille sur nous. Après tout l’objectif officiel de la censure, depuis 1949, est de protéger les mineurs (et leurs parents, eux-mêmes de grands enfants). Et si vous croyez être adulte, c’est que vous êtes complotiste ! lemediaen442.fr 13 septembre 2021

1 - https://lemediaen442.fr/ils-voient-des-complotistes-mais-surtout-des-antisemites-partout/

2 - https://lemediaen442.fr/on-vous-cause-morale-et-on-vous-fait-les-poches/


Le capitalisme, c'est la guerre sans fin.

« L’Art de la guerre » - La loi qui donne au président US licence de tuer par Manlio Dinucci (Il Manifesto) - Réseau Voltaire 14 septembre 2021

En changeant de position et en validant la chute de Kaboul, le président Biden a renoué avec la stratégie Rumsfeld/Cebrowski de la guerre sans fin. Il s’agit de ne plus déployer de grandes troupes au sol, mais de multiplier les théâtres d’intervention pour des drones-tueurs, des Forces spécailes et des mercenaires. La guerre change de nature et s’étend.

Le 18 septembre 2001, une semaine après le 11 Septembre, le Congrès des États-Unis approuve avec un vote bi-partisan unanime la Loi Publique 107-40 qui stipule : « Le Président est autorisé à utiliser toute la force nécessaire et appropriée contre les nations, organisations ou personnes dont il considère qu’ils ont planifié, autorisé, commis ou aidé les attaques terroristes survenues le 11 septembre 2001, ou a donné refuge à ces organisations ou personnes, dans le but de prévenir tout futur acte de terrorisme international contre les États-Unis de la part de ces nations organisations oui personnes ». La loi, qui conférait au président républicain George W. Bush les pleins pouvoirs de guerre, avait été rédigée par le sénateur démocrate Joe Biden, président de la Commission pour les relations extérieures.

Le président Bush se trouvait ainsi autorisé par le Congrès, au nom de la « guerre à la terreur », à utiliser la force militaire non seulement contre des organisations ou des personnes mais contre des nations entières, dont la culpabilité était décrétée par le président même, qui émettait la sentence sans procès, ni possibilité d’appel, et en ordonnait l’immédiate exécution au moyen de la guerre. Les seuls qui depuis longtemps demandent l’effacement de cette loi sont deux sénateurs, le démocrate Tim Kaine et le républicain Todd Young, mais leur tentative n’a jusqu’à présent pas abouti. La loi du 18 septembre 2001, toujours en vigueur, a été utilisée, après le président républicain Bush, par le démocrate Obama, par le républicain Trump et par le démocrate Biden (ex- vice président de l’Administration Obama). On calcule qu’elle a déjà été utilisée pour « légitimer », pendant les vingt dernières années, des opérations militaires effectuées par les forces armées états-uniennes, sur ordre présidentiel, dans 19 pays du monde, parmi lesquels l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Syrie, le Yémen, la Tunisie, le Kenya, le Mali, le Nigeria, la Somalie, le Cameroun et le Niger

Trois semaines après l’adoption de la loi, le président Bush ordonnait d’attaquer et d’envahir l’Afghanistan, officiellement pour donner la chasse à Oussama Ben Laden protégé par les Talibans ; trois mois après, il ordonnait l’ouverture du camp de détention de Guantánamo, où étaient secrètement déportés et torturés de présumés terroristes de différents parties du monde ; un an et demi plus tard —sollicité par une résolution bi-partisan de 77 sénateurs, menée par Joe Biden— le président Bush ordonnait d’attaquer et d’envahir l’Irak sous l’accusation (qui s’est ensuite révélée fausse) qu’il possédait des armes de destruction de masse. L’ordre était d’avoir un poing de fer pour écraser la résistance : confirmation en était donnée par les images des tortures dans la prison d’Abu Ghraib, mises à jour en 2004.

Toujours sur la base de la loi de 2001 qui l’autorisait à « utiliser toute la force nécessaire et appropriée », le président Obama, dix ans après, autorisait la CIA à mener des actions secrètes en Libye pour préparer la guerre de l’Otan qui allait démolir l’État libyen. Selon le même procédure « légale » —documentait le New York Times (29 mai 2012)— pendant l’Administration Obama fut instituée la kill list, mise à jour hebdomadairement, comprenant des personnes du monde entier condamnées secrètement à mort sous l’accusation de terrorisme, lesquelles, après l’approbation du président, étaient éliminées généralement avec des drones-tueurs. La même procédure était suivie en janvier 2020 par le président Trump, qui ordonnait l’élimination du général iranien Qasem Soleimani, assassiné par un drone US à l’aéroport de Baghdad. Des attaques analogues de drones US ont été « légalement » autorisées en Afghanistan, en Irak, en Libye, au Pakistan, en Somalie, en Syrie et au Yémen.

La plus récente attaque d’un drone-tueur est celle qui, sur la base de l’autorisation du président Biden, a frappé le 29 août à Kaboul une voiture suspectée de transporter une bombe de Daesh. Une enquête du New York Times (10 septembre) a pu vérifier que la voiture (suivie longtemps par le pilote du drone, à des milliers de kilomètres de distance) ne transportait pas des explosifs mais des réservoirs d’eau. Contre cette voiture, dans un quartier densément habité, a été lancé un missile « Feu de l’enfer », qui a tué dix civils, dont sept enfants. Réseau Voltaire 14 septembre 2021




DEUXIEME PARTIE

Rappel.

95 % des personnes hospitalisées avec la COVID-19 sont porteurs de comorbidités.

Le SARS-CoV-2, à l’origine de la COVID-19, est apparu il y a plus de 18 mois. Il a officiellement fait à ce jour (début septembre 2021) plus de 4,5 millions de victimes parmi les quelques 7 milliards d’humains que nous sommes, soit 0,064% de mortalité sur l’ensemble de la planète ( https://www.worldometers.info/coronavirus/ ).

Bien entendu, l’âge reste un facteur déterminant dans le risque de mortalité associée à la COVID-19. Cependant, il est clair que le nombre de comorbidités observées augmente avec l’âge. Il est clair également que certaines de ces comorbidités sont le résultat de mauvaises habitudes de vie, telles la sédentarité, une alimentation trop riche en gras et sucres, un niveau de stress trop important, etc.

Les personnes sans comorbidités sont donc très minoritaires parmi les malades de la COVID-19, et même fortement infectées par le virus, ces personnes survivent pratiquement toutes.

Conclusion Le message est donc particulièrement clair : on meurt 100 fois moins de la COVID- 19 seule que de la COVID-19 associée à une ou plusieurs comorbidités. C’est pourquoi, plus qu’une pandémie, cette maladie est considérée comme une syndémie : elle n’existe très majoritairement que chez les personnes préalablement porteuses de comorbidités (hypertension, diabète, obésité...). Bon nombre de ces comorbidités sont malheureusement le résultat d’une mauvaise hygiène de vie.

https://wiki.reinfocovid.fr/_media/newsletters/newsletter_du_15_septembre_2021/comprendre_2_-_risque_vs_comorbidite.pdf?_se=amN0YXJkaWV1QG91dGxvb2suZnI%3D


Ghetto de Varsovie, suite.

Un cadre de Pfizer affirme qu’Israël est un laboratoire pour les vaccins anti-Covid - lemediaen442.fr 13 septembre 2021

« Au début de la pandémie, nous avons établi une relation avec le ministère israélien de la Santé, qui a utilisé exclusivement le vaccin Pfizer et l’a suivi de très près, de sorte que nous disposions d’une sorte de laboratoire où nous pouvions observer les effets (du vaccin). »

Ceci est la déclaration de Philip Dormitzer, directeur scientifique de Pfizer, dont la vidéo a été diffusée vendredi sur Channel 12, comme le rapporte i24news. Evidemment la société pharmaceutique essaie tant bien que mal d’arrondir les angles, afin de ne pas éveiller les soupçons. Pourtant, le premier à avoir lâché la bombe, n’est autre que Albert Bourla, directeur général de Pfizer, lors d’une interview sur NBC :

« Je crois que Israël est devenu le laboratoire du monde en ce moment parce qu’ils n’utilisent que notre vaccin dans cet État et qu’ils ont vacciné une très grande partie de leur population, de sorte que nous pouvons étudier à la fois les indices économiques et sanitaires. »

Comprenez bien que tout ce qui arrive en Occident est d’abord testé en Israël, que ce soit les vaccins, le port du masque, le pass sanitaire, le bracelet électronique, le confinement, les infirmières non-vaccinées virées… Les élites n’auront aucun regret à sacrifier la base — le peuple — pour servir leurs propres intérêts. Conclusion : si Israël est un laboratoire, les Israéliens sont des cobayes. Nous attendons évidemment que les organisations comme le CRIF condamnent les propos du directeur général de Pfizer, Albert Bourla, ainsi que du directeur scientifique, Philip Dormitzer, afin que le petit peuple israélien ne soit pas considéré comme cobaye pour ces nouveaux milliardaires ! lemediaen442.fr 13 septembre 2021


Euthanasie imposée.

Euthanasie aux Antilles : « Des collègues en burn out m’ont appelée pour me dire : “Sonia, j’ai tué des gens.” » - lemediaen442.fr 16 septembre 2021

Saya Soumiah : « Au mois d’août, quand la crise est arrivée, on ne pouvait plus soigner les gens à domicile. Il a fallu les orienter vers le CHU parce qu’on manquait de concentrateur d’oxygène et d’ivermectine en ville. La prise en charge précoce, c’est primordial dans cette maladie. » En métropole pas de rupture de stock d’ivermectine, selon le président de l’Ordre des pharmaciens PACA. Délai d’acheminement par La Poste : 48 heures… Ceux qui affirment que la rupture de stock aux Antilles est voulue par l’État ne sont que d’affreux complotistes.

Hypnovel + morphine = Rivotril

La Guadeloupe manque d’ivermectine, mais pas d’Hypnovel, (midazolam) ! C’est l’équivalent du Rivotril (clonazepam). Les hôpitaux ont reçu des recommandations pour l’utiliser. Un petit peu de morphine en plus et les personnes âgées atteintes de covid ne souffriront plus… jamais. Saya Soumiah, infirmière, a proposé de travailler en renfort à l’hôpital. Refus clair et net : la direction préfère faire venir du personnel de métropole. Pour éviter toute embauche ? Sans doute, mais surtout pour appliquer le protocole recommandé : l’Hypnovel avec la morphine, ce que le personnel local n’aurait peut-être pas fait, quoique…. « Des collègues en burn out m’ont appelée pour me dire : “Sonia, j’ai tué des gens.” » Problème des retraites : résolu. Problème du manque de lits d’hospitalisation : résolu.

La mention « vacciné » a disparu des dossiers des personnes décédées

Saya Soumiah : « On a tous des comorbidités. Vous prenez une vaccination. Vous décédez. Ce n’est pas les comorbidités qui font mourir… Il y a beaucoup d’arrêts cardiaques. Les pompiers ne comprennent pas. Quand je leur demande si les gens sont vaccinés, ils me disent oui. Début août, avant le début de la quatrième vague, on a gommé dans les dossiers de soin le fait que les patients soient vaccinés ou non. On nous a expliqué que les assurances ne prendraient plus en charge les patients qui auraient eu des effets secondaires suite à la vaccination. »

L’euthanasie : en Martinique aussi…

Des médecins ont contacté France Antilles Martinique pour dénoncer des « pratiques » qu’ils jugent intolérables. Ils s’alarment tout particulièrement d’un mail qui leur a été adressé par l’Ordre des médecins concernant un protocole de soins palliatifs pour les patients Covid à domicile, un protocole qui revient, selon eux, à « euthanasier les gens ».

Ils sont une dizaine et ne souhaitent pas que soient divulgués leurs noms. « Nous sommes malheureusement obligés d’alerter de façon anonyme car le système nous musèle. Nous n’avons pas le droit de nous exprimer sous peine d’être radiés… »Ils déplorent, en premier lieu, l’absence de prise en charge efficace de la grande majorité des patients atteints de Covid-19.

Pourquoi le Conseil de l’Ordre des médecins (COM) ne propose-t-il aucun protocole pour soigner les malades du Covid ? La seule pratique en cours consiste à prescrire du Doliprane aux malades puis à les renvoyer chez eux. Au mieux ils guérissent seuls. Au pire : leur état de santé se dégrade et ils vont remplir les lits de la Meynard. Des traitements qui ont prouvé leur efficacité existent : l’Ivermectine notamment, alors pourquoi ne pas les utiliser ?

Les Antilles sont loin de la métropole. Ces cris de détresse parviennent, de façon individuelle, étouffés par la peur. N’oublions pas qu’il s’agit de tester ce qui va bientôt débarquer en métropole. Une proposition de loi instaurant la vaccination universelle obligatoire contre le covid-19 sera débattue en séance publique au sénat mercredi 13 octobre, annonce le sénateur Bernard Jomier, en remerciant ses collègues du groupe socialiste, écologiste et républicains pour leur engagement courageux en faveur de la vaccination. lemediaen442.fr 16 septembre 2021


Un autre objectif atteint.

Coup de frein historique sur les dépenses de santé en 2020 - francesoir.fr 14 septembre 2021

Les dépenses de santé ont atteint 209,2 milliards d'euros l'an dernier, en hausse de 0,4%, soit "la plus faible progression jamais observée", à cause des effets très contrastés du Covid, selon un rapport de la Drees publié mercredi.

Du jamais-vu. En tout cas pas "depuis 1950, première année disponible des comptes de la santé", souligne le service statistique des ministères sociaux.

Malgré les milliards déversés pour endiguer l'épidémie, la France a dépensé à peine plus pour se soigner l'an dernier qu'en 2019. Un paradoxe lié au coup d'arrêt brutal du premier confinement, au printemps 2020.

La "consommation de soins" a diminué en conséquence chez les dentistes (-8,9%), les médecins (-5%), mais aussi pour les transports sanitaires (-9,4%) et les auxiliaires médicaux (-11,9%), à l'exception notable des infirmières (+7,2%) "peu affectées par les mesures de restrictions sanitaires".

A l'inverse, la baisse d'activité des hôpitaux n'a pas empêché une "accélération" des dépenses dans ce secteur (+3,7%), portée par les "surcoûts" dus au Covid et surtout par les primes, heures supplémentaires et hausses de salaires dans les établissements publics.

Les laboratoires d'analyses biologiques ont eux vu leurs dépenses bondir (+37,4%) en raison du dépistage massif par tests PCR mis en oeuvre à partir de l'été 2020.

Ces coûts imprévus ont été entièrement pris en charge par la Sécurité sociale, qui a financé 79,8% des dépenses de santé l'an dernier, soit presque 2 points de plus qu'en 2019.

Les complémentaires santé ont au contraire moins déboursé en raison de l'atrophie générale des "soins de ville", et leur part a reculé d'un point, à 12,3%.

Le "reste à charge" acquitté par les ménages s'est également réduit, à 6,5%, soit tout de même 13,6 milliards d'euros. Un reflux que la Drees attribue en partie à la réforme "100% Santé", dont les premiers effets se sont fait sentir sur les soins dentaires. AFP 14 septembre 2021


Chantage.Le vaccin ou le chômage.

Emploi. L’Autriche coupe les allocations des chômeurs non vaccinés - courrierinternational.com 17 septembre 2021

Le ministre du Travail autrichien a décidé de “bloquer les allocations de chômage pour les demandeurs d’emploi qui ne postulent pas à un emploi lorsqu’une vaccination [contre le Covid-19] est requise ou qui n’acceptent pas un travail qui leur est proposé uniquement pour cette raison”, rapporte Der Standard. Le quotidien autrichien a en effet pris connaissance d’un courrier adressé le 25 août par le ministre conservateur Martin Kocher à l’Arbeitsmarktservice (AMS), l’agence autrichienne pour l’emploi. courrierinternational.com 17 septembre 2021


Résistance à la tyrannie.

Marie-Estelle Dupont : « Qu’on foute la paix aux ados et aux enfants, qu’on leur enlève le masque » - lemediaen442.fr 16 septembre 2021

La psychologue clinicienne Marie-Estelle Dupont pousse un coup de gueule lors de l’émission l’Heure des Pros sur Cnews.

« Qu’on foute la paix aux ados et aux enfants, qu’on leur enlève le masque. L’année dernière, en septembre, j’ai fait hospitaliser six fois plus d’adolescents que les autres années. » lemediaen442.fr 16 septembre 2021

Un médecin vosgien non vacciné suspendu le 15 septembre : ses patients se mobilisent - lemediaen442.fr 14 septembre 2021

Vosges-Matin (appartient au Crédit mutuel) compte « une petite centaine à avoir fait le déplacement ce samedi sur la place de la mairie » de Charmois-l’Orgueilleux sur les 270 qui ont signé la pétition en ligne contre son départ forcé. Rappel instructif : le Crédit Mutuel a été accusé d’évasion fiscale (vidéo non disponible sur YouTube) et avoue sans complexe arroser les députés.

Quittons ces ripoux pour FranceBleu : « Près de 200 personnes se sont rassemblées ce samedi à Charmois-l’Orgueilleux, petit village à l’ouest d’Epinal dans les Vosges, contre la future suspension du seul médecin de la commune qui refuse de se faire vacciner contre le coronavirus. »

Les Vosges : un désert médical

Charmois-l’Orgueilleux (592 habitants) est un quasi désert médical :

– 1 médecin généraliste. Le nombre de consultations par an et par habitant) est de 2,101.

– 0 pharmacie dans la commune. Il faut 16 minutes pour se rendre à la pharmacie la plus proche en voiture, à Xertigny.

– Le service d’urgences le plus proche est à 25 minutes en voiture, au centre hospitalier de Golbey près d’Epinal. Le Samu des Vosges ne reçoit pourtant pas toute la considération qu’il mérite.

Pages jaunes au mois d’août : « On appelle pour des douleurs thoracique avec gêne respiratoire et l’on vous dit c’est pas Covid merci au revoir, au bout d’un mois le temps d’avoir le rendez-vous avec le cardiologue, verdict des examens infarctus datant d’un mois avec des séquelles, mieux vaut appeler les pompiers si l’on veut vraiment rester en vie. »

Pages jaunes en mai : « Hier suspicion d’AVC pour mon père âgé de 86 ans, j’ai eu droit à deux touristes déguisés en ambulanciers qui sont arrivés 30 minutes plus tard… »

Covid : net recul dans les Vosges

Les chiffres officiels du covid dans les Vosges font froid dans le dos : nouvelles entrées en soins critiques au 13 septembre : zéro ; décès à l’hôpital : zéro ; taux d’occupation des lits : 21,1 %.

Les croque-morts comptent 479 décès toutes causes confondues en 2021 sur la commune d’Epinal, âge moyen 78 ans recensé début septembre 2021. Si ça continue comme ça, malgré ce satané, virus, il n’y aura que 719 morts à la fin de l’année. Encore moins de décès que les années précédentes (854 décès en 2020, 713 en 2019, 722 en 2018).

Le projet de réforme « Ma santé 2022 »

Cela vaut-il la peine de transformer un quasi désert médical en vrai désert médical ? Eh bien oui, car cela fait partie d’un vaste programme Buzyn-Macron visant à transformer en profondeur notre système de santé et revoir son fonctionnement de A à Z. Pourtant il est annoncé que l’intérêt principal du projet est de replacer le patient au centre et de lutter contre les « déserts médicaux ». Par quels moyens ?

– Une nouvelle fonction d’assistant médical est créée. Il pourra, entre autres, vérifier l’état vaccinal et les dépistages. Donc pas assez de médecins ? on les remplace par des non médecins et, par la même occasion, on vérifie si les malades sont bien vaccinés contre le covid.

– Deuxième solution : la téléconsultation ! Et comme on ne nous prend pas pour des cons, voici l’explication : « D’ici 2022, l’équivalent de 2 000 médecins en plus ». Tiens c’est justement l’année des élections ? D’autre part, il ne s’agit pas d’ajouter des médecins mais leur « équivalent ». Si on comprend bien, un logiciel remplacera avantageusement les médecins. Bonne nouvelle pour Bill Gates.

En attendant, on peut continuer à détruire le système médical, personnel et patients compris. C’est pour les protéger du virus. Quand les bienfaisants Américains luttent pour la démocratie, les peuples qui voient arriver l’armée US sur leur sol n’arrivent pas à comprendre ça. Nous c’est pareil. On a un gouvernement qui affirme lutter pour notre santé, et on n’arrive toujours pas à le comprendre. On se demande bien pourquoi. lemediaen442.fr 14 septembre 2021

À l’hôpital de Chinon : 100 agents ne sont pas vaccinés - lemediaen442.fr 14 septembre 2021

À partir du 15 septembre, les agents hospitaliers, soignants et non soignants, devront être vaccinés contre le covid-19 pour travailler. « En début de semaine (dernière), nous avions près de 90 % du personnel, toutes catégories confondues, qui étaient vaccinés, soit plus de 1 000 agents sur les 1 100 professionnels », expliquait vendredi Marie-Bénédicte Lebatard, directrice de la communication du centre hospitalier du Chinonais.

À partir du 15 septembre, tout agent non vacciné sera suspendu, sans salaire. Toutefois, un délai d’un mois supplémentaire sera laissé au personnel en attente de la deuxième dose. Mais ils devront présenter un test négatif de moins de 72 heures pour travailler. « À partir du 16 octobre, comme le prévoit la loi, la direction suspendra sans salaire tout agent jusqu’à l’obtention d’un schéma vaccinal. » lemediaen442.fr 14 septembre 2021

LVOG - Les populistes font leur chou gras des 10% ou comment ils vous manipulent. Moi je considère que le plus significatif et terrifiant ce sont les 90%. Et ils ne peuvent pas dire qu'ils ne savaient pas. 90% prêts à partir à l'abattoir : Vive la guerre !

En complément.

D'après Santé publique France (SpF), qui se base sur des échantillons de l'Assurance maladie, au 12 septembre 89,3% des soignants avaient reçu au moins une dose dans les structures accueillant des personnes âgées dépendantes (Ehpad, USLD).

"Il y aura peut-être 1% à 2% de suspensions", estime pourtant Florence Arnaiz-Maumé, secrétaire générale du Synerpa, qui représente les Ehpad privés. Rapporté aux "300.000 à 350.000 salariés" du secteur, "on peut s'attendre à environ 3.000 contrats de travail suspendus dans les prochains jours", prédit-elle.

Dans les établissements de santé, où SpF dénombrait 88% de primo-vaccinés au 7 septembre, "on sait qu'on sera quelque part entre 1% et 2% de personnes pas du tout vaccinées", pronostique le directeur de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch.

Sur un million d'agents des hôpitaux publics, "on trouvera évidemment quelques centaines ou quelques milliers de réfractaires", commente le président de la Fédération hospitalière de France (FHF), Frédéric Valletoux, persuadé que "certains vont instrumentaliser des cas particuliers pour faire croire qu'ils sont des bataillons entiers". francesoir.fr 15 septembre 2021

Résistance en Italie.

Italie : le pass sanitaire obligatoire pour aller travailler à partir du 15 octobre - Euronews 17 septembre 2021

Faute de pass sanitaire, les salariés du privé encourent une amende, et ceux du public risquent une suspension de contrat après cinq oublis. Euronews 17 septembre 2021

Les universités italiennes en ébullition contre le “Green Pass” et la vaccination obligatoire - francesoir.fr 14 septembre 2021

Scientifiques et universitaires disent non au Green Pass

Face à l'imposition par le recteur de l'Université de Padoue du "Green Pass" - équivalent du passe sanitaire en France, le professeur Andrea Camperio Ciani a remis son “pass” au recteur, démissionné de ses cours et exige d'être formellement radié de la chaire de psychologie évolutionnaire dont il est titulaire ; il déclare également qu'il accepte de ne plus être rémunéré. Le Pr Camperio Ciani a écrit une lettre ouverte au recteur et aux ministres de la Santé et de l'Éducation, datée du 25 août 2021 et dont nous citons un extrait ici.

“Je chérissais l'illusion que l'université avait appris les principes de liberté et de démocratie – tel n'est pas le cas”

“J'ai l'honneur d'être l'arrière-petit-fils de Costanzo Zenoni, qui renonça à la chaire d'anatomie à l'Université de Milan pour ne pas avoir à prendre la carte du parti fasciste. Mes ancêtres étaient des patriotes, des héros et des penseurs, et m'ont transmis l'idéal de l'université comme foyer de liberté et de démocratie. Je vois que ce n'est pas du tout le cas et j'en assume la pleine responsabilité (...). Au nom de la liberté, pour tous les anti-vax dont je ne partage pourtant pas les idées (…) je considère que les discriminer est un acte liberticide et obscurantiste.”

Lettre ouverte des professeurs Pacini et Trabuco (extraits)

"Par le passé, il est déjà arrivé qu'au nom d'une idéologie, soient adoptées des méthodes discriminatoires (…) qui ont divisé la population en restreignant, jusqu'à l'emploi de la violence, les libertés fondamentales de certains (…). À ces sombres époques, ce furent des enseignants universitaires qui se sont rébélés, au prix de perdre leur travail et d'être ostracisés par un système académique sous la coupe du pouvoir politique du moment. Nous sommes disposés à retrouver leur courage et à nous opposer fermement au Green Pass et à tout ce qu'il entraîne. L'université est censée être un lieu (…) de liberté, de confrontation et d'épanouissement, plutôt qu'un endroit où l'on endoctrine les esprits… Pendant de longues années, nous avons parlé dans les amphithéâtres de démocratie, de résistance et de politique, pour devenir désormais complices de tout ce qui s'y oppose frontalement ? L’imposition de ce laisser-passer vert marque l'un des pires moments de l'histoire italienne. En tant que professeurs nous sommes les gardiens avant tout de connaissances qui sont le chemin de la liberté. Nous la défendrons, ainsi que le droit à l'éducation (…) et à la réalisation d'un monde meilleur.”

Par ailleurs, un appel des enseignants a été rédigé par les professeurs d'université Guido Cappelli, Giuseppe Germano et Antonietta Iacono : “Le Green Pass est un laisser-passer vers la discrimination”. Il a depuis été signé par de nombreux universitaires. En voici quelques extraits :

“De plus en plus de citoyens assistent dans l'angoisse et la stupéfaction à une dérive autoritaire et transhumaniste à un niveau national et global… faisant fi des lois et des Constitutions qui ont coûté aux générations précédentes tant de luttes et de sacrifices, voire la vie… une agressivité du pouvoir jamais vue même par rapport aux périodes les plus obscures de notre histoire, une violence persuasive, des appareils de propagande sans scrupule et ne connaissant aucune limite, le tout saturé d'une mentalité va-t-en-guerre : tout cela annonce un genre de mutation génétique de la classe dirigeante et de leurs rapports à la population."

“Les relations humaines ont été stérilisées et reconstruites de haut en bas par des règles de distanciation censées devenir permenentes, dictées par un pouvoir sourd et par une nuée de prétendus experts chargés de réécrire les relations interpersonnelles… Ceci a mis en branle un processus d'annihilation de l'auto-détermination pour lequel on ne connaît aucun précédent historique."

“Nous sommes des intellectuels intervenant dans les sciences humaines et sociales. Nous appelons à une prise de conscience collective qui se transforme en action rationnelle, pacifique mais énergique, afin de confronter un défi qui, autrement, serait susceptible de transformer notre société en dystopie inamovible.”

En plus des professeurs, scientifiques et étudiants se sont aussi joints à cette forme de résistance. Alors que le recteur de l'Université de Padoue Rizzuto avait exhorté les étudiants à se faire vacciner par courriel en juillet, le Dr Sara Collauto a rédigé une lettre de 18 pages dans laquelle elle s'est attachée à démonter un à un les arguments de l'intéressé. Quelques lignes de cette dernière :

“Pour ma part, je peine à comprendre votre décision de ne pas justifier d'un point de vue scientifique vos affirmations, geste que je considère fort osé dans un milieu universitaire où l'étude et l'analyse des données objectives devraient constituer l'essence même d'un discours rationnel, lucide, à la recherche de la vérité et dépourvu de toute influence externe. Si cela n'est pas le cas à l'université, où, alors, le trouvera-t-on ? Quel espoir de progrès existerait-il alors pour la science, la culture, ou la politique ?"

De leur côté, des étudiants de l'Université de Bergamo ont rédigé leur propre lettre début septembre, l'adressant au Sénat académique, aux chercheurs et à tout le corps enseignant. En voici un court extrait :

“Dans un contexte de chaos planifié des normes et des statistiques, où ne subsiste que très peu de vérifiable et observable et où ceux qui dictent les lois sont souvent les scientifiques les plus autoritaires - mais qui font moins autorité – il nous semble que l'université se trouve à un tournant. Il se peut que nous soyons devant la possibilité terrible de la régression par rapport aux principes modernes de la méthode scientifique expérimentale, avec le retour à l'opacité (…) du principe d'autorité, sclérosé dans la pierre d'une Science que nul n'a droit de contester. Il serait plus exact et sans doute plus sain, de prendre la voie de la liberté plutôt que celle de la peur et du contrôle… Il se pourrait bien que (...) nous, les destinataires et les auteurs de cette lettre, soyons les bâtisseurs de l'avenir. À partir d'aujourd'hui, chacun d'entre nous, individuellement, en portera la responsabilité.” francesoir.fr 14 septembre 2021


On les éliminera comme cela, avec leur consentement, ni vu ni connu pas pris...

Aux États-Unis, le nombre d'obèses en forte augmentation - AFP/LePoint.fr 16 septembre 2021

Dans 16 États américains, au moins 35 % des habitants sont obèses. Un chiffre en augmentation par rapport aux années précédentes, avec d'importantes disparités raciales, selon de nouvelles données des autorités sanitaires publiées ce mercredi 15 septembre.

Les États concernés sont principalement situés dans le sud et le Midwest, région du centre du pays. En 2018, ils n'étaient que neuf sur les 50 que comptent les États-Unis, et 12 l'année suivante, selon les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC).

L'obésité augmente notamment le risque de maladies cardiaques, d'accidents vasculaires cérébraux, de diabète de type 2 ou de certains cancers. Dans cette étude, elle est définie comme correspondant à un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 30. Il multiplie aussi par trois le risque d'hospitalisation lié au Covid-19.

Sept États voyaient une forte prévalence de l'obésité chez les personnes blanches, 22 chez les citoyens d'origine hispanique et 35 (en plus de la capitale Washington) chez les habitants noirs. Les données montrent aussi une corrélation avec le niveau d'éducation. Les adultes n'ayant pas de diplôme de l'enseignement secondaire ou équivalent ont le plus fort taux d'obésité (38,8 %) tandis que les diplômés de l'enseignement supérieur ont le plus faible (25 %). AFP/LePoint.fr 16 septembre 2021




TROISIEME PARTIE

Mes commentaires dans le blog du Dr. Maudrux.

@ à rotillon

J'ai dégoté un article récent qui abonde dans le sens de votre commentaire.

Yogi Adityanath est le Chief Minister de l'Uttar Pradesh. Il est à la fois proche du RSS et du VHI, des organisations hindouistes nationalistes d'extrême droite (RSS - paramilitaire), alliés du parti du Premier ministre Modi dont Adityanath fait partie, le BJP, l'aile politique des deux partis cités, un parti conservateur nationaliste et prônant la suprématie de l'hindouisme. Il lui est arrivé de s'opposer à la direction du BJP et de présenter des candidats contre ceux du BJP...

Il a acquis un certain pouvoir (et de nuisance) qui va bien au-delà de son propre parti, au point que le New York Times (la voix de l'Etat profond) le verrait bien remplacer Modi en 2024, et India Today's déclara en août 2020 qu'il était le meilleur Chief Minister de toute Inde.

En attendant, il doit manœuvrer entre les extrémistes du RSS et du VHI qui regrettent que le BJP ait dilué l'Hindutvat pour pouvoir gouverner, une idéologie profondément anti-communiste, anti-musulman et anti-chrétien, sioniste version extrême droite, et le Parti du Congrès et d'autres partis de l'opposition. Par exemple, il a adopté des mesures pour "accroître l'accessibilité des mesures contraceptives émises dans le cadre du programme de planification familiale et à fournir un système adéquat d'avortement sans risque". (https://www.firstpost.com/india/yogi-adityanath-unveils-ups-new-population-policy-from-provisions-to-implementation-of-measures-what-you-need-to-know-9796721.html). II a fait voter une multitude de mesures favorisant le contrôle des naissances ou la limitation des naissances à deux enfants.

Il dirige l'Utttar Pradesh depuis le 19 mars 2017, et j'ignore s'il tient toujours le même discours qu'en 2014-2015, quand il appelait à convertir au cours de mariages 100 femmes musulmanes pour une femme hindou convertie à l'islam, ou à tuer 100 musulmans pour un hindou tué par un musulman, un communautarisme fanatique... Voilà en gros pour la présentation, j'ai laissé de côté l'aspect économique et social pour ne pas être trop long. (Infos glanées dans Wikipédia)

Il faut quand même signaler, qu'en face aussi ce sont des fanatiques enragés sur la covid-19, le Parti du Congrès notamment étant sur la même ligne que Biden, Gates, Macron et Cie. : pas de traitement hormis les vaccins.

Une fois campé brièvement le décor politique, revenons à l'ivermectine.

'Well done to Indian State of UP and its Chief Minister Yogi Adityanath for their effective management in crushing the wave,' the Australian MP said - livemint.com 14 Jul 2021

https://www.livemint.com/news/india/covid19-australian-mp-praises-uttar-pradesh-cm-yogi-adityanath-for-pandemic-management-11626237363171.html

Extrait (DeepL.com/Translator) - Le député australien Craig Kelly a félicité le ministre en chef de l'Uttar Pradesh, Yogi Adityanath, pour avoir géré efficacement l'épidémie de Covid-19 dans l'État.

Dans un tweet, Kelly a demandé l'aide du CM Adityanath pour surmonter la crise du médicament Ivermectin en Australie. (...)

Reconnaissant ces efforts, Craig Kelly a salué les mesures préventives prises par Yogi Adityanath et a souhaité que des efforts similaires soient faits en Australie.

Kelly a écrit : "L'État indien d'Uttar Pradesh. Y a-t-il une chance qu'ils puissent nous prêter leur ministre en chef Yogi Adityanath pour qu'il distribue l'Ivermectin afin de régler le problème que nos Premiers ministres d'État désespérément incompétents ont créé ?

De plus, le député australien a déclaré : "Il est formidable que l'Uttar Pradesh ait introduit l'ivermectine comme mesure préventive pour les travailleurs de la santé, les patients et les personnes exposées à des personnes infectées. livemint.com 11 juillet 2021

Cet argument ajouté à vos précisions est en béton. Selon le statut de la personne qui l'accueille et le rejette, vous avez le droit de la traiter de con ou de mal intentionnée, de nuisible à la population, car il arrive un moment où le déni peut représenter une menace mortelle, il ne faut pas le sous-estimer ou l'oublier.


@ à sipo

Que me vaut cette agressivité gratuite, mon analyse de la situation ou mon orientation politique ? Soit. Je vais vous répondre calmement.

Le diagnostic : Perte du goût et de l'odorat en plus des signes cliniques classiques des infections virales respiratoires. Et je n'ai prétendu nulle part que j'étais médecin. Apparemment, inutile de l'être pour sauver des vies...

Vous auriez voulu me faire passer pour un abruti, que vous ne vous y seriez pas pris autrement, franchement vous n'auriez pas dû.

- La cause, leur cause, leur projet...

Tout faux ! Vous confondez cause et conséquence, et c'est facile d'expliquer pourquoi.

En réalité, c'est la crise économique ou la crise du capitalisme qui a débouché sur une crise politique au niveau planétaire, d'où le lancement de cette opération programmée de longue date par le sommet de l'oligarchie financière. Pratiquement aucun gouvernement dans le monde ne peut se prévaloir d'une quelconque légitimité, la plupart sont minoritaires, et jamais la dette mondiale n'a atteint un tel sommet avec des perspectives sombres ou désastreuses à l'horizon...

Bien entendu, presque personne ne veut en convenir, afin d'éviter d'arriver à la conclusion que le capitalisme a fait son temps et doit céder la place à un régime économique supérieur... Bref, il aurait encore de beaux jours devant lui et il faudrait s'en réjouir.

L'ignorance ou le déni de ce constat ou encore le refus d'en tenir compte quand on en a connaissance, sont les trois types de comportements que l'on peut observer. Ils se caractérisent, soit par un conditionnement idéologique chez les classes inférieures, soit par le refus d'affronter le capitalisme ou de rompre avec lui et ses institutions dans le cas des classes moyennes ou supérieures corrompues et qui adhèrent idéologiquement au régime en vigueur.

Si les classes inférieures sont trop ignorantes pour en avoir conscience, ce n'est pas le cas des autres classes qui ont une activité intellectuelle plus intense. Les classes moyennes tiraillées entre les contradictions du régime qu'elles doivent prendre en charge, et celles qu'elles dénoncent parce qu'elles nuisent à leurs intérêts, sont empêtrées dans une confusion inextricable ou bien pire encore, qui par conséquent se traduit par l'absence de toute issue politique.

Comme chaque fois, je n'ai absolument aucune illusion sur l'accueil qui sera réservé à cette analyse. Je ne fais pas de propagande, les faits parlent d'eux-mêmes, il suffit de s'y tenir ou de les nier, c'est selon.


Un complément au commentaire précédent.

Quand vous rencontrez un Indien, il vous demande votre prénom, votre âge, votre profession, votre revenu, de quel pays vous êtes originaire, où vous habitez, depuis combien de temps vous vivez en Inde, si vous êtes marié, si vous avez des enfants, leurs âges, etc. ils veulent tout savoir sur votre famille, celle de votre épouse, bref, même que les renseignement généraux en savent moins que lui, et c'est chaque fois pareil. Avant je me prêtais plus ou moins au jeu, maintenant je dis stop presque immédiatement en leur demandant s'ils ne seraient pas de la police, ils rigolent et laissent tomber. J'y ai eu le droit chez tous les commerçants où j'ai l'habitude d'aller faire mes courses.

Il m'est arrivé plusieurs fois de demander leur salaire à des employés quand j'évoquais dans mon portail la situation sociale en Inde, je n'ai jamais essuyé de refus, ici c'est normal de tout déballer.

Dans ma causerie du 8 octobre 2010, j'avais relaté ceci :

Lu cette inscription en anglais et en tamoul repeinte régulièrement depuis des lustres sur la façade du commissariat de police de Bussy street à Pondichéry, une des plus grandes artères de la ville : il y a un citoyen sous chaque uniforme et il y a un policier dans chaque citoyen.

La surpopulation est une réalité, la promiscuité est omniprésente, les Indiens vivent dehors aussi, ils n'ont pas un coin à eux, la notion d'intimité n'existe pas, la seule dont il dispose de nos jours, ils la réservent à leur smartphone, c'est bien triste, ils sont très malheureux en fait, moi je ne pourrais pas, j'ai connu autre chose.

C'est la raison pour laquelle, quand je lis un article sur ce qui se passe dans un pays, je fais attention de ne pas me livrer à des conclusions hâtives. J'ai envie de dire qu'en dehors des pays où j'ai vécu et ceux que je connais assez bien, je ne connais pas suffisamment les autres pour porter une appréciation sur ce qu'y s'y passe, et je n'ai pas davantage confiance dans les médias locaux, il faut tout vérifier et recouper avant de se faire une idée disons éclairée.


@ à duchmol

- cela ne sert à rien à perdre son temps avec M. Ghémard.

Vous êtes méchant et injuste, et je vais tenter de vous expliquer pourquoi.

Je crois que M. Ghémard est un vieux monsieur, j'ai 66 ans aujourd'hui et il doit être plus âgé que moi, donc je comprends son désarroi, cela me fait plutôt de la peine qu'il en soit là et qu'on le traite ainsi.

Il m'est parfois arrivé de manquer d'à-propos ou d'être injuste et je le regrette, personne n'est parfait, mais tout le monde est perfectible ou peut s'améliorer, c'est rassurant. J'ai le même réflexe avec les jeunes qui ont très peu d'expériences et de connaissances. Il faut apprendre à se contrôler et à prendre ses distances avec ce que l'on vit et ce qu'on entend.

Il y a une distinction à faire entre flatter ou ménager l'ignorance ou certains comportements nuisibles ou encore qui peuvent nous choquer, pire les encourager ou les imiter, et en tenir compte pour en quelque sorte les renvoyer à leur expéditeur ou les placer face à eux-mêmes ou leurs contradictions pour que cela les fasse réfléchir. La plupart du temps on ignore tout de leur histoire ou de leur vie, il est donc recommandé de ne pas porter de jugement sur eux et encore moins de les condamner.

Quand on est jeune ou entre deux âges, on ignore ce qui se passe dans la tête d'un vieux, et quand on est vieux, on a tendance à oublier ce qui se passait dans la tête d'un jeune, bref, au lieu d'écouter ce que nous dit une personne, on interprète à notre manière ce qu'elle nous dit.

La plupart des rapports humains reposent sur ce comportement qui se solde par bien des méprises ou un mépris inutile pour tout le monde. Sans tomber dans la moralisation qui est exécrable et injuste, car basée sur la culpabilisation, on peut très bien regarder la réalité en face, quand bien même elle est très dure ou cruelle.

C'est la même chose qui se produit, quand on prend connaissance d'un évènement par l’intermédiaire des médias. Au lieu de s'en tenir aux faits, on accorde d'avantage d'attention à l'interprétation qu'en font les journalistes ou d'autres intervenants, c'est ce qu'on va retenir au lieu de réfléchir librement ou par soi-même.

C'est comme cela qu'on en arrive à des situations incroyables, où 80 à 90% des gens croient une version falsifiés des faits totalement invraisemblables, grotesques, voyez le 11/9, les aléas du climat, la Covid, c'est complètement dingue, cela relève du désordre mental, c'est très grave. Ensuite, on ne s'étonne plus de rien...


C'est étrange, personne pour commenter la dernière vidéo du plus grand médecin, professeur, chercheur, scientifique mondial, et pourtant il y avait largement de quoi réagir. Y aurait-il des sujets tabous ? Pourquoi ? Parce qu'ils dévoilent les contradictions, les incohérence et l'inconsistance chez certaines personnes. Nous nous en tiendrons aux faits en lui donnant la parole.

Le Pr. Raoult est content, il revendique le consensus national de l'extrême droite à l'extrême gauche en passant par l'extrême-centre autour de la pandémie fabriquée à partir des tests PCR "systématiques", sans lesquels cette imposture n'aurait pas pu se poursuivre jusqu'à l'imposition de la vaccination et du pass obligatoire.

https://www.youtube.com/watch?v=tAbs9gMaht8

A 28'20 : Je remercie le président Macron quand il est venu à Marseille (...) d'avoir souligné que c'est nous qui avons déclenché les tests systématiques (...) il n'y a pas que des gens de l'extrême gauche ou de l'extrême droite ou du centre et le président qui trouvent qu'on fait bien, je suis content de cette reconnaissance.

L'idiot utile en quelque sorte, et heureux de l'être, il aura cautionné cette monstrueuse machination depuis le début jusqu'au bout, ce qui valait bien "cette reconnaissance", on ne lui fait pas dire !

A 12'57 : On a été le premier centre vaccinal à Marseille, on a fait 12.000 vaccins

A 25'45 : Même si la vaccination est imparfaite (sic!) c'est bien de la faire. (les classes d'âge entre 60 et 69 ans et au-delà)

A 27'05 : Elles devraient être vaccinées. Ça, ça doit devenir un sujet essentiel, c'est pourquoi, il y a des gens dont on sait qu'ils sont très agressifs et qui ne sont pas vaccinées, c'est un vrai cas, c'est un vrai problème, c'est un vrai sujet...

Et il terminait ce matraquage en cautionnant la 3e et la 4e dose pour tous les sujets à risque, très âgés, diabétiques, obèses, etc. bref l'horreur dans toute sa splendeur.

Le titre de sa vidéo était : L'IHU parle toujours ! On a envie d'ajouter hélas !

De toutes évidences, il est recommandé de se méfier des propos tenus ou des positions adoptées par tous ceux qui font aujourd'hui l'éloge de Raoult.

En observant son parcours depuis 18 mois, on s'interrogera sur les réelles motivations qui l'ont conduit à mettre en avant l'hydroxychloroquine.

A ce propos, il faut souligner qu'il n'a jamais insisté sur l'origine de ce recours à l'hydroxychloroquine, son emploi et son efficacité reconnus de longue date contre d'autres coronavirus, dont je crois me souvenir le SARS-COV-1, le MERS, Ebola, la Dengue, etc. et le décret du 12 janvier 2020 classifiant cette molécule parmi les substances vénéneuses.

Il est clair qu'au sommet de l'Etat, au ministère de la Santé, et dans le pays parmi les autorités sanitaires, personne ne l'ignorait, tous en avaient été informés d'une manière ou d'une autre. Il est donc permis partant de là d'affirmer que la plupart des élus ou acteurs politiques connaissaient ces épisodes mentionnées notamment par Raoult ou les autorités sanitaires chinoises ou encore figurant dans les données disponibles sur le site de l'OMS sur les traitements de ces épidémies antérieures.

Si au lieu d'enterrer littéralement ce parallèle il l'avait martelé sans cesse lors de chacune de ses interventions, il est permis de penser que l'intention Macron et son gouvernement de nuire à la population au lieu de se préoccuper de sa santé aurait sauté aux yeux ou elle aurait été clairement été établie et aurait déclenché un énorme scandale d'Etat, sans qu'on puisse après coup établir avec certitude quelles en auraient été les conséquences politiques, et si Macron auraient pu appliquer à la lettre et sans rencontrer d'obstacles majeurs la politique qui lui était dictée depuis le Forum économique mondial.

Personnellement, je l'ai soutenu aussi longtemps que j'ignorais ce qu'il y avait réellement derrière les tests PCR au ct de 35 et plus.

Je m'étais focalisé sur le traitement qu'il proposait en pensant que cela pourrait aider à rassembler les opposants à cette mystification dont il semblait faire partie, j'entends des opposants, en ignorant qu'au même moment ils les précipitaient vers le chaos en faisant la promotion des tests, pour finalement ou au moment crucial s'en désolidariser en prônant la vaccination obligatoire indissociable du pass, auquel il n'a pas osé faire allusion dans cette vidéo.

Ma position a donc évolué uniquement en fonction des éléments portés à ma connaissance, sans que cela n'influe sur mes intentions demeurées intactes, c'est-à-dire, contre tout vaccin et le pass compte tenu qu'il existe des molécules pour soigner cette maladie.


@ à camus, VALETE09, etc.

Dans un commentaire plus bas j'avais écrit : "Quand on remet chaque chose et chaque acteur à sa place, vous ne trouvez pas qu’on y voit déjà un peu plus clair, non ?" Non, apparemment c'est non ! Et les mêmes s'étonnent que la société soit devenue ce qu'elle est, mais regardez-vous !

- Les révoltes de masse de jc tardieu, sont dépassées

JCT - En guise d'argument vous repasserez, c'est nul ! Dites-moi, quels enseignements de la lutte des classes depuis un siècle avez-vous retenus ?

J'évoquais une révolution qui s'attaquerait aux fondements du régime économique, et non une révolte qui les laisserait intacts. Ce sont donc deux choses totalement différentes. Donc déjà on ne parle pas de la même chose ou on n'est pas vraiment sur la même longueur d'onde.

- Ce post veut faire croire aux lecteurs...

JCT - Rien du tout, vous êtes dans la croyance, sortez-en ou tenez-vous en aux faits qu'on vous expose.

J'imagine que si le Réseau Voltaire n'a pas évoqué les autres manifestations, c'est sans doute parce qu'il n'a pas trouvé utile de le faire, voilà tout. Ce sont des gens sérieux qui ont autres choses à faire que parler pour ne rien dire, vous saisissez ? S'il a cru bon d'aborder 2 manifestations, c'est qu'il a estimé qu'il y avait de bonnes raisons de le faire. Qu'est-ce qu'on peut perdre comme temps à devoir tout justifier, c'est inévitable !

Dites-moi, qui connaît le parcours de la girouette Philippot ? Le Réseau Voltaire l'a relativement ménagé en présentant de droite le Front national de Marine Le Pen, qui en réalité était et est resté d'extrême droite avec RN. Il a ménagé ceux qui ont participé à sa manifestation, vous devriez plutôt lui en être gré, vous êtes ingrat. Cela dit, ce n'est pas très flatteur, jamais je n'y participerai contrairement au Réseau Voltaire, à ma connaissance. Chacun son truc, moi je suis d'extrême gauche et je l'assume avec La Voix de l'Opposition de Gauche. J'ai appelé mes lecteurs à descendre dans la rue sans leur donner de consigne, ils sont censés savoir se servir d'une boussole.

- Il s’agit là d’une manipulation éhontée, digne du Monde et de TF1.

RV - La première manifestation entend promouvoir la souveraineté française. La seconde ambitionne de réunir tous les opposants au président Emmanuel Macron.

JCT - Voilà qui est conforme à la réalité et qui aurait dû satisfaire les lecteurs de ce blog, à moins d'être aveuglés par leur propre fanatisme ou rejeter toutes infos dès lors qu'elles s'accompagneraient de quelques vérités qui les dérangent. En fait, vous avez le même comportement que celui que vous dénoncez chez ceux qui pratiquent la censure, bravo !

RV - À n’en pas douter, le mouvement de Jérôme Rodriguez va bientôt dégénérer et emporter avec lui une partie des opposants au président Macron pour le plus grand bénéfice de ce dernier.

JCT - Le Réseau Voltaire fait partie des farouches opposants au président Macron, au cas où vous ne le sauriez pas. J'ai d'ailleurs eu l'occasion de fournir des liens vers les articles qu'il avait publiés sur la machination virale qui le prouvaient. Il vous fait profiter de sa longue expérience et de ses connaissances pour vous mettre en garde contre une instrumentalisation toujours possible, et vous trouvez le moyen d'hurler à la "manipulation éhontée", mais vous êtes tombée sur la tête ou quoi, non mais c'est dingue de lire des trucs pareils, bon, on y est habitué, on est blindé.

Hier après-midi en plongeant le bras dans un grand sac pour le vider, il en est sorti précipitamment un cobra de taille moyenne. J'ignore lequel de nous deux en fut le plus surpris. Le soir en parlant de ces commentaires et en repensant à cette scène en présence de ma compagne, je me suis livré à une métaphore, en lui disant qu'avec des gens comme vous, je me demandais si cela vaudrait la peine de les informer du risque qu'ils courraient quitte à ce qu'ils risquent leur vie, puisqu'ils ne m'écouteraient pas, parce qu'il arrive un moment où on en a marre de devoir répondre à toutes ces accusations malsaines ou stupides.

- Pas vu de #Black Lives Matter dans aucune manifestation parisienne

JCT - C'est la preuve que vous ne faites pas attention à ce que vous lisez.

On vous a parlé du "logo déposé de Black Lives Matter", vous savez ce que cela veut dire un logo, pas n'importe lequel, partagé déjà par un certain nombre d'organisations. On ne vous a jamais dit que Black Lives Matter participait à ces manifestations, c'est une invention de votre part.

C'est révélateur d'un certain état d'esprit et d'un parti pris inavouable dans ces temps très troublés. Je crois qu'en réalité vous ne comprenez pas grand-chose à la situation, j'en suis même intimement convaincu au regard de cet épisode. Bon, c'est comme cela et on doit faire avec.


@ à ZOLA

La réaction est passée à l'offensive sur tous les fronts. Que voulez-vous, c'est normal, on est en guerre, et sous un régime tyrannique, toute opposition doit être muselée ou bannie ou pire encore !

Ceci dit, cela ne doit pas empêcher de distinguer les motivations qui animent les différentes oppositions. Entre celles ayant un contenu social, progressiste, démocratique, humaniste, et celles qui sont uniquement frustrées de ne pas être à la place de ceux qui nous gouvernent pour en tirer profit, et qui appliqueraient également une politique antisociale et liberticide en recourant à des méthodes similaires ou pire encore contre le peuple. Il semblerait que beaucoup de gens manquent de discernement dans ce domaine ou sont en proie à une grande confusion, qui s'explique très bien par ailleurs, sans pour autant en être forcément responsables. Quelques éléments qui permettent de comprendre pourquoi.

Social-fascisme assumé. Faites tomber les masques de l'imposture.

- « Le courage politique constituerait à dire à tous les Français qu’ils doivent obligatoirement se faire vacciner quel que soit leur environnement professionnel », a plaidé la sénatrice socialiste des Landes, Monique Lubin, lors des questions d’actualité au gouvernement. Publicsenat.fr 13 septembre 2021

Le 31 août 2021, le NPA (la caricature grotesque de l'extrême gauche) n'était pas en reste, on croirait entendre Castex :

- C’est bien d’une vaste campagne d’accès universel à la vaccination dont nous aurions besoin, seule possibilité effective pour réduire les risques toujours mortels pour les plus fragiles. Ce n’est pas une question de choix individuel mais de protection collective. Et c’est bien parce que ce gouvernement veut contraindre à défaut de convaincre que nous nous opposons au pass sanitaire, tout en défendant le principe de la vaccination la plus large... (Et je ne vous dis pas le sort ignoble réservé à ses opposants - JCT) à l’opposé de tous les discours « anti-vax », complotistes ou d’extrême-droite...

On pourrait aussi s'interroger en posant une question stupide : Pourquoi les syndicats n'ont-ils pas appelé à la grève générale à partir du 15 septembre 2021 jusqu'à l'abrogation de la vaccination et du passe obligatoire ? Cela vaut également pour les syndicats professionnels de la santé.

J'avais cru entendre parler de solidarité, de grands principes humanistes, de lutte contre l'autoritarisme, pour la justice, pour la démocratie, mais apparemment cela doit être à géométrie variable ou dans le même registre que les écologistes anti-OGM, sauf quand il s'agit d'humains, les animalistes contre la vivisection, sauf pratiquée sur les humains, les végans contre les mauvais traitements envers les animaux , mais autorisés sur la population, les féministes contre les mauvais traitements infligés aux femmes, mais permis sur tous les peuples, les pacifistes, sauf en temps de guerre, les opposants à l'esclavage, à l'apartheid, les antifa, sauf quand nos libertés fondamentales et individuelles sont suspendues, etc. bref, tous ceux qui habituellement sont prompts à lutter contre toutes sortes de discriminations ou injustices sont aujourd'hui muets ou répondent aux abonnés absents.

On peut donc en déduire que leur opposition résolue à la vaccination et au passe obligatoire aurait pu constituer une réelle menace pour le régime, mais n'étant manifestement pas disposés à rompre avec lui et entraîner sa chute, ils ont délibérément préféré l'épargner... Avant le milieu du XIXe siècle, il existait un tas de théories utopiques ou confuses qui prétendaient expliquer comment fonctionnait et évoluerait le système économique et la société, puis on y vit soudain beaucoup plus clair... Pourvu que cet épisode agisse de la même manière...


@ à VALETE09 et les commentaires suivants.

Hélas, vos constats à tous ne sont que trop justes ! Quant à leur interprétation, c'est une autre histoire. Et pourtant nous partageons les mêmes aspirations démocratiques.

Pour déconner, j'ai loupé ma vocation ou j'aurais peut-être pu devenir un grand dirigeant, qui sait ? J'espère que non !

Ce qui me rassure, c'est de me dire que si j'étais resté en contact avec tous ces corrompus ou traîtres, j'aurais sans doute fini par leur ressembler, mais je dois avouer pour rester honnête, que je n'ai aucune gloire à en tirer, puisqu'à cette époque-là je n'avais pas encore percé leurs réelles intentions, et je les ai quittés sans manifester de désaccords politiques.

Ce n'est que bien plus tard et progressivement que je conquis mon indépendance, en réalité, c'est très récent ou c'est seulement maintenant que je me sens vraiment à l'aise quand je m'exprime, un peu ou trop tard, hélas !

Je suis comme vous, avec un handicap majeur, le fait d'être à 10 000 km de la France. J'ai beau scruté méticuleusement ce que se dit et se fait, je ne vois rien ou personne qui aurait de quoi inspirer confiance, qui ne soit pas bourré de contradictions, qui ne s'écarte pas de la réalité, qui ne pue pas de près ou de loin l'opportunisme et la compromission, qui n'emprunte pas les méthodes épouvantables qu'ils dénoncent chez leurs adversaires ou ennemis, qui ne recoure pas au double langage, qui ne cautionne pas telle ou telle interprétation frauduleuse officielle...

Bref, je n'ai pas trouvé un parti, une organisation, un groupe de militants qui partagent l'essentiel de mes idées qui n'ont rien d'extraordinaire, car je ne fais que m'en tenir aux faits et à l'idéal d'émancipation et de liberté qui habite le cœur de tous les peuples, qui incarne leurs aspirations légitimes, ce que j'ose appeler la vérité, universelle, donc qui leur appartient et à personne d'autre, et qui se trouve être paradoxalement le bien le plus difficile à partager.

La tyrannie se caractérise par l'ambition de la faire taire ou disparaître, de supprimer littéralement l'espoir de pouvoir un jour vivre dans un monde meilleur et plus juste. Chacun ici à sa manière, parfois avec ses illusions, s'emploie à entretenir cet espoir et témoigne que la vérité et la liberté finiront par triompher.




QUATRIEME PARTIE

Qui s'est le plus endetté depuis janvier 2020, devinez ?

L'endettement mondial atteint un niveau historique et pourrait dépasser 300 000 Mds$ fin 2021 - Business Insider 15 septembre 2021

Le niveau d'endettement dans le monde pourrait pour la première fois dépasser 300 000 milliards de dollars à la fin de l'année 2021, selon l'Institute of International Finance (IIF), qui a publié son dernier rapport sur la dette mondiale mardi 14 septembre. La dette, publique et privée, a de toute façon d'ores et déjà atteint un montant record, de 296 000 milliards de dollars, soit environ 250 300 milliards d'euros. Au deuxième trimestre, 4,8 milliards de dollars se sont ajoutés à la montagne de dettes, après une "légère baisse enregistrée au premier trimestre".

Le dette s'est notamment envolée dans les pays dits "émergents", où elle a bondi de 3 500 milliards de dollars, et de 15 000 milliards depuis le début de la crise sanitaire, souligne L'Agefi. C'est en Chine qu'elle affiche la croissance la plus rapide parmi ces Etats, avec une hausse de la dette de 2 300 milliards rien qu'au deuxième trimestre. Mais la dette progresse aussi dans les pays développés, avec une augmentation de 1 300 milliards pour atteindre un montant total de 204 500 milliards de dollars.

Fort endettement des ménages lié à la hausse des prix immobiliers

Elle augmente notamment en zone euro alors qu'elle diminue au Japon et se stabilise aux Etats-Unis, hors endettement des ménages. Ces derniers représentent une grosse part de la hausse de la dette mondiale au deuxième trimestre, en progression de 1 500 milliards de dollars chez les ménages. Ce bond est dû à l'augmentation des prix des logements, relève l'IIF, notamment aux Etats-Unis. "La hausse de l'endettement est en ligne avec celle des prix immobiliers", précise les économistes de l'IIF cités par L'Agefi.

Plus rassurant, le montant de la dette rapporté au PIB mondial a quant à lui reculé pour la première fois depuis fin 2019, en raison de la reprise économique et de la hausse de l'inflation. Ce ratio baisse de 9 points, à 353%, quand il avait atteint un record de 362% au premier trimestre 2021. Mais il reste bien au-dessus de ces niveaux pré-pandémie. Business Insider 15 septembre 2021


La république des banquiers.

investisseur-sans-costume.net - Les banques aujourd’hui font quelque chose qu’elles ne devraient pas faire.

Elles sont responsables de la création monétaire : ce sont elles qui décident combien d’argent circule dans nos sociétés.

Le droit souverain de battre monnaie : nous le leur avons abandonné sans même nous en rendre compte.

Nous avons privatisé la création monétaire, mais la monnaie est un bien commun par excellence !

Votre billet de 20€ n’a de valeur que parce que vous savez que toutes les personnes autour de vous, en France et en Europe lui reconnaissent la même valeur que vous.

Les banques, en tant qu’entreprises privées, n’ont rien à faire de ce bien commun : cela passe après leurs bénéfices.

Là encore c’est presque mécanique. Quand ils sont pris la main dans le sac de pandore, les grands banquiers n’hésitent pas, l’espace d’un instant, à ôter leur masque d’arrogance pour confier candidement : mais si cela n’avait été moi, un autre l’aurait fait Monsieur le juge.

C’est ce que j’appelle la dictature des pourris.

Et ce sont ces gens-là à qui l’on a confié le précieux réceptacle de nos valeurs et de notre sueur.

Depuis la crise financière, ils ont volé 50 milliards d’euros aux épargnants français qui ont vu leurs rendements fondre au soleil et leurs assurances vie se faire amputer de 3% de rendement.

Ce rendement que vous avez perdu ce sont les banques qui vous l’ont fait perdre en créant des tombereaux d’argent.

Comment en est-on arrivé-là ? Je reconnais que ce fut sournois.

Jusqu’en 1971, la monnaie du monde était le dollar, et l’étalon du dollar était l’or : il y avait toujours quelqu’un qui pouvait en dernière extrémité changer ses devises en or. Il ne pouvait y avoir beaucoup plus de monnaie qu’il n’y avait d’or.

Oh il pouvait certes y en avoir un peu plus : les banques, déjà, faisaient crédit, c’est l’essence même de leur métier. En faisant crédit, elles créaient de facto de l’argent, de la liquidité. Mais dès qu’elles en créaient un peu trop, cela se voyait et il y avait toujours quelque prudente personne pour changer ses titres et son papier en or… Ne serait-ce que le général de Gaulle qui le fit pour la France en 1965 et 1967.

Mais ce jour de 1971 où le président Nixon abandonna l’étalon-or pour ne laisser derrière lui qu’un vide béant, il n’y eu plus personne pour aller changer son papier à la banque si elle en avait trop émis.

Oh votre billet de 20€ n’est rien d’autre qu’un titre de dette de la Banque Centrale Européenne à votre endroit. Théoriquement vous pourriez aller au siège de la banque de France et lui demander de solder cette dette… Mais maintenant que l’or a perdu son statut de monnaie…il n’y a plus rien en échange, plus de pivot pour modérer les banques, votre billet de 20€ n’est échangeable que contre un autre billet de 20€… Mais jusqu’en 1945, un tel système aurait été jugé absurde et horrible à toute personne saine d’esprit !

Oh on tenta bien de substituer les banques centrales à l’intangible métal précieux… Mais les banques centrales ne sont pas intangibles, et plutôt que de contrôler les banques, elles se firent contrôler par elles : toute leur action depuis 2008 le montre. Elles se plient aux banques et aux marchés qu’elles ont créés.

En abandonnant l’étalon-or, le monde a abandonné sa souveraineté monétaire aux banques.

Il fallut un peu de temps avant qu’elles ne se rendent compte de l‘exorbitant privilège qui leur avait été concédé, mais depuis, elles n’ont cessé d’abuser de leur pouvoir et de le protéger férocement.

Ce que l’État a abandonné, il lui appartiendrait de le reprendre. Mais nos États se sont rendus complices des banques en profitant de leur vice et se nourrissant au biberon de la dette éternelle.

Aujourd’hui, le système financier mondial et les banques qui l’animent sont la plus grosse machine à redistribuer la richesse du bas vers le haut : des plus modestes aux ultra-riches.

Dans cette partie truquée, je dis souvent que le seul moyen de gagner, c’est de ne pas jouer : débancariser. Vous mettre à l’abri d’un système qui est devenu fou. investisseur-sans-costume.net


Une conséquence qui tombe à point ou comment fabriquer les conditions qui font défaut...

Les 5 raisons des pénuries en France révélées ! - insolentiae.com 13.09.2021

Alors voici les 5 raisons qui expliquent les pénuries selon Ouest-France qui précise que « les pénuries se multiplient au niveau mondial. Les causes, multiples, ne sont pas forcément liées directement à la crise du Covid-19 ».

1. L’impact climatique

« Les conditions climatiques, de plus en plus instables, ont de fortes conséquences sur l’approvisionnement alimentaire mondial ».

2. Les monopoles de production

« Une autre raison majeure de pénuries dans le monde est la concentration des productions dans les mains d’un seul pays voire d’une seule entreprise. La France est dépendante de nombreux pays pour produire des biens essentiels, notamment des industries asiatiques ».

3. Un embouteillage dans les transports

« Qui dit monopole mondial, dit embouteillages sur les routes commerciales. Les ports chinois sont des nœuds incontournables du commerce mondial et la moindre perturbation peut avoir des conséquences immenses. Le 11 août, un employé du port de Ningbo, l’un des plus importants du pays, a été testé positif au Covid-19. Un terminal entier de ce port, d’une capacité de 10 millions de conteneurs, a été mis à l’arrêt ».

4. Une offre incapable de suivre la demande

« Outre les problèmes que peuvent poser les monopoles de production et le fret maritime, la capacité de production n’est pas forcément bien ajustable à la demande. Dans le cas des matériaux de construction, la demande en bois a particulièrement explosé avec les confinements. Les Français ont porté plus d’attention à leur intérieur et se sont passionnés pour le bricolage et le jardinage. Mais la filière bois française n’est pas capable de produire suffisamment vite pour satisfaire la demande ».

5. La désindustrialisation française

« Outre les questions climatiques, la désindustrialisation française, qui s’est faite au fil des décennies, est remise en cause par les pénuries. D’après le site Vie publique, l’industrie ne représente plus que 10,3 % des emplois en France en 2020. La division internationale du travail et de la production révèle également tous ses inconvénients. L’interdépendance commerciale des États se fait nécessairement au détriment de d’une souveraineté nationale».

(D'où la nécessité d'une République sociale universelle. - LVOG)

Vous l’avez donc compris, le covid a le dos large, et les pénuries sont surtout en train de devenir structurelles et révèlent l’ensemble de nos faiblesses.

(Des contradictions de la concentration des richesses entre quelques mains prenant la population mondiale en otage - LVOG)

Nous venons d’atteindre un effet de seuil, un moment à partir duquel nos faiblesses ne peuvent plus être ni masquées ni cachées.

Nous rentrons dans l’ère de la rareté.

https://www.youtube.com/watch?v=NXyigyKVWH8

Commentaires d'internautes.

1 - Pour le fret, il y a surtout le problème des conteneurs retournant vide en Chine et faisant doubler le tarif à la tonne (sans compter les problèmes du nombre de marins)

Pour le bois de construction, la forte demande US qui semble avoir interdit l’importation canadienne.

Par ailleurs la France est dépendante de l’international et notamment la Suisse (Kronoply) pour les panneaux structurels OSB (Isoroy ayant arrêté sa production en France pour des raisons inexplicables).

Pour l’acier, je ne comprends pas, tout comme pour le PVC.

Pour la pénurie (pour le moment je n’ai rien constaté) de pneumatique, la aussi il y a un souci, l’Europe est normalement autonome en production.

Question, ne sommes-nous pas face à une pénurie d’hydrocarbures également ? Compo des pneus et augmentation de tous les produits dérivés.

Il y a plusieurs facteurs mais il y a quelque chose de malsain la dessous… (Trust?)

2 - Je suis persuadé voulu ! Qu’il y ait quelques fluctuations ok! Déroulement du plan!

3 - Il manque la spéculation.

Certains producteurs stockent pour faire monter les prix.

4 - Inflation liée aux pénuries, pourquoi pas ? Sauf que ces pénuries tombent comme par hasard en même temps que la crise du Covid, ce qui me laisse penser que tout est lié et surtout que c'est organisé. S'il y avait réellement des pénuries, il serait tout de même étonnant que tout vienne à manquer en même temps, et surtout en un temps très court. Quand on voit poindre une pénurie, on réoriente son activité de façon à contourner l'intrant manquant et ça reste sur le temps long relativement indolore. Dans la réalité actuelle, nous sommes dans une situation ou hier tout allait bien et aujourd'hui on manque de tout. Ce ne sont donc pas de vraies pénuries. Maintenant il faut se poser la question de Cicéron: Cui bono ? A qui profite le crime ?

5 - Comment Black Rock / Street Finance / Vanguard nous démontrent qu'ils dirigent le monde... Trois actionnaires majoritaires des plus grosses capitalisations boursières. Elysium c'est notre dystopie. Après Matrix, un autre film visionnaire. Elon Musk veut nous implanter une puce dans le cerveau "pour notre bien"... Reveillez-vous ! La question est : est-ce qu'ils veulent détruire le système actuel (hyper inflation) pour créer un monde de cryptomonnnaies sans régulation ? Les CBDC sont une première étape pour passer outre les gouvernements des pays. Les banques centrales sont "dirigées" par ? Black Rock. Nous vivons un coup d'état monétaire.

6 - En ce qui concerne le bâtiment l’inflation a déjà commencée le prix de certains matériaux a été multiplié par deux et d’après les fournisseurs ça va sérieusement continuer et en plus avec des disponibilités très aléatoires.

7 - J'ai acheté un matériel de sport chez déc**** à la mi mai pour 2099 €. Début août, je suis retourné dans un magasin avec mon frangin pour différentes choses, et le prix était monté à 2199 €. En retournant hier sur leur site web, je vois qu'il est à 2299 €. Bref, du 9,5% en 4 mois ! Je crois que les 10% on va les faire très facilement, mais à la TV ils nous diront qu'on n'a que 2 ou 3 % d'inflation. Ce discours tiendra un peu, mais si ça continue, ça va devenir bien trop visible. Et comme disait Aloïs Irlmaier: d'abord l'inflation, ensuite les révoltes / révolutions.

8 - L'alimentaire n'est pas marginal. Les fruits et légumes, beurre, riz et pâtes ont pris 30%...

9 - C'est la grande réinitialisation en cours... Ils bloquent les matières premières (pétrole, graines pour le blé..) comme ça, vous voyez le climat, les ressources naturelles diminuent, il faut changer vos habitudes ! Et donc payer beaucoup plus cher !

10 - Ça me rappelle une pub Carrefour en Espagne où ils disaient qu'ils n'augmentaient pas les yahourts à 1€, mais le yahourt est passé de 100g l'unité à 80g! Donc, une augmentation cachée de 20% ou le prix de l'huile que j'achéte est passé de 0,99€ à 1,45€ d'un seul coup cette année!

11 - J'approuve aussi votre avis sur la montée des prix des denrées alimentaires.

Étant agriculteur, j'assiste à une tendance sur le long terme de la production des denrées alimentaires.

Donc une hausse des prix !

Cette tendance est liée à :

1) Un changement des modes de production : l'agriculture Bio favorisée par les Etats provoque une baisse des volumes de 40% à l'ha c-à-d des denrées alimentaires ! notre nourriture avec aussi une hausse des coûts de production

2) Une disparition des acteurs d'ici 10 ans 50% dew agriculteurs seront parti à la retraite

3) Des aléas climatiques bcq plus fréquent ex gel du 8 avril en France en Italie en Belgique = 60% de fruits en moins.

4) Des normes de production contraignantes à freiner toutes ardeurs pour entreprendre

Et j'en passe.

Pour résumé la France riche de ses terres va se retrouver pauvre en production car ses enfants auront été découragés pour les exploiter à leur tour.

12 - Dans les années 70 l'inflation était un moteur économique, car les salaires étaient automatiquement ajustés, cela rendait l'achat d'immobilier, et d'équipement plus facile, le salaire augmentait, le crédit à la banque non.

Tout a changé en 1983, loi jacques Delors: la désinflation compétitive.

Désormais, l'ajustement n'est plus automatique, c'est le gouvernement qui décide de cet ajustement (quand et combien).

Du coup, on a changé de paradigme économique.

Dans les années 1970, mon père faisait vivre une famille de 4 personnes (deux voitures, les vacances, les cadeaux de Noël) avec un seul salaire (de cadre moyen, ce serait 1500 euros aujourd hui).

Le smic devrait être à 3500 euros, si on avait continué l'ajustement automatique, au moins.

Et j'entends encore des économiste dire: l'inflation est nécessaire à la croissance, où si on n'a pas de croissance, c'est parce qu'on a pas d'inflation, cette corrélation n'existe plus.

13 - Histoire de singes :

“ Beaucoup de singes vivaient près d’un village. Un jour, un marchand est venu dans ce village pour acheter des singes. Il a annoncé qu’il les achèterait 100 $ chacun… Les villageois pensaient que cet homme était fou. Pourtant certaines personnes sont parties attraper des singes et les ont apportés à ce marchand qui leur a donné effectivement 100 $ pour chaque singe ! Cette nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre et de nombreux singes ont alors été apporté au marchand qui honora encore une fois la vente. Après quelques jours, comme il devenait plus difficile d’attraper les singes, il annonça qu’il achèterait les prochains singes 200 $. Les villageois les plus paresseux se sont également mis en route et récoltèrent les 200 $ promis. Puis le marchand annonça qu’il achèterait les prochains à 500 $ chaque ! Les villageois ont commencé à perdre le sommeil et les plus futés réussirent à attraper les singes restant. Les villageois attendaient alors anxieusement la prochaine annonce, qui arriva : « Je dois rentrer momentanément chez moi pour une affaire urgente à traiter mais lorsque je reviendrai, j’achèterai les singes à 1000 $ !!! Avant son départ, il a alors demandé à son employé de bien prendre soin des singes achetés en attendant son retour. Les villageois étaient bien tristes car il n’y avait plus de singes à attraper pour gagner 1000 $ ! Mais l’employé leur a annoncé qu’il pourrait leur vendre secrètement des singes à 700 $ chacun. Cette nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre et le calcul du bénéfice fut vite apprécié : 300 $ chaque ! Le lendemain, les villageois faisaient la queue près de la cage aux singes. Les riches ont acheté des singes en gros lots… Les pauvres ont emprunté de l’argent… L’appât du gain rendait les gens stupides… L’employé a alors vendu tous les singes à 700 $... Les villageois ont alors pris soin de leurs singes et ont attendu le retour du marchand. Mais personne n’est revenu ! Alors ils ont couru chez l’employé qui avait disparu !!! Les villageois ont alors réalisé qu’ils avaient acheté des singes errants 700 $ chacun et étaient incapables de les revendre !

Beaucoup d’arnaques se passent selon ce mode – là… Bitcoin sera-t-elle la prochaine entreprise de singes ? Mettant beaucoup de personnes sur la paille et enrichissant ceux qui le manipulent ? Joan Law fut l’inventeur de la monnaie de singe en 1715.

14 - L'INSEE avait annoncé une inflation à 1,2%.

L'excellent Philippe Herlin, économiste et spécialiste de l'inflation avait démontré et démonté le mode de calcul pipé de L'INSEE pour arriver à 1,2% entre autre sur le poste logement complétement pipé à 7% à cause des remboursements des emprunts immobiliers des propriétaires que l'INSEE ne comptabilise pas comme une dépense d'un ménage Français mais un investissementalors qu'évidemment le remboursement mensuel d'un emprunt immobilier d'un ménage Français est à mettre dans le poste dépenses de logement et ça représente pas 7% comme le dit l'INSEE mais minimum 30% des dépenses d'un budget d'un ménage Français.

- La France du Futur (selon les Recommandations contraignantes de la Commission Européenne et du Conseil Européen):
- Supprimer le complément de ressources.
- La suppression de la prime d'activité pour les pensionnés d'invalidité.
- La possibilité de geler temporairement un compte bancaire épargne en cas de crise financière.
- Augmenter la TVA et la CSG.
- Réformer le code du travail.
- Réforme de l’ISF.
- Baisser l'impôt sur les sociétés.
- Diminuer les effectifs de la fonction publique.
- Plafonner les indemnités prud'homales.
- Réforme des retraites.
- Baisse de la dotation aux collectivités locales.
- Facilité les licenciements économiques.
- Baisser le numerus clausus.
- Généraliser les cartes bleues équipées du "sans contact".
- L’abandon du changement d’heure.
- Privatisation total ou partielle du service public.
- Suppression des départements.
- Supprimer le compte pénibilité.
- Baisse des subventions versées aux agriculteurs.
- Plus de pouvoir aux Agences régionales de santé.
- Généralisé le contrat de chantier en Créent un contrat de projet.
- Suppression des 35 heures.
- Baisse de la Prime de précarité.
- Mettre fin à l'anonymat sur internet.
- Baisser le nombre des jours fériés.
- Baisse des contrats aidés.

Sources :

https://tinyurl.com/gopeFR2019
https://tinyurl.com/gopeFR2018
https://tinyurl.com/gopeFR2017
https://tinyurl.com/gopeFR2016
https://tinyurl.com/gopeFR2015
https://tinyurl.com/gopeFR2014
https://tinyurl.com/gopeFR2013
https://tinyurl.com/gopeFR2012
https://tinyurl.com/gopeFR2011
https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=LEGISSUM:l25020
https://drive.google.com/file/d/1lrQ0gVQzKkpAeSndmmizXgPuk9_la6eu/view

15 - J'ai appelé un magasin de bricolage samedi pour de l'OSB... fini la pénurie, par contre il est passé de 9€ à 24€ le m² !

16 - J'ai acheté un écran (24 pouces) 70 euros il y a un ans. Aujourd'hui, et depuis environs 2 mois, IMPOSSIBLE DE LE TROUVER POUR MOINS DE 140 EUROS. JE DIS BIEN: IMPOSSIBLE (le même modèle) Je pensais il y a 2 mois que c'était passagé mais non non, ça reste bien fixe comme ça.

17 - Petite question: ton sentiment sur les déclarations de plus en plus nombreuses d'acteurs financiers US (banquiers notamment, ou Yellen au Trésor) qui voient poindre une "correction" des marchés courant octobre ? Parce que d'après ce que je lis ci et là, le mot "correction" est un doux euphémisme et clairement ça sent la redite du krach de 2008 mais puissance 10, mais dans tous les secteurs, et au niveau mondial. L'Allemagne parle d'inflation également, la Chine voit un de ses très gros acteurs économiques sur le point de faire faillite...

Il nous pend au nez quelque chose de massif et de violent là. Un paquet de banquiers ont quitté le navire plus tôt cette année après avoir pris des bonus records, deux types bien placés à la FED nous explique que d'ici la fin septembre ils vont vendre leurs actions personnelles pour des raisons éthiques (ils nous prennent vraiment pour des idiots c'est dingue) etc. etc.

Si on a 10% d'inflation en tout début d'année 2022 ça sera PRESQUE pas trop grave, c'est la suite qui est problématique je pense.

18 - L'inflation c'est aussi l'obsolescence programmée qui baisse d'un cran : AU lieu d'acheter un frigo tout les 10 ans c'est 8 ans depuis quelques temps !

- L'inflation c'est aussi le faux calcul du taux qui entraîne une minoration des revalorisations du SMIC ... et cela avec 1 an de retard (ce qui aggrave encore le pouvoir d'achat)

- L'inflation c'est aussi de devoir louer sa voiture (LLD) plutôt que de pouvoir l'acheter.

- L'inflation c'est aussi l'augmentation des charges locatives non prises en compte dans son calcul (me semble-t-il)

- L'inflation c'est la perte de valeur de son épargne (écart des taux de rémunération/taux d'inflation) même si cela ne se verra qu'au moment de la sortie de cet argent

- L'inflation c'est aussi l'engrenage technologique/Les dépenses contraintes/Les non-choix qui font qu'ils se servent directement dans votre porte-monnaie !

19 - La nourriture coûte moins cher mais la qualité est dégueulasse. Il faut 100 pommes pour avoir autant de vitamines qu avec une pomme d il y a 100 ans.

20 - Dans une vie antérieure lorsque j'étais autorisée à aller au restaurant, j'avais effectivement constaté une sévère augmentation du prix mais déguisée ; 2 exemples de restos :

- en juin 2020, le 1er affichait un menu complet à 20 €, en juin 2021, il n'y a plus de menu mais en additionnant entrée, plat et dessert, vous arrivez à 25 €.

- en juin 2020, le 2ème affichait un menu complet à 24 €, en juin 2021, pas de menu mais en additionnant entrée, plat et dessert, vous arrivez à 31 € Résultat : plus d'entrée et on reste au même prix payé mais c'est bien de l'inflation non ?

21 - Non Charles l'inflation va continuer. Comme tu nous l'a toi même montré, le fait que nous utilisions la planche à billets génère l'inflation des marchandises importées. Les matières premières , le gaz, le carburant , l'électricité, continueront a augmenter aussi afin de continuer à financer les dividendes des actionnaires. Dans cette course imbécile vers l'avidité no limit....il ne y aura aucune pose. Jusqu'à ce que les peuples totalement affamés décident de refaire la règle du jeu.

22 - J'ai lu deux articles différents il y a quelques semaines.

Le premier de Bubu le ministre de l'économie qui se félicitait de reprise avec un chiffre de croissance qu'il a sorti de son chapeau pour le mois de Juillet.

Je ne sais plus combien c'était exactement mais je crois de mémoire plus de 2%.

Et ensuite un autre article qui faisait état pour le mois de Juillet d'un chiffre de la consommation des ménage en forte baisse de -2,6% celui là je m'en souviens.

Donc là on a un truc qui ne va pas n'est ce pas ?

On ne peut pas avoir une forte croissance et en même temps une chute de la consommation ...

Et pourtant si.

Car ensuite j'ai pu lire ailleurs dans d'autres articles que le gaz allait augmenté de 8% bientôt par exemple.

Conclusions diverses de ceci :

1- La croissance repart oui c'est vrai.
2- Mais la consommation est au point mort voire baisse beaucoup.
3- Les dépenses contraintes elles augmentent fortement : gaz électricité, taxes, logement, transports, assurances etc etc ...
4- Donc ce n'est pas la consommation qui fait cette fameuse croissance, c'est les dépenses contraintes, celles qu'on ne peut pas éviter donc par définition et imposées la plupart par l'état.
5- La preuve en est l'abyssal déficit commercial récent de la France que vous pouvez trouver sur internet ...

Donc quand les guignols du gouvernement viennent parader pour dire que la croissance repart, qu'ils ont bien tout fait comme il faut, en fait ils nous mentent.

La croissance ne repart pas du tout au contraire même.

Par contre les dépenses contraintes elles explosent et ceci est une forme de taxe déguisée qui ne porte pas son vrai nom.

Prenez l'essence pour votre voiture au plus haut aujourd'hui depuis les premiers gilets jaunes qui se sont levés pour ça à la base: le prix de l'essence.

Et ceci figurez vous ne profite pas à Total et cela devrait se voir dans son cours de bourse logiquement.

Or cela ne se voit pas car cette hausse part à l'état et non chez Total ...

Autre fait qui vient prouver la guignolerie et le mensonge du gouvernement: l'épargne.

J'ai lu dans un article que l'épargne due au covid en France n'a jamais été aussi élevée aujourd'hui.

Et que même le gouvernement voudrait taper dedans et ils cherchent comment le faire en ce moment même ...

Donc expliquez moi vous comment la croissance qu'on nous fait croire issue de la consommation des ménages peut elle repartir fortement avec des ménages qui ne consomment pas et épargnent ...

Dur à expliquer non n'est ce pas ?

Impossible même.

Bref ce gouvernement nous raconte une fois de plus n'importe quoi pour cacher ses conneries et le fait que la France s'enfonce toujours plus dans la misère et la précarité.

Et les gens ne sont pas dupes puisqu'ils ne consomment plus et ils attendent.

Tout ce qu'on peut nous dire sur la reprise etc est faux c'est un vaste mensonge, on appelle ça pudiquement communication aujourd'hui ...

Et d'ailleurs pendant cet été je l'ai vu après m'être entretenu avec divers commerçants en divers lieu de vacances.

Tous ont dit la même chose: on est loin des années " normales " pré covid.

Ce qu'il faut donc retenir de tout ceci c'est que le gouvernement affiche une fausse reprise de façade avec de la dette qui va se transformer en impôts et taxes à un moment donné.

Que ce gouvernement a déjà commencé à nous taxer avec l'augmentation des dépenses contraintes afin d'afficher un faux chiffre de croissance pour nourrir un faux discours de reprise économique.

Que on n'a pas encore subit l'ensemble des taxes et impôts à venir.

D'ailleurs on le voit ça les démangent déjà fortement puisqu'ils veulent encore " réformer " les retraites, traduire les baisser pour se refaire suite à leurs multiples conneries et arnaques.

La France va lentement dans la banqueroute car on enchaine les gouvernements menteurs et corrompus et irresponsables.

Mais la majorité ne le voit pas encore.

Il faudra donc aller au bout de ce mouvement de descente pour que tout le monde le voit c'est à dire à la banqueroute, lorsque nous n'aurons plus rien ni retraites, ni sécu etc et en même temps une pression fiscale de plus en plus forte : autrement dit la ruine quoi.

À mon humble avis, il n'y a pas plusieurs solutions à ce problème mais une seule.

Un gouvernement qui mettra fin à la participation de la France à l'union européenne.

Tant qu'on reste dans l'union européenne qui est la plus mauvaise forme d'administration de l'Europe, on ne pourra rien faire.

Car ce qu'il est nécessaire de faire contrevient aux principe de cette union de la corruption et nous est interdit.

Il faut :

- Traquer la vraie évasion fiscale des grands groupes afin qu'ils payent l'impôt qu'ils doivent vraiment à la France.

On parle là d'une somme annuelle qui est volée entre 80 et 150 milliards d euros par an quand même.

Une somme qui se reporte sur nous tous et que nous devons payer soit ne taxes ou en impôts ou en pertes de droits sociaux, pertes de moyens dans les écoles, police , pompiers, hopitaux etc ...

- Reprendre notre contrôle monétaire pour dévaluer un peu comme on le faisait avant et refaire partir notre économie.

- Remettre des barrières douanières pour se protéger des concurrences déloyales et cela aurait du sens dans la logique écologique par exemple ...

- On devrait aussi mener d'autres réformes annexes mais importantes : traquer la corruption et la fraude par exemple mais le faire VRAIMENT cette fois.

Tant qu'on reste dans cette union tout ceci est infaisable.

Et quelqu'un qui vous dira le contraire comme les menteurs de la droite en ce moment en campagne sont des gros menteurs.

Enfin, avant de crier au loup, je ne parle pas de fermer définitivement la porte à l'Europe, non, mais à l'union européenne.

Ce truc doit mourir et vite c'est juste une question vitale pour nous et pour d'autres pays d'ailleurs aussi.

Et il faut refaire une autre Europe sur d'autres bases et c'est une nécessité urgente.

Sinon on va continuer à aller toujours plus bas dans la pauvreté et la précarité.

D'ailleurs vous le voyez bien, tout le monde le voit, plus le temps passe, plus c'est dur pour de plus en plus de gens, et plus on voit partout la misère s'installer.

Ça c'est un fait que tout le monde voit aujourd'hui.

23 - Le matériel agricole neuf a pris 18% depuis 12 mois. Les charges explosent. Par contre, le Tournesol BIO est payé autour de 550 euros et 500 en conventionnel. En 2017, le Tournesol BIO était à 650 et le Tournesol conventionnel à 320. La merde a pris de la valeur.

Pénurie de matières premières dans les supermarchés et magasins de bricolage - FranceSoir 14.09.2021

Un an et demi après le début de la crise sanitaire du Covid-19, de nombreuses matières premières comme le blé, le café, le bois ou le métal manquent à l’appel dans les rayons des magasins. Une pénurie inédite qui risque de s’accompagner d’une hausse des prix.

Une pénurie mondiale

Si vous vous êtes récemment rendus au supermarché ou dans une enseigne de bricolage, vous les avez sans doute remarqués : ces rayons presque vides, alors qu’ils débordaient encore de produits en début d’année. En cause : une pénurie mondiale de matières premières qui touche non seulement les produits alimentaires, mais aussi les composants électroniques et le bois, le métal ou encore le plastique. FranceSoir 14.09.2021

LVOG - J'ai arrêté là la reproduction de cet article, parce que la suite n'était qu'un tissu d'inepties et de mensonges ou relayait le discours des autres médias destiné à vous tromper.

Vous pouvez le vérifier ici :

https://www.francesoir.fr/societe-economie/penurie-de-matieres-premieres-dans-les-supermarches-et-magasins-de-bricolage


Comment fonctionnent les marchés de nos jours ?

Le vilain secret du cours d'Apple - investisseur-sans-costume.com 14.09.2021

Si vous aviez acheté une action Apple (AAPL) début 2013, vous seriez l’heureux bénéficiaire d’un actif en hausse de 19% par an en moyenne.

Dans le même temps, le S&P500, indice phare de la bourse de New York, enregistrait une hausse de 15% par an. C’est une jolie sur-performance pour un groupe de la taille d’Apple dans un marché déjà euphorique.

Je n’ai pas choisi 2013 au hasard. C’est à partir de là qu’Apple s’est mis à racheter ses propres actions. C’est ce que l’on appelle des buybacks, une pratique courante dans les grands groupes américains — et français dans une moindre mesure.

L’opération est simple : l’entreprise rachète ses actions en bourse et les détruit afin de faire monter le cours des actions encore en circulation. [1]

Selon la Harvard Business Review, une fois que la société a distribué son dividende et procédé à ses dépenses d'investissements, s'il lui reste des liquidité, les buybacks évitent de plomber ses comptes avec du capital inutilisé et donc non rentable. Il vaut mieux le rendre à l’actionnaire que de le laisser dormir. Avec les buybacks, les comptes de votre entreprises sont en permanence optimisés. [2]

Ça c’est pour la belle histoire.

Si Apple n’avait pas racheté ses propres actions chaque année depuis 2013, votre plus-value n’aurait été que de 11% au lieu de 19 : près de la moitié de la croissance du cours d'Apple est factice, c'est gonflé à la pompe à vélo, de l'aérophagie morbide [3].

Cette pratique est révélatrice du changement radical de culture opéré chez Apple après la mort de Steve Jobs.

Jobs faisait les meilleurs produits. Tim Cook, son successeur et ex-directeur financier, fait les meilleurs résultats financiers au détriment de l’innovation et des nouveaux produits : l’argent ne va plus au même endroit.

+ de 100% des bénéfices du S&P500 vont aux actionnaires…

En 2018, les entreprises américaines devraient racheter pour plus de 1 000 milliards de dollars de leur propres actions (dont près de 100 milliards rien que pour Apple), soit 2 fois plus qu’en 2017.

La dernière fois que l’on avait approché ces sommes, nous étions en 2007. Oups.

Il faut dire que 1 000 milliards de buybacks = 5% du PIB américain. C’est faramineux.

L’immense majorité de ces 1 000 milliards proviennent des 500 plus grandes entreprises américaines ( S&P500) : il faut dire qu’ils utilisent en moyenne 60% de leurs bénéfices pour racheter leur propres actions.

Ils utilisent également un peu plus de 40% de leurs bénéfices pour payer un dividende à leurs actionnaires.

Entre les rachats et les dividendes, les grands groupes américains redonnent donc plus de 100% de leurs bénéfices à leurs actionnaires.

Je ne vous parle pas d’une entreprise en particulier mais de la moyenne des 500 plus grands groupes américains.

Normalement, cette situation ne devrait pas être possible.

Les marchés boursiers ont changé

Imaginez que vous ayez une entreprise de chaises cotée en bourse.

Vous avez développé une nouvelle chaise révolutionnaire et vous avez besoin d’argent pour la fabriquer et faire la publicité de ce modèle prometteur.

Vous décidez de faire une augmentation de capital pour financer votre projet : vous émettez de nouvelles actions.

Il se trouve que vous commercialisez votre nouvelle chaise en avance et qu’elle a un succès fou, tout le monde se l’arrache et vos résultats s’envolent : vous avez émis plus d’actions que vous n’en avez eu finalement besoin.

Vous rachetez alors vos propres actions pour rendre aux actionnaires le capital excédentaire et cela envoie un bon signal aux marchés : vous avez dépassé les objectifs.

Mais si vous rachetez vos actions l’année suivante et l’année d’après et ainsi de suite en augmentant toujours plus le volume de rachats pour soutenir votre cours…

Si vous utilisez vos bénéfices en buybacks plutôt que pour développer de nouvelles chaises alors vos actionnaires vont trouver que vous ne savez plus comment investir vos bénéfices. Vous ne savez plus comment grandir, développer vos marchés et de nouveaux produits : c’est donc que vous êtes une entreprise mature dont la valeur est amené à stagner voire à baisser. C’est un mauvais signal pour les marchés qui devraient vous pénaliser.

Mais ce n’est plus du tout comme cela que les marchés fonctionnent : plus personne ne valorise une société selon sa croissance estimée et ses perspectives de bénéfices à long terme. Sinon il y a belle lurette que les marchés se seraient cassé la figure tant les valorisations actuelles sont délirantes.

Les marchés fonctionnent aujourd’hui par ancrage : c’est-à-dire que les entreprises sont valorisées les unes par rapport aux autres. Et c’est très important.

Est-ce qu’Apple vaux 1 000 milliards de dollars?

La valorisation boursière d’Apple a récemment dépassé les 1 000 milliards de dollars.

Selon les standards anciens, elle ne les vaut certainement pas [4]. La valorisation d’Apple correspond à une start up que l’on promet à une croissance vertigineuse, pas à la plus grosse capitalisation américaine qui a déjà conquis le monde, à moins qu’Apple ait un plan secret pour aller vendre des iPhones aux martiens.

Si "les marchés" trouvent qu’Apple vaut aujourd’hui 1 000 milliards de dollars, c’est parce qu’ils estiment que le groupe vaut plus qu’Amazon qui vaut déjà 900 milliards de dollars. Ou alors c’est Amazon qui vaut 900 milliards parce qu’Apple en vaut 1 000… cela dépend d’où l’on regarde. C’est cela l’ancrage.

Cela signifie que les marchés financiers se sont décorrélés de l’économie réelle.

Merci les banques centrales

Il y a une bonne raison à cela : il fallait bien que les tombereaux d’argent imprimés par les banques centrales depuis 2008 aillent quelque part. Ils n’ont pas été dans les salaires, ni dans l’économie réelle. Ils sont restés dans la sphère financière qui a gonflé, gonflé, gonflé, sans rapport avec les résultats réels des sociétés.

La réalité est qu’il y a beaucoup trop de capital dans les marchés financiers. Et ce capital exige un rendement : si vous achetez une action Apple aujourd’hui, vous attendez que le cours continue de monter et que le dividende suive.

Si le charme se brise, si l’enfant ingénu s’écrie que le roi est nu, ou que les banques centrales rendent trop cher l'accès à l'argent, alors la chute depuis une valorisation si vertigineuse pourrait être mortelle. Apple est condamné à enfler, quel que soient ses perspectives de développement.

À l’échelle d’une économie, les rendements exigés par le capital excédentaire grèvent les hausses de salaires qui pèsent à leur tour sur la consommation des ménages qui casse la croissance et les perspectives des entreprises mêmes qui sont condamnées à croître par ce capital qui les en empêche. [5]

Vous pensez bien que cela ne peut pas durer éternellement. Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel et les entreprises des hommes à l’image de leurs créateurs naissent, croissent, se reproduisent, vieillissent et meurent.

À ce stade, il peut se produire essentiellement trois choses :

- Les marchés corrigent : une déflagration financière qui ferait passer 2008 pour un vague toussotement économique et financier. Les marchés retrouvent des niveaux acceptables au prix d’une crise sans précédent, risques d’émeutes, guerre, grande pauvreté mais également destruction créatrice pour préparer le prochain cycle d’expansion ;

- L’économie réelle corrige : l’économie réelle rejoint la sphère financière faisant passer l’hyperinflation du Zimbabwe pour une hausse modérée. Une hyperinflation galopante par exemple si un gouvernement socialiste est élu aux États-Unis et décrète des hausses de salaires généralisées et indexées sur l’inflation (c'est le scénario le plus improbable tant il faudrait avoir la mémoire courte).

- Rien : Une grande glaciation des marchés administrée par les banques centrales qui ferait passer l’URSS pour un modèle de libéralisme et de qualité de vie. C’est une transformation en cours, lente, vicieuse, qui demande un contrôle extraordinaire des grandes institutions financières mondiales ainsi qu’une coopération renforcée entre les grandes régions du monde. Une sorte de 1984.

Dans tous les cas et malgré les bons conseils de Monsieur Macron: N'entrez pas en bourse maintenant, il n’y a que des coup à prendre.

Si vous avez déjà un portefeuille boursier, il est sans doute sage d'en réallouer une partie en cash. En cas de nouvelle crise financière, quand tous les autres seront rincés et que les actions seront bradées, vous pourrez alors faire votre marché.

[1] Prenons l’entreprise BonneChaise SA cotée en bourse. Sa valorisation est de 100 millions d’euros répartie en 1 millions d’actions de 100€ chacune. BonneChaise rachète 100 000 actions et les détruit. Il n’y a plus que 900 000 actions en circulation mais Cela ne change rien à la valeur de l’entreprise qui est toujours de 100 millions d’euros. Chaque actions vaut dorénavant 111€ et l’entreprise BonneChaise a permis à ses actionnaires de réaliser un gain de 11%. Cela ne se passe pas systématiquement comme cela et il peut arrive qu’un buyback ne fasse pas monter le cours comme attendu, mais c’est le but recherché.

[2] https://hbr.org/2017/09/the-case-for-stock-buybacks

[3] https://brunobertez.com/2018/08/01/apple-les-rachats-daction-par-apple-ont-contribue-a-42-des-gains-de-laction-depuis-2013/

[4] Si on en croit les dividendes, certainement pas. Il faudrait plus de 70 ans pour rembourser votre investissement avec les dividendes que verse Apple, et sans doute le double ou le triple en prenant en compte l’inflation.

Si on regarde les bénéfices, alors la valeur d’Apple correspondrait à 32 ans de son résultat net moyen depuis 10 ans ajusté de l’inflation (CAPE). Quand on voit la vitesse à laquelle les fortunes se font et se défont dans le secteur des nouvelles technologies, c’est ahurissant.

[5] Au fait, la croissance actuelle du PIB ne contredit pas ce cycle, elle n’est pas réelle, elle est achetée à crédit, on connait même son prix : un dollar de croissance coute 3 dollars de dettes.


Soleil noir.

C’est ballot. Les panneaux solaires très sombres augmentent… l’effet de serre ! - insolentiae.com 14 Sep 2021

C’est une information assez extraordinaire et pourtant finalement assez logique.

Tout le monde sait bien que mettre du noir en plein été au soleil cela tient nettement plus chaud que du blanc.

C’est la même logique avec les panneaux solaires très sombres qui tapisseraient les déserts dont le sable et les sols sont clairs et donc reflètent la lumière du soleil.

Des fermes solaires géantes dans le Sahara, l’exemple type de la fausse bonne idée

« Une bonne partie des besoins d’électricité décarbonée de la planète pourraient être couverts par de gigantesques fermes solaires implantées dans les déserts et dans le plus grand d’entre eux, le Sahara. Il s’agit à priori de projets très séduisants pour accélérer la transition énergétique. Sauf que couvrir le désert de panneaux solaires noirs a des conséquences non négligeables sur les températures au sol et dans l’atmosphère et peut provoquer des réactions en chaîne climatique dangereuses.

Des chercheurs sont convaincus qu’il est tout a fait possible de transformer le plus grand désert du monde, le Sahara, en une ferme solaire géante capable de fournir en théorie sans problème quatre fois les besoins énergétiques actuels de l’humanité. Il existe d’ores et déjà des projets de fermes solaires géantes en Tunisie et au Maroc qui fourniraient de l’électricité à des millions de foyers en Europe et permettraient aussi de produire de grandes quantités d’hydrogène vert.

Mais d’après un article publié par deux scientifiques australien et suédois dans The Conversation, de tels projets pourraient créer des catastrophes. Ils expliquent que les panneaux solaires ne convertissent que 15% de l’énergie qu’ils reçoivent en électricité et le reste est renvoyé dans l’atmosphère sous forme de chaleur. Les panneaux sont noirs et bien plus sombre donc que le sol du désert. Cela signifie qu’une grande quantité de panneaux solaires va absorber bien plus d’énergie et la transformer en chaleur« .

Donc en gros, couvrir le désert de panneaux solaires n’est pas une bonne idée, cela va rendre encore plus compliqué une transition énergétique qui s’annonce déjà particulièrement difficile. insolentiae.com 14 Sep 2021


Le 12 septembre 2021

Au fait, après avoir changé de carte mère et microprocesseur, être passé à Windows10, je bénéficie d'un ordinateur ultra rapide et ma connexion Internet aussi.

La causerie au format pdf (2 pages)

J'ai ajouté des liens vers une trentaine d'articles, dont un que je vous conseille particulièrement si vous maîtrisez l'anglais, il est au format image, mais vous pouvez aussi sous Windows 10 le formater en mode texte et le traduire en français avec https://www.deepl.com/fr/translator.

Ils ne développent pas seulement l'Intelligence Artificielle (IA) pour gagner en productivité, mais surtout pour pouvoir instaurer leur modèle de société totalitaire, c'est leur objectif ultime. Tout est expliqué clairement et en détail, donc au passage vous pourrez constater qu'on ne fait pas partie des adeptes de la théorie de complot ou n'en voit pas quand il n'y en a pas lieu d'en trouver.

On actualisera la causerie demain ou après-demain. En attendant.

POI - Informations ouvrières (IO)n°671. Une honte partagée.

http://partiouvrierindependant-poi.fr/wp-content/uploads/2021/09/TAP_Informations-Ouvrieres-671_10-sept-2021.pdf

IO - Honte à ce gouvernement, à ce ministre, qui osent utiliser l’épidémie mortelle...

LVOG - Eux qui à l'instar du gouvernement ont censuré les traitements efficaces qui empêche l'épidémie d'être mortelle, ils ont osé !

Sinon, ces opportunistes relaient les appels de division des directions syndicales à manifester le 14 septembre, pas question d'avancer le mot d'ordre de grève générale à partir du 15, mot d'ordre qu'ils n'ont eu de cesse d'avoir à la bouche pendant des années.

POID - La tribune des travailleurs (TT). Ils ne sont pas en reste, la concurrence est rude chez les imposteurs d'extrême gauche.

https://abo.latribunedestravailleurs.fr/web_reader/article?id=2687

TT - « 5 ans de plus », proclame le tract macroniste, sûr (ou faisant mine de l’être) que, face à Marine Le Pen, cette réélection est assurée. Mais… il reste de nombreux mois avant avril 2022 et beaucoup de rebondissements peuvent intervenir d’ici là.

« 4 ans de plus » fut le principal slogan de Trump en 2020 : on en a vu le résultat !

LVOG - Quand on vous disait qu'ils en pinçaient pour le candidat social-démocrate de l'oligarchie financière, Joe Biden, on ne vous avait pas raconté du pipeau.

TT - Obsédé par la concurrence qui l’oppose à la droite traditionnelle, Macron se sent libre de ses mouvements sur sa gauche. Fragmentés, divisés, atomisés, les prétendants « de gauche » à l’élection présidentielle semblent irrésistiblement happés par la machine à perdre.

LVOG - Si ce n'était pas dramatique on aurait envie de se marrer, car on pourrait en dire autant de l'extrême gauche qui est aussi "fragmentées, divisées, atomisées", et qui pour s'être encanaillée avec cette pseudo-gauche en est réduite à connaître le même sort. Gluckstein s'en tape, il est parvenu tranquillement à l'âge de la retraite et il n'a pratiquement jamais bossé de sa vie, et cela fait 30 ans qu'il est un des dirigeants indéboulonnables de l'extrême gauche où il incarne "la machine à perdre".

TT - C’est maintenant que les grèves et les mobilisations contre les conséquences désastreuses de la politique de Macron mettent à l’ordre du jour la nécessité de le chasser et la nécessité de la rupture ouvrière avec cette politique de destruction, donc de l’unité pour y parvenir.

LVOG - Décidément, eux aussi ils sont fâchés avec la grève générale, Macron peut dormir tranquille ou comme il le dit, sa "réélection est assurée" avec de tels opposants comment pourrait-il en être autrement.


Le 11 septembre 2021

J'ai supprimé le lien vers le portail reopen911 (Qui a organisé les attentats du 11 Septembre 2001 ?), après avoir appris qu'il mettait hors de cause Israël ou le Mossad dans la réalisation du 11/9.

La prochaine causerie est en préparation. J'ai consacré la matinée à rédiger la déclaration suivante. En passant, c'est le jour de mes 66 ans, donc je dois consacrer un peu de temps à la famille de ma compagne Selvi qui viennent me rendre visite, c'est la moindre des choses.

Bonne manifestation. Il ne faut rien lâcher, c'est l'avenir de l'humanité qui se joue ici. Et n'oubliez pas de faire connaître le portail autour de vous, il est unique, inoxydable, incorruptible. Je vais toutefois essayer d'améliorer ma communication.

C'est Belmondo qui m'en a donné l'idée, comme quoi je tire des enseignements de partout, même d'origines les plus improbables au départ. Quand on pense à toutes les conneries que les médias ou des intellectuels de merde ont raconté sur lui, c'est carrément abominable. En réalité, ce fut un type très bien, beaucoup plus intelligent que la moyenne, un exemple de courage, de détermination, de volonté, de professionnalisme ou de rigueur, très cultivé, de générosité, de courtoisie, de camaraderie, de gentillesse, de simplicité...

Les féministes à la con ne manqueront pas de l'épingler pour ses rapports avec les femmes, sauf que toutes celles qui l'ont croisé un jour témoignent qu'à aucun moment il ne leur a manqué de respect, et il était plutôt réservé ou timide avec les femmes, qui l'aurait cru. Il a conservé son maquilleur et son habilleuse pendant 40 ans, il les considérait comme des amis, des membres de sa famille, tout comme ses vieux copains du conservatoire ou de la boxe, fidèle en amitié ce qui est rare aussi. Malgré toutes ses aventures et divorces, il n'a jamais négligé sa famille et ses enfants, là c'est encore plus rare. Je ne sais pas si je préfère l'acteur ou l'homme, allez, les deux.

J'ai regardé près d'une dizaine de vidéos sur Jean-Paul Belmondo, et je n'ai pas perdu mon temps.


Déclaration de La Voix de l'Opposition de Gauche.

Halte à la guerre biologique et politique contre tous les peuples !

Pourquoi révèlent-ils un tas d'informations compromettantes, alors que rien ne les y oblige, c'est la question que beaucoup de personnes se posent. On va essayer d'y répondre brièvement à cette question en étant le plus concis et précis possible en fonction des éléments portés à notre connaissance.

Pourquoi prendraient-ils un tel risque que certains jugent inconsidérés, sinon parce qu'ils n'ont plus le choix et parce qu'ils estiment qu'ils ne risquent rien.

Pardi, pour vous déstabiliser, pour vous faire croire qu'ils sont tout puissants, invincibles, et par conséquent vous n'avez pas d'autres alternative que partagez leurs idées ou vous résigner à les subir sans pouvoir vous y opposer efficacement. Et effectivement, c'est ce qui se produit et en déstabilise plus d'un, car tout le monde a l'impression que rien ne peut les arrêter, que quoi qu'on dise ou fasse, rien ne les fera fléchir ou renoncer à leurs objectifs, ce qui au bout du compte est décourageant, démoralisant ou démobilisateur.

Pourquoi, parce qu'ils étaient persuadés que leur heure avait sonné en s'appuyant sur le constat que les facteurs déterminants leur étaient favorables ou que les conditions étaient enfin réunies pour imposer leur modèle de société totalitaire à tous les peuples ou leur permettre d'asseoir définitivement leur hégémonie pour l'éternité sans rencontrer d'obstacles majeurs, considérant qu'ils disposaient des moyens pour les contourner ou les instrumentaliser pour en tirer profit, si nécessaire les abattre.

Ils ont estimé qu'ils pouvaient dorénavant tout se permettre, parce qu'ils concentrent une telle richesse et un tel pouvoir politique, mais surtout parce qu'il n'existe plus d'opposition organisée susceptible de s'opposer efficacement à leur politique ou de dresser les masses contre eux. A l'heure actuelle, il n'existe aucune alternative au capitalisme puisque plus personne ne croit dans le socialisme ou ne le représente, et ils le savent. Partant de là, ces habitués de la Bourse ont jugé que leur prise de risque était minime, voire inexistante, et malheureusement les faits leur donnent raison, mille fois hélas !

Ils ont parfaitement conscience que tous les courants du mouvement ouvrier sont complètement corrompus ou que ses contradictions sont davantage des éléments de dislocation que d'unité, par conséquent, la menace qu'il représenta durant toute une période est écartée. Non seulement il leur laisse le champ libre, ils peuvent l'instrumentaliser lors des différentes opérations qu'ils déclenchent dans le cadre de la guerre idéologique ou psychologique qu'ils mènent contre les masses, ce qui leur rend un service inestimable, car elles servent à affaiblir leur résistance en les divisant ou en dressant leurs différentes couches les unes contre les autres, à favoriser ou alimenter la confusion inextricable qui s'est emparée de tous les esprits, ce qui va leur permettre d'appliquer tranquillement leur programme.

Quand le milliardaire américain Warren Buffett déclara qu'ils étaient en train de gagner la guerre de classes, c'est cela qu'il avait en tête. Mais malheureusement, pratiquement aucun militant, cadre ou dirigeant du mouvement ouvrier, aucun intellectuel, aucun élément des classes moyennes, ne prit conscience de la portée politique de cette déclaration, de la menace qu'elle représentait, parce que tous refusèrent d'admettre que le sommet de l'oligarchie financière pouvait concevoir un plan, une stratégie destinée à imposer un nouvel ordre mondial totalitaire comme réponse à la crise du capitalisme.

Personne ne peut dire aujourd'hui s'ils parviendront un jour à leurs fins, qui somme toute demeurent fort éloignées dans le temps à l'échelle mondiale. Cependant il leur suffirait d'y parvenir dans les pays dominants, les pays occidentaux, les pays dits les plus développés ou riches pour que cela suffise à soumettre le reste du monde à leur dictature absolue.

A différents niveaux et à différentes époques étalées dans le temps, un certain nombre de pays leur ont servi de laboratoire pour tester les différentes étapes, les éléments, instruments, objectifs intermédiaires qui devaient servir pas à pas leur stratégie, on peut en citer quelques-uns, Israël, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, la Chine, la Grèce, l'Italie, le Chili, le Japon, et maintenant la France ou tous les Etats de l'Union européenne, principalement ceux de la zone euro qui dominent les autres, le Canada, l'Australie, etc. et bien évidemment toutes les institutions internationales qu'ils contrôlent, à commencer par l'Union européenne, le FMI, la Banque mondiale, la Banque des règlements internationaux (BRI), la banque centrale des banques centrales...

Et pour sélectionner les agents d'influence ou disposant d'un certain pouvoir qui seront chargés de préparer le terrain ou d'appliquer leur politique à différents échelons jusqu'au sommet des Etats dans tous les pays, ils disposent de puissantes institutions, telles le groupe Bilderberg, la Commission Trilatérale, le Council Foreign Relation (CFR), etc. et d'un réseau constitué d'une multitude de think tanks couvrant tous les secteurs économiques et toutes les institutions nationales de chaque Etat. L'ensemble de ce dispositif a été conçu de sorte que rien n'échappe à cette gigantesque toile d'araignée, qui tendue comme un piège est destinée à prendre le contrôle de l'ensemble des activités humaines.

Au passage, vous aurez remarqué qu'ils avaient de la suite dans les idées, et avec quelle constance ou détermination étape par étape ils appliquaient résolument leur stratégie.

La croissance exponentielle de la démographie mondiale au cours de la seconde moitié du XXe siècle allait constituer le principal facteur contribuant à tendre les contradictions du capitalisme jusqu'au point de rupture, ce qui pourrait se traduire par une perte de leur contrôle de la situation mondiale tant sur le plan économique et politique, s'ils ne prenaient aucune mesure radicale pour écarter ou contenir cette menace.

Ils se retrouvaient donc confronter à une menace mortelle, qu'il fallait écarter par n'importe quel moyen sans pouvoir recourir comme autrefois à une guerre mondiale qui les anéantirait également. D'où l'idée de monter des opérations de type terroriste pour tenter de conserver le contrôle de la situation. C'est ainsi qu'ils mirent en scène successivement la terreur islamiste, la terreur climatique en instrumentalisant les aléas du climat, puis dernièrement biologique, à l'aide d'un virus qu'ils ont sans doute fabriqué dans un laboratoire P4, puis qu'ils larguèrent dans la nature quand ils estimèrent qu'ils étaient prêts à dicter leurs lois au monde entier, les trois opérations étant conçues comme pratiquement toutes leurs guerres depuis l'épisode du 11 septembre 2001, sans fin.

La guerre biologique actuelle s'inscrit dans le prolongement de celle initiée le 11 septembre 2001.

Il est remarquable de constater que ceux qui n'ont pas voulu prendre conscience de la signification politique de l'acte terroriste perpétué par l'oligarchie financière le 11 septembre 2001, qui adhérèrent fidèlement à la fable grotesque de G. Bush au lieu de la dénoncer, sont les mêmes qui un peu plus tard clamèrent à la suite du GIEC que les activités humaines étaient responsables du réchauffement climatique, alors qu'en réalité, s'il était avéré, il proviendrait uniquement des aléas du climat, et qui finalement en arrivent à soutenir la dernière mystification mondiale en date de l'oligarchie, celle d'une pandémie virale, au lieu de montrer comment l'enchaînement des différentes étapes qui se sont succédées depuis janvier 2020, prouvent qu'elle a été entièrement fabriquée ou qu'elle est de nature fraudeuse.

Il va de soi qu'aucun acteur politique qui aurait soutenu la version officielle de l'une de ces trois opérations ne mérite la moindre confiance.

Toutes ces opérations s'inscrivent donc dans la continuité les unes des autres selon le même modèle, et elles étaient animés par les mêmes motivations sordides, économiques et politiques, qui évidemment n'ont rien à voir avec les besoins sociaux ou les aspirations légitimes des peuples à la démocratie, à vivre en harmonie et en paix, bien au contraire.

En finir une fois pour toute avec le capitalisme est une nécessité historique devenue urgente, impérative à réaliser tout de suite, maintenant, sans quoi on prendrait le risque que la civilisation humaine disparaisse à jamais. Voilà la colossale tâche que nous devons réaliser, en rassemblant les éléments les plus conscients de la société, sur cette base et aucune autre, car il n'existe pas d'autres alternatives.

La déclaration au format pdf (2 pages)

La causerie au format pdf (4 pages)


Le 6 septembre 2021

Tous les matins quand je me réveille, mon lit donne sur le jardin et deux hibiscus jaune et rouge, je me dis : La vie pourrait être si belle, si agréable, et nous voilà plongé dans un véritable cauchemar, du coup je n'ai pas le temps de m'étendre sur les merveilles de la nature.

L'époque où on pouvait nous manipuler parce que nous étions jeunes ou nous n'étions pas correctement informés est définitivement terminée, disions-nous il y a près de 20 ans en arrière. Nous avions prévenu les uns et les autres que rien ni personne ne nous ferait taire, nous avons tenu parole. Combien de dirigeants ou de courants politiques peuvent en dire autant ? Vous connaissez la réponse. Cela doit avoir un rapport avec la situation inextricable dans laquelle nous nous retrouvons, qui est à mettre au compte de leur bilan politique désastreux.

Les militants ne réagissent toujours pas. Ils ne cherchent même pas à comprendre. Ils doivent partie du troupeau qui bêle en choeur avec Macron. Qui ne dit rien consent. Tant pis, on ne bradera pas notre indépendance pour leur être agréable, à chacun ses responsabilités.

Crise sanitaire, non, crise politique et économique, c'est la lutte des classes qui a pris la forme d'une guerre à mort.

La dictature absolue se crispe, commence à craquer de partout, c'est bon signe, le temps joue en notre faveur... Ils vont être mal tous les salopards qui ont soutenu la vaccination de l'extrême droite à l'extrême gauche, les ménager serait commettre une erreur politique inexcusable.

Vous me direz qu'on ne représente rien, raison de plus pour ne pas se compromettre.

Quelle chance en Inde d'avoir officiellement l'ivermectine à disposition !

LVOG - Oui, c'est bien dans les pays dits riches où les masses sont les plus corrompues et malléables. Chez vous on se fait vacciner pour aller au bistrot, au resto, au ciné, pratiquer un sport, voyager, etc. ici on s'en passe (du pass aussi) habituellement, c'est au-dessus de nos moyens ! Ironie du sort, ce sont les membres des classes supérieures et moyennes qui en profitent et qui se font piquouser en premier !

Depuis 3 ans, ils n'ont pas réussi à nous imposer le port du casque (aux 2 roues à moteur) malgré les amendes et la répression. Ils ont interdit les sacs plastiques, il y en a toujours autant en usage, hélas, certes, personne n'obéit aux autorités totalement discréditées et impuissantes à imposer leurs lois. Alors leurs saloperies de vaccins et leur muselière, ils peuvent se les carrer où je pense ! On est trop pauvre pour accepter des sacrifices supplémentaires. Et l'Inde n'est pas la Chine, on y reviendra une autre fois.

ICMR Includes Ivermectin for COVID-19 Indication in National List of Essential Medicines - September 5, 2021

https://trialsitenews.com/icmr-includes-ivermectin-for-covid-19-indication-in-national-list-of-essential-medicines/?utm_source=Contextly&utm_medium=ChannelEmail&utm_campaign=COVID-19&utm_content=Notification

Federal Judge Allows NIH Ivermectin Deception Case to Proceed - August 28, 2021

https://trialsitenews.com/federal-judge-allows-nih-ivermectin-deception-case-to-proceed/


Cette causerie au format pdf (32 pages)

J'ai rectifié le lien vers le portail sur 11 Septembre 2001 qui figure dans la page d'accueil du portail, je m'excuse pour cette regrettable erreur dont je viens seulement de m'apercevoir.


Deux réflexions qui me sont venues à l'esprit au réveil.

La première.

Ce qui arrive aujourd'hui était parfaitement prévisible, car la concentration du pouvoir économique entre quelques mains devait se traduire par la concentration du pouvoir politique entre les mêmes mains, logique. Nos crétins de dirigeants handicapés par un dogmatisme viscéral qui témoignait de leur incapacité à assurer la continuité du marxisme, sinon corrompus, ne parvinrent pas à le concevoir ou feignirent plutôt d'ignorer, ne comprenant pas que l'impérialisme stade suprême du capitalisme devrait se conclure par un pacte entre oligarques à l'échelle mondiale contre tous les peuples.

Bien entendu, on peut spéculer à loisirs sur la nature même de ce pacte qui est contre-nature du fait de la concurrence à laquelle se livrent les oligarques, mais en attendant il est bel et bien scellé et personne ne peut plus le nier, comme autrefois celui entre différents impérialistes ou capitalistes qui se remirent très bien des guerres qu'ils se livrèrent au cours du XXe siècle, seul changeant le leadership existant entre eux, les Américains ayant supplanté les Britanniques à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, tandis que les autres puissances occidentales allaient se refaire une santé et continueraient de trôner parmi les puissances hégémoniques au côté du Japon en attendant d'être rejointes par la Chine.

Il faut bien comprendre que face au formidable défi que représentaient les contradictions du capitalisme qui échapperaient à leur contrôle, il leur fallait bien agir et imaginer une solution ou plutôt une stratégie politique, et durant plus d'un demi-siècle ils ne cessèrent d'y penser, de l'élaborer et de la modifier, pour finalement arriver à ce qu'ils appellent le Great Reset ou modestement la réinitialisation de l'économie, car leurs ambitions vont beaucoup plus loin en réalité, puisqu'il s'agit ni plus ni moins d'exercer un contrôle sur la totalité des activités de chaque être humain, y compris biologiques et mentales, et pas seulement économiques, politiques, culturels ou intellectuels. Cela à beau l'air incroyable ou un truc de mégalomanes complètement dérangés, ils en sont là. C'est la raison pour laquelle si peu de gens parviennent à l'admettre, et ils se permettent de se déchaîner contre ceux qui dénoncent leur plan monstrueux.

C'est notamment pour parvenir à cet objectif de nature totalitaire qu'ils ont imaginé les instruments de la transition numérique, Internet, les modems ultra rapides, les téléphones portables style smartphone, les applications de reconnaissance faciale et vocale, le QR Code, et enfin le pass sanitaire qui devrait se transformer en pass social à la chinoise, véritable collier, laisse ou chaîne numérique vous suivant absolument partout, permettant de vous surveiller en permanence, de tout savoir sur vous jusqu'à vos moindres faits et gestes, déplacements, rencontres, et même vos idées en procédant à un recoupement avec le contenu de vos courriels ou vos connexions réalisées sur Internet, de manière à pouvoir influencer votre mode de pensée et de vie, vous imposer n'importe quel traitement médical, vous réprimer s'ils le jugent nécessaire, au-delà, vous éliminer tout simplement. Tout se tient.

La seconde réflexion.

On peut observer qu'un certain nombre d'intellectuels tentent de résister à la mise en place de ce modèle de société déshumanisée ou transhumaniste au moyen de l'Intelligence artificielle, mais malheureusement pratiquement tous sont de droite, voire d'extrême droite. Quant à ceux qui se revendiquent de la gauche, n'ayant pas assimilé la trahison de la social-démocratie et n'ayant pas dépassé le stade de l'amalgame entre le socialisme et le stalinisme, ils se privent ainsi des moyens pour renouer avec le socialisme qui est la seule alternative au capitalisme, ils ne peuvent donc pas proposer à la classe ouvrière et aux classes moyennes une issue politique cohérente qui prendrait en compte leurs besoins et aspirations, bref, ils n'ont aucune crédibilité et ils n'inspirent confiance à personne, hormis leurs semblables qui tous figurent parmi les nantis que l'idée d'affronter le régime rebute ou effraie au plus haut point.

Toujours est-il que ce constat montre tout de même, qu'un certain nombre d'intellectuels ou membres des classes moyennes sont capables d'analyser en profondeur la situation même s'ils ne vont pas jusqu'au bout. On peut donc imaginer qu'en les aidant un peu, un certain nombre d'entre eux pourraient être tentés d'aller plus loin et pourraient parvenir à renouer avec le socialisme ; Il suffirait qu'ils mettent de côté un instant leur penchant petit bourgeois consistant à privilégier leurs intérêts individuels, pour entrevoir les obstacles, illusions ou contradictions dans lesquelles ils sont empêtrés jusqu'au cou, ce qui ne devrait pas poser de problèmes matériels ou financiers à ceux très nombreux qui sont déjà à la retraite ou qui en sont proche, je veux dire par là, qu'ils n'auraient pas à craindre que leur engagement politique remette en cause leur mode de vie confortable.

Cette hypothèse me semble raisonnable, bien qu'un tel basculement idéologique ne s'opère pas à la légère ou du jour au lendemain, quoi que face à l'urgence de la situation et à sa radicalisation cela puisse se produire plus rapidement que prévu. Reste que cela constituerait un reniement des idées qu'ils avaient adoptées tout au long de leur vie ou durant des décennies pour les plus jeunes d'entre eux, et cela pourrait leur causer des difficultés avec leur entourage...

Donc c'est loin d'être gagné d'avance. Il suffirait que la situation se radicalise brutalement et qu'ils se sentent réellement menacés, pour estimer n'avoir plus rien à perdre et franchir ce pas décisif, ce qui permettrait d'envisager les rapports entre les classes sous un angle plus favorable et contribuerait à faire renaître l'espoir qu'il existe une solution, une issue, une alternative à la dictature imposée par le régime ou l'oligarchie.

Le marxiste n'est pas optimiste par nature, mais par principe, car il sait que la situation n'est jamais figée, et que même la pire qui soit ne sera pas amenée à durer indéfiniment, il essaie donc de saisir les éléments à partir desquels il peut demeurer raisonnablement optimiste sans cultiver la moindre illusion, ce qui lui permet de continuer le combat politique en n'importe quelle circonstance sans avoir à renier ses idées ou son idéal de justice, d'émancipation et de liberté.

Cela nous évite de sombrer dans la dépression, l'opportunisme, le gauchisme ou d'abandonner le combat. Et je vous garantis qu'on se sent bien intérieurement, on est tranquille, calme, serein, équilibré mentalement, pratiquement rien ne peut nous déstabiliser. On maîtrise la situation et on se maîtrise soi-même. Bien entendu, on enrage quotidiennement chaque fois qu'on pense aux souffrances qu'endurent injustement tous les peuples ou qu'on croise un miséreux (Je vis en Inde), et on est impatient d'en découdre pour régler son compte à ce régime, toutefois on garde à l'esprit que chaque chose arrive en son temps et que le moment venu, pour peu qu'on s'y prépare et qu'on les y prépare, ce cauchemar prendre fin ou alors nous périrons tous les armes à la main fiers d'avoir conservé notre dignité jusqu'au bout !


Le passage suivant a été rédigé quelques jours plus tôt.

La plupart de ceux qui prétendent s'opposer à la dictature absolue qui se met en place et dont la majorité sont sincères, ne comprennent pas qu'elle est le produit d'un régime économique et politique qu'il faut renverser pour y mettre un terme, pas dans les urnes ou par des pétitions, mais par une révolution. Du coup, à défaut d'envisager rompre avec le régime capitaliste et de se tourner vers le socialisme, parce qu'ils continuent de l'assimiler au totalitarisme stalinien, ils sont attirés par des acteurs politiques issus de l'extrême droite ou qui en sont proches, qui vouent un culte indéfectible au capitalisme, de sorte que s'ils parvenaient au pouvoir ils instaureraient une dictature aussi ou plus impitoyable encore. Ils refusent de l'admettre ou de l'imaginer en se fiant aux apparences trompeuses ou à leurs discours démagogiques, parce qu'ils refusent ou ils sont incapables d'intégrer dans leur analyse la crise du capitalisme ou le processus historique qui y a conduit.

Pour eux l'évolution ou l'orientation économique, les décisions économiques seraient du ressort de la volonté des dirigeants qui gouvernent, comme si elle commandait aux conditions objectives, alors que la réalité est exactement l'inverse, bref, ils ignorent, ils font abstraction ou ils ne comprennent rien aux lois qui régissent le processus historique. Ils se comportent comme des enfants, qui croient qu'il suffirait de vouloir ou de penser très fort à quelque chose pour que cela se réalise.

Le socialisme demeure la seule alternative politique.

Si autrefois en URSS et dans les pays où le capitalisme avait été aboli, il aurait suffi d'une révolution politique pour en finir avec le totalitarisme stalinien et instaurer le socialisme ou une société basée sur les besoins sociaux et les aspirations démocratique du peuple, dans tous les autres pays il faut réaliser simultanément une révolution sociale et politique dont procéder à l'abolition du capitalisme pour instaurer une République sociale et démocratique.

Evidemment tous ceux qui s'opposent à la dictature imposée par Macron et qui ont hérité d'une culture politique conservatrice ou de droite, ne veulent pas entendre parler de cette révolution ou du socialisme qu'ils confondent avec le totalitarisme stalinien. Hier soir, par hasard, sur YouTube je suis tombé sur une vidéo sur Staline dont les réalisateurs n'avaient aucune sympathie pour le socialisme. Spontanément, je me suis dit que j'allais encore avoir affaire à cet amalgame entre le socialisme et le stalinisme ou le totalitarisme. Et bien pas du tout, à ma grande surprise le commentateur fut plutôt objectif, au fil de son récit il s'employa à restituer les qualités de la révolution de 1917 et de ses dirigeants jusqu'à la mort de Lénine en janvier 1924, précisant qu'ensuite la situation se détériora au fur et à mesure que l'emprise de Staline sur l'Etat et le parti bolchevik devenait envahissante, préfigurant le régime totalitaire qu'il allait finir par imposer à partir de la fin des années 20, une fois éliminée l'opposition de gauche dirigée par Trotsky et celle de droite menée par Kamenev, Zinoviev et Boukarine. Dans une autre vidéo que je regarderai tout de suite après, à mon grand étonnement je tombai sur le même constat, l'historien allant même jusqu'à vanter le programme économique des bolcheviks jusqu'aux alentours du milieu des années 20.

Autrement dit, ni Lénine, ni Trotsky, ni le parti bolchevik qui avait pris le pouvoir en octobre 1917 n'étaient impliqués dans le régime de terreur que Staline allait instaurer en URSS, à la fin des années 20 et les décennies suivantes. Le parti bolchevik qui y participera ne sera plus que l'ombre de ce qu'il avait été à l'époque de Lénine, ses principaux dirigeants ayant été systématiquement écartés ou liquidés physiquement, purgé, ayant fait l'objet d'un recrutement massif sans principe, ses cadres renouvelés et corrompus voueront un culte de la personnalité à Staline en guise de fidélité au socialisme, ils constitueront une caste bureaucratique parasitaire et corrompu totalement dévoué à Staline et exécuteront ses ordres criminels en échange d'avantages en nature et autres privilèges, dès lors le parti bolchevik avait cessé d'exister.

On aurait presque envie de dire, qu'ainsi la mémoire de Lénine et Trotsky, de la révolution russe de 1917, le socialisme, étrangers au totalitarisme stalinien, on ne peut donc pas évoquer une réhabilitation, disons que leur mémoire était enfin respectée, rétablie, les injustes et épouvantables accusations portées contre eux jusqu'à nos jours abandonnées, la vérité historique enfin triomphait.

Parmi ces acteurs, j'en ai découvert un ce matin. Le personnage, un retraité, ancien éditorialiste viré du Figaro, est très cultivé et possède une certaine finesse d'esprit, il est somme toute sympathique au premier abord, bien qu'il penche très à droite (Zemmour, de Villliers, Philippot, etc.) et sortent d'énormes conneries, mais cela est inévitable, ils ne peuvent pas s'en empêcher. Ecoutons tout de même ce qu'il a à dire, car il exprime clairement bien des choses qui sont confuses dans la tête de bien des gens, on peut donc en tirer des enseignements. Le fait que je partage une large partie de son constat confirme ma rupture avec toute forme de dogmatisme et devrait rassurer les lecteurs. A l'opposé, mes adversaires les plus farouches en profiteront pour m'accuser une nouvelle fois de collusion avec la réaction ou l'ennemi à défaut d'arguments à m'opposer. En ayant à l'esprit de quelle manière ils viennent de se compromettre avec Macron en chantant en choeur les vertus de la vaccination et de la muselière, cela nous laisse de marbre.

Campagnol tvl

https://www.youtube.com/channel/UCBIyR71Yvq7rWHSF2p-uH4Q


La société du divertissement n'a pas disparu, dorénévant elle est placée sous haute surveillance ou sous la tutelle du régime totalitaire.

LVOG - Aucun divertissement n'est gratuit dès qu'il met en scène des acteurs et des moyens logistiques ou techniques, donc les spectateurs doivent payer pour y assister. Avec quoi paient-ils ? Avec leur salaire, la partie de la plus-value que leur a consentie généreusement le capitalisme à l'issue du procès de production ou qu'il leur a extorquée, le salaire sert à couvrir leurs besoins élémentaires et à reproduire la force de travail qu'ils ont consommée en travaillant pour continuer de les exploiter. Cela correspond à tout ce qui concourt à la survie d'un homme, son alimentation, sa santé, habillement, et à ses conditions d'existence, logement, énergie, transport, communication, etc., et accessoirement ou en option, donc non essentiel lorsqu'il lui reste encore quelque chose de son salaire, s'instruire, se divertir.

L'appauvrissement des masses, l'inflation, la hausse des taxes et des impôts, la stagnation ou la baisse des salaires tend à réduire la part qui reviendra à l'instruction et au divertissement jugé superflue ou inutile par les capitalistes.

Plus de café ou petit coup au bistrot, plus de resto, plus de cinéma, théâtre, concert, plus de salles de sport ou de voyages, etc. vous pouvez, vous devez vous en passer ont-ils décidé autoritairement, mais pas eux qui continuent de voler en jet privée ou de naviguer sur des yachts toujours plus grands, luxueux et hors de prix, de s'enrichir toujours plus à vos dépens vous l'aurez compris.

Votre niveau de vie doit régresser, vous devez impérativement modifier votre mode de vie en vous pliant à celui qu'ils ont décidé de vous imposer.

Restez chez vous, buvez un coup chez vous ou achetez de quoi vous désaltérer dans votre coin ; mangez chez vous ou préparez-vous une gamelle ou des sandwichs que vous mangerez au bureau ; regardez la télé ou connectez-vous à Internet confortement installés chez vous pour vous distraire, vous réaliserez des économies ; pratiquez la marche à pied, le vélo, prenez les transports en commun, plus besoin de bagnole ou deux-roues à moteur bruyant et polluant qui vous coûtent une fortune chaque mois ; privilégiez le camping pour vos vacances, c'est économique, cessez de voyager en avion, prenez le train ou louez une voiture pour l'occasion ; cessez de fréquenter les piscines, les salles et autres clubs de sport, pratiquez le jogging, faites des exercices physiques chez vous ou dans votre jardin, c'est gratuit, profitez-en... J'allais oublier, surtout, évitez les boîtes de nuit, toutes les réunions festives, même chez vous, bannissez les réunions familiales ou entre potes, dites-vous bien que toutes les distractions collectives sont superficielles et malsaines, il en va de même des meetings politiques et des manifestations, mais était-ce vraiment nécessaire de le préciser.

Le pass sanitaire vide les salles de spectacle - lemediaen442.fr 4 septembre 2021

Un manifestant se demandait où sont passés les Bigard, Alévêque et Barré, si critiques envers le pouvoir. Leur dissidence est passée sous le contrôle du passe sanitaire. Leurs spectateurs n’apprécient pas.

Ceux de Bigard ont réservé 29 places sur 400 pour le spectacle du 1er septembre au foyer socioculturel de Trélissac, près de Périgueux. Spectacle annulé.

Pour la représentation de Pierre-Emmanuel Barré du 2 septembre 2021 au Trianon à Paris (présentation du pass sanitaire et port du masque obligatoire), une centaine de réservations a été réservée sur 639 places. Spectacle annulé.

Le pass sanitaire rebute les spectateurs. Les artistes qui s’affichent contestataires tout en se soumettant se retrouvent coincés. Ils ont le « choix » entre la « liberté » d’annuler leurs spectacles d’avance — en gardant leur dignité – ou — ce qu’ils ont préféré — de les annuler après de trop rares réservations… lemediaen442.fr 4 septembre 2021

LVOG - Je trouve ces acteurs et spectacles d'une médiocrité confondante, ils sont à l'image des plateaux de télé ou de leurs programmes...


Comment concilier l'inconciliable ou préserver à tous prix le capitalisme au nom de principes humanistes.

LVOG - C'est l'exercice préféré de tous les petits bourgeois, des intellectuels dits de gauche, de la social-démocratie libertaire, des écologistes, des féministes, etc.

Il ne leur viendrait pas à l'idée que la morale est le produit de rapports sociaux, parce que ce sont des idéalistes, des croyants, donc pour eux la morale serait indépendante de l'économie, des conditions matérielles, avec le droit ou la justice ils procèdent de la même manière, bref ces bac +10 sont des sots !

Économie & éthique: deux facteurs à concilier pour résoudre la crise sanitaire et écologique Par Luca V. Bagiella - Mondialisation.ca, 02 septembre 2021

https://www.mondialisation.ca/economie-ethique-deux-facteurs-a-concilier-pour-resoudre-la-crise-sanitaire-et-ecologique/5659854

LVOG - Dans la précédente causerie, on a rappelé le caractère réactionnaire de ce qu'ils appellent la société civile dans laquelle figure les ONG et les réseaux sociaux, voici un exemple qui le justifie ou sert à comprendre pourquoi on arrive à cette analyse.

En voulant concilier économie et éthique, c'est comme vouloir concilier l'assassin et sa victime, tandis que l'économie capitalisme est à l'origine d'une multitude de souffrances endurées par les peuples, il faudrait lui confier la tâche de les éradiquer ou de les guérir, autant demander à un pyromane de jouer au pompier.

- La solution à la crise sanitaire que l’on vit actuellement se trouve dans la conciliation institutionnelle entre économie et éthique. C’est seulement ainsi qu’on parviendra à une intelligence cohérente avec les enjeux sociaux avance Luca V. Bagiella, doctorant et coordinateur du réseau consciences-citoYennes.

LVOG - L'auteur nous explique qu'il existe deux types de capitalistes, le bon et le mauvais, et qu'il faudrait favoriser le bon pour que la société devienne meilleure ou concilier "intelligence et éthique". Et c'est quoi sa définition du bon capitaliste, celui qui s'enrichirait en exploitant la force de travail, et le mauvais capitaliste celui qui dilapiderait son capital ou le consacrerait à la spéculation.

- Au sein de la société contemporaine, nous pouvons distinguer, de manière très schématique, deux types de personnes fortunées. Il y a d’abord les personnes fortunées qui ont su, par des investissements, un esprit utilitariste et un sens aigu du réseautage, rentabiliser durablement leurs avoirs. Puis il y a les autres, c’est-à-dire des personnes qui ont eu une grande fortune, puis qui l’ont dépensée ou dont la richesse s’est, au cours de deux ou trois générations, dispersée. Or, dans une société où le système de valeurs est dominé par la possession d’argent, l’intelligence consisterait à avoir pour idéal le premier type. C’est là que se séparent intelligence et éthique. Car pour rentabiliser les avoirs, il faut acquérir une certaine intelligence.

LVOG - Dans les deux cas il s'agit de cautionner le capitalisme, l'exploitation de l'homme par l'homme, l'existence du riche et du pauvre. Rappelons que le vol est le principe éthique de base du capitalisme. En quoi serait-ce éthique ou morale de concevoir une société sur de tels rapports inégalitaires et injustes, qu'est-ce qui peut le justifier ? Absolument rien. Alors comment en arrive-t-on à cautionner une telle conclusion immorale que les capitalistes seront les premiers à partager ? En partant du postulat, qui n'était pas mentionné ici, que l'exploitation de l'homme par l'homme existe depuis l'éternité, et que par conséquent il est nécessaire, implicitement juste, d'ordre divin pour ainsi dire et qu'il mérite qu'on le respecte ou que les hommes s'y soumettent, cette justification qui n'en est pas sert de caution morale, qui plus est à défaut d'alternative en terme de développement économique.

Cela pouvait se concevoir autrefois sur le plan historique, quand les forces productives n'avaient pas atteint un stade de développement permettant de satisfaire tous les besoins matériels des hommes, quand le processus historique n'était pas encore parvenu à un stade suffisamment avancé pour que les hommes commencent à prendre conscience de leur propre nature ou développent un ensemble d'aspirations et donc de besoins devant les mener à leur émancipation. Mais ce n'est plus le cas depuis plus d'un siècle, donc le modèle de société qu'on nous propose ici est obsolète. Car les hommes sont parvenus à concevoir à la moitié du XIXe siècle une société où l'exploitation de l'homme par l'homme aurait disparu, tandis que tous leurs besoins ou aspirations seraient satisfaits, ce qui n'a jamais été et ne sera jamais le cas tant qu'un système économique basé sur des rapports sociaux d'exploitation existera, tout simplement parce que ces conditions, facteurs, aspirations ou besoins sont inconciliables.

D'ailleurs l'auteur le dit lui-même explicitement à la fin de son article en s'en remettant... aux autorités qui oeuvrent pour le bien-être des peuples comme chacun sait

- C’est seulement ainsi – en ayant toujours la justice sociale en ligne de mire – que les autorités pourront trouver la cohésion sociale indispensable à la résolution urgente de la crise sanitaire et écologique.

LVOG - Pure illusion ou utopie ! "La justice sociale" sert avant tout ici de caution opportuniste afin de préserver "la cohésion sociale indispensable" à la stabilité du régime d'exploitation en place, son relent corporatiste ne vous aura pas échappé.

Voilà comment une généreuse intention ne sert à rien ou pire, se transforme en son contraire quand on ne se donne pas les moyens politiques de la réaliser. J'ai été voir ce que l'auteur proposait dans son association, c'est le programme des altermondialistes en gros.

Luca V. Bagiella, doctorant en sciences sociales et en philosophie à l’Université de Lausanne, cofondateur et coordinateur de consciences-citoYennes, réseau en faveur d’une transition citoyenne.

https://consciences-citoyennes.ch/a-propos/altermondialisme/

https://consciences-citoyennes.ch/programme/economie/

On peut y lire ce catéchisme de l'altermondialiste, du parfait illusionniste.

- Il est bien évident, pour nous, que le rentier qui perd des propriétés à cause de ce système doit être dédommagé justement.
- Nous augmenterons la taxation de succession et la fixation d’un plafond pour l’héritage des grandes fortunes.
- Nous légiférerons sur les placements bancaires...
- Au minimum, au niveau de la bourse, nous plafonnerons le versement de dividendes et taxerons les transactions financières.
- L’économie doit garantir l’indépendance des institutions...

LVOG - L’indépendance des institutions, c'est la négation de la lutte des classes au profit de celle des capitalistes pour lesquels les institutions et la Constitution sert de caution juridique et légale à leur hégémonie de classe.


Totalitarisme. Comment éliminer les enseignants qui n'ont pas le profil du ministère de la Propagande ?

Le despote ne manque pas une occasion de s'attaquer à toutes les catégories de travailleurs.

- Marseille : pourquoi la liberté du choix des enseignants par les directeurs d'école fait polémique - BFMTV/AFP 3 septembre 2021


Le passage du témoin est assuré en 2022.

- Valérie Pécresse veut doter la France des "moyens de contrer la menace" islamiste - BFMTV 4 septembre 2021


La question qui tue sur place tous les fanatiques de la vaccination contre la Covid-19, notamment.

Vous faites encore confiance à Big Pharma?

Big Pharma: Comment ils ont intoxiqué les Américains à l’opium – 500 000 morts Par Patrice Gibertie - Mondialisation.ca, 03 septembre 2021

Les opiacés ont tué 500 000 Américains dont beaucoup après prescription médicale et autorisation de la Food and Drug. On vient d’apprendre que la famille propriétaire de PURDUE avait plaidé coupable et soldé ses comptes avec la justice pour 4,5 MILLIARDS DE $ ; le cabinet MC KINSEY qui conseille Macron a fait de même il y a quelques mois. Pour Johnson et trois autres ce sera 21 milliards sur trois ans.

https://www.mondialisation.ca/big-pharma-comment-ils-ont-intoxique-les-americains-a-lopium-500-000-morts/5659884

Quand des gens acceptent de se faire vacciner pour pouvoir boire un café à la terrasse d'un bistrot, aller au resto, pratiquer un sport ou se distraire, ils évaluent eux-mêmes le prix que vaut leur propre vie, c'est-à-dire pas grand-chose, que dal, pour un peu cela donnerait raison ou bonne conscience à ceux qui ont décidé de les sacrifier, c'est monstrueux.

Un peu de patience encore, bientôt ils vont se rendre compte qu'en réalité elle valait encore moins, et là je ne suis pas certain qu'ils auront la même réaction, à moins qu'ils optent pour l'euthanasie à n'importe quel âge, y compris pour leurs enfants.

Pour eux :

Coronavirus: le Portugal et la Suède interdisent l'entrée sur leur territoire aux Israéliens, y compris ceux qui ont été vaccinés - i24news.tv/fr 03 septembre 2021

Cette décision intervient alors que les taux de vaccination en Israël sont parmi les plus élevés au monde

Ces décisions ont été prises après que Bruxelles a retiré lundi Israël de la liste des pays considérés comme "épidémiologiquement sûrs". i24news.tv/fr 03 septembre 2021

Opiacés: la justice valide la faillite du laboratoire Purdue, immunité partielle pour la famille Sackler - AFP 2 septembre 2021

Un juge américain a approuvé mercredi le plan de faillite proposé par Purdue, laboratoire accusé d'avoir contribué à la crise des opiacés aux Etats-Unis, qui a accepté de verser 4,5 milliards de dollars aux victimes et institutions affectées en échange d'une certaine immunité pour ses propriétaires, la famille Sackler.

Le procureur de l'Etat de Washington a déjà annoncé mercredi qu'il ferait appel de la décision du tribunal des faillites.

"Aucun accord n'est parfait, et aucune somme d'argent ne compensera jamais les centaines de milliers de personnes qui ont perdu la vie, les millions de personnes qui sont devenues dépendantes ou les innombrables familles déchirées par cette crise, mais ces fonds seront utilisés pour prévenir de futurs décès et dégâts causés par l'épidémie d'opiacés", a souligné mercredi Letitia James, procureure de l'Etat de New York.

La promotion agressive du médicament anti-douleur OxyContin par Purdue, poussée par la famille Sackler qui le savait pourtant très addictif, est considérée par beaucoup comme le déclencheur de la crise des opiacés.

A l'origine de plus de 500.000 morts par overdose en 20 ans aux Etats-Unis, elle était considérée comme la principale crise sanitaire du pays avant la pandémie.

Mais pour le procureur Bob Ferguson de l'Etat de Washington, le plan de faillite "permet aux Sackler de se tirer d'affaire en récupérant une immunité permanente contre les poursuites en échange d'une fraction des bénéfices qu'ils ont tirés de l'épidémie d'opiacés".

De plus, "il relaie l'idée que les milliardaires opèrent selon des règles différentes du reste du monde", déplore-t-il dans un communiqué.

Les membres de la famille se sont engagés à verser 4,32 milliards de dollars en plus de 225 millions déjà payés au ministère de la Justice.

Or, affirme M. Ferguson, selon un audit versé au dossier fin 2019, les Sackler avaient alors gagné depuis 2008 près de 11 milliards de dollars grâce à Purdue.

La fortune de la famille s'élevait encore fin 2020 à 10,8 milliards de dollars selon le magazine Forbes.

Purdue, les Sackler et l'OxyContin sont devenus les symboles des excès d'une industrie pharmaceutique prête à tout pour engranger des profits.

Le laboratoire Purdue, en cessation de paiement depuis septembre 2019, avait alors plaidé coupable de fraude et violation des droits sur les pots-de-vin, en lien avec sa promotion agressive de l'OxyContin.

L'entreprise en elle-même doit fermer ses portes d'ici 2024 au profit d'une nouvelle entité gérée par un trust: outre la vente d'OxyContin à des fins "légitimes", elle devra fournir, gratuitement ou à prix coûtant, des médicaments anti-overdose et des traitements contre la dépendance aux opiacés.

La crise des opiacés a déclenché une salve de litiges aux Etats-Unis, visant Purdue et d'autres grands laboratoires ayant vendu des médicaments opiacés, mais aussi les distributeurs, grossistes et pharmacies, et certains médecins prescripteurs.

Le laboratoire Johnson & Johnson et les distributeurs McKesson, Cardinal Health et AmerisourceBergen ont ainsi accepté fin juillet de verser 26 milliards de dollars. AFP 2 septembre 2021


Parole d'internaute.

- La France enregistre donc à ce jour depuis 20 mois, 114308 morts du covid.

On sait qu'en Allemagne 80% n'étaient pas dus au covid, mais laissons cela... (Aux Etats-Unis aussi - LVOG)

On va donc finir les 24 mois pas loin des 120000 morts.

Or, saviez-vous combien de morts par an, les virus des voies respiratoires faisaient (grippes, pneumonies, virus respiratoire syncytial etc...)?

60000 décès!

Soit 120000 sur deux ans!

Or, depuis 20 mois ces virus et pathologies ont disparu!

Étonnant non?

Donc, avant on avait 120000 morts EN TRAITANT, SANS MASQUE, SANS GESTE BARRIERE, SANS PASS, et maintenant on a 120000 morts

SANS TRAITER, AVEC MASQUE, GESTE BARRIERE, ET AVEC PASS! Cherchez L'erreur...


Quelques réflexions ou aphorismes pour alimenter nos petites cellules grises.

L'erreur est humaine, l'ignorance inhumaine.

Une internaute - Nous vivons une tragédie, oui. Un renversement total des valeurs démocratiques que nous pensions, naïvement sans doute, acquises et inamovibles.

A propos de la vérité que chacun prétend détenir.

- La vérité ne nous appartient pas, elle n'est pas en nous, ce n'est pas un état mental cela ne se réduit pas à une connaissance subjective, c'est un fait matériel qui nous est étranger, extérieur, on appelle cela aussi la réalité.

Ayez un état d'esprit scientifique.

- Croire ou savoir, il faut choisir.

- Le scepticisme scientifique est "une attitude de doute cartésien vis-à-vis des allégations non étayées par des preuves empiriques ou par la reproductibilité"

- L'esprit critique est "la disposition d'une personne à examiner attentivement une donnée avant d'en établir la validité".

- Le sophisme le plus utilisé est le renversement de la charge de la preuve. Il consiste à demander aux sceptiques de démontrer que la thèse officielle est fausse, alors que c'est à ceux qui y croient de démontrer qu'elle est vraie. Etant donné qu'ils en sont incapables, ils nous demandent de démontrer une des thèses alternatives, ce qui leur permet de faire diversion.

L'homme est tellement parfait ou supérieur à toute espèce, qu'il aurait commencé à exister avant même d'être conçu, il aurait commencé à penser avant même d'avoir un cerveau, à parler avant que ses cordes vocales se développent, à apprendre à marcher avant d'avoir des jambes, à transformer son environnement sans même avoir eu besoin de l'observer, au point de pouvoir dicter sa volonté suprême à l'univers tout entier, de modifier le climat, d'éradiquer les virus ou bactéries de la surface de notre planète... et d'entraîner du même coup sa disparition !

Bon, si c'était pour en arriver-là à une fin aussi tragique que stupide, il aurait peut-être été préférable qu'il ne voie jamais le jour, non, on peut se poser la question de nos jours. Il a toujours tout fait n'importe comment ou de travers, inconsciemment si vous préférez, et par chance ou malgré lui, il est tout de même parvenu à se développer ou à s'en sortir, jusqu'à nos jours, puisque maintenant ils sont comptés.

Généralement, quand il n'est pas conformiste, il est anarchiste ; quand il n'est pas pervers, il est puritain ; quand il n'est pas violent, il est réduit à l'état de légume. Quand il est capable de travailler avec ses mains, il ne sait pas quoi faire de sa tête, et quand il est capable de travailler avec sa tête, il en vient à ignorer qu'il a des mains, bref, soit c'est un handicapé mental, soit c'est un handiqué physique, du coup il ne peut vivre que dans une société déséquilibrée physiquement et mentalement à défaut de parvenir à concilier ses facultés ou capacités biologiques ou morphologiques et cognitives.

Bien qu'il lui soit permis d'observer quotidiennement comment se comporte la matière dont il est composé lui-même, il ne lui viendra pas à l'esprit que c'est là que réside le secret de son existence, la réponse à toutes les questions qu'ils se posent, encore faut-il qu'ils s'en posent, l'issue politique à la crise du capitalisme autant qu'à celle de la civilisation humaine.

Plus léger, avec Hercule Poirot, le célèbre détective belge d'Aghata Christie, on s'impose une discipline rigoureuse très efficace qui fait appel à la méthode, l'ordre, la logique, qui consiste avant tout à observer méticuleusement et écouter attentivement sans laisser échapper le moindre détail, y compris les silences qui peuvent cacher des non-dits, car c'est là que réside souvent la clé pour résoudre une énigme ou nous mettre sur la bonne piste, cela vaut pour notre existence ou la société. Une minuscule et insignifiante poussière dans une montre (à l'ancienne) peut perturber le fonctionnement d'un mécanisme complexe.

Nous avons sous nos yeux tous les éléments qui nous permettent d'en prendre conscience, quand parvenu à un certain niveau de développement ou d'instruction, nous disposons du potentiel pour prendre en mains notre destin, des occasions vont se présenter à nous pour nous permettre d'en faire la démonstration, mais hélas nous allons les laisser passer, distrait par autre chose d'insignifiant ou parce que nous avons l'esprit ailleurs, car il n'a pas été formaté pour reconnaître ce genre de manifestations à leur juste valeur. Avec un peu de chance, si on peut appeler cela ainsi, on s'en apercevra quand on sera vieux, donc beaucoup trop tard, mais il ne faut pas pour autant que cela nous empêche de l'admettre, d'en profiter et d'en faire profiter les autres.

Chez Poirot, la vanité et le dandysme sont poussés à l'extrême, caricaturaux, mais cela ne concerne que son apparence, trompeuse comme presque toujours. Car, en réalité pour aborder une énigme et avoir une chance de la résoudre, il faut faire preuve d'une extrêmement modestie si l'on veut que rien ne nous échappe, on doit partir du postulat qu'on ignore tout de ce qu'on a à découvrir, et le meilleur moyen de se fourvoyer serait au contraire de parti d'a priori ou de se croire supérieur aux autres pour découvrir le mobil d'une affaire.

C'est le comportement qu'adoptent la plupart d'entre nous, qui sans avoir étudié ou réfléchi à quoi que ce soit se permettent de formuler des avis et de vous rembarrer, parce que vous ne pensez pas comme eux. C'est non seulement manquer singulièrement de modestie, c'est faire preuve de crétinisme, et de nos jours force est de constater que cette attitude est malheureusement majoritairement partagé, surtout chez les plus instruits qui n'ont aucune excuse ou circonstance atténuante à faire valoir.


Vous avez aimé le GIEC, l'OMS, vous adorerez l'OMM.

- Depuis 1970, il y a eu dans le monde une catastrophe naturelle par jour - euronews 1 septembre 2021

OMM : Organisation mondiale météorologique, une agence de l'ONU.


Des petits mots valent mieux que de grands discours.

Informations ouvrières (POI) n°670

Entendu dans des réunions syndicales enseignantes

- Il ne faut pas brasser, il faut de la distanciation, mais ils vont entasser les gamins dans les classes !

LVOG - Muselière, distanciation, vaccination : Ils ne sont pas justifiés scientifiquement, on n'en veut pas, comment faut-il leur dire ? Pour qui roulez-vous ?

La tribune des travailleurs (POID), éditorial du 1er septembre 2021

- À supposer que les arguments « environnementaux » justifient...

LVOG - A supposer qu'on puisse croire les assertions d'une officine (GIEC) de l'ONU, patati et patata, ils croient bien celles de l'OMS sur la pandémie...

- Les capitalistes ont accumulé des profits gigantesques. Leur recherche effrénée du profit est à la base du dérèglement environnemental.

LVOG - Faux, l'origine est climatique ou naturelle, pas de bol !

- La confiscation des profits spéculatifs gigantesques et des 560 milliards offerts par le gouvernement depuis dix-huit mois aux capitalistes financerait, si nécessaire, « la transition énergétique ».

- C’est à eux et à eux seuls de payer si nécessaire...

LVOG - Quelle démagogie ! A force de se demander si c'est "nécessaire", c'est qu'on finirait par le croire ! C'est ce que vont retenir uniquement leurs lecteurs pour finalement la cautionner sous le régime actuel, puisqu'ils ne croient pas qu'un autre régime pourrait voir le jour.

Nous refusons d'entrer dans ce genre de discussion, sachant que dorénavant toute transformation de la société se traduirait obligatoirement par la détérioration du mode de vie de la population ou par des conséquences nuisibles à son bien-être. On en veut pour preuve, si c'est pour nous refourguer les éoliennes et les panneaux solaires...

Faites l'expérience suivante, interrogez des gens autour de vous et demandez-leur s'ils sont favorable à « la transition énergétique » pour résoudre la soi-disant crise climatique anthropique, l'immense majorité ou tous vont vous répondre positivement en se foutant totalement de savoir qui la mettra en oeuvre, comment et qui en paiera la facture, l'oligarchie n'en demande pas plus.

Eux ils revendiquent la hausse du budget de la recherche en se moquant de savoir à quoi il sert, nous nous disons stop tant que le capitalisme n'a pas été renversé.

On n'en est plus à l'époque où le chemin de fer participait effectivement au développement économique et social, par exemple, il s'agirait de redescendre sur terre...


Quand ils prétendent s'opposer au pass obligatoire qui est le corollaire de la vaccination qu'ils appellent tous de leurs voeux...

- "J'ai rappelé au Premier ministre que nous sommes pour la vaccination, mais que l'obligation de vaccination plus le pass sanitaire créent de nombreuses tensions", a déclaré M. Martinez à la presse à l'issue d'une rencontre avec Jean Castex à Matignon. AFP 2 septembre 2021

LVOG - Ils nous prennent tous ouvertement pour des cons !

Le PS n'a pas seulement frayé la voie au totalitarisme, il figurait parmi ses agents. Qui l'aurait cru ?

Proposition de loi instaurant la vaccination obligatoire contre le SARS-CoV-2

http://www.senat.fr/leg/exposes-des-motifs/ppl20-811-expose.html

Dès juillet dernier, les parlementaires socialistes ont prôné l'obligation progressive d'une vaccination universelle, de toutes et tous (sauf contre-indication médicale), dans une démarche de santé publique visant à obtenir une protection collective, seule à même de garantir un retour à une vie quotidienne normale pour tous du fait des différents variants en circulation.

L'objectif de cette protection collective de toute la société, en l'état de nos connaissances scientifiques et médicales, peut être atteint par une obligation vaccinale généralisée (sauf contre-indication médicale). senat.fr

LVOG - Quand est-ce qu'on fait un front unique avec le PS, doivent se demander des trotskystes lambertistes quelque peu désabusés...

En Italie, Mario Draghi, le nouveau duché nommé par Goldman Sachs, y adhère.

Covid-19 : l'Italie vers l'obligation vaccinale généralisée ? - LePoint.fr 3 septembre 2021

Le Premier ministre a affirmé sa volonté de mettre en place l'obligation vaccinale quand les vaccins seront validés par l'AEM, selon Courrier international. LePoint.fr 3 septembre 2021


Voilà qui devrait leur plaire aussi. Le fascisme se sophistique.

Une application mobile pour surveiller les personnes à l'isolement en Australie-Méridionale - RT 3 sept. 2021

Le gouverneur d'Australie-Méridionale a vanté la mise en place d'un logiciel sur smartphone qui surveille les personnes soumises à la quarantaine dans le cadre de la crise sanitaire. L'application est actuellement en phase pilote.

Reconnaissance faciale, collecte des données de géolocalisation ou encore notifications spontanées contraignant les utilisateurs à répondre en moins de 15 minutes : telles sont les principales fonctionnalités d'une application pour smartphone, actuellement en phase pilote dans l'Etat d'Australie-Méridionale, destinée à surveiller le respect des règles de quarantaine en vigueur.

L'utilisation de l'application a démarré fin août dans le cadre d'«un essai de quarantaine à domicile qui devrait être étendu aux arrivées internationales», a rapporté le 23 août l'antenne australienne de la chaîne américaine ABC.

Dans ce cadre, les autorités d'Australie-Méridionale utilisent «un logiciel de géolocalisation et de reconnaissance faciale pour suivre les personnes en quarantaine tandis que l'application en question contacte des personnes «au hasard» en leur demandant de fournir «une preuve de leur localisation dans les 15 minutes», toujours selon ABC qui précise que le logiciel est censé avertir la police dès qu'un citoyen ne répond pas dans les délais.

«Nous ne leur disons pas à quelle fréquence ni à quel moment, mais ils doivent répondre dans les 15 minutes», a confirmé le gouverneur d'Australie-Méridionale, Steven Marshall, qui vante un système permettant «simplement» de «vérifier que les gens sont là où ils ont dit qu'ils allaient être pendant la quarantaine à domicile».

Affirmant que son gouvernement ne conserverait aucune des informations fournies dans l'application, Steven Marshall a estimé que tous les citoyens de son Etat devraient être «très fiers» de constituer «le pilote national d'une application de quarantaine à domicile». RT 3 sept. 2021


Lu.

- Comment qualifier ce putsch institutionnel, moral, philosophique, que la France vient de subir ? Ni plus ni moins, de coup d’État. Lorsque les médias se transforment en organe de propagande, lorsque les partis républicains consentent aux abus de pouvoir, lorsque l’opposition se soumet sous couvert de réalisme, lorsque les voix contestataires sont étouffées, proscrites, vilipendées sous couvert de complotisme, d’extrémisme, d’activisme sectaire, le tout avec la bénédiction des plus hautes juridictions, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un coup d’État fomenté par une ploutocratie.

- On commence à lentement mais surement comprendre que les objectifs de ces dirigeants, commission européenne, gouvernements, laboratoires, n'ont rien de généreux, empathique, humain, citoyen... Leurs objectifs sont financiers, totalitaires, violents, meurtriers, inhumains, abjects...


La vérité peut faire aussi l'objet d'une manipulation.

Vaccin covid : OMS, FDA, CDC n’y croient plus — et même Patrick Cohen ! - lemediaen442.fr 3 septembre 2021

L'un des plus gros scandales de toute cette pandémie est la dissimulation qui a été commise par Fauci et le CDC, au sujet de l'efficacité de l'immunité qui est conférée après une infection naturelle. Les vérités sortent de toutes parts !

Le CDC (Centre de contrôle des épidémies) confirme : les chiffres des décès ont été truqués. Seulement 6 % des décès peuvent être directement attribués au covid. Sur 160 000 personnes décédées, en fait 9 210 sont réellement décédées du covid. Il n’y a donc pas de pandémie. Game over.

Le directeur général adjoint de la FDA, Philip Krause, et la directrice de la recherche et de l’examen du Bureau des vaccins, Marion Gruber, démissionnent. Pourquoi ces départs ? A cause de l’annonce de la Maison-Blanche, qui souhaite recommander une troisième injection covid-19 (« booster»). Une décision critiquée même par l’OMS.

Un de nos journalistes les plus obéissants, Patrick Cohen, se range à présent sur des thèses complotistes. Il déclare illusoire de croire à l’immunité collective grâce aux vaccins et admet qu’il faudra désormais vivre avec le virus.

La vérité dans les médias, on n’a pas l’habitude. Que se passe-t-il ? D’un retournement de veste fulgurant, ils donnent tous et en même temps raison aux « complotistes ». Qu’est-ce que cela cache ? demanderont les esprits chagrins. L’ivermectine, l’hydroxychloroquine, l’artémisia vont-ils remplacer les vaccins ? Comme le thé au miel contre la grippe pour ceux qui ne veulent pas du vaccin. On a du mal à imaginer qu’une solution qui ne ferait pas monter les cours de la Bourse soit si facilement acceptée par BigPharma. lemediaen442.fr 3 septembre 2021

LVOG - Qu’est-ce que cela cache ? Avant d'y venir une précision s'impose. J'ai contacté ce média "par le peuple pour le peuple" qui ne m'a pas répondu, et pour cause je ne dois pas en faire partie !

Le Media en 4-4-2, comme beaucoup d'autres médias ou associations, fait appel à toute sorte de personnages ou organisations infréquentables ou d'extrême droite qu'il présente comme indépendants et champions de la lutte pour les libertés ou des valeurs démocratiques, ce qui est une escroquerie politique que ce média couvre, on est donc en droit de le placer dans le panier de crabes des populistes avec lesquels nous n'avons rien à faire. Dans le même genre vous trouvez FranceSoir, QG - Le média libre, LaUneTV, etc. les associations Résistance, Réaction 19, Bas les masques, Bon Sens, etc. et des tas de blogs.

Si j'ai fourni leurs adresses dans notre portail, c'est uniquement parce qu'on peut y trouver des données utiles, sans leur apporter le moindre soutien, et encore moins y participer. Et si j'ai posté des commentaires dans le blog du Dr. Maudrux, c'était pour apporter des infos ou faire connaître nos idées qui diffèrent des leurs en défendant le socialisme, parce que j'n'étais pas censuré, c'est important de le préciser.

Il faut toujours prendre avec des pincettes ou beaucoup de précautions ce que raconte ce genre de médias dit alternatif ou associations, car dans leur manière de présenter les faits ou dans l'interprétation qu'ils en donnent, figurent toujours la nécessité de préserver leurs intérêts de caste ou leur notoriété auprès de leurs lecteurs à leur insu ou sans qu'il leur vienne à l'esprit qu'ils sont manipulés idéologiquement. Bref leur discours est toujours orienté politiquement et les lecteurs l'ignorent ou ne s'en aperçoivent pas. Un média dit alternatif ou une association pour être crédible ou inspirer confiance auprès de son auditoire sera tenté de lui servir ce qu'il a envie d'entendre, et si en plus cela lui permet de se mettre en valeur il ne s'en privera pas, quitte à violer l'indépendance dont il se réclame ou écorner la vérité.

Certains parmi ceux que j'appellerais les faux opposants masqués au régime, vont se focaliser sur cet épisode histoire de dire qu'il leur donne raison. Ils se l'approprient sans que cela ne leur coûte quoi que ce soit, car c'était prévisible.

La monstrueuse imposture à la pandémie virale était tellement énorme depuis le début, qu'elle devait bien finir un jour ou l'autre par éclater, être éventée ou par se dégonfler d'elle-même, par être emportée par ses propres contradictions devenues insoutenables au fur et à mesure de l'évolution de la situation, de sorte que parmi les journalistes ou commentateurs officiels acquis à la version officielle, certains en arriveraient publiquement à la critiquer, à s'en désolidariser ou à s'en démarquer du bout des lèvres préparant le terrain non pas à la réhabilitation de la vérité dont ils n'ont que faire, mais à la réhabilitation de ceux qui n'ont cessé de la piétiner, à commencer par Macron et sa clique d'assassins.

Toujours à propos de ce média. Le courriel que je voulais leur envoyer, mais j'y ai renoncé.

lemediaen442.fr - Cyrille Cohen : l’immunité vaccinale en Israël et dans les autres pays diminue ! par Jacqueline publié le 4 septembre 2021

- Le Pr Cohen affirme, à sa décharge, que personne ne savait que l’efficacité des vaccins pouvait diminuer au bout de quelques mois, car personne n’a de l’expérience avec les vaccins ARNm à long terme. Eh bien ! si, quelqu’un savait ! Le président Macron, lui, avait déjà prévu, dès juillet, dans sa boule de cristal, que les anticorps et le taux d’immunité des vaccins baisseraient au fil du temps. Il annonçait déjà sa nouvelle campagne pour une troisième injection.

LVOG - Quelle conne ! Cela signifiait au contraire qu'ils le savaient, je parle des trusts pharmaceutiques qui in vitro avaient déjà expérimenté ce genre de substance ainsi que sur des animaux (j'ai oublié lesquels), et Macron en était informé, mais pas Cohen. Macron fait forcément partie des initiés, sinon il ne pourrait pas conduire sa politique comme il le fait, personne parmi ses commanditaires ne prendrait le risque que la situation lui échappe à un moment donné.

Vous êtes atteint d'un grave biais cognitif qui vous fait sortir d'énormes conneries comme celle-là, et je crois en avoir découvert l'origine : Votre anticommunisme primaire fanatique non assumé, en voici un exemple parmi d'autres, toujours de la dénommée Jacqueline :

- Ainsi Dieudonné fait-il des tournées dans des propriétés privées, a créé sa plateforme internet… a choisi la liberté, comme titraient les médias lorsqu’un Soviétique fuyait vers l’Ouest.

Sa référence, les médias, les médias qu'un jour vous maudissez et que le lendemain vous adulez, on appelle cela être pris en flagrant délit de manipulation des consciences. Passons sur ce pauvre type qui sert la cause des opposants à la liberté d'expression ou qui est instrumentalisé par le régime. Et il est loin d'être le seul...

Votre média, c'est l'équivalent de Sputnik.

https://fr.sputniknews.com/france/202109041046091766-congres-mondial-de-la-nature-les-discours-de-macron-a-la-limite-de-la-schizophrenie/

- Discours inaugural d'Emmanuel Macron au congrès mondial de la nature de l'IUCN.

- Congrès mondial de la nature: les discours de Macron «à la limite de la schizophrénie»?

LVOG - De quoi s'agit-il ? Sputnik pour pondre cet article a fait appel à des acteurs politiques qui attendent quelque chose de Macron, qui le cautionnent, notamment le député LFI Loïc Prud’homme qui lui a reproché d'être «à la limite de la schizophrénie», alors qu'on est en présence d'un dangereux psychopathe endurcie, un cinglé et tyran de la pire espèce !

Pour le média Reporterre : «Ni la présidence Macron, ni les précédentes n’ont été à la hauteur», sans blague, parce qu'ils auraient dû l'être ? A croire qu'ils ignoraient la nature de son mandat. Pitoyable !


Totalitarisme. Quand ces enragés deviennent pire que leurs maîtres.

LVOG - L'overdose ! Le Pr. Raoult est devenu la voix du conseil scientifique de Macron.

https://www.youtube.com/watch?v=8dDfgEefgII

Dans sa dernière vidéo, le Pr. Raoult a justifié la 3e dose pour les plus de 65 ans, et la "loi" imposant la vaccination obligatoire à certaines catégories de travailleurs doit être appliquée, et, non seulement à aucun moment il n'évoquera les traitements existant, pire, il expliquera plus loin que les personnes qui ont été infectées par le virus, dont sans doute des personnes appartenant à ces catégorie, ont un taux de protection de 99% donc très largement supérieur aux "vaccins", autrement dit, ellles n'ont pas besoin de "vaccin". Et bien sûr, pas un mot sur la vaccination des enfants de plus de 12 ans pour ne pas contrarier ses maîtres.

Covid-19: les experts britanniques valident la 3e dose - BFMTV 2 septembre 2021

Au Royaume-Uni, le JCVI (Comité conjoint sur la vaccination et l'immunisation) a donné son feu vert ce lundi pour la vaccination avec une troisième dose des personnes de plus de 12 ans atteintes de maladies graves. BFMTV 2 septembre 2021

LVOG - Peu importe, vous serez dépossédé de tout, y compris votre corps dès la naissance.

Le système immunitaire inné des enfants les protègerait contre les formes graves de Covid-19, selon une étude allemande - sciencesetavenir.fr 24.08.2021

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/le-systeme-immunitaire-inne-des-enfants-les-protegerait-contre-les-formes-graves-de-covid-19-selon-une-etude_156759

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, on observe que les enfants sont bien moins exposés au risque de développer une forme grave de la maladie que les adultes, et surtout les personnes les plus âgées. Une équipe de chercheurs de l'hôpital de la Charité de Berlin vient de découvrir l'une des raisons de ce phénomène : le système immunitaire des enfants est beaucoup plus actif dans les voies respiratoires supérieures.

Certes, les moins de 12 ans ne seront pas vaccinés, mais même si le variant Delta n'épargne pas les enfants, on sait que, malgré un risque d'infection similaire, leur risque de contracter une forme grave de la maladie est très faible par rapport aux adultes. On a beaucoup spéculé sur la capacité des enfants à résister à l'infection ou sur leur infectiosité, sans établir pour quelle raison la maladie évoluait différemment chez eux. Une étude tout juste publiée dans Nature Biotechnology vient apporter des éléments décisifs de compréhension du mécanisme de défense des enfants face au Sars-CoV-2. sciencesetavenir.fr 24.08.2021


La résistance quotidienne au totalitarisme.

- Un collectif de psychologues demande l’arrêt immédiat de chantage et de discriminations du gouvernement - lemediaen442.fr 5 septembre 2021

https://lemediaen442.fr/un-collectif-de-psychologues-demande-larret-immediat-de-chantage-et-de-discriminations-du-gouvernement/

- Vaccination : 200 000 soignants ne sont toujours pas vaccinés - lemediaen442.fr 3 septembre 2021

Dès ce 15 septembre, les personnels soignants non vaccinés ne seront plus autorisés à exercer. Or 200 000 soignants, ce n’est pas rien, contrairement à ce que l’on peut lire sur les médias lambdas toujours enclins à minimiser les chiffres quand ceux-ci ne sont pas là pour arranger les affaires du gouvernement. lemediaen442.fr 3 septembre 2021

Guadeloupe : un collectif critique de la gestion sanitaire appelle à la «déportation» du préfet - RT avec AFP 4 sept. 2021

Moun Gwadloup, un collectif guadeloupéen, qui critique avec véhémence la gestion de la crise sanitaire par les autorités, a appelé à la «déportation» du préfet Alexandre Rochatte. Une déclaration dénoncée par la préfecture. RT avec AFP 4 sept. 2021


Furie vaccinale planétaire. Quand les "ennemis" de l'Empire ou du bien, le Venezuela, Cuba et la Chine, sont montrés en exemple, c'est louche.. .

Vive le socialisme du XXIe siècle !

– Covid-19 : le Venezuela compte vacciner les enfants dès l’âge de 3 ans – LePoint.fr/AFP 1 septembre 2021

Le Venezuela accélère sa campagne de vaccination contre le Covid-19. Les personnes âgées de 3 à 18 ans pourront recevoir les doses de sérum dès le mois d’octobre, a annoncé le président Nicolas Maduro ce mardi 31 août. Dans l’ensemble du pays, moins de 12 % de la population a été vaccinée jusqu’à présent. « Nous aurons des vaccins pour tous les enfants, adolescents et jeunes du Venezuela », a-t-il déclaré à la télévision d’État.

Le gouvernement ne fournit pas régulièrement les chiffres de vaccination. Selon l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS), 3,3 millions de personnes (11,62 %) ont reçu les deux doses de vaccins administrées dans le pays : le russe Spoutnik V et le chinois Sinopharm. Près de 6 millions de personnes ont reçu la première dose. LePoint.fr/AFP 1 septembre 2021

– Vaccination à Cuba : Les enfants et les ados de 2 à 18 ans vont recevoir le vaccin contre le Covid-19 – 20 Minutes avec AFP 2 septembre 2021

Les 2-18 ans vont recevoir à partir de vendredi les vaccins cubains Abadala et Soberana. La rentrée scolaire se fera en présentiel une fois cette campagne terminée

Dans sa lutte contre la propagation du coronavirus, Cuba a décidé de vacciner les enfants. A partir de vendredi, les enfants et adolescents de 2 à 18 ans vont recevoir les vaccins cubains Abadala et Soberana. C’est même une condition fixée par le gouvernement avant de rouvrir les écoles, selon l’annonce officielle mercredi. 20 Minutes avec AFP 2 septembre 2021

Le nouvel objectif est que « 92,6 % » des 11,2 millions d’habitants soient vaccinés en novembre, assure mercredi la présidence sur sa page Internet.

En Chine, le laboratoire Sinovac a annoncé se préparer à vacciner dès l’âge de trois ans contre le coronavirus. 20 Minutes avec AFP 2 septembre 2021


L'holocauste, suite.

Covid-19 : vers une quatrième dose de vaccin en Israël ? - RT 4 sept. 2021

«Le virus est là et continuera d'être là, nous devons également nous préparer à une quatrième injection», a affirmé le 4 septembre pour la radio publique Kan, le professeur Salman Zarka, responsable de la lutte contre le coronavirus en Israël, dans des propos rapportés par la chaîne I24News.

Et il se montre pessimiste quant à l'évolution du Covid-19 et de ses variants, d'où les rappels fréquents qu'il appelle de ses voeux pour contrecarrer la pandémie. «Cela va être notre vie à partir de maintenant», prévient-il ainsi. RT 4 sept. 2021


Dépression, faible niveau de scolarité, isolement social, inactivité cognitive, c'est à croire qu'ils le font exprès ces déments !

Hausse des cas de démence à travers le monde : plus de 55 millions de malades - Euronews avec AFP 2 septembre 2021

Les cas de démence, un syndrome caractérisé notamment par une dégradation de la mémoire et du raisonnement, sont en hausse dans le monde.

Selon un nouveau rapport de l'Organisation mondiale de la santé, la démence, dont la cause la plus courante est la maladie d'Alzheimer, touche plus de 55 millions de personnes dans le monde. Ce nombre devrait passer à 78 millions d'ici 2030 et à 139 millions d'ici 2050 en raison du vieillissement de la population.

La démence, syndrome dans lequel on observe une dégradation de l'aptitude à réaliser les activités quotidiennes, touche à environ 90% les plus de 65 ans. Elle n'est pas pour autant une conséquence inéluctable du vieillissement. (Ouf, quel soulagement, on n'y passera pas tous ! J'aurais 66 ans le 11/9 - LVOG)

S'il n'existe pas de traitement, des études ont montré qu'environ 40% des cas pourraient être évités ou retardés en faisant régulièrement de l'exercice, en ne fumant pas, en évitant l'usage excessif d'alcool, en mangeant sainement, en contrôlant son poids et ses niveaux de tension artérielle, cholestérol et de glycémie. (Si au moins la population pouvait vivre autrement ou mieux en somme, mais dans leur société de merde, c'était, c'est, ce sera compromis, sauf à la renverser... - LVOG)

Parmi les autres facteurs de risque figurent aussi la dépression, le faible niveau de scolarité, l'isolement social et l'inactivité cognitive. (Chouette, cela correspond pile-poil avec les mesures liberticides qu'ils ont prises depuis mars 2020 et les effets qui en ont découlé ! - LVOG)

Près de 60% des personnes atteintes de démence vivent dans un pays à revenu faible ou intermédiaire. Selon le rapport, les coûts mondiaux liés à la démence ont été estimés en 2019 à 1 300 milliards de dollars. Ce nombre devrait grimper à 2 800 milliards en 2030. (Alors ne faudrait-il pas les éliminer ces parasites ? On s'y emploie activement... - LVOG)


Totalitarisme. Macron, le porte-parole du gang mafieux et criminel de BigPharma.

Quand le "Gotha de la pharmacie mondiale" s’invite en catimini à l’Elysée - agoravox.tv 04.09.2021

Le soir du 02 août 2021 le président Macron a reçu au palais de l'Elysée le très opaque "Club du Dolder", l'équivalent pharmaceutique du Bilderberg, actuellement présidé par...le numéro 1 de Pfizer.

Date de réunion et ordre du jour au secret, le "club ultra discret de la Big Pharma" selon l'AFP, réunit environ 25 des plus importants dirigeants de laboratoires pharmaceutiques, et il est curieux que le dîner d'août dernier consacré semble-t-il au thème "Covid et innovation biomédicale" n'ait rencontré qu'un écho médiatique quasiment nul alors que le sujet pouvait susciter quelque intérêt dans le contexte actuel.

Ce "Forum privé dont les échanges restent secret" (AFP toujours) s'était déjà réuni en 2018 à Paris sous la houlette, déjà, d'Emmanuel Macron. agoravox.tv 04.09.2021

Le Dolder, club ultra-discret de la "big pharma", a rendez-vous lundi à Paris - lepoint.fr/AFP 8 juillet 2018

Le gotha de la pharmacie mondiale s'invite lundi à Paris, à l'occasion du "Dolder", un forum privé et dont les échanges restent secrets.

Le Dolder tire son nom d'un grand hôtel de Zurich, le Dolder Grand, sorte de château alpin avec des tourelles semblant tout droit sorti d'un film de James Bond, où ce cercle s'est réuni pour la première fois à partir des années 1970.

"Mais ça tourne désormais, il y a eu des rencontres aux Etats-Unis, au Japon, au Brésil, en Italie aussi", selon la source interrogée par l'AFP.

Ce petit sommet d'environ 25 patrons est encore plus confidentiel que son modèle, le club Bilderberg, qui réunit chaque année à huis clos une centaine de personnalités du monde des affaires et de la politique.

Car à l'inverse du Bilderberg, le Dolder n'a pas de site officiel divulguant au moins le lieu et la date du rendez-vous, les thèmes des discussions et la liste des participants.

Ainsi, nulle mention du Dolder sur le site de la fédération internationale des fabricants pharmaceutiques (IFPMA), basée à Genève, qui en est pourtant l'organisateur.

"Les participants sont des PDG d'entreprises pharmaceutiques mondialement actives basées aux Etats-Unis, en Europe et au Japon, qui sont membres de l'IFPMA", se borne à déclarer à l'AFP la porte-parole de cette fédération, actuellement présidée par Ian Read, le patron du géant pharmaceutique américain Pfizer.

Cette réunion privée "sert de forum pour une discussion sur les défis de la santé mondiale et les politiques de santé publique ayant un impact sur l'innovation biomédicale", ajoute la porte-parole.

Le patron d'une grande entreprise du pays d'accueil de chaque Dolder joue d'habitude le rôle de maître de cérémonie. Aussi cette fonction incombera lundi à Olivier Brandicourt, le directeur général de Sanofi, qui "fera un discours d'introduction", indique à l'AFP une porte-parole du géant pharmaceutique français.

Devant qui s'exprimera-t-il ? A titre d'exemple, l'AFP a obtenu confirmation de la présence de Kenneth Frazier (PDG de Merck & Co), Lars Fruergaard Jørgensen (Novo Nordisk), Stefan Oschmann (Merck KGaA), David Ricks (Eli Lilly), Kåre Schultz (Teva), Pascal Soriot (AstraZeneca), Michel Vounatsos (Biogen), Emma Walmsley (GSK) ou encore Christophe Weber (Takeda)...

La date et la tenue du Dolder cette année à Paris n'ont rien d'anodin. La réunion a lieu la veille du Conseil stratégique des industries de santé (Csis), une instance de dialogue entre l'Etat et les entreprises du secteur se réunissant tous les deux ans depuis 2004 sous l'égide du Premier ministre.

Par ailleurs, les PDG du Dolder seront reçus à dîner par Emmanuel Macron lundi soir, a indiqué l'Elysée à l'AFP.




DEUXIEME PARTIE

AFGHANISTAN

2001-2021 : Bilan provisoire de la « guerre sans fin » - Réseau Voltaire 2 septembre 2021

L’université Brown, qui comptabilise depuis vingt ans le coût humain et financier de la « guerre sans fin » ou « guerre au terrorisme », a établi un bilan provisoire :

Le coût humain général (hormis les personnes disparues) se situerait entre 897 000 et 929 000 morts. Ce chiffre ne comptabilise les pertes humaines qu’en Afghanistan, Iraq, Pakistan, Syrie et Yémen. Il faudrait ajouter au moins 120 000 morts supplémentaires en Libye.

Le coût financier pour les seuls États-Unis serait de 8 049 000 000 000 dollars. À ces 8 000 milliards pour les contribuables US, il faut ajouter plusieurs centaines de milliards de dollars pour les contribuables afghans, iraquiens, libyens, syriens et yéménites dont les pays sont largement des tas de ruines.

La « guerre sans fin » est censée éliminer le terrorisme. Cependant depuis qu’elle est lancée par le président George W. Bush (photo), les opérations terroristes n’ont jamais été aussi nombreuses et cruelles. On a même assisté à la création d’un pays terroriste : l’Émirat islamique en Iraq et en Syrie. Si l’on accepte le discours officiel, ce carnage n’a donc servi à rien. Réseau Voltaire 2 septembre 2021

Qui profite de l’attentat suicide de Kaboul? L’État islamique au Khorassan vise à prouver aux Afghans et au monde extérieur que les Taliban ne peuvent pas sécuriser la capitale. Par Pepe Escobar (Asia Times 27 août 2021) - Mondialisation.ca, 02 septembre 2021

https://www.mondialisation.ca/qui-profite-de-lattentat-suicide-de-kaboul/5659867

Bon article, cependant la faille ou une contrevérité : - En fin de compte, personne à part l’EI ne souhaite un Afghanistan terrorisé, tout comme personne ne souhaite une guerre civile en Afghanistan.

LVOG - Sauf les Américains !

84 généraux et amiraux US contre la politique afghane de Biden Réseau Voltaire 3 septembre 2021

Des généraux et amiraux US à la retraite ont demandé, dans une lettre ouverte publié le 30 août 2021, la démission du secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, et du président du comité des chefs d’états-major, le général Mark Milley, responsables de la chute de Kaboul

Leur groupe, Flag Officers 4 America, avait déjà publié une lettre ouverte lors de l’élection du président Biden mettant en cause sa santé mentale.

Cet épisode manifeste un fois de plus l’opposition de nombreux officiers généraux à la doctrine Rumsfeld/Cebrowski de « guerre sans fin ». Les signataires déplorent que les États-Unis ne soient plus un empire au sens romain du terme et n’aient plus d’honneur. Réseau Voltaire 3 septembre 2021

La CIA est parvenue à exfiltrer 1 millier de ses Collaborateurs afghans - Réseau Voltaire 6 septembre 2021

La CIA est parvenue à exfiltrer de Kaboul au moins un millier de ses Collaborateurs afghans. Il s’agit de membres des forces de contre-insurrection (Khost Protection Force et Direction nationale de la Sécurité). Ils ont été secrètement réunis à la base Aigle (Eagle Base) et non pas à l’aéroport Hamid Karzai.

Ces Collaborateurs ont commis quantité de tortures et d’assassinats bien plus terrifiantes que les crimes des Talibans. Ils ont été exfiltrés vers le Qatar, puis fondus dans la masse des réfugiés. Certains ont été par la suite envoyés dans l’Union européenne qui ignore leur passé de criminels de guerre.

En partant, ils ont fait exploser la base Aigle pour couvrir leurs traces. Réseau Voltaire 6 septembre 2021




TROISIEME PARTIE

Courriels envoyés

1- Je ne suis pas attiré par les théories loufoques qu'on trouve pratiquement partout, mais ce qui est inquiétant ou peut-être révélateur, c'est que des médecins parmi les plus conformistes en viennent à imaginer, qu'on pourrait être en présence d'une stratégie eugéniste destinée à réduire la population à l'aide de différents moyens inavouables.

En la rendant malade à moyen ou long terme tout en abrégeant son existence d'une, deux ou trois décennies, en affaiblissant son immunité naturelle (réduisant ses anticorps neutralisants), en tuant directement des millions de personnes pour commencer, puis davantage petit à petit, l'air de rien après l'avoir empoisonné avec des vaccins par exemple. Qui fera le rapprochement, personne ou il sera trop tard, les autorités fourniraient des explications bidons que la population goberait puisqu'elle gobe tout comme on est en train de le voir sous nos yeux... Toute autre explication sera caractérisée de complotiste ou censurée.

Evidemment cela paraît incroyable, mais c'est peut-être pour cela que cela pourrait se passer ainsi, sur le même modèle que la mystification d'aujourd'hui qui a relativement bien fonctionné, n'est-ce pas ? C'est terrifiant, sans paniquer, il faut rester vigilant et s'en tenir strictement aux faits. Sinon, on peut devenir fou !

Tu n'as sans doute pas suivi tout ce que j'ai publié dans les causeries depuis août 2008 et c'est normal, sinon tu saurais, faits ou documents à l'appui, qu'ils avaient fomenté le krach de 1929, les 2 guerres mondiales des années avant qu'elles se produisent, comment ils avaient planifié toutes les guerres qui allaient suivre le 11 septembre 2001, etc. On a pu ainsi remonter jusqu'à leurs origines, peu importe si parfois on n'a pas pu identifier la source, les faits suffisent en eux-mêmes pour en avoir une idée précise, c'est la même chose avec tous les attentats, tous leurs auteurs étaient liés à des services secrets, les médias mainstreams l'ont évoqués, ce n'était pas un truc sorti de nulle part.

Bref, quand tu sais cela ou que tu l'as dans la tête, tu te dis qu'ils sont capables de produire les pire atrocités qui soient et les justifier par la suite en inventant de toutes pièces un scénario qui se substituera à la réalité ou à la vérité. Ils détiennent aussi tous les pouvoirs, à ne jamais oublier non plus.

Ce qui me différencie radicalement des autres courants politiques, c'est que moi je n'oublie rien et j'en tiens compte quand j'examine ce qui se passe. Je n'ai pas d'a priori et je ne m'interdis pas de penser l'inimaginable qui pourrait se réaliser d'une manière ou d'une autre inattendue ou peu orthodoxe, car il y a bien des choses que j'ignore et je le sais. Je ne m'interdis rien en la matière, dès lors qu'une parcelle de la réalité semblerait correspondre à une hypothèse, il faut l'examiner, car on pourrait s'illusionner aussi bien en la grossissant qu'en passant à côté. Quand on n'est pas manipulé, on se manipule soi-même ! Notre inconscience peut nous jouer des mauvais tours parfois.

Cela peut aussi être un signe révélateur qui renvoie à quelque chose, à quoi, il faut chercher et le découvrir, s'il existe, sinon on laisse tomber, contrairement au mythomane qui va vouloir continuer absolument quitte à inventer n'importe quoi et déformer la réalité.

C'est comme cela que naissent les théories dites du complot dans les esprits faibles ou tordus, en trafiquant la réalité ou les faits, en liant entre eux des faits qui n'ont aucun rapport. C'est un truc pratiqué par des intellectuels ou des idéologues monarchistes, souverainistes, antimondialistes, les libertariens et d'autres proches ou issus de l'extrême droite, de la droite catholique, on peut tous les taxer de populistes (Philippot, Asselineau, Dupont-Daignant, etc.), tous ont en commun d'être farouchement antisocialistes, normal ! Thierry Meyssan que je cite souvent se tient un peu à part, bien qu'il en soit proche ou verse dedans à l'occasion aussi sous une forme mystico-religieuse...


2- Oui c'est à devenir fou quand on commence à visualiser la chose comme un projet mondial d'extermination.

Ce pourrait être dans un premier temps plus précisément un projet destiné à prendre le contrôle de la totalité des activités humaines, y compris biologiques.

L'extermination des populations inutiles se ferait progressivement ou de manière indolore, hormis le fait que fragilisées, les mieux lotis seraient de plus en plus fréquemment malades et nécessiteraient un traitement médical permanent, tandis que d'autres moins chanceux seraient soudains atteints de pathologies lourdes qui abrègeraient leur existence.

Quant aux populations jugées les plus nuisibles, elles seraient, soit exterminées au moyen de la dictature numérique ou tout autre moyen coercitif, harcelées, pourchassées, soit totalement marginalisées ou réduites à l'état de parias, dans l'impossibilité d'avoir une vie normal, et finiraient par en succomber assez rapidement.


3- "mais je ne comprends jamais ou il veut en venir."

Réponse : Nulle part ! C'est ce qui arrive à tous les antisocialistes, que veux-tu, normal, non ?


4- Ta réaction est intéressante.

Si toi qui a une expérience politique, et qui sait de quoi on parle quand on évoque le socialisme, la réponse ne te vient pas spontanément à l'esprit, imagine ce qu'il en est pour tous ceux qui n'ont aucune expérience politique ou qui ignorent ce qu'est le socialisme, ils ne sont pas près de trouver la réponse !

Et qu'ils aient des illusions dans le capitalisme n'y change rien, dans le cadre de la concurrence entre impérialistes à l'échelle mondiale, qu'est-ce qu'ils pourraient proposer pour, je les cite, "redonner à la France la place qui lui revient dans le monde" ou "restaurer la grandeur de la France", sinon d'intensifier la guerre économique qui conduirait fatalement à une nouvelle guerre mondiale, car ils ne disposeraient pas des moyens pour gagner cette guerre économique.

Ils n'ont pas le choix, car opter pour le nationalisme, le protectionnisme, le "produire français" se traduirait par une augmentation des coûts de production insupportable, cela entraînerait une pénurie généralisée de marchandises qu'ils ne seraient plus en mesure de produire pour la même raison, de toutes manières personne ne pourrait plus se les procurer car trop chères, elles seraient invendables faute de solvabilité ou de clients pour les acquérir, du coup ils se retrouveraient avec des stocks phénoménaux sur les bras, pour les écouler il ne leur resterait plus qu'à casser les prix, mais dans ce cas-là leur profit s'effondrerait, ils seraient conduits à la faillite, par conséquent ils licencieraient en masse, et ainsi de suite. Sans parler qu'ils ne contrôleraient pas le cours des matières premières sur le marché mondial, et ils ne seraient plus en mesure d'exporter quoi que ce soit, à moins de s'attaquer à ce qui reste des acquis de la classe ouvrière, liquider le Code du travail, réinstaurer la journée de 8 ou 9 heures de travail par jour, bloquer ou diminuer les salaires, etc. et je ne suis pas sûr que ce serait suffisant pour rivaliser avec la Chine par exemple. Ils se retrouveraient face à une situation sociale explosive avec pour seule solution pour la contenir, le fascisme, on en revient donc à la situation actuelle.

Quand je dis qu'il n'y a pas d'autre alternative au capitalisme que le socialisme, ce n'est pas parce que je suis socialiste, ce que je pense et ce qui est, c'est deux choses différentes et je ne confonds par les deux, je ne suis pas dogmatique ou borné, fanatique, j'observe que jusqu'à présent et depuis des millénaires, jamais la roue de l'histoire ne s'est mise un jour à tourner à l'envers, c'est impossible d'inverser le processus historique. En revanche à défaut de progresser, il peut très bien se putréfier, s'asphyxier jusqu'à ce que mort s'en suive.

Prends un fruit, et au lieu de le manger tu le places dans un placard, qu'est-ce qui va se passer ? Il va se mettre à moisir, à se décomposer, à pourrir et finalement il va être réduit en poussière. Non seulement il ne sera pas resté en l'état, mais à aucun moment il ne retournera au stade antérieur, il est définitivement révolu, et bien c'est la même chose avec l'économie.

On pourrait peut-être dire que le sort de la matière est tributaire du temps qui passe et qui fait son œuvre. On ne peut pas faire tourner les aiguilles d'une montre à l'envers, je crois que c'est aussi simple que cela.

Nous avec le socialisme, nous n'aurions pas les mêmes contraintes qu'eux, puisque nous ne partirions pas des mêmes bases. Nos motivations, besoins ou aspirations seraient différentes ou à l'opposé des leurs. Nous disposerions de libertés qu'ils n'ont pas, comme par exemple absolument tout recycler, produire avec les technologies les plus performantes, avec des matériaux aux propriétés cent fois supérieures aux leurs, il en existe des tas qui sont extraordinaires, rationaliser au maximum la production, mettre fin à l'anarchie dans la production, produire que ce qui est vraiment utile, on mettrait fin à l'obsolescence programmée, les machines et les outils seraient quasiment inusables, tout serait réparable ou réutilisable, recyclable, on ne gaspillerait rien, on ne jetterait rien, surtout pas la nourriture, les vêtements, il n'y aurait pas de chômage, une masse énorme de force de travail serait (économisée) réinjectée dans la production, tous les emplois parasites disparaîtraient, huissier, assurance, publicité, etc. tout serait pensé, réfléchi...

Pourquoi pourrait-on réaliser ce programme et pas eux ? Parce que la notion de profit ou de plus-value aurait disparu, dès lors tout serait possible ou presque, tout du moins dans le cadre des conditions existantes qui en fixent les limites.

Je ne comprends pas pourquoi personne ne diffuse cela parmi la population, cela s'appelle le socialisme, on peut l'appeler autrement, je m'en fous.

Ce n'est pas sorcier, dès lors qu'on contrôle toute l'économie du pays, la monnaie, et qu'on nationalise les banques et les grandes entreprises, les entreprises stratégiques, les transports, les communications, etc. qu'on ferme la Bourse, qu'on annule les dettes des particuliers, des commerçants, artisans, PME, qu'on fout la paix aux petits capitalistes ou entrepreneurs, producteurs, éleveurs, pécheurs, on ne subventionnerait ni les médias, ni les écoles privées, ni les cliniques, ni les médecins libéraux, etc. pourquoi cela ne fonctionnerait-il pas, pourquoi la population y serait-elle opposée ?


(Un complément)

5- Je rajoute un truc très vite, il est 0h07, c'est à cette heure-là que je suis le plus en forme, c'est chiant ! Et toi ?

Le problème, c'est d'y croire, d'avoir l'espoir d'y parvenir, se dire que c'est parfaitement réalisable, car il n'y a rien d'extraordinaire, d'extravagant ou d'outrancier dans ce que j'ai avancé, avoir cet idéal en perspective, notre émancipation, la liberté, sinon à quoi bon vivre.

Mais cela ne vient pas à l'esprit des gens, ils ne sont pas prêts à se battre pour que cet idéal se réalise. Il est légitime, personne ou rien ne peut justifier de vivre dans cette société infâme aux relents totalitaires.

Ils sont incapables d'y venir d'eux-mêmes, et quand tu leur exposes, ils te prennent pour un farfelu ou un rêveur, ils ne te prennent pas au sérieux, ils ne prennent même pas la peine de t'écouter ou de réfléchir, ils sont totalement conditionnés.

Oui, quelque part ils sont très cons, car ils se désintéressent de leur propre destin. Ils peuvent faire penser au pauvre mec qui roulait à 150 km/h en moto, qui s'est envoyé en l'air et est resté paralysé à vie, là il se dit enfin que c'était une connerie de rouler aussi vite et risquer sa vie, trop tard hélas, elle est foutue !

A une autre époque, il a fallu 4 ans de guerre ou de boucherie avec leur lot de misères pour qu'enfin des révolutions éclatent et une soit victorieuse. Faudra-t-il toujours en arriver à cette extrémité, c'est la question qu'on peut se poser raisonnablement.

Quand on voit ce qu'ils sont capables d'endurer aujourd'hui sans broncher, on se dit, vivement la 5e, 6, 7e, 10e vague et vaccination pour qu'ils se révoltent enfin. Un peu de patience.

C'est quand même dingue que notre seul espoir repose là-dessus, car pour rien au monde on voudrait subir de nouveaux sacrifices, donc au lieu de s'en plaindre ou de le souhaiter, préparons-nous à cette éventualité qui semble inévitable, pour faire en sorte qu'elle se termine bien. Qu'est-ce qu'on faire d'autre ou de mieux ?


6- Ne m'écris pas que tu ne crois plus en rien, je ne te crois pas !

Hier soir j'étais crevé, vidé, je ne savais pas quoi foutre, envie de rien, j'ai regardé un documentaire sur l'occupation de Paris vue par les Allemands. De 40 à 45, j'ai observé le comportement des uns et des autres, leur revirement après Stalingrad, il a fallu cette défaite allemande pour qu'ils ne croient plus à l'invincibilité des nazis.

La psychologie humaine est passionnante, donc l'homme est passionnant aussi. Elle est complexe, l'homme est fait de hauts et de bas, de bassesses, mensonges, hypocrisies, cruautés, le tout sur fond d'ignorance, de bêtise épouvantable, de courage et de générosité aussi, on est tous passés par-là plus ou moins, on a tous notre dose de conneries et parfois de saloperies...

Le plus surprenant dans ce documentaire, c'est un ex-soldat allemand qui raconte en se marrant ce qu'il a vécu à Paris à cette époque, dont les bordels qui n'existaient pas en Allemagne.

Je l'ai observé attentivement ce très vieux bonhomme, le documentaire devait dater de 2010 environ. Je me suis demandé comment cela pouvait le faire marrer 65 ou 70 ans plus tard. Je me suis dit qu'il était resté aussi con, et qu'il allait mourir ainsi. J'ai eu pitié de lui sans déconner, il m'a fait de la peine parce qu'il avait une bonne bouille. Je me suis dit en me couchant qu'il n'avait pas mérité cela. Il faut prendre du recul sur ce que l'on vit, sinon parfois c'est à devenir fou ou déprimé.




QUATRIEME PARTIE

Commentaires dans le bolg du Dr. Maudrux

@ à Czerno – 4 septembre 2021

– Maître Di Vizio ‘twite’ : un Conseil d’Etat «aveugle sourd et de mauvaise foi» a rendu hier son ordonnance sur le recours contre le passe sanitaire : «pour le CE… le Pass n’est pas une incitation à la vaccination mais un moyen de lutter contre l’épidémie; il est proportionné car limité aux seuls endroits où le virus circule activement ! »

Tout cela pour entendre cela ! Quelle connerie !

Je me demande si ceux qui s’en remettent à ces guignols d’avocats ou attendent quelque chose de ces procédures bidonnes le font exprès, idem pour les pétitions, lettres ou courriels à des représentants des institutions ou du régime, dont apparemment ils refusent toujours d’admettre la nature… Un tel acharnement fait penser à l’acharnement thérapeutique, c’est malsain.

Cela vaut ceux qui vont se faire vacciner pour pouvoir aller boire un café au bistrot du coin et qui font confiance finalement aux mêmes. Ils légitiment Macron à leur façon, bravo ! Attendez de voir la suite du programme, vous allez déguster, c’est la seule chose qui fait réagir les hommes hélas, donc cela ne m’émeut pas, c’est dans l’ordre des choses et je m’y conforme puisque c’est inévitable.

Ce n’est pas tout.

Je ne suis pas contre la vaccination, mais contre la vaccination obligatoire. Autrement dit, tant que la roulette russe ne me concerne pas, vous pouvez prendre le risque de crever si vous en avez envie, je m’en tape finalement…

Je suis pour la vaccination obligatoire pour qu’il n’y ait pas de jaloux, la roulette russe pour tout le monde, cela tombera peut-être sur vous et pas sur moi, qui sait, je m’en tape, c’est la vie…

Vous voyez une différence, moi pas. Personnellement, je suis contre la vaccination tout court, je m’en tiens aux molécules efficaces (allopathiques, homéopathiques, plantes) et à la vitamine D, au zinc… Je suis logique jusqu’au bout, et puisque rien ne justifie scientifiquement la vaccination, je ne vois pas pourquoi je devrais changer de position.

Lu dans un article publié par FranceSoir.

Alors qu’aurions-nous dû faire ?

Aurions-nous dû vacciner absolument tout le monde pour éviter des formes graves chez les actifs ou laisser les actifs en bonne santé attraper le virus pour gagner une meilleure immunité à long terme.

Selon le choix que vous faites, vous allez favoriser certains et handicaper d’autres. Il faudrait alors calculer la valeur de chaque vie pour savoir lesquelles sauver et lesquelles sacrifier.

Ma vie vaut-elle plus cher que la vôtre ?

Mais une vie mon cher lecteur, ça vaut combien d’euros ou de dollars ?

La mienne vaut-elle plus ou moins cher que la vôtre ?

C’est une question dégueulasse.

Elle n’a pas de bonne réponse. La poser est déjà scandaleux !

Face à un tel dilemme la science n’est d’aucune aide, le chiffre d’aucun secours quand bien même serait-il juste… Fin de l’extrait.

Prendre le risque de faire mourir ou handicaper à vie des enfants ou des jeunes, des bien-portant de tout âge afin d’épargner des vieillards perclus de comorbidités, c’est insupportable.

Et mettre le doigt dans l’engrenage en affirmant qu’on n’est pas contre la vaccination en principe, sachant que jamais un vaccin n’a pu être mis au point contre un coronavirus (Raoult, Péronne, Fouché, etc.), sachant qu’il mute en permanence et qu’un vaccin serait inefficace dans pratiquement tous les cas de figure, sachant qu’il existe des traitements efficaces et éprouvés sans effets secondaires à tous les stades de la maladie pour réduire sa létalité finalement à ceux que la mort soulagera, c’est tout aussi insupportable !

J’irai même encore plus loin. Je sais que ces thérapies géniques entraînent des décès, environ 40.000 officiellement dans le monde, sans doute beaucoup plus, j’ignore dans quelle proportion mais cela ne doit pas être énorme. En prenant pour base 1 milliard ayant reçu les “vaccins” américains ou anglais, 40 000 morts cela donne un taux de mortalité de 0,004%, le virus a fait plus de morts même en tenant compte du trafic des cadavres ou certificats de décès.

Alors pourquoi pousser des cris d’orfraie contre ces “vaccins” en mettant en avant cet argument ? C’est ridicule, c’est se décrédibiliser ou fournir des arguments à nos ennemis.

On n’en arriverait pas là en prenant position résolument contre toute vaccination, au lieu de chercher des arguments bidons pour s’y opposer.

Personne n’a le droit de jouer avec la vie d’une personne, sous aucun prétexte. Personne ne peut s’arroger un droit de vie ou de mort sur quiconque. Chacun est libre de disposer de son corps ou de sa vie comme il l’entend, du moment qu’il n’empiète pas sur celle des autres ou leur liberté. Les hommes ont toujours vécu entourés de virus, les plus résistants y ont survécu, les plus faibles ont été éliminés, sans que la notion de justice ou de droit s’emmêle ou y soit pour quelque chose, et ce n’est pas un tyran qui y changera quoi que ce soit.

C’est la conclusion à laquelle je suis arrivé.


@Jean Louis 05

Vous êtes encore trop bon. Laissez tomber, vous êtes en présence de croyants, de fanatiques, d’anticommunistes primaires dignes du maccarthysme ou d’ignorants profonds comme l’était mon père, qui toute sa vie a répété le discours de la réaction qu’il avait appris par coeur à la télévision, à la radio ou dans les journaux, et qui pour lui avait valeur de vérité, je ne dirai pas de connaissance, il était profondément arriéré et vouait un culte aux puissants, aux patrons, aux institutions… et à de Gaulle, et c’était un ouvrier pauvre (menuisier en bâtiment) ! Il a passé sa vie la haine chevillée au corps contre quelque chose qu’il ignorait et il mourut aussi bête qu’il avait vécu.

Ne cherchez surtout pas à rivaliser avec eux ou à les convaincre de quoi que ce soit. Leur discours est d’une médiocrité telle, qu’on n’a aucune emprise dessus, ils seront incapables de vous soumettre le moindre argument pour soutenir leurs allégations, ils ne connaissent que l’anathème et le déni du pauvre d’esprit. C’est incurable parvenu à un certain âge, et ici ils sont très nombreux dans ce cas-là.

Ne vous étonnez pas que la plupart vous renvoient vers des personnages ou des blogs, des documents ou vidéos, associations d’extrême droite ou de libertariens qui par exemple poussent le ridicule jusqu’à accuser l’Union européenne ou le Forum économique mondial d’être des répliques de l’URSS qui n’avait rien à voir avec le socialisme ou le communisme. Mais apparemment nombreux sont ceux qui sont prêts à s’en accommoder, sans s’apercevoir qu’ils sont le miroir ou le reflet exact de ceux qui s’accommodent de Macron, Véran et Cie. C’est pitoyable, mais nous en sommes là.

Ils ne savent absolument rien sur le socialisme qu’ils n’ont cessé de confondre avec la gauche, la social-démocratie dégénérée ou le stalinisme qui en étaient de farouches ennemis. Cela les dépasse complètement, et ils sont loin d’être les seuls dans ce cas-là. Vous savez quelle est leur alternative au régime dictatorial de Macron, une dictature basée sur les mêmes principes, à ceci près qu’ils en seraient les bénéficiaires, comment pourrait-il en être autrement avec de tels personnages ou partis politiques.

A leur décharge, il faut constater que ce qu’on a appelé à tort la gauche et l’extrême gauche sont aussi pourries jusqu’à la moelle et également irrécupérables. Tous ont adopté la muselière et la vaccination par exemple, la version officielle de G. Bush sur le 11/9, on peut remonter ainsi au krach de 1929 et on fera le même constat, c’est une constante depuis près d’un siècle.

On est en train de découvrir qu’on a été les victimes d’une effroyable imposture depuis des lustres dans tous les domaines, alors pourquoi pas aussi en politique et en économie, hein, je vous le demande, pourquoi pas ? On n’a pas cessé de vivre dans le mensonge et l’hypocrisie, d’en être les otages ou les complices. Quelle insouciance, quelle inconscience !

Moi j’ai osé franchir le pas, j’ai entrepris de revoir sans a priori toutes les connaissances que j’avais acquises depuis mon enfance, et chaque jour pratiquement j’en apprends de belles, je vais de découverte en découverte, je progresse, et franchement vous ne savez pas à quel point je me sens bien, libéré, totalement libéré, c’est tout le mal que je souhaite à chacun.


@à Kiki

– La proposition de loi de la gauche pour la vaccination obligatoire

Pouvez-vous préciser qui l’a formulée, quel acteur politique ou quel parti, s’il vous plaît. Merci.


@à Kiki

– la proposition de loi de la gauche pour la vaccination obligatoire.

Vous en êtes encore là ? Vous le faites exprès ou c’est voulu dites-nous ?

Le PS, la gauche, il est vrai qu’avec un tel argument, on va loin, pour mémoire, il a cessé définitivement d’être de gauche le 3 août 1914.

C’est du domaine de l’illusion, de la supercherie, de la croyance et rien d’autre.

Le PS est un parti anti-ouvrier, antisocialiste, anticommuniste, de droite et réactionnaire de par la nature de son engagement politique et non sa littérature, pour faire bref.


- @Jean Louis 05

Désolé, les détracteurs de Mélenchon ont raison.

Mélenchon, c’est un couteau sans lame, dites-le aux lecteurs effarouchés de cet Ehpad qu’est devenu le blog du Dr. Maudrux. Vous ne craignez rien de cet ancien bolchevik devenu opportuniste pour ne pas dire charlatan, avec lequel j’ai partagé le même courant politique autrefois.

Il est totalement inoffensif pour le capital, le régime. Il n’y a pas chez lui ou dans son programme un argument qui supporte l’épreuve critique de l’analyse, pas un.


Le 2 septembre 2021

La causerie comporte deux parties, la seconde revient sur la situation mondiale.

Ils sont pacifistes, apolitiques, autant dire impuissants, inoffensifs, non, non dangereux !

Entre La Réaction En Marche et La Révolution En Marche, n'hésitez plus !

Prenez une dose d'anticorps neutralisants en adoptant le socialisme avec LVOG !

Soyez sans crainte, c'est sans effets secondaires, vous serez immunisé à vie contre toute sorte de saloperies, de dégénérescences, de scléroses, de pestes, de parasites, de vermines, de poisons, même la conneries n'y résiste pas, ne soyez pas indifférence ou son ennemi, vous le regretteriez un jour.

Sans déconner, il a un pouvoir universel, et même que vous vous en porterez mieux immédiatement. Et si vous êtes désireux de vous en sortir de votre vivant, mais ce n'est pas une condition, partagez-le et refusez la distanciation sociale ou physique, plus besoin de muselière et de vaccin non plus. Plus vite on aura atteint une immunité collective contre la peste brune qui empeste ce pays et le monde, plus vite on sera émancipé et libre.


Cette causerie au format pdf (32 pages)

Non, il ne veut pas !

Encore un immeuble entièrement ravagé par un incendie pendant des heures et qui refusent de s'effondrer sur lui-même en quelques secondes.

Italie : Un incendie ravage un immeuble de 20 étages à Milan - 20 Minutes avec AFP 30 août 2021

https://fr.news.yahoo.com/italie-incendie-ravage-immeuble-20-025313724.html

https://www.leprogres.fr/faits-divers-justice/2021/08/30/les-images-spectaculaires-d-un-immeuble-de-20-etages-ravage-par-les-flammes-a-milan?fr=operanews

https://www.20min.ch/fr/video/des-images-qui-rappellent-celles-de-la-tour-grenfell-340757533242


La civilisation humaine à la croisée des chemins.

Cette crise nous offre, et c’est une première historique, la possibilité de choisir, sachant que le retour en arrière n’est plus possible, n’en déplaise aux « comme-avantistes ». Le paradigme a désormais atteint son point de non-retour et la grande bascule amorcé son mouvement : sortir grandi de cette crise et souverain ou finir asservi et aliéné ? En somme, choisir entre le grand réveil ou le grand reset. (Julie Lioré, anthropologue, pour le collectif Reinfocovid - le 2 avril 2021

Ingénierie sociale, manipulation et consentement

https://reinfocovid.fr/science/ingenierie-sociale-manipulation-et-consentement/


C'est celui qui le dit qui l'est !

A Châteauneuf-sur-Isère, dimanche aux Amphis de La France insoumise dans la Drômes Mélenchon, dit passe-passe (opposé au pass mais favorable à la vaccination pour tous ou obligatoire) a lancé : "L'abstention, décidément, est un piège à cons!". La preuve en est que "tout passe par le pouvoir politique, encore plus en Ve République", parce que sous la Ve République le pouvoir politique ne serait pas inféodé au pouvoir économique, il nous prend décidément pour des cons, et il en a conscience puisqu'il s'agirait comme en 68 d'aller voter "pour changer la vie", au lieu de s'attaquer aux fondements de la société, autrement dit rien ne changerait fondamentalement pour les exploités. FranceSoir 29.08


Totalitarisme. Quand ils identifient la finance aux juifs et vous accusent d'antisémitisme.

Selon Télé 7Jours, l'expression le financier est l'ennemi devrait être bannie des discours, parce qu'elle aurait historiquement une connotation antisémite. Autrement dit, toute critique à l'égard de l'aristocratie financière, de l'oligarchie financière, des banquiers, de personnages liés à la finance devrait faire l'objet d'une censure et d'une condamnation, donc les méfaits et crimes commis par la finance devraient faire l'objet d'une autocensure ou personne ne devrait les évoquer sous peine de prendre le risque d'être traîné dans la boue par ces inquisiteurs aux ordres de la finance.

Ce qu'on observe ici ou ailleurs puisque le procédé est toujours le même, c'est que ce sont ceux qui délivrent cet oukase qui se livrent à cet amalgame entre l'argent et le juif pour ensuite l'attribuer à leur cible, là en l'occurrence il s'agissait de Mélenchon, auquel on peut reprocher beaucoup de choses mais pas cela. Le procédé est particulièrement misérable, grotesque, dégueulasse.

Vous aurez noté que quand F. Hollande l'avait sorti lors d'un meeting (au Bourget je crois) en 2012, il n'avait pas fait l'objet d'une telle cabale, normal, les Rothschild et Cie. savaient qu'ils étaient un des leurs et personne ne l'avait pris au sérieux, tandis que venant de Mélenchon, c'est tendancieux ou certains pourraient le prendre au sérieux, à tort, peu importe.

https://www.programme-television.org/news-tv/Zemmour-ca-veut-dire-olive-en-arabe-Jean-Luc-Melenchon-tacle-le-polemiste-de-CNews-sur-ses-origines-VIDEO-4676588#xtor=AL-54

Pour faire chier ces ordures, Thierry Meyssan avait aussi fait l'objet d'une telle campagne abjecte après la sortie de son livre L'effroyable imposture.

20ème anniversaire des attentats du 11-Septembre

Tout donne aujourd’hui raison à Thierry Meyssan - Réseau Voltaire 31 août 2021

https://www.voltairenet.org/article213844.html

Vous voulez avoir une idée assez précise de ce qu'ils sont capables de faire, alors lisez ces articles.

Thèmes. 11 septembre 2001

688 articles

https://www.voltairenet.org/mot37.html?lang=fr

Depuis 20 ans je partage l'analyse de Thierry Meyssan, tandis que la totalité du mouvement ouvrier a préféré la version de G. Bush, cela vous étonne ?


Totalitarisme. La finance, ce n'est pas seulement l'antisémisme, le racisme

LVOG - Rappelons que Black Lives Matter est notamment financé par le milliardaire G. Soros.

Très forte poussée raciste aux USA (FBI) Réseau Voltaire 1er septembre 2021

Selon le FBI, on a assisté à une très forte poussée des crimes racistes aux États-Unis durant l’année 2020. C’est-à-dire durant la campagne de Black Lives Matter qui visait au contraire à dénoncer un supposé « racisme systémique ».

Au cours de l’année, les agressions contre les Noirs américains ont augmentée de 40 %, celles contre les Asiatiques américains ont augmentées de 70 %.

Source : Hate Crime Stastistics 2020, FBI.

A lire : « Joe Biden réinvente le racisme », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 11 mai 2021.


De ma fille instit à La Réunion.

A mettre au compte de tous les acteurs politiques, organisations ou partis criminels qui appellent au côté de Macron à la vaccination de la population qu'elle soit obligatoire ou non.

- Une lycéenne est morte pendant un cours d'eps la semaine dernière (pourtant elle était sportive). Elle s'était faite injectée quelques jours avant. Une autopsie doit avoir lieu. Mais bon, on sait que ça sera étouffé sauf si la famille en parle. Et comme ils ont signé l'autorisation de vaccination, ils se sentiraient coupables donc... ils vont préférer croire à une mort "autre".

30 ans en arrière s'ils avaient voulu te vacciner de force, j'aurais résisté les armes à la main, jamais ils n'auraient pu te toucher sans mon accord quoi qu'il m'arrive.

Si aujourd'hui il y avait des parents qui avaient le courage de le faire, cela changerait la donne immédiatement, car les commanditaires de Macron craindraient que le pays s'embrase à feu et à sang et que cela se retourne contre eux.

La présentatrice de la BBC est bien décédée des suites de l’injection contre le Covid-19 - lemediaen442.fr le 27 août 2021

C’est confirmé, Lisa Shaw, qui travaillait pour BBC Radio Newcastle, est décédée à l’âge de 44 ans, une semaine après avoir reçu sa première dose du vaccin. Dans un article de la BBC, le médecin légiste de Newcastle, Karen Dilks, a confirmé que Mme Shaw souffrait de caillots sanguins dans le cerveau : « Lisa est décédée des complications du vaccin AstraZeneca. […] Mme Shaw était auparavant en bonne forme physique, il est “clairement établi” que sa mort est due à une “thrombocytopénie thrombotique” induite par le vaccin. » lemediaen442.fr le 27 août 2021

Covid-19 : la myopie gagne du terrain chez les enfants - euronews 30 août 2021

La myopie gagne du terrain, notamment chez les enfants depuis le début de la pandémie. Telle est la conclusion d’une étude menée par des chercheurs hongkongais. En cause principalement, la fermeture des écoles, le confinement et l’apprentissage en ligne. Ce dernier a augmenté le temps passé sur les écrans quotidiennement et réduit celui accordé aux activités en plein air.

Sur les 1 800 enfants âgés de six à huit ans qui ont participé à cette étude, 80 % ont déclaré utiliser un appareil numérique plus de trois heures par jour, voire six heures quotidiennement pour 20 % des participants. Les chercheurs ont constaté une augmentation de leur myopie d’environ 40 à 50 %.

Début 2020 déjà, une étude chinoise menée sur des enfants âgés de 6 à 13 ans et qui suivaient une scolarité à la maison, avait montré que les plus jeunes du groupe avaient 22 % de risques d’être myope dans l’année contre 5 % auparavant avant. euronews 30 août 2021


Parole d'internaute (blog du Dr. Maudrux).

- Certes les gens au pouvoir aujourd’hui sont plutôt les enfants des 68tards, mais ces mêmes 68 tards sont encore bien présent chez les retraités gauche bobo et qui sont partie prenante dans la soumission à la dictature pseudo sanitaire ; Cette France de gauche et d’extrême gauche voire libertaire qui est hostile au mouvement de protestation actuel, très majoritairement vaccinée prenant les autres pour des débiles, des nuisances ; Je suis bien placé pour en parler car depuis bientôt un an j’ai quasiment rompu (provisoirement) avec mes proches, famille, comme certains vieux amis; J’ai même un frère qui m’a sorti en janvier que la police aurait dû agir contre une rave party se déroulant en Bretagne ( sans conséquences sanitaire par ailleurs) ; Là j’ai compris qu’il se passait qq chose dans notre société, un nouveau monde en train de connaître et j’ai rompu les milieux universitaires et même les syndicats sont gangrenés par cet état d’esprit, faites piquer tout le monde est une position répandue dans ces milieux ” intellectuels” ; je suis retraité de l’enseignement supérieur...

LVOG - La réalité est cruelle, et les hommes dénués de conscience ou qui en possèdent si peu aussi, c'est un fait.

C'est leur nature biologique ou sensorielle qui les guide, leur tube digestif et leur système reproductif ou sexuel aussi, le tout piloté par leur système nerveux dont dépend également leur immunité ou leur survie, ce qu'ils ignoraient jusqu'à présent et continuent d'ignorer, puisqu'apparemment ils sont incapables de tirer les enseignements de l'expérience qu'ils sont en train de vivre, quitte à ce qu'elle leur soit fatale, comme preuve de leur inconscience, on ne pouvait guère imaginer meilleure démonstration ou preuve.

Qu'allez-vous donc chercher ou inventer là, on va nous sortir sur un ton outré. Oui, quelque part c'est désespérant que les bac +5 à 11 soient de tels sinistres crétins !

Quand j'étais jeune, j'étais déjà un rebelle. Mon père me menaça de m'envoyer en pension ou en maison de correction, puis en asile psychiatrique, et enfin il me souhaita de choper le sida et de vivre une bonne guerre pour me faire rentrer du plomb dans la tête comme il disait, sans imaginer un instant que cela m'aurait été fatal ! Je me rendis compte rapidement qu'à peu de choses près l'ensemble de ma famille lui ressemblait ou lui donnait raison. A l'école (privée et confessionnelle) je fis pratiquement la même expérience avec l'humiliation en prime. Une fois devenu adulte, elle allait sans cesse se répéter sur les lieux de travail que j'allais fréquenter avec des patrons ou des chefaillons stupides et tyranniques. Auparavant à l'adolescence j'eus bien de bons copains, mais je devrais constater par la suite que je n'allais en conserver aucun parce que nos relations ne tenaient pas à grand-chose finalement. Plus tard il devait m'arriver la même mésaventure avec mon couple à mon grand désespoir, ce qui explique en grande partie pourquoi je suis parti très loin.

Sauf qu'on ne peut rien oublier. C'est d'ailleurs préférable, car rien ne peut remplacer les expériences qu'on a vécues pour en tirer des enseignements et essayer de mieux comprendre le monde dans lequel on vit, quel sens on peut donner à notre existence pour qu'elle ne nous paraisse pas inutile ou insupportable. On dit aussi que la plupart des gens ne gagnent pas à être connus, car on serait forcément déçu parce qu'on apprendrait, à moins qu'il ne s'agisse des illusions qu'on avait projetées sur eux qu'on aurait du mal à admettre, qui sait ?

On passe notre vie à se faire des idées sur tout et sur rien sans savoir pourquoi en somme, et quand la réalité nous contraindra à nous pencher dessus on feindra de le découvrir et on le prendra mal, puisque ce qu'on allait prendre en pleine gueule serait forcément désagréable ou pas vraiment à notre avantage, et avant de s'en remettre ou de se reconstruire, on passera par toute sorte d'états douloureux, et avec un peu de chance on réalisera qu'on avait simplement agi inconsciemment et qu'il n'existait pas d'autres explications.

C'est d'ailleurs ce qui se passe quand on aborde la société, on arrive à s'en sortir que lorsqu'on parvient au constat qu'elle est le produit d'un processus historique inconscient, ce qui permet d'entrevoir une issue politique pour sortir du cauchemar ou de la situation inextricable dans laquelle elle est plongée, ce qu'on n'aurait jamais imaginé jusque-là.

Un autre truc m'est revenu en mémoire le lendemain matin.

Quand j'eus 19 ans, ce sont des jeunes un peu plus âgés que moi et issus des classes moyennes qui m'initièrent à la politique et au socialisme, eux ils n'allèrent pas plus loin ou ils s'en détournèrent, tandis que chez moi, issu d'un milieu ouvrier pauvre, ils bouleversèrent ma vie sans doute parce que je ressentais davantage le besoin de changer de société. Donc là aussi on constate que des niveaux de conditions matérielles différents vont déterminer des comportements différents, aucun de mes copains ne militeront au cours de leur vie.

Qu'auront-ils fait au cours de leur vie ? Ils auront finalement reproduit le mode de vie de leurs parents, autrement dit pendant que la société allait connaître de profondes transformations pendant des décennies, leur niveau de conscience n'allait pas suivre ou progresser, il demeurera au niveau médiocre où il était. On aura eu ensuite l'occasion de s'en apercevoir à de multiples reprises, mais on n'en comprendra pas la signification ou plutôt, on ne cherchera pas à la comprendre car cela aurait induit la nécessité de modifier en profondeur notre mode de pensée et on n'y tenait pas, ou on en fut incapable du fait que la société (ses fondements) était restée la même malgré tout.

Toute crise ou tout évènement important qui ne nous touche pas directement, violemment, n'a aucune chance d'entraîner un changement de notre comportement ou alors inconsciemment, à nos dépens, ce qui est le pire des cas de figure qui peuvent se présenter à nous, car au lieu de progresser, notre niveau de conscience va régresser.

Mais c'est quand des cataclysmes s'abattront sur eux, qu'on s'apercevra que ce qu'on avait imaginé être une espèce supérieure n'avait pas dépassé le stade de la sauvagerie ou de la barbarie en réalité, par exemple, de nos jours cela se traduit par leur justification de l'interdiction d'accès à l'hôpital à des malades parce qu'ils ne sont pas vaccinés contre la Covid. Ce sont des monstres de cruauté par ignorance, parce qu'ils sont déshumanisés

Bienvenue chez les lâches, les déserteurs, les collabos du régime tyrannique de Macron

LVOG - Comme quoi les bac +5 à 11 en tiennent une couche...

Déclaration du Bureau national du POI réuni le 28 août 2021

Extrait - Et si la vaccination est indubitablement un considérable progrès pour l’humanité, la campagne de vaccination actuelle, sur laquelle il ne nous appartient pas de porter un jugement médical, non seulement ne respecte pas la liberté de chacun, mais ne saurait occulter le désastre sanitaire organisé qui met en danger la vie des travailleurs et de la population.

LVOG - Après s'être livrés à une telle apologie de la vaccination, vous ne vouliez tout de même pas qu'ils puissent "porter un jugement médical" indépendant sur "la campagne de vaccination actuelle", continuant de nier les données officielles fournies par les autorités médicales sur les décès et accidents graves ou invalidants survenus en France et dans le monde entier suite à l'injection de ces thérapies géniques expérimentales.

Ils ignorent également que ces substances ne servent à rien, hormis produire de nouveaux variants et entretenir ainsi une pandémie imaginaire, que les vaccinés ne sont pas protégés et sont infectieux, et qu'ils en meurent parmi eux. Ils le savent aussi bien que vous et moi, mais ils s'en foutent. Comme ils se moquent que la vaccination quasi obligatoire serve à l'instauration d'un système numérique de contrôle de l'ensemble de la population ou d'un régime totalitaire.

Ils ignorent aussi qu'en recourant à certaines molécules peu coûteuses et sans effets secondaires, la maladie est stoppée ou ne se développe pas (la charge virale tombe), et donc un vaccin est inutile. Autrement dit, ils adoptent le même discours que Macron, il n'existe pas de traitement efficace contre la covid et ses variants, faites-vous vacciner. Alors quand ensuite ils revendiquent "la liberté de choix de la vaccination et la liberté de prescription des médecins", chacun aura compris que c'est juste un exercice de style ou que ce n'est pas leur combat, la preuve en est que, concernant l'école ils demeurent des zélés représentants de la muselière et de la "distanciation physique" (Page 3 du n°669 d'Informations ouvrières).

Au fait, où est donc passée la grève générale pour mettre un terme à cette dictature ?


Quelques brèves réflexions.

- Le nouvel ordre mondial : C'est la guerre à perpétuité contre tous les peuples... (Voir l'Afghanistan, l'Irak, la Syrie, la Libye, etc.)

- Pass-dictature ou politique, pas sanitaire pour un rond, rien ne peut le justifier sur le plan médical...

Un internaute - En effet, tout a augmenté, les mensonges, la ségrégation, les thromboses et le compte en banque des laboratoires pharmaceutiques.

Dans un blog - « Les choses vont dans le bon sens. Le statu quo entre le réel et le virtuel est impossible, le réel gagne toujours à la fin. Pour inverser la tendance générale et irrésistible au retour du réel, le pouvoir n’a pas d’autre choix que la fuite en avant dans la fiction et la répression. Ce qui ne fera qu’accélérer le retour du réel en poussant toujours plus de gens à la prise de conscience. Le pari du Great Reset était risqué, un énorme coup de bluff, mais perdu d’avance. »

LVOG - C'est ce qu'on peut se dire raisonnablement, reste à savoir jusqu'où ira leur "prise de conscience", et là j'ai un fâcheux doute, car je ne vois ni pourquoi ni comment elle pourrait aller plus loin que d'habitude, car il en faudra beaucoup plus pour qu'elle atteigne le niveau de maturité requis pour qu'ils envisagent sérieusement de renverser le régime, sans organisation et direction cela demeurerait impossible. Il ne suffit pas d'aimer le violon et de vouloir apprendre à en jouer, si on ne suit pas de cours et si on ne le pratique pas, on n'y arrivera jamais. Sauf si on avait un don, mais je ne pense pas qu'on pourrait en avoir un qui couvrirait le champ de la totalité des expériences humaines, à moins d'élever le niveau de la population au rang de virtuose, ce qui est hors de sa portée. La démocratie ne sera jamais achevée ou complète, ce qui n'empêcherait pas de passer à un niveau supérieur ou à la disparition des classes sociales, dont les rapports cimentent le régime de l'exploitation de l'homme par l'homme.

On commet une erreur ou on manque de précision en leur attribuant d'être à l'origine de ce régime, c'est plutôt les nécessités qui s'imposent aux hommes qui les a conduits à créer les conditions propices à l'apparition de classes sociales, à imaginer un ordre social. Si on parvient à s'émanciper du règne de la nécessité, les inégalités et les injustices, les discriminations disparaissent, on résout donc notre problème, on peut enfin entrevoir celui de la liberté.

L'homme n'en est pas encore arrivé à imaginer qu'il devait penser son destin ou le prendre en mains pour qu'il se réalise, donc il y a du boulot sur la planche !

En attendant... Cela me fait penser à ces proclamations d'autosatisfaction destinées à se donner bonne conscience et à faire passer à la trappe tout un pan de la réalité dû au régime toujours en place une fois qu'on se croit sorti d'affaire : A quel prix, pour se retrouver dans quelle condition, avec un amas de cadavres et un champ de ruines à perte de vue sur les bras, des générations de vies brisées, gâchées, sur lesquelles le malheur s'était abattu en toile de fond, la haine aveugle, le fanatisme, l'injustice, la cruauté et leurs ravages frappant des victimes innocentes, de préférence les meilleurs des hommes, hantent nos nuits...


Comment rivaliser avec Macron sur sa droite ?

- A huit mois de la présidentielle, la gauche plus éclatée que jamais - BFMTV 30 août 2021

- Présidentielle 2022 : Denis Payre, candidat à une primaire LR - LePoint.fr 30 août 2021

Sa candidature porte à cinq le nombre de prétendants à une éventuelle primaire des Républicains. LePoint.fr 30 août 2021

- Jordan Bardella accuse Éric Zemmour de faire le jeu d'Emmanuel Macron - BFMTV 30 août 2021

Invité de "BFM Politique" ce dimanche, le vice-président du Rassemblement national regrette les propos du polémiste, ce dernier ayant estimé que Marine Le Pen ne gagnera "jamais" l'élection présidentielle. BFMTV 30 août 2021


Un point sur les manifestations du 28 août 2021.

En fin de journée, le ministère de l'Intérieur a annoncé avoir dénombré près de 160.000 manifestants dans les 222 cortèges recensés à travers le pays, dont 14.500 à Paris. Le week-end dernier, Beauvau avec compté plus de 175.000 manifestants.

Le collectif militant Le Nombre jaune, qui publie un décompte ville par ville, a recensé dans sa "première estimation" au moins 319.290 manifestants en France, contre 357.100 il y a une semaine.

Outre les quatre défilés parisiens, les manifestations les plus importantes ont eu lieu à Montpellier (9.500 personnes) et Mulhouse (5.000). Selon les préfectures, ils étaient également 4.000 à Toulon et Annecy, 3.000 à Marseille ou 2.500 à Lyon. AFP et francesoir.fr 28 août 2021

En complément.

- Grèce: 7.000 manifestants contre la vaccination obligatoire des soignants - AFP 29 août 2021

Les manifestants, qui s'étaient rassemblés sur la place Syntagma, tenaient des drapeaux grecs et brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait notamment lire: "Nous ne sommes pas contre les vaccins mais contre le fascisme" et "vive la démocratie".

Le gouvernement grec a pris des mesures afin d'encourager le plus grand nombre de personnes à se faire vacciner face à la propagation du variant Delta du coronavirus. AFP 29 août 2021

- Berlin : week-end de mobilisation contre les restrictions sanitaires - euronews.com 29 août 2021

Ils ont bravé l'interdiction et ont manifesté ce samedi dans les rues de Berlin contre les mesures sanitaires en Allemagne. Tout au long de l'après-midi, des milliers de personnes ont défilé dans les quartiers de Friedrichshain, Prenzlauer Berg et Mitte dans la capitale allemande.

Les mots paix, liberté et démocratie sont scandés au mégaphone. Les manifestants protestent essentiellement contre le pass sanitaire exigé à l'entrée de certains lieux. Pour encadrer les manifestants, plus de 2 000 policiers étaient déployés dans toute la ville.

Plusieurs milliers de personnes s'étaient également rassemblées la veille. euronews.com 29 août 2021


Grève générale jusqu'au retrait de la vaccination et du pass obligatoire !

C'est l'extrême droite qui avance le mot d'ordre de "blocage général et jusqu'à la grève générale", on s'étrangle ! Du coup la gauche et l'extrême gauche collaborationnistes vont l'abandonner estimant qu'il est réactionnaire.

Militants ouvriers, syndicalistes, n'écoutez pas vos dirigeants corrompus qui appellent au côté de Macron à vacciner la population tout en prétendant s'opposer au pass-apartheid, c'est à vous que revient de préparer les conditions de la grève générale, d'organiser les travailleurs et jeunes dans l'unité sans vous soucier des appareils de vos syndicats ou partis qui s'y opposent.

Si vous voulez vous distinguer de l'extrême droite qui instrumentalise ce mot d'ordre, c'est facile, il suffit de proposer comme perspective politique à votre combat la nécessité de procéder à un changement de régime politique pour les militants politiques, et économique pour les syndicalistes, les deux étant intimement liés, vous renouerez avec la tradition du mouvement ouvrier révolutionnaire.

On ne peut pas envisager une issue politique conforme aux intérêts des masses et la prise en compte de leurs besoins sociaux dans le cadre d'un régime compatible avec une dictature absolue ou un régime totalitaire aux mains d'un gang mafieux et criminel d'oligarques, il faut impérativement s'en débarrasser, donc abolir la Constitution et les institutions de la Ve République et instaurer une République sociale reposant sur une assemblée constituante souveraine...

AFP - M. Philippot a confirmé samedi l'organisation le 4 septembre d'un rassemblement national. "Nous irons jusqu'au blocage général et jusqu'à la grève générale", a-t-il promis à ses troupes, "nous ne lâcherons rien". AFP 28 août 2021

En complément. L'extrême droite, c'est quoi ? Devinez, la piquouse pour les autres... mais pas pour soi !

- Vendredi 27 août 2021, Jean-Marie Le Pen s'est exprimé via son compte Twitter. Ainsi, c'est à la surprise du plus grand nombre que le fondateur du Front National a appelé à se faire vacciner. "Santé publique : je conseille de se faire vacciner contre le Covid-19 !", a-t-il écrit.

Alors qu'il a célébré son 93ème anniversaire le 20 juin dernier, Jean-Marie Le Pen fait partie des personnes 'vulnérables' identifiées par le Haut conseil de la santé publique comme étant à risque de formes graves de Covid-19. Cependant, ce dernier n'est pas vacciné. Et pour cause, il semblerait qu'il ne fasse pas entièrement confiance aux industries pharmaceutiques autorisées en France. closermag.fr 28 août 2021

LVOG - Vous me direz que parmi tous les courants politiques de l'extrême droite à l'extrême gauche il y en a qui sont assez dingues pour croire les conneries qu'ils racontent et se faire vacciner. Assurément, il y en a plus que ce que l'on croit, je dirais même que c'est la majorité plus on va à gauche parce que ce sont les plus ignorants et dégénérés ; A droite ou à l'extrême droite, parmi les couches ou classes supérieures ils ont conscience de la réalité ou plutôt ils ont suffisamment de discernement pour ne pas aller jusqu'à adopter un comportement suicidaire, sinon comment pourraient-ils continuer de profiter de leurs privilèges, franchement ?


La vaccination et le pass obligatoire : Rejet !

Guadeloupe.

- Dénonçant la stigmatisation persistante d'Olivier Véran envers les Antillais, Eric Coriolan, du mouvement des Sentinelles, remet les choses en ordre.

Olivier Véran affirme qu’aux Antilles c’est une épidémie de non-vaccinés. Ce qui fait réagir Eric Coriolan sur sa page facebook : « C’est une épidémie de non-vaccinés ? Et en Israël, c’est une épidémie de quoi ? À Malte, c’est une épidémie de quoi ? En Grande-Bretagne c’est une épidémie de quoi ? En Islande c’est une épidémie de quoi, monsieur Véran ? Voilà le genre d’âneries que le ministre de la Santé profère sur une chaîne nationale dans le silence le plus total de la classe politique guadeloupéenne. Incapable de faire clouer le bec à ces personnes qui viennent stigmatiser, une fois de plus, nos territoires pour propager la peur et vendre leur vaccin. »

M. Coriolan dénonce par la suite les basses manœuvres de l’Etat français faisant passer l’épidémie de dengue qui sévit aux Antilles pour une épidémie de covid. « La situation dans laquelle on se trouve aujourd’hui est le manque de transparence de l’ARS et le manque de collaboration avec des services locaux pour s’assurer qu’il n’y a pas une épidémie de dengue concomitante à cette covid, une épidémie de grippe concomitante à cette covid, créant la panique sur l’île ! Voilà la réalité de la situation. » lemediaen442.fr 28 août 2021

Antilles : Olivier Véran repousse la vaccination obligatoire chez les soignants - rci.fm 27 août 2021

Sauf pour les Antilles.

"La loi s'appliquera" donc partout, a-t-il insisté, à l'exception des départements d'outre-mer submergés par la quatrième vague épidémique - en particulier la Martinique et la Guadeloupe - où la mesure sera "repoussée de l'autre côté de la vague" car "on n'allait pas leur rajouter cette contrainte".

Le ministre de la Santé a bien entendu soufflé que nul n'était en mesure de connaître la fin de la vague de covid-19 qui frappe les Antilles. rci.fm 27 août 2021

Pass sanitaire : à Besançon, les soignants ont brûlé blouses et diplômes… - lemediaen442.fr le 27 août 2021

https://lemediaen442.fr/pass-sanitaire-a-besancon-les-soignants-ont-brule-blouses-et-diplomes/

Après le tribunal de Versailles, Strasbourg annule le Pass sanitaire dans les centres commerciaux - lemediaen442.fr 28 août 2021

L’arrêté préfectoral a été suspendu car « il portait une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté d’aller et venir » pour des établissements vendant « des biens de première nécessité », en l’occurrence les nombreux supermarchés présents dans ces centres commerciaux, selon France 3 Région?. 20minutes.fr - lemediaen442.fr 28 août 2021

Annulation du pass sanitaire dans les centres commerciaux de plusieurs départements francesoir.fr 31 août 2021

Les Hauts-de-Seine après déjà les Yvelines, l'Essonne et le Haut-Rhin: dans ces quatre départements, en attendant Paris dont le cas est examiné ce mardi par le tribunal administratif local, la justice administrative a décidé de suspendre les arrêtés préfectoraux qui y imposaient le pass dans les centres commerciaux de plus de 20.000 m2. francesoir.fr 31 août 2021

Le maire de Montfermeil : « Renseignez-vous bien avant de faire vacciner votre enfant, des traitements existent » - lemediaen442.fr le 27 août 2021

Voici le communiqué du maire de Montfermeil, Xavier Lemoine, sur sa page Facebook. S’adressant aux Montfermeillois, il dénonce la vaccination : « Il ne s’agit en aucun cas de vaccins, tout au moins à ce jour pour les différents produits proposés en France, mais de thérapies géniques. Renseignez-vous bien avant de faire vacciner votre enfant. ».

Loin des discours propagandistes de BFMTV, Xavier Lemoine prend très au sérieux la santé des Montfermeillois: « Face au Covid il est possible et nécessaire de renforcer son système immunitaire de manière préventive. […] les traitements précoces appropriés existent, sont efficaces et qui tout à fait légaux quant à leur emploi. »

Prenant très au sérieux son rôle d’homme politique et les conséquences de la vaccination des enfants à la rentrée : « Au moment où l’on veut, dès la rentrée, massivement vacciner des hommes et des femmes de plus en plus jeunes, en pleine formation à l’âge de l’adolescence, il s’agit de nos enfants donc, je ne peux qu’inciter les parents, à qui le consentement sera demandé, de bien s’intéresser à la portée que leur décision aura de manière irréversible pour l’avenir de leurs enfants. » lemediaen442.fr le 27 août 2021


Totalitarisme. Du côté de la covidémence.

Au micro de Sputnik, Éric Tricot, infirmier spécialisé en anesthésie à l’hôpital Henri-Mondor à Créteil, délégué syndical SUD Santé

- "La vaccination était la seule thérapie qu’on avait face à cette pandémie, elle avait ce côté positif. Ils [les communicants du gouvernement, ndlr] l’ont complètement diabolisée". sputniknews.com 27.08.2021

LVOG - Si ce n'est pas à vous dégoûter du syndicalisme, alors comment cela s'appelle ? Un tel déni est criminel.

Totalitarisme. Le "peuple élu" n'est pas un cobaye depuis hier... des antisémites !

Covid-19: Israël abaisse à 12 ans l'âge pour recevoir une 3e dose de vaccin - BFMTV 29 août 2021

Plus de 5,4 millions de personnes ont reçu deux doses de vaccin en Israël, soit 58% de la population, et plus de 1,9 million une troisième. BFMTV 29 août 2021

Totalitarisme. Le grand concours planétaire de fascisme est lancé.

Australie : un panneau devant les maisons pendant la mise en quarantaine covid - lemediaen442.fr 29 août 2021

En Australie, si tu souhaites passer inaperçu, c'est ric-rac ! Des panneaux pour avertir la population des cas covid, à la vue de tous, devant les maisons des pestiférés.

Rien ne va plus en Australie ! Les sportifs de retour des Jeux olympiques de Tokyo ont eu droit à une quarantaine de 28 jours. La folie gagne, comme nous vous le rappelons dans un article sur la chasse à l’homme contre Anthony Karam testé positif covid. Rien ne justifie des mesures dites sanitaires. Les graphiques de la John Hopkins University font état de 1 cas et 0 décès.

L’Australie s’enfonce pourtant encore un peu plus dans la dictature. En témoigne ABC News :

Le commissaire Stevens a déclaré que : « Les résidents d’Australie-Méridionale de retour qui sont actuellement tenus de se mettre en quarantaine à domicile pourront toujours retourner en Australie-Méridionale et se mettre en quarantaine à domicile. Cependant, ils recevront un panneau de quarantaine et l’afficheront sur le devant des locaux dans lesquels ils sont en quarantaine pendant la période de 14 jours. »

Non, vous ne rêvez pas ! Bien que nous n’ayons pas le droit de faire des rapprochements avec la Seconde Guerre mondiale au risque d’être traités d’antisémites… plus nous avançons dans cette folie sanitaire et plus cela y ressemble dangereusement. lemediaen442.fr 29 août 2021

Australie : positif au Covid, «l'ennemi sanitaire numéro 1» inculpé pour non respect de l'isolement - RT 27 août 2021,

Il avait donné une fausse adresse aux autorités puis avait disparu. Les forces de l’ordre ont alors émis un mandat d’arrêt à son encontre et publié une photo du jeune homme ainsi que sa description. Présenté comme mesurant environ 1,70 m, d’apparence méditerranéenne/moyen-orientale, avec une silhouette mince, des cheveux noirs coupés courts, des yeux marron, une barbe et une moustache. L'avis de recherche précisait toutefois à la population d’éviter tout contact avec lui et d’appeler les urgences. «Il n'est pas seulement un danger pour la communauté, mais pour lui-même car il est malade et on a pu le voir tousser lorsqu'il a été vu pour la dernière fois dans un immeuble», a déclaré un porte-parole de la police cité par The New Zealand Herald, un quotidien néozélandais.

Après des recherches actives, les forces de l’ordre ont interpellé Anthony Karam dans un appartement de Wentworth Point, une banlieue de Sydney, le 26 août. L'arrestation a été filmée par des journalistes présents sur place à qui le jeune homme menotté a lancé: «J’étais isolé tout le temps, mec». Toujours selon le quotidien néozélandais, l'homme a été emmené au poste de police de Bankstown avant d'être inculpé pour 13 infractions, notamment pour ne pas s'être isolé, ne pas s'être conformé aux instructions sur le Covid-19 et non-port du masque. Anthony Karam s'est vu refuser la libération sous caution et devait comparaître ce 27 août devant le tribunal local de Bankstown. Une journaliste a rapporté ce jour sur Twitter que la libération conditionnelle a, de nouveau, été refusée et que sa prochaine comparution aura lieu le 23 septembre. RT 27 août 2021

ENQUÊTE: « Après le Pass sanitaire, la crainte d’une exportation du modèle de surveillance sociale chinois » - qg.media 28 août 2021

La crise du Covid et la mise en place controversée du Pass sanitaire, notamment en France, a fortement ravivé la crainte de voir le modèle chinois s’exporter dans le monde entier. Pour QG, Julien Moschetti a enquêté sur l’envers du capitalisme de surveillance: reconnaissance faciale, QR code, police prédictive, entre autres technologies qui pourraient avoir des conséquences dramatiques sur l’avenir de démocraties déjà très défaillantes.

https://qg.media/2021/08/28/enquete-apres-le-pass-sanitaire-la-crainte-dune-exportation-du-modele-de-surveillance-sociale-chinois/


Totalitarisme. Il s'agit bien d'une dictature mondiale.

- Covid-19 : le Venezuela compte vacciner les enfants dès l’âge de 3 ans - LePoint.fr/AFP 1 septembre 2021

Le Venezuela accélère sa campagne de vaccination contre le Covid-19. Les personnes âgées de 3 à 18 ans pourront recevoir les doses de sérum dès le mois d'octobre, a annoncé le président Nicolas Maduro ce mardi 31 août. Dans l'ensemble du pays, moins de 12 % de la population a été vaccinée jusqu'à présent. « Nous aurons des vaccins pour tous les enfants, adolescents et jeunes du Venezuela », a-t-il déclaré à la télévision d'État.

Le gouvernement ne fournit pas régulièrement les chiffres de vaccination. Selon l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), 3,3 millions de personnes (11,62 %) ont reçu les deux doses de vaccins administrées dans le pays : le russe Spoutnik V et le chinois Sinopharm. Près de 6 millions de personnes ont reçu la première dose. LePoint.fr/AFP 1 septembre 2021


Totalitarisme. La reconnaissance faciale pour accéder à certains programmes sur Internet existait déjà.

Chine : les mineurs limités à 3 heures de jeu en ligne par semaine - lepoint.fr 31 août 2021

La Chine a annoncé lundi qu’elle allait interdire aux moins de 18 ans de jouer plus de trois heures par semaine aux jeux vidéo en ligne, avec l’objectif affiché de lutter contre l’addiction des jeunes. Certains enfants chinois peuvent passer des journées entières scotchés à leur écran. Ce phénomène est décrié depuis longtemps en Chine pour ses conséquences négatives : baisse de la vision, impact sur les résultats scolaires, manque d’activité physique ou risque d’addiction.

La réglementation interdisait déjà aux mineurs de jouer en ligne entre 22 heures et 8 heures. Le régulateur de l’audiovisuel, de l’édition et de la radiodiffusion a annoncé lundi que les moins de 18 ans ne pourront plus jouer en ligne qu’une heure par jour, et uniquement les vendredis, samedis et dimanches, soit trois heures maximum par semaine. Les mineurs ne pourront par ailleurs jouer « qu’entre 20 heures et 21 heures », précise le texte.

Les autres jours de la semaine, les jeux vidéo en ligne seront en revanche inaccessibles aux moins de 18 ans. Pendant les vacances scolaires, ils pourront jouer une heure par jour. Pour empêcher les mineurs de contourner l’interdiction, ces derniers devront se connecter avec une pièce d’identité.

Début août, un influent journal gouvernemental avait jugé que les jeux vidéo étaient devenus « un opium mental ». L’article épinglait notamment Tencent, le poids lourd du secteur, et son populaire jeu en ligne multijoueurs Honor of Kings, qui compte plus de 100 millions d’utilisateurs actifs quotidiens. Sous pression, le groupe, qui imposait déjà des limitations de temps de jeu et la reconnaissance faciale pour empêcher les moins de 18 ans de jouer la nuit, a depuis encore durci les règles. Tencent limite désormais ses jeux à une heure par jour pour les mineurs. lepoint.fr/AFP 31 août 2021

Contre-argumentation

Le Dr David Bauer : « L’injection de Pfizer fait baisser les défenses immunitaires » - lemediaen442.fr 29 août 2021

Le Dr David Bauer, du Francis Crick Institute, déclare, à propos des vaccins covid de Pfizer : « Nous avons constaté que les personnes ayant reçu deux doses du vaccin Pfizer ont des quantités d’anticorps neutralisants cinq à six fois inférieurs. Il s’agit en quelque sorte des anticorps de sécurité privée de référence de votre système immunitaire, qui empêchent le virus de pénétrer dans vos cellules. Nous avons également constaté que les personnes n’ayant reçu qu’une seule dose sont moins susceptibles d’avoir des taux élevés de ces anticorps dans leur sang. Et, ce qui est peut-être le plus important pour nous tous à l’avenir, c’est que nous constatons que plus vous êtes âgé, plus vos taux sont susceptibles d’être bas, et que plus le temps s’écoule depuis que vous avez reçu votre deuxième vaccin, plus vos taux sont susceptibles d’être bas. » lemediaen442.fr 29 août 2021

On connait l’origine des trois quarts des covids longs et on sait comment les soigner ! - pgibertie.com 28 août 2021

Tout le monde ne réagit pas de la même façon face au coronavirus. Si les personnes immunodéprimées ou âgées sont plus susceptibles de contracter une forme grave du virus,. l’infection peut, dans plus de 20% des cas, s’éterniser, pour des raisons qui ne sont pas toujours claires.

Selon une nouvelle étude réalisée aux États-Unis, les formes longues du coronavirus seraient dues à la présence d’un autre virus dans l’organisme des patients qui, jusqu’ici, « dormait ». Il s’agit d’une infection virale très courante qui affecte près de 95% de la population mondiale, durant l’enfance. Sa contraction se manifeste par une banale infection des voies respirations, accompagnée de fièvre, ou par une mononucléose infectieuse. Dans certains cas, il peut également causer des cancers. Une fois l’épisode infectieux passé, le virus restera dans l’organisme, mais dans un état inactif. Il peut cependant parfois se réveiller.

https://www.annualreviews.org/doi/abs/10.1146/annurev.micro.54.1.19

« Nous avons effectué des tests sérologiques du virus d’Epstein-Barr sur des patients atteints du Covid-19, au moins 90 jours après qu’ils aient été testés positifs pour l’infection par le SARS-CoV-2. Et nous avons comparé les taux de réactivation de l’EBV de ceux qui présentent de symptômes longs du Covid à ceux qui n’ont jamais présenté de symptômes du Covid .Nous avons trouvé que plus de 73% des patients Covid-19 qui présentaient des symptômes longs du Covid étaient également positifs pour la réactivation de l’EBV. »

« Nous avons trouvé des taux similaires de réactivation de l’EBV chez ceux qui présentaient des symptômes longs du Covid pendant des mois, comme chez ceux présentant des symptômes longs du Covid qui ont commencé quelques semaines seulement après avoir été testés positifs pour le coronavirus »

Il existe un traitement extraordinaire contre le virus d’Epstein Barr… et la covid

Des virus tels que le cytomégalovirus humain (HCMV), le papillomavirus humain (HPV), le virus d’Epstein-Barr (EBV), et le coronavirus (syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2 [SARS-CoV-2]) représentent un grand fardeau pour la santé humaine dans le monde.

Li et al., J. Cellular Physiology, doi:10.1002/jcp.30055 (Peer Reviewed) (In Vitro) Quantitative proteomics reveals a broad-spectrum antiviral property of ivermectin, benefiting for COVID-19 treatmentSourcePDFShareTweetIn Vitro study showing Ivermectin is a safe wide-spectrum antiviral against SARS-CoV-2, human papillomavirus (HPV), Epstein–Barr virus (EBV), and HIV.

L’ivermectine, un médicament antiparasitaire, également un agent antibactérien, antiviral et anticancéreux, qui offre plus de potentiel pour améliorer la santé publique mondiale et peut inhiber efficacement la réplication du SRAS-CoV-. Cette étude visait à identifier les altérations de la voie d’infection virale liées à l’ivermectine dans les cellules cancéreuses de l’ovaire humain.

How Ivermectin Helps with Epstein Barr Virus (EBV)

https://www.youtube.com/watch?v=eSc03tzITF0

https://pesquisa.bvsalud.org/global-literature-on-novel-coronavirus-2019-ncov/resource/en/covidwho-777472

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32959892/

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33047383/


Piquousés, alors ça gaze, de quoi se plaint le peuple franchement !

Les tarifs du gaz augmenteront de 8,7 % au 1er septembre 2021- lemediaen442.fr le 27 août 2021

Au 1er septembre 2021, les tarifs du gaz augmentent de 8,7 %. La hausse attendra 9 % pour les foyers qui se chauffent au gaz.

Les tarifs réglementés d’Engie augmenteront à partir du 1er septembre de 8,7 % HT, soit 7,9 % TTC, par rapport au barème en vigueur applicable depuis le 1er août, a annoncé vendredi la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Cette hausse est de 2,7 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 5,5 % pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 9,0 % pour les foyers qui se chauffent au gaz, précise la CRE dans un communiqué. lemediaen442.fr le 27 août 2021


Et pendant ce temps-là, ils continuent tranquillement de se goinfrer...

- Le mois d'août, traditionnellement considéré comme un des pires mois pour les investisseurs, s'est donc terminé cette année sur une note très positive.

Sur le mois, le Dow Jones a gagné 1,22%, le Nasdaq a grimpé de 4% et le S&P 500 de 2,90%.

Selon des résultats définitifs, l’indice NASDAQ, où se concentrent les valeurs technologiques, a grimpé de 0,90 % à 15 265,89 points, franchissant un nouveau record, de même pour l’indice élargi S&P 500 à 4528,79 points (+0,43 %). L’indice Dow Jones des valeurs vedettes s’est un peu replié à 35 399,84 points (-0,16 %).

Ce sont ces grands noms de la tech ont ainsi tiré lundi le NASDAQ à son 32e record de l’année : Apple a terminé en hausse de 3,04 % à 153,12 dollars, Amazon de 2,15 % à 3421,57 dollars, Facebook de 2,15 % à 380,66 dollars. Au tableau des actions, le titre de PayPal a fait un bond de 3,64 % à 288,47 dollars. Affirm Holdings, qui offre des solutions d’achat à crédit, a vu son titre exploser à +46,67 % à 99,59 dollars après avoir annoncé avoir conclu un accord avec Amazon pour proposer des paiements à crédit à ses clients.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre, dont c’est le dernier jour de cotation, a terminé en baisse de 0,57 % à 72,99 dollars à Londres, par rapport à la clôture de la veille.

À New York, le baril américain de WTI pour le même mois a perdu 1,02 % à 68,50 dollars.

L’euro prenait 0,09 % par rapport au billet vert, à 1,1808 dollar. france24.com et lapresse.ca 30 et 31 août 2021

Zone euro: l'inflation bondit à 3% en août, au plus haut depuis 10 ans - Le Figaro 31 août 2021

Le taux d'inflation annuel en zone euro n'avait plus atteint 3% depuis novembre 2011, a indiqué à l'AFP un porte-parole d'Eurostat. Mais l'analyse des différentes composantes de l'indicateur montre le rôle majeur joué par le pétrole et le gaz. En août, le secteur de l'énergie a enregistré la hausse annuelle la plus élevée, à 15,4%, loin devant les biens industriels hors énergie (+2,7%), l'alimentation, alcool et tabac (+2%) et les services (+1,1%).

Parmi les grands pays partageant la monnaie unique européenne, l'Allemagne a connu une inflation particulièrement élevée (3,4%), tout comme l'Espagne (3,3%), tandis que l'Italie (2,6%) et la France (2,4%) sont restées en dessous de la moyenne du bloc. Le Figaro avec AFP 31 août 2021


Qui en doutaient, franchement ? La guerre, ils ne connaissent que cela.

LVOG - Si vous soutenez le capitalisme, si vous cautionnez ses institutions, ne venez pas vous plaindre de ce qui vous arrive, fermez-la ou vous l'aurez mérité, car maintenant vous ne pouvez plus faire semblant que vous ne saviez pas. Dans la vie il n'y a rien de pire que de ne pas savoir ce qu'on veut, car d'autres s'en chargent à votre place. Les nantis s'en foutront parce qu'ils partagent les mêmes intérêts. Leur conscience leur commande de privilégier l'idéologie qui est compatible avec leur compte en banque.

Les partisans de la « Guerre sans fin » saluent le ralliement de Joe Biden - Réseau Voltaire 28 août 2021

Les partisans de la doctrine Rumsfeld/Cebrowski de « guerre sans fin » saluent bruyamment le ralliement du président Biden à leur cause.

Joe Biden avait renoncé à cette forme de guerre lors de sa rencontre à Genève avec Vladimir Poutine. Mais il vient de s’y rallier en soutenant la mise au pouvoir des Talibans à Kaboul.

Le professeur Samuel Moyn —qui publiera dans deux semaines Humane : How the United States Abandoned Peace and Reinvented War (Humain : Comment les États-Unis ont abandonné la paix et réinventé la guerre) aux éditions ? Farrar, Straus and Giroux— s’est fendu d’une tribune libre sur le site Internet du Washington Post : « Biden a retiré ses troupes d’Afghanistan. Il n’a pas mis fin à la "guerre éternelle" » [1].

Dans la foulée de la chute de Kaboul et de l’allocution du président Biden, il se félicite que la « Guerre contre le terrorisme » soit poursuivie bien au-delà de la traque de ben Laden. Il se réjouit des nouvelles techniques militaires qui n’ont plus besoin de nombreuses troupes permanentes au sol, mais utilisent des drones et des Forces spéciales. Il souligne que le déploiement des troupes US ne doit pas se concentrer sur l’Afghanistan, mais être beaucoup plus ambitieux et s’opérer globalement ; d’où le repli actuel.

Samuel Moyn rappelle qu’avant même l’élection du président Biden, son futur secrétaire d’État Antony Blinken s’était déjà prononcé pour un retrait des troupes états-uniennes d’Afghanistan et leur déploiement ailleurs [2]. Pourtant en avril 2021, le président Biden avait déclaré à propos de l’Afghanistan qu’il était « temps de terminer la guerre éternelle ». C’est qu’il préparait le sommet de juin avec son homologue russe, Vladimir Poutine. Une fois celui-ci terminé, il revient à la doctrine Rumsfeld/Cebrowski. Version à imprimer RSS Facebook Twitter WhatsApp Viber

[1] « Biden pulled troops out of Afghanistan. He didn’t end the ‘forever war’ », Samuel Moyn, Washington Post, August 17, 2021.

[2] Intelligence Matters, CBS, January 9, 2019.

Les Talibans de 2021 ne sont toujours pas convaincus de la culpabilité de Ben Laden Réseau Voltaire 28 août 2021

Les Talibans de 2021 sont toujours sur la ligne qu’ils défendaient en 2001 : il n’existe aucune preuve de la culpabilité d’Oussama ben Laden dans les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis.

Pour eux, Oussama ben Laden était un combattant anti-soviétique, pas un terroriste international.

Ils n’ont jamais accordé la moindre importance à la vidéo diffusée par le Pentagone montrant Ben Laden revendiquant le 11-Septembre. Pour eux, comme pour les experts en reconnaissance faciale, cette vidéo et celles qui ont suivi durant une décennie sont des faux.

Interrogé le 25 août par NBC, Zabihullah Mujahid, porte-parole des Talibans, a déclaré :

« Quand Oussama ben Laden est devenu un problème pour les États-uniens, il était en Afghanistan. Bien qu’il n’y ait aucune preuve de son implication, nous avons maintenant promis que le sol afghan ne sera utilisé contre personne (…) Même après 20 ans de guerre, nous n’avons aucune preuve qu’il était impliqué. Il n’y avait aucune justification à cette guerre. C’était une excuse pour la guerre ».

Les forces armées US et britanniques étaient amassées en Égypte et en mer d’Oman avant le 11-Septembre. Elles s’apprêtaient déjà à attaquer l’Afghanistan.

Le FBI n’a jamais accusé Oussama ben Laden d’être impliqué dans les attentats du 11-Septembre, même si son directeur nommé la semaine précédente, Robert Mueller, l’a fait.

Les Talibans favorables à la construction du gazoduc trans-Afghanistan - Réseau Voltaire 29 août 2021

Les Talibans ont confirmé leur volonté de construire le gazoduc TAPI (Turkménistan -Afghanistan-Pakistan-Inde) qui permettrait d’exporter le gaz turkmène pour développer l’Asie centrale.

Ce projet avait été élaboré par le magnat argentin du pétrole Carlos Bulgheroni (Bridas) avec le gouvernement turkmène dans les années 90. Il devait être financé par la Banque asiatique de développement (ADB). Mais il entra en concurrence avec un projet du Californien UNOCAL. Après qu’un accord entre les deux compagnies ait été trouvé, des négociations entre les États-Unis et les Talibans eurent lieu à Berlin en violation de l’interdiction de voyager édictée par le Conseil de sécurité de l’Onu à l’encontre des Talibans. C’est l’échec de ces pourparlers, à l’été 2001, qui provoqua la guerre US contre l’Afghanistan (et non pas les attentats du 11-Septembre 2001).

Le négociateur d’UNOCAL, Zalmay Khalilzad, avait par hasard un bureau à Kandahar (Herat Bazaar Road), à côté du consulat pakistanais et du bureau d’Oussama ben Laden. M. Khalilzad est devenu ambassadeur des États-Unis en Afghanistan, puis à l’Onu.

Par la suite, la Chine proposa de reprendre le concept TAPI et de l’intégrer à ses projets internationaux. Le début des travaux commença en décembre 2015. Le Pakistan convainquit les Talibans de soutenir le gazoduc dès le départ des États-uniens. Fin juillet 2021, la Chine reçut les Talibans à Beijing pour s’assurer qu’ils participeraient au projet.

Les Argentins avaient de bonnes relations avec les Turkmènes ; les États-Uniens avec les combattants arabes anti-soviétiques ; les Chinois avec les nationalistes afghans. Réseau Voltaire 29 août 2021

LVOG - C’est l’échec de ces pourparlers, à l’été 2001, qui provoqua la guerre US contre l’Afghanistan (et non pas les attentats du 11-Septembre 2001). C'est une partie de l'explication, mais sans doute pas la seule, car ils n'ont pas pu plannifier une telle opération en à peine 2 mois. Vous nous avez fait le coup que ce n'était pas le pétrole et le gaz qui auraient été à l'origine du 11/9, et maintenant vous y revenez...

L’Allemagne se protège des Afghans, la France les acceuille - Réseau Voltaire 1er septembre 2021

Avec 2,6 millions de personnes, les Afghans forment la troisième communauté protégée par le Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations unies, après les Syriens (6,7 millions) et les Vénézuéliens (4 millions).

Depuis la prise de pouvoir pacifique de Kaboul par les Talibans, 123 000 personnes (dont 31 760 Afghans) ont été évacuées par les forces états-uniennes. Les Britanniques et les Australiens ne sont pas en reste. Les personnes évacuées ne sont que rarement des collaborateurs pacifiques de l’occupant anglo-saxon. Ce sont pour la plupart des membres des forces spéciales créées par la CIA pour conduire la contre-insurrection (Khost Protection Force et Direction nationale de la Sécurité). Ces gens se sont rendus coupables de crimes bien plus odieux que ceux des Talibans. Ils craignent donc à juste titre la vengeance de la population ou leur jugement.

Les Etats-Unis n’ont pas l’intention de recevoir ces réfugiés sur leur sol. Ils tentent de leur trouver des pays d’accueil. La Russie entend elle aussi se protéger, non pas des criminels de guerre, mais des jihadistes. Elle examine donc les demandes d’asile au compte goutte.

Sachant cela, l’Allemagne, qui avait annoncée devoir récupérer 40 000 personnes, n’en a accueillie que 634. C’est-à-dire 138 anciens employés et leurs familles. Le gouvernement fédéral n’a pas de problèmes avec les Afghans. Il en a accueilli près de 150 000 dans les années précédentes, mais il était conscient avant la chute de Kaboul des risques que représenteraient ces nouveaux réfugiés. Il n’a aucune envie de naturaliser des criminels de guerre. Aussi a-t-il refusé quantité de demandeurs d’asile. Dans la cohue de l’évacuation, un avion allemand affrété par des ONG (Luftbrücke Kabul) a même été contraint de décoller de Kaboul avec 180 places libres. Le ministre des Affaires étrangères, Heiko Maas, s’est rendu en urgence dans les pays riverains de l’Afghanistan (Ouzbékistan, Tadjikistan et Pakistan) pour distribuer 500 millions d’euros aux pays qui prendraient en charge les réfugiés afghans que l’Allemagne ne veut pas chez elle.

Au contraire, la France a accueilli 2 600 Afghans depuis la chute de Kaboul, alors même qu’elle n’en hébergeait qu’environ 30 000 jusque là. Le gouvernement assure avoir procédé à des vérifications répétées avant de les embarquer ; répétées, mais pas approfondies. La France n’était présente que de manière résiduelle en Afghanistan. Elle ignore tout des Collaborateurs de la CIA et de contre-insurrection à laquelle elle n’a pas participé.

Pour sa part, l’Union européenne pourrait dépenser 700 millions d’euros en faveur des pays non-européens qui accueilleraient des réfugiés afghans. Réseau Voltaire 1er septembre 2021

LVOG - Et les dégénérés qui se réclament de la gauche ou de l'extrême gauche en réclament plus ! Ils ne loupent pas une occasion de soutenir les opérations montées par l'oligarchie dans le cadre de la stratégie du chaos, La Voix de l'Opposition de Gauche s'y oppose systématiquement.




Une analyse politique

Réfléchir c'est bien, mais c'est comme marcher, vaut mieux savoir dans quelle direction on va, sinon on risque de t'égarer. Ce qu'ils appellent le Great Reset ou finalement la mise en place à l'échelle mondiale du modèle social chinois totalitaire basé sur le contrôle numérique de la population, pose énormément de questions ou implique tellement de facteurs et acteurs qu'il faut du temps pour tout mettre à sa place, d'autant plus qu'il faut prendre en compte la période antérieure qui couvre une période considérable.

Je crois que cela devrait nous conduire à modifier en profondeur notre interprétation de l'évolution en cours de la société et notre conception de la lutte de classe, parce qu'on ne peut plus aborder la situation de la même manière, maintenant que l'oligarchie financière a décidé d'user du pouvoir tentaculaire tant financier que politique dont elle dispose pour façonner le monde à son image.

En fait, ce qui s'est produit, c'est que l'hypothèse que j'avais soutenue en prenant le risque d'être traité de révisionniste, s'est pleinement vérifiée depuis janvier 2019. A savoir que l'oligarchie était dorénavant suffisamment puissante et indépendante sur les plans économique et politique pour s'affranchir des lois du capitalisme, de ses institutions, des classes, des Etats et n'avoir aucun compte à leur rendre. Dès lors, le Nouvel ordre mondial qu'elle appelait de ses voeux depuis des décennies allait enfin pouvoir se réaliser, et si forcément il devait adopter un contour totalitaire, c'est parce que le contenu l'était tout autant, réduire les libertés et les droits politiques des peuples à néant était une nécessité pour les réduire en esclavage et leur imposer un unique mode de pensée et d'existence, un comportement uniforme... Cela impliquait qu'il fallait absolument détruire toute référence au passé, au mieux le faire disparaître, au pire le réécrire sans cesse en le déformant de manière à justifier l'établissement de ce nouvel ordre social. C'est ce qui explique pourquoi ils s'en prennent au capitalisme, car il est indissociable de la lutte des classes, ces deux facteurs ne doivent jouer aucun rôle dans leur scénario sous peine de le faire capoter.

Leur défi consiste ni plus ni moins à procéder à un échange standard de modèle de société, d'où leur refus catégorique d'envisager un retour en arrière, au lieu de le colmater, ils ont décidé de balancer le modèle de société en place et de le remplacer par un autre, cette fois conçu pour durer éternellement contrairement au capitalisme, c'est tout du moins ce qu'ils ont imaginé et essaient de nous imposer en s'inspirant du modèle totalitaire chinois.

Ce que j'avais relevé, mais qu'on a continué d'ignorer, c'est que le facteur économique qui jusque-là dominait, a été supplanté par le facteur politique, on ne l'a toujours pas compris, parce qu'on ne parvient pas à admettre qu'un plan aussi monstrueux puisse exister, et pourtant, on est obligé de se rendre à l'évidence que c'est bien le cas, ce n'est pas un fantasme de mythomane, c'est la réalité. Dit autrement, une fois réglé le contrôle des principaux secteurs de l'économie mondiale et avoir concentré une puissance de feu financière supérieure à celle des Etats, il ne leur restait plus qu'à en prendre le contrôle sur le plan politique, et une fois cet objectif atteint, les conditions étaient enfin réunies pour instaurer leur nouvel ordre mondial. Voyons maintenant comment elle s'y prit pour parvenir à l'étape actuelle.

Il est exact que le capitalisme est en faillite, que les contradictions sur lesquelles il repose menacent son existence. L'oligarchie en avait pleinement conscience, et c'est ce qui explique pourquoi elle est passée à l'offensive à la fois pour écarter cette menace et éviter que le capitalisme ne s'effondre en injectant toujours plus de fausse monnaie à coup de dizaines de milliers de milliards de dollars dans l'économie ou pourquoi les gouvernements ont adopté des mesures allant dans le même sens, quitte à ce que la dette des Etats explosent. Tout le monde s'en moque autant que le bilan des banques centrales, puisque c'est elle qui est aux commandes ou donne les ordres, qui détermine combien d'argent doit être en circulation ou la valeur de chaque action cotée en Bourse, elle contrôle suffisamment l'ensemble de l'économie mondiale pour faire ce qu'elle veut, quand elle veut où elle veut, sans que personne ne puisse s'y opposer.

On s'aperçoit qu'ils ont soigneusement évité que le déclenchement de leur opération en janvier 2020 se traduise, par exemple en France, par 5 ou 10 millions de chômeurs supplémentaires, la fermeture brutale ou la disparition de centaines de milliers d'entreprises de toutes tailles. Non, au contraire, ils ont accordé aux Etats (et aux entreprises) des crédits supplémentaires pour éviter qu'une telle situation sociale se produise et se transforme en révolution, car l'essentiel était ailleurs.

Les peuples conditionnés ou soumis à l'influence de leur idéologie mercantile, trahis ou abandonnés par le mouvement ouvrier, désemparés et sans défense, étaient prêts depuis longtemps à abdiquer leurs droits et libertés, à troquer les valeurs humanistes qui donnaient un sens à leur existence après avoir abandonné l'espoir de réaliser leur émancipation, mais ils n'imaginaient pas qu'en perdant le contrôle sur la quasi-totalité de leur existence, y compris leur santé, leur alimentation, la société sécurisée et idéale dont ils allaient hériter allait s'avérer en réalité totalement déshumanisée, cauchemardesque, invivable, monstrueuse. Il ne fallut pas moins de trois décennies pour parvenir à cet objectif, donc en principe on avait largement eu le temps de le voir venir et de s'en prémunir, et pourtant...

Les oligarques maîtrisaient le facteur économique, ils n'avaient aucune crainte à avoir de ce côté-là, ainsi ils allaient pouvoir se concentrer sur l'aspect politique de la situation pour commencer à remodeler la société selon le plan qu'ils avaient minutieusement préparé depuis de longues années. D'où l'abolition immédiate de la plupart des libertés individuelles et collectives (donc politiques) conquises au cours des 241 dernières années écoulées, qui préfigurait un modèle de société où elles seraient absentes et remplacées par une sorte de code de bonne conduite, un contrat social, en réalité un règlement policier extrêmement coercitif, oppressif, répressif, où serait codifié jusque dans les moindres détails ce que chaque matricule numérique aurait le droit de penser ou de faire dans cette société totalement déshumanisée ou conformément à l'objectif politique du Great Reset.

Nos libertés individuelles et collectives allaient être soumises à un instrument numérique, le QR Code, qui dans un premier temps allait être associé à un pass sanitaire sous prétexte d'une pandémie virale, on comprend dès lors pourquoi ils l'ont fabriquée et ils y tiennent tant, censurent, musellent ou répriment ceux qui la dénoncent, avant d'être généralisé à l'ensemble des activités humaines, de nos déplacements, etc. de sorte qu'ils puissent exercer un contrôle total économique et politique sur la société, et déterminer leur orientation selon leur volonté ou folie ou leurs besoins, autrement dit une fois le sort de la population mondiale entre leurs mains, ils en feraient ce qu'ils voudraient sans que personne ne puisse s'y opposer.

C'est donc sur le plan politique qu'il faut axer notre combat. Or le mouvement ouvrier a déserté ce terrain. Ces dirigeants adeptes de la muselière et de la vaccination sont totalement sclérosés ou corrompus, par conséquent ou logiquement ils rejettent l'analyse que je viens de faire. Il n'existe donc aucune issue politique de ce côté-là, même si individuellement des militants de certains partis ne partagent pas les analyses de leurs dirigeants.

Du côté de ce qu'on appelle la société civile, qu'on assimile à juste titre à la réaction, des intellectuels, des classes moyennes, tous se situent dans le cadre de la Ve République ou proposent un schéma similaire, bourrées de contradictions plus grosses ou indigestes les unes que les autres, quand ils ne versent pas dans le populisme d'extrême droite, ils sombrent dans le pire opportunisme qui soit en tenant un discours qui se veut pacifique et apolitique, donc exactement le contraire de ce qu'on a justement besoin aujourd'hui.

Rien que les écouter ou les lire est une véritable torture, parce qu'au détour d'une expression on s'aperçoit que leurs préoccupations ne dépassent le stade de leurs intérêts purement corporatistes ou ceux que leurs castes, et par dessous tout ils n'entendent pas rompre avec le capitalisme, pas question pour eux d'envisager que les masses détiennent le pouvoir politique, ils préfèreraient encore le fascisme au socialisme. Maintenant ils ne sont pas épargnés par les contradictions de la situation, les contradictions qui minent l'existence du capitalisme, donc la leur. Ils se sentent menacés, mais ils ne veulent pas admettre ou ils ne comprennent pas que l'oligarchie ne pourrait plus avancer sur le terrain politique, si elle ne disposait plus du pouvoir économique, et que par conséquent c'est sur les deux terrains qu'il faut la combattre pour espérer avoir la chance de la vaincre.

L'oligarchie combat le capitalisme ou plutôt elle s'en sert pour instaurer une société totalitaire, donc l'opposition doit faire la même chose pour instaurer l'inverse d'une société totalitaire, peu importe qu'on l'appelle socialiste ou autrement. On comprendra au passage que l'oligarchie combat le capitalisme pour préserver les rapports sociaux issus du régime de l'exploitation de l'homme par l'homme, tandis que ses opposants doivent combattre le capitalisme pour l'abolir et mettre un terme aux rapports sociaux d'exploitation.

Une dernière chose.

On a toujours dit et il était juste de le dire jusqu'à présent, que le cours, l'évolution du capitalisme ou de l'économie mondiale était déterminée par ses lois de fonctionnement, ce qui justifiait les différents modes de production par laquelle elle était passée au fil du développement des forces productives, esclavagisme, féodalité, capitalisme, le passage de la libre concurrence au monopole, du capitalisme à l'impérialisme, du libéralisme au néolibéralisme, jusqu'au moment où, semble-t-il, la démographie mondiale atteindrait un niveau tellement monstrueux qu'il ne serait plus possible d'envisager contenir plus longtemps les contradictions qui en découlaient, il faudrait donc prendre une décision. Pourquoi ? Parce qu'il était inévitable que ces contradictions s'amplifient au fur et à mesure que la population mondiale augmenterait, car elles étaient inhérentes au fondement du système économique reposant sur l'exploitation de l'homme par l'homme, il arriverait donc forcément un moment où les besoins de 7,8 milliards d'hommes et de femmes deviendraient incompatibles avec le processus dialectique menant à la concentration toujours plus grande des richesses entre quelques mains.

Il fallait donc envisager une solution radicale pour tenter d'écarter la menace d'un embrasement social planétaire qui remettrait en cause leur hégémonie de classe et leurs privilèges, d'où l'idée d'user de leurs pouvoirs et richesses pour concevoir un autre modèle de société, qui ne serait plus basé sur des rapports économiques, bien qu'ils ne disparaitraient pas, et de recourir à l'Intelligence artificielle ou aux instruments numériques pour y parvenir. Autrement dit, pour la première fois dans l'histoire des hommes, c'est la volonté d'une poignée d'hommes et de femmes qui allait unilatéralement décider de leurs destins, non pas pour favoriser le développement de la civilisation humaine mais pour effacer tous les progrès qu'elles avaient pu réaliser au cours des siècles ou des millénaires précédents et finalement entraîner sa disparition.

On est en présence d'un changement de paradigme, mais avant que ce soit assimilé, il risque de se passer un certain temps malheureusement.

Dans ce texte je ne pouvais pas tout dire, j'ai essayé d'aller à l'essentiel pour qu'on puisse saisir facilement la trame de la situation ou suivre le fil de son évolution pour qu'aucun doute ne persiste sur son orientation.

Maintenant on pourrait m'accuser de délirer, sauf que ce délire ne daterait pas d'aujourd'hui et la situation actuelle semble me donner raison. Je reproduis ci-dessous quelques extraits de passages des causeries de mai 2013 à juillet 2019 relatifs à l'instauration d'un gouvernement mondial totalitaire ou une monarchie absolue, qui prouvent que je n'ai pas attendu mars 2020 pour intégrer ces facteurs dans ma stratégie politique que tous les lecteurs et militants ont ignorés ou n'ont pas pris au sérieux, hélas ! Depuis j'ai affiné mon analyse.


Extrait de la causerie du 4 mai 2013

Là où il y a véritablement complot, c'est justement dans l'attitude des médias et bien d'autres acteurs qui nient les faits, la réalité, qui s'emploient ainsi à empêcher les masses d'en prendre conscience et d'en tirer les conclusions politiques qui s'imposent : balayer le capitalisme, exproprier les banquiers et par là couper les vivres aux médias à leur service, briser le lien qui existe entre l'oligarchie financière et l'élite intellectuelle qui propage l'idéologie nauséabonde néolibérale, dont l'aboutissement réside dans l'établissement d'une dictature mondiale basée sur le modèle d'une monarchie absolue, d'un gouvernement mondial ou Nouvel ordre mondial une fois les masses réduites en esclavage et dépourvues de tous droits sociaux et politiques.

Extrait de la causerie du 2 juin 2013

Quant à l'Union européenne, on connaît parfaitement sa nature, on connaît un peu moins ses objectifs bien qu'elle s'en cache de moins en moins. Pour les comprendre il faut les replacer dans le contexte mondial sur le plan politique, à l'échelle du développement du capitalisme sur le plan économique. Son objectif est de spolier les masses exploitées de tout droit politique afin qu'elles ne puissent plus combattre pour des droits sociaux et qu'elles soient dans l'impossibilité de remettre en cause le gouvernement mondial dont elle est un des maillons. Elle ne vise rien de moins que la fin de la lutte des classes qui coïnciderait avec l'instauration d'une dictature mondiale bâtie sur le modèle d'une monarchie absolue.

Extrait de la causerie du 9 juin 2013

C'est une constante (historique qui remonte plusieurs siècles en arrière en réalité) sur laquelle on n'insistera jamais assez, dont personne ne parle dans le mouvement ouvrier évidemment. Et ce n'est certainement pas un hasard si le projet du cartel des banquiers sionistes anglo-saxon d'établir un gouvernement mondial ressemble finalement comme deux gouttes d'eau à l'établissement d'une monarchie absolue...

Extrait de la causerie du 22 juillet 2013

Quand le pouvoir de l'oligarchie financière a pour modèle une monarchie absolue.

Extrait de la causerie du 28 juillet 2013

Nous avons dit qu'il existait deux systèmes économiques qui fonctionnaient en parallèle, l'ancien système capitaliste basé sur les inégalités sociales, et le nouveau purement monétaire, au pouvoir illimité et affranchi des contradictions du précédent. Le premier constitue toujours une menace pour le second qui coïncide avec le mondialisme, l'établissement d'un gouvernement mondial, d'une dictature ou nouvel ordre mondial, sorte de monarchie absolue incarnée par l'oligarchie financière toute puissante et ayant droit de vie ou de mort sur ses sujets, à la manière de la CIA qui a procèdé à l'élimination d'opposants dans le monde entier par exemple.

Extrait de la causerie du 29 juillet 2013

Rappelons que la doctrine néolibérale a pour objectif l'établissement d'une monarchie absolue ou nouvel ordre mondial qu'incarnerait l'oligarchie financière flanquée d'une élite intellectuelle à ses ordres, tandis que le reste de l'humanité serait réduit en esclavage, les classes et la lutte des classes étant abolies.

Extrait de la causerie du 5 septembre 2013

On compare parfois le gouvernement mondial que l'oligarchie financière veut instaurer à une monarchie absolue, on dit aussi qu'on retourne à l'Ancien Régime avec la régionalisation, etc. c'est bien le type de rapports sociaux ou de régime qui caractérise leur projet.

Extrait de la causerie du 15 janvier 2014

Dans le cas d'un peuple, vous ou moi, remplacez serviteur par serf d'une monarchie absolue, d'une dictature implacable : bienvenue dans le Nouvel ordre mondial.

Extrait de la causerie du 4 février 2014

Effectivement, le régime que souhaite mettre en place l'oligarchie financière internationale sur le monde s'apparente à l'Ancien régime ou une monarchie absolue, ajoutons que les ONG du type d'Oxfam lié à la finance figurent parmi l'élite intellectuelle qui en fera partie.

Extrait de la causerie du 4 mars 2014

En résumé, c'est la crise actuelle du capitalisme qui n'a pas d'équivalent dans le passé par son ampleur et sa profondeur qui dicte la politique des Etats-Unis et ses alliés, car c'est la survie de leur système économique à bout de souffle qu'ils veulent à tout prix sauver, c'est la seule stratégie qu'ils peuvent adopter. Stratégie dite néolibérale, mondialiste, qui a pour but d'instaurer un nouvel ordre mondial dirigé par un gouvernement mondial, une sorte de monarchie absolue à l'échelle planétaire dont les oligarques et l'élite intellectuelle à leur service détiendraient le pouvoir politique, exerceraient un contrôle totale sur l'économique mondiale, tandis que la population mondiale serait mise sous surveillance, ses droits sociaux et politiques ayant totalement disparu, la lutte des classes étant neutralisée, pour ainsi dire définitivement vaincue.

Extrait de la causerie du 19 mai 2014

Le gouvernement mondial ou le nouvel ordre mondial qu'ils entendent instaurer et dont l'UE est un maillon, n'est rien d'autre qu'une monarchie absolue, une dictature implacable dotée de tous les pouvoirs, alors que les peuples en sont totalement dépouillés.

Extrait de la causerie du 6 août 2014

A travers les articles et les vidéos que nous avons mis en ligne au cours des années passées, nous savons que Facebook, Google, Yahoo, etc. sont liés à Microsoft, Intel, IBM, etc. qui sont liés aux grands médias américains de l'information, CNN, CBS, Time Warner, The Washington Post, etc. qui sont liés à la CIA, à la NSA, au Pentagone, qui sont liés aux banquiers anglo-saxons- sionistes, qui tous participent au groupe Bilderberg, aux think tanks néoconservateurs ou néolibéraux, ils font tous partie d'une seule et même famille qui partage la même stratégie politique ayant pour objectif l'instauration d'un nouvel ordre mondial, une sorte de monarchie absolue dont les oligarques anglo-saxons-sionistes seraient les monarques.

Pour parvenir à cet objectif, une dictature mondiale implacable, il leur faut contrôler l'ensemble de la population, la conditionner, orienter ou lui dicter son mode de pensée. Aussi doivent-ils s'employer à détruire chez elle tout espoir d'un monde meilleur, toutes les valeurs et tous les principes auxquels elle pourrait se raccrocher pour justifier ou légitimer son combat contre l'ordre établi et l'effroyable destin qu'ils lui réservent, la déstabiliser psychologiquement, instaurer un climat délétère, nauséabond, le règne de la terreur permanente. Faire en sorte qu'elle développe un penchant schizophrénique ou paranoïaque aiguë de façon à pouvoir lui imposer une interprétation de la réalité qu'elle ne pourra pas contester ou contre laquelle elle sera impuissante à se rebeller, puisqu'elle en sera totalement déconnectée ou sera incapable de la saisir, croulant de toutes parts sous la propagande que lui servira la classe dominante et ses représentants, institutions, partis, médias, Internet ou "réseaux sociaux".

Leur interprétation de la réalité, les informations qu'ils diffusent, les moyens pédagogiques, culturels et de communication qu'ils développent, combinent guerre idéologique et psychologique contre les masses exploitées afin d'atteindre leur objectif. S'employer à détruire l'espoir d'un monde meilleur chez les travailleurs, leur présenter le monde actuel sous l'angle le plus sombre, le plus cynique, a pour but de les persuader qu'il est impossible d'inverser le cours de l'histoire et qu'ils doivent se résigner à accepter le sort qu'ils leur ont réservé, à faire allégeance ou à se soumettre à leurs maîtres contre lesquels ils sont impuissants à lutter.

Pourquoi font-ils étalage de leur toute puissance ? Pourquoi ne s'entourent-ils plus de précautions pour camoufler ou édulcorer leurs méfaits abominables ? Pourquoi font-ils preuve d'une telle audace dans le cynisme ? Certainement pas parce que ce seraient des imbéciles ou qu'ils auraient perdu la tête, bien au contraire ils savent parfaitement ce qu'ils font, cela tient de la guerre psychologique qu'ils mènent contre les travailleurs pour briser leur moral, leur résistance, les conduire au désespoir, les contraindre à baisser les bras, à abdiquer leurs droits légitimes, à capituler, à devenir des serfs comme disait le banquier Nick Rockefeller à Aaron Russo.

Extrait de la causerie du 5 janvier 2015

Ce que nous avons voulu expliquer ici, c'est qu'il est erroné de réduire l'interprétation de la guerre que livre l'impérialisme américain aux autres impérialistes à une tentative de conserver son hégémonie sur le monde, dans la mesure où cette guerre poursuit un autre objectif de nature politique que rejettent ou occultent les partis ouvriers, et qui doit se solder par l'instauration d'un gouvernement mondial s'imposant à tous les peuples de la planète, un nouvel ordre mondial qu'il serait impossible de remettre en cause ou dont il serait impossible de contester la légitimité, de combattre et encore moins de renverser, contrairement à aujourd'hui où la mobilisation internationale des travailleurs suffit parfois pour faire reculer certains gouvernements, ce qui serait impossible une fois que cette monarchie absolue et tyrannique disposerait de tous les pouvoirs à l'échelle mondiale.

On a envisagé le communisme à l'échelle mondiale, mais on refuse d'admettre que son antithèse pourrait voir le jour, c'est tout de même curieux et incohérent, non ? Ce sont les dirigeants les plus puissants de la planète qui évoquent très sérieusement et publiquement cette stratégie politique du nouvel ordre mondial, et non nous qui y ferions référence à la légère à la suite de je ne sais quel illuminé en mal de notoriété. Sérieusement, qui peut croire un instant qu'il s'agirait de paroles en l'air ou sans importance à part ceux que cela arrange de le croire ?

Extrait de la causerie du 17 avril 2015

Nous avons dit et répéter que la stratégie politique de l'oligarchie financière anglo-saxonne-sioniste qui domine au sein du capitalisme mondial, avait pour objectif d'instaurer un nouvel ordre mondial qui serait dirigé par un gouvernement mondial, sans avoir affirmé d'une part qu'ils auraient déjà atteint cet objectif, nous nous sommes bornés à avancer les conditions qui pourraient en permettre la réalisation, à terme, à une date indéterminée qui est forcément fort éloignée, d'autre part nous n'avons jamais défini quelle forme prendrait ce gouvernement mondial puisqu'apparemment leurs auteurs l'ignorent également, on peut cependant en déduire que dores et déjà le fonctionnement actuel d'un certain nombre d'institution financières et politiques contrôlées par l'oligarchie financière à travers le monde remplissent ce rôle ; il suffit d'observer leurs agendas, leurs déclarations, les mesures qu'elles prennent pour s'apercevoir qu'elles agissent de concert, que leur politique est dictée par les mêmes impératifs et suit une orientation déterminée, ce qui ne signifie pas là encore qu'elles ne seraient pas en proie à des contradictions, puisque parmi leurs membres figurent des Etats aux intérêts nationaux antinomiques, qui selon les circonstances sont considérés comme primordiaux ou passent à la trappe ou encore servent de monnaie d'échange lors de tractations.

Nous n'avons fait que déterminer la tendance dominante de l'évolution de la situation mondiale, afin de pouvoir la combattre sur tous les fronts ou définir les tâches qu'on devait se fixer pour la combattre efficacement, ce qui ne signifiait pas que chacun des acteurs clés de la situation l'aurait adoptée aveuglément ou s'y soumettrait volontiers, qu'ils l'interprèteraient tous exactement de la même manière, que leurs intérêts seraient identiques, à terme sans aucun doute, mais on en est si loin qu'on ne s'est pas aventuré au-delà, surtout sachant la résistance que les peuples allaient leur opposer et l'immensité des obstacles qu'il leur faudrait encore abattre pour parvenir à leur objectif final, une autre attitude relèverait du défaitisme, on s'avouerait vaincu ou on considèrerait la guerre de classe perdue d'avance, comme de nombreux oligarques eux-mêmes on doute qu'ils parviennent à réunir les conditions pour imposer cette stratégie jusqu'au bout, ce n'est pas une question d'y croire ou non, on observe comment la situation évolue et dans quelle direction, c'est tout.

Dès lors qu'une intention est formulée clairement, on doit se demander quelle probabilité existe-t-il ou quelle chance a-t-elle de se réaliser. On peut aussi l'ignorer ou décréter qu'elle relève de la propagande ou je ne sais quoi d'autres.

Là en l'occurrence, faire référence à l'impérialisme américain ou à l'hégémonie américaine ne nous avance pas à grand-chose au-delà de ce qu'on connaissait déjà, c'est du niveau du commentaire de journalistes de l'AFP.

On peut les traiter de tout ce qu'on veut pour se soulager, mégalomanes, psychopathes, affairistes, marionnettes, etc. leur trouver toutes les tares ou tous les défauts du genre humain, on peut répéter sans fin ce qu'on a lu dans Le Capital qu'on n'est pas plus avancé pour autant. Parfois on peut donner l'impression de faire dans l'outrance ou la facilité, mais c'est juste une posture pour ne jamais perdre de vue l'essentiel, à savoir que notre affaire est des plus sérieuse puisqu'elle concerne le sort de l'humanité entière.

On ne peut pas comprendre une orientation politique sans la raccorder aux besoins du capitalisme qui dépendent ou s'inscrivent dans un processus dialectique dont l'issue est assimilable à celle de la lutte des classes.

Pour autant qu'une poignée de capitalistes concentrent un pouvoir extraordinaire, jamais dans le passé ils n'ont eu à affronter un ennemi aussi nombreux et si puissant : 7 milliards d'hommes et de femmes qui frappent à la porte, qui exigent que leurs besoins et aspirations soient satisfaits immédiatement, un gigantesque défi pour eux et le capitalisme, qui nécessite forcément qu'ils s'y adaptent et qu'ils prévoient de quelle manière ils vont l'affronter et le résoudre à leur profit, quels moyens, quels instruments ils vont utiliser, créer pour y parvenir, comment ils vont se servir de ceux qui existent déjà, quel avenir ou développement ils leur réservent, le tout sachant pertinemment que leur système économique est virtuellement en faillite ou condamné à l'effondrement, qu'il est en état de survie artificiel au quotidien, de quoi en faire des cauchemars chaque nuit et devenir hystérique, donc partant de ce constat, la seule manière de se rassurer, de soulager leur angoisse et de se maîtriser c'est encore de mesurer les pas accomplis vers la réalisation de leur objectif politique final ou de s'en tenir à leur stratégie politique qui leur sert de repère et de point de ralliement.

Comme l'explique G. Friedman, la suprématie ou l'hégémonie américaine ne suffit pas, ils peuvent détenir le pouvoir de la maîtrise des océans et de l'espace, se comporter comme un empire et le revendiquer qu'ils ne parviendront jamais à leur objectif seuls, c'est-à-dire sans le soutien de tous les Etats une fois corrompues leurs institutions. Ils peuvent avoir 1.000 bases militaires réparties sur tous les continents, disposer de la planche à dollars pour financer leur industrie de guerre, qu'il leur est impossible d'occuper militairement la terre entière, il leur faut donc procéder autrement pour atteindre leur objectif, soit que tous les pays adoptent volontairement leur politique, soit qu'ils y soient contraints par la force, dans tous les cas de figure la totalité des Etats doivent s'y soumettre, reste ensuite à déterminer la part qui reviendra aux membres de la classe dominante dans chaque pays.

Leur objectif implique qu'il existe dans chaque pays un consensus autour de leur politique entre la classe dominante, l'ensemble des partis institutionnels, les institutions, les médias et l'élite intellectuelle, et que le mouvement ouvrier soit marginalisé ou suffisamment divisé ou affaibli pour ne pas pouvoir s'opposer efficacement à leur politique, ce sont les conditions politiques qu'ils doivent réunir pour mener à bien leur plan.

Chacun peut se livrer à un tour d'horizon de la situation politique dans chaque pays du monde pour déterminer l'état d'avancement de leur plan, et constater qu'il est fort avancé dans les pays les plus développés ou riches, mais pas seulement, dans pratiquement tous les pays asiatiques et africains, plus certains en Amérique latine. Ce n'est évidemment pas le cas en Chine, Russie, Iran, Venezuela, Bolivie et quelques autres pays pour des raisons davantage économiques qui tiennent en réalité à leur histoire politique ou à leurs rapports politiques passés avec les Etats-Unis ou certains Etats colonisateurs dont ils ont conservé plutôt un mauvais souvenir.

L'indépendance dont ces pays se targuent envers les Etats-Unis tient lieu de façade à leur développement économique qui favorise leur bourgeoisie nationale et l'émergence d'une puissante classe moyenne, l'armée, plus que leur peuple. S'ils ne parviennent pas à se donner les moyens de satisfaire les besoins élémentaires des exploités, un jour ou l'autre ils seront déstabilisés et renversés au profit d'un gouvernement à la solde de Washington.

Extraits du discours de George Friedman, directeur de la société de renseignement et d’analyse Stratfor, dite la « CIA de l'ombre », au Council on Foreign Relations de Chicago.

Les Etats-Unis : Un pouvoir mondial.

- "Les Etats-Unis ont un intérêt fondamental, ils contrôlent tous les océans du monde, aucune autre puissance ne l'a jamais fait. Par conséquent, nous arrivons à envahir les peuples et ils ne peuvent pas nous envahir, ceci est une très bonne chose. Maintenant le contrôle de la mer et le contrôle de l'espace est la base de notre pouvoir.

Les Etats-Unis : Un empire

- "Mais je pense que vous avez absolument raison, en tant qu'empire, nous ne pouvons pas nous comporter de la sorte. (...) Donc, les empires qui contrôlent directement les territoires, se soldent par un échec, comme c'était le cas avec l'empire nazi. Vous devez vous montrez plus intelligent. Cependant, notre problème n'est pas encore ça, notre problème est en fait d'admettre que nous avons un empire."

Les Etats-Unis : Un Etat policier.

- "Eh bien, le ratio policiers - civils à New York est supérieur à celui déployé en Irak. Personne n'est suffisamment puissant pour le faire. "

Zbginiew Brzezinski

Le grand échiquier (livre) écrit par Zbigniew Brzezinski - présenté par Michael Ruppert. http://www.dailymotion.com/video/xqkfhh_le-grand-echiquier-livre-ecrit-par-zbigniew-brzezinski-presente-par-michael-ruppert_news?start=1

Les Etats-Unis : Une super-puissance globale.

- "Pour la première fois, une puissance non-eurasienne a émergé non seulement comme un arbitre clé des relations entre les puissances eurasiennes, mais également comme la puissance dominante mondiale. La défaite et l'écroulement de l'Union Soviétique fut la dernière étape dans l'ascension rapide de l'hémisphère Ouest, les Etats-Unis, comme la seule et de fait la première super-puissance globale."

- "A plus long terme, les politique deviendront de plus en plus hostiles vis à vis de la concentration hégémonique du pouvoir dans les mains d'un seul Etat, par conséquent l'Amérique est non seulement la première, et l'unique superpuissance mondiale, mais elle est également probablement la dernière."

Les Etats-Unis : Une stratégie impériale

- "Les trois grands impératifs de la géostratégie impériale sont..."

Les Etats-Unis : Le contrôle du monde.

La théorie du Heartland de Mackinder

- "Pendant des siècles, l’Angleterre avait mené sur le continent européen une politique connue comme l’«équilibre des pouvoirs» («Balance of Power»). Elle avait pour objectif de limiter à chaque fois le pouvoir du plus fort du moment ou de l’alliance la plus forte par des alliances avec le second pouvoir de manière à ce qu’aucun Etat sur le continent ne puisse conquérir la prédominance.

Par la création de l’Empire allemand et la montée rapide de l’Allemagne impériale alliée avec les Habsbourg pour devenir une grande puissance scientifique et économique, au milieu du XIXe siècle, la situation sur le continent avait changé qualitativement du point de vue des Anglais. La puissance mondiale jusque là incontestée et maîtresse de toutes les mers du monde dut réaliser que sa domination pouvait être défiée.

Halford Mackinder, géographe anglais, politicien, co-initiateur de la London School of Economics, plus tard fondateur du Royal Institute of International Affairs («Chatham House») et conseiller important de la délégation anglaise lors de la Conférence de paix de Paris (1919–1920), a répondu à cette situation par le texte stratégique intitulé «The Geographical Pivot of History » [Le pivot géographique de l’histoire], publié pour la première fois en 1904 dans le «Geographical Journal» à Londres. Dans son livre paru lors de la Conférence de Paris «Democratic Ideals and Reality», il approfondit les réflexions géopolitiques de cet essai qui furent nommée la «théorie du Heartland». […]

Mackinder lui-même, a résumé sa théorie en trois courtes phrases:

- «Qui contrôle l’Europe de l’Est contrôle l’Heartland [Pivot Area];

- Qui contrôle l’Heartland contrôle l’Ile Monde [Eurasie];

- Qui contrôle l’Ile Monde contrôle le Monde.»

Dans sa théorie, il partit de l’idée que les terres eurasiennes et africaines avaient la plus grande partie des populations du monde et bénéficiaient des plus grandes réserves de matières premières."

Extrait de: Jochen Scholz: Worum es geht. Die Ukraine-Krise und die geopolitische Konstante auf dem eurasischen Kontinent; in: Ronald Thoden, Sabine Schiffer (Ed.): Ukraine im Visier. Russlands Nachbar als Zielscheibe geostrategischer Interessen, 2014, pp. 89–107 ( Horizons et débats - n° 9/10, 13 avril 2015)

Après ce bref aperçu de la stratégie politique mondiale ou globale des Etats-Unis qui consiste à imposer au monde entier leur idéologie, leur modèle de société et leur conception mafieuse de l'économique, qui peut encore affirmer qu'elle n'existerait pas et que la politique qu'ils appliquent ne coïnciderait pas avec la mise en oeuvre de cette stratégie ?

Les Etats-Unis n'ont jamais envisagé de se substituer aux gouvernements des autres Etats ou d'occuper militairement la terre entière puisqu'ils savent que ce serait impossible à réaliser, mais de faire en sorte que tous les gouvernements leur soit soumis et appliquent leur politique de gré ou de force une fois toute forme d'opposition organisée à leur régime de type dictatorial muselée, neutralisée, réprimée, les différentes institutions financières et politiques internationales mettant en oeuvre les moyens législatifs, policiers, militaires afin d'atteindre cet objectif.

Ce qu'il faut comprendre aussi, c'est que si le socialisme ne peut s'imposer qu'à l'échelle mondiale, pour sauver le système d'exploitation de l'homme par l'homme d'où la classe dominante tient son pouvoir et ses privilèges, c'est seulement à cette échelle qu'ils doivent affronter les contradictions du capitalisme qui menacent d'effondrement leur système économique, pour tenter de s'en émanciper et assurer ainsi la pérennité de leur domination de classe.

Cette tentative pour désespérée qu'elle soit, car rien ne dit qu'ils parviendront à leurs fins puisque la lutte des classes n'a pas dit son dernier mot, est le seul moyen (mafieux) qu'ils ont trouvé pour se maintenir au pouvoir.

Que les moyens financiers qu'ils se sont donnés pour y parvenir n'entre pas dans le cadre du capitalisme classique est somme toute normal et inévitable, ce que beaucoup ne parviennent pas à concevoir alors qu'il suffit de prendre les faits tels qu'ils se présentent pour en être convaincu, puisqu'il s'agit de le liquider au profit d'un régime économique régit uniquement par un règlement policier ou dictatorial, qui au-delà de ses volets politique et social, concerne absolument tous les rapports jusqu'aux plus intimes de la population, d'où les campagnes et la propagande incessantes des procureurs de la pensée pour y soumettre la totalité de la population, briser ses résistances.

Extrait de la causerie du10 juillet 2015

Un monarque qui concentre tous les pouvoirs et qui a droit de vie et de mort sur ses sujets, voilà en concentré la définition de la démocratie des représentants de l'oligarchie financière qui vise l'établissement d'une monarchie absolue.

Il y a quelque temps dans une interview au Wall Street journal, un oligarque s'était épanché et avait déclaré qu'on pouvait se poser la question de la légitimité du suffrage universel qui diluait la démocratie, en confiant au peuple ignare la responsabilité de se prononcer sur des questions qui le dépassaient et n'étaient pas vraiment de son ressort, et que dans ces conditions c'était plutôt à un groupe restreint de personnes ou à une élite disposant d'un puissant pouvoir ou de compétences reconnues que devait revenir la décision d'engager le présent et l'avenir de la société.

Extrait de la causerie du 4 juillet 2016

Ne pouvant pas se débarrasser du capitalisme d'un seul coup ou par décret, parce que son degré de développement demeure inégal dans le monde, ils vont se servir de sa crise pour accroître la concentration du capital entre quelques mains, tout en soumettant tous les Etats à leur pouvoir ou les déposséder de leur pouvoir politique à l'aide d'institutions supranationales qui ont toute pour vocation à s'inscrire dans cette stratégie, puisqu'il ne peut en exister une autre et que c'est une question de vie ou de mort pour assurer la pérennité du règne de l'exploitation de l'homme par l'homme.

Déposséder tous les Etats de leur pouvoir ou de leur souveraineté ne signifie pas leur disparition, car en réalité seuls le pouvoir politique ou la souveraineté des peuples sont amenés à disparaître, ainsi que l'ensemble de leurs droits sociaux, ce qui inclut ou concerne toutes les classes sans exception, hormis l'oligarchie et ses sous-traitants, ainsi que les élites intellectuelles qui lui sont acquis ou qui servent ses intérêts.

Le processus de mondialisation n'est pas encore parvenu à son terme, et seule l'oligarchie ou le néolibéralisme aurait les moyens de l'achever, pour peu qu'ils parviennent à neutraliser ou dévoyer la capacité de résistance des peuples ou du mouvement ouvrier, afin de réduire à l'impuissance ou de rendre la lutte des classes inoffensives à défaut de pouvoir la faire disparaître totalement, bien que ce soit leur objectif final, peu importe puisque le résultat serait sensiblement le même, aboutissant à l'impossibilité de contester et encore plus de renverser un ordre social qui échapperait à toute emprise, du fait qu'il ne reposerait plus sur un antagonisme fondé sur les inégalités entre les classes qui fut à l'origine du développement du capitalisme et de ses contradictions, ainsi que de la lutte des classes, mais sur un règlement policier de type juridique qui fixerait le statut privé de chacun des membres de la société en accordant arbitrairement les pleins pouvoirs à l'oligarchie, aux multinationales, qui règneraient en maîtres absolus sur le monde, ce qu'on appelle aussi le mondialisme ou le socialisme à l'envers.

Extrait de la causerie du 17 décembre 2016

L'arrogance belliciste des dirigeants des puissances occidentales témoigne de leur impuissance face à la crise du capitalisme et aux difficultés croissantes qu'ils rencontrent pour imposer aux peuples un modèle de société régi par un règlement policier au profit de l'oligarchie, elle est la seule réponse qu'ils peuvent opposer aux peuples qui résistent et luttent pour leur souveraineté ou leur émancipation, pour la liberté en attendant de trouver la voie du socialisme.

Extrait de la causerie du 29 septembre 2017

Pourquoi y attachons-nous tant d'importance ? Parce que ce sont des éléments qui permettent de comprendre la stratégie politique adoptée par l'oligarchie, comment elle compte composer avec la crise du capitalisme, comment elle s'en sert sur le plan politique, elle l'instrumentalise, elle cherche à la dominer, à contourner ses contradictions, de manière à sauver ce système économique selon les uns, prévenir son effondrement, ce qui est absurde puisqu'il est en faillite et elle le sait, ou plutôt comme on le pense pérenniser le système de l'exploitation de l'homme par l'homme en instaurant un régime ploutocratique basé uniquement sur un règlement policier et non sur la lutte des classes une fois neutralisée, livrant l'humanité au chaos, à la guerre, à la barbarie.

Personnellement, j'ignore s'il existe une limite au développement des forces productives et à la lutte des classes, mais ce que je constate, c'est qu'il n'existe pas de limite à l'endettement mondial, et que la Fed et la BCE (notamment) continuent de fabriquer des centaines de milliards de dollars ou euros chaque mois, qu'elles distribuent ensuite aux banques ou aux institutions financières les plus puissants.

J'ai lu hier une polémique intéressante sur la question de savoir si cet argent était fabriqué ou non sans contrepartie, les uns et l

es autres présentant un certain nombre d'arguments probants mais insuffisants, sans qu'on puisse les départager, aussi j'en suis arrivé à la conclusion que si cette masse colossale d'argent était bien créée, il était vrai et faux de prétendre que c'était sans contrepartie, car en réalité c'est la plus-value à venir qu'ils hypothèquent, qu'ils engloutissent dans la spéculation et dans leurs guerres, ne laissant derrière eux qu'un champ de ruines.

Ils ne peuvent pas se débarrasser du jour au lendemain du système capitaliste, tout comme ils ne peuvent pas imposer d'un coup de baguette magique de nouveaux rapports entre les classes qui seraient basés sur un simple règlement de police, il leur faut combiner les deux en attendant, avancer étape par étape, soumettre les Etats à des institutions supranationales qu'ils contrôlent, leur imposer des traités qui signifient l'abdication de leur souveraineté, éloigner les peuples de la politique en recourant à une multitude d'instruments pour les conditionner, les corrompre, les détourner de la politique, les dégoûter de tous les partis pendant que le ou les leurs s'emparent du pouvoir politique, atomiser leurs droits de sorte que les travailleurs n'aient plus l'impression d'appartenir à une classe sociale distincte des autres, ce qui devrait entamer ou briser leur capacité de résistance, de se rassembler pour combattre ensemble le régime, neutraliser ainsi la lutte des classes qui se réduirait au marché et à ses sujets, dont l'existence serait toute tracée de leur naissance à leur mort, et dépendrait uniquement de leur aptitude à remplir certaines fonctions pour le compte du marché ou des oligarques, ce qui leur permettrait d'accéder à certains droits ou déterminerait leur statut individuel sans qu'ils puissent le contester ou y déroger en aucune manière, chaque individu faisant l'objet d'une surveillance de chaque instant, de sorte qu'il se soumette sans broncher au sort qui lui a été réservé sous peine par exemple de se voir refouler des magasins d'alimentation, des pharmacies, des hôpitaux devenus tous privés, de se voir interdire de trouver un travail, un logement, d'obtenir un compte bancaire, etc. toutes ces fonctions ou besoins pour être satisfaits devant passer l'épreuve d'une autorisation délivrée par l'Etat ou ce qui ferait office d'Etat.

J'ignore où ils en sont en France, mais je peux vous dire qu'en Inde ils avancent à grands pas dans cette voie. Cela a commencé par l'instauration d'un fichier d'identité national de type reconnaissance biométrique, y figure les empreintes des dix doigts des deux mains et des yeux, plus des photos prises de face et de profil. Depuis, un certain nombre de services, banques et multinationales, se sont dotés de scanners pour vérifier l'identité de leurs clients, cela fait marrer les Indiens ! Demain, si vous étiez viré d'une banque ou que vous n'aviez pas payé votre facture de gaz ou de téléphone suite à un désaccord sur son montant, inutile d'essayer d'ouvrir un compte dans une autre banque, de courir chez un autre fournisseur de gaz ou de téléphone, avec la simple emprunte de votre pouce vous serez refoulé partout. Inutile de préciser que vous ne pourrez pas quitter le pays ! Ce n'est pas de la science-fiction ou je ne délire pas, j'ai découvert cela hier à ma banque. Et ainsi de suite. Ils n'auront pas besoin de vous implanter une puce sous la peau comme le suggéraient certains, en douceur ils ont trouvé tout aussi efficace ou imparable.

Extrait de la causerie du 15 avril 2018

Souvenez-vous.

Nous avons affirmé dans de nombreuses causeries, qu'ils avaient l'intention d'instaurer un nouvel ordre mondial qui prendrait la forme et le contenu d'une monarchie absolue, nous y sommes.

On est retourné à l'Ancien Régime quand le monarque disposait du droit de vie ou de mort sur ces sujets sans autre formalité, sans s'embarrasser de lois et sans avoir de compte à ne rendre à personne. Quoi d'étonnant à ce que l'absolutisme s'empare du politique, puisque l'économie y était déjà soumis depuis des décennies.

A partir du moment où le principe de la loi du plus fort est légitime, la notion de droit disparaît, ce qui confirme que s'en réclamer était désuet puisqu'il reposait sur une base faussée d'avance au profit de celui qui détenait le pouvoir. Il en va ainsi du droit international cher aux intellectuels petits bourgeois ou aux classes moyennes.

Extrait de la causerie du 3 janvier 2019

Pourquoi nous sommes-nous acharnés ces dernières années à briser en mille morceaux le mythe de la gauche ? Parce que nous savions sur quel régime la situation allait déboucher : un régime totalitaire, nous avions même évoqué une monarchie absolue, constitutionnel uniquement pour la forme. Qui ou quel parti ou courant politique avait formulé un tel pronostique ? Absolument aucun. La preuve? Ils ont tous continué à participer au jeu institutionnel, on est bien d'accord, n'est-ce pas? Je n'invente rien, alors allons plus loin.

Extrait de la causerie du 24 juillet 2019

Comment préparer psychologiquement les masses au règne de la terreur que l'oligarchie est en train d'instaurer.

Comment préparer psychologiquement les masses à l'avènement d'un régime mondial qui tiendrait de la monarchie absolue.

Défense du marxisme

Le socialisme.

Les deux bases capitalistes sur lesquelles repose le socialisme scientifique. - ( F. Engels -1877)

(Karl Marx par Friedrich Engels - Ecrit en juin 1877, paru dans le Volks-Kalender, Brunswick, 1878. Numérisé par l'encyclopédie de l'Agora.)

Extrait. Marx a inscrit son nom dans l'histoire de la science par de nombreuses et importantes découvertes, dont nous ne citerons ici que les principales.

La première est la révolution accomplie par lui dans la conception de l'histoire mondiale. On considérait auparavant que les raisons dernières de tous les changements historiques doivent être cherchées dans les idées changeantes des hommes et que, de tous les changements historiques, les plus importants, ceux qui dominent toute l'histoire, sont les changements politiques. Mais on ne se demandait pas d'où viennent les idées aux hommes et quelles sont les causes qui déterminent les changements politiques. Seule, la nouvelle école des historiens français et, en partie aussi des historiens anglais en était venue à la conviction que, depuis le Moyen âge au moins, la force motrice, dans l'histoire européenne, était la lutte qui se développait entre la bourgeoisie et la féodalité pour la domination sociale et politique. Mais c'est Marx qui démontra que, jusqu'à nos jours, toute l'histoire est une histoire de luttes de classe, qu'il ne s'agit dans toutes les luttes politiques, multiples et complexes, que de la domination sociale et politique de telle ou telle classe, que pour la classe ancienne il s'agit de maintenir cette domination et pour les classes qui s'élèvent de conquérir le pouvoir.

Mais comment naissent et se maintiennent ces classes. Elles naissent et se maintiennent toujours en vertu des conditions matérielles, tangibles, dans lesquelles une société donnée produit et échange ce qui est nécessaire à la vie. La domination féodale du moyen âge reposait sur l'économie de petites communautés paysannes qui produisaient ellesmêmes presque tous les produits de leur consommation, ignoraient à peu près l'échange et étaient protégées contre l'étranger par la noblesse belliqueuse qui leur conférait une cohésion nationale, ou du moins politique. Lorsque les villes grandirent et qu'il se forma une industrie artisane distincte, qui donna lieu à un commerce d'abord purement national, puis international, la bourgeoisie urbaine se développa et, dans sa lutte contre la noblesse, conquit sa place dans le régime féodal en tant que classe sociale jouissant de droits spéciaux. Mais la découverte de nouveaux pays, à partir du milieu du XVe siècle, fournit à la bourgeoisie un champ d'affaires plus vaste et, par suite, un nouveau stimulant à son industrie. Le métier fut supplanté dans les branches les plus importantes par la manufacture qui, elle-même, après l'invention de la machine à vapeur, au siècle dernier, fut refoulée par la grande industrie. Cette dernière, à son tour, réagit sur le commerce en supplantant dans les pays arriérés l'ancien travail à la main, en créant dans les pays plus développés les moyens actuels de communication, les machines à vapeur, les chemins de fer et le télégraphe électrique.

Ainsi la bourgeoisie concentrait de plus en plus entre ses mains les richesses et la puissance sociales, alors qu'elle resta longtemps encore écartée du pouvoir politique, qui se trouvait entre les mains de la noblesse et de la royauté appuyée sur la noblesse. Mais à un certain degré de développement — en France, par exemple, après la grande Révolution — la bourgeoisie conquit aussi le pouvoir et devint à son tour la classe gouvernante en face du prolétariat et des petits paysans.

De ce point de vue s'expliquent tous les phénomènes historiques — si l'on a une connaissance suffisante de la situation économique de la société, situation que négligent nos spécialistes de l'histoire. Les idées et les croyances de chaque époque s'expliquent également de la façon la plus simple par les conditions de vie économique de cette époque et par les rapportss sociaux et politiques qui en découlent. Ce n'est que grâce à cette conception que l'histoire a été posée pour la première fois sur son véritable terrain. Le fait évident que les hommes, avant tout, mangent, boivent, s'abritent et s'habillent et qu'ils doivent travailler avant de pouvoir lutter pour le pouvoir, s'occuper de politique, de religion et de philosophie, ce fait manifeste, jusqu'à présent complètement négligé, a enfin obtenu droit de cité dans l'histoire.

Pour l'idée socialiste, cette nouvelle conception de l'histoire était extrêmement importante. Il est maintenant démontré que toute l'histoire de l'humanité se meut dans les antagonismes et les luttes de classe, qu'il y a toujours eu des classes dominantes et dominées, exploiteuses et exploitées, et que la grande majorité des hommes a toujours été condamnée à un dur labeur et à une misérable existence. Pourquoi cela? Tout simplement parce qu'à toutes les étapes précédentes du développement de l'humanité la production était encore si faible que l'histoire ne pouvait avancer qu'avec l'existence de ces antagonismes; que seule une petite minorité privilégiée contribuait à la progression historique, tandis que la masse était condamnée à gagner par son travail ses maigres moyens de subsistance et à accroître sans cesse la richesse de la minorité privilégiée.

Mais cette conception de l'histoire, conception qui explique si naturellement et si simplement la domination de classe, expliquée jusque-là par la méchanceté des hommes, conduit aussi à la conviction que, vu le développement formidable atteint actuellement par les forces de production, il ne reste plus aucune raison, tout au moins dans les pays avancés, de diviser les hommes en dominateurs et en dominés, en exploiteurs et en exploités.

La grande bourgeoisie dominante a rempli sa mission historique; non seulement elle n'est plus capable de diriger la société, mais elle est devenue un obstacle au développement de la production, comme le démontrent les crises commerciales, principalement la dernière, et la dépression de l'industrie dans tous les pays. La direction historique est passée au prolétariat, classe qui peut s'affranchir uniquement parce que, en vertu de sa situation sociale, elle anéantit toute domination de classe, toute subordination et toute exploitation. Les forces productrices sociales, qui ont dépassé les capacités de la bourgeoisie, n'attendent que le moment de passer en la possession du prolétariat uni, qui établira un régime permettant à tous les membres de la société de participer non seulement à la production, mais aussi à la répartition et à la gestion des richesses sociales. Grâce à la régularisation rationnelle de toute la production, ce régime pourra élever les forces de production sociales et les produits créés par elles de façon à satisfaire de plus en plus les besoins raisonnables de chacun.

La deuxième découverte importante de Karl Marx est l'explication des rapports du capital et du travail, autrement dit, la démonstration de la façon dont s'accomplit l'exploitation des ouvriers par les capitalistes dans la société actuelle, avec le mode de production capitaliste existant. Depuis que l'économie politique avait établi que seul le travail est la source de toute richesse et de toute valeur, on devait fatalement se demander comment il se fait que le salarié ne reçoive pas toute la valeur produite par son travail et doive en abandonner une partie au capitaliste. C'est en vain que les économistes bourgeois et socialistes s'efforcèrent de donner une réponse strictement scientifique à cette question jusqu'au moment où Marx en apporta la solution. Le mode de production capitaliste actuel implique l'existence de deux classes sociales: d'un côté, les capitalistes, qui possèdent les instruments nécessaires à la production et à l'existence; de l'autre, les prolétaires, qui ne possèdent rien et sont obligés, pour vivre, de vendre leur seule marchandise: leur force de travail. Mais la valeur d'une marchandise quelconque est déterminée par la quantité de travail socialement nécessaire pour la production et le renouvellement de cette marchandise; par suite, la valeur de la force de travail d'un homme moyen pendant un jour, un mois, une année, est déterminée par la quantité de produits nécessaires à l'entretien de l'ouvrier pendant un jour, un mois, une année. Admettons que les produits nécessaires à un ouvrier pour un jour exigent six heures de travail, ou, ce qui revient au même, que le travail qui y est incorporé représente une durée de six heures. Dans ce cas, la valeur de la force de travail pour un jour s'exprimera par la somme d'argent nécessitant également six heures pour être produite. Admettons maintenant que le capitaliste qui occupe notre ouvrier lui paie cette somme, c'està- dire la valeur totale de sa force de travail. Si l'ouvrier travaillait actuellement six heures par jour pour le capitaliste, il rembourserait complètement au capitaliste la dépense effectuée par ce dernier: six heures de travail pour une somme valant six heures de travail. Mais alors il ne resterait rien dans la poche du capitaliste. Celui-ci, évidemment, raisonne tout autrement: j'ai acheté, dit-il, la force de travail de cet ouvrier non pas pour six heures, mais pour toute une journée. Par suite, il oblige l'ouvrier à travailler, suivant les circonstances, 8, 10, 12, 14 heures, et même davantage, de sorte que le produit des heures qui suivent la sixième heure de travail est le produit d'un travail impayé et s'en va dans la poche du capitaliste. Ainsi l'ouvrier au service du capitaliste non seulement rend à ce dernier la valeur qu'il en a reçue pour sa force de travail, mais produit encore une plus-value que le capitaliste commence par s'approprier et qui ensuite, en vertu de lois économiques déterminées, se répartit dans toute la classe capitaliste et forme la principale source d'où découlera la rente foncière, l'intérêt, l'accumulation capitaliste, en un mot toutes les richesses consommées et accumulées par les classes parasites.

Ainsi, il a été démontré que les richesses acquises par les capitalistes actuels proviennent de l'expropriation d'un travail d'autrui impayé, tout comme celles des propriétaires d'esclaves ou des seigneurs féodaux qui exploitaient le travail des serfs, et que toutes ces formes d'exploitation ne se distinguent que par la manière et les moyens employés pour s'approprier le travail d'autrui. Par suite, les classes possédantes ne peuvent plus arguer hypocritement que le Droit, la Justice, l'Egalité des droits et des devoirs, l'Harmonie générale des intérêts règnent dans l'ordre social actuel. La société bourgeoise d'aujourd'hui, comme les sociétés antérieures, est une forme gigantesque d'exploitation de l'immense majorité du peuple par une minorité infime, qui ne cesse en outre de diminuer.

C'est sur ces deux bases capitalistes que repose le socialisme scientifique contemporain.

Marx par Engels au format pdf

Défense du marxisme

L’attitude de la bourgeoisie à l’égard du prolétariat.

La situation de la classe ouvrière en Angleterre (F. Engels -1845)

Je n'ai jamais vu une classe si profondément immorale, si incurablement pourrie et intérieurement rongée d'égoïsme, si incapable du moindre progrès que la bourgeoisie anglaise, et j'entends par là surtout la bourgeoisie proprement dite, singulièrement la bourgeoisie libérale, qui veut abroger les lois sur les grains. Pour elle il n'existe rien au monde qui ne soit là pour l'argent, sans l'excepter elle-même, car elle ne vit que pour gagner de l'argent et pour rien d'autre, elle ne connaît pas d'autre félicité que de faire une rapide fortune, pas d'autre souffrance que de perdre de l'argent 477. Avec une telle rapacité et une telle cupidité il est impossible qu'il existe un sentiment, une idée humaine qui ne soient souillés. Certes, ces bourgeois anglais sont de bons époux et de bons pères de famille, ils ont aussi toutes sortes de « vertus privées » comme on dit, et, dans les rapports de la vie courante, ils semblent tout aussi respectables et corrects que tous les autres bourgeois; même dans les affaires, on peut mieux traiter avec eux qu'avec les Allemands; ils ne marchandent et n'ergotent pas tant que nos épiciers, mais qu'importe tout cela ? En dernier ressort, le seul facteur décisif reste l'intérêt particulier et spécialement la volonté de gagner de l'argent. Un jour je pénétrai dans Manchester avec un de ces bourgeois et discutai avec lui de la construction déplorable, malsaine, de l'état épouvantable des quartiers ouvriers et déclarai n'avoir jamais vu une ville aussi mal bâtie. L'homme m'écouta calmement et au coin de la rue où il me quitta, il déclara : « And yet, there is a great deal of money made here. » (Et malgré tout, on gagne ici énormément d'argent.) « Au revoir, Monsieur! » Le bourgeois se moque éperdument de savoir si ses ouvriers meurent de faim ou pas, pourvu que lui gagne de l'argent.

Toutes les conditions de vie sont évaluées au critère du bénéfice, et tout ce qui ne procure pas d'argent est idiot, irréalisable, utopique. C'est pourquoi l'économie politique, science qui étudie les moyens de gagner de l'argent, est la science préférée de ces juifs usuriers. Ils sont tous économistes. Le rapport de l'industriel à l'ouvrier n'est pas un rapport humain, mais une relation purement économique. L'industriel est le « capital », l'ouvrier est le « travail ». Si l'ouvrier ne veut pas se laisser enfermer dans cette abstraction, s'il affirme qu'il n'est pas le « travail » mais un homme qui, il est vrai, possède entre autres la faculté de travailler, s'il s'avise de croire qu'il ne devrait pas se laisser vendre et acheter en tant que « travail », en tant que marchandise, sur le marché, l'entendement du bourgeois est alors comme frappé de stupeur. Il ne peut comprendre qu'il puisse avoir avec les ouvriers d'autres rapports que ceux de l'achat et de la vente, et il ne voit pas en eux des hommes mais des « mains » (hands), puisque c'est ce nom qu'il leur jette constamment à la face; et, comme dit Carlyle, il ne reconnaît pas d'autre relation d'un homme à un autre homme, que celle du paiement comptant. Même les liens entre lui et sa femme ne sont - dans 99 % des cas - qu'un « paiement comptant ». L'esclavage misérable dans lequel l'argent tient le bourgeois marque même le langage, du fait de la domination de la bourgeoisie; l'argent fait la valeur de l'homme; cet homme vaut 10,000 livres (he is worth ten thousands pounds), c'est-à-dire il les a. Quiconque a de l'argent est « respectable », appartient à « la meilleure catégorie de gens » (the better sort of people), est « influent » (influential) et ce qu'il accomplit fait époque dans son milieu. Le sordide esprit mercantile imprègne la langue tout entière, tous les rapports humains sont traduits en formules commerciales expliquées sous forme de catégories économiques. Commande et fourniture, demande et offre, supply and demand, telles sont les formules à l'aide desquelles la logique de l'Anglais juge toute la vie humaine. Voilà qui explique la libre concurrence partout, voilà qui explique le régime du « laissezfaire » et du « laisser-aller » dans l'administration, dans la médecine, l'éducation et bientôt aussi dans la religion où la domination de l'Église d'État s'effondre de plus en plus. La libre concurrence ne veut pas de limites, pas de contrôle d'État; tout l'État lui pèse, son voeu le plus cher serait d'être dans un régime tout à fait dépourvu d'État, où chacun pourrait exploiter son prochain à coeur joie comme dans la « société » de notre ami Stirner, par exemple. Mais comme la bourgeoisie ne peut se passer de l'État, ne serait-ce que pour tenir en respect le prolétariat qui lui est tout aussi nécessaire, elle utilise le premier contre le second et cherche à tenir l'État le plus possible à distance en ce qui la concerne.

Il ne faudrait cependant pas croire que l'Anglais « cultivé » fait si ouvertement étalage de cet égoïsme. Au contraire il le dissimule avec la plus vile hypocrisie. - Comment ? Vous dites que les riches Anglais ne pensent pas aux pauvres, eux qui ont bâti des établissements de bienfaisance comme on n'en voit dans aucun autre pays ? Oui-da, des établissements de bienfaisance ! Comme si c'était rendre service au prolétaire que de commencer par l'exploiter jusqu'au sang pour pouvoir ensuite apaiser sur lui avec complaisance et pharisaïsme votre prurit de charité et pour vous présenter à la face du monde en grands bienfaiteurs de l'humanité, alors que vous rendez à ce malheureux que vous avez sucé jusqu'à la moelle, la centième partie de ce qui lui revient ! Bienfaisance qui dégrade plus encore celui qui la pratique que celui qui la reçoit; bienfaisance qui enfonce encore davantage dans la poussière le malheureux qu'on a foulé aux pieds, qui implique que le paria déshumanisé, exclu de la société, renonce d'abord à la dernière chose qui lui reste, à son aspiration à la qualité d'homme, et mendie d'abord sa grâce auprès de la bourgeoisie, avant qu'elle lui fasse la grâce de lui imprimer sur le front, en lui faisant l'aumône, le sceau de la déshumanisation ! Mais à quoi bon ces réflexions. Écoutons la bourgeoisie anglaise elle-même. Il n'y a pas même un an, j'ai lu dans le Manchester Guardian la lettre suivante, adressée au Rédacteur en chef, qui la publia sans autre commentaire, comme une chose toute naturelle et raisonnable :

Monsieur le Rédacteur en chef,

Depuis quelque temps on rencontre dans les grandes rues de notre ville une foule de mendiants qui, tantôt par leurs vêtements en haillons et leur aspect maladif, tantôt par l'étalage de blessures béantes et d'infirmités repoussantes, cherchent à éveiller la pitié des passants de façon souvent fort impudente et fort offensante.

J'incline à croire que lorsqu'on paye non seulement l'impôt pour les pauvres, mais qu'on apporte en outre une généreuse contribution à l'entretien d'établissements de bienfaisance, on en a fait assez pour avoir le droit d'être enfin à l'abri d'importunités aussi désagréables et cyniques; et à quoi donc sert l'impôt si lourd que nous payons pour l'entretien de la police municipale, si la protection qu'elle nous accorde ne nous permet même pas d'aller tranquillement en ville ou d'en revenir ? - J'espère que la publication de ces lignes dans votre journal qui jouit d'une grande diffusion, incitera les pouvoirs publics à faire disparaître cette calamité (nuisance) et je reste

Votre très dévouée,

Une Dame.

Et voilà! La bourgeoisie anglaise pratique la charité par intérêt, elle ne fait jamais cadeau de rien, elle considère ses dons comme un marché, elle traite avec les pauvres une affaire et dit :

« Si je consacre tant à des fins philanthropiques, j'achète ainsi le droit de ne pas être importuné davantage et vous vous engagez en échange à rester dans vos antres obscurs et à ne pas irriter mes nerfs sensibles par l'étalage public de votre misère ! Vous pouvez toujours désespérer, mais faites-le en silence, je le stipule dans le contrat, je m'achète ce droit en versant ma cotisation de 20 livres pour l'hôpital! » Oh! l'infâme philanthropie que voilà d'un bourgeois chrétien. Et c'est ce qu'écrit « une dame », oui, vous avez lu, une dame, elle fait bien de signer de ce nom, elle n'a heureusement plus le courage de prendre le nom de femme! Mais si les dames sont comme ça, que sera-ce des « Messieurs » ? On dira qu'il s'agit là d'un cas isolé. Mais pas du tout, la lettre ci-dessus exprime bien les sentiments de la grande majorité de la bourgeoisie anglaise, sinon le rédacteur ne l'aurait pas acceptée, sinon elle aurait été suivie d'une réponse quelconque que j'ai vainement cherchée dans les numéros suivants. Et quant à l'efficacité de cette bienfaisance, le chanoine Parkinson lui-même affirme que les pauvres sont aidés bien davantage par leurs semblables que par la bourgeoisie; et une aide de ce genre, émanant d'un brave prolétaire qui sait lui-même ce qu'est la faim, pour qui le partage de son maigre repas représente un sacrifice, mais qui le fait avec joie, une telle aide rend un tout autre son que l'aumône jetée au pauvre par le bourgeois gavé.

Mais même dans les autres domaines, la bourgeoisie simule un humanitarisme sans bornes - mais seulement lorsque l'exige son propre intérêt. Ainsi en va-t-il dans sa politique et dans son économie politique.

La situation de la classe ouvrière en Angleterre au format pdf

Défense du marxisme

Droit de l'homme contre droit du citoyen.

Extrait de « La Question juive » (K. Marx 1843)

On fait une distinction entre les « droits de l’homme » et les « droits du citoyen ». Quel est cet « homme » distinct du citoyen ? Personne d’autre que le membre de la société bourgeoise. Pourquoi le membre de la société bourgeoise est-il appelé « homme », homme tout court, et pourquoi ses droits sont-ils appelés droits de l’homme ? Qu’est-ce qui explique ce fait ? Par le rapport de l’État politique à la société bourgeoise, par l’essence de l’émancipation politique.

Constatons avant tout le fait que les « droits de l’homme », distincts des « droits du citoyen », ne sont rien d’autre que les droits du membre de la société bourgeoise, c’est-à-dire de l’homme égoïste, de l’homme séparé de l’homme et de la communauté. La Constitution la plus radicale, celle de 1793, a beau dire : Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. « Art. 2. Ces droits (les droits naturels et imprescriptibles) sont : l’égalité, la liberté, la sûreté, la propriété. » En quoi consiste la « liberté » ? « Art. 6. La liberté est le pouvoir qui appartient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui. » Ou encore, d’après la Déclaration des droits de l’homme de 1791 : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. »

La liberté est donc le droit de faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. Les limites dans lesquelles chacun peut se mouvoir sans nuire à autrui sont marquées par la loi, de même que la limite de deux champs est déterminée par un piquet. Il s’agit de la liberté de l’homme considéré comme monade isolée, repliée sur elle-même. (…) Mais le droit de l’homme, la liberté, ne repose pas sur les relations de l’homme avec l’homme, mais plutôt sur la séparation de l’homme d’avec l’homme. C’est le droit de cette séparation, le droit de l’individu limité à lui-même.

L’application pratique du droit de liberté, c’est le droit de propriété privée. Mais en quoi consiste ce dernier droit ?

« Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie. » (Constitution de 1793, art. 16.)

Le droit de propriété est donc le droit de jouir de sa fortune et d’en disposer « à son gré », sans se soucier des autres hommes, indépendamment de la société ; c’est le droit de l’égoïsme. C’est cette liberté individuelle, avec son application, qui forme la base de la société bourgeoise. Elle fait voir à chaque homme, dans un autre homme, non pas la réalisation, mais plutôt la limitation de sa liberté. Elle proclame avant tout le droit « de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie ».

Restent les autres droits de l’homme, l’égalité et la sûreté.

Le mot « égalité » n’a pas ici de signification politique ; ce n’est que l’égalité de la liberté définie ci-dessus : tout homme est également considéré comme une telle monade basée sur elle-même. La Constitution de 1795 détermine le sens de cette égalité : « Art. 5. L’égalité consiste en ce que la loi est la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. »

Et la sûreté ? La Constitution de 1793 dit : « Art. 8. La sûreté consiste dans la protection accordée par la société à chacun de ses membres pour la conservation de sa personne, de ses droits et de ses propriétés. » La sûreté est la notion sociale la plus haute de la société bourgeoise, la notion de la police : toute la société n’existe que pour garantir à chacun de ses membres la conservation de sa personne, de ses droits et de ses propriétés. C’est dans ce sens que Hegel appelle la société bourgeoise « l’État de la détresse et de l’entendement ».

La notion de sûreté ne suffit pas encore pour que la société bourgeoise s’élève au-dessus de son égoïsme. La sûreté est plutôt l’assurance de l’égoïsme. Aucun des prétendus droits de l’homme ne dépasse donc l’homme égoïste, l’homme en tant que membre de la société bourgeoise, c’est-à-dire un individu séparé de la communauté, replié sur lui-même, uniquement préoccupé de son intérêt personnel et obéissant à son arbitraire privé. L’homme est loin d’y être considéré comme un être générique ; tout au contraire, la vie générique elle-même, la société, apparaît comme un cadre extérieur à l’individu, comme une limitation de son indépendance originelle. Le seul lien qui les unisse, c’est la nécessité naturelle, le besoin et l’intérêt privé, la conservation de leurs propriétés et de leur personne égoïste.

La question juive au format pdf

En complément.

La proclamation universelle des droits de l'homme est tout juste bonne à justifier l'esclavagisme des temps modernes.

- "On a démontré comment la reconnaissance des droits de l'homme par l'État moderne ne signifie pas autre chose que la reconnaissance de l'esclavage par l'État antique. La base naturelle de l'État antique, c'était l'esclavage; celle de l'État moderne, c'est la société bourgeoise, l'homme de la société bourgeoise, c'est-à-dire l'homme indépendant, qui n'est rattaché à autrui que par le lien de l'intérêt privé et de la nécessité naturelle, dont il n'a pas conscience, l'esclavage du travail intéressé, de son propre besoin égoïste et du besoin égoïste d'autrui. L'État moderne, dont c'est là la base naturelle, l'a reconnue comme telle dans la proclamation universelle des droits de l'homme". (K. Marx – F. Engels : La sainte famille ou Critique de la critique critique)

Défense du marxisme

La dialectique ou la science des lois générales du mouvement et du développement de la nature, de la société humaine et de la pensée..

Chapitre XIII : Dialectique. Négation de la négation. Friedrich Engels : Anti-Duhring (1878).

Extraits.

C'est déjà un manque total d'intelligence de la nature de la dialectique, que de la tenir, comme fait M. Dühring, pour un instrument de pure démonstration, à la façon dont on peut se faire une idée bornée, disons de la logique formelle ou des mathématiques élémentaires. Même la logique formelle est avant tout une méthode pour trouver des résultats nouveaux, pour progresser du connu à l'inconnu, et cela est vrai, mais dans un sens bien plus élevé encore, de la dialectique qui, en outre, en brisant l'horizon étroit de la logique, contient le germe d'une vue plus vaste du monde.

(La négation de la négation) Une procédure très simple, qui s'accomplit en tous lieux et tous les jours, que tout enfant peut comprendre, dès qu'on élimine le fatras mystérieux sous lequel la vieille philosophie idéaliste la dissimulait et sous lequel des métaphysiciens incurables de la trempe de M. Dühring continuent à avoir intérêt à la cacher. Prenons un grain d'orge. Des milliards de grains d'orge semblables sont moulus, cuits et brassés, puis consommés. Mais si un grain d'orge de ce genre trouve les conditions qui lui sont normales, s'il tombe sur un terrain favorable, une transformation spécifique s'opère en lui sous l'influence de la chaleur et de l'humidité, il germe : le grain disparaît en tant que tel, il est nié, remplacé par la plante née de lui, négation du grain.

Mais quelle est la carrière normale de cette plante ? Elle croît, fleurit, se féconde et produit en fin de compte de nouveaux grains d'orge, et aussitôt que ceux-ci sont mûrs, la tige dépérit, elle est niée pour sa part. Comme résultat de cette négation de la négation, nous avons derechef le grain d'orge du début, non pas simple, mais en nombre dix, vingt, trente fois plus grand. (...)

Il n'en va pas autrement en histoire. Tous les peuples civilisés commencent par la propriété en commun du sol. Chez tous les peuples qui dépassent un certain stade primitif, cette propriété en commun devient, au cours de l'évolution de l'agriculture, une entrave pour la production. Elle est abolie, niée, transformée en propriété privée après des stades intermédiaires plus ou moins longs. Mais à un stade plus élevé du développement de l'agriculture atteint grâce à la propriété privée du sol elle-même, c'est inversement la propriété privée qui devient une entrave pour la production, - comme c'est aujourd'hui le cas aussi bien pour la petite que pour la grande propriété foncière. On voit surgir avec un caractère de nécessité la revendication qui tend à ce qu'elle soit niée également, à ce qu'elle soit retransformée en propriété commune. Mais cette revendication ne signifie pas la restauration de l'ancienne propriété en commun primitive, mais l'établissement d'une forme bien plus élevée et plus développée de propriété collective qui, bien loin de devenir une barrière pour la production sera, au contraire, la première à la libérer de ses entraves et à lui permettre la pleine utilisation des découvertes chimiques et des inventions mécaniques modernes.

Autre exemple encore. La philosophie antique était un matérialisme primitif naturel. En tant que tel, elle était inc apable de tirer au net le rapport de la pensée et de la matière. Mais la nécessité d'y voir clair conduisit à la doctrine d'une âme séparable du corps, puis à l'affirmation de l'immortalité de cette âme, enfin au monothéisme. Le matérialisme antique fut donc nié par l'idéalisme. Mais dans le développement ultérieur de la philosophie, l'idéalisme à son tour devint insoutenable et fut nié par le matérialisme moderne. Celui-ci, négation de la négation, n'est pas la simple réinstallation de l'ancien matérialisme, mais ajoute aux fondements persistants de celui-ci tout le contenu de pensée d'une évolution deux fois millénaire de la philosophie et des sciences de la nature, ainsi que de ces deux millénaires d'histoire eux-mêmes. Après tout ce n'est plus une philosophie, mais une simple vue du monde qui n'a pas à faire ses preuves et à se mettre en oeuvre dans une science des sciences à part, mais dans les sciences réelles. La philosophie est donc ici “ levée ”, c'est-à-dire à la fois “ surmontée et conservée”, surmontée dans sa forme, conservée dans son contenu réel.

Enfin, même la doctrine de l'égalité de Rousseau...

A l'état de nature et de sauvagerie, les hommes étaient égaux; et comme Rousseau tient déjà le langage pour une altération de l'état de nature, il a parfaitement raison d'appliquer l'égalité entre animaux d'une même espèce dans toute l'étendue de cette espèce à ces hommes -animaux récemment classifiés par hypothèse par Haeckel comme alales, privés de langage. Mais ces hommes -animaux égaux avaient sur le reste des animaux l'avantage d'une propriété : la perfectibilité, la possibilité d'évoluer ultérieurement 2; et ce fut la cause de l'inégalité.

Rousseau voit donc un progrès dans la naissance de l'inégalité. Mais ce progrès était antagoniste, c'était en même temps un recul.

“ Tous les progrès ultérieurs [au delà de l'état de nature] ont été en apparence autant de pas vers la perfection de l'individu, et en effet, vers la décrépitude de l'espèce ... La métallurgie et l'agriculture furent les deux arts dont l'invention produisit cette grande révolution. ” (La transformation de la forêt vierge en terre cultivée, mais aussi l'introduction de la misère et de la servitude au moyen de la propriété.)

“ Pour le poète, c'est l'or et l'argent, mais pour le philosophe ce sont le fer et le blé qui ont civilisé les hommes et perdu le genre humain. ”

Tout nouveau progrès de la civilisation est, en même temps, un nouveau progrès de l'inégalité. Toutes les institutions que se donne la société née avec la civilisation, tournent à l'encontre de leur but primitif.

“ Il est incontestable, et c'est la maxime fondamentale de tout le droit politique, que les peuples se sont donné des chefs pour défendre leur liberté et non les asservir.”

Et cependant, ces chefs deviennent nécessairement les oppresseurs des peuples et renforcent cette oppression Jusqu'au point où l'inégalité, poussée à son comble, se retransforme en son contraire, devient cause de l'égalité : devant le despote tous sont égaux, à savoir égaux à zéro.

“ C'est ici le dernier terme de l'inégalité et le point extrême qui ferme le cercle et touche au point d'où nous sommes partis : c'est ici que tous les particuliers redeviennent égaux, parce qu'ils ne sont rien et que les sujets n'ont plus d'autre loi que la volonté du maître.”

Mais le despote n'est maître que tant qu'il a la violence et c'est pourquoi “ sitôt qu'on peut l'expulser, il n'a point à réclamer contre la violence... La seule force le maintenait, la seule force le renverse. Toutes choses se passent ainsi selon l'ordre naturel. ”

Et ainsi, l'inégalité se change derechef en égalité, non toutefois en cette vieille égal ité naturelle de l'homme primitif privé de la parole, mais dans l'égalité supérieure du contrat social. Les oppresseurs subissent l'oppression. C'est la négation de la négation. (...)

Qu'est-ce donc que la négation de la négation ? Une loi de développement de la nature, de l'histoire et de la pensée extrêmement générale et, précisément pour cela, revêtue d'une portée et d'une signification extrêmes; loi qui, nous l'avons vu, est valable pour le règne animal et végétal, pour la géologie, les mathématiques, l'histoire, la philosophie, et à laquelle M. Dühring lui-même, bien qu'il se rebiffe et qu'il regimbe : est obligé à son insu d'obéir à sa manière. (...)

Si je dis de tous ces processus qu'ils sont négation de la négation, je les comprends tous ensemble sous cette unique loi du mouvement et, de ce fait, je ne tiens précisément pas compte des particularités de chaque processus spécial pris à part. En fait la dialectique n'est pas autre chose que la science des lois générales du mouvement et du développement de la nature, de la société humaine et de la pensée.

Eugen Dühring, un social-démocrate allemand tardif, universitaire vaniteux, ennemi de la dialectique et donc du socialisme scientifique développé par Marx et Engels, au profit de "vérités éternelles", un vulgaire fatras de "de stupidité(s) d'une part et de banalité(s) d'autre part, écrira le 28 mai 1876 Engels à Marx en lui communiquant son "plan" d'Anti-Dühring.

J'ai reproduit ces passages parce qu'ils sont à la portée de tous. Ne pas populariser la dialectique au sein de la population est inexcusable.

Anti-Dühring au format pdf

Défense du marxisme

Socialisme contre sentimentalisme.

Socialisme de juristes. - (F. Engels et K. Kautsky -1886)

Au moyen âge la conception du monde était essentiellement théologique. L’unité du monde européen qui n’existait pas en fait à l’intérieur, fut réalisée à l’extérieur, contre l’ennemi commun, les Sarrazins, par le christianisme. C’est le catholicisme qui fut le creuset de l’unité du monde européen, groupe de peuples en rapports mutuels constants au cours de leur évolution. Ce rassemblement théologique ne se limita pas au domaine des idées. Il avait une existence réelle, non seulement dans la personne du pape qui était son centre monarchique, mais avant tout dans l’Eglise organisée féodalement et hiérarchiquement, et qui, en sa qualité de propriétaire d’environ un tiers du sol, détenait dans chaque pays une puissance politique énorme dans l’organisation féodale. L’Eglise, avec sa propriété foncière de type féodal, était le lien réel entre les divers pays ; l’organisation féodale de l’Eglise donnait sa consécration religieuse au féodalisme temporel de l’organisation politique. Le clergé était en outre la seule classe cultivée. Il allait donc de soi que le dogme de l’Eglise devait être le point de départ et la base de toute pensée. Droit, science de la nature, philosophie, l’étalon appliqué à toute connaissance était le suivant : son contenu concorde-t-il avec les enseignements de l’Eglise ou non ?

Mais au sein de la féodalité se développait la puissance de la bourgeoisie. Une classe nouvelle entrait en scène contre les grands propriétaire fonciers. Les bourgeois des villes étaient avant tout et exclusivement des producteurs de marchandises et vivaient du commerce des marchandises, alors que le mode de production féodal reposait essentiellement sur l’auto-consommation des produits fabriqués à l’intérieur d’un cercle restreint — ces consommateurs étant en partie les producteurs, en partie les féodaux qui levaient tribut. La conception catholique du monde, taillée à la mesure du féodalisme, ne pouvait plus suffire à cette classe nouvelle et à ses conditions de production et d’échange. Cependant elle resta prisonnière elle aussi un temps assez long de la toute-puissante théologie. Toutes les Réformes et les luttes qui s’y rattachent et furent menées du XIIIe au XVIIe siècle sous une raison sociale religieuse, ne sont, sous leur aspect théorique, que des tentatives répétées de la bourgeoisie des plébéiens des villes et de leurs alliés les paysans en rébellion, pour ajuster la vieille conception théologique du monde aux conditions économiques nouvelles et à la situation de la classe nouvelle. Mais cela n’allait pas. L’étendard religieux flotta pour la dernière fois en Angleterre au XVIIe siècle, et, cinquante ans plus tard à peine, la nouvelle conception classique de la bourgeoisie, la conception juridique entra en scène en France sans déguisement.

C’était une sécularisation de la conception théologique. Au dogme, au droit divin se substituait le droit humain, à l’Eglise l’Etat. Les rapports économiques et sociaux, que l’on s’était autrefois représentés comme créés par l’Eglise et le dogme, parce que l’Eglise leur donnait sa sanction, on se les représentait maintenant comme fondés sur le droit et créés par l’Etat. Parce que l’échange des marchandises à l’échelle de la société et dans son plein épanouissement, favorisé notamment par l’octroi d’avances et de crédit, engendrait de complexes relations contractuelles réciproques et exigeait de ce fait des règles de portée générale qui ne pouvaient être édictées que par la collectivité — normes juridiques fixées par l’Etat —, on se figura que ces normes juridiques n’avaient pas pour origine les faits économiques, mais que c’était leur codification formelle par l’Etat qui leur donnait naissance. Et parce que la concurrence, qui est la forme fondamentale des relations entre libres producteurs de marchandises, est la plus grande niveleuse qui soit, l’égalité devant la loi devint le grand cri de guerre de la bourgeoisie. La lutte de cette classe ascendante contre les seigneurs féodaux et la monarchie absolue qui les protégeait alors, devait nécessairement, comme toute lutte de classes, être une lutte politique, une lutte pour la possession de l’Etat, et c’était nécessairement une lutte pour la satisfaction de revendications juridiques : ce fait contribua à consolider la conception juridique du monde.

Mais la bourgeoisie engendra son double négatif, le prolétariat, et avec lui une nouvelle lutte de classes, qui éclaté avant même que la bourgeoisie eût entièrement conquis le pouvoir politique. De même que, naguère, la bourgeoisie dans as lutte contre la noblesse avait, par tradition, traîné la conception théologie du monde pendant un certain temps encore, de même au début le prolétariat a repris de son adversaire les conceptions juridiques et à cherché à y puiser des armes contre la bourgeoisie. Les premières formations politiques prolétariennes comme leurs théoriciens, demeurent absolument sur le « terrain juridique » à la seule différence que leur terrain juridique n’était pas le même que celui de la bourgeoisie. D’une part la revendication de l’égalité était étendue : l’égalité juridique devait être complétée par l’égalité sociale ; d’autre part, des propositions d’Adam Smith — selon qui, le travail est la source de toute richesse, mais le produit du travail est la source de toute richesse, mais le produit du travail doit être partagé par le travailleur avec le propriétaire foncier et le capitaliste —, on tirait la conclusion que ce partage était injuste et devait être soit aboli, soit au moins modifié au profit des travailleurs. Mais le sentiment qu’en laissant cette question sur le seul terrain « du droit » on ne pourrait nullement éliminer les méfaits engendrés par le mode de production du capitalisme bourgeois et surtout par la grande industrie moderne, conduisit déjà les plus importants esprits, chez les premiers socialistes — Saint-Simon, Fourier et Owen — à délaisser complètement le terrain juridico-politique et à déclarer que toute lutte politique était stérile.

Ni l’une, ni l’autre de ces conceptions ne suffisait à exprimer de façon satisfaisante ni à résumer totalement les aspirations de la classe ouvrière à l’émancipation qu’avaient engendrées la situation économique. La revendication de l’égalité, tout comme la revendication du produit total du travail, se perdaient dans d’inextricables contradictions dès qu’on cherchait à les formuler en détail sur le terrain juridique et ne touchaient pas ou peu au nœud du problème, la transformation du mode de production. Refusant la lutte politique, les grands utopistes refusaient du même coup la lutte de classes et par là refusaient du même coup la lutte de classes et par là refusaient le seul mode d’action possible pour la classe dont ils défendaient les intérêts. Ces deux conceptions faisaient abstraction de l’arrière-plan historique à qui elles étaient redevables de leur existence ; elles faisaient appel toutes les deux au sentiment ; l’une faisait appel au sentiment du droit, l’autre au sentiment d’humanité. Elles donnaient toutes les deux à leurs exigences la forme de vœux pieux dont il était impossible de dire pourquoi ils se seraient réalisés juste à ce moment et non mille ans plus tôt ou plus tard.

Pour la classe ouvrière dépouillée, par la transformation du mode de production féodal en mode de production capitaliste, de toute propriété sur les moyens de production, et constamment reproduite par le mécanisme du système de production capitaliste dans cet état héréditaire de prolétarisation, l’illusion juridique de la bourgeoisie ne peut suffire à exprimer totalement la situation où elle se trouve. Elle ne peut prendre elle-même une connaissance complète de cette situation que si elle regarde les choses dans leur réalité, sans lunettes teintées de couleurs juridiques. C’est à cela que l’aida Marx avec sa conception matérialiste de l’histoire, en démontrant que toutes les représentations juridiques, politiques, philosophiques, religieuses, etc. des hommes dérivent en dernière instance de leurs conditions de vie économiques, de leur manière de produire et d’échanger les produits. Il fournissait là au prolétariat la conception du monde correspondant à ses conditions de vie et de lutte ; à l’absence de propriété des travailleurs ne pouvait correspondre que l’absence d’illusions dans leur tête. Et cette conception prolétarienne du monde fait maintenant le tour du monde…

Socialisme de juristes au format pdf

Défense du marxisme

Socialisme contre opportunisme liquidateur.

L'impérialisme et la scission du socialisme. (2) (V. Lénine -1916)

L'impérialisme et la scission du socialisme - V. Lénine - Rédigé en octobre 1916 et publié en décembre 1916 dans le n° 2 du « Recueil du Social-Démocrate ».

Extraits. Le prolétariat est un produit du capitalisme, du capitalisme mondial et pas seulement européen, pas seulement impérialiste. A l'échelle mondiale, que ce soit cinquante ans plus tôt ou cinquante ans plus tard,- à cette échelle, c'est une question de détail,- il est bien évident que le « prolétariat » « sera » uni, et qu'en son sein la social-démocratie révolutionnaire vaincra « inéluctablement ». Il ne s'agit pas de cela, messieurs les kautskistes, il s'agit du fait que maintenant, dans les pays impérialistes d'Europe, vous rampez à plat ventre devant les opportunistes, qui sont étrangers au prolétariat en tant que classe, qui sont les serviteurs, les agents de la bourgeoisie, les véhicules de son influence; et s'il ne s'affranchit pas d'eux, le mouvement ouvrier restera un mouvement ouvrier bourgeois. (Et c'est ce qu'il est resté en renforçant cette tendance. - LVOG) Votre propagande en faveur de I' « unité » avec les opportunistes, avec les Legien et les David, les Plékhanov ou les Tchkhenkéli, les Potressov, etc., revient objectivement à favoriser l'asservissement des ouvriers par la bourgeoisie impérialiste, à l'aide de ses meilleurs agents au sein du mouvement ouvrier. (Quand on voit comment ils ont traité la question syrienne, on en arrive à cette conclusion là concernant nos dirigeants. - LVOG)

(...)

Dans sa lettre à Marx du 7 octobre 1858, Engels écrivait :

« En réalité, le prolétariat anglais s'embourgeoise de plus en plus, et il semble bien que cette nation bourgeoise entre toutes veuille en arriver à avoir, à côté de sa bourgeoise, une aristocratie bourgeoise et un prolétariat bourgeois. Évidemment, de la part d'une nation qui exploite le monde entier, c'est jusqu'à un certain point logique. »

Dans sa lettre à Sorge du 21 septembre 1872, Engels fait savoir que Hales a provoqué au Conseil fédéral de l'Internationale un grand esclandre et a fait voter un blâme à Marx pour avoir dit que « les chefs ouvriers anglais s'étaient vendus ». Marx écrit à Sorge le 4 août 1874 :

« En ce qui concerne les ouvriers des villes (en Angleterre), il y a lieu de regretter que toute la bande des chefs ne soit pas entrée au Parlement. C'eût été le plus sûr moyen de se débarrasser de cette racaille. »

Dans sa lettre à Marx du 11 août 1881, Engels parle des « pires trade-unions anglaises, qui se laissent diriger par des hommes que la bourgeoisie a achetés ou tout au moins payés ». Dans sa lettre à Kautsky du 12 septembre 1882, Engels écrivait :

« Vous me demandez ce que les ouvriers anglais pensent de la politique coloniale. Exactement ce qu'ils pensent de la politique en général. Ici, point de parti ouvrier, il n'y a que des conservateurs et des radicaux libéraux; quant aux ouvriers, ils jouissent en toute tranquillité avec eux du monopole colonial de l'Angleterre et de son monopole sur le marché mondial. »

Le 7 décembre 1889, Engels écrit à Sorge :

« ... Ce qu'il y a de plus répugnant ici (en Angleterre), c'est la « respectabilité » (respectability) bourgeoise, qui pénètre jusque dans la chair des ouvriers ... même Tom Mann, que je considère comme le meilleur de tous, confie très volontiers qu'il déjeunera avec le lord-maire. Lorsqu'on fait la comparaison avec les Français, on voit ce que c'est que la révolution.»

Dans une lettre du 19 avril 1890 :

« le mouvement (de la classe ouvrière en Angleterre) progresse sous la surface, il gagne des couches de plus en plus larges, et surtout parmi la masse inférieure (souligné par Engels) jusque-là immobile. Le jour n'est pas loin où cette masse se retrouvera elle-même, où elle aura compris que c'est elle, précisément, qui est cette masse colossale en mouvement».

Le 4 mars 1891 :

« l'échec de l'union des dockers qui s'est désagrégée; les « vieilles » trade-unions conservatrices, riches et partant poltronnes, restent seules sur le champ de bataille »...

Le 14 septembre 1891 : au congrès des trade-unions à Newcastle, ont été vaincus les vieux unionistes, adversaires de la journée de huit heures, « et les journaux bourgeois avouent la défaite du parti ouvrier bourgeois » (souligné partout par Engels)...

Que ces pensées d'Engels, reprises pendant des dizaines d'années, aient aussi été formulées par lui publiquement, dans la presse, c'est ce que prouve sa préface à la deuxième édition (1892) de La situation des classes laborieuses en Angleterre. Il y traite de « l'aristocratie de la classe ouvrière », de la « minorité privilégiée des ouvriers », qu'il oppose à la « grande masse des ouvriers ». « La petite minorité privilégiée et protégée » de la classe ouvrière bénéficiait seule des « avantages durables » de la situation privilégiée de l'Angleterre en 1848-1868; « la grande masse, en mettant les choses au mieux, ne bénéficiait que d'améliorations de courte durée »... « Avec l'effondrement du monopole industriel de l'Angleterre, la classe ouvrière anglaise perdra sa situation privilégiée ... »

Les membres des « nouvelles » unions, des syndicats d'ouvriers non spécialisés, « ont un avantage inappréciable : leur mentalité est un terrain encore vierge, parfaitement libre du legs des « respectables » préjugés bourgeois, qui désorientent les esprits des « vieux unionistes » mieux placés » ... Les « prétendus représentants ouvriers », en Angleterre, sont des gens « à qui on pardonne leur appartenance à la classe ouvrière, parce qu'ils sont eux-mêmes prêts à noyer cette qualité dans l'océan de leur libéralisme »...

C'est à dessein que nous avons reproduit des extraits assez abondants des déclarations on ne peut plus explicites de Marx et d’Engels, afin que les lecteurs puissent les étudier dans leur ensemble. Et il est indispensable de les étudier, il vaut la peine d'y réfléchir attentivement. Car là est le noeud de la tactique imposée au mouvement ouvrier par les conditions objectives de l'époque impérialiste.

(...)

La. bourgeoisie d'une « grande » puissance impérialiste peut, économiquement, soudoyer les couches supérieures de « ses » ouvriers en sacrifiant à cette fin quelque cent ou deux cent millions de francs par an, car son surprofit s'élève probablement à près d'un milliard. Et la question de savoir comment cette petite aumône est partagée entre ouvriers-ministres, « ouvriers-députés » (rappelez-vous l'excellente analyse donnée de cette notion par Engels), ouvriers-membres des comités des industries de guerre, ouvriers-fonctionnaires, ouvriers organisés en associations étroitement corporatives, employés, etc., etc., c'est là une question secondaire. (Nos détracteurs n'ont plus qu'à en conclure que Marx, Engels et Lénine étaient de farouches ennemis de la classe ouvrière, des employés et particulièrement des fonctionnaires. - LVOG)

(...) Le monopole du capital financier actuel est furieusement disputé; l'époque des guerres impérialistes a commencé. Autrefois l'on pouvait soudoyer, corrompre pour des dizaines d'années la classe ouvrière de tout un pays. Aujourd'hui, ce serait invraisemblable, voire impossible ; par contre, chaque « grande » puissance impérialiste peut soudoyer et soudoie des couches moins nombreuses (que dans l'Angleterre des années 1848 à 1868) de l'« aristocratie ouvrière ». Autrefois, un « parti ouvrier bourgeois », selon l'expression remarquablement profonde d'Engels, ne pouvait se constituer que dans un seul pays, attendu qu'il était seul à détenir le monopole, mais en revanche pour longtemps. Aujourd'hui, « le parti ouvrier bourgeois» est inévitable et typique pour tous les pays impérialistes; mais, étant donné leur lutte acharnée pour le partage du butin, il est improbable qu'un tel parti puisse triompher pour longtemps dans plusieurs pays. (Et pourtant ! - LVOG) Car les trusts, l'oligarchie financière, la vie chère, etc., en permettant de corrompre de petits groupes de l'aristocratie ouvrière, écrasent, oppriment, étouffent et martyrisent de plus en plus la masse du prolétariat et du semi-prolétariat.

D'une part, la tendance de la bourgeoisie et des opportunistes à transformer une poignée de très riches nations privilégiées en parasites « à perpétuité » vivant sur le corps du reste de l'humanité, à « s'endormir sur les lauriers » de l'exploitation des Noirs, des Indiens, etc., en les maintenant dans la soumission à l'aide du militarisme moderne pourvu d'un excellent matériel d'extermination. (Il s'est perfectionné depuis et les dirigeants syndicaux en sont fiers, Mélenchon et Laurent aussi ! - LVOG)

D'autre part, la tendance des masses, opprimées plus que par le passé et subissant toutes les affres des guerres impérialistes, à secouer ce joug, à jeter bas la bourgeoisie. C'est dans la lutte entre ces deux tendances que se déroulera désormais inéluctablement l'histoire du mouvement ouvrier. Car la première tendance n'est pas fortuite : elle est économiquement « fondée ».

La bourgeoisie a déjà engendré et formé à son service des « partis ouvriers bourgeois » de social-chauvins dans tous les pays. (A ceci près de nos jours qu'aucune tendance du mouvement ouvrier n'organise les éléments les plus déterminés des masses dans la perspective de "jeter bas la bourgeoisie", ils ont tous capitulé ou sont tous idéologiquement corrompus. - LVOG)

(...)

Sur la base économique indiquée, les institutions politiques du capitalisme moderne - la presse, le Parlement, les syndicats, les congrès, etc. - ont créé à l'intention des ouvriers et des employés réformistes et patriotes, respectueux et bien sages, des privilèges et des aumônes politiques correspondant aux privilèges et aux aumônes économiques. Les sinécures lucratives et de tout repos dans un ministère ou au comité des industries de guerre, au Parlement et dans diverses commissions, dans les rédactions de « solides » journaux légaux ou dans les directions de syndicats ouvriers non moins solides et « d'obédience bourgeoise »,- voilà ce dont use la bourgeoisie impérialiste pour attirer et récompenser les représentants et les partisans des « partis ouvriers bourgeois ». (Notez bien les "représentants" et les "partisans des « partis ouvriers bourgeois »" ou ceux qui ne peuvent pas s'en passer ce qui revient au même. - LVOG)

Le mécanisme de la démocratie politique joue dans le même sens. Il n'est pas question, au siècle où nous sommes, de se passer d'élections; on ne saurait se passer des masses; or, à l'époque de l'imprimerie et du parlementarisme, on ne peut entraîner les masses derrière soi sans un système largement ramifié, méthodiquement organisé et solidement outillé de flatteries, de mensonges, d'escroqueries, de jongleries avec des mots populaires à la mode, sans promettre à droite et à gauche toutes sortes de réformes et de bienfaits aux ouvriers, pourvu qu'ils renoncent à la lutte révolutionnaire pour la subversion de la bourgeoisie. (Ici le "or" avait valeur d'objection, il signifiait que la participation aux élections ou au parlementarisme n'était pas une obligation, et que soutenir la gauche c'était plutôt se compromettre qu'autre chose. Lénine rejetait l'argument falacieux selon lequel il fallait absolument participer aux élections pour ne pas "se passer des masses" ou les appeler à voter pour tel ou tel parti ou candidat... A partir du moment où les trotskystes considéraient que l'avènement de la Ve République correspondait à un "coup d'Etat permanent", pour être cohérent avec ce constat à aucun moment ils n'auraient dû participer à une élection ou soutenir un parti ou un candidat y participant. - LVOG)

(...)

Et y a-t-il une grande différence entre Lloyd George et les Scheidemann, les Legien, les Henderson et les Hyndman, les Plékhanov, les Renaudel et consorts ? Parmi ces derniers, nous objectera-t-on, il en est qui reviendront au socialisme révolutionnaire de Marx. C'est possible, mais c'est là une différence de degré insignifiante si l'on considère la question sur le plan politique, c'est-à-dire à une échelle de masse. (Eh oui, c'est à l'échelle des masses que l'on évalue les rapports que l'on doit avoir avec les partis et les institutions ! Et c'est vers les masses qu'il faut se tourner résolument et non vers les élus du PS ou du PCF, les républicains, les démocrates, les intellectuels, les cadres syndicaux, l'aristocratie ouvrière, ne parlons des francs-maçons !. - LVOG) Certains personnages parmi les chefs social-chauvins actuels peuvent revenir au prolétariat. Mais le courant social-chauvin ou (ce qui est la même chose) opportuniste ne peut ni disparaître, ni « revenir » au prolétariat révolutionnaire. Là où le marxisme est populaire parmi les ouvriers, ce courant politique, ce « parti ouvrier bourgeois », invoquera avec véhémence le nom de Marx. On ne peut le leur interdire, comme on ne peut interdire à une firme commerciale de faire usage de n'importe quelle étiquette, de n'importe quelle enseigne ou publicité. On a toujours vu, au cours de l'histoire, qu'après la mort de chefs révolutionnaires populaires parmi les classes opprimées, les ennemis de ces chefs tentaient d'exploiter leur nom pour duper ces classes. (Ajoutons et leurs militants. - LVOG)

C'est un fait que les « partis ouvriers bourgeois », en tant que phénomène politique, se sont déjà constitués dans tous les pays capitalistes avancés, et que sans une lutte décisive et implacable, sur toute la ligne, contre ces partis ou, ce qui revient au même, contre ces groupes, ces tendances, etc., il ne saurait être question ni de lutte contre l'impérialisme, ni de marxisme, ni de mouvement ouvrier socialiste. (Avez-vous régulièrement un tel discours dans les journaux du POI, du NPA ou de LO ? Vous connaissez tous la réponse. - LVOG)

(...)

Nous n'avons pas la moindreissent disparaître avant la révolution sociale. Au contraire, plus cette révolution se rapprochera, plus puissamment elle s'embrasera, plus brusques et plus vigoureux seront les tournants et les bonds de son développement, et plus grand sera, dans le mouvement ouvrier, le rôle joué par la poussée du flot révolutionnaire de masse contre le flot opportuniste petit bourgeois. Le kautskisme ne représente aucun courant indépendant; il n'a de racines ni dans les masses, ni dans la couche privilégiée passée à la bourgeoisie. (On pourrait en dire de même du POI, du NPA et de LO, alors que leurs courants politiques existent depuis plus d'un demi-siècle. - LVOG) Mais le kautskisme est dangereux en ce sens qu'utilisànt l'idéologie du passé, il s'efforce de concilier le prolétariat avec le « parti ouvrier bourgeois », de sauvegarder l'unité du prolétariat avec ce parti et d'accroître ainsi le prestige de ce dernier. (C'est exactement ce à quoi se sont efforcés avec acharnement les trotskystes depuis 1940. - LVOG) Les masses ne suivent plus les social-chauvins déclarés; Lloyd George a été sifflé en Angleterre dans des réunions ouvrières; Hyndman a quitté le parti; les Renaudel et les Scheidemann, les Potressov et les Gvozdev sont protégés par la police. Rien n'est plus dangereux que la défense déguisée des social-chauvins par les kautskistes. (Sous le masque du trotskysme par exemple. - LVOG)

L'un des sophismes kautskistes les plus répandus consiste à se référer aux « masses ». Nous ne voulons pas, prétendent-ils, nous détacher des masses et des organisations de masse ! (Décidément, encore une troublante similitude avec les trotskystes. - LVOG) Mais réfléchissez à la façon dont Engels pose la question. Les « organisations de masse » des trade-unions anglaises étaient au XIX° siècle du côté du parti ouvrier bourgeois. Marx et Engels ne recherchaient pas pour autant une conciliation avec ce dernier, mais le dénonçaient. Ils n'oubliaient pas, premièrement, que les organisations des trade-unions englobent directement une minorité du prolétariat. Dans l'Angleterre d'alors comme dans l'Allemagne d'aujourd'hui, les organisations ne rassemblent pas plus de 1/5 du prolétariat. On ne saurait penser sérieusement qu'il soit possible, en régime capitaliste, de faire entrer dans les organisations la majorité des prolétaires.

Deuxièmement, et c'est là l'essentiel, il ne s'agit pas tellement du nombre des adhérents à l'organisation (Les trotskystes justifieront justement leurs rapports avec le PS et le PCF et le front unique en avançant cet argument rejeté par Marx, Engels et Lénine. - LVOG) que de la signification réelle, objective, de sa politique : cette politique représente-t-elle les masses, sert-elle les masses, c'est-à-dire vise-t-elle à les affranchir du capitalisme, ou bien représente-t-elle les intérêts de la minorité, sa conciliation avec le capitalisme ? C'est précisément cette dernière conclusion qui était vraie pour l'Angleterre du XIX° siècle, et qui est vraie maintenant pour l'Allemagne, etc.

Engels distingue entre le « parti ouvrier bourgeois » des vieilles trade-unions, la minorité privilégiée, et la « masse inférieure », la majorité véritable; il en appelle à cette majorité qui n'est pas contaminée par la « respectabilité bourgeoise ». Là est le fond de la tactique marxiste ! (Tactique à laquelle la totalité des trotskystes tourneront résolument le dos. - LVOG)

(...)

En montrant que les opportunistes et les social-chauvins trahissent en fait lés intérêts de la masse, défendant les privilèges momentanés d'une minorité d'ouvriers (Nos détracteurs en font partie, ceci explique sans doute cela. - LVOG), propagent les idées et l'influence bourgeoises et sont en fait les alliés et les agents de la bourgeoisie, nous apprenons aux masses à discerner leurs véritables intérêts politiques et à lutter pour le socialisme et la révolution à travers les longues et douloureuses péripéties des guerres impérialistes et des armistices impérialistes. (En tous temps on peut lutter pour le socialisme et la révolution, allez dire cela aux opportunistes qui parlent en notre nom. Non, tout compte fait c'est inutile et ce serait une perte de temps, ils sont incurables. - LVOG)

Expliquer aux masses que la scission avec l'opportunisme est inévitable et nécessaire, les éduquer pour la révolution par une lutte implacable contre ce dernier, mettre à profit l'expérience de la guerre pour dévoiler toutes les ignominies de la politique ouvrière nationale libérale au lieu de les camoufler : telle est la seule ligne marxiste dans le mouvement ouvrier mondial.

(Un siècle nous séparant de cet article, depuis l'opportunisme a emprunté une multitude de masques, aux partis politiques issus des IIe, IIIe et IVe Internationale, il faut ajouter les ONG et les associations en tous genres à but dit humanitaire ou social qui sont censées soulager la misère des masses et qui en réalité ne font qu'en prolonger les souffrances ou perpétuer l'agonie. Terminons sur une note optimiste, en espérant que la crise qui traverse tous les partis ouvriers et les scissions auxquelles elle donnera lieu, permettront de refonder l'avant-garde révolutionnaire sur la base du marxisme et du socialisme, espérons que de nouvelles générations de militants sauront se délivrer du poison mortel de l'opportunisme et renoueront avec la tradition révolutionnaire du prolétariat du début du XXe siècle. - LVOG)

L'intégralité de l'article de Lénine au format pdf

Défense du marxisme

Socialisme contre opportunisme liquidateur.

L'impérialisme et la scission du socialisme. (1) (V. Lénine -1916)

L'impérialisme et la scission du socialisme - V. Lénine - Rédigé en octobre 1916 et publié en décembre 1916 dans le n° 2 du « Recueil du Social-Démocrate ».

Existe-t-il un lien entre l'impérialisme et la victoire ignoble, monstrueuse, que l'opportunisme (sous les espèces du social-chauvinisme) a remportée sur le mouvement ouvrier européen ?

Telle est la question fondamentale du socialisme contemporain. Et maintenant que nous avons parfaitement établi dans notre littérature du parti :

1. le caractère impérialiste de notre époque et de la guerre actuelle ;

2. l'indissoluble liaison historique entre le social-chauvinisme et l'opportunisme, ainsi que l'identité de leur contenu politique et idéologique, nous pouvons et nous devons passer à l'examen de cette question fondamentale.

Il nous faut commencer par donner la définition la plus précise et la plus complète possible de l'impérialisme. L'impérialisme est un stade historique particulier du capitalisme. Cette particularité est de trois ordres : l’impérialisme est

(1) le capitalisme monopoliste ;

(2) le capitalisme parasitaire ou pourrissant ;

(3) le capitalisme agonisant.

La substitution du monopole à la libre concurrence est le trait économique capital, l'essence de l'impérialisme. Le monopolisme se manifeste sous cinq formes principales :

1. les cartels, les syndicats patronaux, et les trusts ; la concentration de la production a atteint un degré tel qu'elle a engendré ces groupements monopolistes de capitalistes ;

2. la situation de monopole des grosses banques : trois a cinq banques gigantesques régentent toute la vie économique de l'Amérique, de la France, de l'Allemagne ;

3. l'accaparement des sources de matières premières par les trusts et l'oligarchie financière (le capital financier est le capital industriel monopolisé, fusionné avec le capital bancaire) ;

4. le partage (économique) du monde par les cartels internationaux a commencé. Ces cartels internationaux, détenteurs du marché mondial tout entier qu'ils se partagent « à l'amiable » — tant que la guerre ne l'a pas repartagé — on en compte déjà plus de cent ! L'exportation des capitaux, phénomène particulièrement caractéristique, à la différence de l'exportation des marchandises à l'époque du capitalisme non monopoliste, est en relation étroite avec le partage économique et politico-territorial du monde ;

5. le partage territorial du monde (colonies) est terminé.

L'impérialisme, stade suprême du capitalisme d'Amérique et d'Europe, et ensuite d'Asie, a fini de se constituer vers 1898-1914.

Les guerres hispano-américaine (1898), anglo-boer (1899-1902), russo-japonaise (1904-1905) et la crise économique de 1900 en Europe, tels sont les principaux jalons historiques de la nouvelle époque de l'histoire mondiale.

Que l'impérialisme soit un capitalisme parasitaire ou pourrissant, c'est ce qui apparaît avant tout dans la tendance à la putréfaction qui distingue tout monopole sous le régime de la propriété privée des moyens de production. La différence entre la bourgeoisie impérialiste démocratique républicaine, d'une part, et réactionnaire monarchiste, d'autre part, s'efface précisément du fait que l'une et l'autre pourrissent sur pied (ce qui n'exclut pas du tout le développement étonnamment rapide du capitalisme dans différentes branches d'industrie, dans différents pays, en différentes périodes). En second lieu, la putréfaction du capitalisme se manifeste par la formation d'une vaste couche de rentiers, de capitalistes vivant de la « tonte des coupons ». Dans quatre pays impérialistes avancés : l'Angleterre, l'Amérique du Nord, la France et l'Allemagne, le capital en titres est de 100 à 150 milliards de francs, ce qui représente un revenu annuel d'au moins 5 à 8 milliards par pays. En troisième lieu, l'exportation des capitaux est du parasitisme au carré. En quatrième lieu, « le capital financier vise à l'hégémonie, et non à la liberté ». La réaction politique sur toute la ligne est le propre de l'impérialisme. Vénalité, corruption dans des proportions gigantesques, panamas de tous genres. En cinquième lieu, l'exploitation des nations opprimées, indissolublement liée aux annexions, et surtout l'exploitation des colonies par une poignée de « grandes » puissances, transforme de plus en plus le monde « civilisé » en un parasite sur le corps des peuples non civilisés, qui comptent des centaines de millions d'hommes. Le prolétaire de Rome vivait aux dépens de la société. La société actuelle vit aux dépens du prolétaire contemporain. Marx a particulièrement souligné cette profonde remarque de Sismondi.

L'impérialisme change un peu les choses. Une couche privilégiée du prolétariat des puissances impérialistes vit en partie aux dépens des centaines de millions d'hommes des peuples non civilisés.

(...)

Notons que dans sa « conception » de l'impérialisme, qui revient à farder ce dernier, Kautsky marque un recul non seulement par rapport au Capital financier de Hilferding (quel que soit le zèle que mette aujourd'hui Hilferding lui-même à défendre Kautsky et l' « unité » avec les social-chauvins !), mais aussi par rapport au social-libéral J. A. Hobson. Cet économiste anglais, qui n'a pas la moindre prétention au titre de marxiste, définit avec beaucoup plus de profondeur l'impérialisme et en dévoile les contradictions dans son ouvrage de 19023. Voici ce que disait cet auteur (chez qui l'on retrouve presque toutes les platitudes pacifistes et « conciliatrices » de Kautsky) sur la question particulièrement importante du caractère parasitaire de l'impérialisme :

Des circonstances de deux ordres affaiblissaient, selon Hobson, la puissance des anciens Empires :

1. le « parasitisme économique » et

2. le recrutement d'une armée parmi les peuples dépendants.

« La première circonstance est la coutume du parasitisme économique, en vertu de laquelle l'Etat dominant utilise ses provinces, ses colonies et les pays dépendants pour enrichir sa classe gouvernante et corrompre ses classes inférieures, afin qu'elles se tiennent tranquilles. » En ce qui concerne la seconde circonstance, Hobson écrit :

« L'un des symptômes les plus singuliers de la cécité de l'impérialisme »

(dans la bouche du social-libéral Hobson, ce refrain sur la « cécité » des impérialistes est moins déplacé que chez le « marxiste » Kautsky),

« c'est l'insouciance avec laquelle la Grande-Bretagne, la France et les autres nations impérialistes s'engagent dans cette voie. La Grande-Bretagne est allée plus loin que toutes les autres. La plupart des batailles par lesquelles nous avons conquis notre Empire des Indes ont été livrées par nos troupes indigènes : dans l'Inde, comme plus récemment aussi en Egypte, de grandes armées permanentes sont placées sous le commandement des Britanniques ; presque toutes nos guerres de conquête en Afrique, sa partie Sud exceptée, ont été faites pour notre compte par les indigènes.»

La perspective du partage de la Chine provoque chez Hobson l'appréciation économique que voici :

« Une grande partie de l'Europe occidentale pourrait alors prendre l'apparence et le caractère qu'ont maintenant certaines parties des pays qui la composent — le Sud de l'Angleterre, la Riviera, les régions d'Italie et de Suisse les plus fréquentées des touristes et peuplées de gens riches — à savoir : de petits groupes de riches aristocrates recevant des dividendes et des pensions du lointain Orient, avec un groupe un peu plus nombreux d'employés professionnels et de commerçants et un nombre plus important de domestiques et d'ouvriers occupés dans les transports et dans l'industrie travaillant à la finition des produits manufacturés. Quant aux principales branches d'industrie, elles disparaîtraient, et la grande masse des produits alimentaires et semi-ouvrés affluerait d'Asie et d'Afrique comme un tribut.»

« Telles sont les possibilités que nous offre une plus large alliance des Etats d'Occident, une fédération européenne des grandes puissances : loin de faire avancer la civilisation universelle, elle pourrait signifier un immense danger de parasitisme occidental aboutissant à constituer un groupe à part de nations industrielles avancées, dont les classes supérieures recevraient un énorme tribut de l'Asie et de l'Afrique et entretiendraient, à l'aide de ce tribut, de grandes masses domestiquées d'employés et de serviteurs, non plus occupés à produire en grandes quantités des produits agricoles et industriels, mais rendant des services privés ou accomplissant, sous le contrôle de la nouvelle aristocratie financière, des travaux industriels de second ordre. Que ceux qui sont prêts à tourner le dos à cette théorie »

(il aurait fallu dire : à cette perspective)

« comme ne méritant pas d'être examinée, méditent sur les conditions économiques et sociales des régions de l'Angleterre méridionale actuelle, qui en sont déjà arrivées à cette situation. Qu'ils réfléchissent à l'extension considérable que pourrait prendre ce système si la Chine était soumise au contrôle économique de semblables groupes de financiers, de « placeurs de capitaux » (les rentiers), de leurs fonctionnaires politiques et de leurs employés de commerce et d'industrie, qui drainent les profits du plus grand réservoir potentiel que le monde ait jamais connu afin de les consommer en Europe. Certes, la situation est trop complexe et le jeu des forces mondiales trop difficile à escompter pour qu'une prévision — celle-ci ou toute autre — de l'avenir dans une seule direction puisse être considérée comme la plus probable. Mais les influences qui régissent à l'heure actuelle l'impérialisme de l'Europe occidentale s'orientent dans cette direction, et si elles ne rencontrent pas de résistance, si elles ne sont pas détournées d'un autre côté, c'est dans ce sens qu'elles orienteront l'achèvement de ce processus. »

Le social-libéral Hobson ne voit pas que cette « résistance » ne peut être opposée que par le prolétariat révolutionnaire, et seulement sous la forme d'une révolution sociale. Il n'est pas social-libéral pour rien ! Mais il a fort bien abordé, dès 1902, la question du rôle et de la portée des « Etats-Unis d'Europe » (avis au kautskiste Trotski !), comme aussi de tout ce que cherchent à voiler les kautskistes hypocrites des différents pays, à savoir le fait que les opportunistes (les social-chauvins) font cause commune avec la bourgeoisie impérialiste justement dans le sens de la création d'une Europe impérialiste sur le dos de l'Asie et de l'Afrique ; le fait que les opportunistes apparaissent objectivement comme une partie de la petite bourgeoisie et de certaines couches de la classe ouvrière, soudoyée avec les fonds du surprofit des impérialistes et convertie en chiens de garde du capitalisme, en corrupteurs du mouvement ouvrier.

Nous avons maintes fois signalé, non seulement dans des articles, mais aussi dans des résolutions de notre Parti, cette liaison économique extrêmement profonde de la bourgeoisie impérialiste, très précisément, avec l'opportunisme qui a triomphé aujourd'hui (est-ce pour longtemps ?) du mouvement ouvrier.

L'intégralité de l'article de Lénine au format pdf

Défense du marxisme

Les guerres nationales bourgeoises renferme des leçons extraordinairement instructives.

Extraits de Défense du marxisme. (Léon Trotsky - Coyoacan - Le 24 janvier 1940)

- Rappelons une fois de plus l'alphabet. Dans la sociologie marxiste le point de départ initial de l'analyse est la définition de classe d'un phénomène donné: Etat, parti, tendance philosophique, école littéraire... etc. Dans la plupart des cas cependant la pure et simple définition de classes est insuffisante car une classe est composée de différentes couches, elle passe par différents stades de développement, elle est soumise à l'influence d'autres classes. Il est nécessaire pour une analyse complète de tenir compte de ces facteurs de deuxième ou de troisième ordre soit en partie soit en totalité, en fonction du but recherché. Mais pour un marxiste l'analyse est impossible sans une caractérisation de classe du phénomène considéré.

- Le petit-bourgeois tend inévitablement à détacher les événements politiques de leur fondement social car toute approche de classe à l'égard des faits est organiquement étrangère à la position et à l'éducation du petit-bourgeois.

- L'exemple des guerres nationales bourgeoises renferme, effectivement, des leçons extraordinairement instructives, mais Shachtman est passé à côté sans y réfléchir. Marx et Engels aspiraient à une Allemagne républicaine unifiée. Pendant la guerre de 1870-71 ils se rangèrent du côté des Allemands, bien que les parasites dynastiques exploitassent et déformassent ce combat. Shachtman insiste sur le fait que Marx et Engels se tournèrent sans délai contre la Prusse dès qu'elle annexa l'Alsace et la Lorraine. Mais ce changement d'attitude ne fait qu'illustrer notre pensée avec encore plus de clarté. Il est impossible d'oublier une seule minute qu'il s'agissait d'une guerre entre deux Etats bourgeois. Ainsi le dénominateur de classe était commun aux deux camps. On ne pouvait donc décider de quel côté se trouvait le "moindre mal" -dans la mesure où l'histoire laissait le choix- qu'en fonction de facteurs complémentaires. Du côté des Allemands il s'agissait de créer un Etat bourgeois national, comme arène de l'économie et de la culture. L'Etat national constituait alors un facteur historique progressiste. Dans cette mesure Marx et Engels se tenaient du côté des Allemands, malgré le Hohenzollern et ses junkers. L'annexion de l'Alsace et de la Lorraine brisait le principe de l'Etat national, tant vis-à-vis de la France que vis-à-vis de l'Allemagne et préparait la guerre de revanche. Il est naturel que Marx et Engels se soient alors brutalement retournés contre la Prusse. Ils ne risquaient pas en cela de rendre service à un système économique inférieur face à un système supérieur, les rapports bourgeois, je le rappelle, dominant dans les deux camps. Si la France, en 1870, avait été un Etat ouvrier, Marx et Engels se seraient trouvés de son côté dès le début du conflit puisque -on éprouve quelque malaise à le rappeler- le critère de classe dirigeait toute leur activité.

(...) Il est superflu d'ajouter que le rôle du Hohenzollern dans la guerre de 1870-71 ne justifiait nullement le rôle historique général de la dynastie, ni son existence même. Fin de l'extrait.

En 2011, 140 ans plus tard il ne restera plus rien de ces "leçons extraordinairement instructives" au sein du mouvement ouvrier français (notamment).

Que Kadhafi ait incarné l'unité et la souveraineté de la Lybie, le pays le plus développé du continent africain, qu'Assad ait incarné une république laïque et un des pays les plus développés du Proche-Orient, face à des régimes monarchiques, féodaux, archaïques, de terribles dictatures pratiquant la charia, alors que ces deux Etats indépendants et souverains résisteront à l'impérialisme américain prêt à les détruire, à les disloquer si nécessaire en recourant à une horde de barbares sanguinaires pour parvenir à ses fins, les dirigeants du mouvement ouvrier de tous les partis sans exception reproduiront le discours des représentants de la réaction en présentant leurs chefs d'Etat comme de terribles dictateurs à la tête de régimes tyranniques.

Les dirigeants de tous les partis sans exception du mouvement ouvrier ne tiendront pas compte non plus que Kadhafi et Assad bénéficiaient du soutien de l'immense majorité de leurs peuples. A aucun moment ils ne produiront une analyse sur la situation en Libye et en Syrie sur la base des rapports existant entre les classes dans ces pays en les reliant au développement du capitalisme mondial.

Pire, à l'instar des représentants des puissances occidentales et des médias ils pratiqueront l'autocensure en refusant d'utiliser les arguments ou les faits en leur possession qui leur auraient permis de démonter la propagande de guerre de Washington, Bruxelles et de l'OTAN.

Un grand nombre de commentateurs bourgeois se sont demandés pourquoi contrairement à autrefois quand des pays dominés étaient agressés par des pays dominants le mouvement ouvrier international se mobilisait au côté des pays dominés agressés par des impérialistes, ou lorsque que des pays luttaient pour conquérir leur indépendance ou leur souveraineté, de nos jours il les abandonnait à leur triste sort, sans pouvoir répondre à cette question, puisqu'il leur aurait fallu mettre en lumière que le mouvement ouvrier international était totalement corrompu à quelques exceptions près marginales, et qu'il était complice des impérialistes intervenant militairement en Libye et en Syrie.

En résumé, les dirigeants de tous les tous les partis sans exception du mouvement ouvrier se livreront au double langage habituel, consistant à dénoncer une agression impérialiste tout en reprenant à leur compte les arguments des représentants de l'impérialisme qui la justifiaient ainsi, de sorte que l'ensemble de ces arguments se neutralisaient réciproquement et laissait le champs libre au camp du plus puissant, au camp de la guerre, ce qui explique pourquoi ils se mirent dans une situation qui ne leur permettait pas de mobiliser les masses au côté des peuples libyen et syriens contre ces guerres néocolonialistes, pour peu qu'ils en aient eu l'intention un jour, ce dont on est en droit de douter fortement au regard de cette expérience.

Cette méthode du double langage et jeu était fort pratique ou présentait l'avantage de laisser à chaque militant ou travailleur l'opportunité d'interpréter la situation en fonction de ses intérêts individuels et non en se situant sur le terrain de la lutte des classes, ce qu'ils ignoreront évidemment. Comment, en s'appuyant sur l'un de ces arguments contradictoires de manière à diviser le mouvement ouvrier, à le paralyser, mieux, de sorte qu'aucune tendance ne s'en dégage, ce qui offrirait pas la suite l'opportunité à ses dirigeants de manoeuvrer ou d'instrumentaliser les conclusions de ces guerres à leur profit sans scrupule et pratiquement sans risque, puisque militants et travailleurs n'y ayant rien compris continueront de se faire manipuler. Il suffira d'invoquer la situation en France ou de reporter sur les travailleurs leur propre impuissance ou trahison et le tour sera joué.

Les dirigeants de tous les partis sans exception du mouvement ouvrier ont ainsi trahi le principe de l'internationalisme prolétarien, du droit des peuples à l'autodétermination, et démontré si nécessaire qu'ils avaient bien rompu avec le marxisme et le socialisme dont ils continuent de se réclamer.

Défense du marxisme

Tendance historique de l’accumulation capitaliste.

Extrait du Capital. (K. Marx - F. Engels 1867)

Chapitre XXXII : Tendance historique de l’accumulation capitaliste

Ainsi donc ce qui gît au fond de l'accumulation primitive du capital, au fond de sa genèse historique, c'est l'expropriation du producteur immédiat, c'est la dissolution de la propriété fondée sur le travail personnel de son possesseur.

La propriété privée, comme antithèse de la propriété collective, n’existe que là où les instruments et les autres conditions extérieures du travail appartiennent à des particuliers. Mais selon que ceux-ci sont les travailleurs ou les non-travailleurs, la propriété privée change de face. Les formes infiniment nuancées qu'elle affecte à première vue ne font que réfléchir les états intermédiaires entre ces deux extrêmes.

La propriété privée du travailleur sur les moyens de son activité productive est le corollaire de la petite industrie, agricole ou manufacturière, et celle-ci constitue la pépinière de la production sociale, l'école où s'élaborent l'habileté manuelle, l'adresse ingénieuse et la libre individualité du travailleur. Certes, ce mode de production se rencontre au milieu de l'esclavage, du servage et d'autres états de dépendance. Mais il ne prospère, il ne déploie toute son énergie, il ne revêt sa forme intégrale et classique que là où le travailleur est le propriétaire libre des conditions de travail qu'il met lui-même en oeuvre, le paysan, du sol qu'il cultive, l'artisan, de l'outillage qu'il manie, comme le virtuose, de son instrument.

Ce régime industriel de petits producteurs indépendants, travaillant à leur compte, présuppose le morcellement du sol et l'éparpillement des autres moyens de production. Comme il en exclut la concentration, il exclut aussi la coopération sur une grande échelle, la subdivision de la besogne dans l'atelier et aux champs, le machinisme, la domination savante de l'homme sur la nature, le libre développement des puissances sociales du travail, le concert et l'unité dans les fins, les moyens et les efforts de l'activité collective. Il n'est compatible qu'avec un état de la production et de la société étroitement borné. L'éterniser, ce serait, comme le dit pertinemment Pecqueur, « décréter la médiocrité en tout ». Mais, arrivé à un certain degré, il engendre de lui-même les agents matériels de sa dissolution. A partir de ce moment, des forces et des passions qu'il comprime, commencent à s'agiter au sein de la société. Il doit être, il est anéanti. Son mouvement d'élimination transformant les moyens de production individuels et épars en moyens de production socialement concentrés, faisant de la propriété naine du grand nombre la propriété colossale de quelquesuns, cette douloureuse, cette épouvantable expropriation du peuple travailleur, voilà les origines, voilà la genèse du capital. Elle embrasse toute une série de procédés violents, dont nous n'avons passé en revue que les plus marquants sous le titre de méthodes d'accumulation primitive.

L'expropriation des producteurs immédiats s'exécute avec un vandalisme impitoyable qu'aiguillonnent les mobiles les plus infâmes, les passions les plus sordides et les plus haïssables dans leur petitesse. La propriété privée, fondée sur le travail personnel, cette propriété qui soude pour ainsi dire le travailleur isolé et autonome aux conditions extérieures du travail, va être supplantée par la propriété privée capitaliste, fondée sur l'exploitation du travail d'autrui, sur le salariat (81).

Dès que ce procès de transformation a décomposé suffisamment et de fond en comble la vieille société, que les producteurs sont changés en prolétaires, et leurs conditions de travail, en capital, qu'enfin le régime capitaliste se soutient par la seule force économique des choses, alors la socialisation ultérieure du travail, ainsi que la métamorphose progressive du sol et des autres moyens de production en instruments socialement exploités, communs, en un mot, l'élimination ultérieure des propriétés privées, va revêtir une nouvelle forme. Ce qui est maintenant à exproprier, ce n'est plus le travailleur indépendant, mais le capitaliste, le chef d'une armée ou d'une escouade de salariés.

Cette expropriation s'accomplit par le jeu des lois immanentes de la production capitaliste, lesquelles aboutissent à la concentration des capitaux. Corrélativement à cette centralisation, à l'expropriation du grand nombre des capitalistes par le petit, se développent sur une échelle toujours croissante l'application de la science à la technique, l'exploitation de la terre avec méthode et ensemble, la transformation de l'outil en instruments puissants seulement par l'usage commun, partant l'économie des moyens de production, l'entrelacement de tous les peuples dans le réseau du marché universel, d'où le caractère international imprimé au régime capitaliste. A mesure que diminue le nombre des potentats du capital qui usurpent et monopolisent tous les avantages de cette période d'évolution sociale, s'accroissent la misère, l'oppression, l'esclavage, la dégradation, l'exploitation, mais aussi la résistance de la classe ouvrière sans cesse grossissante et de plus en plus disciplinée, unie et organisée par le mécanisme même de la production capitaliste. Le monopole du capital devient une entrave pour le mode de production qui a grandi et prospéré avec lui et sous ses auspices. La socialisation du travail et la centralisation de ses ressorts matériels arrivent à un point où elles ne peuvent plus tenir dans leur enveloppe capitaliste. Cette enveloppe se brise en éclats. L'heure de la propriété capitaliste a sonné. Les expropriateurs sont à leur tour expropriés (82).

L'appropriation capitaliste, conforme au mode de production capitaliste, constitue la première négation de cette propriété privée qui n'est que le corollaire du travail indépendant et individuel. Mais la production capitaliste engendre elle-même sa propre négation avec la fatalité qui préside aux métamorphoses de la nature. C'est la négation de la négation. Elle rétablit non la propriété privée du travailleur, mais sa propriété individuelle, fondée sur les acquêts de, l'ère capitaliste, sur la coopération et la possession commune de tous les moyens de production, y compris le sol.

Pour transformer la propriété privée et morcelée, objet du travail individuel, en propriété capitaliste, il a naturellement fallu plus de temps, d'efforts et de peines que n'en exigera la métamorphose en propriété sociale de la propriété capitaliste, qui de fait repose déjà sur un mode de production collectif. Là, il s'agissait de l'expropriation de la masse par quelques usurpateurs; ici, il s'agit de l'expropriation de quelques, usurpateurs par la masse. (K . Marx : Le Capital - Livre I – Section VIII)

(81) « Nous sommes... dans une condition tout à fait nouvelle de la société... nous tendons à séparer complètement toute espèce de propriété d'avec toute espèce de travail. » (Sismondi : Nouveaux principes de l’Econ. polit., t. Il, p. 434.)

(82) « Le progrès de l'industrie, dont la bourgeoisie est l'agent sans volonté propre et sans résistance, substitue à l'isolement des ouvriers, résultant de leur concurrence, leur union révolutionnaire par l'association. Ainsi, le développement de la grande industrie sape, sous les pieds de la bourgeoisie, le terrain même sur lequel elle a établi son système de production et d'appropriation. Avant tout, la bourgeoisie produit ses propres fossoyeurs. Sa chute et la victoire du prolétariat sont également inévitables. De toutes les classes qui, à l'heure présente, s'opposent à la bourgeoisie, le prolétariat seul est une classe vraiment révolutionnaire. Les autres classes périclitent et périssent avec la grande industrie; le prolétariat, au contraire, en est le produit le plus authentique. Les classes moyennes, petits fabricants, détaillants, artisans, paysans, tous combattent la bourgeoisie parce qu'elle est une menace pour leur existence en tant que classes moyennes. Elles ne sont donc pas révolutionnaires, mais conservatrices; bien plus elles sont réactionnaires. elles cherchent à faire tourner à l'envers la roue de l'histoire. » (Karl Marx et Friedrich Engels : Manifeste du Parti communiste, Lond., 1847 p. 9, 11.)

L'article au format pdf

Défense du marxisme

Leur morale de classe et la nôtre.

Friedrich Engels (1878) : Anti-Duhring

Chapitre IX :: La morale et le droit.. Vérités éternelles. Extrait.

... le bien et le mal. Cette opposition se meut exclusivement sur le terrain moral, donc dans un domaine qui appartient à l'histoire des hommes, et c'est ici que les vérités définitives en dernière analyse sont le plus clairsemées. De peuple à peuple, de période à période, les idées de bien et de mal ont tant changé que souvent elles se sont carrément contredites. - Mais, objectera-t-on, le bien n'est pourtant pas le mal, le mal pas le bien; si le bien et le mal sont mis dans le même sac, c'est la fin de toute moralité et chacun peut agir à sa guise. - Telle est aussi, dépouillée de toute solennité sibylline, l'opinion de M. Dühring. Mais la chose ne se règle tout de même pas si simplement. Si c'était aussi simple, on ne disputerait pas du bien et du mal, chacun saurait ce qui est bien et ce qui est mal. Mais qu'en est-il à présent ? Quelle morale nous prêche-t-on aujourd'hui ? C'est d'abord la morale féodale chrétienne, héritage de la foi des siècles passés, qui se divise essentiellement à son tour en une morale catholique et une morale protestante, ce qui n'empêche pas derechef des subdivisions allant de la morale catholico-jésuite et de la morale protestante orthodoxe jusqu'à la morale latitudinaire. A côté de cela figure la morale bourgeoise moderne, puis derechef à côté de celle-ci la morale de l'avenir, celle du prolétariat, de sorte que rien que dans les pays les plus avancés d'Europe, le passé, le présent et l'avenir fournissent trois grands groupes de théories morales qui sont valables simultanément et à côté l'une de l'autre. Quelle est donc la vraie ? Aucune, au sens d'un absolu définitif; mais la morale qui possède le plus d'éléments prometteurs de durée est sûrement celle qui, dans le présent, représente le bouleversement du présent, l'avenir, c'est donc la morale prolétarienne.

Dès lors que nous voyons les trois classes de la société moderne, l'aristocratie féodale, la bourgeoisie et le prolétariat, avoir chacune sa morale particulière, nous ne pouvons qu'en tirer la conclusion que, consciemment ou inconsciemment, les hommes puisent en dernière analyse leurs conceptions morales dans les rapports pratiques sur lesquels se fonde leur situation de classe, - dans les rapports économiques dans lesquels ils produisent et échangent.

Cependant, dans les trois théories morales citées ci-dessus, il y a maintes choses communes à toutes les trois : ne serait-ce pas là un fragment de la morale fixée une fois pour toutes ? Ces théories morales représentent trois stades différents de la même évolution historique, elles ont donc un arrière-plan historique commun et par suite, nécessairement, beaucoup d'éléments communs . Plus encore. A des stades de développement économique semblables, ou à peu près semblables, les théories morales doivent nécessairement concorder plus ou moins. Dès l'instant où la propriété privée des objets mobiliers s'était développée, il fallait bien que toutes les sociétés où cette propriété privée prévalait eussent en commun le commandement moral : tu ne voleras point. Est-ce que par là ce commandement devient un commandement moral éternel ? Nullement. Dans une société où les motifs de vol sont éliminés, où par conséquent, à la longue, les vols ne peuvent être commis que par des aliénés, comme on rirait du prédicateur de morale qui voudrait proclamer solennellement la vérité éternelle : Tu ne voleras point !

C'est pourquoi nous repoussons toute prétention de nous imposer quelque dogmatisme moral que ce soit comme loi éthique éternelle, définitive, désormais immuable, sous le prétexte que le monde moral a lui aussi ses principes permanents qui sont au-dessus de l'histoire et des différences nationales. Nous affirmons, au contraire, que toute théorie morale du passé est, en dernière analyse, le produit de la situation économique de la société de son temps. Et de même que la société a évolué jusqu'ici dans des oppositions de classes, la morale a été constamment une morale de classe; ou bien elle justifiait la domination et les intérêts de la classe dominante, ou bien elle représentait, dès que la classe opprimée devenait assez puissante, la révolte contre cette domination et les intérêts d'avenir des opprimés. Qu'avec cela, il se soit en gros effectué un progrès, pour la morale comme pour toutes les autres branches de la connaissance humaine, on n'en doute pas. Mais nous n'avons pas encore dépassé la morale de classe. Une morale réellement humaine, placée au-dessus des oppositions de classe et de leur souvenir, ne devient possible qu'à un niveau de la société où on a non seulement vaincu, mais oublié pour la pratique de la vie, l'opposition des classes. Que l'on mesure maintenant la présomption de M. Dühring qui, du sein de la vieille société de classes, prétend, à la veille d'une révolution sociale, imposer à la société sans classes de l'avenir une morale éternelle, indépendante du temps et des transformations du réel ! A supposer même, - ce que nous ignorons jusqu'à présent, - qu'il comprenne tout au moins dans ses lignes fondamentales la structure de cette société future.

Au format pdf

Défense du marxisme

Syndicalisme et communisme. (L. Trotsky - Oeuvres 1929)

La question syndicale est une des plus importantes pour le mouvement ouvrier, et donc pour l'Opposition aussi. Sans position claire sur cette question, l'Opposition sera incapable de gagner une influence véritable dans la classe ouvrière. C'est pourquoi je crois nécessaire de soumettre ici à la discussion quelques considérations sur la question syndicale.

1- Le Parti communiste est l'arme fondamentale de l'action révolutionnaire du prolétariat, l'organisation de combat de son avant-garde qui doit s’élever au rôle de guide de la classe ouvrière dans toutes les sphères de sa lutte, sans exception, par conséquent mouvement syndical inclus.

2- Ceux qui, par principe, opposent l’autonomie syndicale au leadership du parti communiste, opposent ainsi — qu’ils le veuillent ou non — la partie la plus rétrograde du prolétariat à l'avant-garde de la classe ouvrière, la lutte pour des revendications immédiates à la lutte pour la libération totale des travailleurs, le réformisme au communisme, l’opportunisme au marxisme révolutionnaire.

3- Le syndicalisme français d'avant-guerre, à ses débuts et pendant sa croissance, en combattant pour l'autonomie syndicale, combattit réellement pour son indépendance vis-à-vis du gouvernement bourgeois et de ses partis, parmi lesquels celui du socialisme réformiste et parlementaire. C'était une lutte contre l'opportunisme, par une voie révolutionnaire.
Le syndicalisme révolutionnaire n’a pas à cet égard fétichisé l'autonomie des organisations de masse. Bien au contraire, il a compris et a affirmé le rôle dirigeant de la minorité révolutionnaire dans les organisations de masse, organisations qui reflètent la classe ouvrière avec toutes ses contradictions, ses retards et ses faiblesses.

4- La théorie de la minorité active était essentiellement une théorie inachevée du parti prolétarien. Dans sa pratique, le syndicalisme révolutionnaire était l’embryon d'un parti révolutionnaire contre l'opportunisme, c'était une remarquable esquisse du communisme révolutionnaire.

5- La faiblesse de l'anarcho-syndicalisme, même dans sa période classique, était l'absence d'une base théorique correcte, et donc une mauvaise compréhension de la nature de l'Etat et de son rôle dans la lutte de classe ; une conception inachevée, incomplète et par conséquent erronée du rôle de la minorité révolutionnaire, c’est-à-dire du parti. De là les erreurs de tactique, comme le fétichisme de la grève générale, ignorant le lien entre le soulèvement et la prise du pouvoir, etc.

6- Après la guerre, le syndicalisme français a trouvé à la fois sa réfutation, son développement et son achèvement dans le communisme. Les tentatives pour rétablir le syndicalisme révolutionnaire tournent maintenant le dos à l'histoire. Pour le mouvement ouvrier, de telles tentatives ne peuvent avoir qu’une signification réactionnaire.

7- Les épigones du syndicalisme transforment (en paroles) l'indépendance de l'organisation syndicale vis-à-vis de la bourgeoisie et des socialistes réformistes en indépendance en général, en indépendance absolue vis-à-vis de tous les partis, parti communiste inclus.
Si, dans sa période d’expansion, le syndicalisme se considérait comme une avant-garde et combattait pour le rôle dirigeant de la minorité d’avant-garde au sein des masses, les épigones du syndicalisme luttent maintenant contre les mêmes souhaits de l’avant-garde communiste, essayant, quoique sans succès, de se baser sur le manque de développement et les préjugés des parties les plus rétrogrades de la classe ouvrière.

8- L'indépendance face à l’influence de la bourgeoisie ne peut pas être un état passif. Elle ne peut que s'exprimer par des actes politiques, c’est-à-dire par la lutte contre la bourgeoisie. Cette lutte doit être inspirée par un programme spécifique qui exige organisation et tactique pour son application. C'est l'union du programme, de l'organisation et de la tactique qui constitue le parti. C’est pourquoi la véritable indépendance du prolétariat vis-à-vis du gouvernement bourgeois ne peut être réalisée sans que le prolétariat mène sa lutte sous la conduite d'un parti révolutionnaire et non d’un parti opportuniste.

9- Les épigones du syndicalisme voudraient nous faire croire que les syndicats se suffisent à eux-mêmes. Théoriquement, ça ne veut rien dire, mais en pratique ça signifie la dissolution de l’avant-garde révolutionnaire dans les masses, dans les syndicats.
Plus la masse encadrée par les syndicats est grande, mieux ils peuvent accomplir leur mission. Un parti prolétarien, au contraire, ne mérite son nom que s’il est idéologiquement homogène, dans les limites de l'unité d’action et de l’organisation. Présenter les syndicats comme autosuffisants sous prétexte que le prolétariat aurait déjà atteint sa “majorité”, c’est flatter le prolétariat en le décrivant comme il ne peut pas être en régime capitaliste, qui maintient les masses ouvrières dans l'ignorance, laissant seulement à l’avant-garde prolétarienne la possibilité de traverser toutes les difficultés et d'arriver à une compréhension claire des tâches de sa classe dans leur ensemble. <10>La véritable autonomie, pratique et non métaphysique, de l'organisation syndicale n’est ni perturbée ni diminuée par la lutte d’influence du parti communiste. Chaque syndiqué a le droit de voter comme il le juge utile et d’élire celui qui lui semble le plus digne. Les communistes possèdent ce droit comme les autres.
La conquête de la majorité par les communistes dans les organes directeurs se fait dans le respect des principes de l'autonomie, à savoir la libre autogestion des syndicats. D'autre part, aucun statut de syndicat ne peut empêcher ou interdire le parti d'élire le secrétaire général de la Confédération du travail à son comité central, puisque ici nous sommes entièrement dans le registre de l'autonomie du parti.

11-Dans les syndicats, les communistes sont naturellement soumis à la discipline du parti, quelques soient les postes qu’ils occupent. Ceci n'exclut pas mais présuppose leur soumission à la discipline du syndicat. En d'autres termes, le parti ne leur impose aucune ligne de conduite qui contredirait l'état d'esprit ou les avis de la majorité des membres des syndicats. Dans des cas tout à fait exceptionnels, quand le parti considère impossible la soumission de ses membres à une décision réactionnaire du syndicat, il montre ouvertement à ses membres les conséquences qui en découlent, comme des retraits de responsabilités syndicales, des expulsions, et ainsi de suite.
Avec des formules juridiques sur ces questions — et l'autonomie est une formule purement juridique — on n’arrive à rien. La question doit être posée dans son contenu, c’est-à-dire sur le plan de la politique syndicale. Une politique correcte doit être opposée à une politique erronée.

12- Les caractéristiques du leadership du parti, ses formes et ses méthodes, peuvent différer profondément selon les conditions générales d'un pays donné ou selon sa période de développement.
Dans les pays capitalistes, où le Parti communiste ne possède aucun moyen coercitif, il est évident qu'il ne peut avoir le leadership qu’avec des communistes syndiqués, que ce soit à la base ou aux postes bureaucratiques. Le nombre de communistes aux principaux postes de direction des syndicats n’est qu’un des moyens de mesurer le rôle du parti dans les syndicats. La mesure la plus importante est le pourcentage de communistes syndiqués par rapport à l’ensemble de la masse syndiquée. Mais le critère principal est l'influence générale du parti sur la classe ouvrière, elle-même mesurable par la diffusion de la presse communiste, l’assistance lors des meetings du parti, le nombre de voix aux élections et, ce qui est tout particulièrement important, le nombre d'ouvriers et d’ouvrières qui répondent activement aux appels à la lutte du parti.

13- Il est clair que l'influence du Parti communiste de manière générale, y compris dans les syndicats, se développera au fur et à mesure que la situation deviendra plus révolutionnaire.

Ces conditions permettent une appréciation du degré et de la forme de la véritable autonomie des syndicats, l’autonomie réelle et non métaphysique. En période de “paix”, quand les formes les plus militantes d'action syndicale sont des grèves économiques isolées, le rôle direct du parti dans les syndicats reste au second plan. En règle générale, le parti n’intervient pas dans chaque grève isolée. Il aide le syndicat à décider si la grève est opportune, par son information politique et économique et par son conseil. Il sert la grève par son agitation, etc. Le premier rôle dans la grève revient naturellement au syndicat.
La situation change radicalement quand le mouvement s’élève au niveau de la grève générale et de la lutte directe pour le pouvoir. Dans ces conditions, le rôle dirigeant du parti devient immédiatement direct et ouvert. Les syndicats — naturellement pas ceux qui passent de l'autre côté des barricades — deviennent les appareils de l’organisation du parti qui prend le devant comme dirigeant la révolution, en portant la pleine responsabilité devant la classe ouvrière toute entière.
Dans ce domaine, pour tout ce qui se situe entre la grève économique locale et l'insurrection révolutionnaire de classe, on trouve toutes les formes possibles de relations réciproques entre le parti et les syndicats, les degrés variables de leadership direct et immédiat, etc. Mais en toutes circonstances, le parti cherche à gagner le leadership général en comptant sur la vraie autonomie des syndicats qui, en tant qu’organisations — cela va sans dire — ne sont pas “soumises” à lui.

14- Les faits démontrent que des syndicats politiquement “indépendants” n’existent nulle part. Il n'y en a jamais eu. L'expérience et la théorie indiquent qu'il n'y en aura jamais. Aux Etats-Unis, les syndicats sont directement liés par leur appareil au patronat industriel et aux partis bourgeois. En Angleterre, les syndicats, qui dans le passé ont principalement soutenu les libéraux, constituent maintenant la base du parti travailliste. En Allemagne, les syndicats marchent sous la bannière de la social-démocratie. En république soviétique, leur conduite appartient aux bolcheviques. En France, une des organisations syndicales suit les socialistes, l’autre les communistes. En Finlande, les syndicats ont été divisés il y a un peu de temps, l’un allant vers la social-démocratie, l'autre vers le communisme. C'est comme ça partout.
Les théoriciens de l’ »Indépendance » du mouvement syndical n'ont pas pris la peine jusqu'ici de penser à cela : pourquoi leur slogan non seulement est loin de se réaliser où que ce soit, mais, au contraire, pourquoi la dépendance des syndicats vis-à-vis du leadership d'un parti devient partout la règle, sans exception, et ce ouvertement ? Ceci correspond en fait aux caractéristiques de l'époque impérialiste, qui dévoile toutes les relations de classe et qui, même chez le prolétariat accentue les contradictions entre son aristocratie et ses couches les plus exploitées.

15- L'expression courante du syndicalisme d’autrefois est la prétendue Ligue syndicaliste. Par tous ses traits, elle apparaît comme une organisation politique qui cherche à subordonner le mouvement syndical à son influence. En fait la Ligue recrute ses membres non pas selon les principes syndicaux, mais selon ceux des groupements politiques ; elle a sa plateforme, faute de programme, et la défend dans ses publications ; elle a sa propre discipline interne dans le mouvement syndical. Dans les congrès des confédérations, ses partisans agissent en tant que fraction politique tout comme la fraction communiste. Pour faire court, la tendance de la Ligue syndicaliste se ramène à une lutte pour libérer les deux confédérations du leadership des socialistes et des communistes et pour les unir sous la direction du groupe de Monatte.
La Ligue n'agit pas ouvertement au nom du droit et de la nécessité pour la minorité avancée de combatte pour étendre son influence sur les masses ; elle se présente masquée par ce qu'elle appelle l’“Indépendance” syndicale. De ce point de vue, la Ligue s’approche du Parti socialiste qui réalise aussi son leadership sous couvert de l'expression “indépendance du mouvement syndical”. Le parti communiste, au contraire, dit ouvertement à la classe ouvrière : voici mon programme, ma tactique et ma politique, que je propose aux syndicats.
Le prolétariat ne doit jamais croire n'importe quoi aveuglément. Il doit juger par son travail. Mais les ouvriers devraient avoir une double et une triple méfiance vers ces prétendants au leadership qui agissent incognito, sous un masque qui ferait croire au prolétariat qu'il n'a besoin d’aucun leadership .

16- Le droit d'un parti politique d’agir pour gagner les syndicats à son influence ne doit pas être nié, mais cette question doit être posée : Au nom de quel programme et de quelle tactique cette organisation agit-elle ? De ce point de vue, la Ligue syndicaliste ne donne pas les garanties nécessaires. Son programme est extrêmement amorphe, de même que sa tactique. Dans ses positions politiques elle agit seulement au fil des événements. Reconnaissant la révolution prolétarienne et même la dictature du prolétariat elle ignore le parti et ses droits, est contre le leadership communiste, sans lequel la révolution prolétarienne risquerait de rester à jamais une expression vide.

17- L'idéologie de l'indépendance syndicale n'a rien de commun avec les idées et les sentiments du prolétariat en tant que classe. Si le parti, par sa direction, est capable d'assurer une politique correcte et clairvoyante dans les syndicats, pas un seul ouvrier n’aura l'idée de se rebeller contre le leadership du parti. L'expérience historique des bolcheviques l’a prouvé.
C’est aussi valable la France, où les communistes ont obtenu 1.200.000 voix aux élections tandis que la Confédération Générale du Travail Unitaire (la centrale syndicale rouge) a seulement un quart ou un tiers de ce nombre. Il est clair que le slogan abstrait de l'indépendance ne peut venir en aucun cas des masses. La bureaucratie syndicale est une tout autre chose. Elle voit non seulement une concurrence professionnelle dans la bureaucratie de parti, mais elle tend à se rendre indépendante du contrôle par l’avant-garde prolétarienne. Le slogan de l'indépendance est, par sa base même, un slogan bureaucratique et non un slogan de classe.

18- Après le fétichisme de l’“indépendance”, la Ligue syndicaliste transforme également la question de l'unité syndicale en fétiche.
Il va de soi que le maintien de l'unité des organisations syndicales a d'énormes avantages, tant du point de vue des tâches quotidiennes du prolétariat que de celui de la lutte du Parti communiste pour étendre son influence sur les masses. Mais les faits montrent que dès que l’aile révolutionnaire dans les syndicats remporte ses premiers succès, les opportunistes prennent la voie de la scission. Les relations paisibles avec la bourgeoisie leur sont plus chères que l'unité du prolétariat. C'est le constat incontestable des expériences de l'après-guerre.
Nous, communistes, avons toujours intérêt à démontrer aux ouvriers que la responsabilité du dédoublement des organisations syndicales incombe complètement à la social-démocratie. Mais il ne s’en suit pas que la formule creuse de l'unité nous serait plus importante que les tâches révolutionnaires de la classe ouvrière.

19- Huit ans se sont écoulés depuis la scission syndicale en France. Pendant ce temps, les deux organisations se sont certainement liées avec les deux partis politiques mortellement ennemis. Dans ces conditions, penser pouvoir unifier le mouvement syndical par la simple bonne parole de l'unité serait se bercer d’illusions. Déclarer que sans unification préalable des deux centrales syndicales non seulement la révolution prolétarienne mais même une lutte de classe sérieuse seraient impossible, revient à faire dépendre l’avenir de la révolution de la clique corrompue des réformistes syndicaux.
En fait l’avenir de la révolution dépend non pas de la fusion des deux appareils syndicaux, mais de l'unification de la majorité de la classe ouvrière derrière des slogans révolutionnaires et des méthodes révolutionnaires de lutte. Aujourd’hui l'unification de la classe ouvrière est seulement possible par la lutte contre les collaborateurs de classe qui se trouvent non seulement dans les partis politiques mais aussi dans les syndicats.

20- Le véritable chemin de l'unité révolutionnaire du prolétariat se situe dans le redressement, l’expansion et la consolidation de la C.G.T.U. révolutionnaire et dans l'affaiblissement de la C.G.T. réformiste.
Il n'est pas exclu, mais, bien au contraire très probable, qu'à l'heure de sa révolution, le prolétariat français écrira la lutte avec deux confédérations : derrière l’une se trouveront les masses et derrière l'autre l'aristocratie du travail et la bureaucratie.

21- La nouvelle opposition syndicale ne veut évidemment pas aller sur le chemin du syndicalisme. En même temps, elle se sépare du parti — non avec l’idée d’un certain leadership , mais avec le parti en général. Ce qui signifie tout simplement se désarmer idéologiquement et retomber dans le corporatisme.

22- L'opposition syndicale dans l'ensemble est très variée. Mais elle est caractérisée par quelques traits communs qui ne la rapprochent pas de l'opposition communiste de gauche mais, au contraire, s'opposent à elle.
L'opposition syndicale ne lutte pas contre les actes désinvoltes et les méthodes erronées du leadership communiste, mais contre l'influence du communisme sur la classe ouvrière.
L'opposition syndicale ne lutte pas contre une vision gauchiste de la situation et de ses perspectives mais agit, en fait, à l'opposé de toute perspective révolutionnaire.
L'opposition syndicale ne combat pas contre des méthodes caricaturales d'antimilitarisme mais propose une orientation pacifiste. En d'autres termes, l'opposition syndicale se développe manifestement dans un état d’esprit réformiste.

23- Il est complètement faux d’affirmer que ces dernières années — contrairement à ce qui s'est produit en Allemagne, en Tchécoslovaquie et dans d'autres pays — on n'a pas constitué en France une aile droite au sein du camp révolutionnaire. Le point principal est que, abandonnant la politique révolutionnaire du communisme, l’opposition de droite en France, conformément aux traditions du mouvement ouvrier français a pris un caractère syndical, cachant de cette façon sa physionomie politique. Au fond, la majorité de l'opposition syndicale représente l'aile droite, comme le groupe de Brandler en Allemagne, les syndicalistes tchèques qui après la scission ont pris une position clairement réformiste, etc.

24- On peut chercher à objecter que toutes les considérations précédentes ne seraient valables qu’à la condition que le parti communiste ait une politique correcte. Mais cette objection n’est pas fondée. La question des rapports entre le parti, qui représente le prolétariat comme il devrait être, et les syndicats, qui représentent le prolétariat tel qu’il est, est la question la plus fondamentale du marxisme révolutionnaire. Ce serait une erreur de rejeter la seule réponse possible à cette question seulement parce que le parti communiste, sous l'influence de raisons objectives et subjectives à propos desquelles nous avons parlé plus d’une fois, conduit maintenant une politique erronée envers les syndicats, comme dans d'autres domaines. Une politique correcte doit être opposée à une politique erronée. C’est dans ce but que l'opposition de gauche s’est constituée en fraction. Si l’on considère que le Parti communiste français dans sa totalité est dans un état complètement irrécupérable — ce que nous ne pensons pas — un autre parti doit lui être opposé. Mais la question de la relation du parti à la classe ne change pas d’un iota par ce fait.
L'opposition de gauche considère qu’il est impossible d’influencer le mouvement syndical, de l'aider à trouver une orientation correcte, de l'imprégner avec des slogans corrects, sans passer par le parti communiste (ou une fraction pour le moment) qui, à côté de ses autres attributs, est le laboratoire idéologique central de la classe ouvrière.

25- La tâche bien comprise du Parti communiste ne consiste pas seulement à gagner en influence sur les syndicats, tels qu'ils sont, mais à gagner, par le biais des syndicats, une influence sur la majorité de la classe ouvrière. Ce n'est possible que si les méthodes utilisées par le parti dans les syndicats correspondent à la nature et aux tâches de ces derniers. La lutte d’influence du parti dans les syndicats se vérifie objectivement dans le fait qu'ils prospèrent ou pas, qu’ils augmentent le nombre de leurs syndiqués et au-delà leurs relations avec les masses les plus larges. Si le parti paie le prix de son influence dans les syndicats par leur amoindrissement et par le dernier des fractionnismes — convertissant les syndicats en auxiliaires du parti pour des objectifs ponctuels et les empêchant de devenir des organisations de masse — les relations entre le parti et la classe sont erronées. Il n'est pas nécessaire d’épiloguer sur les causes d’une telle situation. Nous l'avons fait plus d'une fois et nous le faisons chaque jour. La nature changeante de la politique communiste officielle reflète sa tendance aventuriste à se vouloir maître de la classe ouvrière dans les plus brefs délais, par tous les moyens (mises en scène, inventions, agitation superficielle, etc).
On ne s’en sortira pourtant pas en opposant les syndicats au parti (ou à la fraction) mais dans la lutte sans compromis pour changer complètement la politique du parti comme celle des syndicats.

26- L'Opposition de gauche doit indissolublement lier les questions du mouvement syndical aux questions de la lutte politique du prolétariat. Elle doit donner une analyse concrète du stade actuel de développement du mouvement ouvrier français. Elle doit donner une évaluation, tant quantitative que qualitative, du mouvement actuel des grèves et de ses perspectives par rapport aux perspectives du développement économique de la France. Il est inutile de dire qu'elle rejette complètement la perspective de la stabilisation du capitalisme et de la paix pour les prochaines décennies. Elle procède à partir d'une évaluation de notre époque en tant que révolutionnaire. Elle émerge de la nécessité d'une préparation adéquate de l’avant-garde prolétarienne devant des retournements non seulement probables mais inévitables. Son action la plus ferme et la plus implacable est dirigée contre les rodomontades soi-disant révolutionnaires de la bureaucratie centriste, contre l'hystérie politique qui ne tient pas compte des conditions et qui confond aujourd'hui avec hier ou avec demain ; plus fermement et résolument encore doit-elle se positionner contre les éléments de la droite qui reprennent sa critique et s’y dissimulent afin d’introduire leurs tendances dans le marxisme révolutionnaire.

27- Une nouvelle délimitation ? De nouvelles polémiques ? De nouvelles scissions ? Ce seront les lamentations des âmes pures mais fatiguées, qui voudraient transformer l'Opposition en une retraite calme où l’on pourrait tranquillement prendre congé des grandes tâches, tout en préservant intact le nom de révolutionnaire « de gauche ». Non ! Nous leur disons, à ces âmes fatiguées : nous ne voyageons certainement pas sur la même route. La vérité n'a pourtant jamais été la somme de petites erreurs. Une organisation révolutionnaire n'a pourtant jamais été composée de petits groupes conservateurs, cherchant avant tout à se démarquer les uns des autres. Il y a des époques où la tendance révolutionnaire est réduite à une petite minorité dans le mouvement ouvrier. Mais ces époques n’exigent pas des arrangements entre les petits groupes pour se cacher mutuellement leurs péchés mais exigent au contraire une lutte doublement implacable pour une perspective correcte et une formation des cadres dans l'esprit du marxisme authentique. Ce n’est qu’ainsi que la victoire est possible.

28- Pour autant l’auteur de ces lignes est personnellement concerné et doit admettre que la notion qu'il a eue du groupe de Monatte quand il a été expulsé d’Union Soviétique s’est avérée être trop optimiste, donc fausse. Pendant plusieurs années, l'auteur n'a pas eu la possibilité de suivre l'activité de ce groupe. Il l'a jugée de par ses souvenirs. Les divergences se sont avérées plus profondes et plus aiguës qu’on pouvait le supposer. Les derniers événements ont montré au-delà du doute que sans démarcation idéologique claire et précise de la ligne du syndicalisme, l'Opposition communiste en France n'ira pas de l’avant. Les thèses ici proposées ne sont qu’une première étape dans l’élaboration de cette démarcation, prélude à la lutte réussie contre le baragouin révolutionnaire et la nature opportuniste de Cachin, Monmousseau et compagnie.

Télécharger au format pdf

DOCUMENT

Pourquoi le socialisme ? par Albert Einstein (1949)

Est-il convenable qu’un homme qui n’est pas versé dans les questions économiques et sociales exprime des opinions au sujet du socialisme ? Pour de multiples raisons je crois que oui.

Considérons d’abord la question au point de vue de la connaissance scientifique. Il pourrait paraître qu’il n’y ait pas de différences méthodologiques essentielles entre l’astronomie, par exemple, et l’économie : les savants dans les deux domaines essaient de découvrir les lois généralement acceptables d’un groupe déterminé de phénomènes, afin de rendre intelligibles, d’une manière aussi claire que possible, les relations réciproques existant entre eux. Mais en réalité de telles différences existent. La découverte de lois générales en économie est rendue difficile par la circonstance que les phénomènes économiques observés sont souvent influencés par beaucoup de facteurs qu’il est très difficile d’évaluer séparément. En outre, l’expérience accumulée depuis le commencement de la période de l’histoire humaine soi-disant civilisée a été — comme on le sait bien — largement influencée et délimitée par des causes qui n’ont nullement un caractère exclusivement économique. Par exemple, la plupart des grands États dans l’histoire doivent leur existence aux conquêtes. Les peuples conquérants se sont établis, légalement et économiquement, comme classe privilégiée du pays conquis. Ils se sont attribués le monopole de la terre et ont créé un corps de prêtres choisis dans leur propre rang. Les prêtres, qui contrôlèrent l’éducation, érigèrent la division de la société en classes en une institution permanente et créèrent un système de valeurs par lequel le peuple fut dès lors, en grande partie inconsciemment, guidé dans son comportement social.

Mais la tradition historique date pour ainsi dire d’hier ; nulle part nous n’avons dépassé ce que Thorstein Veblen appelait « la phase de rapine » du développement humain. Les faits économiques qu’on peut observer appartiennent à cette phase et les lois que nous pouvons en déduire ne sont pas applicables à d’autres phases. Puisque le but réel du socialisme est de dépasser la phase de rapine du développement humain et d’aller en avant, la science économique dans son état actuel peut projeter peu de lumière sur la société socialiste de l’avenir.

En second lieu, le socialisme est orienté vers un but éthico-social. Mais la science ne peut pas créer des buts, encore moins peut-elle les faire pénétrer dans les êtres humains ; la science peut tout au plus fournir les moyens par lesquels certains buts peuvent être atteints. Mais les buts mêmes sont conçus par des personnalités animées d’un idéal moral élevé et — si ces buts ne sont pas mort-nés, mais vivants et vigoureux — sont adoptés et portés en avant par ces innombrables êtres humains qui, à demi inconscients, déterminent la lente évolution de la société.

Pour ces raisons nous devrions prendre garde de ne pas surestimer la science et les méthodes scientifiques quand il s’agit de problèmes humains ; et nous ne devrions pas admettre que les spécialistes soient les seuls qui aient le droit de s’exprimer sur des questions qui touchent à l’organisation de la société.

D’innombrables voix ont affirmé, il n’y a pas longtemps, que la société humaine traverse une crise, que sa stabilité a été gravement troublée. Il est caractéristique d’une telle situation que des individus manifestent de l’indifférence ou, même, prennent une attitude hostile à l’égard du groupe, petit ou grand, auquel ils appartiennent. Pour illustrer mon opinion je veux évoquer ici une expérience personnelle. J’ai récemment discuté avec un homme intelligent et d’un bon naturel sur la menace d’une autre guerre, qui, à mon avis, mettrait sérieusement en danger l’existence de l’humanité, et je faisais remarquer que seule une organisation supranationale offrirait une protection contre ce danger. Là-dessus mon visiteur me dit tranquillement et froidement : « Pourquoi êtes-vous si sérieusement opposé à la disparition de la race humaine ? »

Je suis sûr que, il y a un siècle, personne n’aurait si légèrement fait une affirmation de ce genre. C’est l’affirmation d’un homme qui a vainement fait des efforts pour établir un équilibre dans son intérieur et qui a plus ou moins perdu l’espoir de réussir. C’est l’expression d’une solitude et d’un isolement pénibles dont tant de gens souffrent de nos jours. Quelle en est la cause ? Y a-t-il un moyen d’en sortir ?

Il est facile de soulever des questions pareilles, mais il est difficile d’y répondre avec tant soit peu de certitude. Je vais néanmoins essayer de le faire dans la mesure de mes forces, bien que je me rende parfaitement compte que nos sentiments et nos tendances sont souvent contradictoires et obscurs et qu’ils ne peuvent pas être exprimés dans des formules aisées et simples.

L’homme est en même temps un être solitaire et un être social. Comme être solitaire il s’efforce de protéger sa propre existence et celle des êtres qui lui sont le plus proches, de satisfaire ses désirs personnels et de développer ses facultés innées. Comme être social il cherche à gagner l’approbation et l’affection de ses semblables, de partager leurs plaisirs, de les consoler dans leurs tristesses et d’améliorer leurs conditions de vie. C’est seulement l’existence de ces tendances variées, souvent contradictoires, qui explique le caractère particulier d’un homme, et leur combinaison spécifique détermine dans quelle mesure un individu peut établir son équilibre intérieur et contribuer au bien-être de la société. Il est fort possible que la force relative de ces deux tendances soit, dans son fond, fixée par l’hérédité. Mais la personnalité qui finalement apparaît est largement formée par le milieu où elle se trouve par hasard pendant son développement, par la structure de la société dans laquelle elle grandit, par la tradition de cette société et son appréciation de certains genres de comportement. Le concept abstrait de « société » signifie pour l’individu humain la somme totale de ses relations, directes et indirectes, avec ses contemporains et les générations passées. Il est capable de penser, de sentir, de lutter et de travailler par lui-même, mais il dépend tellement de la société — dans son existence physique, intellectuelle et émotionnelle — qu’il est impossible de penser à lui ou de le comprendre en dehors du cadre de la société. C’est la « société » qui fournit à l’homme la nourriture, les vêtements, l’habitation, les instruments de travail, le langage, les formes de la pensée et la plus grande partie du contenu de la pensée ; sa vie est rendue possible par le labeur et les talents de millions d’individus du passé et du présent, qui se cachent sous ce petit mot de « société ».

Il est, par conséquent, évident que la dépendance de l’individu à la société est un fait naturel qui ne peut pas être supprimé — exactement comme dans le cas des fourmis et des abeilles. Cependant, tandis que tout le processus de la vie des fourmis et des abeilles est fixé, jusque dans ses infimes détails, par des instincts héréditaires rigides, le modèle social et les relations réciproques entre les êtres humains sont très variables et susceptibles de changement. La mémoire, la capacité de faire de nouvelles combinaisons, le don de communication orale ont rendu possibles des développements parmi les êtres humains qui ne sont pas dictés par des nécessités biologiques. De tels développements se manifestent dans les traditions, dans les institutions, dans les organisations, dans la littérature, dans la science, dans les réalisations de l’ingénieur et dans les œuvres d’art. Ceci explique comment il arrive que l’homme peut, dans un certain sens, influencer sa vie par sa propre conduite et comment, dans ce processus, la pensée et le désir conscients peuvent jouer un rôle.

L’homme possède à sa naissance, par hérédité, une constitution biologique que nous devons considérer comme fixe et immuable, y compris les impulsions naturelles qui caractérisent l’espèce humaine. De plus, pendant sa vie il acquiert une constitution culturelle qu’il reçoit de la société par la communication et par beaucoup d’autres moyens d’influence. C’est cette constitution culturelle qui, dans le cours du temps, est sujette au changement et qui détermine, à un très haut degré, les rapports entre l’individu et la société. L’anthropologie moderne nous a appris, par l’investigation des soi-disant cultures primitives, que le comportement social des êtres humains peut présenter de grandes différences, étant donné qu’il dépend des modèles de culture dominants et des types d’organisation qui prédominent dans la société. C’est là-dessus que doivent fonder leurs espérances tous ceux qui s’efforcent d’améliorer le sort de l’homme : les êtres humains ne sont pas, par suite de leur constitution biologique, condamnés à se détruire mutuellement ou à être à la merci d’un sort cruel qu’ils s’infligent eux-mêmes.

Si nous nous demandons comment la structure de la société et l’attitude culturelle de l’homme devraient être changées pour rendre la vie humaine aussi satisfaisante que possible, nous devons constamment tenir compte du fait qu’il y a certaines conditions que nous ne sommes pas capables de modifier. Comme nous l’avons déjà mentionné plus haut, la nature biologique de l’homme n’est point, pour tous les buts pratiques, sujette au changement. De plus, les développements technologiques et démographiques de ces derniers siècles ont créé des conditions qui doivent continuer. Chez des populations relativement denses, qui possèdent les biens indispensables à leur existence, une extrême division du travail et une organisation de production très centralisée sont absolument nécessaires. Le temps, qui, vu de loin, paraît si idyllique, a pour toujours disparu où des individus ou des groupes relativement petits pouvaient se suffire complètement à eux-mêmes. On n’exagère pas beaucoup en disant que l’humanité constitue à présent une communauté planétaire de production et de consommation.

Je suis maintenant arrivé au point où je peux indiquer brièvement ce qui constitue pour moi l’essence de la crise de notre temps. Il s’agit du rapport entre l’individu et la société. L’individu est devenu plus conscient que jamais de sa dépendance à la société. Mais il n’éprouve pas cette dépendance comme un bien positif, comme une attache organique, comme une force protectrice, mais plutôt comme une menace pour ses droits naturels, ou même pour son existence économique. En outre, sa position sociale est telle que les tendances égoïstes de son être sont constamment mises en avant, tandis que ses tendances sociales qui, par nature, sont plus faibles, se dégradent progressivement. Tous les êtres humains, quelle que soit leur position sociale, souffrent de ce processus de dégradation. Prisonniers sans le savoir de leur propre égoïsme, ils se sentent en état d’insécurité, isolés et privés de la naïve, simple et pure joie de vivre. L’homme ne peut trouver de sens à la vie, qui est brève et périlleuse, qu’en se dévouant à la société.

L’anarchie économique de la société capitaliste, telle qu’elle existe aujourd’hui, est, à mon avis, la source réelle du mal. Nous voyons devant nous une immense société de producteurs dont les membres cherchent sans cesse à se priver mutuellement du fruit de leur travail collectif — non pas par la force, mais, en somme, conformément aux règles légalement établies. Sous ce rapport, il est important de se rendre compte que les moyens de la production — c’est-à-dire toute la capacité productive nécessaire pour produire les biens de consommation ainsi que, par surcroît, les biens en capital — pourraient légalement être, et sont même pour la plus grande part, la propriété privée de certains individus.

Pour des raisons de simplicité je veux, dans la discussion qui va suivre, appeler « ouvriers » tous ceux qui n’ont point part à la possession des moyens de production, bien que cela ne corresponde pas tout à fait à l’emploi ordinaire du terme. Le possesseur des moyens de production est en état d’acheter la capacité de travail de l’ouvrier. En se servant des moyens de production, l’ouvrier produit de nouveaux biens qui deviennent la propriété du capitaliste. Le point essentiel dans ce processus est le rapport entre ce que l’ouvrier produit et ce qu’il reçoit comme salaire, les deux choses étant évaluées en termes de valeur réelle. Dans la mesure où le contrat de travail est « libre », ce que l’ouvrier reçoit est déterminé, non pas par la valeur réelle des biens qu’il produit, mais par le minimum de ses besoins et par le rapport entre le nombre d’ouvriers dont le capitaliste a besoin et le nombre d’ouvriers qui sont à la recherche d’un emploi. Il faut comprendre que même en théorie le salaire de l’ouvrier n’est pas déterminé par la valeur de son produit.

Le capital privé tend à se concentrer en peu de mains, en partie à cause de la compétition entre les capitalistes, en partie parce que le développement technologique et la division croissante du travail encouragent la formation de plus grandes unités de production aux dépens des plus petites. Le résultat de ces développements est une oligarchie de capitalistes dont la formidable puissance ne peut effectivement être refrénée, pas même par une société qui a une organisation politique démocratique. Ceci est vrai, puisque les membres du corps législatif sont choisis par des partis politiques largement financés ou autrement influencés par les capitalistes privés qui, pour tous les buts pratiques, séparent le corps électoral de la législature. La conséquence en est que, dans le fait, les représentants du peuple ne protègent pas suffisamment les intérêts des moins privilégiés. De plus, dans les conditions actuelles, les capitalistes contrôlent inévitablement, d’une manière directe ou indirecte, les principales sources d’information (presse, radio, éducation). Il est ainsi extrêmement difficile pour le citoyen, et dans la plupart des cas tout à fait impossible, d’arriver à des conclusions objectives et de faire un usage intelligent de ses droits politiques.

La situation dominante dans une économie basée sur la propriété privée du capital est ainsi caractérisée par deux principes importants : premièrement, les moyens de production (le capital) sont en possession privée et les possesseurs en disposent comme ils le jugent convenable ; secondement, le contrat de travail est libre. Bien entendu, une société capitaliste pure dans ce sens n’existe pas. Il convient de noter en particulier que les ouvriers, après de longues et âpres luttes politiques, ont réussi à obtenir pour certaines catégories d’entre eux une meilleure forme de « contrat de travail libre ». Mais, prise dans son ensemble, l’économie d’aujourd’hui ne diffère pas beaucoup du capitalisme « pur ».

La production est faite en vue du profit et non pour l’utilité. Il n’y a pas moyen de prévoir que tous ceux qui sont capables et désireux de travailler pourront toujours trouver un emploi ; une « armée » de chômeurs existe déjà. L’ouvrier est constamment dans la crainte de perdre son emploi. Et puisque les chômeurs et les ouvriers mal payés sont de faibles consommateurs, la production des biens de consommation est restreinte et a pour conséquence de grands inconvénients. Le progrès technologique a souvent pour résultat un accroissement du nombre des chômeurs plutôt qu’un allégement du travail pénible pour tous. L’aiguillon du profit en conjonction avec la compétition entre les capitalistes est responsable de l’instabilité dans l’accumulation et l’utilisation du capital, qui amène des dépressions économiques de plus en plus graves. La compétition illimitée conduit à un gaspillage considérable de travail et à la mutilation de la conscience sociale des individus dont j’ai fait mention plus haut.

Je considère cette mutilation des individus comme le pire mal du capitalisme. Tout notre système d’éducation souffre de ce mal. Une attitude de compétition exagérée est inculquée à l’étudiant, qui est dressé à idolâtrer le succès de l’acquisition comme une préparation à sa carrière future.

Je suis convaincu qu’il n’y a qu’un seul moyen d’éliminer ces maux graves, à savoir, l’établissement d’une économie socialiste, accompagnée d’un système d’éducation orienté vers des buts sociaux. Dans une telle économie, les moyens de production appartiendraient à la société elle-même et seraient utilisés d’une façon planifiée. Une économie planifiée, qui adapte la production aux besoins de la société, distribuerait le travail à faire entre tous ceux qui sont capables de travailler et garantirait les moyens d’existence à chaque homme, à chaque femme, à chaque enfant. L’éducation de l’individu devrait favoriser le développement de ses facultés innées et lui inculquer le sens de la responsabilité envers ses semblables, au lieu de la glorification du pouvoir et du succès, comme cela se fait dans la société actuelle.

Il est cependant nécessaire de rappeler qu’une économie planifiée n’est pas encore le socialisme. Une telle économie pourrait être accompagnée d’un complet asservissement de l’individu. La réalisation du socialisme exige la solution de quelques problèmes socio-politiques extrêmement difficiles : comment serait-il possible, en face d’une centralisation extrême du pouvoir politique et économique, d’empêcher la bureaucratie de devenir toute-puissante et présomptueuse ? Comment pourrait-on protéger les droits de l’individu et assurer un contrepoids démocratique au pouvoir de la bureaucratie ?

La clarté au sujet des buts et des problèmes du socialisme est de la plus grande importance à notre époque de transition. Puisque, dans les circonstances actuelles, la discussion libre et sans entrave de ces problèmes a été soumise à un puissant tabou, je considère que la fondation de cette revue est un important service rendu au public. (http://www.monthlyreview.org/2009/05/01/why-socialism - LVOG)

Au format pdf

Réflexion.

Quand on lit ce document exceptionnel, on est agréablement surpris de constater que son auteur ait recouru à un type de discours, des mots, des figures de style ou des tournures d'esprit d'une telle simplicité, au point de le rendre accessible à la totalité de la population, sans pour autant atténuer sa pensée ou dénaturer, nuire à son objet.

A sa manière il a démontré qu'il était parfaitement possible de s'exprimer ou de défendre le socialisme, de s'adresser aux travailleurs autrement qu'en recourant à cette épouvantable terminologie politique dont font usage nos dirigeants. On doit préciser qu'en recourant exclusivement à la propagande - qui par ailleurs est indispensable, nos dirigeants et les militants passent pour des doctrinaires, des fanatiques auprès des travailleurs, ce qui a le don de les faire douter de leurs réelles intentions autant que leurs capacités à les réaliser. Les militants ne comprennent pas pourquoi très souvent les travailleurs manifestent leur accord avec eux, mais ne souhaitent pas s'engager à leur côté, un peu comme s'ils ne voulaient pas leur ressembler, sans d'ailleurs savoir précisément pourquoi, disons que leur inconscience leur dicte cette attitude de méfiance face à une menace qu'ils ne parviennent pas à discerner. On est en droit d'en conclure qu'ils recourent à la propagande parce qu'ils ne maîtrisent pas le matérialisme dialectique qui est finalement quelque chose de très simple, qui comme toutes les choses simples devrait s'énoncer simplement. La réalite ou la logique est bien cruelle, n'est-ce pas ? Et je n'y suis pour rien.

Einstein était tout simplement parti de constats ou de faits, en faisant ressortir la logique dont ils étaient le produit ou dans laquelle ils s'inscrivaient, pour en faire ressortir les contradictions et la manière dont elles pourraient être résolues, en somme une formidable démonstration du matérialisme dialectique.

Chacun aura apprécié l'idéal humaniste qui guida sa pensée ou sa vie. Enfin, ce n'est pas un hasard si Einstein a conclu ce texte en posant la question des problèmes que le socialisme aurait à résoudre, effleurant la dérive stalinienne qui allait s'avérer être pire qu'un "puissant tabou", la négation du socialisme.

On retiendra qu'un intellectuel, un scientifique était parvenu au milieu du XXe siècle à la compréhension du processus matérialiste dialectique, qui est à l'origine de l'évolution ou de la transformation de la matière, de la nature, des hommes, de la société que les marxistes avaient découvert et théorisé, et qu'il partagea leurs conclusions en prenant la défense du socialisme, à l'heure où ses pires fossoyeurs étaient tout puissants au sein du mouvement ouvrier international.